Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Versus du même niveau!

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Lun 12 Aoû - 1:15







Sans trop savoir comment réagir, Saylla vit la première grenade tomber à quelques mètres d’elle. Elle se doutait bien que ce n’était probablement pas un bouquet de fleurs, mais fallait-il pour autant fuir ? S’aplatir au sol ? Faire sa dernière prière ? Ces armes modernes lui étaient parfaitement inconnues, et elle ne voulait pas prendre des décisions trop hâtives. Par reflexe, la jeune fille s’écrasa tout de même au sol, observant avec angoisse le comportement de l’objet. Ce dernier explosa en mille morceaux en touchant le sol, avant de libérer un étrange fluide visqueux hautement incendiaire, ainsi qu’ne épaisse fumée poisseuse. Bientôt Yuri en lança encore et encore, exactement sur le toit où elle se situait. Une a une, elles se mirent à exploser tout autour de la conteuse, qui était aussi effrayée que surprise. Rapidement, elle comprit que le danger n’était pas le feu, mais bien la fumée. Celle-ci la fit tousser, enflammant ses poumons et empoisonnant son corps. Elle devait fuir, et vite. Sans attendre son reste, désirant échapper au plus vite à cet ennemi vaporeux, la demoiselle bondit vers escalier de secours, qui longeait la façade arrière de l’édifice. Oubliant Yuri, qui l’avait probablement perdue de vue dans toute cette fumée, elle ne pensa plus qu’à se mettre à l’abri. Lorsqu’une vitre passa à sa portée, elle la brisa rapidement à l’aide sa mitraillette et se réfugia à l’intérieur de la pièce.

Recrachant trippes et boyaux, la demoiselle s’effondra au sol, prenant le temps de reprendre son souffle, et de laisser son corps récupérer. La magie décrite par Yuri fit son office et, rapidement, elle sentit ses brûlures internes s’apaiser. Le calme revint dans la pièce. Dans un soupir, Saylla ferma les yeux en écartant les bras, et savoura cet instant de tranquilité. Plus d’explosion, plus d’armes bruyantes et autres objets terrifient. C’en était presque suspect. Étaient-ils tous mort ? Non, impossible, il devait probablement y avoir une explication quelque part. Sentant que quelque chose clochait, elle se redressa et jeta un œil par la fenêtre.

Au début, elle ne comprenait pas trop. Elle entendait bien une sorte de vrombissement étrange, comme le bruit des rasoirs électriques que certains étudiants utilisaient le matin. Mais il y avait une note plus grave, plus lourde. Ensuite, elle distingua au loin dans le ciel une étrange masse sombre. Portant sa manche à sa bouche pour se protéger d’éventuel reliquat de fumée qui pouvait s’engager dans la vitre brisée, la conteuse s’approcha, intriguée. Peu à peu, cette tâche se distingua en plusieurs… « choses » volantes. Des oiseaux…des machines. Ainsi donc, un jour l’homme apprendrait à voler. C’était fascinant. Subjuguée, Saylla colla son nez sur le verre, et observa avec des yeux grands ouverts ce nouvel ennemi qui approchait de plus en plus vite. La fascination l’emporta sur la peur, et sa mâchoire en tomba d’étonnement. C’était juste….superbe.

Ce ne fut qu’au premier éclat d’obus que la jeune fille comprit le danger ainsi que l’urgence de la situation. L’une des bombes tomba sur un immeuble très proche, permettant à Saylla d’admirer l’efficacité de cette arme dans toute sa splendeur. Absolument…monstrueux. Le bâtiment s’effondra aussi aisément qu’un château de carte, les étages s’écrasant les uns sur les autres à une vitesse effrayante. Il ne fallut pas longtemps à la demoiselle pour imaginer le même scénario dans l’édifice où elle se trouvait. Elle devait partir, et vite.

Courant à en perdre haleine, Saylla s’élança dans le couloir, à la recherche désespérée d’un escalier. Une fois celui-ci trouvée, elle bondit corps et âme de volée en volée, comme si le diable était à ses trousses. Et, après tout, elle ne devait pas être très loin de la vérité. D’abord au loin, puis de plus en plus près, elle entendit le bruit des explosions...mais ce qui la marqua le plus fut le tremblement du sol à chaque explosion. Comme si la terre elle-même tremblait de ce que les hommes étaient en train de lui faire. Et plus les bombes étaient proches, plus elle sentait jusque dans ses dents les vibrations. Ils étaient en train de réveiller les enfers, et cette pensée la terrorisa. L’homme du futur était fou, complètement fou.

Cherchant désespérément à fuir ce danger, la jeune fille s’enfonça dans les entrailles de la Terre. L’édifice possédait des caves, et elle était bien déterminer à s’y dissimuler comme un rat. Hors de question de sortir, le danger n’en était que plus grand. Lorsqu’enfin elle estima être en sureté, la jeune fille s’assit au sol, et se mit à prier Réa de toutes ses forces. Elle avait beau savoir que tout ceci n’était qu’une mascarade, que les blessures étaient éphémères, la violence de leur armes la dépassait complètement.  

Lorsqu’enfin la tempête se calma, Saylla mit plusieurs minutes à oser bouger un orteil. La Terre entière avait tremblé, secouant tout sur son passage. Plus d’une fois, la demoiselle avait craint que le ciel ne lui tombe sur la tête. Dans un soulagement difficilement continue, elle constata qu’elle était indemne, et ne mit pas longtemps avant de s’élancer vers la sortie, afin de prendre l’air et de constater les dégâts. Dehors…se fut un vrai carnage qui s’étendit sous ses yeux. Elle ne reconnu que très difficilement les lieux, ne pouvant se repérer qu’aux édifices encore debout. Par la grâce de Dieu, le sien en faisait partie. Tout autour d’elle, les  décombres s’amoncelaient à perte de vue. Des années de travail…réduites en l’espace de quelques minutes. Effrayant. Inhumain. C’était cela. Proprement inhumain. Et immoral. D’un simple levier, ou bouton, ou encore d’une simple manivelle, des hommes, là-haut dans leur machines, avaient anéantit des dizaines de vies. Où étaient le courage, la force et l’honneur dans tout cela ? Où était passées toutes ces valeurs que son époque lui avait enseignée ? Monde hypocrite. Ça se dit le plus puissant et le plus destructeur…et ça ne sait même plus tuer comme un homme.

