Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando]

Invité
avatar
Invité
Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Mar 21 Mai 2013 - 17:40
« L'homme tire sa force de sa capacité d'adaptation. »


Les cours étaient tout autant une nouveauté que les pantalons. Elle n'avait pas eu accès à l'éducation dans sa plus tendre enfance. Le latin ? Elle avait appris à le parler de force. Elle avait pu toucher du bout des doigts quelques pages de missel et en apprendre le contenu mais l'éducation était purement réservée aux jeunes garçons de grandes maisons. Et jusqu'à preuve du contraire, elle n'avait eu à l'époque ni l'un ni l'autre et n'était pas bien mieux lotie maintenant. Certes elle avait pu profiter de ses premiers cours. C'était assez étrange. Étant habituée à courir par delà les champs et à batifoler au gré de ses envies, elle eut bien du mal à tenir en place. Elle ne voyait pas non plus l'intérêt immédiat des enseignements. Toute cette théorie lui donnait la nausée. L'action est la seule technique viable pour l'enseignement. Ne le savaient ils donc pas ?

Enfin. Heureusement pour elle, ces heures de torture prenaient fin. On lui avait expliqué que toutes les informations importantes étaient consignées sur un grand tableau non loin de l'entrée. Ne sachant toujours par de tête ce qui l'attendait par la suite, elle se dirigea donc habilement vers l'endroit en question. Elle chercha avec application ce qui pouvait la concerner. Les mots étaient plutôt différents de ceux qu'elle avait connus. Si elle comprenait la langue il lui manquait encore quelques mots d'usages, des mots spécialisés . Emploi du temps . Examen.. Non . Elle s'y connaissait en rituels chamaniques et en lecture de l'heure en fonction de la position du soleil, mais alors pour ces choses typiques d'un siècle plus avancé, rien du tout.
Il était alors marqué noir sur blanc sur un papier avec beaucoup de petites cases où on pouvait trouver son prénom qu'elle avait encore quelque chose après et qu'il se trouvait dans son casier un élément indispensable à apporter afin d'assurer la bonne marche du cours. Nouvelle énigme. Elle soupira et les voisins proches purent entendre un «POC très léger.Celui d'une tête qui heurte avec dépit un panneau en bois. C'était abominable. Réfléchir encore plus pour s'adapter lui donnait des maux de tête abominables. Sans compter que certaines crises lui apportaient des bribes de pensées sans même qu'elle s'en rende compte. Elle maudit son seigneur en cet instant précis. Mille fois. « T'as vu ? » Douleur. « Corset. » « Sorcière ». Elle ôta sa tête du panneau et jeta un regard circulaire on ne peut plus inquiet aux alentours. Non. Elle n'était pas...La fuite restait la meilleure solution. Loin de ces deux demoiselles qui la regardaient de travers. Une fois suffisamment loin, elle prit le temps de souffler.

« Ma pauvre amie, tu vois le malin partout. »

Cependant, son problème n'était toujours pas réglé. Les casiers..Il n'y avait pas d'équivalent direct à son époque. Cela ne facilitait pas les choses. Déjà que trouver la ca...CAFETERIA, avait été un challenge de tous les diables. Elle était là pour apprendre certes mais les couloirs semblaient plus lui apporter que les heures de cours . Elle se décida à prendre à parti cette jolie demoiselle qui était toute seule dans un coin.Elle s'arma de son plus beau sourire.

« Hé, excuse moi ? »

La fillette avait rougi,
« ... »
« Tu..Euh, tu saurais pas où se trouvent les..Heu, casiers par hasard ? »
La fillette la fixait, incrédule. Sa tête devint douloureuse. « Au secours. » « Laisse moi toute seule ».. « Peur ». Katharina la reconsidéra un instant.
« ...»
« Je vois..Merci.. »
Et elle s'éloigna. Se sentant plus seule que jamais. Seulement, la chance semblait de son côté. Deux jeunes garçons étaient passés à côté d'elle. Ils parlaient de l'objet en question. Qu'ils devaient aller le récupérer dans le casier. Ils trouvaient ça totalement inutile. De la perte de temps qu'ils disaient. Elle les suivit. De loin, elle observa le mécanisme. « Facile ». Cependant, une fois en face...

