Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Bonus Stage - One (flash back)

Invité
avatar
Invité
Bonus Stage - One (flash back) - Lun 24 Juin 2013 - 23:59
Bonus Stage – One
 
               La fête de Jerick. Un ami du Texas, lui et moi on a fait les quatre cent coups à travers toute l’Amérique, toute la France aussi… Tout le Japon ! Ahhh… Le Japon mon pays d’origine... Une magnifique ville est nichée là-bas… Tokyo… Ahhh…. Une si belle femme y était là-bas, si belle et pourtant si identique à toute ces autres asiatiques. Mh… Je me rappellerais toujours toutes ces paires de fesses… Miam. Bref ! J’écris sur ces bouts de papier le reste d’une vie déchirée, d’une vie quelques peu brisés par les erreurs qu’un homme peut infliger à sa propre vie, à ses propres enfants… Bref. Je me nomme Lazuka Kay. J’ai trois enfants qui Son… Jin, Ritsu et Akimoto… La mère de Jin est différente de celle de Ritsu et d’Akimoto mais avant d’arriver à eux… Je vais vous expliquer le début de ma relation avec Ika…
 
               Oh non, Ika n’est pas une bonne femme aux formes pouvant faire lever le soldat d’un américain de la guerre de trente-neuf mais… Un démon. Une entité que j’ai appris à connaitre depuis mes seize ans… Faites le calcul, j’ai aujourd’hui quarante-trois ans… J’ai donc souffert pendant toutes ces années. Bref. Cette année-là, j’étais à une soirée avec mon ami Pierce. En France justement. J’avais quarante ans déjà et la vie me souriait toujours, j’avais des pouvoirs à cette époque… Ika me donnait des pouvoirs ! Extraordinaire… Grâce à quelques amis, notamment Pierce, j’avais gagné une certaines expériences… Puis une certaine confiance avec Ika. Tous ce qu’il voulait, c’était que je le paye avec du sang et alors, toutes possibilités me seraient offertes enfin… Toutes les possibilités qu’il pouvait me donner. Argent, beauté infini… ? J’en passe ! J’étais donc un homme riche, puissant aussi… Ce soir-là, je comptais bien me détendre avec une jeune femme, j’étais beau, j’avais l’air tout jeune, on aurait pu me prendre pour un gamin boutonneux qui sortait de sa promotion de lycée. Bref, j’avais tout pour plaire et c’est en allant à cette soirée ce passant dans un château rénové… Tout le monde était sur son trente et un. Je rencontrais du regard cette jolie jeune femme. Je ne connaissais pas son prénom mais son visage en disant long.
 
               Elle avait l’air autoritaire, j’étais pervers… Elle avait l’air froid, elle ne me briserait absolument pas mon cœur de pierre. Elle faite pour moi, j’étais bien trop pourris pour l’accepter. Je descendais les nombreuses marches de cette salle de bal, mon pantalon en toile blanc faisait fureur avec ma veste assorti. J’étais habillé en vrai gentleman et je comptais bien le faire remarquer à cette jolie blonde. Ma démarche était parfaite, je descendais les marches tranquillement, mon regard bleu océans sur elle et rien qu’elle. Mes mains avaient des bandages propres pour le moment car… Pour avoir toutes ces choses, je sacrifiais mon sang à Ika, ce soir, j’avais demandé d’être transparent pendant le temps que je voulais, en fait… Pendant toute la soirée, si je désirais disparaitre, je le pouvais mais que pendant cette soirée Etrange hein ? En échange, je lui donnais deux semaines avant ça quelques goûtes précieuses de mon sang et un pauvre innocent complètement rempli. Je la regardais et en un éclair, pendant qu’un serveur passait dans mon champ de visions, je prenais le temps de devenir invisible pour disparaitre dans la population.

Plus j’avançais vers elle, plus je la sentais à moi, la traque humaine entre homme et femme pouvait commencer la charmer comme je le voulais. J’attrapais deux coupes de champagne en apparaissant derrière elle, un sourire en coin, charmeur, rien que pour elle. Puis j’entamais la discussion en lui tendant le champagne juste dessous son nez Si proche d’elle, je n’étais pas loin d’être collé à cause des gens qui passaient non loin d’elle et de moi, nous empêchant presque de se côtoyer. Comme si Deus m’envoyait un message. Ce message étant du style du suivant : Ne te fait surtout pas cette jeune femme ce soir. Surtout pas.

Chanteuse
 
« Eh bien… Si on m’avait dit un jour que je rencontrerais une Française aussi belle que j’en vois juste une devant mes yeux… Je serais venu ici plus tôt ! Je me présente, Lakuza… Lakuza Jinsô et oui, je suis aussi milliardaire… Ça vous tente de prendre un verre à une table… Je peux avoir celle qui vous plaît… Peut-être… Devant cette charmante jeune femme qui va nous pousser la chansonnette ? »
 
               Je désignais la place non loin de la scène en marbre… Les gens discutaient entre nous et je désirais charmer ma proie au calme, devant la jeune femme aux cheveux lisse qui s’avançait avec un guitariste… Sa magnifique robe blanche en envoyait pleins les yeux, laissant bien entendu un décolleté généreux mais ce soir je n’avais que d’yeux pour ma belle et tendre proche de moi. Je la regardais dans les yeux avec mon regard de charmeur habituel que Deus m’avait donné à la naissance. Sur ma main désignant la table aux chandelles, ma bague noire brillait sous l’éclairage de la salle alors que dehors s’installait une nuit bien noire, une nuit froide d’hiver… Dehors on entendait déjà la pluie tomber et le vent souffler ! Mais… Nous étions tous dans ce gigantesque château…
Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Mer 10 Juil 2013 - 2:48
Flashback

Rendez vous 17h précises au Château.
Invitation pour trois personnes.

