Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian]

 
Invité
avatar
Invité
We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Ven 21 Juin 2013 - 2:07
Revivre, c'est sans doute la dernière chose à laquelle se serait attendu Arkel au moment de sa mort. Et encore moins revivre dans cet endroit qui semblait étrangement calme. Non, lui il se serait plus vu en enfer à expier ses fautes ou alors il aurait pu disparaître purement et simplement. Pas de chaudron en feu ni de vide infini en vue, à priori il devait être au paradis ou un truc du genre. 

Malgré le fait qu'il soit mort il n'en gardait pas beaucoup de souvenirs. Seul le visage ensanglanté de sa sœur restait douloureusement gravé dans sa mémoire et tout cela lui semblait déjà très loin. Tout son passé, sa sœur, les personnes qu'il connaissait, le monde duquel il venait, tout cela lui semblait très très loin comme si de nombreuses années étaient passées en quelques instants. D'ailleurs il ne savait même pas si sa mort était récente ou s'il avait mit un certain temps à reprendre conscience. C'était comme si ses souvenirs s'étaient légèrement effacés, ne laissant que des bribes de son passé dans sa tête.
Quand bien même ce vide persistait, Arkel se rappelait toujours de sa sœur. Avait-elle eu la chance de survivre à l'incendie elle? Était-elle sortie indemne des décombres par elle-même, l'avait-on aider? Ou alors était-elle grièvement blessée en proie à de grandes souffrances? Était-elle simplement morte comme lui? Avait-elle eu la même chance que lui ou avait-elle simplement disparue? Peut-être qu'elle l'attendait derrière ces grandes portes?
Toutes ces questions qui trottaient dans sa tête pouvaient se résumer en une seule :
Révérait-il sa sœur ne serait-ce qu'une seule fois?


Comme pour mettre fin à son questionnement incessant une jolie jeune femme aux longs cheveux magenta et portant une robe rouge sang vint à sa rencontre. Après s'être brièvement inclinée elle lui déposa dans ses mains qu'il avait levées sans vraiment réfléchir une feuille qui semblait contenir des informations intéressantes. 


" Bienvenue dans la Deus Académia, viens, suis-moi. "

Elle disparue alors dans un tourbillon de pétales colorées, laissant le jeune homme seul devant les grandes portes du temple qui s'ouvraient doucement.
Au lieu de le traverser Arkel décida d'abords explorer un minimum le temple, qui sait peut-être cela lui apprendrait quelque chose d'utile?
Il se mit à traverser l'édifice en passant à côté des statues. Il effleura celles-ci du bout du doigt pour sentir leur pierre lisse glisser sur sa peau.

Il finit par s'asseoir devant la statut de ce qui lui semblait être un dieu. Lui qui n'avait jamais cru en un dieu décida qu'il était peut-être temps de s'y mettre. Il rassembla ses mains et posa son front dessus avant de faire le vide dans son esprit. Il pensa à ses craintes, ses désirs, ses souvenirs et le temps fila sans qu'il ne se rende compte de ce qui se passait autour de lui.
Invité
avatar
Invité
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Sam 22 Juin 2013 - 14:41




Revivre. Quel étrange concept purement humain. Pour revivre il faut mourir une première fois, et pour cela il faut donc avoir accomplis plus ou moins en longueur une première vie. Mourir..voilà quelque chose qui effraie l'Homme, certainement pour cela qu'il désire revivre. Se laisser porter par des chimères lui soufflant qu'il pourra continuer d'être, d'exister, de penser même après sa mort. Parce que c'est cela même qui fait peur dans la mort, pas la mort elle même. Mais ce qu'il y aura après. Comment seront nous ? Pensant ? Conscient ? Ou juste mort.. ? Sans aucune pensée, sans plus avoir conscience d'exister, sans ne plus pouvoirs être tout simplement. Une sensation de vide et de froid incontrôlable s'emparait de moi lorsque je pensais ainsi autrefois. Presque insoutenable, une sensation purement désagréable qui me faisait trembler, me donnait l'impression d'avoir avalé un sceau de glace. C'était une peur primaire, une peur instinctive du Rien. L'Homme était fait pour penser, pour exister, pour être. Et la mort remettait en question cette rhétorique, la rendait obsolète, l'Homme incapable de penser était-il un homme pour autant ? Devenait-il moins qu'un animal ? Devenait-il un amas de chaire et d'os en décomposition. Qu'est ce qui qualifiait l'âme ? Au final, c'était surtout ça la question. Comment devions nous qualifier l'âme ? Quelque chose de palpable, de solide ? Informe ou bien à notre image ? Beaucoup de personnes s'étaient penchées sur cette idée de concevoir l'âme. Mais personne ne pouvait le faire réellement. Tiens...ça me rappelais certain écrit que j'avais lu autrefois...Que disait-il déjà ?..ah oui

