Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE]

Invité
avatar
Invité
Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Mer 15 Mai 2013 - 22:55
Chapitre IV
Acte un

Insomnie

La nuit dernière avait été une fois de plus agitée, toujours le même rêve, le même visage terrorisé dans le miroir, les mains moites, le corps en sueur en se réveillant pour finalement comprendre que c’était un double rêve. Je devenais fou à cette époque. Bien que j’étais à peine arrivé à l’école, il laissait apparaître après des crises du sommeil avec cauchemars pour le dessert que mon cerveau me servait des trucs quelque peu… Absurde ? Je n’ai jamais compris que je faisais ces rêves étranges, parfois même, il semblait si… Si réel. Peut-être un problème dans le processus de transfert de l’âme ? Peut-être qu’après tout, Deus avait merdé quelque part en m’invoquant dans son royaume il y a de ça une semaine ou deux ? Bref, tout ça pour dire que ce soir, je ne trouvais guère le sommeil, je ne trouvais guère Morphée pour m’emporter loin de ce monde pour revenir lui rendre visite dans le sien avec tous mes rêves prêt à me défendre contre les cauchemars : D’un cookie géant aux prinnies gigantesque en armure contre des démons vampiriques aux clowns démoniaque aux dents coupant tels des rasoirs. Je me levais, posant mes pieds nus sur le sol glacial de la salle de bain, me regardant dans la glace, m’accoudant au lavabo, l’air fatigué de la vue que me proposaient mes cauchemars, cet être en face de moi, je n’en n’étais plus surpris. Il était là, mon reflet de cendre, mon jumeau fait de ténèbres, entouré des bras de cette Kate quelques peu différente, les yeux citron identique au monstre semblable à mon enveloppe corporelle, les vêtements et son corps recouvert de cendre… Je les regardais en fronçant les sourcils je devais à nouveau prendre l’air, ça en devenait une habitude et celle-ci me donna l’impression d’être tous le temps discret pour Kate, sagement endormie ou ça me donnait l’impression qu’elle avait juste le sommeil lourd. J’enfilais en sortant un simple jogging et un tee-shirt rouge vif pour monter sur le toit, scrutant une nouvelle fois les lumières de la ville, l’air songeur.

Le vent était doux ce soir et bizarrement chaud, c’était agréable vue l’état du temps ces derniers jours, de petites tempêtes. Je détestais le vent mais celui-là, il était tellement bon, une odeur de forêt venant à mes narines, je fermais les yeux pour lever la tête en l’air pour faire profiter mon odora à cet arôme si plaisante et si familière. Ça me faisait penser à certains cous que j’avais dans le monde des hommes : La S.V.T. Notre professeur madame Yue nous emmenait souvent dans la forêt faire des découvertes, reconnaitre le chant des oiseaux. C’était tellement relaxant, je passais mon temps à rigoler avec Aya. Rien qu’à penser à elle, un sourire se dessinait sur mon visage peu jovial ces derniers temps je dois dire. Je regardais la Lune et je me demandais comment elle allait, sa maladie, elle la combattait tout de même ? Je me sentais vraiment coupable de pas avoir pu combattre ce foutu cancer ! Cette tumeur dans ma tête… Elle me faisait tellement mal que je pouvais en vomir pendant toute une journée mais elle était là, près de moi, me montrant qu’elle m’aimait et qu’elle était mon amie et ça, même si j’étais un simple crâne d’œuf. Je souriais au souvenir de cette délicate attention venant d’une fille pour moi, pas n’importe laquelle mais la plus importe à mes yeux. Elle me manquait tellement. Son sourire, ses manières, le bisou qu’elle me faisait sur la joue pour me dire bonjour, son parfum quand elle rentrait dans une pièce, sa façon de jouer la princesse et moi le héros quand nous jouions étant tout petit


Dernière édition par Ritsu Kay le Mer 12 Juin 2013 - 3:20, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Jeu 16 Mai 2013 - 11:54
Sigmund, bien que complètement épuisé, ne parvenait pas à trouver sommeil, en cette soirée douce et venteuse. Il était assis sur son bureau à souffler comme un coureur de marathon. Il était tout en sueurs et fixait devant le squelette d’une créature de la taille d’un ours. Cette créature, d’ailleurs, ne paraissait pas si grande à côté du professeur de Nécromancie. Se redressant sur ses jambes, le grand homme poussa un long soupir en se disant :

** Pourquoi cela ne marche-t-il pas ? J’ai pourtant tous les ingrédients et le squelette au complet ! **

Il redessina le marquage au sol qui s’était effacé à mesure des tentatives de réanimation de la bête à trois cornes et se plaça en retrait en récitant la formule magique inscrite dans le livre une nouvelle fois. Le cercle tracé s’illumina mais rien d’autre ne se produit. La bête n’avait pas produit le moindre mouvement ni montré le moindre signe de résurrection, même partiel. Une fois de plus, Frei avait échoué. Il serra les dents et abandonna pour ce soir l’expérience.

Son but avait été de se faire une bête jugée dangereuse qu’il aurait pu contrôler avec son pouvoir, purement par défi personnel. C’était assez égoïste et quelque part, il était peut-être préférable de ne pas réussir cette incantation magique, mais l’homme de 2m30 ne l’entendait pas de cette oreille. En revanche, ce qu’il admettait était qu’il ne pourrait plus faire d’enchantement ce soir, trop épuisé. Il sortit donc de sa salle de cours complètement trempé et la verrouilla avant de regagner sa chambre.

En chemin, lorsqu’il passait entre les bâtiments, il admira la Lune, rongée à l’état d’un fin croissant, cette nuit. Le vent était vraiment doux et pas trop violent, cette bise était très agréable. Il monta les escaliers menant à sa chambre quatre à quatre et pénétra dans la pièce sombre assez rapidement.

Au bout de la chambre, se trouvait une douche dans laquelle Sigmund entra après s’être complètement dévêtu. Il prit au moins une demi-heure à prendre sa douche, car cela lui faisait énormément de bien. Sa douche était un peu petite pour lui, mais il avait rallongé le tuyau de la tête de douche afin de pouvoir se laver correctement.