La demoiselle fut brusquement tirée de sa rêverie par une nouvelle explosion. Encore un bombardement ? Non. Au loin, elle repéra le taureau qui avait grimpé dans une nouvelle machine avant de faire feu. L’immeuble sur lequel il venait de tirer vibra su sa base, et son sommet venait d’exploser dans un fracas à faire éclater les tympans. Bon, au moins, si elle cherchait à savoir où était Yuri, le message semblait assez clair. Pour la deuxième fois, la demoiselle s’élança, telle une ombre parmi les ombres, se glissant entre les décombre pour atteindre sa victime.

Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Ven 16 Aoû - 7:47
Magnifique feu d'artifice! Le passage de ces bombardier nazi ont fait du travail jusqu'au bout, il pense dans sa tête comment les vieux ont réussi à survivre à tout ça. Néanmoins il ne doit pas trainer, il a des pièges à poser un peu partout dans ce secteur. Imaginant que les élèves mettront du temps à s'organiser et de se lancer à sa poursuite. Il imagine déjà des moments tragique pour chaque proie qu'il exécutera, bien sûr, ceci n'est que illusion n'est-ce-pas ? Ses pulsions lui montent un peu trop dans son cerveau, à de tel point s'il n'est pas en train de mener une guerre. La première chose qu'il décide de faire c'est de crée un point de repère, un bâtiment qui tient encore debout, bien que très touché, est un bon endroit pour poser un piège. Entrant par une issue ouverte par un coup de canon, il invoque une claymore bourrée de c4, à ne pas confondre avec une épée bâtarde, celle-ci possède un déclencheur à laser, invisible cependant. Posée pas très loin de l'entrée, juste le temps pou poser un autre piège, mais encore plus mortel que le précédent. 

Alors qu'il se dirige au centre et est sur le point de sortir son nouveau joujoux, une voix lui parvient. Surpris, il braque sa tête vers le ciel et il aperçoit l'élève, le président du conseil se montre à la hauteur de son rang, aussi persistant. Il a dû le suivre avant le bombardement, mais se montrer et penser faire un duel contre lui est une très mauvaise idée. Par contre, ce qui va s'en suivre à mis notre soldat russe au dépourvu, une frappe consécutive et sur trois cotés, des épées spectrales foncent à toute vitesse sur Yuri, pas loin à se faire embrocher. Dans le précipitation il ne pouvait que sauter en l'air afin d'esquiver les attaques de Weiss qui l'attend gentiment, du haut du mur, pour l'accueillir. Invoquant une machette dans une main et un revolver de calibre 44 dans l'autre, bien décidé à affronter le président du conseil au corps à corps. Première coup de l'âme parée avec aisance de la part de l'adversaire, puis s'enchaîne avec un tir de son revolver sur la base de son corp, également esquivé. Yuri à les pieds sur le mur, juste en face de son challenger, il repasse à l'assaut en donnant des coups rapides, ne cherchant pas a toucher les points vitaux de son opposant, c'est plus pour le taillader un maximum pour l'affaiblir. Étrangement le petit réussi a parer tous les coups portés par Yuri, comme s'il pouvait l'égaler dans le corps à corps, mais il se décide d'utiliser son revolver en lui tirant dessus juste après avoir reculé de quelques pas en arrière. Le bougre a réussi à les esquiver, tout en avançant sur le guerrier au cheveux vert et à grande vitesse, c'est alors qu'il se dit que ce duel va trop durer et ses camarades ne tarderont pas à arriver et qu'il doit se replier avant de se trouver coincé sur trois fronts. 

Avant qu'il ne puisse s'approcher trop près de notre soldat, celui-ci lance sa machette sur l'élève puis, tant qu'il a une main de libre, invoqué une grenade flash et la lâche en sa position, à cet instant il n'a pas attendu pour qu'il saute dans le vide pour rejoindre à l'extérieur du mur, donc il retombe sur la ruelle, sans problème pour se réceptionner dans la neige. Un rapide coup d'œil dans son entourage, ne repérant personne, il se décide de chercher un autre endroit pour se cacher et tendre une embuscade. Cependant Yuri vient de voir un objet bouger en face de lui, tentant de regarder ce que cela pouvait être et surprise! Un canon enfouit dans les décombres est pointé dans sa direction, il peut voir de temps en temps les yeux du tireur regardant à traver ce mince ouverture dans son blindage frontale, bien qu'il sait pertinemment la personne qui est au commande de cet engin. Il a juste eu le temps de dire quelques  mots avant d'entendre un coup de feu bruyant.

"Oh bordel de m****"

Un obus de 150mm qui passe pas très loin du russe, bien qu'il a eu le réflexe de se coucher à ce moment là, frappant le bâtiment se trouvant derrière lui, l'explosant comme un rien. Les débris qui lui retombe dessus, pas loin de l'ensevelir, quoi que l'écraser serrait un bon therme. Yuri voit bien dans quel situation il est et ne réfléchit plus pour savoir qu'il doit se tirer de là, puis a peine il a mis un pied contre le sol, usant le contrôle des limites, il saute de façon aléatoire, tant qu'il peut s'éloigner d'ici il pourra revenir à la charge. Retombant un peu plus loin, toujours dans la ruelle, il se relève tout en marmonnant des jurons pour la personne qui a osé lui tirer dessus. Ses yeux balayant le décor sans trouver ses adversaires en vu, il n'a pas le temps de se reposer et il se met à courir de nouveau en contournant bien le secteur où pourrait se trouver les deux hommes. 

Yuri se rappelle maintenant de l'histoire sur Stalingrad, il devrait y avoir la grande place où s'était déroulé un combat sanglant entre les rouges et les fascistes. Il espère le trouver, car il est justement pas très loin de sa position, bien décidé à jouer le baroud d'honneur sur cette place et mettant encore plus de piment dans le jeu. 

