Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ]

Invité
avatar
Invité
Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Dim 2 Juin 2013 - 18:28

Morning sunrise, morning surprise
Leiko feat. Anaomi, Excide & libre





Son sang s'écoulait d'un trou béant dans sa poitrine. Elle ne pouvait rien faire pour l'arrêter, elle souffrait de trop pour avoir la force de faire quoique ce soit. Elle baignait dans ses cheveux blancs immaculés étalés autour d'elle et dans son sang écarlate. Le contraste entre les deux couleurs la faisait briller tel un ange. Les seules forces qu'elle avait pu rassembler, elle s'en était servi pour porter une main à son ventre, tendrement. Violence. Son bébé n'aurait certainement pas pu naître dans son univers de violence et de mort. Grandir dans cette sorte d'atmosphère aurait été malsain pour l'enfant. Maintenant que la fin l'étreignait, elle se rendait compte qu'elle n'aurait jamais pu élever ce bébé toute seule, elle risquait sa vie tout les jours, ça n'était pas ce que l'on pouvait attendre d'une mère. Malgré cela, elle l'avait aimé, jusqu'au dernier instant. Un hurlement lointain parvint à ses oreilles. Était-ce elle qui criait, ou bien peut-être quelqu'un qui tenait à elle ? La douleur lui tordit le ventre et le crâne, elle n'arrivait plus à réfléchir. Elle aurait tellement voulu vivre un peu plus longtemps, vivre comme une femme normale, se marier, fonder une famille. La seule chose qu'elle pourra désormais fonder, c'est sa tombe. Une bête déchira ses entrailles, son corps se convulsa et se plia en deux. Un cri rauque s'échappa de sa gorge et fana en une toux violente. Elle crachait du sang. Elle avait imaginé une mort plus douce, mais après tout, elle méritait cette souffrance pour avoir elle-même tué par le passé. Un voile lumineux obstruait sa vue, son ouïe lui jouait des tours, du sang emplissait sa bouche. La seule chose qu'elle ressentait c'était des dizaines de mains qui touchaient des parties de son corps. Ses mains, ses chevilles, ses bras, son visage. Un « Arrêtez la douleur » suppliant retenti dans le silence pesant qui s'était installé. Elle ne s'était même pas rendu compte qu'elle avait prononcé ces paroles. Les hommes de son équipe ne l'avait jamais vu dans une position si vulnérable. Même quand Ethan l'avait quitté elle était resté forte, du moins en public. La main de la jeune femme se crispa sur son ventre, le fantôme d'un sourire naquit sur son visage tandis qu'elle fermait les yeux, en paix avec elle-même.

Une larme roula sur sa joue et vint s'écraser sur le sol, fanant le sourire et le dernier battement de coeur de Leiko.

Pendant qu'elle agonisait, allongée sur le sol, la jeune femme avait eu le temps de se préparer à la non-existence, au vide, au néant. Mais à ça ? Jamais elle n'aurait pu l'imaginer.

Deux grands yeux azur s'ouvrirent, encadrés d'un visage aux traits fins et délicats. Leiko était couchée dans l'exacte position dans laquelle elle était morte, ses cheveux éparpillés autour d'elle. Toute trace de sang avait disparue, mais elle tenait encore son katana d'une main et ses Desert Eagles dans leurs rangements à sa taille. Elle sentait son corps peser sur son âme, preuve qu'ils ne faisaient toujours qu'un tout indissociable. C'était également la preuve qu'elle n'était pas morte. Elle avait pourtant bien senti son coeur s'arrêter, la souffrance s'arrêter, et pourtant, la voilà allongée dans ce qui semblait être un temple, bel et bien vivante. Son sang ne fit qu'un tour avant qu'elle ne se rende compte qu'elle était dans un endroit inconnu, seule, alors qu'elle n'aurait plus du exister. Elle se releva d'un bond gracieux et félin qui traduisait les années de pratique d'arts martiaux. Un homme aux longs cheveux blancs se tenait devant elle. Il lui souhaita la bienvenue à la Deus Academia, lui tendit une feuille et disparut. Elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit. Choquée, désorientée et sur les nerfs, Leiko ne prit pas le temps de lire ce qui était inscrit sur la feuille. A la place, elle s'énerva.

« Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?! »

Personne. Elle était seule dans ce temple, dans une "académie", selon les dires de l'homme, totalement inconnue. Était-ce possible que ce soit une sorte de paradis ? Le Dragon Céleste reposerait-il enfin en paix dans les cieux ? La jeune femme observa avec plus d'attention l'environnement dans lequel elle se trouvait. Un gigantesque temple orné de fresques magnifiques. Des endroits pour prier avait été installé. Alors même au paradis la religion était présente ? Mais qui pouvait-on bien prier ? Un long soupir s'échappa de ses lèvres. * Enfin, peut-être que quelqu'un d'autre que cet homme peut me renseigner. * En effet, le temple semblait régulièrement visité car des torches et des cierges y brûlaient créant une atmosphère chaleureuse. Ses yeux saphirs se perdirent dans le orange des flammes. Leiko était comme hypnotisée par le balancement régulier du feu. Droite, gauche, droite, gauche. La beauté des crépitements et de l'embrassement des torches était telle qu'elle ne se rendait pas compte qu'elle s'était approchée de la torche la plus près, sa main tendue au dessus du feu. Le rythme de son coeur - tient, son coeur battait ? - s'était calé sur le rythme des balancements des flammes. Plus rien autour n'existait. Tout son univers avait viré à l'orange brûlé. Leiko s'était isolé du reste du monde.




