Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Animal I Have Become [Quête]

Invité
avatar
Invité
Animal I Have Become [Quête] - Dim 19 Mai 2013 - 17:36
Partout des arbres. Le principe même d’une forêt. Des oiseaux gazouillaient dans les replis des branches, bien vite tues par une flèche encochée rapidement par la rousse. La brune lui jeta un coup d’œil, interloquée. Leurs ennemis étaient Deus et les humains. Pas les piafs. Elle qui prétendait vouer un culte à la nature, difficile de la rendre crédible après un tel geste. Mais peu importait pour Lyra. Que les oiseaux tombent en une pluie drue ou qu’ils restent bien haut, à chanter pour ce drôle de duo, inutile d’en faire toute une histoire.

I can't escape this hell
So many times I've tried
But I'm still caged inside

La forêt était immense. Elle semblait sans fin. La frondaison des arbres les protégeait des rayons du soleil, ravageurs en cette belle journée. Des éclats de lumière transperçaient les feuilles, offrant des halos agréables que les deux filles suivaient d’un pas rapide. La nature était en effervescence, partout un animal, aussi miniature soit-il, œuvrait pour le bien de la communauté. Cela allait des insectes – des fourmis creusaient de nouvelles galeries d’un commun accord, les abeilles butinaient les fleurs, autrefois des boutons, les coccinelles se chargeaient d’éliminer les pucerons, nuisibles de la flore – aux mammifères – entre les ours qui grondaient au loin, les sangliers chargeant à tout va, les renards chipant ce qui leur tombait sous la main – voilà une drôle de nature que celle-ci. Multiple. Diverse.

- On reste ensemble ou on se sépare ?

Lou haussa les épaules. C’était elle qui était censée donner les ordres, indiquer la bonne voie à suivre pour le bon déroulement de leur mission ! Pour le moment, elle était davantage préoccupée par le bédo qu’elle se préparait que par la réussite de la missive. Pas une mauvaise fille, juste qu’elle était tout le temps en train de planer, toujours déchirée. Dur de faire équipe avec une telle personne.

Un lapin fila devant eux. L’animal avait à peine débarqué que déjà une autre flèche cingla l’air, venant se planter dans l’herbe, le rasant de plusieurs mètres. On ne pouvait pas être bon à tout et la rouquine n’était pas connue pour ses talents d’archère. Elle pesta.

- T’as pas vraiment l’compas dans l’œil à c’que j’vois… L’piaf de t’à l’heure, c’était juste un coup d’chance.
- Oh ta gueule !

L’amabilité de la junkie n’était pas sa came. Plutôt du genre à gueuler sur tout ce qui bouge. Comme Lyra, mais en pire, foi de narratrice.
L’autre saisit la main de Lyra, sans crier gare. La Russe n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit. Elle savait qu’un simple contact physique suffisait à subir le domaine divinatoire de Lou, si celle-ci décidait de l’utiliser. La peste ! Toujours à vouloir avoir le dernier mot, quitte à utiliser des coups bas. La métamorphose était le domaine de prédilection de la renégate. Elle pouvait l’utiliser sur elle-même, copiant l’apparence des personnes rencontrées ou même d’animaux. Ou bien sur les autres, la métamorphose étant beaucoup plus restreinte pour les autres, son don n’étant pas à son potentiel maximum. Un animal au plus. Restait à savoir quel sort lui réservait cette demoiselle susceptible.

- Owooo ?

Voilà. Fin du suspense. Un loup. Une louve, plus précisément. Parce que chaque animal a un cri et celui-ci est propre au loup, n’en déplaise à certains. D’accord, un loup anglais mais inutile de chipoter sur les nationalités de tel ou tel animal. Lyra est russe, et alors ? Cela ne l’empêche pas de japper à la manière d’un loup anglais. Parce que le bruit d’un loup russe, j’ignore ce que c’est, pour être franche. Mais fin de cet aparté aux goûts étrangers, voilà-t-il pas que la belle louve décampe ! Loin de son bourreau. Une réaction pas si disproportionnée que ça, quand on y réfléchit.