Ce courrier leur était parvenu quelques jours plus tôt via un client de la famille. Ce n'était pas chose rare qu'ils reçoivent ce genre d'invitation. Fidèles clients ou 'courtisans' cherchant des faveurs, on tentait de plaire au père de la famille par différents moyens. Cette fois-ci, il s'agissait d'une réception dans un château. Aaaah ces anciennes bâtisses... Sib les adorait et maintenant qu'elle avait 18 ans, elle pourrait y boire à son envie. Seul petit bémol: son cher frère jumeau y assisterait aussi...et son père, comme d'habitude en fait. Toutefois, la soirée s'annonçait différente de d'habitude. Mais en quoi? Aucune idée.

La maserati avait été prise pour l'occasion. Leur père la prenait souvent pour les grandes soirées comme celles-ci, elle faisait son petit effet. Enfin... Face aux autres millionnaires/milliardaires, elle ne serait pas si exceptionnelle mais c'était toujours une superbe voiture. Son père au volant, son frère à côté et Sib à l'arrière, ils se rapprochaient de plus en plus du château.

Voiturier, traiteur, orchestre, costumes, tout était là. Dans sa robe de soirée bleue, simple mais qui épousait à merveille sa silhouette, la demoiselle arriva enfin dans le hall du lieu de réception au bras de son frère. Ce dernier avait juste revêtu un costume, l'avantage des hommes, et lui avait, comme de coutume, rappelé qu'elle mettait toujours trop de temps à se préparer. Seulement, contrairement à lui, la soeur devait se coiffer, choisir ses bijoux, se maquiller, bref, faire tout le cérémonial propre à une femme. Malgré ses 18 ans, elle tenait à faire effet, c'était toujours utile lors des contrats de faire bonne impression auprès des clients.


Bon, je vais trouver nos bienfaiteurs, amusez vous mais tenez vous hein?

Derniers mots de leur père avant qu'ils ne les laissent...et avant que Noah la laisse à son tour. C'était ainsi, ils avaient chacun leurs affaires et Sibylle s'occupait toute seule. Mais ça ne la dérangeait pas. Une coupe de champagne à la main et elle trouvait toujours moyen de discuter avec quelqu'un.
Quelques visages ne lui étaient pas inconnus et elle alla les saluer. Beaucoup moins portée sur l'alcool qu'après son allégeance à la Guilde noire, à cette époque elle ne se contentait que de 4-5 coupes. La troisième flûte vide débarrassée, la quatrième apparut sous son nez sans qu'elle ne la voit venir. Ses yeux dorés se posèrent sur le généreux inconnu avant de lui décocher un superbe sourire.


Monsieur Jinsô... Sibylle Ethellan, millionnaire également. La table face à la scène me convient.

Il n'était pas rare qu'on l'aborde de cette manière en fait. Enfin... ça faisait juste deux ans que son père avait accepté que ses enfants le suive mais, le père étant souvent occupé, on tentait de l'atteindre via ses enfants. Et puis... une fille est plus sensible qu'un homme non? Donc entre les deux jumeaux, les préférences allaient donc souvent à Sibylle, quand bien même elle était probablement encore moins facile que son frère.
Mais peut-être que cet homme n'avait strictement aucun rapport avec les affaires familiales? C'était déjà arrivé aussi, mais la plupart du temps, on la laissait rapidement tranquille au vu de son âge.

Portant la coupe de champagne à ses lèvres pour une première gorgée, la demoiselle alla s'installer à la table désignée en prenant bien soin de ne pas froisser sa robe et en vérifiant que ses bijoux étaient toujours en place. Bien évidemment, rien n'avait bougé mais c'était rare qu'elle puisse porter des bijoux aussi riches alors elle en profitait.
La nuit était déjà tombée. Le temps était passé à une vitesse... Son père devait encore négocier, son frère... non loin sans aucun doute mais pour le moment, la jeune femme ne quittait pas du regard ce Lakuza Jinsô, se demandant ce qu'il pouvait bien lui vouloir.


Qu'est ce qui a bien pu vous attirer ici, cher milliardaire? Simple loisir ou affaires privées? Peut-être que j'ai quelques connaissances qui pourraient vous être utiles.

Droite sur son siège, petit sourire en coin, quelques mèches de sa coiffure tombant en cascades sur ses épaules, la demoiselle avait déjà sa position altière qu'elle gardera jusqu'à sa mort et après. On pourrait presque croire qu'elle était sur un trône, savourant une victoire ou sa puissance. En réalité non, ça lui permettait juste de s'affirmer car à cette époque, elle n'avait pas encore trop d'assurance mais il fallait croire que ce soir, l'alcool aidait.

©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Mer 17 Juil 2013 - 2:42
Theme

Je regardais toujours cette magnifique jeune fille, ses formes parfaitement dessiné, son visage clair me rappelait mon fils… Rien qu’un peu. Je la regardais et je souriais en coin, mon verre de champagne à la main, cette flûte si légère pétillais sous mes doigts, je ne l’a quittais pas des yeux. Ce soir, elle serait sans doute à moi.

Monsieur Jinsô... Sibylle Ethellan, millionnaire également. La table face à la scène me convient.

Son verre à la main, elle me faisait du charme tout de même, je sentais une aura m’envelopper quand je lui parlais, je me sentais presque en sécurité… Ca me faisait mal au cœur de m’imaginer lui faire une telle chose ce soir. Je souriais à son attention, elle m’emportait vers la table délicatement, je sentais son parfum délicat me caresser les narines, je fermais les yeux, en me laissant m’entrainer par le charme infinie qu’elle dégageait.

Il y avait longtemps que je n’avais pas pu discuter calmement avec une jeune femme aussi belle qu’elle, la mère de mes enfants vit en ce moment en France avec mes deux fils, elle aussi était si belle, elle aussi. Je me rappelle de mon premier rendez-vous avec elle… J’étais tellement en manque, ça avait duré toute la nuit… Elle avait même crié mais bon… Ca valait bien le coup !

Qu'est ce qui a bien pu vous attirer ici, cher milliardaire? Simple loisir ou affaires privées? Peut-être que j'ai quelques connaissances qui pourraient vous être utiles.