Dernière édition par Leiko Murakami le Lun 5 Aoû 2013 - 17:23, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Lun 3 Juin 2013 - 11:45
Je suppliais Miwa silencieusement de partir, de me laisser à mon triste sort : la fin de la vie approchait à grands pas pour moi. Je ne voulais pas qu'elle subisse la même chose, déjà mon corps était tout ankylosé, sûrement recouvert d'hématomes et de plaies sanglantes. On me battait à mort et j'avais l'impression d'être détachée de ce corps en lambeau. Un corps qui ne me répondait plus, un corps qui ne pouvait plus se lever et courir loin de ces agresseurs lâches et répugnants. Si Rachelle avait été là, cette si gentille femme qui m'avait recueillie dans une église après la mort de mes parents, elle aurait fait fuir ces malotrus, bien qu'à bien y regarder, sûrement qu'elle aurait pût ne rien faire si ce n'est appeler la police et le SAMU, mais probablement que l'issu en aurait été la même, inévitable.
Mon regard ne lâchait pas Miwa, elle semblait figée par la peur de ce qu'il nous arrivait, mais elle pouvait encore s'enfuir pendant que je leur suffisais. Je voulais qu'elle parte loin, qu'elle vive ! Si bien que dans un dernier gros effort, je lui faisais un signe d'une véhémence qui ne me ressemblait pas pour la faire fuir.
Mon cœur tambourinait toujours dans ma poitrine, à croire que cela leur plaisait de me tuer à petit feu, je me sentais me convulser de douleur, mais aucun son ne sortait de ma gorge, comme toujours, ou presque. Je sentais ma vue se troubler, je pleurais d'impuissance, et surement de peur. Miwa détourna les talons, son joli visage d'enfant défait par la honte de laisser sa sœur adoptive sur les pavés et la tristesse de sa perte. Mais je ne lui en voulais pas, au contraire, la savoir sur le chemin de la sécurité me fit fermer les yeux, pendant que ces hommes s'acharnaient bestialement sur moi. Je sentais mon cœur devenir irrégulier, douloureux, ma poitrine commençait à se comprimer par le manque d'air, mes côtés devaient être cassées et malmener mes poumons… Mon dernier regard fut pour le clocher de l'Église qui fut pendant un temps ma maison, d'une certaine manière on pouvait dire que j'avais bien fait de faire marche arrière, de revenir dans cette ville emplie de souvenir malheureux comme heureux… Au moins, peut-être qu'en me trouvant, Rachelle me reconnaîtrait et m'offrirait une sépulture descente.
La mort… Que pouvait-il bien y avoir après ? Je m'étais souvent posé la question. La foi qui m'avait été transmise par cette mère adoptive, m'insufflait d'être sereine, que ce serait le paradis qui m'accueillerait. Mais le Paradis, c'était quoi exactement ? Était-ce un néant de nuage blanc ? Un monde céleste avec un Parthénon comme semblaient le croire les Grecs ?
Il faut croire que j'allais bientôt en connaître la réponse, car je ne pensais pas aller en enfer, je n'avais rien fait pour mériter ce genre de dernier jugement. Du moins l'espérai-je craintivement.

Lorsque mon corps devint froid tel un cadavre, mon âme s'en était déjà enfuie.
Lorsque je repris conscience, je sentis un corps douloureux, marbrés encore par des marques de coups et de lacérations en très bonne voie de guérison. Je ne saignais plus et de ce que je voyais autour de moi, j'étais dans une Église, non… une cathédrale ou un temple ? Du moins, un monument qui me rassura, les lumières qui brillaient autour de moi étaient chaleureuses. Ces cierges ne m'angoissaient plus comme avant, bien que leurs flammes me déstabilisaient toujours, me renvoyant à ce terrible incendie criminel qui avait tué, à l'époque, mes vrais parents. Je n'aimais pas le feu, et je ne l'aimerai certainement jamais.
Une main se tendit vers moi, une femme se présenta comme étant la directrice, Colombe. C'était un très joli nom, un nom qui m'inspirait confiance.
Cette jeune femme me demanda de la suivre, chose que je fis avec une légère difficulté, le temps que je retrouve une certaine stabilité dans ce corps que j'avais quitté quelque temps auparavant. Pendant combien de temps d'ailleurs ? Je chassais cette question de mon esprit pour prendre la feuille divinatoire qu'elle me tendait que je lut attentivement. Le temps que je la finisse, Colombe était déjà partie dans un flot de pétales. Ce spectacle me fit écarquiller les yeux de surprise. C'était magnifique.
Cette feuille m'apprenait beaucoup de choses, trop d'ailleurs pour que je puisse en comprendre le réel sens. Apparemment ici, j'étais destinée à être professeure de chant pour les Apprenti-Dieux. Et de ce que je comprenais, j'en étais également une, mais légèrement plus évolué par rapport au nouvel arrivant… Peut-être mes bonnes actions ? Mais professeur de chant ! On pouvait dire que ça ne pouvait pas mieux tomber, plus tôt, j'avais essayé de nouveau de parler, pour répondre directement à Colombe ; au final j'avais dû hocher de la tête comme d'habitude…
Ne voyant personne dehors qui pourrait m'aider à m'orienter dans ce Nouveau Monde si étrange, je décidais de retourner dans un lieu familier et rassurant : le temple.

Chose étrange, il y avait une femme aux cheveux blancs, comme les miens, qui attendait. Elle avait l'air toute aussi désorientée que moi, si ce n'est plus. Je me dirigeai donc vers elle et lui fit un signe de main pour attirer son attention.
Je lui aurai bien demandé comment elle allait, si tout allait bien, mais étant muette depuis des lustres aucun son ne serait encore sorti de ma bouche inutile pour le dialogue.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Lun 3 Juin 2013 - 17:40
Si on m’avait dit que ma fin était proche, je n’aurais pas fait grand chose pour l’éviter. Je me serais juste dit que c’est le destin et qu’on y peut rien. Malgré ce que tout le monde peut dire, on est pas maître de sa vie. Certes, on peut faire des choix, comme décider de stagner ou d’avancer pour s’en sortir. Ou laisser les choses faire. Mais au bout de chaque chemin, un évènement commun arrivera. Et cela qu’on le veuille ou non. La mort, c’est un évènement qui arrive et qui est programmé. Je ne pense pas que c’est un évènement qu’on peut reculer. Je ne dis pas qu’on ne peut pas le modifier, on peut peut-être s’amuser à en changer les circonstances, mais lorsque cette étape est mise en place, c’est inévitable qu’on y passe. Mais pour revenir à ma phrase du début, si on m’avait dit que j’allai mourir, j’aurais essayé d’accomplir certaines choses. Je serai partie de la maison des gens qui m’ont élevés en partie pour aller retrouver mon vrai père. Puis je serais partie loin de ce village pour voir comment s’est ailleurs. Mais non, je n’avais pas prévu ma mort, personne ne m’avait prévenu. Mais peut-être que cela est une bonne chose ?

Lorsque j’étais sur le bûcher, j’ai vu plein de choses que j’aurais voulu faire avant de terminer ma vie. Mais il était bien trop tard pour y penser. Alors j’avais juste fermé les yeux et laisser les flammes me dévorer petit à petit. Je serais incapable de dire si j’ai réellement souffert lorsque je brûlais. Au début, oui. Je le sais. Mais je pense que la douleur était tellement infernale par la suite que je ne ressentais rien, mon cerveau avait dû être déconnecté de toutes souffrances qu’il aurait dû me transmettre. Enfin, je suppose, ce n’est qu’un vague souvenir. Quoiqu’il en soit, alors que je pensais que ma vie était finie, lorsque je ne ressentais plus la chaleur des flammes, mes yeux s’ouvrirent automatiquement. Je ne savais pas où j’étais à ce moment là. En Enfer ? Sur une liste d’attente pour se réincarner ? Je n’en savais rien. Ma vision était floue, je n’arrivais pas à distinguer les alentours. Mon premier réflexe vu de me frotter les yeux. Ce qui fut une mauvaise idée, une cendre était restée coincer dans ma paupière provoquant une douleur assez désagréable. Au moins, cela me permit de réaliser un premier diagnostique : je n’étais pas un spectre ne ressentant plus rien. Je ne savais pas trop si de savoir ça devait me rassurer ou pas. Tout ce que je savais, c’était qu’à ce moment là, je ne comprenais rien à rien. Et ne rien comprendre, c’est quelque chose qui ne m’arrive pas souvent et j’avais juste horreur de ça.