En ressortant, il changea évidemment de tenue. Il prit un pyjama fait sur mesure afin d’aller se coucher. Il était à peu près deux heures du matin, heure Terrestre de France. Vers quatre heures du matin, Sigmund savait qu’il ne trouverait pas le sommeil en étant turlupiné par son échec et par son insomnie chronique. Il se releva donc et plaça ses pieds dans ses pantoufles très sobres, noires et prune.

Il ressortit de sa chambre en la verrouillant et se dirigea vers la fenêtre du couloir située juste en face. Il observa le ciel étoilé, puis l’académie sans lumières avant qu’il ne remarque quelque chose d’inhabituel. Il y avait une forme sur un des toits des dortoirs des élèves. Quelqu’un squattait les toits à cette heure-ci ? Il n’arrivait pas à dormir, mais ce n’était pas une raison pour faire ce qu’il voulait.

Frei se changea dans sa chambre pour mettre un costume assez sobre et retourna à la fenêtre pour voir si la personne y était toujours. Comme c’était le cas, il prit sa rapière et son stylet avec lui et se dirigea d’un leste pas vers les toits des dortoirs des élèves armé d’une lampe torche pour le moment éteinte.

Au bout de deux minutes, il était sur les toits et, plus ou moins discrètement, il se glissa derrière l’élève avant d’allumer sa lampe torche sur le jeune garçon et de déclarer :

- Sais-tu qu’il est formellement interdit d’aller sur les toits et ce, peu importe l’heure ?

Sigmund avait un visage neutre mais montrant sa détermination à faire bouger l’élève de là. Par contre, son ton avait été plus froid que le vent et cela donnait à la silhouette de plus de deux mètres de Frei un air menaçant, autant qu’il se situait plus haut que l’élève sur le toit –les toits étant en pente. Comment allait réagir cet élève à cette –presque- agression verbale ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Dim 19 Mai 2013 - 17:28
Mieux vaut être seul que mal accompagné...

Cette phrase lui correspondait bien, surtout depuis sa rencontre avec le professeur de sport Alexander. Si c'était pour tout casser peu importe les lieux ou ils se rendaient, non merci. Heureusement, tout le monde n'était pas aussi maladroit que lui ici, ou l'académie parviendra à se détruire avant même que les renégats s'attèlent à la tâche. Cela aurait été la grosse honte, quand-même...

Par cette belle soirée, Rain était encore une fois allongée sur son toit, à somnoler après une journée bien rude. Sa chambre, elle n'y passait que pour se laver. Depuis son arrivée ici, elle n'avait dormi qu'une fois dans son lit, cela lui avait suffi pour comprendre que les espaces clos, ce n'était pas son truc. Et comme d'un, elle ne savait pas écrire, de deux, elle emportait toujours ses armes avec elle, sa chambre ne servait plus que d'entrepôt de vêtements et de salle de bain. Cela ne l'empêchait néanmoins pas d'y faire régulièrement le ménage, juste histoire que cela ne prenne un centimètre de poussières, étant légèrement maniaque sur les bords.

Les mais posées derrière la nuque, sa tête reposant sur son manteau roulé en oreiller, la jeune femme s'était assoupie après quelques longues heures passées à se triturer le cerveau dans tous les sens. Il fallait dire que depuis un certain temps, elle avait de plus en plus de mal à rejoindre Morphée, et les rares moments de sommeil était peuplés de songes cauchemardesques.

Il était difficile de concevoir, pour une arme vivante, qu'elle fusse seulement capable de rêver. Mais il s'avérait que c'était possible et par moment, elle se demandait tout simplement si, à la place de s'être réveillée suite à une rencontre faite par le passé, elle ne s'était pas plutôt endormie. Il s'agissait là sans doute d'une question de point de vue. Tout ce qu'elle vivait actuellement ne serait donc qu'un long rêve…

Un long rêve où les choses enfin existaient.

J'étais dressée sur mes pattes arrières. La foule autour de moi braillait à plein poumon.
L'air empestait l'alcool, le tabac froid, la sueur et le sang.
Un mélange à retourner l'estomac, mais le mien était vide. Pourtant je n'avais pas faim.
Je n'étais pas capable de ressentir ce genre de chose. Pas de m'en plaindre en tout cas.
Je me contentais de fixer ma cible qui se tenait debout de l'autre côté du petit cercle tapis de foin.

Aucun de ces éléments n'avaient d'existence pour moi.

Moi ? Qui étais-je ? Je n'en savais rien, je n'avais conscience de rien.

C'était le néant.

Ai-je déjà vécu cela ? Je ne me souviens plus.

Etait-ce un rêve, ou bien la réalité ?

Je ne sais plus.

Les cris redoublèrent.

Tue-le. Allez.

Je levai les yeux et là, la lumière du plafond me frappa de plein fouet.


Refoulant un grognement, Rain se redressa, un bras couvrant son visage pour la protéger de ce faisceau de lumière bien dérangeant. Son autre main avait agrippé l'un de ses Desert Eagle, un réflexe purement mécanique, implanté dans son cerveau, prête à faire feu sur tout ce qui bouge.

Un instant perdue, elle trouva rapidement ses repères, mais affronter le rayon aveuglant n'était pas encore possible et elle papillonna des paupières pour tenter de distinguer la silhouette qui tenait la lampe-torche. Le responsable de ce massacre de rétines se trouvait apparemment sur toit surplombant le sien et visiblement il ne pas se gêner d'éclairer dans sa direction. Soit il ne l'avait pas remarquée, soit il faisait exprès de la troubler dans son sommeil. Clairement, cela ne plaisait pas à la jeune femme.

C'est marrant ça, on ne lui avait encore jamais fait de remarque. Et voilà que ça commençait ? Allons bon.