Arraché à mes pensées de rêve et mes rêves délicieux, je me reprenais pour prendre une posture détendue sur la chaise. Posant mon verre sur le magnifique tissu rouge qui couvrait la table. Je la fixais et enfin après quelques secondes, mon sourire en coin disparu pour laisser la flûte de pétillant venir à mes lèvres. Puis je fermais les yeux pour lui répondre, sortant ma montre à gousset pour jouer avec.

« Hum. De simples affaires et des loisirs privés à vrai dire… Muh. Bref. Blague à part. J’étais vraiment venu pour voir les plus belles choses que ce monde-là puisse proposer… »

J’ouvrais un œil qui avait bruni tout à coup. Je sentais Ika s’agiter. Surpris je regardais vers le balcon plus haut, ces gars-là… Ils n’étaient pas là pour une petite fête. Armés de costards noirs, de lunettes noires… Le premier avait le crâne rasé et une grosse cicatrice sur celui-ci. C’était Beck. Un petit con d’un gang à qui j’avais remis les dents en place. Il n’avait pas l’air content avec ses pots aux gros bras. Je souriais et mes yeux redevenaient d’un noir neutre par défaut. Je relançais la conversation, dissimulant mon coup d’œil vers une autre direction pour revenir aux yeux de la belle jeune fille.

« Et vous sinon ? Loisir privés vous aussi ? Ou balade familiale ? » En montrant du bout du petit doigt le jeune homme avec qui elle était il y a cinq minutes.

Son petit ami ? Il avait l’air d’avoir le même âge mais… Ils n’étaient pas aussi proches que des êtres qui s’aiment. Avec Jennyfer par exemple… Ça avait été toujours un plaisir de sortir avec elle… Et j’avoue que parfois je la regrette. Même si j’avoue aussi cette chose cher lecteur… On faisait des choses pas trop catholiques okay ! Mais… Je savais être romantique… Elle me manque. Enfin bref ! Revenons à cette créature très…. Appétissante !

Je sentais les regards sur moi, il m’avait repéré, lui et ses petits copains.
Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Lun 22 Juil 2013 - 19:55
Flashback


Se laissant porter par la musique, Sibylle buvait tranquillement son champagne en observant son compagnon du soir. Quel âge pouvait-il avoir? Il paraissait assez jeune mais... on aurait dit que cela cachait quelque chose. Arf, elle ne s'attarda pas sur ça, il y avait des choses bien plus intéressantes auxquelles penser. Comme par exemple, l'objectif qu'il avait derrière la tête pour l'avoir abordée puisqu'il n'était pas là pour affaires. Pour le plaisir de la compagnie de la demoiselle? Qui sait.

Au loin, elle repéra son frère jeter un coup d'oeil dans leur direction. Aah... ça, ça signifiait qu'il allait passer sous X prétexte voir Sib pour en réalité jeter un oeil à celui qui avait osé l'aborder. Rien de méchant, juste pour qu'il s'informe. Seulement, il le faisait à chaque fois, ce cher frère protecteur. Il espérait sans doute avoir son mot à dire si sa soeur décidait de se mettre avec quelqu'un. Bon, il faut dire qu'il avait cassé trois dents aussi au mec qui avait osé quitter la jeune femme lorsqu'ils étaient au lycée. Ce qui ne remontait qu'à deux ans d'ailleurs... Mais au moins, elle avait eu sa revanche et ça lui avait fait plaisir.

Encore quelques gorgées et le champagne était fini, déjà. Peut-être qu'il serait sage d'attendre encore un peu avant d'en reprendre une autre, sinon elle finirait par ne plus marcher droit. Mais ce liquide pétillant doré était vraiment attrayant, elle pourra en boire indéfiniment contrairement aux autres alcools. Bref, elle fut détournée de ces pensées par une question de son galant interlocuteur. Ses yeux allèrent dans la direction qu'il montrait.


Ah lui. Mon frère aîné, enfin jumeau qui se dit l'aîné. Notre père avait des affaires à régler et souvent mon frère l'accompagne et moi... Disons que je sers de faire-valoir. D'ailleurs ne vous étonnez pas s'il vient d'ici... dix minutes, c'est juste pour voir de plus près qui s'adresse à moi.

Sourire aux lèvres, elle voulait juste le prévenir, qu'il ne s'étonne pas d'être dérangés. Noah ne resterait pas longtemps de toute manière, c'était juste histoire de venir, faire mine de demander quelque chose à sa soeur, et repartir.
Un serveur passa et leur reproposa des boissons. Bon, tant pis pour les résolutions, et une autre coupe de champagne! Bien frais il se buvait facilement, ça lui jouerait des tours un jour! Heureusement, il avait aussi pensé à leur apporter de quoi manger pendant leur discussion, bonne initiative.
Après avoir dégusté un petit four, elle allait redemander quelque chose quand une silhouette arriva à sa droite.


Déjà là No...ah?

Son regard s'était levé vers le visage de la silhouette. Un chauve... ah non, ça ne pouvait pas être son frère. Derrière lui, d'autres hommes en costumes mais que venaient-ils chercher? Vu leurs têtes aimables, appartenaient ils à une autre famille de mafieux que son père devait rencontrer? Peut-être. Quoiqu'il en soit, ce n'est pas par la demoiselle qu'ils semblaient intéressés.

Si mademoiselle veut bien se donner la peine de nous laisser.

Le chauve venait de lui parler mais malgré ses faux airs polis, elle sentait que quelque chose se tramait. Des mauvaises rencontres en une pareille soirée? Certainement pas. Ils n'allaient pas lui enlever son compagnon quand même.  

Je regrette, cet homme m'est réservé pour la soirée.

Les lunettes s'abaissèrent vers elle et la fixèrent. S'ils pensaient que ça allait l'intimider... On en voyait tout les jours dans la mafia, c'était ça l'avantage. Elle les plaindrait même s'ils tentaient quoique ce soit. Bon... en fait ce n'est pas en robe de soirée qu'elle ferait quelque chose. Puis bon, rien ne disait qu'ils avaient réellement de mauvaises impressions, même s'ils avaient la gueule de l'emploi.