Je me redressai légèrement quand un homme étrange apparu. Il me souhaita une bienvenue à la Deus Academia et me dit qu’il ne me restera plus qu’à me surpasser. Me surpasser à quoi d’ailleurs ? Je ne savais même as où j’étais. Enfin si, à la Deus Académia, mais concrètement, ça ne me disait pas où est-ce que j’étais. Je clignais plusieurs fois des yeux puis ma vue revint normalement. Je me mis debout, fut prise d’un léger vertige qui m’obligea à m’appuyer à un mur. Lorsque mes idées revinrent plus ou moins claires, je décidai de faire un court résumé de la situation. J’étais morte, enfin je suis, enfin peu importe, et j’avais atterri dans un lieu totalement inconnu livrée à moi-même. La seule question qui me vint à l’esprit fut : Que dois-je faire dans un moment pareil ? J’aurais pu certes me demander pourquoi j’étais là, mais cela m’aurait était inutile. J’aperçus quelques personnes à proximité de moi. Demander des informations à des personnes, quoi de mieux pour comprendre un peu mieux la situation ? J’avalai ma salive. Parler à des gens, moi, je savais pas comment fallait faire. Les seules personnes à qui j’ai parlé ces dernières années étaient les sales mômes de ceux qui devaient remplir un rôle de parents. Ce que n’a jamais été fait d’ailleurs. En outre, je ne savais pas lancer une conversation, la sociabilité, je ne sais pas comment ça marche, je sais juste ce que c’est. Peut-être était-il temps que j’apprenne ? Cette idée ne me plaisait pas du tout, mais vu les circonstances, je n’avais pas d’autres choix. Je vis deux filles aux cheveux blancs qui avaient l’air perdues toutes les deux. Je ne savais pas devant laquelle m’avancer ni même laquelle serait plus apte à m’aider. J’haussai les épaules et fit le jeu de la fléchette mentalement. La flèche tourna et indiqua la direction de la femme qui avait les yeux bleus. Une grimace se forma sur mon visage tandis qu’une boule au ventre venait de faire son apparition. J’avançais lentement vers la femme et lorsque j’arrivai à une distance raisonnable d’elle, je me mis à balbutier :

« J… je suis perdue… et… et… voilà… »

Pitoyable, j’étais tout simplement pitoyable. Il était pourtant pas difficile de sortir une simple phrase convenablement, si ? Je sentis mes joues s’empourprer ce qui agrandit grandement mon malaise. Décidément, je n’étais pas faite pour parler à des gens.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Dim 9 Juin 2013 - 16:00

Morning sunrise, morning surprise
Leiko feat. Anaomi, Excide & libre





L'esprit de Leiko avait déserté son corps, se réfugiant dans la chaleur des flammes. Son monde n'était plus que jaune, orange et touffeur. Dansant avec zèle et passion parmi ce feu revigorant, elle se laissait peu à peu emmener. Toute résistance l'avait quittée et pourtant, elle se sentait plus forte que jamais, comme si on lui avait fait prendre des drogues. Elle sentait sa température corporelle augmenter en flèche, pourtant elle n'avait pas chaud. Sa main se tendit vers les flammes qui vinrent tendrement lécher sa peau, répondant à une sorte d'appel inaudible. Tout son corps tremblait, de plaisir plutôt que de peur. De plaisir face à ce feu qui l'englobait dans une étreinte presque charnelle. De plaisir face à cette énergie et cette chaleur qui parcourait son corps comme jamais. Leiko en avait oublié où elle se trouvait, elle en avait même oublié qu'elle venait de mourir. Ouvrant les yeux lentement, elle reprit conscience du lieu où elle se trouvait. Elle se sentait plus vivante que jamais.

Ce fut à ce moment qu'elle senti sa présence. Quelqu'un se trouvait derrière elle et elle ne l'avait même pas entendu arriver. Ce feu lui avait vraiment fait oublié tout autour d'elle. Leiko tourna les yeux vers les flammes et se sentit de nouveau aspirée par leur quiétude. Elle détourna rapidement le regard, ce n'était pas le bon moment pour ça, pas quand une personne inconnue avec des intentions inconnues se trouvait derrière elle. La jeune femme n'avait pas bougée, mais la personne avança et entra dans son champ de vision. Au premier abord, il semblait que cette charmante jeune fille aux cheveux blancs comme elle-même ne lui veuille pas de mal. Mais Leiko avait appris depuis longtemps à se méfier des apparences. L'inconnue leva la main. Leiko réagit instantanément, ses réflexes de guerrières prirent le dessus. Elle pivota, tendant un bras vers ceux de son adversaire, l'autre vers un de ses Desert Eagles accrochés à sa ceinture. La feuille que lui avait donné l'homme mystérieux de tout à l'heure glissa au sol. Elle empoigna les avants-bras de la femme et se lança de tout son poids sur elle, la faisant basculer au sol. A quatre pattes au dessus de l'inconnue, ses bras fermement retenus par une poigne de fer, ses jambes maintenues par les siennes, son visage menacé par un pistolet, elle la regarda dans les yeux et hurla d'une voix menaçante.

« Qui est-tu et où est-on ? »

Les yeux de Leiko habituellement d'un bleu limpide et fascinant étaient devenus aussi froids que la glace. Elle attendait une réponse et ne comptait pas bouger d'un pouce. Sondant les yeux de la jeune femme, elle tentait d'arracher de force les secrets que pouvait renfermer le lieu dans lequel elles se trouvaient. Mais en se plongeant dans le regard si pur de l'inconnue, elle se rendit compte qu'elle s'était trompée sur toute la ligne. Elle n'avait jamais voulu lui faire de mal. Ses yeux ressemblaient étrangement à ceux si angéliques d'un ami d'enfance extrêmement proche. Le regard de la jeune femme indiquait clairement qu'elle n'était pas violente, bien au contraire. Elle desserra doucement son emprise sur les bras de l'inconnue, comprenant son erreur. Ce n'était pourtant pas son genre d'agir sans réfléchir aux conséquences. Elle était justement la personne qui tentait de résonner les autres. Et voilà qu'aujourd'hui, elle hurlait sur une inconnue qui n'avait rien demandé. Elle détourna les yeux de ceux tellement purs de la jeune femme aux cheveux blancs. Elle avait honte.

Leiko se releva rapidement et rangea son arme, libérant la jeune femme qu'elle avait attaquée plus tôt. Elle lui tendit la main pour l'aider à se relever et s'excusa de son comportement.

« Je suis vraiment désolée... j.. je suis un peu déboussolée. »

Il était rare que Leiko montre sa vulnérabilité, surtout à des inconnus. Elle attendait une réponse de la jeune femme quand une autre personne fit son entrer dans le temple. Elle s'approcha d'une démarche peu assurée.