« Toutefois, pour comprendre ces folies, il faut connaître la nature de l’âme et établir son immortalité : Tout comme ce qui possède en soi-même le principe de son mouvement, l’âme est immortelle. Au contraire, ce qui est mû de l’extérieur périra dès que la source extérieure de vie sera tarie. Si l’âme est le « siège des passions », elle n’en est pas moins dans le corps mortel comme dans une prison, dans un tombeau. D’autre part, il est possible de connaître la véritable nature de l’âme en se la représentant sous une forme mythique. Il s’agit du mythe du Char Ailé. L’âme est comparable à un attelage ailé céleste : le cocher est la raison, l’intellect qui gouverne et l’attelage est tiré par deux chevaux. Cependant, Platon introduit une différence entre l’âme des dieux et l’âme humaine. Pour l’âme des dieux, la structure de l’attelage et son comportement sont dans une continuité cohérente si bien qu’une fausse manœuvre est, par principe, exclue. L’attelage est porté sans encombre par les ailes au sommet de la voûte céleste dans un mouvement ascensionnel uniforme. Alors que pour l’âme humaine, ce mouvement devient difficile car l’attelage est apparié, les deux chevaux sont de nature différente: »

Oui c'est vrai...Selon Platon..Enfin Socrate c'était ainsi que l'âme était. Un danseur léger attelé à un corps bien trop lourd pour elle qui l'attirait de fait, vers le bas. Si l'on considérait cette pensée profonde d'un des plus grands philosophes que le monde est pus connaître je pense qu'on pouvait aisément comprendre ce qui m'arrivait à présent. Après la sensation d'avoir erré, flotter dans le vide et dans le silence pendant des heures, des mois, des années, des siècles. J'avais entrevu une forme, une lumière, éclatante et irrésistible. Est-ce que mon âme fut immortelle pour venir frôler de ma conscience éteinte quelque chose d'aussi éclatant ? Il fallut bien le croire car avant d'avoir pus décider si c'était les portes de l’au-delà, la fin d'une errance et la libération de ma vie torturée. Bien avant que toutes ses pensées ne puisse fuser, infuser dans mon esprit. La forme flou se concrétisa, se dessina de rebord, de murs et de formes architecturales de toute sorte. Les courbes douces de colonnades, l’abrupte des murs fièrement dressés narguant le sol et sa gravité. Oui tout cela se dessina lentement dans ma vision proche et lointaine. C'était un havre, un havre de paix et de douceur. Du moins ce fut la première impression que le lieu me fit. Je ne bougeais pas, immobile durant de longues secondes observant le ciel, respirant l'odeur sucré dans l'air, légèrement chaude comme une petite brise d'été. J'avais oublié comment marcher après tant de temps passé sous une apparence à peine humaine, à peine descriptible. Il me semblait totalement utopique, totalement lointain l'idée de me mouvoir à nouveau, juste avoir retrouvé ces sensations fut une libération pour moi, je respirais à nouveau, ça j'avais réussi à me souvenir comment faire. J'avais la sensation du vent sur ma peau, dans mes cheveux, j'avais des fourmis dans le bout des doigts comme s'ils furent là à nouveau. Comme si j'existais encore. Puis lentement, peu à peu que j'observais les lieux d'un œil circonspect et neutre je fus surpris de trouver en ma mémoire des images. J'avais pendant si longtemps voulu oublier, m'effacer du monde que j'avais cru possible de ne plus jamais être plongé, pris par les souvenirs de ma vie. Pourtant en cet instant les images flous, presque par flash me revinrent. Je voyais mon japon, mon père, mon amant, ma femme, mon fils. Je voyais l'étrange comédie qui avait animé, articuler ma vie d'un point de vue extérieur. Comme le spectateur de ma propre existence. Comme si je n'avais jamais réellement vécu tout cela, elle me semblait si lointaine l'époque où je fus Hakito Fumei. Si...décalée. Il y résonnait une impression de faux, que quelque chose était corrodé dans la machine de ma vie. Et je saisis bien vite ce qui n'était point à sa place. Moi. Quand mes souvenirs me ramenèrent au dernier instant de ma vie.