« Allez..Ouvre toi.. »
Elle essayait de passer ses ongles dans interstice, elle essaya aussi de tourner la molette dans tous les sens. Elle dut bien y passer trois bonnes minutes. Le temps passait. Un regard à l'horloge du couloir. Le temps était compté. De nouveau le dépit.

« Alleeeeeez. »

-PLOUNG-

La tête faisait un bruit différent lorsqu'elle heurtait le métal souple du casier. C'était une bonne chose à savoir.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Ven 24 Mai 2013 - 21:29
Yan n'avait pas beaucoup dormit cette nuit à cause de Vinpap... enfin, à cause de... c'est facile de dire ça quand on discute, il faut bien être deux au minimum pour avoir une conversation n'est-ce pas ? Quoiqu'il en soit ce n'était pas bien grave, il avait pu rattraper son sommeil en retard en cours de mathématique... ces cours étaient basiques... rien à voir avec le lycée... Yan avait encore l'habitude des cours, des fois il a l'impression d'être encore à son lycée qui se situait à Chicago. Il y avait juste une chose qui n'était pas pareil, c'était les "élèves", il y avait tout les âges, et aussi tout les temps, c'était quelque chose qu'il n'arrivait pas s'habituer encore, au lycée ils avaient tous plus ou moins le même l'âge, alors que là, il y avait au minimum 15 ans d'écart entre le plus jeune et plus vieux, au bas mot, et il ne connaissait pas tout le monde... d'ailleurs, il était très loin de connaître tout le monde car il ne parlait à pratiquement à personne. Il n'a parlé qu'à très peu de personne, il y a eu cette fille dénommée Kate, qui fut une rencontre assez musclée... et bien évidemment Vinpap dont nous avons parlé précédemment.

L'heure de la pause avait enfin sonnée le libérant des maths, et le réveillant, par la même occasion. Il ne savait pas ce qu'il avait par la suite, mais il avait pris soin de bien noté sur un cahier ce qu'il avait à telle heure et tel jour, comme ça il n'était pas obligé d'aller à l'autre extrémité du bâtiment pour voir ce qu'il avait... cependant, il remarqua que pour son prochain cours il avait besoin d'un libre qu'il n'avait pas. Il fallait donc partir à la recherche de ce fameux livre qui se trouvait dans son casier personnel. Remarque... tout les élèves avaient un casier personnel...

Arrivait à destination, il aperçu une jeune fille, de petite taille... les cheveux noirs, un visage fin... bref, autant se dire qu'elle est belle tout de suite. Yan la regarda assez secrètement, à cause de sa timidité il ne pouvait pas regarder les gens en face, même si ces derniers ne le regardaient pas. La jeune fille avait l'air d'avoir un peu de mal à ouvrir son casier, après de multiple tentative désespérée, elle se cogna violemment la tête contre son casier. Yan devait prendre une décision... Est-ce qu'il devait allé l'aider ou non ? Sa timidité l'en empêchait, mais d'un autre côté il ne pouvait laisser cette fille avait besoin d'aide à tout pris... il prit une vingtaine de secondes avant de ce décider et ce lança donc "à son aide"...

"- Tu pourrais te faire mal en te cognant comme ça..." Commença-t-il sur un ton hésitant. "- Je... je peux t'aider si tu le souhaite..." Quand elle se tourna vers lui il vit enfin ses yeux, de beaux yeux bleu comme on en trouverais nul part ailleurs, couleur océans... Yan était de plus en plus gêné, il avait beaucoup de mal à parler aux filles décidément... C'était pas gagner s'il voulait l'aider...




Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
Invité
avatar
Invité
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Mer 5 Juin 2013 - 22:13
« Le succès c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme. »


La douleur n'était rien à côté de l'angoisse que cette incapacité à ouvrir ce fioutu casier réveillait. Si elle ne pouvait pas l'ouvrir elle aurait à essuyer les foudres du professeur. Et elle n'était pas encore prête psychologiquement à ce genre précis de traitement. Surtout dans la mesure où elle était prétendument capable de se l'éviter. Elle laissa son crane raisonner contre le métal quatre fois avant de soupirer plus profondément encore. Elle posa les mains sur le devant du casier et effectua une pression souple de ses bras pour s'en détacher. Elle devait réfléchir plus, ou mieux. L'un ou l'autre. Mais vite. Un regard en coin vers l'horloge la conforta dans cette idée peu confortable. C'était la fin de son haricot.

Elle voulait tourner en rond. Elle voulait hurler. Elle voulait pleurer. Elle voulait rire. Elle voulait danser. Et soudain, une petite étincelle. Si elle était assez discrète elle pourrait peut être utiliser son sort de crochetage. Un petit dessin sur le cadenas et quelques phrases bien choisies. Elle commençait à fouiller son sac, mais une douleur frontale lui fit lâcher les lanières. Elle porta les mains à son crâne, persuadée d'avoir tapé trop fort. Mais des pensées lui vinrent à l'esprit. -Caféteria...Devoirs...Maths...Jean trop serré. - Des mots dont elle n'avait pas encore réussi à percer la signification. C'était douloureux, ça n'avait aucun sens. C'était tout simplement parfait. Elle soupira et fit en sorte de respirer plus calmement, espérant que ça calme un peu la douleur.

Rien du tout. Mais son idée pouvait encore fonctionner puisqu'elle n'avait pas encore pu l'essayer. Elle se saisit donc de nouveau de son sac à deux mains et.. Et Ô miracle, on lui avait adressé la parole. Si elle avait été moins rationnelle, elle l'aurait vu auréolé de lumière. Son regard s'accrocha directement sur son interlocuteur. Et a vrai dire, elle aurait difficilement pu le louper. Le casque déjà. Un rouge remarquable. Et surtout, les cheveux. Dressés pour être vus et de couleur tout à fait remarquable également. Un orange vif qu'on ne peut pas éviter. Born to be seen, le Yan. Et grand. Plus grand qu'elle. Troublée, elle dut rougir un instant. Elle prit une respiration plus profonde encore. Si il pouvait l'aider, elle lui devrait beaucoup. La vie peut être. Certains professeurs ne rigolent pas ici.

Le regard porté sur son sauveur, donc, elle hocha la tête de haut en bas frénétiquement. Avec une énergie dont elle ne se pensait même pas capable. De l'aide ? Plutôt deux fois qu'une ! Et en plusieurs exemplaires ! Elle lui sourit, ses mains s'étaient jointes au niveau de son cœur .Elle le regardait avec ferveur. Lui savait ! Et il voulait bien l'aider. D'un bras elle désigna le monstre.

« Il me résiste. Pourtant on m'avait certifié que c'était pas compliqué. »

Elle fit la moue.

« A croire que je suis nulle.. »

Mais elle n'était pas fille à se sous évaluer. Elle restait lucide. Alors qu'il avait commencé à poser son regard sur le monstre en question, elle joua avec une mèche avant et ajouta, pour se donner une excuse.

« A mon époque ça n'existait pas ces choses la..Du moins, j'ai jamais eu l'occasion d'en approcher. »

Courte pause. A voix basse, comme une pensée échappée de son esprit.

« Mais vu comme c'est solide, ça aurait été bien pratique pour protéger la nourriture des ours. Ca en aurait évité des jours de jeûn. »

Petit soupir.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Jeu 6 Juin 2013 - 18:38
A peine arrivé devant la jeune fille qu'elle se retourna immédiatement avec des yeux presque émerveillée du fait qu'on lui vienne en aide sans doute... ça devait être ça car elle hocha la tête de haut en bas tellement rapidement qu'on aurait dit qu'elle avait plusieurs visage... Il ne savait pas qu'est-ce qui lui faisait le plus peur son énergie ou alors son enthousiasme qui étaient tout deux nettement plus élevés que la moyenne... Elle commença à lui adressez la parole.