« J… je suis perdue… et… et… voilà… »

« Bienvenue au club » répondit-elle avec cynisme. Le fait d'être morte mais de sentir son corps, de se sentir vivante et d'entendre son coeur battre l'avait déboussolée. Si elle-même ne savait pas ce qui se passait, comment l'expliquer à une adolescente ? Qui était-on pour souhaiter la bienvenue à des gens sans prendre la peine de les guider un minimum ?! C'est alors que Leiko remarqua que les deux jeunes femmes avaient elles aussi une feuille. Elle se pencha pour ramasser la sienne et la lu.

Bienvenue à la Deus Academia,

Identité de l'apprenti-dieu : Leiko Murakami
Age : 27 ans
Poste occupé : Professeur de combat rapproché
Domaine Divin : Le feu


Qu'est-ce que c'est que ça ?! En même temps, ça expliquerait beaucoup de choses. Le fait d'être vivante, l'attraction étrange qui s'était passé avec le feu. Elle leva les yeux vers les deux jeunes femmes, les questionnant du regard.

« Vous aussi vous avez cette feuille étrange ? »




Dernière édition par Leiko Murakami le Lun 8 Juil 2013 - 12:22, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Dim 9 Juin 2013 - 18:07
Cela pris beaucoup plus de temps que je ne l'avais prévu pour attirer l'attention de la jeune femme, et lorsque je l'eu, je me retrouvai collé au sol avec un flingue sur la tempe. Apeurée pendant les quelques premières secondes, je réussi à me ressaisir et ne bougeai pas d'un pouce, sachant très bien que cela pouvait déclencher un appui sur la détente. De ce que j'en comprenais, j'étais déjà morte, alors autant éviter de mourir une seconde fois si rapidement. Cela serait du gâchis, et je ne savais pas si j'aurai une troisième chance. En avoir une deuxième était déjà inespérée, bien que je ne l'ai pas souhaité pendant que je me sentais partir dans le néant.
J'essayais donc de ne pas ciller face au regard de l'inconnu qui essayait de franchir mes pensées intimes, je le ressentais aussi vivement qu'une brûlure, ce qui m'angoissait depuis cette nuit fatidique où j'ai perdu mes parents. Le feu m'effrayait, le feu l'appelait.
J'avais envie de lui dire que je ne lui voulais pas de mal, que je n'avais rien fait pour mériter un tel traitement dès son arrivée, mais je savais qu'une fois encore, rien ne sortirait de mes lèvres si ce n'est un petit rictus qui montrerait mon malaise.
Puis, son poids se fit moins présent, je la sentis se relever et s'excuser en bafouillant maladroitement. De toute évidence, cela ne devait pas lui arriver bien souvent.
Avant qu'elle ne puisse lui apprendre quoi que ce soit sur leur situation, une autre jeune femme s'immisça dans la conversation en disant qu'elle était tout autant perdue qu'elles. C'était bien leur veine !

" Bienvenue au club" dit alors celle m'ayant agressée quelque secondes plus tôt.

Tu m'étonnes ! Y avait-il que des gens comme nous ici, destinés à errer toute leur seconde vie ? Etait-ce vraiment un Paradis ici ? La jeune femme aux cheveux blancs me nous montra un papier. Papier sur lequel je pus lire qu'elle était destinée à devenir professeur au sein de l'académie, tout comme moi. A l'exception faite, qu'elle enseignerait une matière violente…
Je leur montrais donc ma fiche sur laquelle on pouvait voir :


Bienvenue à la Deus Academia,

Identité de l'apprenti-dieu : Anaomi Kallu
Age : 208 ans
Poste occupé : Professeur de musique.
Domaine Divin : Le ch
ant

D'ailleurs, quelque chose clochait dans cette fiche… 208 ans ? ils avait dû se tromper… je n'en avais que 28… sûrement une faute de frappe, du moins si cela avait été dactylographié…
M'enfin passons, de toute évidence, même au Paradis, les gens n'étaient pas parfaits…
Je m'inclinais donc légèrement devant les deux femmes, pour dire que j'étais enchantée de les rencontrer et signa comme je le pouvais le fait que j'étais muette.

Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Lun 10 Juin 2013 - 11:25
« Bienvenue au club. »

Cette phrase me fit sourire. Je n’étais bien et bel pas seule dans la galère. Cela était rassurant d’un coté de savoir que d’autres filles étaient perdues elles aussi. Enfin, rassurant, pas vraiment quand on y pense bien, parce que maintenant, qui va nous aider ? Etions-nous destinées à vivre dans l’ignorance ? Et si éventuellement, je suis morte, pourquoi me donner une deuxième chance si je ne comprenais rien à rien ? Le monde est vraiment bizarre parfois. Je lâchai un bâillement que je cachai avec ma main puis me frottai les yeux. Qui aurait cru que passer au bûcher était aussi fatigant ?

La femme aux yeux bleus scruta une feuille. Je penchai ma tête, j’avais tendance à être curieuse et je voulais savoir ce qu’il y avait écrit sur cette feuille. Mais bon, ce n’était pas le moment de poser ce genre de question. Et c’est seulement lorsqu’elle demanda si nous aussi on avait eu cette feuille étrange que je me souviens que l’homme étrange de tout à l’heure m’avait donné quelque chose. Ou j’avais mis cette chose d’ailleurs ? Je regardai autour de moi qui vit un truc blanc par terre. Ca devait être ça. Je partis la ramasser et revint au coté des deux jeunes femmes puis la lut dans ma tête :

Bienvenue à la Deus Académia,
Identité de l’apprenti-dieu : Excide Minako Sleaford.
Âge : Dix-sept ans.
Poste occupé : Elève.
Domaine divin : Les invocations.


Apprenti-dieu ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Et puis même, c’était quoi cette histoire de domaine divin. J’avais pour habitude de toujours tout comprendre vite mais alors là, j’étais complètement perdue. J’haussai les épaules, je finirai bien par découvrir ce que je fais ici à un moment ou un autre. Mais c’est vrai que cette situation me stressait plus qu’autre chose. La deuxième femme, celle qui avait une jolie couleur d’yeux dorés, s’inclina et mima quelque chose. D’après ses mouvements, je pense avoir compris qu’elle est muette. Enfin, je préférais tout de même en être sûre :

« Muette ? »

Je m’étais toujours demandé ce que cela faisait de ne pas pouvoir parler. Tout comme ce que cela faisait de ne pas pouvoir voir ou entendre. J’imagine que je n’en saurais jamais rien. Mais ce n’était pas plus mal quelque part, tous mes sens marchaient à la perfection, je n’avais pas envie que l’un d’eux deviennent inutilisables. Je lâchai un soupir.

«
Je m’appelle Excide sinon… »

C’est tout ce que j’avais trouvé à dire. Je m’étais dit que si on devait s’entraider, connaître l’identité de ces femmes pouvaient être utiles. Cela m’empêcherait d’appeler ces deux personnes par leur couleur d’yeux.  


Dernière édition par Excide M. Sleaford le Ven 14 Juin 2013 - 14:39, édité 5 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Lun 10 Juin 2013 - 16:07

Morning sunrise, morning surprise
Leiko feat. Anaomi, Excide & libre





Leiko se demandait pourquoi la jeune femme n'avait ni crié ni tenter de lui parler. C'était rare que quelqu'un ne hurle pas quand on lui saute ainsi dessus par surprise. Pourtant Leiko avait bien vu qu'elle l'avait effrayée, du moins dans un premier temps. Elle fût étonnée par le sang froid dont la jeune femme aux yeux dorés avait fait preuve.