''Au dernier instant de ma vie ….Considérons donc que nous sommes censé être mort.''

Personne ne répondit à ma pensée évidemment. J'étais donc mort, alors pourquoi me sentais-je si vivant ? Vivant comme jamais.Vivant comme si je venais de naître.

''De renaître..''

Me corrigeais-je mentalement. Je venais de renaître, mais pas comme bambin, pas comme un quelconque animal. Non...j'étais revenu à la vie comme si ma mort n'avait jamais eu lieu. Étrange concept...étrange. Je m'étais alors décidé, j'avais avancé, lentement, prudemment. Comme un enfant apprend à marcher. J'avais lentement descendu les marches qui me menait jusqu'au devant d'une large et immense grille derrière laquelle se dessinait dans le lointain l'apparence de ce qui devait être un établissement fortuné. Avant même que j'eusse pus esquisser le moindre geste pour approcher la grille, une jeune femme, d'une fière beauté, presque sculpturale, s'approcha de moi avec un doux sourire qui semblait mécanique. On aurait dit qu'elle reproduisait ce geste depuis des centaines et des centaines de fois. Elle me fit penser à un artisan de mon japon, dont les mains reproduisaient avec exactitude les mêmes gestes en continue pour créer des objets encore et encore. Elle me souhaita la bienvenue ...La Deus Académia ? J'avais quelques notion de latin. Comme tout fils de famille influente, bien qu'à mon époque ce n'était pas tant l'étude des rares livres non japonais que nous avions qui primait, mais celle de l'art de la guerre. Deus Academia donc..L'université de dieu. Ou divine. C'était donc une académie que j'avais vu au loin. L'immense bâtiment semblait en effet, maintenant que je le savais, purement scolaire. Une université de dieu...était-ce une sorte de paradis ? Un endroit de passage ? Je n'étais pas très croyant de mon vivant mais je devais considérer qu'il existait donc bel et bien un dieu unique vu qu'à présent je fus trop mort pour me voiler la face. Et ce dieu unique avait créé cet endroit. Dans mon pays, les croyances n'étaient pas vraiment de ce genre là, nous croyons aux esprits, aux dieux malins mais pas spécialement au Dieu créateur. Mais je voulais bien l'accepter, de toute façon ce n'était pas une question de choix, mais de logique. Je me souvenais parfaitement être mort et je ne pouvais pas nier être revenu à la vie d'un moyen ou d'un autre donc j'étais bien dans le domaine du dieu unique et créateur de toute vie sur terre. Voilà qui était scientifiquement très intéressant. La jeune femme me tendis une feuille puis disparut avec une grâce que je qualifiais de formel et parfaitement adaptée à son apparence douce.
Je regardais les derniers pétales s'envoler, porté par le vent et mes yeux s'arrêtèrent au niveau d'un autre jeune homme agenouillé devant la statut de ce fameux dieu. Je m'approchais de lui silencieusement et le trouvais étrange. Il était habillé de bien singulière façon. Moi-même était munis des vêtements du moment de ma mort je portais une simple veste longue, mon matabiki et des chaussettes en soie, sans oublier mes geta, les sandales traditionnelles J'observais curieusement ce jeune homme habillé de bien étrange façon. Ce n'était pas ainsi que devait se vêtir un homme, mais je revis mon jugement, j'étais mort, le temps n'avait eu donc plus d'emprise sur moi, c'était peut-être moi qui était habillé à une mode d'un autre siècle. Tout dépendais du point de vue que l'on adoptait. Je jetais un œil à la feuille que j'avais reçu. Feuille divine. Votre domaine : Le mental. Palier 1. ...Hm voilà qui était bien curieux aussi. Qu'était-ce que ce domaine ? J'aurais voulu poser des questions pour me renseigner mais considérant l'air du jeune homme devant moi et sa présence au même lieu que moi je supposais qu'il venait d'arriver. Étrange...Nous étions pourtant éloigné de plusieurs siècles voir même millénaire à en croire sa tenue et pourtant nous arrivions ici en même temps. Étrange ; Je l'observais encore un peu et fini par tousser. Ma voix me semblait enrayée même à mes propres oreilles, je n'avais plus parlé depuis si longtemps à présent.

-Excusez mon interruption fort peu polit jeune homme. J'aimerais savoir, si vous le permettez, en quel lieu nous nous trouvons. A moins bien sûr que tel que moi vous ne veniez que d'arriver en cet endroit. Au quel cas je me retrouve confronté à la même question que vous. Que faisons nous en cet endroit ?