C'est alors, après quelques minutes de course, il est arrivé sur la place géante, comme disait l'histoire, un vrai carnage pour les deux fronts. Cet endroit est parfait, il va bien s'amuser à poser ses explosifs et autres gadgets afin de les accueillir comme il faut. Il a bien pris note sur les capacités et les façons d'agir sur les trois élèves, maintenant c'est le grand retour à la charge, enfin, c'est lui qui va les attendre bien sagement en plein milieux de la place, juste un monument se tenant encore debout, pour avoir une vue assez large pour surveiller les élèves. Il en a profité pour poser des charges explosifs sur quelques chars à moitiés détruits, juste ceux qui pourrait utiliser leur canon contre Yuri, c'est une précaution contre Johnson. Étant donné qu'il ne peut sortir indéfiniment ses paquets il décide de créer la dernière ligne de défense avant d'être atteint dans son dernier retranchement. Il a installé trois mines bourrées de billes d'aciers d'un centimètre, il peut les déclencher à distance et dès que ce Weiss s'approchera trop près de notre soldat, il les déclenchera, une capsule s'éjecte en l'air puis une explosion plutôt violent se produit, suivit des éclat de billes qui se répendent sur de large rayon, conçu pour frapper au niveau du ventre, puis, jusqu'au dessus de la tête, tout est perforé par ces billes. Enfin, il invoque une puissante mitrailleuse lourde de fabrication russe, le Kord. Il se prépare quand même à sortir son mortier si jamais ils réussissent à passer la première ligne de défense.

Maintenant que tout est près, il tire un bref instant avec sa mitrailleuse pour les attirer droit vers lui, une véritable stand de tir si vous voulez.


PS: pour bien visualiser, vous allez arriver sur la place, Yuri vous attend, mais vous ne le voyez pas vue qu'il se trouve à 200m, prenant couverture dans la fontaine sans eau, vous guettant avec son arme, 4 chars nazi et russe se trouve de votre côté, à moitiés endommagés, ils sont tous piégés par ses explosifs, donc si quelqu'un entre dedans ça fait bip bip puis boom. À 50m de sa position 3 mines formant un barrage sur 10m afin d'empêcher les intrus de s'approcher de lui. Vous aurez des couverture entre 100 à 200m, débris, véhicules détruits, sol creusé par des obus d'artillerie. À moins de 100m vous en aurez peu et la mitrailleuse lourde invoqué peut les détruires, vous pouvez toujours contourner et frapper par derrière, mais vous serrez vite repéré. Il peut toujours changer d'arme pour s'adapter, puis un petit rappel: vous ne saignerez pas, mais vous allez souffrir =]

Alors ne pensez pas perdre un bras ou un pied.
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Jeu 5 Sep - 6:42
▬ * Tu as donc fais ce choix... *

Weiss semblait avoir pris le professeur de combat au dépourvu, ayant bien préparé le filet pour le piéger, afin de l'obliger à faire un choix entre subir ou s'échapper, et dans les deux cas son sang coulera. Cependant, le communiste prit la décision de bondir en direction de la tête blanche, ce dernier le voyant venir de loin grâce à son oeil écarlate, sachant pertinemment que le professeur tentera une confrontation physique, au corps à corps. L'idée de broyer le soldat au béret vert était tentante, mais le président du Conseil désirait lui faire payer son arrogance, en jouant à son propre jeu. C'est donc armé d'une machette et d'un revolver que le soldat se ruait vers le guerrier, quel courage. Sabre à la main, Weiss parait le coup de Yuri en remontant sa garde, bloquant ainsi la lame de la machette, bien que le professeur n'allait pas s'arrêtait là, sinon il décevrait le président qui était devenu une sorte de challenger dans cette simulation. La suite ? Elle était plus que prévisible, Yuri tirant avec son pistolet, privilégiant la base du corps pour avoir plus de chances de toucher. Cela n'empêcha pas la tête blanche de faire un pas sur le côté en mettant son corps de profil face à Yuri, évitant la balle. Il n'y avait pas besoin de magie pour esquiver un assaut de ce genre, même sans sa nouvelle capacité, Weiss aurait pu l'esquiver de part son expérience des combats et par logique. Néanmoins, cela faisait deux coups contrés de la part du président, il fallait répondre à un tel assaut. Alors qu'il n'avait pratiquement pas bougé des restes de ce mur sur lequel il avait posé les pieds, juste après s'être mit de profil à Yuri, il levait sa jambe droite afin de repousser le professeur d'un coup au ventre, profitant du fait qu'il était toujours suspendu en l'air à cause du bond qu'il avait fait pour esquiver les lames spectrales.

Le soldat se rattrapait en posant ses pieds sur le mur en face, faisant alors face au président qui le regardait d'un air neutre, voir même impassible. L'expression du visage pouvait en dire long sur les futurs coups que pouvait porter un homme, lors d'un combat. Ne cherchant pas à faire attendre son adversaire, Weiss serrait la garde de son arme et bondissait afin de foncer en direction de Yuri, ce dernier faisant de même. Leur lame respective se tranchèrent mutuellement, des étincelles se créant entre les deux combattants, bien qu'une fois qu'ils posèrent les pieds au sol, ils reprirent de plus belle les attaques, bien que ce soit plus le Russe qui attaquait, et le président qui contrait chaque coup. Pour chaque coup porté Weiss se contentait de déviait la machette de Yuri, préférant économiser ses forces au lieu de tout endurer en parant avec une garde. Peut-être que le professeur cherchait à le fatiguer, mais ce n'est pas en attaquant comme un fou qu'on arrive à toucher sa cible. Surtout que le président avait l'impression que le temps passait au ralentit, son oeil écarlate lui permettant de voir les coups du soldat venir de façon claire et précise. Cependant, il n'allait pas rester très longtemps sur la défensive, profitant d'une parade faite contre la machette pour porter une taillade rapide sur le bras droit de Yuri, faisant une entaille relativement profonde sur son avant-bras. C'est à ce moment-là qu'il se souvenait qu'il avait un pistolet à la main et qu'il s'en servait après avoir reculé. Il ne fallait pas reculait, si Weiss reculait il perdrait l'avantage qu'il venait d'avoir : celui de poursuivre Yuri et de porter un coup fatal. Donc, c'est grâce à son oeil écarlate et à sa vitesse qu'il réussit à se faufiler entre les balles, ces dernières le frôlant de justesse, de quoi déchirer des bouts de ses vêtements.