©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Ven 26 Juil 2013 - 4:14
Ah lui. Mon frère aîné, enfin jumeau qui se dit l'aîné. Notre père avait des affaires à régler et souvent mon frère l'accompagne et moi... Disons que je sers de faire-valoir. D'ailleurs ne vous étonnez pas s'il vient d'ici... dix minutes, c'est juste pour voir de plus près qui s'adresse à moi.

Je souriais toujours, jetant parfois des petits coups d’œil à gauche et à droite pour m’assurer qu’ils n’étaient pas trop prêts. Ce soir-là, ils ne devaient pas mettre la main sur moi et m’enlever à c jolie petit lot. Je souriais à ses remarques, elle était délicate, en tout cas, elle semblait l’être, ses lèvres… j’avais envie de les embrasser, pas comme je le faisais avec toutes les nanas qui passaient par là, mais fougueusement, amoureusement, en moi, mon cœur reprenais sa vie, son mécanisme, il battait. Des choses étranges m’arrivaient ces derniers temps, c’est vrai. Enfin… ces derniers temps. Non. Depuis la naissance de Ritsu, mon petit dernier… Quand j’avais vu ses petits yeux bleus tout ronds, j’avais envie de le croquer… Au sens figurer hein !

Déjà là No...ah?

J’haussais un sourcil, surpris, les lèvres dans la coupe. Mon sourire parti d’un coup, un regard effrayé montrait le bout de son nez. J’allais passer un sale quart d’heure mais visiblement, les gros bras n’était présent au lieu de se dénommé « Noah » n’étaient pas les seuls à vouloir m’avoir en tête dans ma chambre d’hôtel.

Je regrette, cet homme m'est réservé pour la soirée.

Je pouffais de rire à chaque mot prononcé. Elle avait pris ma défense, elle ne devait pas savoir qui était ses gars à qui je devais gros, ou plutôt à qui le patron des chiens-chiens m’en voulait pour avoir arraché ses molaires. Je souriais toujours mais lui me regardais agacé… Je le voyais lever la main sur ma bien-aimée de la soirée et directement, j’invoquais les pouvoirs d’Ika en prononçant tout haut mon incantation.

« Vitesse. Rapidité. Agilité. »

Mon corps, recouvert d’une aura noire et violette. Je me propulsais à une vitesse incroyable vers Beck et d’un uppercut je l’envoyais valser sur une table plus loin. Tous ses hommes de mains se regroupèrent vers moi. J’étais au milieu de la salle… Je me mettais en position de boxeur pour combattre ses abrutis et ensuite me faire la fille…

Battle theme

L’un deux sauta sur moi avec un couteau. Je lui arrachais des mains pour lui enfoncer dans la jambe pour me servir de lui comme un bouclier pour le suivant qui allait me frapper avec une chaise. Une fois remit à leur place, j’attrapais une fourchette pour me battre en bloquant les coups de couteaux du suivant en esquivant, laissant quelques lambeaux de ma veste à terre. J’enlevais celle-ci en fermant les yeux, l’engueulant !

« Cette veste… ELLE MA VALU PLUSIEURS MILLIERS DE YENS ! J’espère que tu as une bonne assurance santé ! »

Je prenais une assiette en la lui écrasant en morceau sur la tête ! Doublé le coup d’un uppercut pour finir avec un coup de pied retourné ! Je le regardais à terre, à moitié K.O. Je souriais, me retournant pour regarder Ma bien-aimée mais à la place, je trouvais le poing d’un autre type. Je tombais à terre directement en saignant du nez… Pas tout à fait remis, je restais un peu à terre, le regardant. C’était une masse ! Il avait juste un petit veston et la tenue habituelle des autres mais… ses muscles, ça faisait au moins quatre fois les miennes. J’haussais un sourcil, lui jetant…


« Toi… Tu as mangé trop de soupe quand t’étais petit… »

Je fermais les yeux et il m’attrapa par le cou en m’étranglant en l’air alors que c’était le chaos autour de nous. Même avec cette mini-apocalypse de soirée privée, d’autres gardes arrivaient, j’arrivais plus à respirer et à très peu parler mais… Je devais invoquer Ika encore !

« Dédoublement… »

Un clone de moi apparu dans le dos du monstre, il était comme moi mais tout en noir et les yeux jaunes ou même dorés ! Il le dégagea d’un gros coup de pied. Je retombais à terre mais je me relevais pour me mettre en position d’attaque, mon double et moi dos à dos. On allait avoir du pain sur la planche. Ils venaient directement tous sur nous ! Alors pas le choix, faut y aller ! On combattait comme des fous, juste en bloquant des coups… Il nous fallait de l’aide ! Et vite !

Je n’avais pas souvent recours à mes pouvoirs contre les humains, là c’était différent… Ils étaient comme génétiquement modifiés, c’était vraiment très bizarre. Tant qu’il n’arrivait rien aux gens dans la salle… Ça devrait passer.
Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Lun 29 Juil 2013 - 2:24
Flashback


La scène se passa comme au ralenti. Tenant négligemment la coupe de champagne, les yeux dorés de la demoiselle voyait la main prête à la gifler. Une gifle qui, vu la carrure du gars, laisserait très certainement des marques. Et pourtant, elle eut le temps de penser "Quelle erreur" avant que... l'homme finisse quelques mètres plus loin?
Le temps reprenant subitement son cours normal, les hommes en noir n'attendirent pas pour cerner leur cible première. La soirée s'annonçait bien... Et elle, prise au milieu de tout ça, aurait surement droit aux dommages collatéraux. Les gens autour s'étaient subitement écartés, tentant d'échapper au règlement de compte tandis que, impuissante, la jeune femme regardait son compagnon pourtant si charmant se faire prendre à parti.