Il releva la tête vers moi et j'inclinais la mienne en signe de respect simple. J'étais persuadé de ne pas avoir parlé japonais. Pourtant je ne connaissais réellement aucune autre langue, juste le japonais. Alors comment ? Comment avais-je su lui parler aussi naturellement que l'aisance du cygne sur le lac ? Je n'en savais rien mais je soupçonnais la magie de ce Dieu d'être à l'oeuvre. Ainsi donc. Il influençait aussi notre langage pour permettre de nous comprendre. Intéressant.


Codes par Rei©





♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Mar 25 Juin 2013 - 0:21
We can
reborn !
« Dis, je pourrais te demander un service ?
Je dois aller sur Terre avec une amie et je voudrais m’habiller un peu plus « normalement »… »
Vinpap lui avait demandé ce service assez spécial quelques jours auparavant. Sur le coup, elle avait naturellement accepté évidemment. Comment aurait-elle pu refuser l’opportunité de passer du temps avec lui et de le voir dans une tenue plus…moderne ? Elle l’imaginait déjà en chemise. C’est clair qu’il allait être terriblement séduisant. Et il était bien là le problème. Durant les jours qui avaient suivis, elle n’avait eu de cesse de tournicoter les choses dans sa tête. Peut-être allait-elle laisser passer sa chance si elle le laissait aller à ce rendez-vous sans lui avoir avoué ses sentiments… Pourtant… Elle demeurait incapable de se lancer dans une telle déclaration.

Ainsi, le jour de l’aider était venu. Ce matin-là, elle avait enfilé une de ses tenues favorites afin de se donner le courage nécessaire pour rester de marbre tandis que son cœur battait la chamade. La nuit avait été courte… Du moins sur le plan du sommeil. Parce que lorsqu’on réfléchit et remet tout en question, on a tendance à trouver le temps long.

Finalement, quelqu’un avait frappé à la porte et le temps que Topaze en trouve le courage, une de ses colocataires était allée ouvrir. Puis le signe qu’elle attendait était arrivé, la colocataire lui avait annoncé qu’un homme la cherchait. Prenant une grande inspiration, elle l’avait rejoint. Fort heureusement, sourire n’était pas bien compliqué en sa présence. Sans avoir besoin de s’y forcer, elle lui avait souri gentiment et tous deux s’étaient empressés de se diriger vers une des annexes du dortoir où des vêtements étaient mis à la disposition des membres de l’académie. Comme toujours, à ses côtés, elle s’était sentie le cœur léger et l’avait aidé sans broncher. Après de longues recherches, ils avaient finalement trouvé leur bonheur. Ils se quittèrent sur cette victoire.


Une journée s’était écoulée depuis. Une longue journée où elle était restée partagée entre la jubilation qui la submergeait lorsqu’elle repensait à l’homme et à son élégance naturelle et la crainte que cette journée marque un changement décisif dans son quotidien. Topaze était une jeune femme assez possessive et très jalouse, mais elle était surtout très peu sûre d’elle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça lui gâchait la vie.

En cette nouvelle matinée, ayant encore une fois peu dormi, les pensées assombries par ses inquiétudes et par les réflexions récurrentes de cette chère Nasline, Topaze avait enfilé sa tenue des jours sombres, celle qu’elle portait lorsqu’elle avait rencontré Vinpap d’ailleurs.

Spoiler:
 

Telle une loque, elle était restée à regarder le plafond un long moment en essayant d’imaginer ce que Vinpap et son amie pouvaient bien faire sur Terre. Finalement, probablement fatiguée de la voir ainsi, une de ses colocataires lui avait conseillé d’aller faire un petit tour pour se changer les idées.

C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée à vagabonder près du temple, l’air morose.

Alors qu’elle s’avançait d’un pas tranquille, elle entendit les portes grincer et, sursautant, elle libéra le passage d’un bond. Par l’entrebaillement de la porte, elle eut le temps de voir une volée de pétales de fleurs et entendit Nasline murmurer dans sa tête.
*L’ange…*
De quoi parlait-elle au juste ? Topaze n’en savait rien et elle n’était pas d’humeur à engager une conversation avec ce parasite.
Aussi, elle se contenta de faire quelques pas afin de jeter un œil discret dans le temple, poussée par sa curiosité naturelle.