C'est alors que le soldat lançait sa machette sur le président. Venant tout juste d'esquiver les balles, s'il tentait d'esquiver cette machette, même s'il réussissait à frapper Yuri le coup ne serait pas fameux. Il repoussait donc la machette avec la lame de son sabre, d'un coup rapide. Yuri devait penser qu'il ne risquait pas de se prendre un coup, puisque Weiss venait d'utiliser son arme pour repousser la sienne. Mais était-ce sa seule arme ? Bien sûr que non. Serrant le poing gauche, frappant le sol du pied du même côté, il finit par donner un coup dans le vide, avec la paume de sa main ouverte. Ce qu'il en sortit ? Plus de 3 lames spectrales qui, de part leur longueur rivalisant avec les longues épées, et le peu de distance qui séparait la main gauche de Weiss au corps de Yuri, réussirent probablement à lui transpercer au-dessus de son ventre, à une vitesse qui donnera l'impression au soldat de s'être littéralement prit un coup de fusil à pompe en plein fouet. Mais ce qu'il lâcha surpris le président, au point de le laisser sans défense lorsqu'une sorte de grenade flash lui privait sa vue pendant quelques instants. Néanmoins, ces quelques instants suffirent à Yuri, même blesser au ventre, de s'échapper d'une quelconque manière. Ces quelques instants qui, sans que Weiss puisse s'y attendre, créèrent une sorte d'explosion dans la maison, faisant complètement écrouler le bâtiment, le président chutant depuis le premier étage.

Restant immobile quelques secondes, il finit par ouvrir les yeux en sortant des décombres, retirant les quelques morceaux de bois délabrés sur lui, de la poussière tombant de ses cheveux. Couvert de saleté, un peu de suie sur la chemise blanche, Weiss avait pu retrouver la vue, l'effet du flash-bang ayant disparu. Il regardait aux alentours pour voir les effets de l'explosion, remarquant alors une sorte de tank complètement rouillé et à moitié détruit, au même état que la maison. Il essayait de regarder plus attentivement la neige, grognant légèrement car, étant dans une simulation, ils ne peuvent saigner, et donc aucun moyen de savoir par où est partit le soldat. C'est alors que ce Jonhson arrivait, arme au poing, voulant probablement s'assurer de ce qu'il restait du bâtiment. C'était sûrement lui qui avait utilisé le tank, enfin, qu'importe... Le président restait un instant pensif en se disant qu'une fois que Yuri serait caché, il se créera une vraie forteresse. Après tout, lorsque Weiss lui avait tendu un piège dans cette maison, le soldat était en train de poser lui-même des pièges contre ses attaquants. Il n'avait pas le temps de se tourner les puces, il devait repartir à l'assaut aussi vite que possible, son œil ne pouvant guère rester éternellement. Faisant quelques pas en dehors des décombres, il pouvait entendre les balles d'une arme à feu siffler un peu plus loin. C'était Yuri, qui donnait volontairement sa position. C'est alors que Weiss marchait sur quelque chose de solide. Baissant les yeux, il voyait un soldat mort, détonateur à la main, avec une sacoche qui était... Rempli de petits sacs. Lorsqu'il y a un détonateur avec des petits sacs, cela voulait dire que c'était des explosifs. A côté de lui se trouvait un fusil au canon long, munit d'une lunette... Etait-ce un fusil sniper ? Il regardait en direction de l'élève aux cheveux bruns, prenant l'arme et marchant vers lui.

Prenant la sacoche, passant la sangle sur son épaule, il passait à côté de Jonhson, le regard dirigé vers la place.

▬ Écoutes, je n'ai pas le temps de préparer un gros plan avec toi, donc je vais simplement te dire ceci : Embusque-toi et restes aux aguets. Je vais faire en sorte de mettre Yuri à découvert...

Et c'était sur ces mots qu'il lui confiait le fusil, courant ensuite en direction de la place, ne mettant pas longtemps avant d'arriver face à un autre champ de bataille avec plusieurs restes de tank et autre blindé. Le président savait qu'il allait se faire tirer dessus comme un lapin, mais avait-il le choix ? Depuis le début de ce combat, c'est en partie lui qui partait au cœur du danger, que ce soit contre deux sulfateuses, un soldat Russe entraîné ou une forteresse, rien ne le stopperait. C'est alors qu'il courait vers la fontaine, l'endroit où Yuri se trouvait probablement, puisqu'il pouvait avoir une vue sur toute la place de là. Peu importe d'où viendrait ses adversaires, il saurait les accueillir. Vu ce qu'à fait Weiss au professeur, il y avait de fortes chances que ce dernier cherche à le transformer en passoire, utilisant la mitrailleuse que pouvait apercevoir le président grâce à son œil. Dès que Yuri tirera sur le président, ce dernier se cachera derrière l'un des blindés afin de se couvrir, avant de saisir un assez gros morceau du blindé, avec sa main spectrale, pour reprendre une course du démon en direction de Yuri qui tentera probablement de lui tirer dessus avec sa sulfateuse ou autre truc dans le genre.

▬ * … 4, 3, 2... *

Avant que la main spectrale ne disparaisse à cause de la limite de temps, Weiss bondissait à plus d'une dizaine de mètres dans le ciel, en direction de la fontaine. C'est alors que, depuis là-haut, il apercevait enfin ces sales cheveux verts, bien installé derrière cette mitrailleuse lourde installée. Mais, il ne risquait pas de toucher le président avec une telle arme... Puisqu'il était très peu probable qu'une telle arme puisse viser à plus de 90° degrés au vu de son installation faite à la va-vite, et vu la hauteur dans laquelle se situait Weiss, il ne pouvait sûrement pas le toucher. Mais, au lieu d'atterrir en direction de Yuri, le président passait par-dessus la fontaine, balançant sur le professeur la sacoche remplie d'explosifs, alors qu'il appuyait sur le détonateur pour tout faire exploser...