Bien qu'entraînée à se défendre, se jeter dans la mêlée n'était pas un sujet qu'on lui avait enseigné aussi, malgré son envie d'aider Lakuza, rester en dehors était la seule chose à faire. N'allez pas croire non plus qu'elle réagissait comme une pauvre damoiselle en détresse qui s'évanouissait à la première goutte de sang, oh non, elle en avait vu de pire. Quatre ans plus tôt, son père était bien rentré le bras en sang après une tentative d'assassinat et son frère avait déjà eu quelques dommages lors de ses bagarres au lycée. Mais là, rien qu'avec cette robe de soirée qui entraverait ses mouvements, elle s'effondrerait sur une table au premier coup de poing.
Cela incita donc un des hommes à venir vers elle, pensant surement que leur proie serait plus docile si ils lui prenaient ou menaçaient sa compagne de soirée. Pas de bol, la bouteille de vin qui trainait à côté éclata en morceaux au contact de son crâne tandis que l'homme chancelait sous le choc, laissant tomber son couteau. Mmmh... que des couteaux? Pauvres petits...

Cette petite diversion avec la bouteille fit louper à Sib une partie du combat de Lakuza. Cependant, elle ne loupa rien de la...silhouette qui était apparue à ses côtés. Comment était-ce arrivé? Elle ne pouvait pas sortir de nulle part et pourtant, c'était bel et bien là, à côté de lui.
Erreur que de s'arrêter sur ce "détail" perturbant car pendant son observation, l'autre sonné avait assez reprit ses esprits pour se ressaisir de son couteau et le mettre sous la gorge de la demoiselle.

Rien qu'à la pression qu'il exercait sur sa gorge, elle devina qu'il n'était pas vraiment content de la bouteille de vin qu'il venait de se prendre. Mais qu'il se plaigne! C'était un bon cru... tant de gaspillage juste pour lui... Enfin... Lakuza avait-il remarqué la situation dans laquelle elle était? Oh, pas qu'elle implorait son secours car elle savait que ses secours ne tarderaient pas. Après tout, Noah n'avait jamais été loin et n'avait surement rien manqué du spectacle. Et qui touche à sa soeur, ressort les pieds devant...
L'homme en noir l'apprit à ses dépends. Au moment où il allait interpeller sa première cible, les yeux dorés de la demoiselle aperçurent la silhouette de son frère, armé. Il avait toujours eu une passion pour les armes mais il avait oublié de mentionner qu'il en porterait une ce soir. Qu'importe, c'était bien utile en attendant. Lui ordonnant de la lâcher, le frère attendit que le couteau soit assez loin de la gorge avant d'asséner un violent coup à la nuque du kidnappeur. Bizarre qu'il n'ait pas tiré mais pas stupide, s'ils étaient plusieurs et que Noah n'avait qu'un chargeur, chaque balle perdue pourrait changer la donne.

Déterminée cependant à aider son compagnon et faisant abstraction du maigre filet de sang s'échappant de la plaie à sa gorge, Sibylle reprit le couteau de son agresseur et l'envoya directement dans une des cuisses d'un des autres hommes. Ah le lancer de couteau... des cours qu'elle n'avait jamais manqué ni jamais exercé sur le terrain jusqu'à maintenant.
D'autres arrivaient toujours. Noah s'occupa de certains d'entre eux tandis que, prise d'une assurance soudaine après son lancer de couteau -ou submergée par l'adrénaline-, la jeune femme rejoignit Lakuza. Ca n'allait pas être évident, elle en était consciente mais pas question qu'ils gâchent la soirée plus longtemps.
Un homme, sourires aux lèvres, s'approcha d'elle, pensant que cette "crevette" blonde tomberait au premier soufflet qu'il lui collerait. Grossière erreur là encore. Se saisissant de son poignet de la main droite, sa main gauche alla briser l'articulation du coude en le faisant aller dans le mauvais sens. Autant dire que le bruit des os qui se brisent fut sinistre mais la douleur souvent était telle que l'adversaire restait recroquevillé sur lui même à gémir.


Dommage que votre argent ne vous permette que de choisir votre table, choisir des ennemis moins coriaces auraient été sympa ce soir.

C'était tout ce qu'elle avait trouvé, pas terrible certes. Puis des coups de feu retentirent, enfin, étouffés grâce au silencieux. Sans les tuer, Noah avait fini par choisir de les immobiliser en tirant dans les épaules. Pas tous cela dit, mais quelques uns qui leur barraient le passage en tout cas.

©Didi Farl pour Never-Utopia



[Désolée j'avance pas beaucoup je sais ;o; Si tu as des questions, je suis sur skype ~ Et si tu veux faire parler/agir Noah, je t'en prie, c'est un pnj tu peux l'utiliser comme tu veux.]
Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Lun 29 Juil 2013 - 8:10
Que savez-vous de la signification du mot « monstre » ? Je vous pose cette questions car dans ma vie, je n’ai pu me la poser que très peu de fois et le plus souvent, les nuits suivantes étaient de plus en plus rude. A me demander pour un oui ou pour un non si j’étais tout simplement devenu fou ou si j’étais l’invention du mal, le fruit des talents des hommes ou simplement… Un dieu sur Terre. Pourquoi je dis ça ? Par pure envie de montrer le fait que je suis narcissique ? Non… Il y a une raison. Comme vous aurez pu le constater, je suis le diable, l’instrument de la source des ténèbres et par conséquent… Mes enfants le seront aussi, faisant en sorte que le mal s’abatte sur leur chemin, qu’à leur passage dans un jardin, que l’herbe sous leurs pieds pourrissent, que l’atmosphère soit lourde et que ceux qui auront des mauvaises pensées à leur égard soit punit par une des malédictions les plus terribles…

Je ne veux pas ça, pas ça pour mes fils. A Jin… Brave homme qui aime la bagarre déjà tout petit. Je savais que la première fois où je le verrais, où nos regards s’échangeront, j’aurais évidemment eu cette sueur froide dans le dos… A Akimoto… Un grand génie de l’avenir, le protecteur du pouvoir d’Ika, celui sur qui, tout repose… A Ritsu, le preux et courageux combattant, protégeant les siens jusqu’au bout, jusqu’au dernier. Il est encore tout jeune quoi que… Il arrive déjà à ses douze ans et il encore avec moi… Même si il faut m’en séparer, je garderais un œil sur lui pour comprendre sa vie, comprendre ses douleurs et ça… Sans sa véritable mémoire. Je regardais cette homme à terre que je venais de tuer grâce à mon double de ténèbres. Je ne voulais pas que Ristu devienne ainsi lui aussi. Il ne devait pas empreinte la voie de son frère Jin, déjà mort peu de temps avant cette soirée. Cette famille… Cette jeune fille, elle ferait une très bonne mère pour Ritsu, elle fera une très bonne mère. Elle lui ressemble déjà, à lancer des phrases…

Dommage que votre argent ne vous permette que de choisir votre table, choisir des ennemis moins coriaces auraient été sympa ce soir.