- Dirigez cette lampe ailleurs... Bon sang, il y en a qui essaie de dormir, grommela-t-elle assez fort pour être entendue.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Dim 19 Mai 2013 - 19:23
Acte deux

Regardant le vide, le sol noir, comme si, si jamais je tombais il n’y avait rien en dessous, rien d’autre que le néant pour m’accompagner en descendant de plus en plus profondément dans les ténèbres. Perdu dans mes pensées, je ne m’attendais pas à une visite ce soir-là, au-dessus de mon épaule une lumière me passa à côté éclairant finalement le bâtiment d’en face. Je me relevais d’un bond en entendant la voix fort effrayante dans cette nuit noir.

- Sais-tu qu’il est formellement interdit d’aller sur les toits et ce, peu importe l’heure ?

En ayant sursauté, je reculais le plus possible et en allant pour répondre je sursautais une nouvelle fois à la nouvelle voix plus douce d’une jeune fille.

- Dirigez cette lampe ailleurs... Bon sang, il y en a qui essaie de dormir

Je ne savais plus où me mettre alors je me dirigeais vers la gauche, aveuglé une nouvelle fois par la lampe. Mon bras bloquant la lumière de la lampe, laissant un œil voir qui était cette personne et en regardant, je voyais maintenant une autre personne d’ombre, les deux yeux citron menaçant m’aveugler comme je ne sais pas quoi. C’était Abygaïl, ce n’était pas vraiment elle, je le comprenais, je devenais fou, comme je m’en doutais, peut être un problème lié à mon cancer dans le monde des vivants ? Je secouais la tête de droite à gauche pour me reprendre en ouvrant grand les yeux une énorme personne devant, non pas énorme horizontalement mais... un véritable géant. Je déduisais donc que c’était un homme à sa voix assez grave. Je ne prenais pas la peine d’observer d’où venais la voix à ma droite et je restais choqué de la taille de cet homme ou plutôt je restais paralyser de l’impressionnante présence de cet être si mystérieux pour moi. Je croisais les bras en baissant la tête l’air désolé et je répondais à l’homme qui semblait être un surveillant ou autre, j’allais en prendre pour mon grade ce soir.

« Hum. Oui, pardonnez-moi, je suis monté ici pour réfléchir à… »

Une image de Kate et moi dans le miroir dans notre version plus... ombre, puis deux yeux jaune citron s’ajoutant aux notre, Abygaïl était derrière posant sa main sur mon épaule, le sourire de mon double s’agrandissant de plus en plus. Je revenais à moi.

«...rien.»
Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Lun 20 Mai 2013 - 19:18
Une sorte de grognement, oui, c’était cela que Sigmund avait entendu après sa réplique visant à rappeler l’élève à l’ordre. Puis, une silhouette éclairée se dessina plus loin, toujours sur les toits, une silhouette se protégeant le visage avec un bras, comme l’élève.

** Ils se sont donné le mot ? **

Voilà ce que pensais le professeur de Nécromancie, ancien directeur de l’Académie, de cette situation assez étrange. Deux personnes qui squattaient le toit, cela faisait beaucoup en une soirée. En revanche, personne ne pouvait savoir vraiment à part lui-même pourquoi il faisait ainsi la police. Sans doute était-ce une réminiscence du passé qui le poussait à appliquer les règles de l’école des dieux à la lettre. D’ailleurs, il y repensait, mais peut-être ces règles avaient-elles changé depuis le temps ? Il ne savait pas, mais pour lui, cette règle ne devait pas être changée. Les toits ne sont pas des squats, il ne fallait pas que quelqu’un y dorme ou s’allonge. En plus, c’était plutôt salissant et pas vraiment pratique.

La voix de la deuxième personne le somma d’écarter la lampe d’elle. Au lieu de s’exécuter, Sigmund poussa le bouton vers le haut de la lampe pour en doubler la puissance et éclairer plus fortement la deuxième personne. L’élève, lui, se faisait tout petit, il ne devait sûrement pas être fier d s’être fait attraper ainsi par un professeur. Professeur qui avait quasiment toute son attention captée par la mystérieuse effrontée qui avait le culot de lui dire d’arrêter de l’éclairer pour pouvoir « dormir »

** Dormir sur les toits, et puis quoi encore ? Elle ne veut pas non plus un coussin, pendant qu’elle y est ? **

L’élève s’excusa de son comportement, mais cela ne calma pas Frei qui avait le regard très dur lorsqu’il le reposa sur l’élève qui acheva sa phrase. Il avait l’air préoccupé par sa réflexion mais ça, Sigmund s’en moquait bien fort. Il lui dit avec un ton monocorde :

- Il y a d’autres endroits que les toits pour réfléchir.

Puis il s’adressa à la femme sur le toit :

- Quant à vous, votre chambre sera nettement plus propre et confortable que les toits pour dormir. Et il n’est pas interdit de mettre son matelas dehors. En revanche, les toits sont interdits à toute présence.

Son ton était plus ferme et autoritaire qu’il ne l’avait été avec le jeune homme à sa légère droite. Il continuait d’éclairer la dormeuse afin de la gêner le plus possible et la forcer à bouger des toits. Comment allait réagir l’effrontée ? Et est-ce que le jeune homme allait effectivement descendre ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Mar 21 Mai 2013 - 0:55
Celui ou celle qui tenait la lampe manquait visiblement d'éducation. Au lieu de détourner la lampe comme l'aurait fait toute personne n'ignorant pas la notion de respect, l'inconnu augmenta l'intensité du faisceau, arrachant un autre grognement à Rain.

- Je croyais qu'on parlait la même langue, ici…

Apparemment non, ou alors la personne était un emmerdeur de première. Ben tiens, elle n'avait pas encore reçu de sermon, c'était également une première, pour le coup. Pour qui se prenait-il à lui parler de la sorte ? Il ne lui semblait pas avoir déjà entendue cette voix quelque part. Etait-ce un professeur ? Ou bien un repenti ? Dans les deux cas, Rain n'allait pas se priver de le remettre à sa place. Non mais oh, puis quoi encore ? En quoi c'était ses affaires qu'elle dorme sur les toits ou dans son lit ? Et si elle n'avait pas envie de bouger son matelas dehors ?