▬ Peace of cake...
Invité
avatar
Invité
Versus du même niveau ! - Dim 15 Sep - 9:43
La fumée se dégageait du tas de décombre, certaines briques tombaient car le poids se faisait dans le vide. Ce bâtiment qui, il y encore quelques instants, était encore debout, bien stable en ruine certes mais stable. Se trouvait à l’intérieur : Yuri et mon compatriote d’infortune aux cheveux blanc dont j’ignore le nom et l’autre fille qui a disparu je ne sais où. Surement partie se cacher car elle ne doit pas être apte à se battre. J’avance vers ce tas de décombre armé de mon fusil d’assaut, doigt sur la gâchette et prêt à faire feu. Prêt à faire feu sur tout ce qui peu bougé et surtout sur ce qui est hostile envers moi.
Aucune trace de Yuri, l’aurais-je eu ? Non, impossible, rien ne peut stopper ce russe accro à la guerre, il n’y a qu’une bombe atomique qui pourrait l’arrêter et encore, je sais pas si une ferait l’affaire. J’arrive près du tas de décombre, je regarde aux alentours mais je ne vois rien, il faut croire que je l’ai eu... eh bien non.
 
Des gravats ont bougé, j’ai pointé mon arme sur ce tas mais ce n’était pas Yuri mais mon compatriote aux cheveux blanc, à la voir il m’en veut mais je pense qu’il soit assez mature pour comprendre qu’il est un dommage collatéral. Le voici qui prend un sac et un fusil de sniper et il s’avance vers moi en me disant
 
Écoutes, je n'ai pas le temps de préparer un gros plan avec toi, donc je vais simplement te dire ceci : Embusque-toi et restes aux aguets. Je vais faire en sorte de mettre Yuri à découvert... et il me confia le fusil mais avant qu’il parte j’ai eu le temps de lui dire
 
Joue pas au héros, tu réussiras qu’à te faire tuer puis il est parti vers la place où Yuri s’était mis et il le montrait bien en tirant en l’air. Je dois me mettre en position, trouvé un bâtiment pour tirer à distance. Usant de mon saut, j’ai trouvé un bâtiment au alentour de la place et j’ai même trouvé un Panzerfaust, le lance roquette allemand. Je m’en saisi et je monte dans le bâtiment. Une fois arrivé à bonne hauteur, je trouve un sniper russe, son arme est cassé mais il y a encore ses munitions, parfait je pourrais tenir plus longtemps grâce à ça.
 

Celui aux cheveux blancs saute au dessus de la place et lance son sac d’explosif sûrement, pour augmenter l’explosion, je tire avec le Panzerfaust qui se dirige vers la fontaine où se trouve Yuri, hasard ou coup de chance ? Le sac touche la fontaine au moment où la roquette à la charge creuse explose ce qui produit une explosion gigantesque. Les débris volent partout, je saisi le fusil de sniper et je me mets en position.
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Dim 29 Sep - 19:20







Où était-elle ? Loin, très loin d’eux…
Enfin non, pas si loin. Du moins physiquement. Mais mentalement, elle avait le sentiment d’être à des années lumières des trois pions en contrebas qui s’échevinaient à vouloir montrer qui avait le plus gros phallus. Parce que oui,  elle le disait ouvertement dès à présent, ce petit jeu ne l’amusait plus. Ce n’était pas un cours de combat, mais un numéro de cirque. Ni plus, ni moins. Des gorilles aux hormones très perturbé qui n’avaient pour seul objectif que de s’imposer en mâle alpha. Très peu pour elle. Ras la casquette. Qu’ils la rappellent donc quand ils voudront vraiment se battre. Ils ne leur manquaient qu’un mètre, afin mesurer leur tour de biceps. La guerre moderne avait en soi quelque chose d’hautement ridicule, qui irritait durablement la jeune fille. Quel mérite à pousser sur un bouton ? Quel mérite à pouvoir citer d’un simple coup d’œil la marque exacte d’une arme, son gabarit ou le nombre de munition qu’elle possède ? Quel mérite, enfin, à se prétendre le plus puissant du monde, quand on oublie l’existence d’un compatriote ? Aucun.

Le regard perdu, ignorant les actions de ces compagnons, Saylla laissait son esprit s’évader dans la contemplation d’un bracelet. Elle l’avait trouvé au fond d’une poche, parmi de vieux mouchoirs et quelques pièces de monnaies inconnues. Un bracelet d’enfant. L’ancien propriétaire du manteau avait-il une progéniture ? Possible. Deux petites perles en bois couleur azur encadraient une plus grosse, pratiquement transparente. La demoiselle s’émerveillait de la reflection de la lumière dans celle-ci, autant que de la trace de doigt laissée dans l’une des perles en argile. Elle fit glisser, encore et encore, le bracelet entre ses doigts, émerveillée comme une enfant devant une étoile filante.

Un lecteur avertit me dirait sans doute que ce genre de détail le l’intéresse guère. Qu’après-tout, l’instant est critique, et tout le monde se fiche admirablement de savoir si les perles sont bleus ou rouges. Que c’est chiant à en mourir, pour le dire dans des mots d’aujourd’hui. Il me serait difficile de lui donner tort. Car après tout, là est mon objectif : l’ennui. Car voilà ce que ressentait Saylla sur l’instant : un ennui profond. Sans faille. Pas un seul de ses compagnons ne semblait vouloir travailler en équipe, chacun cherchant simplement à montrer sa dominance sur le maître. Oh ! L’un ou l’autre tenta bien de protéger son voisin à l’un ou l’autre moment…mais uniquement dans le but de le rabaisser, de lui dire « laisse faire les grands ». Alors merde. Simplement et modestement… merde.  La leçon du jour était « travailler en équipe ». Ils ne semblaient pas l’avoir comprise, voulant jouer les loups solitaires. Ce qu’ils n’ont pas encore compris, c’est qu’aucun loup n’a jamais survécu seul. Le grand méchant loup, c’est une juste histoire pour les enfants.

Dégoutée, las, fatiguée, ennuyée, et surtout profondément déçue, Saylla se décida finalement à se redresser dans un profond soupir. Posément, elle épousseta sa robe, remit son corset en place, et glissa le bracelet à son bras, avant d’enfin daigner poser un regard autour d’elle.

Elle était à l’arrière d’un camion incendié, quelque part sur les bords de la place. À plusieurs dizaine de mètres de là, elle vit ce qui lui servait de compagnons charger vers une direction bien précise. Le maître avait lancé le départ, et les lévriers venaient de s’élancer. Un lévrier avait un QI de 2, cela promettait bien du plaisir. Levant les yeux au ciel, la conteuse grimpa lentement sur l’habitacle du véhicule. De là, elle avait une meilleur vue sur l’arène…Et peut-être qu’un l’un d’entre eux la verrait. Plus d’un lui aurait probablement reproché de s’exposer ainsi. Mais elle s’en moquait éperdument, elle avait un dernier acte à accomplir. Et rien ne pourrait l’en empêcher.