Je souriais au son si délicat de se craquement d’os… Je souriais a en pouffer de rire en entendant les hurlements de l’homme de main. Je regardais maintenant tout autour de nous, la salle était ravagée par le chaos, les hommes étaient en train de battre en retraite comprenant qu’il n’y avait plus de chef pour les diriger alors ses abrutis partaient, mais je n’en restais pas là.

« Clonage… »

Le père de famille était là lui encore, mes clones, sortant de mon torse pourchassaient et tuaient les dernier gros dur encore présent en les tuant de la façon la plus horrible façon qu’ils soient : En fouillant dans leur souvenir pour retirer ce qu’il y a de plus douloureux pour enfin leur arracher la tête. J’ordonnais par la suite de condamner les entrées principales pour enfin passer à notre petite soirée V.I.P. Tout d’abord, je me posais sur l’une des dernières tables encore intacte, Pierce me rejoignais avec Ritsu dans les bras, complètement assommé le visage recouvert de sang sécher… Il le posa sur la table.

« Télékinésie. »

Rapprochant violemment une chaise en face de moi, je fixais la jeune femme en lui faisant signe de prendre place.

« Bien… Je vais vous expliquer maintenant, le déroulement de la soirée… En entrée… *keuf* je vous propose les présentations, en plat du soir je vous propose l’adoption et enfin en désert je vous offre mes sincères excuses. »


Lakuza's Theme

Je sortais une clope pour l’allumer avec mon briquet « Zippo ». Je le posais sur la table debout, droit comme… euh non, laissez. Je regardais la jeune femme intensément. Peut-être était-elle confuse a tout ça ? Je commençais donc le repas.

« Je m’appelle Lakuza, c’est vrai, mais mon nom n’est pas « Jinzô »… Ah…. Il est vraiment naze ce nom, tu l’as piqué où Pierce ?! Ahah… Bon, ça ne te fait pas rire. »

Mon camarade à côté de moi tremblait, il était en sueur car… à vrai dire, il n’était rien d’autre qu’un esclave que je m’étais autorisé d’avoir, un esclave à la vie quelques peu courte… Mais nous verrons ça un peu plus tard lors du repas.

« Bien… Mon nom que m’a donné mon père un peu trop absent… Est « Kay ». Je reformule pour votre vieux père. LAZUKA KAY !! »

J’avais crié oui, pour que cet enfoiré comprenne vraiment qui j’étais. Qui j’étais exactement ? Qu’un simple type qui a voulu protéger sa femme de ses personnes appelés « têtes à tomber » ou mieux encore et plus bisounours « méchantes personnes ». Ce vieux parrain comme on en voit dans les films… Cet enfoiré m’avait coupé tous les doigts… Comment ont-ils repoussés ? Nous verrons ça aussi plus tard…

« Ohhh mais surtout, gamin, n’essaie même pas de me buter, tu ne sais pas combien ont essayés et ont vu leur cinq membres tomber…. Et j’ai bien entendu parlé de celui du bas avec. »

Détournant maintenant le regard la jeune femme, la fille de l’esprit putride et pourris de l’humain en lui donnant un large sourire.

« Mademoiselle, je te présente ton fils, il s’appelle Ritsu, c’est mon enfant. Aujourd’hui si tu as vu tous ces gars, c’est bien à cause de lui, je trimballais mes trois fils dans le camion plus loin, c’est à cause de ça. J’en ai trois et voilà une photo d’eux… »

Je posais sur le ventre de mon fils la photo des trois frères. Il y avait Jin, Akimoto et Ritsu dans un parc juste en face du collège de Ritsu, ils étaient inséparable… Ils étaient.

« Je te la laisse car un jour il voudra retrouver son passé. Tu vois le brun, c’est Jin, j’ai dû le descendre moi-même car je n’arrivais pas à l’endormir… Descendre son fils pour qu’il ait la paix… Akimoto, lui… Lui il est parti dans une académie qui forme des jeunes avec des talents incroyable ! Comme moi parait-il… Il y est allé de son plein gré car sinon il mourrait de ma main mais ça… Il l’a oublié. Tu vois, je veux que Ritsu soit en bonne santé, pas qu’il devienne obligatoirement un homme bon. Mais au moins, qu’il soit quelqu’un de solide. En toi, je vois la femme qu’on m’a prise. Au fond, tu n’es pas comme ton trou de cul de père. Tu pourras et tu ferras sans doute des choses mal, des choses monstrueuses… Mais tu le ferras pour le bien. Apprends-lui ce qu’est le bien. Entraine-le à se battre comme un homme pour apprendre à arrêter des types qui tuent leurs gosses de sang-froid, des types comme moi. J’ai été consumé par la haine, par Dieu. Il vit en moi et je ne peux rien faire pour l’empêcher de faire de moi, un monstre… Et je ne peux pas mourir de ma main, je n’en ai pas le courage. Si ton frère ne range pas son flingue, ça ira mal pour lui. Mes cellules se recharge. Vous me tuerez, mais je ne monterais pas aux cieux et je vous retrouverez puis je vous décapiterez comme ont fait mes clones. Et puis… »


Je posais mes yeux sur mon fils tristement mais le sourire aux lèvres.