- En revanche, les toits sont interdits à toute présence.

- Il ne me semble pas avoir lu une telle règle quelque part, monsieur. Par ailleurs j'estime être suffisamment grande pour décider où je dors.

La jeune femme s'était relevée et toisait à présent la silhouette qui se tenait derrière le faisceau aveuglant. Elle forçait un peu mais avec le temps elle s'était habituée à être éclairée de la sorte. Son flingue gros calibre toujours en main, elle reprit sans laisser le temps à son interlocuteur de répliquer.

- Maintenant, si vous ne parvenez pas à trouver le sommeil, il se trouve que d'autres aimeraient bien le retrouver. Alors si vous voulez bien éteindre cette lampe...

"Ou vous allez voir où je vais vous l'enfoncer."

Suite à quoi, la jeune femme se détourna pour à nouveau faire face au vide avant de se laisser basculer vers l'arrière pour s'installer à son aise sur le toit. Les mais rassemblées derrière la nuque, elle espérait grandement que l'autre n'insiste pas, déjà qu'elle détestait être dérangée pendant son sommeil, mais en plus qu'elle n'était pas d'humeur... C'était sans doute mieux pour les deux camps si l'inconnu ne voulait pas que ça parte en cacaouètes. Non mais sérieusement, ce n'était pas un monsieur bidule qui allait lui apprendre comment vivre, surtout en citant des règles sorties de nulle part. Ce n'était à personne de le faire, d'ailleurs.

Puis bon, franchement, faudrait qu'on lui explique en quoi dormir sur les toits pouvait déranger... Au pire s'ils se cassaient la gueule, le merveilleux système de l'académie suffisait que l'on soit transporté à l'infirmerie pour être ramenée, non ? Pour sa part Rain était suffisamment agile pour ne pas avoir ce genre de bourde, faut pas abuser non plus, elle n'était pas suicidaire. Elle ne s'aventurerait pas sur le toit si elle ne savait pas assurer sa propre sécurité.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Mar 21 Mai 2013 - 1:35
Acte trois
Ma vision était trouble, les sons autour de moi diminuais de volume, la lumière de la lampe se redirigeait vers l’autre voix, me laissant un peu et enfin en paix avec moi-même et l’obscurité. Un genou à terre, mes mains tenant ma tête, je grinçais des dents, les yeux bien fermés, mon mal de crâne reprenant pendant que les deux abrutis commençaient à me faire tenir la chandelle à un couple de vieux…

- Je croyais qu'on parlait la même langue, ici…

- En revanche, les toits sont interdits à toute présence.

- Il ne me semble pas avoir lu une telle règle quelque part, monsieur. Par ailleurs j'estime être suffisamment grande pour décider où je dors.

Insomnie batlle

Je mettais un autre genou à terre, complétement fou à cause du bruit et de la prise de bec des deux à côtés, je tapais doucement la tête contre le sol en souffrant encore plus appelant timidement à l’aide.

« Excusez-moi mais…ah… »

- Maintenant, si vous ne parvenez pas à trouver le sommeil, il se trouve que d'autres aimeraient bien le retrouver. Alors si vous voulez bien éteindre cette lampe...

Une aura mauve m’entoura d’un coup, assez lumineuse et j’eu de la visite cette nuit-là. L’aura m’abandonna pour former un cercle identique à celui de mon cauchemar d’il y a quelques nuits. Une plate-forme tenant dans les airs. Dessus, il y avait moi, ma version plus sombre, encore ses yeux citron me glaçant le sang, me donnant la chair de poule en plus de cette petite pluie qui se levait, de fine gouttes prenaient mon visage meurtri par la douleur dans ma tête. Je me retournais pour m’approcher du bord du toit le fixant en grinçant des dents, mes pieds scotcher au sol humide, l’odeur du bitume mouillé venant à mes narines toussant un peu, détestant cette odeur pas tellement naturel. Puis comme par magie, je commençais à flotter au-dessus du toit et puis sans prévenir je me sentis serré comme par une brute commençant a sérieusement me faire mal. Par réflex et ayant ma douleur cette fois ci dans tout le corps au lieu d’uniquement la tête, j’allais pour crier mais une épaisse couche de cendre mouillé m’obligea à fermer ma bouche pour pas en avaler.

Me débattant dans tous les sens en essayant de trouver un moyen de me défaire j’eu à peine le temps de dire ouf que j’atterrissais sur la plate-forme mauve. Un pied à terre je me sentis tomber d’un coup. Sur le ventre en voulant me relever le pied de mon double m’écrasait m’empêchant de me relever, son arme sombre identique au katana d’Ika dans la main droite me fixant avec ses deux yeux jaune menaçant. En regardant derrière lui, je regardais le double de Kate avec son unique œil scintillant dans la nuit me sourire de façon sadique et terrifiante. Je grinçais des dents et d’un coup, sans le vouloir, je faisais apparaitre la lame d’Ika dans ma main droite me relevant je ne sais comment frappant mon double à la tête, le faisant reculer. Je me relevais et me mettais en position de combat, le poing gauche serré, laissant mon poignet nu, l’ai de mon double menaçante de plus en plus à la vue de mon bracelet en ambre.

« Kuso… Mais t’es qui à la fin ?! »

Je prenais une posture défensive, au milieu de la plate-forme et au moment où je m’y attendais pas, je voyais le double d’Abygaïl me propulser au bord, son corps à quatre patte sur le mien, écarquillant mes yeux bleus éteint par la fatigue dans les sien citron et tout aussi terrifiant, sa langue sortant de sa bouche pour se caresser les lèvres avant de me mettre une pointe de flèche sous la gorge. Je retenais celle-ci, avec ma lame mais son corps était déjà collé au mien, pas moyen d’y faire face ! J’avais beau me débattre mais elle était une véritable force de la nature à la base alors contre son double démoniaque, j’allais y laisser des traces, ma tête pendante dans le vide étant déjà au-dessus de l’internat, la chute allait être rude…

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Sam 8 Juin 2013 - 15:25
[HRP : Sigmund s'étant retiré du rp, j'enchaîne.]