Étrangement, ce temple était une bonne représentation que Leiko pouvait se faire de l'idée de Paradis. Elle ne croyait ni en Dieu, ni en une quelconque réincarnation possible. Que diable pouvait-elle bien faire ici ?! En lisant plus attentivement sa feuille, elle le découvrit. "Professeur de combat rapproché" Professeur...professeur... Leiko gardait un très mauvais souvenir de ses années d'études. Elle n'avait jamais été une élève très attentive, bien au contraire, elle était du genre arrogante et insolente. Bien sûr, l'armée l'avait fait gagner en maturité, mais elle avait gardé son sang chaud et son caractère bien trempé. Elle n'était pas apte à enseigner quoi que ce soit à des élèves alors qu'elle même était parfois immature.

Une seconde chance, quelle ironie ! Qu'avait-elle bien pu faire dans sa vie pour mériter cela ? Elle n'était pas un de ces héros qui avaient sauvés les monde où des vies, elle n'avait rien inventer de révolutionnaire. Non, elle avait toujours mené sa petite vie, plus ou moins paisiblement, se battant pour vivre, pour survivre dans un monde où elle ne se sentait pas à sa place. Elle avait tué, torturé psychologiquement, avait manipulé bon nombre de personnes, avait menti. Elle n'était décidément pas quelqu'un d'angélique. Elle se promit mentalement de ne pas gaspiller cette nouvelle vie. Mais... attendez... si elle même était morte, était-ce possible que les deux jeunes femmes avec elle le soient aussi ? Bien que les mots voulurent franchir ses lèvres, elle n'osa pas les prononcer.

La jeune femme qu'elle avait agressé précédemment leur montra sa feuille. Leiko parcourut les inscriptions des yeux. La jeune femme s'appelait donc Anaomi. C'était un très joli prénom qui lui allait bien. Elle avait 208 ans et avait été, tout comme Leiko, désignée pour être professeur. A..a..attendez ! 208 ans ?! Comment ça 208 ans ?! La jeune femme cligna plusieurs fois des yeux, alternant son regard entre la feuille et Anaomi. Elle devait avoir trouvé un remède miracle contre les rides, c'était pas possible autrement.

« Waouh, tu fais pas ton âge ! »

Elle afficha une mine amusée. Mine qui ne s'était pas vue sur son visage depuis bien longtemps. Elle tenta de réfléchir posément à cette histoire et d'établir un bref résumé de ce qu'elle savait : elle était morte, elle se réveille dans un temple, un homme l'accueille, lui tend une feuille, elle est maintenant une apprentie-dieu, elle doit devenir prof de combat dans une école constituée - elle le supposait- entièrement d'apprenti-dieu qui sont donc eux aussi morts. Ok, bon, elle avait réussi à digérer l'entièreté de cette étrange histoire, restait toujours le mystère du domaine divin. Leiko tenta de se creuser la tête. Elle avait aimé l'Odyssé, d'Homère et depuis qu'elle l'avait lue, elle s'était prise d'intérêt pour tout ce qui touchait à la mythologie grecque. Si elle se souvenait bien, et elle était sûre de se souvenir correctement, chaque Dieu avait un domaine de prédilection, un pouvoir bien à lui. Hadès les enfers, Poséidon l'eau, Zeus le ciel ... Donc, si elle suivait cette logique, le feu devait être son "pouvoir". Mais jusqu'à quel degrés pouvait elle utiliser ce pouvoir et contre quoi ? Oh non, Leiko n'était absolument pas matérialiste, mais elle se doutait qu'utiliser une telle puissance alors même que l'on est pas un dieu devait demander beaucoup d'énergie.

La jeune femme sortit de ses pensées et observa la dernière arrivée, la jeune fille aux cheveux roses qui était en train de lire sa feuille. Elle semblait jeune, elle avait dû être fauchée durant son adolescence. C'était triste, de mourir si jeune. La vie était injuste et aléatoire, Leiko avait beau le savoir, elle trouvait ça affreusement cruel de ne pas laisser à un jeune le temps de vivre. Elle détourna le regard. La femme aux cheveux de la même couleur que les siens fit un signe de la tête et mima quelque chose que Leiko ne comprit pas.

« Muette ? »

Muette ? Oh non... boulette girl ! Alors que Leiko lui avait hurlé dessus, elle ne pouvait pas répondre, elle ne pouvait pas lui dire d'arrêter. De toute façon, si elle avait tenter de parler avec les mains, Leiko n'aurait sûrement rien comprit et aurait attaqué de plus belle, prenant ces signes pour des menaces. Eh merde ! Eh mais, Anaomi n'était pas censée être professeur de chant ? Comment allait-elle se débrouiller ? La jeune fille aux cheveux roses l'interrompit avant qu'elle ne put poser la question et se présenta. Excide.

« Hum... moi c'est Leiko. Enchantée. » Lâcha-t-elle d'un ton pensif en caressant la poignée de son katana. « Désolée de poser la question, mais j'aimerais vérifier quelques théories. Est-ce que vous êtes toutes les deux mortes ? »

Un bruit en dehors vint perturber le silence et la quiétude du temple. Leiko se retourna vivement et dégaina son katana, sur ses gardes. Qui sait ce qui pouvait les attendre dans ce monde inconnu ?




Dernière édition par Leiko Murakami le Lun 8 Juil 2013 - 12:22, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Mar 11 Juin 2013 - 11:14
Apparemment, le signe que je mima fit son effet car la jeune fille au cheveux roses me demanda si j'étais effectivement muette. Et de toute évidence, je l'étais…
J'hocha donc de la tête pour lui signifier qu'elle avait vu juste. L'étonnement de ma future collègue se peignait alors sur son visage, avec un pointe d'effroi. Sûrement qu'elle repensait à la scène étrange de tout à l'heure où elle m'avait littéralement sauté dessus. Eh bien oui, il était clair que je n'avais eu que peu de moyen de défense, heureusement qu'elle n'avait pas poussé l'interrogatoire à bout, car je ne savais vraiment pas jusqu'où cela aurait été… Peut-être qu'elle m'aurait tranché la gorge ?
Rien que d'y penser, j'en frémissais d'horreur, mais pour détendre l'atmosphère, je ris légèrement. Chose étonnante, puisque je disais être muette, un son tel un chant d'oiseau s'échappa de ma gorge, un rire cristallin et aussi innocent que celui d'un nouveau né.
Je me penchais de nouveau sur ma fiche en mettant un doigt sur le zéro, histoire de dire tout de même qu'il y avait une erreur. Avoir 208 ans était juste impossible, il fallait bien se l'avouer !
Je regardais ensuite avec curiosité la fiche de la plus jeune d'entre-nous : Apprentie-Dieu… Hmm… Cela voulait-elle dire qu'elle allait être l'une de ses élèves ? Mais apprentie-Dieu ? En tant que professeur… on était aussi des Dieux ?
Ma tête tournait avec toutes ces questions incongrue… Puis je ne voyais pas à quoi correspondait le domaine divin… Le chant, certes, j'étais très doué dans ce domaine… Mais de là à ce qu'il soit divin… Même si la plupart des fidèles, et non croyants, venaient m'écouter régulièrement à l'Eglise, cela ne voulait vraiment rien dire !!
Je soupirais, ne sachant que faire si ce n'est attendre que l'une de nous trouve une réponse des plus plausibles. Ou bien que quelqu'un vienne nous rendre visite et nous guide vers le secrétariat où un truc de ce genre, histoire de glaner des informations.