- « Il me résiste. Pourtant on m'avait certifié que c'était pas compliqué. »

Yan hésitait entre la colère et le désespoir pour qualifier les sentiments que ressentait la jeune fille. C'est vrai que pour lui ce n'était pas bien compliqué, mais si elle venait d'une autre époque comme Vinpap il y avait peu de chance qu'elle sache s'en servir. Comment Yan réagirait s'il y avait quelque chose de nouveau juste là, sous ses yeux, et qu'il ne sache pas s'en servir également ? Probablement pareil que la jeune fille...

- « A croire que je suis nulle.. » Enchaîna-t-elle sur un ton un peu plus moue que la phrase précédente... comme si elle s'apitoyer sur son sort presque... Elle remis une de ses mèches en place avant d'enchaîner encore une fois sur une autre phrase.

- « A mon époque ça n'existait pas ces choses la..Du moins, j'ai jamais eu l'occasion d'en approcher. »

Décidément son humeur était aussi changeante qu'un girouette... Yan s'en doutait bien qu'elle ne connaissait pas ce genre d'objet si elle ne savait pas s'en servir, mais c'était utile de le préciser au cas où elle serait tomber sur un ignorant. Enfin bref... la question n'était pas là, ici il fallait l'aider à ouvrir ce casier. Ensuite elle avait dit quelque chose d'à peine audible, Yan n'avait pas très bien entendu... peut-être était-ce sans importance ?

- "En fait c'est un code à 4 chiffres qu'il faut faire." Il montra le cadenas du doigt. "Tu as du recevoir un code sur ton papier d'arrivé normalement." Dit-il un peu gêné. Décidément... parler aux filles est un peu plus dur que la normal.

Il montra le dit papier où il y avait inscrit son domaine divinatoire, le code était secret et n'était visible que pour celui à qui était destiné le papier. Un bon moyen pour ne pas se faire voler ses affaires... Il enchaîna par une question un peu plus personnelle.

- "Désolé de te demander ça, mais de quelle époque viens-tu... ?"

Yan voulait savoir, il ne savait pas pourquoi, peut-être était-ce simplement de la curiosité ? C'était sans doute la deuxième personne qu'il rencontrait et qui n'avait pas vécu à la même époque que lui. Peut-être était-elle comme Vinpap, elle ne devait pas connaître tout le vocabulaire actuel... il faut dire que tant de chose ont changé en si peu de temps, rien qu'en 50 ans à peine on est passé de la télé en noir et blanc... aussi grande qu'un micro-onde et avec seulement 3 chaines, qu'il fallait changer en se levant, à des télés de plus de 150cm de diagonale et à écran plat...

- "Moi je suis mort en 2007, aux Etats-Unis." Enchaîna-t-il avant qu'elle ne réponse quoique ce soit, pourquoi avait-il dit ça ? Était-il bête ? Elle ne connaissait sans doute pas les USA également... ce n'est qu'un pays très récent... encore une explication de plus sans doute... bravo Yan. Tu as réussis à plus l'embrouiller qu'autre chose...




Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
Invité
avatar
Invité
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Dim 9 Juin 2013 - 22:45
« Ich weiß nicht was soll es bedeuten,
Daß ich so traurig bin;
Ein Märchen aus alten Zeiten,
Das kommt mir nicht aus dem Sinn. »

En règle générale, Katharina avait toujours été maîtresse de ses sentiments. Mais depuis son arrivée ici et la perte de ses repères fondamentaux elle était devenue un peu plus instable. Non qu'elle soit devenue dangereuse, loin de là. Mais la liberté nouvelle accordée aux personnes de son sexe et de sa condition avait réveillé un peu plus encore son humanité qui avait du être mise entre parenthèse. Elle était libre, la surveillance était tellement moins élevée que dans son pays et son époque d'origine que c'était un peu passer de la robe de bure a la possibilité de courir nue dans les champs. Et ça rend parfois un peu étrange.