Les mains posées en oreiller derrière la nuque, les yeux clos, Rain sentait pourtant qu'elle n'allait pas réussir à retrouver le sommeil. Quelques gouttes venaient caresser sa peau mais ce n'était pas ce qui la dérangeait, non, c'était autre chose, comme une aura malsaine à proximité. L'arme humaine se redressa alors quelque peu et, toujours assise, se retourna pour se retrouver devant un spectacle assez surprenant. Trois ombres encerclaient un jeune homme dont elle avait omis la présence jusque là, le tout saupoudré de l'apparition étrange d'une plate-forme circulaire à la lueur violette.

"C'est quoi ce délire… ?"

Le clone noir du garçon qu'elle avait zappé s'amusait à le terrasser en tout cas. Les deux autres avaient une apparence différente, mais il était assez difficile de distinguer quoi que ce soit dans l'obscurité ambiance, Rain n'était pas nyctalope. Il y avait toutefois cet oeil, cet unique oeil sur le visage de l'un d'entre eux qui l'intriguait, lui faisant rappeler quelque chose sans que son esprit ne mette la main dessus pour autant. Le garçon qui semblait être à l'origine de ces apparitions se vit alors agressé par l'un des copains de son propre clone. Tombant lourdement sur le bord du toit, son corps menaçait de s'écraser plus bas.

Une détonation dans la nuit. La tête de la créature noire bascula en arrière suite à l'impact de la balle calibre 50. Le canon de son Desert Eagle encore fumant, Rain le reposa contre son épaule.

- On dirait bien que vous avez décidé de tous vous y mettre ce soir… la poisse, gronda-t-elle, visiblement mécontente.

Ses ailes apparurent brièvement dans son dos, produisant un éclat digne d'un éclair, destiné à intimider ces bougres aussi noirs que du charbon, mais surtout à les aveugler. Profitant de l'effet, la jeune femme effectua un gigantesque bond depuis son perchoir. Durant son assaut, sa main s'était vue armée de l'un des tantos jumeaux, dont la lame était destinée à traverser le cou de la créature borgne de par en par. A la place, elle ne fit que l'écorcher, son parcours percuta une matière plus solide que celle d'une peau humaine. Mais son bras assaillant n'avait pas achevé son mouvement que celui armé du semi-automatique se dressait devant l'unique oeil. Une nouvelle détonation. La tête de la créature bascula elle aussi vers l'arrière tandis que sa poitrine encaissait un fulgurant coup de pied retourné, l'envoyant voler dans le décor avant de s'écraser lamentablement sur le sol.

Son instinct l'avertit alors d'une approche par derrière particulièrement rapide. Rain eut juste le temps de déployer ses ailes tout en pivotant dans cette direction avant de se prendre le plus puissant coup de genou qu'elle avait sans doute eu la chance de se prendre de sa vie. L'enseignante vola à son tour dans le décor, se prenant une cheminée au passage qu'elle arracha d'ailleurs de l'endroit où il était destiné à rester camper jusqu'à la fin…

- Aïe...

Elle se releva, ignorant les douleurs rongeant son dos et ses ailes, qui avaient servi de bouclier. Son regard restait verrouillé sur son assaillant qui n'avait pas perdu de temps pour se jeter sur elle. Au moins s'il s'acharnait sur elle, cela lui ôterait la tête de séquestrer l'élève à l'origine de tout ce bordel sur le toit ? Deux larges formes lumineuses se matérialisèrent à nouveau derrière elle tandis qu'elles la propulsaient dans les airs, évitant ainsi le premier assaut de son nouvel adversaire. Dégainant son deuxième Desert Eagle, la jeune femme ne quitta pas des yeux cette forme noire et fit feu simultanément sur elle cependant que ses ailes la maintenaient hors de portée.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Sam 8 Juin 2013 - 16:54
Acte quatre

Je la regardais, son air vicieux ne m’inspirait rien de bon, j’étais bloqué, mon épée était loin de moi et je n’arrivais pas vraiment à l’invoquer. Sa langue allait venir à la mienne entre mes lèvres mais dans un moment inattendu, je rencontrais la femme qui me sauva la vie plusieurs fois, rien que ce soir, c’était déjà absolument incroyable. J’étais seul avant mais maintenant, je ne l’étais plus tellement. Nous étions à deux contre trois, la voix grave d’une silhouette gigantesque avait disparu…

- On dirait bien que vous avez décidé de tous vous y mettre ce soir… la poisse

La jeune femme était un ange, pas à son physique délicat et doux mais à ses ailes éclatantes, faisant reculer la Abygaïl de mon torse pour se relever, l’air en colère, je fermais les yeux, la lumière m’aveuglant, je me sentais comme dans un autre monde, j’étais à l’aise, protégé ou plutôt libéré ? Bref, ce moment ne dura pas si longtemps que ça. Quelques secondes plus tard, le double d’Abygaïl et de Kate se jetèrent sur ma sauveuse. Je me redressais, invoquant mon épée dans ma main droite à mon habitude, me fixant moi-même, ce double de cendre, la peau si noire… Ses yeux me fixaient et dans un élan de courage j’attaquais en même temps que lui en chargeant l’attaque, criant au combat, l’atmosphère se rafraichissant encore et encore. Arrivé au point d’impact, j’enfonçais ma lame dans son épaule, esquivant la sienne. J’avais touché l’épaule droite, je souriais, lui non pour une fois. Il attrapa ma lame, encore en lui et me fit valser dans les airs, juste derrière lui, j’atterrissais sur le dos, assez fracassé, je restais à terre sur cette plate-forme étrange. Il me regardait, la tête juste au-dessus de la mienne, mon épée dans sa main puis à son tour, il m’enfonça l’épée dans l’épaule gauche pour moi. Je souffrais atrocement ! C’était la première fois que je me prenais un coup d’épée et qu’elle-même me transperçait. Je criais, attirant sans doute l’attention des deux autres membres du trio d’ombre qui étaient en train de se battre directement contre elle. Il laissa planter l’épée, j’arrêtais donc de crier. Il me souriait pendant que de ses cheveux du haut de sa tête au bas de son menton, partais de la cendre à cause du vent. Il me ressemblait, il me ressemblait vraiment.