C’est ainsi qu’elle découvrit que deux hommes s’y trouvaient. L’un debout au milieu de la pièce, l’autre agenouillé devant une statue de Deus.

Silencieuse, Topaze demeura à son poste, indécise. Elle vit le plus frêle s’approcher de celui qui priait, il ne semblait pas venir d’une époque moderne à en juger par sa tenue. En revanche, l’autre devait venir d’une époque équivalente à la sienne.
« Excusez mon interruption fort peu polit jeune homme. J'aimerais savoir, si vous le permettez, en quel lieu nous nous trouvons. A moins bien sûr que tel que moi vous ne veniez que d'arriver en cet endroit. Au quel cas je me retrouve confronté à la même question que vous. Que faisons nous en cet endroit ? »
Un sourire vint animer les lèvres de Topaze. Ainsi donc, comme elle s’en doutait, il s’agissait bel et bien de nouveaux. Enfin du moins c’était le cas de celui qui venait de parler. Elle hésita un instant. Elle se souvenait de sa propre arrivée, sa rencontre avec l’homme venu du futur. Elle se souvint de la fois où elle était arrivée au moment où un nouveau se réveillait… Elle n’était pas sûre d’arriver à se montrer chaleureuse en ce jour. Il valait peut-être mieux qu’elle tourne les talons et déguerpisse avant d’être prise de court… Pourtant… Ça allait à l’encontre de tous ses principes de laisser se débrouiller des gens dans le besoin.

Dans le doute, elle prit finalement la décision de rester à son poste quelques instants. S’ils s’avéraient qu’ils n’aient pas besoin d’aide, elle irait se promener ailleurs. Sinon, elle interviendrait pour répondre à leurs interrogations.



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Mer 26 Juin 2013 - 23:53
Arkel n'avait remarqué la présence du jeune homme que quand celui-ci c'était mis à parler. Il ne savait pas pourquoi, mais il était absorbé par ce nouveau dieu que représentait cette statue, bien qu'il ne l'ai jamais vu auparavant. Instinctivement il avait relevé la tête pour voir si c'était bien à lui qu'on parlait et effectivement n'ayant personne d'autre que lui et cet homme dans la salle c'était le cas. La première chose qui le frappa ne fût pas le discours d'un autre temps du nouvel arrivant, mais ses habits. Le rouquin en avait déjà vu de semblables dans des films ou des dessins animés japonais. Il ne se souvenait pas clairement de quand ils dataient, mais ils étaient d'une toute autre époque que la sienne.

Une multitude de questions vinrent immédiatement à l'esprit d'Arkel : Combien d'années, de décennies, de siècles et pourquoi pas de millénaires avait-il lui-même mis à "renaitre" ? Si cet homme venait d'un autre temps, était-il lui aussi d'une époque dépassée ? Ses connaissances du monde tel qu'il était lorsqu'il l'a quitté étaient-elles erronées ? Les personnes qu'il avait côtoyé et les enfants de leurs enfants étaient-ils morts de vieillesses ? Tant de questions qui firent paniquer le jeune homme qui se releva aussitôt sans un mot et ne bougea pas un moment.

Il souffla et ferma les yeux. Ça n'était pas le moment de perdre son calme et de repartir dans un de ses grands moments de délire durant lesquelles il se posait toutes sortes de questions auxquelles il ne pouvait pas répondre immédiatement. Il décida plutôt de se concentrer sur la personne qui lui avait parlé, car cela faisait un petit moment qu'elle attendait une réponse. Passant une main dans ses cheveux roux mi-longs il se tourna vers son interlocuteur. Cela faisait bizarre de se dire qu'on parlait à quelqu'un de mort depuis des siècles. Enfin bon, les choses complètement illogiques devaient être au rendez-vous à chaque coin de rue ici donc il devrait s'y habituer. Il décida d'adopter un langage assez soutenu qui se rapprocherait du sien pour ne pas trop faire mauvaise impression.

"Pour tout vous dire je me pose exactement les mêmes questions que vous. Je pensais avoir périt dans un incendie, mais je me suis comme réveillé en ces lieux après un sommeil interminable. Avant de s'évaporer une femme m'a laissé entendre que nous nous trouvions dans une académie, mais je ne suis pas encore sortit du temple pour vérifier ses dires. Personnellement je pense que nous sommes dans un monde dédié à l'après-mort. Cependant, je ne puis que faire des suppositions, car je ne suis ici que depuis quelques minutes. Cependant, il doit y avoir une personne dehors qui pourrait à cette question."