« Je me verrais dans l’obligation de le décapiter lui aussi, de l’étriper… Car je vous l’amène à toi maintenant, mais je n’en aurais plus la force dans quelques heures. »

Un long silence s’en suivit, quelques minutes passèrent en tête à tête avec elle. Elle me rappelait Maria, mon amour, mon ange… Je me levais de la chaise poussiéreuse et je posais la main sur le front de mon fils pour faire jaillir un signe bleu… Le signe de ma famille. Un « K ». Je soupirais et je regardais la jeune femme.

« Alors… Vous le prenez ? Attention, il n’est pas remboursé… Si vous me dite oui, j’efface sa mémoire et je la remplace pour qu’il vous appelle : Maman. »

Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Jeu 1 Aoû 2013 - 18:47
Flashback


Et bien, que de sport... On ne s'y attendait pas lors d'une telle soirée mais heureusement, il n'y avait pas trop de dégâts. Enfin, un peu quand même mais pour le camp adverse alors ce n'était pas important. Prenant une serviette qui trainait par là, Sibylle épongea un peu le sang au niveau de sa gorge. C'était juste une égratignure mais ça se voyait et c'était ce qui la faisait chier... ça brûlait en plus cette saloperie!
Elle n'avait pas remarqué encore que toutes les sorties étaient condamnées et ne vit qu'au dernier moment cet enfant posé sur la table. Soudainement perdue, la jeune femme et son frère regardaient Lakuza. Là c'était vraiment louche... Même au sein de la famille le trafic d'enfants ne se faisait pas. plat, adoption, dessert, présentation? Ca voulait dire quoi? La poussant doucement d'une main, Noah lui indiqua de s'asseoir, il était aussi perdu qu'elle.

Les deux jeunes gens écoutèrent l'homme parler. Parler, parler encore et encore, sans trouver quoi répondre. Que pouvaient-ils répondre de toute façon? Tout leur était étranger. La seule chose que fit Sib fut de tendre le bras pour prendre la photo, frôlant à peine l'enfant inconscient recouvert de sang. Amenés dans un camion, l'un qui était mort. C'était totalement et tout bonnement impossible! Même si la preuve se trouvait sous leurs yeux.
Sibylle devait avoir perdu toute couleur sur son visage, et pas à cause de l'égratignure à son cou. Noah lui guettait souvent sa soeur, ne lâchant pas son arme, même quand l'autre le lui dit. Il la tenait juste, il ne la pointait pas vers lui non plus. La situation exigeait de toute manière qu'il prenne au moins la précaution d'avoir une arme sortie et chargée.
La demoiselle était quand même à deux doigts de réussir à articuler quelque chose quand Lakuza parla de lui laisser son fils. PARDON? Laisse son fils à une gamine de 18 ans qui commençait à bosser officiellement pour les mafiosos? Là c'était officiel, il était totalement dérangé. Le tuer... sinon il tuerait son fils et ... lui apprendre à savoir se défendre, qu'elle était différente de son père.. Aaaaah arrêtez cette machine infernale! Son cerveau n'y comprenait plus rien. Et autant dire que la "blague" finale de cette tirade l'acheva. "Il n'est pas remboursé", comment pouvait-il parler de son fils ainsi? Quel père parlait de tuer son fils aussi... "Maman"... pour qu'il l'appelle "Maman"... Grands dieux c'était quoi ce délire? Ils avaient mis de la drogue dans leur champagne ou quoi?


Nous le prendrons avec nous.

La fratrie se retourna d'un même mouvement. Leur père les avait rejoint et avait de toute évidence quasi tout entendu. Enfin... c'était tout de même démentiel. Pourquoi acceptait-il? Sibylle supposa que c'était pour sauver l'enfant d'un quelconque mauvais traitement, après tout ce sang n'était pas arrivé tout seul. Toutefois, elle ne put s'empêcher de penser "Est-ce sage de l'accueillir dans une famille dirigeant la mafia?". Pas que Sibylle et Noah aient eu à se plaindre lors de leur enfance mais il y avait plus sain, il fallait le reconnaître.

Toujours en train de fuir Lakuza... Hmpf qu'importe... Nous prendrons soin de ton fils, mais laisse ma fille en dehors de ça, elle n'a que 18 ans. Ma femme saura s'en occuper.

Il prit une chaise et s'assit à côté de sa fille, observant le visage du garçonnet.

Ca lui fera du bien, depuis qu'elle est malade, son moral n'est pas au plus haut, il lui redonnera le sourire.

Parler de la maladie de sa femme n'était pas dans les habitudes du vieux. Les jumeaux se regardèrent, c'était vraiment étrange. Rangeant son arme, Noah entreprit de rester derrière sa soeur, posant ses mains sur ses épaules pour la détendre comme il pouvait.

Toutefois, une fois que tu seras parti et qu'il sera avec nous, interdiction de t'approcher de chez nous, tu devrais l'oublier aussi, et à jamais rester loin de ma famille.

Ca n'annoncait rien de bon. Père savait-il quelque chose? Certainement, mais pour rester aussi vague, facile de deviner qu'il n'en dirait pas plus à ses enfants. Voulait-il vraiment accueillir cet enfant chez eux? Certes, il y a quelques années encore, Sibylle demandait si un jour elle serait grande soeur mais maintenant les choses avaient changé. Désormais c'était les affaires familiales qui occupaient ses journées. Comment inclure cet enfant tout en le maintenant éloigné de tout ça? Surtout s'il l'appelait "Maman"... maman à 18 ans, ça lui faisait peur. Etre mère tout court lui faisait peur... Après tout, leur mère n'était-elle pas en phase terminale actuellement? Et qu'importe le temps qu'il lui restait à passer en ce monde, il ne serait jamais assez suffisant pour que ses enfants arrivent à l'accepter.
La jeune femme l'admettait toutefois, il est vrai que l'enfant l'aiderait à se sentir mieux mais si elle disparaissait quelques mois plus tard à peine, que feraient-ils? Sibylle pouvait supporter la vue d'un os ensanglanté sortant d'un bras, des tripes à l'air, filer à plus de 200km/h en voiture ou en moto mais la simple idée de se charger d'un enfant la terrifiait tant elle avait peur de faire une erreur.


Nous pouvons nous vouer une haine meurtrière, je t'assure toutefois sur la vie de mes enfants qu'aucun mal ne sera fait au tien.