No one will ever change this animal I have become
Help me believe it's not the real me

C’était une belle bête. Le poil gris, assez commun. Tout en puissance, loin de l’élégance habituelle de ces cygnes du lac, le ventre blanchissant. Les oreilles taillées en pointe, se baissant sous l’effet de surprise. L’animal ne comprenait pas ce qu’il faisait ici. Le canidé avait des envies, des besoins communs à ceux de son espèce. Chasser. Etait-elle une louve solitaire pour être ainsi seule loin de sa meute ? Avait-elle délibérément choisi cette vie d’errance ? Ou le reste de la horde se trouvait-il plus loin, la cherchant ? Elle hurla. Un long hurlement, plaintif. Chaque loup avait ses propres vocalisations, chaque son était unique, reconnaissable par ses paires. Aucune réponse.
Son odorat lui permettrait de retrouver les autres. Elle pista un chemin, une odeur s’en dégageait, plus forte que les autres. Méconnaissable. Cela n’avait rien d’animal. Un étroit mélange de cannelle et d’embruns. La mer était loin d’ici alors pourquoi cette dernière odeur ? Inutile d’épiloguer sur un arôme.
Ses muscles se mirent en mouvement, l’animal s’élança en direction de cette source d’odeurs aussi étranges les unes que les autres. Se pouvait-il que les siens soient là-bas ? Son ouïe guettait le moindre signe de vie de la meute. Mais rien. Le vent soufflait une ariette le long de son museau, l’enchantant de ses notes, une drôle d’harmonie se créait peu à peu. La louve avait l’impression de redécouvrir la nature, de ne faire plus qu’un avec.

Les arbres s’espacèrent, offrant de la luminosité, créant une clairière. Une souche siégeait au milieu. Une bipède se trouvait dessus, la tête perdue dans les nuages, flânant, perdant son temps, en somme. Quelle idée de rester assise là à ne rien faire alors qu’il y avait tant d’occupations ? Au lieu de rester ici, pourquoi ne pas aller allaiter ses petits ? Un drôle d’animal que cette femme, habillée avec des couches de textiles cachant ses mamelles. Elle ne semblait pas avoir le sens des priorités.
Elle s’aperçut bien vite de la présence de la louve. Loin d’être inquiétée, elle sourit. Un animal sauvage se tenait devant elle, capable de la maîtriser de par son poids, de lui ôter la vue d’un simple coup de griffe bien placé, de la tuer grâce à quelques coups de crocs, mais sa seule réaction était ce sourire bête. Etait-ce un défi qu’elle lui lançait par ce seul regard ? Se moquait-elle d’elle ? Jamais l’honneur d’un loup n’avait été ainsi bafoué. Mieux valait lui apprendre les bonnes manières, à celle-là !

Les deux êtres s’observaient. Aucune ne souhaitait baisser les yeux avant l’autre. Leurs iris sombres étaient plongés, l’une emplie de haine et l’autre pourvue de mille bon sentiments à l’égard de l’animal. L’animal et l’Homme. Un drôle de combat que celui-ci. La brune n’avait pas peur de la louve. Elle l’observait, se contentant juste de suivre son mouvement, suivant cette danse peu à peu imposée par le canidé. Et ensuite ?
Ensuite, il serait facile pour la louve de tuer cette vermine. Elle était bien plus puissante qu’elle. Un grognement. Puis un autre. Non, le quadrupède ne rigolait pas. Loin d’intimider la demoiselle, cela la fit sourire. La bête serra les crocs, les montrant parfois. Elle voulait avoir le dessus. Cette misérable pourriture ne méritait pas de croiser son regard. Pourtant, elle n’en démordait pas. Elle aurait beau hurler, cela ne servirait à rien. Cette effrontée allait payer son audace de sa vie.

So what if you can see the darkest side of me ?

Et la danse continuait. L’autre n’était pas prête de partir, trop intriguée par cet animal sauvage. Un loup. L’un de ceux qui hantent les enfants dans les contes. Un vrai se tenait devant elle. Elle aurait pu prendre ses jambes à son cou. Mais rien. Elle restait imperturbable. Elle ne craignait pas ce monstre. Si ce prédateur jugeait qu’il devait en finir avec elle, alors soit. Elle se résignerait. Pour le moment, l’affrontement silencieux entre eux était un pur délice dont elle se délectait. Ce loup paraissait penser. C’était une étrange idée que celle-ci. Les animaux ne sont pas doués de penser pour la seule bonne raison qu’ils ne peuvent parler - merci le cours de philosophie – mais alors pourquoi son regard lui paraissait-il tant humain ? Ce n’était qu’une impression.

Ils auraient pu se contempler ainsi encore longtemps. La nuit aurait pu défiler sous leurs yeux, les étoiles auraient pu s’éteindre, le jour aurait pu ne jamais venir. Rien de tout cela n’aurait pu les tirer de cette observation minutieuse que chacun faisait de l’autre. Le loup grattait le sol, agacé. Rien. Aucune réaction de la part de l’autre. Cette humaine avait une bête sauvage devant elle et elle ne faisait rien. Ne criait pas. Ne courait pas. Elle restait juste là, bravant les interdits, jouant avec la mort.
Et cela aurait pu durer encore longtemps.