Elle lui souriait toujours. Son peu d'assurance avait l'air de lui crier qu'il avait la solution. Alors elle s'était jetée à regard perdu vers lui. Mais ça n'avait pas l'air de l'enchanter plus que ça. Le pauvre avait l'air encore plus perdu qu'elle il y a quelques instants. Elle tenta donc de raccourcir son sourire, mais force est de constater que l'entreprise n'avait pas beaucoup réussi. Malheureusement. Elle avait l'air toujours aussi radieuse. Elle était pourtant passée par toutes les émotions à l'instant.

Enfin. Heureusement pour elle, il avait effectivement une solution. Très calmement, ou du moins beaucoup plus qu'elle, il lui expliqua que le code était sur le papier d'arrivée. Ses yeux s'écarquillèrent sous la surprise. Mon DIEU ! Qu'elle était nulle ! Si elle l'avait lu plus en détail elle aurait été au courant. Enfin..peut être qu'elle l'avait lu, mais que les numéros disposés comme ça ne lui avait rien évoqué, alors elle les avait oublié. Tellement d'hypothèse. Elle se frappa le front du plat de la main et farfouilla dans son sac. Avec toute la chance qu'elle avait, il était resté au fond. Pendant qu'elle fouillait, il continua à parler.

Il lui avait montré son papier, effectivement il y avait un code. Mais d'ici a penser que les coffres se fermaient avec des mécanismes à quatre chiffres, il y avait un monde. La pauvre cherchait, cherchait. Rien encore. Et pourtant il n'y avait pas grand chose. Pour ne pas dire quasiment rien. Seulement, il évoqua quelque chose qui la troubla un instant.

« Etats Unis ? Les duchés Teutons se seraient ils finalement alliés ? »

Une lueur d'espoir traversa son regard.

« Les prisonniers ont ils été libérés ? Qu'en est il des contés voisins ? »

Oui... Le papier.

« Pardon, je me suis emballée.. »

Elle reprit ses recherches, rapprochant le sac de son visage.

« je suis de l'époque où on maltraitait les paysans et où on brûlait les sorcières. »

Et alors qu'elle lui fit un petit sourire, elle sortit son grimoire de son sac.

« J'suis un peu ici grâce à ça en fait. »

Elle l'ouvrit et farfouilla entre les pages jaunies. Finalement, elle le trouva, ce petit bout de papier .Bien rangé en plus ! Elle le sortit, triomphante 

« YEY ! »

Elle se pencha vers son casier et se débrouilla pour faire coincider les chiffres. Un petit clic plus tard, tout s'ouvrit. Elle serra les poings , ferma les yeux et inspira profondément. Seulement, c'est à cet instant que l'information remonta de sa mémoire..

« Tu as dit..2007 ? »
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1632

Feuille de personnage
Niveau:
13/30  (13/30)
Expériences :
1351/2000  (1351/2000)
Votre domaine: La Terre
avatar
♡ Titanfall ♡
♡ Titanfall ♡
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Sam 15 Juin 2013 - 22:42
Yan avait raison sur un point, elle ne connaissait pas les Etats-Unis à en juger parce-qu'elle venait de dire... et d'ailleurs, n'avait pas du tout compris le sens de sa phrase... Elle parlait comme si c'était quelque chose de grave ou bien de joyeux... 'fin bref... Ce qui interpella le plus Yan c'est le fait qu'elle utilise l'expression "esclave", c'est que normalement ce mot pour lui, ça faisait partis de l'histoire, c'était avant, pas maintenant, alors que pour elle, ce genre "d'homme", si on pouvait les appeler comme ça vu qu'ils étaient traités comme des chiens et non des humains, existait encore... cela lui faisait bizarre d'entendre ça... Pourquoi ? Peut-être parce-qu'elle parlait sérieusement alors que dans le 20éme siècle, ce mot était utilisé à tord et à travers. Il n'a plus du tout la même signification qu'avant.