Arkel se gratta la nuque. Il aurait aimé aider cet homme mais lui-même ne savait rien de cet endroit. Comment une vie après la mort comme celle-ci ne pouvait-elle pas avoir eu de répercussion sur Terre ? Aucun culte ni religion ne parlait de renaître dans un grand temple et de rencontrer par la même occasion des personnes qui étaient elles aussi mortes il y a plusieurs siècles. Au lieu de cela on s'accordait plus ou moins à dire qu'il y avait un monde où l'on pourrait ne rien faire le restant de ses jours, ce qui risque d'être très long, et un autre où l'on expierait les fautes de notre vivant, là encore pour l'éternité. Enfin il y avait d'autres croyances comme la réincarnation en animaux ou encore la vie éternelle auprès de ses prédécesseurs pour les grands guerriers. Jamais parmi toutes ces croyances toutes plus différentes les unes que les autres il n'aurait cru se retrouver ici.

C'est en promenant son regard un peu dans tous les sens sur les murs et statues du temple qu'il aperçu une jeune femme à l'entrée du temple. Elle les observait et ne semblait pas beaucoup perturbée par la situation. Peut-être était-elle arrivée dans ce monde depuis plus longtemps qu'eux ? Peut-être avait-elle des réponses à leurs questions ? Espérant que c'était le cas il se déplaça d'un pas peu assuré dans sa direction. La distance les séparant n'étant pas négligeable il parla d'une voix forte :

"Excusez-moi, mais pourriez-vous nous aider s'il vous plait ? Nous venons tout juste d'arriver dans ce temple et je ne vous cache pas que je ne comprends pas le moins du monde la raison de ma présence ici. Si vous pouviez m'éclairer sur la situation je vous en serait grandement reconnaissant."


A peine arrivé qu'il rencontrait deux personnes. Au moins, à défaut de comprendre ce qui lui arrivait, il avait la chance de ne pas se retrouver tout seul dans ce monde. S'ils n'avaient pas été présents il serait sans doute devenu fou en se questionnant lui-même sur ce qu'il ne savait pas.


Dernière édition par Arkel Alarian le Mer 24 Juil 2013 - 22:35, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Jeu 18 Juil 2013 - 17:34
We can
    reborn !
« Pour tout vous dire je me pose exactement les mêmes questions que vous. Je pensais avoir péri dans un incendie, mais je me suis comme réveillé en ces lieux après un sommeil interminable. Avant de s'évaporer une femme m'a laissé entendre que nous nous trouvions dans une académie, mais je ne suis pas encore sorti du temple pour vérifier ses dires. Personnellement je pense que nous sommes dans un monde dédié à l'après-mort. Cependant, je ne puis que faire des suppositions, car je ne suis ici que depuis quelques minutes. Cependant, il doit y avoir une personne dehors qui pourrait à cette question. »
Une femme ? Quelqu’un était déjà venu leur parler de l’académie ?
*C’était l’ange.*
*L’ange ?*
*Tu dormais quand on est arrivées ici, c’est moi qui nous contrôlais quand elle est venue nous accueillir…*
*Ah okay… Je vois…*
Pendant cette brève conversation, la jeune femme s’était appuyée contre le panneau de bois de la porte d’entrée, une main posée nonchalamment sur sa taille. C’est vrai qu’elle en avait déjà parlé… Lorsqu’elle s’était réveillée dans ce temple quelques semaines plus tôt, Nasline avait déjà parlé d’une ange… Topaze n’y avait simplement pas fait attention. Après tout, elle venait de mourir. Elle se contrefichait des interventions inutiles de son parasite.

Plongée dans ses pensées, elle mit quelques secondes à réaliser que le nouveau aux cheveux roux l’avait repérée. Peut-être se serait-elle caché précipitamment si seulement elle avait pu réagir au quart de tour, mais c’était loin d’être le cas. Aussi, découverte par ceux qu’elle observait, elle vit le jeune homme s’approcher d’une démarche plutôt lente. Probablement qu’il avait encore les muscles endoloris après son long sommeil…

Se redressant quelque peu, la jeune femme laissa retomber son bras le long de ses cuisses et soutint le regard de l’homme de ses grands yeux bruns.
« Excusez-moi, mais pourriez-vous nous aider s'il vous plait ? Nous venons tout juste d'arriver dans ce temple et je ne vous cache pas que je ne comprends pas le moins du monde la raison de ma présence ici. Si vous pouviez m'éclairer sur la situation je vous en serais grandement reconnaissant. »
Elle pouvait toujours faire semblant d’être muette ? Non ? Oui ?
Non… Ce n’était pas correct.