Somebody help me tame this animal
This animal I have become

D’autres hurlements. Non pas de la louve. Mais d’une meute. L’animal tourna la tête, réflexe qu’eut l’humaine. Il n’y avait non plus un loup mais une horde entière. Voilà que les choses se gâtaient. Ceux-là ne faisaient pas dans la dentelle, grognant, fulminant dans leur langage, à coup de « Owooo » - parce que tous sont anglophones - par milliers, voilà qu’ils n’étaient pas contents de voir une bipède sur leur territoire. Pas très étonnant. On pouvait aisément les comprendre. La solitaire retroussa ses babines à son tour. Pas touche à l’humaine. Le mâle alpha se tenait droit, les crocs apparents, le poil hérissé, la queue levée, babines à son tour retroussées. Tout dans sa gestuelle évoquait l’agressivité. Ne pas toucher à la proie de la meute et déguerpir en vitesse. Voilà ce qu’aurait dû faire la renégate. Son instinct animal lui criait de fuir. La survie, avant tout. Comme toujours. Une dizaine de loups s’étendaient devant elle, si cela virait à l’affrontement, elle n’avait aucune chance. Les loups gris, forts de leur supériorité, commencèrent à encercler l’autre brune. Si la louve n’avait pas touché à l’humaine durant leur rencontre, en voilà d’autres qui allaient se faire un plaisir de la tailler en débris de chair.
La femelle fut la première à se jeter sur l’autre bête, bien plus imposante qu’elle. Même sous une forme animale, il faut qu’elle n’en fasse qu’à sa tête. Les crocs de la grise cherchèrent les points vitaux du mâle. Des coups de griffes furent la seule réponse à son assaut immédiat. L’autre n’avait pas l’intention de se rendre sans combattre. Cela grouillait derrière elle. Ces loups n’allaient pas rester là sans rien faire, regardant le spectacle de la mise à mort de leur chef. Il fallait faire vite. Celui-ci est vieux, l’un de ses subalternes l’aurait tôt ou tard dominé. Sa fin de chef sera juste précipité par une femelle.

Somebody help me through this nightmare
I can't control myself

Entre ahanements et grondements, une lutte prenait place entre les deux bêtes. Tout ça pour une humaine. Tout ça à cause d’une humaine. En bonne renégate, elle aurait dû la crever elle-même, celle-là. En bonne louve, elle aurait dû fuir pour sauver sa peau, ne se souciant pas du sort de cette demoiselle. Mais non. Quelque chose avait changé en elle.
Elle-même ne comprenait pas pourquoi elle faisait ça. C’était inutile. Un combat vain. Elle prenait des risques insensés sans savoir pourquoi. Juste l’envie de changer certaines choses. Au fond, pourquoi elle-aussi n’aurait-elle pas droit à son happy end ? Certains disent qu’il vaut mieux souffrir une bonne fois pour toute plutôt que de repousser encore et toujours l’inéluctable. Si souffrir permet d’accéder au bonheur alors peut-être serait-il grand temps.
L’autre se mit à geindre. Le combat avait viré court, il aurait suffi de peu pour la faire valser loin de ce corps gris. Mais personne n’avait rien fait. Le pelage de l’un et de l’autre était maculé de rouge. Les blessures n’étaient que superficielles. L’animal lui échappa et roula sur le dos, en bon dominé. Le combat était arrivé à son terme. C’était fini.

Elle eut un dernier regard pour la brune pour qui elle avait tout donné. Ce n’était qu’une inconnue parmi tant d’autres. La terre vrilla sous ses griffes, la voilà qui détalait aussi rapidement qu’un lièvre, les bonds en moins.