Sur ce point, la demoiselle pouvait garantir la véracité de ses propos. Jamais leur père n'avait fait du mal à des enfants et ordonnait qu'ils soient mis à l'écart lorsqu'il fallait... "réclamer de manière musclée" certaines choses à leur parent. Maigre consolation peut-être mais c'est bien pour ça qu'elle ne voulait pas que l'enfant soit chez eux, mêlé à la mafia, ils ne pourraient pas le laisser indéfiniment en dehors de leurs affaires.

Enfin, quand on voit que 5 ans plus tard ses deux enfants mourront et qu'il se fera tuer par sa fille...


©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Ven 2 Aoû 2013 - 14:42
Je regardais mon garçon, endormi paisiblement faisant surement des rêves que tous les gamin de douze ans font… Plongé dans mes pensées une nouvelle fois, je me faisait arracher par les paroles du grand-père.

Nous le prendrons avec nous.

Je levais la tête dans la direction de mon ennemi, du salopard qui avait ordonné de tuer ma femme et mes gosses. Je le regardais froidement, j’étais vraiment neutre à son sujet. Pourquoi ? Car je savais que de placer Ritsu au sein de cette famille allait être l’effet d’une bombe. Autant pour lui, que pour sa fille. Bien entendu, je laissais tout de même une part de moi à cet enfoiré, mais à charge de revanche…

Toujours en train de fuir Lakuza... Hmpf qu'importe... Nous prendrons soin de ton fils, mais laisse ma fille en dehors de ça, elle n'a que 18 ans. Ma femme saura s'en occuper.

Je souriais à la jeune fille maintenant. Ce que son père disait ne me touchait plus à présent, je n’étais plus à ses bottes, je n’étais plus qu’un cadavre ambulant pour lui, mais tout de même, il continuait à m’amuser même…

Ca lui fera du bien, depuis qu'elle est malade, son moral n'est pas au plus haut, il lui redonnera le sourire.

…si ça femme avait eu la meilleure des protections sans me vanter. Je tournais maintenant mon regard vers mon fils adoré, celui que j’avais tant aimé, celui que j’avais tant protégé, celui que j’avais éduqué avec des principes d’humains pitoyable pour lui laisser son innocence, sa bonté pour prévoir une belle vie.

Toutefois, une fois que tu seras parti et qu'il sera avec nous, interdiction de t'approcher de chez nous, tu devrais l'oublier aussi, et à jamais rester loin de ma famille.

Je fermais les yeux, mon sourire se dessinant petit à petit sur mes lèvres. Pierce tremblait à côté de moi encore, il puait la transpiration… Ah… C’était la fin pour lui aussi.

Nous pouvons nous vouer une haine meurtrière, je t'assure toutefois sur la vie de mes enfants qu'aucun mal ne sera fait au tien.

J’ouvrais les yeux, sortant une vielle arme à canon scié de ma veste. Je le chargeais d’une balle en écoutant se bruit si jouissant du rechargement. Je fermais les yeux, me laissant dominer par mon envie de meurtre. Je regardais le vieux après son discours pour enfin lui répondre après avoir tiré dans la tête de mon esclave en sueur.

« Oh… Mais j’en suis sûr, je te fais entièrement confiance sur le fait que tu ne veuilles absolument pas que la tête de ton fils finisse comme celui de mon esclave… Ou encore que ta fille finisse ses jours en étant à moi. »

Je pouffais de rire en faisant disparaitre mon arme à feu dans une poussière noire. Je me penchais maintenant sur mon fils, un sourire triste sur mes lèvres. C’était l’heure des adieux… Un moment douloureux.

Ending Lakuza

« Hey… Ritsu… Réveil toi. Ouais, voilà, ne parle pas, tu as encore mal. Ecoute… Papa va s’en aller au travail, mais d’abord je dois te guérir. Alors je veux que tu fermes les yeux et que tu penses fort à maman… »

Je laissais échapper une larme en regardant mon fils à moitié en pleure. Il était encore allongé, pas à l’aise. C’est normal… Pour un gamin, voir sa mère décapité, c’est atroce mais justement, j’allais le guérir de ces conneries que son nouveau grand-père lui avait foutues dans le crâne. Je posais ma main sur ses yeux et sur son front. Je fermais les yeux en respirant tranquillement pour faire jaillir une orbe au-dessus de la table. L’orbe rayonna très fortement pour éclater et devenir complètement transparente en même temps que neutre. Je laissais aller quelques larmes silencieusement. L’orbe remplaça la dernière et Ritsu se réveilla en sursaut. Je m’écartais directement pour voir le spectacle. Il me regarda en fronçant les sourcils, et se tourna vers la jeune fille…

« Maman… C’est qui le monsieur ? Je… J’ai froid… »

Il se jeta sur la jeune fille en pleure, apeuré par les évènements. Je regardais très sérieusement la fille du monstre pour lui faire comprendre tout l’amour que j’avais pour lui, qu’il lui en fallait la même dose. Je me relevais en me mettant une clope au bec écrasant l’autre avec mon pied près de la tête explosé de mon esclave. Je partais donc sans dire un mot ou plutôt… En disant au revoir à ma manière.

« Au fait gamine, conduit prudemment sur la route, tu veux bien ? »

Je faisais signe de la main, dos tourné à eux, explosant l’entrée avec mes pouvoirs pour fuir cet endroit de malheur. Ma mission était accomplie, mes gosses étaient en sécurité… Mais maintenant, il me restait plus qu’une chose à faire.
Invité
avatar
Invité
Re: Bonus Stage - One (flash back) - Sam 3 Aoû 2013 - 19:25

Surprenant ce rp, je ne m'attendais pas à ce que Sibylle soit mère si jeune. Pauvre cookie. J'ai bien aimé lire, un autre flash-back ne serait pas de refus ~

Ritsu Kay : 405 xps
Sibylle A. Ethellan : 370 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: Bonus Stage - One (flash back) -
Bonus Stage - One (flash back)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Monument historique-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page