Avec des gestes calmes et paisibles, Saylla se courba, et fit une révérence digne d’un roi.  Puisqu’elle ne pouvait s’adresser au maître ou à ses condisciples, bien trop occupé qu’ils étaient à se bagarrer comme dans enfants dans la boue, elle se contenta de les saluer de loin. Après un instant d’immobilité, la demoiselle se redressa, et tourna le dos à la place. Le cirque n’était pas son activité favorite. Elle n’était pas un gorille alpha. Qu’ils aillent se faire foutre.

Rideau.


PS :
Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Ven 11 Oct - 16:57
Celui qui allait s’approcher de notre soldat russe, c’est le président du conseil, comme c’est trop prévisible, n’est-ce-pas ? C’est le seul à venir sur le front et tenter de l’approcher sous le feu nourri d’une mitrailleuse lourde, pourtant il a tout de même réussi à s’en approcher suffisamment pour tenter un saut, s’il n’avait pas ce pouvoir de vol il serait tombé directement sur les mines et Yuri les aurait explosé, si c’était un combat réel il n’en resterait rien de lui. Pourtant ce ne fut pas le cas et il a traversé sur de longue distance, même passant au-dessus de sa tête pour lâcher un sac très suspect, enfin… ce n’est plus un mystère car il devine que ce sac doit contenir des dynamites destinés à faire péter les panzers allemands, en effet… Les allemands sont les seuls à avoir un lance-roquette, personne d’autre, donc pour vaincre un char il faut s’en approcher et pour s’en approcher il faut avoir les c****** pour le faire, tout comme ce jeune homme qui a réussi à livrer son paquet et que dans quelques instants il va les faire exploser.

Yuri a lâché prise sur son armement lourde et invoquer dans l’urgence deux lance-grenades chargé de munitions spéciaux, en fait l’arme a été conçu à partir d’un modèle appelé metal storm, trois munitions sont encastrés l’un sur l’autre et à chaque pression sur la gâchette libère une décharge pour faire expulser le projectile. Grâce à ça il en tire profil de cette nouvelle technologie, ouvrant le feu sur le sac, expédiant les six grenades fumigènes qui explosent au contact, libérant un écran de fumée, cela dit il a pu maintenir le sac en l’air pour une, voire deux secondes, entretemps un autre danger arrive. Yuri voit un panzerfaust tiré depuis une fenêtre, encore ce Jonhson se dit-il. En tout cas il n’a pas le temps de faire quoi que ce soit pour le deuxième et doit se mettre à l’abri, comment ? Il utilise les corps se trouvant près de lui comme bouclier, il s’est plaqué contre le rebord de la fontaine et il a tiré en vrac deux corps sur lui avec ses deux mains et voilà qu’il est paré contre l’explosion, reste plus qu’à attendre, enfin attendre… une fraction de seconde et tout pète.

L’explosion a été violent, si violent que les corps servis comme bouclier ont pris de sacré coup, des brûlures et de shrapnels qui aurait pu tuer un humain. Voilà une bonne leçon pour Yuri, toujours surveiller l’autre, maintenant qu’il sait que ces deux-là travaillent en équipe, il va devoir passer à l’action s’il a envie de faire durer ce combat. En attendant il est enseveli sous les corps et de débris, se dégageant tout en toussant, expirant toute cette poussière qu’il annihile un instant plus tôt, il est encore camouflé par un écran de fumé, ce qui tombe à pic notre soldat russe. Nouveau tactique, il invoque un lance-grenade à six coups et repère la voie qui pourrait lui permettre de sortir de cette place, tirant tous les fumigènes pour tracer un chemin qui couvrirait sa fuite, sauf qu’il ne le fait pas. Il veut faire simuler sa fuite alors qu’il a l’intention de les affronter sur cette place, c’est parfait pour un combat, surtout quand c’est à son avantage, un terrain dégagé et son arsenal de guerre, de bonne expérience et tout va bien se passer.

Première chose à faire c’est de neutraliser ce Jonhson, invoquant ensuite un rpg 7 et attendant que la vue soit un peu plus claire, repérant la fenêtre où il pourrait encore s’y trouver, un panzerfaust laisse du fumé derrière, Yuri a pu l’apercevoir juste avant que tout n’explose, c’est de là qu’il va tirer. Armant son lance-roquette il fait feu pour neutraliser le gêneur, mais l’explosion ne sera pas assez forte pour le mettre hors d’état de nuire, bien que le projectile soit super rapide pour penser le détruire en plein vol. C’est pourquoi il change d’arme pour mettre en place le RPG 32, vitesse légèrement inférieur à son ancêtre, mais destruction assuré !

« Deuxième paquet pour te dire… va en enfer ! »

D’une simple pression la roquette fonce pour exploser comme pour la première et avec plus de puissance, plus destiné pour une démolition de bâtiment que contre les chars, bien qu’il existe d’autre model, mais celui-ci est sûrement le mieux adapté dans un combat urbain. Voilà qu’il est tranquille pour quelques instants, il va pouvoir se concentrer sur son adversaire, juste encore placé un peu plus loin. L’écran de poussière s’estompe, le jeune guerrier toujours en position pour parer à toutes les éventualités, notre soldat russe reste sur le même tactique, le maintenir loin de lui et observer comment il tentera pour s’en approcher, car il voit du potentiel en ce jeune président du conseil et Yuri va sûrement apprendre quelque chose de lui.