Mon frère jumeau avec les yeux dorés et les cheveux plus noir. Il souriait toujours, sa voix un peu démoniaque…

« Non, non, non. Tu ne rêves pas Kay, je suis ici pour te punir à cause d’une très ancienne tradition que ton arrière-arrière-arrière-arr…- Oh la flemme. Bref, tu es maudit. C’est pour ça que je suis là. Donc bah écoute, on va aller tuer ta pote là parce que… ses ailes font mal aux yeux. Je lui casse laquelle en premier ? »


D’un élan de colère cette fois ci, je me relevais d’un coup, empoignant l’épée, la sortant de mon épaule et je l’enfonçais dans le dos de mon interlocuteur. Je courais avec son corps devant, le poussant sur les deux clones puis finalement en reculant, essoufflé, tenant aussi mon épaule ensanglanté. Je posais un genou à terre, soulagé de la fin de cette tragédie, tombant presque, l’épée disparue dans un éclat de lumière. Je me retenais de tomber, j’étais à quatre pattes, complètement crevé mais au moment de tomber définitivement pour dormir un bon quart d’heure, une explosion retentie sur la plate-forme me faisant valser un peu plus loin sur le dos. L’explosion avait déchiré la plupart de mes vêtements supérieurs, je me battais désormais en débardeur à moitié cramé. Je regardais alors la cause et c’était encore lui, revenant, affaiblis lui aussi, se tenant debout grâce à ses deux coéquipières. Une étrange fumée noire nous englobait, j’espérais ne pas être seul dans ce combat.

Les deux jeunes filles laissaient tomber mon double violement sur le sol avant de partir par une espèce de portail noir en laissant juste un rire, et une sorte de signe de « bisous » en ma faveur. Mon double se releva, à moitié en transe, ses muscles se développant, sa taille aussi. Il était comme… Comme… Vous rappelez de Broly dans Dragon Ball Z ? Bah… voilà !

« What the…. J’ai besoin d’aide… J’ai besoin d’aide ! »

Je courais dans le sens inverse mais je me rendais compte que j’étais en hauteur et sauter reviendrais à se suicider… Donc pour l’honneur je devais continuer le combat… Je me retournais, essayant d’invoquer mon épée et tout ce que j’avais c’était… de l’air ! Mon épée ne s’invoquait plus puis en commençant le combat sans ma permission, le gigantesque et tout musclé moi me lança une sorte de lasers avec la paume de sa main, en l’esquivant de peu, je me prenais le laser dans l’œil gauche puis je tombais en arrière me débattant pour enlever cette saloperie ! Ça ne me faisait pas mal mais ça me brûlait énormément ! Toute lumière me faisait si mal, j’en pouvais plus ! J’allais perdre, c’était sûr, il me fallait un miracle…


♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Lun 10 Juin 2013 - 1:50
Les balles ne cessaient de pleuvoir sur le clone encore debout et pourtant celui-ci avait rapidement décidé de battre en retraite. Sous les yeux de Rain, la sombre créature s'éclipsa par le biais d'un portail dimensionnel, y entraînant son homologue borgne. Toutes deux adressèrent un étrange signe à l'élève visiblement à l'origine de leur apparition. Il était certain qu'entre la bataille à la vie à la mort opposant les deux photocopies et l'explosion, tout le bordel qu'il y avait, c'était la réaction la plus appropriée à avoir. Tsss. Encore plus bizarres que les humains celles-là. L'enseignante fronça quelque peu les sourcils, mais ne chercha pas à les poursuivre. Cela ne servait à rien, et il y avait plus urgent, comme ce clone qui commençait à gonfler, gonfler, si bien que Rain se demanda un instant s'il n'allait tout simplement pas exploser en répandant un liquide visqueux et vert sur le sol.

Here is the Boss

Sauf que cela aurait été trop beau. Finalement la photocopie ratée s'était contentée de devenir un monstre. Il y avait danger. Et l'élève en contrebas semblait être le premier à s'en apercevoir, puisqu'il s'était mis à appeler à l'aide avant de courir dans le sens inverse. Sauf qu'étant donné qu'il était sur le toit, il se trouvait également bien piégé. Sans trop réfléchir, Rain braqua les canons de ses Desert Eagle vers la tête du bougre tout de noir et ouvrit le feu. Seulement voilà, cela ne semblait pas le déranger beaucoup même s'il s'agissait de gros calibre, et surtout cela ne l'empêcha pas de produire un rayon qui atteignit le garçon affalé au visage.

- Décidément, vous ne perdez rien pour attendre...

Rangeant ses semi-automatiques d'un geste sec, la jeune femme dégaina son katana et s'ouvrit la paume de la main avec. Ensuite, d'un puissant battement d'ailes, se propulsa droit vers le gros boudin noir. Sa lame fendit l'air jusqu'à rencontrer le cou de sa cible, bien décidée à le trancher. A la place, des étincelles se produisirent ainsi que quelques éclats de cendres. Ses ailes s'étaient désintégrées dans une pluie de fragments incandescents. Elle n'en avait plus besoin pour l'instant. Sans se donner une seconde de répit, elle lui décrocha un violent coup de pied retourné direct dans l'abdomen de son adversaire, avant d'enchaîner avec un coup de balayette au menton et une nouvelles série de kicks destinée à le faire reculer. Bien entendu, l'armoire à glace... Non, que dis-je, le building n'était pas décidé à encaisser ses attaques jusqu'à la fin des temps. Son énorme bras fendit l'air et l'immense poing s'abattit à l'endroit précis occupé par Rain il y avait une seconde. La jeune femme avait effectué un grand saut, atterrissant de l'autre côté du géant, qui allait avoir une sympathique surprise lorsqu'il braquerait son regard sur son jumeau.