Elle repris ses esprit et se remit à fouiller son papier qui devait être dans son sac apparemment, enfin... peut-être... Yan savait très bien que les sacs de filles étaient un bordel pas possible, impossible de pouvoir retrouver quelque chose sans en sortir la moitié de ses affaires, et d'ailleurs il en avait la preuve sous ses yeux, même s'il ne voyait pas le contenu du sac, il préférait ne pas regarder et ne pas être trop indiscret.

Son attention se porta sur ses prochaines phrase, était-elle une sorcière ? Ou alors était-elle simplement le fruit d'une "victimisation" de la part des autres habitants de son ancien village ? Pour Yan les sorcière n'existait que dans les comptes pour enfant ou dans les films, pas dans la réalité. Elle pris un gros livre qu'elle sortis de son sac... ce n'était pas un livre de l'école sûrement un livre personnel, mais de quoi ? Tout ce qu'il vit c'était quelques dessins et des écritures à côté, elle finit par trouver le dit papier dans ce livre, laissant exprimer sa joie par la même occasion. Elle fit donc concorder les quatre chiffres et réussis donc à ouvrir son casier... on aurait dit qu'il s'agissait d'une délivrance pour elle, puis elle revint sur.... terre ? Si on peut dire ça comme ça, et venait de tilter l'année de la mort de Yan... c'est que ça devait faire loin pour elle. Il mit sa main derrière sa tête étant un peu gêné car il avait eu la même réaction envers Vinpap, ce qui était normal quand on était pas au courant.

- "Oui je sais ça peu paraître invraisemblable de se retrouver dans le présent alors que nous sommes mort à des époques différentes..."

C'était peut-être dur à encaisser pour certaines personnes, et c'est normal, est-ce que de votre vivant vous aurait cru que vous soyez envoyé dans une académie pour apprendre à être de dieux, dont les élèves sont mort à des époques différents ?

- "Et vu que nous venons pas de la même époque, les Etats-Unis d'Amérique, sont un rassemblement d'Etats qui forment un pays.... en gros c'est un pays." il ne voulait pas encore plus l'embrouiller, et en fait il ne faisait que ça, il fallait qu'il soit clair et précis sans trop approfondir le sujet, sinon il ne s'en sortirais jamais.


- "Est-ce que tu es une sorcière ?" Yan demandait ça car il voulait savoir si les sorcière existaient vraiment ou non... c'était plus de la curiosité qu'autre chose... Cependant... peut-être n'avait-elle pas envie de lui dire... Quel idiot il faisait...

 "Maintenant tu sauras qu'il ne faudra pas taper sa tête sur le casier pour l'ouvrir." Dit-il d'un sourire gêné pour changer totalement de sujet et rigoler un peu. D'ailleurs... il s'étonna lui-même d'avoir faire une petite vanne à quelqu'un qu'il ne connaissait pas.


_________________________________________________
[désolé du temps de réponse... en plus la réponse est pas super T_T.... désolé...]




Veux-tu connaître mon histoire ?
♣ Veux-tu voir mon journal ? ♣
Code couleur ~ #EC9D01
♥ 祝大家新年快乐, 就算你们不知道读中文 ♥
Invité
avatar
Invité
Re: Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando] - Dim 13 Oct 2013 - 23:33

Un rp qui commençait bien. Encore une fois, c'est dommage qu'il s'arrête comme ça, j'aurais été curieuse de savoir la suite. En lus, votre rencontre était sympa.

Katharina :  250 xps
Yan :  245 xps

Xps attribués : Yep
Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Après la cafétéria, les casiers. [Yan Lando]
» Après tout, c'est juste un café.
» Un café après le repas, ça vous dit ? [Libre]
» Avant ou après ?
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page