Un bruit métallique très sonore et dérangeant me fit sursauter. Ce bouquant venait du dehors de l'Eglise. A ce moment là, je revis le visage de Miwa, en partant loin de moi, comme je le lui avais demandé, elle avait fait tomber une poubelle, distrayant passagèrement mes agresseurs, mais qui n'en avaient repris que de plus belle, délaissant la plus jeune s'enfuir à toute jambe. Il fallait croire que s'en prendre à quelqu'un avec la réputation d'être pure, et sans défaut était plus jouissif que de s'en prendre à une adolescente… Que bien leur en prenne, il était claire, que pour eux, leur fin ne serait pas aussi intéressante que la mienne. Me retrouver ici était vraiment étrange, mais d'une certaine façon plaisante. Mais ce bruit métallique me vrillait encore les tympans, me faisant dresser le poil sur tout le corps.
Je ne fus d'ailleurs pas la seule à avoir une réaction. L'enseignante, beaucoup plus vive, sortie son sabre et le dégaina. C'était certain que son poste avait été, également, bien choisi !
Mais voir cette lame tranchante sortie de son fourreau n'était pas pour m'apaiser. Je ne voulais plus voir de bain de sang, je ne voulais plus assister à ce genre de chose.
Si bien que je sais doucement mais fermement le poignet de la jeune femme. Après tout, il n'y avait sûrement pas de quoi s'alarmer…
Si bien que prenant mon courage à deux mains, je m'avançais vers l'entrée, j'avais l'impression d'avancer comme un escargot, mais j'avançais tout de même, sans penser au fait que j'avais l'air peu présentable avec mes vêtements déchirés, laissant voir la plupart de mes sous-vêtements…
Je lançai alors un regard derrière moi, à la fois comme un appel à l'aide, mais aussi pour être sûr que la femme rengaine son sabre meurtrier.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Ven 14 Juin 2013 - 14:23
J’avais vu juste concernant le fait que cette femme était muette. La réaction de celle qui s’appelait Leiko fut immédiate et assez bizarre.  Il s’était peut-être passé quelque chose quelques minutes avant mon arrivée que je n’avais pas vue. Mais bon, je me contentai d’hausser les épaules, ce n’était pas grave. Pendant que la femme muette regardait ma feuille, j’en profitais pour regarder la sienne assez rapidement. Anaomi, elle s’appelait, c’était joli comme prénom. Professeur de chant ? Etrange pour quelqu’un qui ne peut pas parler. Enfin, après tout, elle  avait bien sorti un petit rire cristallin. Quant à son âge, 208 ans ? Bon, passons dessus. Il y avait tellement de choses étranges qui se passaient et en si peu de temps que son vieil âge me passait au-dessus de la tête. Je m’apprêtais à répondre à la question de Leiko mais un petit son coupa la conversation.

Les deux femmes réagirent à un petit bruit métallique parvenant de l’extérieur. Je fus la seule à ne pas avoir réagis. Sur le moment, je ne savais pas pourquoi, mais ce bruit me semblait normal… Après tout, il y avait de grandes chances pour qu’on ne soit pas seul. Pas de quoi paniquer et en sortir un sabre. L’endroit, bien qu’il ait l’air ancien, ne semblait pas abandonné de tout et même très bien entretenu. Vraiment, dès que j’aurais le temps, je me ferais une joie d’examiner cet endroit. Même si je ne savais toujours pas où est-ce que j’étais, j’avais plus ou moins compris que je resterai le reste de ma vie – ou de ma mort, qu’importe – ici. De toute façon, cet endroit ne pouvait pas être pire que la ferme des deux autres abrutis de paysans qui me servaient de « parents ». Je partis rejoindre Anaomi tout de même, bien que ce ne soit pas pour la même raison que cette dernière. Mais je voulais voir comment c’était dehors.

Lorsque que je quittai le bâtiment, plusieurs édifices entrèrent dans mon champ de vision. Le soleil éclairait les lieux. Cela faisait du bien de prendre l’air, je commençais un peu à étouffer dans ce temple. Je me frottai les yeux, la lumière faisait tout de même un peu mal. Je mis ma main au dessus de mes yeux pour mieux apercevoir les alentours. Le bruit d’une horloge qui sonna deux coups attira mon intention. Quatorze heures ? Cela me fit bizarre, moi qui était sur le bûcher un soir et pas une après-midi. Je lâchai un soupir. M’enfin, qu’importe. Je fis signe à Leiko de nous rejoindre, il n’y avait aucun danger. Enfin, en tout cas, je n’en avais pas détecté. Et pour ce genre de chose, mieux ne vaut ne pas me faire confiance. Mais d’un autre coté, je ne voyais pas ce qu’il pouvait y avoir de dangereux dans cet endroit.

Je regardais encore une fois les alentours, non pas pour voir les différents bâtiments cette fois-ci mais pour voir s’il y avait quelqu’un qui serait susceptible de nous aider.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Mer 19 Juin 2013 - 21:21


Morning sunrise, morning surprise
Leiko feat. Anaomi, Excide & libre





Etre muette était une chose que Leiko ne pouvait même pas imaginer. Elle n'aurait pu vivre avec un ou plusieurs sens en moins, tout comme elle n'aurait pu vivre avec un membre en moins. Comment communiquer lorsque l'on est muette et que nos deux mains sont liées ou occupées à tournoyer avec épées et pistolets ? Avec son métier elle se servait continuellement de son ouïe et de sa vue pour repérer et analyser, mais le son que produisait ses cordes vocales était tout aussi important puisqu'il lui permettait de crier des ordres ou de prévenir des camarades. Il aurait été impensable pour Leiko de perdre sa voix avec son métier. Compatissante, elle se demanda comment Anaomi avait pu supporter tout cela. Elle avait dû vivre des situations difficiles, comme il y a quelques minutes à peine par exemple. Si la situation s'était empirée, Leiko aurait été capable de lui faire du mal. Pas au point de la tuer, mais elle se savait capable d'horreurs commises de sang-froid. Un rire cristallin, d'une beauté presque fantomatique brisa l'atmosphère tendue. Leiko se tourna vers la jeune fille aux cheveux roses, mais le son ne semblait pas venir d'elle. Ce ne pouvait être que la professeure de chant. Étrange de produire un tel son alors même que l'on est muet.