Elle inspira profondément et esquissa un sourire maladroit
à l’attention du nouvel élève.
« Vous êtes dans le temple de la Deus Academia. Vous avez été choisi par Deus pour prendre la relève et défendre l’humanité. Vous avez dû recevoir une feuille  pour vous l’expliquer, non ? »
Perplexe, la jeune femme se pencha quelque peu pour apercevoir l’autre nouveau. Il était toujours avec eux physiquement parlant, mais on ne pouvait pas en dire autant de son cerveau apparemment. Il était penché sur une feuille de papier, probablement la fameuse fiche de divination, silencieux comme une tombe. Voilà, il comprenait l’ampleur de la situation apparemment.

Grimaçant légèrement, la jeune femme se redressa pour reporter son attention sur son interlocuteur.
« Mon nom est Topaze Aryia, je suis une apprentie, déesse de la dualité. Et vous ? »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Mer 24 Juil 2013 - 22:32
Génial ! A peine mort qu'il était choisi par un dieu qu'il ne connaissait pas pour faire son boulot. Il était quoi ? Le héros d'un mauvais jeu vidéo où il allait devoir s'armer jusqu'aux dents pour découper des aliens ou des zombies ? Il soupira, s'il avait pensé à quelque chose après la mort c'était plus un endroit où il pourrait glander et échapper au monde sans pitié qu'il avait laissé derrière lui en mourant. Le rouquin attrapa rapidement la fiche que la jeune femme aux fleurs qui était passée un peu plus tôt et la lut. Pour une fiche de personnage de Rpg ça serait un peu maigre, mais cela suffisait amplement pour le moment. Il était donc à ça très grande surprise un humain, un apprenti-dieu mais ça c'était banal et son domaine divin était les épées. D'ailleurs bien qu'il pensait à quelque chose il ne voyait pas ce que pouvait être un domaine divin ni à quoi ça lui servirait.

* Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Ils ne pouvaient pas me laisser mourir tout simplement ? Allez calme-toi mon grand doit bien y avoir une explication logique à tout ça ! *

C'est alors qu'Arkel remarqua l'absence du jeune homme qui était arrivé à peu près au même moment que lui. Enfin l'absence pas vraiment il était là physiquement, mais ne semblait plus interagir avec eux ni même les entendre. Encore une bizarrerie de ce monde sans doute. Il passa sa main dans ses cheveux, pour la première fois de sa vie, ou vie après la mort, il réfléchissait à qui il était.

- " Et bien ravie de vous rencontrer, je m'appelle Arkel Alarian et d'après ce que j'ai compris de cette fiche je suis l'apprentie-dieu des épées. " Il sourit " Euh, je sais que ça peut paraître idiot, mais vous pouvez m'expliquer comment ça marche ici parce qu'entre les histoires de dieux, de défendre l'humanité et le fait que je sois mort je ne comprends pas grand-chose à ce qui se passe ? "

Il se sentait franchement idiot de pauser une telle question, mais il était désorienté et il se voyait mal participer à la vie de l'académie comme si de rien était en grappillant des informations en écoutant un peu partout. Une académie... Il allait donc devoir étudier même après sa mort ! Quelqu'un lui en voulait, c'était sur et certain. Sinon pourquoi un cancre accomplit fainéant au possible comme lui ce serait retrouvé dans un monde où une fois mort on apprend à devenir un dieu ?

code du forum tadakai rpg
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Sam 3 Aoû 2013 - 18:09
We can
reborn !
Le garçon s’attarda sur sa feuille de divination comme elle le lui avait conseillé et la jeune femme crut lire dans son expression un mélange de panique et d’incompréhension. C’est clair qu’il y avait de quoi être légèrement perdu…