En effet, ses assauts étaient entre autres destinés à le distraire et à le tenir à l'écart le temps que le bouclier créé par le sang de l'enseignante ne se forme et ne se solidifie suffisamment pour supporter l'écroulement d'un bâtiment entier. De son côté, plusieurs langues de sang planaient autour de ses bras, prêtes à se transformer en bouclier ou en lames si nécessaire, mais avec ses ailes, Rain était de toute manière difficile à atteindre. Elle devait toutefois rester sur ses gardes car le bonhomme mesurait bien deux mètres cinquante quand-même.

- Tant de puissance et seulement assez dans le ventre pour s'attaquer à un gamin sans défense... Quelle tristesse.

Aucun sourire provocateur n'apparut sur ses lèvres. À vrai dire, son expression blasée accentuait même l'effet. Tout cela pour bien énerver le monsieur, qui n'était décidément gâté qu'en testostérones. Il se jeta sur elle, multipliant les assauts qu'elle esquiva en combinant sa propre agilité avec ses ailes. Elle prit toutefois soin d'attirer ses attaques vers le toit et s'arrangeait pour qu'il bousille une partie à chaque assaut. Il finirait bien par chuter dans la tombe qu'il était lui-même en train de creuser le bougre.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Lun 10 Juin 2013 - 2:29
Acte cinq

Quand on regarde les faits, je suis la cause de beaucoup de choses. La jeune femme avait été un peu blessée par ma faute, malheureusement, même mort je continuais de faire du mal aux gens mais peu importe, si je devais absolument répondre de mes actes, ce serait après ce combat ! Je me relevais, me tenais la partie gauche du visage entièrement brûlé. Je souffrais mais je me relevais tout de même, quelques éclats de feu autour de moi. J’avais mal, je saignais et ce n’était pas terminé. Alors que la paume de ma main reposait sur mon visage, mon œil droit regardait le monstre de cendre qu’affrontait mon alliée et moi-même.

Here is the Boss

Je le dévisageais, il en faisait autant, toujours concentré sur moi. C’est alors qu’en lâchant mon visage, calmant mes pleurs de douleur, je chargeais mon poing droit, le gauche en défense. Autour de moi se dessinais des écritures bizarres, inconnues, un autre alphabet. Cette aura violette, les contours rayonnaient comme les rayons du soleil et encore cette sensation venait me toucher. Cette sensation d’être aspiré. Là, c’était bel et bien la fin du combat, ça devait l’être mais d’un coup, venant de nulle part, la jeune femme réapparue ! Brandissant sa lame, son katana, son outil et surtout ces ailes lumineuses, donnant un peu de lumière dans ce ciel de ténèbres éternels. Je comptais lui venir en aide, mais je ne pouvais plus bouger, je comprenais qui me fallait du temps pour canaliser toute cette puissance dans ma main pour enfin la relâcher et faire des dégâts en précision.

« Here we go. »

Tout d’un coup ! Le sol sous mes pieds trembla légèrement, ma brûlure me brûlant d’avantage, mes dents grinçantes entrent elles, se serrant, mes lèvres se séparant. J’essayais de garder la force de ne pas succomber aux souffrances de cette espèce de lasers ! Je remarquais l’attaque de ma coéquipière, transperçant le cou de mon assaillant, de mon double, de mon jumeau qui était encore sur la plate-forme mauve et étrange, mais ce n’était pas assez, ce n’était pas si efficace que ça ! Elle l’avait fragilisé mais bien entendu, ce n’était pas assez. Il fallait le casser ! Le briser ! Le fendre en deux comme un crâne ! Ma colère prenait le dessus ! J’ouvrais mon œil gauche ! Il était lumineux ! De couleur doré comme lui ! Peu importe ! Je devais l’atteindre ! Le briser ! Le fendre ! Je chargeais mon attaque jusqu’à créer des courants d’air tout autour de moi.

- Tant de puissance et seulement assez dans le ventre pour s'attaquer à un gamin sans défense... Quelle tristesse.

« Je ne suis pas qu’un simple gamin… Sans défense non… J’ai un cancer. »

Je lui souriais tristement et je prenais mon inspiration, je courais avec l’impression d’aller au ralentit, je regardais autour de moi, les gens que je connaissais, ils défilaient près de moi, courant à mes côtés, mains sur mes épaules, me propulsant. Aya d’un côté, ma mère de l’autre, Abygaïl à genoux en position de courte échelle. Je savais que tout ça n’était qu’une illusion, j’étais le seul à les voir mais peu importe, ils me donnaient le courage. Tous. Sans exception. Je me propulsais grâce à la force du souvenir de mon amie indienne pour me jeter dans les airs, m’envoler comme un oiseau d’ailleurs, je déployais mes ailes avec grâce, toujours le temps passant au ralentit. Devant moi, j’avais cette jeune femme, surement encore une illusion qui me donnait chaud au cœur, je sentais la chaleur sur toute la surface de ma peau. J’atterrissais sur le bord de la plate-forme, un genou à terre. J’entendais le monstre grogner mais qu’importe, j’avais les choses en main. Grâce à l’illusion de Kate, je donnais un coup de pied en même temps qu’elle dans le ventre du monstre pour le faire reculer au milieu. Je relevais la tête, d’un air froid, la boule d’énergie dans ma main droite enfin prête, je sentais vraiment toute mon énergie dans cette ultime attaque. Je regardais Kate devant moi, c’était qu’une illusion, mais le temps était arrêté. Elle était près de moi collant son front au mien, souriant tristement en m’attrapant la main de libre pour courir devant moi. Je courais derrière elle, elle m’emportait et au bout d’un moment elle me lâcha. Je courais à toute vitesse et arrivé au bon endroit, au bon moment je lâchais toute ma puissance dans cette attaque !