La première chose qu’il fait c’est d’invoquer deux AA12 chargés de cartouches explosifs, ça pète fort, bien moins que les grenades, enfin quand il y a 400 cartouches tirés de ce fusil en une minute c’est encore plus flippant. Il commence sa course folle sur le terrain tout en lui tirant dessus, visant plus vers ses pieds, ce n’est pas grave si Yuri ne touche pas directement Weiss, ses cartouches explosent pour infliger des dégâts modérés un rayon restreint, enfin il y en a plein qui va exploser en même temps, le président va beaucoup danser. Le russe s’amuse bien, toujours souriant et bien qu’il ait cette face de psychopathe, son double commençant à prendre le contrôle, le jeu ne fait que s’intensifier. Même si son adversaire pourrait avoir un avantage pour le vol, mais Yuri a l’avantage du terrain, même si celui d’en face s’en approche dangereusement ou qu’il lance encore ses épées spectrales, Yuri aura juste à utiliser son contrôle des limites et faire des bons en arrière, des acrobates, toujours utilisant l’espace du terrain, tout en maintenant la pression.

Son intention ? Faire un parcours sur cette place et rejoindre le bâtiment où pourrait encore se trouver ce Jonhson, si jamais il est là il devra se mettre à couvert s’il n’a pas envie de se prendre aussi des cartouches explosifs. On a parlé de parcours, c’est parce qu’il a l’intention d’utiliser ses pièges à son avantage, passer entre ses mines anti-personnel, puis les chars piégés et enfin foncer entre les bâtiments. Alors voilà qu’il a commencé à bouger tout en tirant, première obstacle, les mines, il espère le voir suivre, même s’il vole, à un moment donné il va retomber au sol. Si tout se passe bien il tombera dans le périmètre et Yuri aura juste à appuyer sur le bouton rouge et ça va faire boom avec plein de billes qui volent dans tous les sens.
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Dim 3 Nov - 18:07
L'explosion fut plutôt violente, plus que ne l'aurait imaginé Weiss, qui se réceptionnait sur ses jambes en glissant sur quelques mètres, observant l'amas de fumée noire s'échappant du centre de la fontaine, plus en ruine qu'il y a quelques instants. La tête blanche se redressait avant de laisser tomber le détonateur, ce dernier s'enfonçant dans la neige. Il fronçait les sourcils alors que les secondes défilaient, reprenant calmement sa respiration suite à cette course à la fontaine qui semblait presque sans fin, et qui n'était pas sans aucun risque. Il a plusieurs fois manqué l'occasion de se transformer en gruyère sur pattes, sous l'assaut frénétique de l'homme au béret vert. On pouvait en tout cas voir le résultat d'une telle simulation : ses habits étaient pratiquement en lambeaux. Boarf, après tout ce n'était que du textile, ça peut toujours être remplacé. Néanmoins, alors que la tête blanche regardait en direction du centre de la fontaine, Yuri en ressortait presque indemne par on ne sait quel moyen, ayant probablement utilisé quelque chose pour se protéger de l'explosion. Même si Weiss n'y croyait pas, il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers quand l'adversaire se relevait après un tel coup, et il fallait enchaîner ! Il forçait sur la pointe de son pied pour commencer à courir en direction du centre de la fontaine ravagé, jusqu'à ce que le soldat impose un barrage fait de fumée, bloquant en grande partie la vue au membre du Conseil.

Allait-il en profiter pour attaquer Weiss qui était plongé dans cette amas de fumée ? Pas vraiment, puisqu'il entendait distinctement une détonation semblable aux tirs de lance-roquettes qu'il avait pu entendre dans des films, et le son ne provenait pas de très loin. Même s'il y eut l'explosion un peu plus loin, la tête blanche entendit clairement la voix de Yuri non loin, et en profita pour foncer dans sa direction dans cet amas de fumée. Une deuxième détonation s'ensuivit, alors que le membre du Conseil s'approchait à grands pas du soldat, son sabre en main, se rapprochant de plus en plus alors que la fumée finissait par dégager. Il pensait probablement que Weiss serait restait immobile, patientant que la fumée soit dégagée pour engager le combat, mais le membre du Conseil était plus bête qu'on pouvait le penser, ou pas d'ailleurs, cela faisait-il partie de son génie ? En bref, dès que l'homme aux cheveux verts se retournait, armés de ses deux fusils, Weiss était juste à moins d'1 mètre de lui, son sabre à la main tandis qu'il invoquait sa lame spectrale solide, frappant simultanément sur les côtés des armes du soldat pour le forcer à écarter les bras sous le choc, et enfin pointer la pointe de sa lame sous son visage en restant près de lui, le fixant du regard, essoufflé par tant d'exercices.

▬ Je pense.... Qu'on a pas besoin de continuer. Se battre c'est bien, mais quand on se bat juste pour se battre, la volonté ne nous mène guère très loin. De plus je ne vois pas la seule demoiselle ayant daignée à participer, c'est qu'elle a dû abandonner et est partie. Je préfère m'arrêter là pour ma part.

Il baissait ses armes en rangeant son sabre dans son fourreau, attaché à sa ceinture, tandis que la lame spectrale disparaissait, au même prix que cet oeil écarlate qui lui avait permis bien des choses durant ce combat. Cependant, il tendait la main vers le professeur en souriant.

▬ C'était sympa, même si j'ai dû courir partout pour vous rattraper, professeur.
Invité
avatar
Invité
Versus du même niveau ! - Dim 17 Nov - 16:35
La fumée, rien que ça, rien ne bouge dans cette fumée grise provoqué par une énorme explosion. Moi, tenant ce fusil de sniper, visant quelqu’un dans cette fumée, la balle de 7.62 mm est prête à partir lorsque j’appuierais sur la détente, je tremble parce que je sais qui est derrière cette fumée. Un homme quasiment increvable, ce dieu de la guerre ne carbure qu’à l’excitation du combat, du sang et de la mort. Comment venir à bout d’un homme qui ne veut que ça ? Combattre sans jamais être en paix. Note, la paix n’existera jamais car quelqu’un pensera toujours autrement et d’autre le suivront, la boucle est ainsi faite.
La fumée se dissipe enfin, je régule ma respiration pour ne pas manquer mon tir mais la tête blanche fonce déjà dans le tas pour choper Yuri mais visiblement Yuri s’y attendais déjà. A peine la tête blanche vu, qu’il envoi déjà de la fumée afin d’empêcher d’autre de ma part sûrement et prendre la tête blanche au dépourvu mais je pense aussi qu’il ne veut plus trop de moi. De la fumée qu’il a dégagée sont sortis deux roquettes qui semblent être un cadeau pour les deux obus que je lui ai envoyé.
 