Elle eut envie de lui tapoter le dos, mais elle ne savait pas trop quoi lui dire à part « Vois le bon côté des choses, à l’heure qu’il est, tu devrais déjà être en train de te faire dévorer par des vers », mais elle craignait que ce soit trop brusque. Peut-être que si elle avait été dans un bon jour, elle aurait trouvé les mots, mais ce n’était pas le cas. Elle était d’une humeur massacrante. Elle se contenta donc de l’observer avec un sourire qui se voulait bienveillant mais exprimait légèrement son agacement. Elle le regardait mais son esprit était ailleurs, quelque part sur Terre, au bord d’un lac et elle y voyait l’homme qu’elle aimait avec une jeune fille, une fille bien trop belle au gout de Topaze. Elle avait peur et elle imaginait déjà le pire. Pourtant, elle devait se faire une raison. Il était adulte et il était libre. Elle n’était qu’une amie après tout, il n’y avait rien entre eux… Enfin… ils ne partageaient rien…hormis une petite partie de leur temps pour des entrainements, entre autre. Ils se voyaient souvent, s’entendaient bien et il connaissait un de ses plus importants secrets. Et puis il était prévenant et gentil avec elle… Mais c’était tout. Il était comme ça parce que c’était dans sa nature, rien à voir avec elle, n’est-ce pas ? Il fallait qu’elle cesse ces enfantillages… Il y avait des tas d’hommes dans cette académie, pourquoi aller s’enticher d’un professeur de trente balais, surtout qu’elle n’avait pas perdu de temps pour en devenir accro ! Et c’était probablement ça le plus ridicule dans l’histoire d’ailleurs !

Pourquoi ne pourrait-elle pas tenter avec cet homme ? Ce nouveau ?

Elle s’efforça de sortir de sa rêverie et l’observa en détails, tandis que son sourire s’éteignait de lui-même. Il était plutôt mignon, mais un poil trop jeune…
*En fait c’est ton kiff les vieux ! T’as pensé à la gériatrie comme spécialité ?*
Arf… Elle l’avait oublié celle-là.
*C’est que j’étais occupée à regarder les scènes que tu étais en train de t’imaginer… C’était encore assez innocent si tu veux mon avis, je suis sûre qu’ils font pire !*
*Arg non tais-toi…*
Il avait suffi de ces simples mots pour qu’elle se l’imagine.

Elle déglutit difficilement, chassant avec peine cette image de son esprit. Heureusement, sans le savoir, le jeune homme, qui était lui-même sorti de ses pensées, vint à son secours.
« Et bien ravi de vous rencontrer, je m'appelle Arkel Alarian et d'après ce que j'ai compris de cette fiche je suis l'apprentie-dieu des épées. »
Il sourit et elle fit de même, reconnaissante tout en s’efforçant de paraitre naturelle.
« Euh, je sais que ça peut paraître idiot, mais vous pouvez m'expliquer comment ça marche ici parce qu'entre les histoires de dieux, de défendre l'humanité et le fait que je sois mort je ne comprends pas grand-chose à ce qui se passe ? »
Topaze émit un petit rire. Atterrir à l’académie, ce n’était pas évident. Et encore il n’était pas au bout de ses peines. Mais évidemment, ce n’était pas beaucoup plus évident à expliquer.
« Alors alors… »
Elle sourit à l’homme. Trouver ses mots n’allait pas être une tâche aisée…
« Tout d’abord, ne me demande pas ce qui amène Deus à nous choisir. Je n’en ai strictement aucune idée. Il nous choisit et en fonction de notre âge, notre passé et nos connaissances, du moins je suppose, il nous dirige vers trois catégories distinctes : Professeur, élève ou repenti. Moi je suis une élève. J’ai 20ans et quand je suis morte, j’étais en première année de médecine. Il faut croire que je n’avais pas encore assez de connaissances… Tu l’auras deviné, les élèves comme moi suivent les cours et les professeurs donnent les cours. Et, en ce qui concerne les repentis, ils font partie du personnel. Les cuisiniers, les gens de l’administration, l’infirmière, tous sont des repentis… »
Elle l’observa, il paraissait avoir du mal à assimiler toutes ces informations. Elle jeta un regard vers l’autre, il l’écoutait silencieusement lui aussi. Ils devaient paraitre un peu idiots tous les trois, debout comme des piquets dans le temple, Arkel et elle à l’entrée et l’autre à plusieurs mètres de là.
« Vous voulez que je vous fasse visiter un peu ou qu’on aille quelque part pour parler ? La cafétéria peut-être ? »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] - Ven 18 Oct 2013 - 17:54

Encore un rp qui s'arrête alors qu'il commence à devenir intéressant, c'est pas drôle à la fin. Enfin, sinon pour une première rencontre c'était assez sympa. Traditionnel mais bon, faut bien commencer par quelque chose. Alors bonne chance à vous deux pour la suite.

Arkel :  250 xps
Invité :  … xps
Topaze :  280 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian] -
We can reborn! [Pv: Topaze Aryia/Daemon Aery/Arkel Alarian]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page