Quelques bribes d'idées sur le lieu et ses mystères tentaient de s'assembler dans la tête du Dragon Céleste, mais leur situation restait toutefois très vague. Un bruit métallique la fit réagir instantanément, dégainant son sabre à la vitesse de l'éclair. Leiko d'ordinaire si posée et réfléchie semblait avoir perdue son calme, comme si son corps n'arrivait pas à assimiler le fait qu'il est quitté l'atmosphère hostile dans lequel elle s'était trouvée lors de sa mort. Son corps était encore en posture de combat alors que son esprit avait digérer sa mort et le nouveau lieu dans lequel elle allait devoir évoluer. Trop concentrée sur ses sens aiguisés, tentant de percevoir si l'ennemi se trouvait loin d'eux, elle ne fit pas attention aux réactions des deux filles. Ce n'est seulement quand la main fraîche d'Anaomi saisi fermement son poignet, lui intimant de rengainer sa lame que Leiko les observa. Anaomi avançait vers les portes menant vers l'extérieur tandis qu'Excide la suivait. Toutes deux semblaient confiantes envers ce nouveau monde et ne semblait pas voir les possibles dangers. Après tout, elles ne savaient pas ce qui pouvaient les attendre en dehors du temple, même si elle doutait fortement qu'un monstre apparaissent ou qu'elles se fasse agresser par quelqu'un. 

La jeune femme aux yeux dorés lança un regard derrière elle, Excide lui fit signe de venir. Leiko rengaina son sabre mais resta sur ses gardes tandis qu'elle s'avança. Elle semblait la seule des trois à être apte à se battre, mais pourtant, les deux autres étaient sorties avant elle, qu'elle ironie. Leiko pointa le bout de son nez dehors et plaça une main devant ses yeux pour éviter d'être éblouie par la lumière aveuglante. Un grand parc s'étendait devant elles, pas une once de danger ne planait. Leiko se détendit mais une question planait toujours dans sa tête. Qu'est-ce qui avait bien pu faire un boucan pareil ? Elle observa les alentours avec plus d'attention. Les arbres et les buissons semblaient entretenus, les pelouses tondues. Leiko fut étonnée de constater que de la verdure pouvait pousser dans "l'au-delà". Cet endroit s'éloignait de plus en plus de sa représentation du paradis. Des personnes devaient donc se trouver ici. On pouvait voir des bâtiments plus loin.

« Et si on allait voir là-bas ? Vu comme ce parc semble entretenu, on y trouvera sûrement quelqu'un à même de nous renseigner. » Proposa-t-elle. « Peut-être un bâtiment administratif où il faudra remplir plein de paperasse. » Finit-elle en rigolant.

L'idée même qu'une administration existait au sein de ce lieu l'a faisait sourire. Mais après tout pourquoi pas, c'était une académie non ? Effleurant son Desert Eagle accroché à droite de sa ceinture, Leiko se tourna pour voir l'entrée du temple duquel elles venaient de sortir, pensive. Bien qu'elle ait rangé son katana, elle n'en restait pas moins sur ses gardes. Après tout, la jeune femme n'avait pas atterrie chez les Bisounours de ce qu'elle sache. Il y avait forcément des choses dangereuses au sein de cette académie, sinon pourquoi apprendre à des élèves à se battre ? Leiko pensa soudain à une chose qui jusque là ne lui avait pas traversé l'esprit. Si l'on apprend l'art du combat à des élèves, c'est pour qu'il puisse survivre. Donc logiquement, c'est qu'ils peuvent mourir une seconde fois, et que cette seconde mort inclue sûrement tous ceux au titre d'apprentie-dieux. Leiko préféra taire cette théorie et se tourna un petit sourire aux lèvres vers les deux jeunes femmes.




Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Ven 5 Juil 2013 - 17:24
Je me tournai vers Leiko qui nous proposa de rejoindre le bâtiment le plus proche. J’hochai avec un sourire la tête en signe de réponse positive puis me lançai un regard à Anaomi pour savoir ce qu’elle en pensait. Seulement, cette dernière n’eut pas le temps de répondre. En effet, j’aurais dû être méfiante, le bruit métallique de tout à l’heure n’était pas réellement aussi innocent que ça. Un majestueux oiseau venait de faire son apparition dans le ciel. Ses plumes possédaient une multitude de couleur toutes les plus jolies les unes que les autres. Il était grand, il devait faire facilement trois fois ma taille. Jamais je n’avais vu une telle créature, ni même dans tous les livres que j’ai pu lire lorsque j’étais à la ferme. Et pourtant, je pensais avoir une grande connaissance mais finalement, il me restait encore beaucoup à apprendre. J’observais l’oiseau voler dans le ciel quand soudain il fonça vers nous. La créature se posa devant nous puis battit fort des ailes. Je mis mes bras devant la figure pour me protéger de la poussière qui se soulevait du sol. La mini tempête se calma. J’observai la scène avec frayeur, j’étais incapable de bouger. Mon corps tremblait comme une feuille. L’oiseau nous observa une à une puis attrapa Anaomi par son vêtement avant de s’envoler, gracieusement d’ailleurs, dans le ciel. Lorsque la scène fut finie, je tombai par terre, sur les fesses. Ma respiration était complètement irrégulière.   J’avais peur. Je ne voulais pas rester ici. Je voulais partir, remourir une deuxième fois s’il le fallait. Je fermai les yeux, tentai de chasser toutes idées de mon esprit. Remourir une deuxième fois ? C’était absurde. On m’offre une deuxième vie et à quoi je pense ? A reperdre encore une fois la vie ? C’était juste stupide de ma part. Je tentai de reprendre une respiration normale et de résumer la situation. Je suis morte, je rencontre deux femmes dans le même cas, on se trouve dans une académie, je suis une apprentie-dieu selon la feuille et des oiseaux qui n’ont pas l’air sympathiques, bien que magnifiques, se baladent en liberté et enlèvent des gens. Cool, c’est tout ce qu’il y a à dire.

Toujours par terre, je rouvris les yeux et lançai un regard rapide à Leiko. J’ouvris ma bouche mais aucun son ne sortit. Je finis par lâcher un léger soupir. Allez Excide, hop, hop, hop, on se reprend. Je me levai et frottai ma robe avec mes mains pour retirer la poussière qui s’était posée dessus. J’avalai ma salive et me frottai la tête.