Un cercle se dessina sur la peau du monstre qui commençait à hurler de douleur mais avec une fois assez normale, humaine je veux dire, mon propre crie. Je criais moi aussi, la brûlure me tuant de plus en plus, comme une tumeur. Je lâchais mon énergie et un poing gigantesque fait de cendre traversait le fameux démon doppleganger. Je regardais le monstre dans les yeux avec mon œil jaune et les deux siens identique. Il me souriait, avais-je échoué ? Pourtant il avait été traversé de part en part ! Effectivement mais en dessous de son buste, il y avait un cœur, un cœur qui battait. Formé d’ambre. Oui, cette pierre. Elle y était mais sous forme de cœur, battant comme un élément organique. Je restais scotché fasse à la découverte…

« Son cœur… SON CŒUR !! »

Il m’attrapa par le cou et en changeant de forme son autre main en une sorte de lame déchirante, il commença à me déchirer le bras et me balança de toutes ses forces en l’air. J’étais donc anéanti. Je n’avais plus de force dans les membres… Mon œil redevenait bleu et je perdais connaissance mais au moins, j’étais peut être plus un problème pour la jeune femme. La mort m’attendait de nouveau ? Je ne crois pas. Mais c’était la fin. Je pouvais me reposer.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Mer 12 Juin 2013 - 1:54
Qu'est-ce qu'il faisait ce gamin ? A quoi jouait-il ? Pourquoi n'était-il pas resté en sécurité derrière le bouclier de sang ? Pourquoi se sentait-il obligé d'intervenir dans ce combat ? Ne voyait-il donc pas qu'il n'était plus en état de se battre ? Et comment cela « J’ai un cancer » ? Pourquoi lui disait-il ça maintenant ? C'était quoi le rapport avec la situation ? Toutes ces questions s'agglutinaient dans l'esprit de Rain, dont l'incompréhension fut vite jartée par la colère.

- Restez en retrait !

Tu parles d'une autorité, cela n'eut que l'effet inverse sur le garçon, qui se mit à courir vers son double. Il bondit, déploya ses ailes derrière son dos... Attendez, lui aussi possédait ce don ? Bah, pourquoi pas après tout, elle n'avait pas le monopole du pouvoir. Après avoir envoyé à son tour un violent coup de pied dans le ventre de son ennemi, le voilà qui se jetait dessus, une boule d'énergie concentrée dans une main.

- Imbécile !

Ne pouvait-il donc pas rester sagement derrière son bouclier ? Dégainant l'un de ses Desert Eagle, Rain ravala le reste de ses jurons et fit feu sur le building de chair, prête à bondir pour réceptionner l'élève fou si jamais il se faisait remettre à sa place. En tout cas, aussi étonnant cela puisse paraître, son attaque eut son effet, mais peut-être de la manière la plus idéale qu'il soit puisqu'il se mit à hurler en même temps que son double.

Ah beh oui, ils devaient être liés. Seulement voilà, après l'avoir traversé de par en par avec un poing aussi noir que son adversaire, le jeune homme sembla se retrouver en mauvaise posture. Il beugla qu'il fallait s'attaquer au coeur mais c'était inutile ; le regard de Rain s'était déjà verrouillé sur cette forme luisante et facile à repérer. Le chargeur vide de son Desert Eagle n'eut le temps de s'écraser sur les tuiles que la jeune femme avait bondi, la garde de son katana contre son petit doigt et le canon du pistolet collé contre l'extrémité de la manche, servant d'appui. La lame traversa la poitrine du colosse, transperçant ce coeur si spécial.

Ce moment semblait se dérouler au ralenti, mais son regard capta rapidement la chute d'un corps. Le garçon venait de se faire déchiqueter le bras et propulser en l'air, juste avant qu'elle n'apporte le coup fatal à son agresseur. La jeune femme pivota donc sur elle-même, retirant sa lame d'un coup sec, avant de se jeter dans le vide, ses ailes déployées. Sa main lâcha son semi-automatique déchargé qui atterrit sur le toit qu'elle venait de laisser derrière elle pour agripper le jeune homme par le col. Elle le ramena sur le toit et s'accroupit silencieusement à ses côtés. Elle passa deux doigts sous son nez histoire de vérifier s'il respirait toujours et apposa son oreille contre sa poitrine pour s'assurer que son coeur battait.

Bon, il n'était pas en très bon état mais il survivrait... Il avait intérêt, après lui avoir gâché une nuit de sommeil !

Après avoir ramassé ses armes éparpillées sur le toit délabré, Rain revint auprès de l'élève inconscient, dans tous les sens du terme selon elle. Son katana avait retrouvé son fourreau et elle le portait à présent sur son dos. Quelle beau bordel quand-même ce toit... Soulevant le garçon dans ses bras, la jeune femme observa un instant la lune qui semblait lui adresser un mince sourire espiègle.

- Il se trame quelque chose de pas net. Et croyez-moi vous allez m'en dire plus...

Maintenant, direction infirmerie. Rain le veilla toute la nuit, bien décidée à le choper au réveil, mais il n'émergea pas de l'inconscience. Le lendemain, elle dut quitter la salle aseptisée à contre-coeur, luttant contre ses interrogations intérieures pour aller répondre à ses obligations de professeur. Mais elle le retrouverait et il n'échapperait pas à ses questions, c'était certain...



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] - Ven 14 Juin 2013 - 17:39

J'adore les rps où y'a du combat, du coup bah j'me suis fais plaisir en le lisant ! J'ai eu la surprise d'apprendre que Ritsu avait un cancer, je savais pas avant >.< Sinon dommage que Sigmund se soit retiré du rp, j'aurais aimé un combat entre deux colosses de deux mètres ! *-*

Ritsu Kay : 385 xps
Sigmund Frei : 145 xps
Rain Sinclaire : 325 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE] -
Chapitre IV : C'est grave docteur ? [TERMINE]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» C'est grave docteur ?
» Un chapitre se ferme et un autre s'ouvre. [solo]
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» je bug grave !!! (regarder le screen)
» Accent Grave sur la tête des ex-militaires haitiens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Sur les toits-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page