J’ai à peine eu le temps de bouger de ma fenêtre que la première roquette est rentrée dans le bâtiment, l’explosion m’a littéralement plaqué au sol et j’ai pu voir la deuxième roquette, plus grosse que la précédente, je pense que c’est en homme à l’obus de 150 que lui ai administré. La deuxième explosion m’a fait traversé le sol, celui-ci déjà fragilisé par les bombardements, j’en ai traversé quelqu’un avant de tomber violement sur un sol bien dur signifiant « Vous êtes au rez-de-chaussée ». J’ai poussé quelques cris de douleur, je pense même que ma colonne en a pris un sacré cou et ma boîte crânienne en même temps. Toussant à cause de la fumée provoquée par les deux explosions et ma chute, je me relève difficilement, ma vue est trouble, j’ai pris un sale coup. Des craquements se sont fait entendre, les piliers ont commencé à s’effondrer dû aux deux explosions.
 
C’est pas ma journée...
 
Le bâtiment s’est effondré sur moi, chance que j’ai pu mettre mon armure au dernier moment mais même au travers du blindage, je prenais cher sous tous ces décombres qui me tombaient dessus. J’ai eu un moment de noir, comme un sommeil provoqué. Je me sentais léger, je ne sentais plus rien. Ca faisait du bien mais ce fut de courte durée car des coups de feu m’on réveillé. J’étais enseveli sous des décombres, combien de kilo ou de tonne, je ne sais pas mais j’ai du les dégagé. Lorsque je suis sorti, je voyais la tête blanche qui avait stoppé son combat contre Yuri, après avoir retrié les derniers bouts qui me gênait, je me suis avancé péniblement vers eux, de nous trois je pense que c’est moi qui ai le plus mangé. Le cours semblait fini, tant mieux, je vais pouvoir faire un petit somme disai-je avant de m’écrouler.
Invité
avatar
Invité
Re: Versus du même niveau! - Lun 18 Nov - 21:43
Alors qu’il était sur le point de lui administrer une grosse décharge de cartouches explosifs sur Weiss, Yuri n’avait pas pensé que ce petit président allait foncer tête baissé tout droit vers lui, mais c’est une solution très radicale et pourtant la seule chose pour mettre fin à ce long combat. Ce garçon garde le sang-froid et pense en même temps pour les coups à venir, la seule chose que notre soldat russe a pu remarquer sur lui c’est son œil écarlate de couleur bien différent de l’autre, il est bien possible que c’est grâce à ça qu’il a pu échapper à bon nombre de ses coups. Malheureusement, il n’aura pas le temps de s’en échapper et que peu de solution s’offre à lui, donc dans un geste guidé par son instinct, il lâche prise sur ses deux fusils, embrochés par des lames spectrales, puis invoque immédiatement deux révolvers dans chaque main et tente les braquer sur le président du conseil.


Alors que le temps se ralentit dans cette scène, le corps de Yuri recule désespérément alors que Weiss s’en approche tellement vite qu’en un rien de temps son épée lui parvient jusqu’à lui, sans le transpercer, le garçon s’est juste arrêté avant que la pointe de la lame ne perce pour de bon la gorge de notre soldat. Il est dommage que son adversaire s’était montré très vif et sans pitié pour mettre fin à ce combat, encore un peu plus et Yuri allait appuyer sur la gâchette, si s’était le cas il s’en aurait pris dans les hanches. Avant qu’il ne baisse son arme il commence à s’exprimer comme un honorable combattant en ayant pensé à la demoiselle qui a dû prendre la fuite, enfin, Yuri voit ça comme un comble et il n’a pas vraiment de sens de savoir-faire quand la guerre éclatera… Même si c’est le cas. Néanmoins, il se dit que ce combat lui est bénéfique, il en a appris des choses sur lui, bien décidé de se rendre alors qu’il en a encore à redonner, le garçon ne doit pas être bien sportif s’il est essouffler ainsi, il devra s’entraîner pour pouvoir espérer tenir longtemps face à un Spetsnaz.
 
« J’avoue… Que nous avons un talentueux combattant, tu iras loin à mon avis… Très bien, on s’arrête là »
 
Yuri fait disparaitre ses armes et d’un claquement de doigt la salle redevient comme avant, neutre, d’un ton simple, réunissant à nouveau les participants de ce combat.
 
« Allez mes camarades, l’heure de rentrer »
 

Il n’en rajoute pas plus, il est inutile de faire des commentaires sur le reste de l’équipe, en fait, il ne dira rien de plus pour la jeune fille qui s’est détaler comme un lâche, sans mérite, mais le jeune Jonhson a quand même travailler en équipe avec Weiss, c’est une bonne chose, mais son expérience ne vaut va celui d’un vétéran, il en a encore des choses à apprendre, encore une fois il ne fera pas de commentaire, histoire de garder l’atmosphère agréable quand ils sortent de la salle.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Versus du même niveau! - Mer 20 Nov - 22:24

Je crois que le participant qui m'a le plus marquée durant ce cours quelque peu original, ou plutôt devrais-je dire la participante, c'est Saylla. J'ai particulièrement aimé ce côté décalé, à côté de la plaque, et surtout, le style très agréable et fluide, toute cette qualité que tu as réussi à préserver même si ton personnage est complètement hors sujet par rapport à cette rencontre de musclors.

Si je devais faire une remarque aux garçons, ce serait au niveau de l'orthographe et de la tournure des phrases pour Yuri et Jonhson (certains passages sont carrément incompréhensibles, c'est bien dommage). Pour Weiss, il va te falloir penser à aérer tes paragraphes, c'est plus agréable pour ceux qui notent que de devoir accrocher quand on lit un gros gros pavé. Sinon, faire attention à la conjugaison aussi, par moment tu sembles avoir du mal avec l'imparfait et le participe passé.



Yuri : 575 xps
Weiss : 485 xps
Jonhson : 445 xps
Saylla : 460 xps

Xps attribués : Yep



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Versus du même niveau! -
Versus du même niveau!
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Haiti - Nicaragua Niveau de Pauvreté En interprétant l’article sur le ralen
» La mangue dominicaine depasse le niveau d'Haiti
» probleme dans le jeu niveau management de la guilde
» Niveau RP.
» NIVEAU DE SÉCURITÉ REQUIS POUR HAÏTI.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page