« Et… maintenant ? »


Ce fut les deux seuls mots que je pus prononcer. Mais j’estimai cela suffisant, que dire d’autre ? J’espérais juste qu’elle ne me réponde pas : « Bah, on va la chercher. » Car vraiment, je n’étais pas apte à faire de la recherche dans un lieu inconnu. Ni même à combattre un oiseau géant d’ailleurs. Ce n’est pas que je m’inquiétais pour Anaomi mais là… Vu dans la situation dans laquelle on est, je pense que c’est chacun sa merde. Et puis, pourquoi partir si c’est pour se faire tuer ? Enfin si on peut mourir une deuxième fois. je regardais les alentours.. c’était louche comme endroit tout de même.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Jeu 11 Juil 2013 - 20:38

Morning sunrise, morning surprise
Leiko feat. Anaomi, Excide & libre





Excide hocha la tête à sa suggestion de rejoindre le bâtiment le plus proche pour tenter d'en savoir plus sur ce lieu et cette nouvelle vie offerte. Leiko se tourna donc vers la seconde jeune femme pour avoir son accord et se mettre en chemin. Seulement un événement imprévue survint. La toute nouvelle professeur n'aurait jamais dû baisser sa garde si facilement après qu'Anaomi lui ait demandé. Elle aurait dû être attentive à ce nouvel environnement inconnu. Aucune d'elles trois ne savaient à quoi s'attendre en sortant du temple. Leiko avait pourtant appris au cours de ses nombreuses années de pratique, à se méfier des apparences. Elle avait elle-même beaucoup jouer dessus lors de son vivant, se déguisant, se faisant passer pour une demoiselle en détresse, un fille angélique ou Deus seul savait quoi encore. Elle était passé experte dans l'art de la dissimulation et de l'infiltration. Pourquoi avait-elle écouté une jeune femme un peu trop confiante envers le monde ? Un oiseau d'une rare beauté était apparu dans le ciel. Il était digne des plus grands mythes et en était peut-être un car Leiko n'avait jamais vu de tel spécimen de son vivant. Et elle fut encore plus impressionnée lorsqu'il se posa devant elles. L'oiseau était gigantesque. Ses plumes étaient composées d'une multitudes de couleurs toutes plus chatoyantes les unes que les autres. Pourtant, il ne semblait pas inoffensif. Était-ce à cause de son bec extrêmement pointu ou des se serres acérés ? Les deux sans aucun doute. Leiko fut pétrifié devant cette menace inconnue, incapable de dégainer une quelconque arme pour se défendre elle et les deux jeunes femmes à ses côtés. Etre ainsi incapable d'agir était rare pour la jeune femme, on pouvait compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où ça lui était arrivé.

Sans crier gare, le volatile déplia ses ailes et se mit à les bouger. Le vent provoquer par les mouvements de l'oiseau soulevait la poussière du sol, créant des minis tourbillons. Le premier réflexe de Leiko fut de se jeter sur le sol, se couvrant la tête. Elle ne pensa pas à vérifier les deux jeunes femmes qui l'accompagnait. Elle aurait dû. Si elle leur avait dit à elles aussi de se coucher, peut-être qu'elles seraient encore trois. La mini tempête s'arrêta, la bête fixait tour à tour ses proies, faisant son marché. Puis, ayant choisi le produit qui lui semblait le mieux, il attrapa Anaomi et s'envola. La japonaise se releva en quatrième vitesse et tenta de courir après l'oiseau et la jeune femme accrochée à ses serres.

« ANAOMIIIIIII ! »

La jeune femme s’époumona, même en sachant qu'Anaomi ne pourrait pas répondre. Qu'allait-il lui arriver maintenant ? Leiko mourrait d'envie de tenter de suivre une piste, même inexistante, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas se le permettre. Elle était dans un lieu inconnu, avec -elle en était sûre à présent- des monstres/bêtes inconnus, alors qu'elle était censée être morte. La jeune femme détourna son regard de l'horizon, là où l'oiseau et sa proie avaient disparus, pour le tourner vers Excide. La jeune fille était assise par terre, l'ai un peu sonné, mais elle se reprit bien vite. En se relevant, elle prononça les deux mots que Leiko aurait souhaité ne pas entendre.

« Et… maintenant ? »

Après avoir, une bonne partie de sa vie, pensé à la survie du groupe en premier, elle ne pouvait pas répondre à Excide qu'il fallait qu'elles aillent sauvé la jeune femme. Elle ne connaissait rien d'ici. Le mieux qu'elle pouvaient faire, c'était de reporter les faits à quelqu'un qui pourrait faire quelque chose. Si tant est qu'il ne soit pas trop tard.

« Je ... je suis désolée pour Anaomi, mais si on y va, tout ce qu'on fera c'est ajouté deux personnes sur la liste "en danger". On ne connait rien de ce lieu et des habitants, on ne sait même pas par où commencer à chercher Je m'inquiète pour Anaomi, mais la meilleure chose à faire, je pense, est de rejoindre ce bâtiment en vitesse et de signaler ce qu'il vient de se passer à quelqu'un. »

Sur ces quelques mots, Leiko attrapa la main d'Excide et se mit à courir en direction du bâtiment qu'elles avaient repéré plus tôt.


Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Dim 4 Aoû 2013 - 13:26
Heureusement que Leiko ne me répondit pas qu’on allait chercher Anaomi. J’aurais été contrainte de la suivre étant donnée la trouille que j’avais de me retrouver toute seule. C’est pour cette raison que je la laissai me traîner sans rien dire. De plus, on serait peut-être plus en sécurité à l’intérieur du bâtiment que Leiko avait indiqué quelques minutes plus tôt. Une fois à l’intérieur, je lançai quelques regards par ci par là dans l’espoir de trouver quelque chose d’intéressant. Je vis un panneau accroché à un mur, je m’y approchai pour voir ce qu’il y avait marqué. Une... une carte ! Bingo. C’est tout à fait ce qu’il nous fallait.


« Je pense que ceci pourrait nous être utile. »


« Je pense… », j’en étais sûre même, mais qu’importe. Même si la carte ne nous expliquait pas où est-ce qu’on était et qu’est-ce qu’on foutait là, elle nous permettrait au moins de nous repérer. Je me tournai vers Leiko pour lui demander si elle pensait qu’un lieu en particulier puisse nous aider. Malheureusement, je n’eu pas réellement le temps de lui poser la question vu qu’une garçon du même âge que moi arriva en courant, trébucha et renversa un pot de peinture blanche sur moi.


« Je... je suis désolé. Vraiment. »


L’inconnu ramassa son seau et partit comme si de rien était. Je me retrouvais dans un piteux état, ma robe avait littéralement changé de couleur. J’avais envie de maudire cet inconnu mais j’avais autre chose à faire. Je me retournai vers le plan et  localisai les dortoirs dessus. J’imaginai qu’à proximité, des douches devaient être présentes. Je m’excusai auprès de Leiko, lui expliquant que je devais la quitter rapidement pour trouver de quoi le changer ou quelque chose comme ça. Je m’excusai une dernière fois et partis en direction des chambres.
Invité
avatar
Invité
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] - Lun 19 Aoû 2013 - 14:22

Beau rp, vous faisiez un bon trio quoiqu'un peu sur les nerfs Leiko /PAN/. J'aime bien la manière dont vous avez fait sortir Anaomi en tout cas x) Dommage que tes posts se soient raccourcis vers la fin Excide.

Leiko : 365 xps
Excide : 370 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ] -
Morning sunrise, morning surprise [Anaomi & Excide ] [ TERMINÉ ]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Good Morning, Good morning we talked the whole night through
» Foutue surprise..[Pv Krish/Velkyn] [Terminé]
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page