I can't escape myself
So many times I've lied
But there's still rage inside

Une odeur l’alerta. Cela puait dans les environs. Des relents d’herbe, une drôle de fumée se dégageait d’un bâtonnet porté aux lèvres d’une rouquine. Encore une humaine ! Celle-là lui était familière. Sa mémoire d’humaine tentait de prendre le dessus sur l’instinct animal. Ne pas attaquer. Celle-ci pouvait lui être d’une grande aide. L’adolescente eut un grand sourire pour elle, l’un de ces rictus narquois qu’elle détestait. Elle ne le quittait jamais. Toujours en train de tourner tout le monde en ridicule.
Un rideau de fumée fut crachée en direction de l’animal. Ce dernier émit un éternuement. Ou du moins ce qui y ressemblait. La bête avait bien envie de lui sauter à la gorge. Elles appartenaient au même camp mais qu’importe. Il fallait qu’elle se contienne. Epargner une humaine et attaquer une renégate ? Cela ferait beaucoup d’erreurs pour une seule et même journée.
La demoiselle lui fit signe d’approcher. La louve avança timidement en direction de la rouquine, frottant son museau contre la main qu’elle venait de lui tendre. La mordre serait si aisé. Mais il ne faut pas. Pas toucher. Pas elle.

Un simple contact et la louve redevint Lyra. Une humaine. Une renégate.
Surprise par sa nudité, elle fit signe à Lou de lui lancer le long manteau qu’elle possédait. Hors de question qu’elle revienne à la guilde noire sans un vêtement. Après tout, tout était de la faute de l’autre.

- Désolée Lyra, j’ai quelques lacunes avec mon domaine divinatoire.

Ah ça, elle s’en était rendue compte ! Cette femme était censée être bien plus expérimentée qu’elle, son aînée autant en tant que renégate, déesse ou même humaine et voilà qu’elle dérapait avec son domaine de métamorphose !

- Bordel mais c’est pas possible d’être aussi conne !

Et en québécois sponsorisé par les Skittles, cela donnerait un bel « esti » - à ne pas confondre avec hostie - dans la gueule. Mais Lyra est russe et non québécoise. Dommage. Les insultes ne seraient pas les mêmes si tel était le cas. Une gifle vint s’abattre sur le faciès de Lou. À bon entendeur, bon entendant. C’était la moindre des choses. Pas cher payé pour l’aventure que venait de vivre Lyra, pour les frissons qu’elle avait eues, pour cette humaine épargnée. Tout ça à cause de cette junkie. Parlant de ça, la demoiselle lui tendit le joint qu’elle avait au bec il y a encore quelques instants. La brune fit simplement non de la tête. Elle ne touchait pas à ça. Pas à cette merde. Si Lou souhaitait continuer de pourrir grâce à ces horreurs, cela ne regardait qu’elle. Une haleine de chacal et un peu plus conne chaque jour, voilà tout ce qu’elle gagnait en fumant cette herbe.

Il lui fallut quelques instants pour se souvenir de la raison de leur présence dans cette forêt. Ah oui, une mission d’observation. Observer quoi, déjà ? Des écureuils dansant la lambada se goinfrant de dragibus ? Non, trop surréaliste. La mémoire lui faisait défaut. Son esprit était encore embrumé par cette soudaine transformation en louve. Inutile d’espérer quoi que ce soit de sa part aujourd’hui.

- Allez on s’arrache. T’as fait assez d’conneries pour aujourd’hui, inutile qu’on s’fasse repérées par ta faute.

Lou croisa les bras. Au fond, toutes deux savaient bien que cette transformation n’était pas un accident. Lou se débrouillait trop bien avec son domaine pour que ce ne soit qu’un hasard. Qui plus est, elle connaissait les loups mieux que quiconque. Ne racontait-elle pas à tort et à travers qu’enfant, une meute de loups s’était occupée d’elle et que ces animaux étaient sa vraie famille ? Après, à savoir si oui ou non c’est la vérité, c’est une autre histoire. Alors oui, ces deux-là étaient de mauvaise foi.

Help me believe it's not the real me

Impossible d’ôter de sa tête le visage de l’humaine. Epargnée. Et merde. Elle avait commis une grande erreur. Une trop grande. Elle avait foiré. Merci Atios.
Invité
avatar
Invité
Re: Animal I Have Become [Quête] - Lun 20 Mai 2013 - 15:32


Je pensais pas que tu mettrais Lou dans ce rp, j'pensais plus à Zoey. D'habitude tes solos sont plus longs, mais j'aime toujours autant te lire ~

Lyra Vilkas : Récompense de la quête : 350 xp + des souvenirs de vous en animal + 200xps

Xps attribués : Oui

Animal I Have Become [Quête]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quizz (mon animal preferer)
» de l'homme ou de l'animal qui est le plus bete
» NOUBA CANICHE F GRISE 14 ANS ASSO REV'ANIMAL
» Après le garçon aux iris rubis, l'animal aux rubis ! - Mission rang C
» Feed the animal :: 28 fevr :: 14h28

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Montagnes et forêts :: Forêt-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page