Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un retour aux sources

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: Un retour aux sources - Sam 1 Juin 2013 - 17:00
En feuilletant les pages du livre de magie, je remarquais qu'il y avait non seulement des ingrédients pour les potions et des formules magiques, mais aussi des histoires sur les sorcières. Depuis l'époque médiéval au notre, avec quelques années plus tôt. Je regardais ensuite et de nouveau l'arbre généalogique. Je vis que ma mère et mon père biologique avaient eux aussi des frères et sœurs, qui avaient eux aussi des enfants. En les regardant, je m'étais dis que ces derniers avaient de la chance. Ils avaient une vie normale par rapport à Neal et moi-même. Nous deux, on avait pas vécu toute notre vie ensemble avec nos deux parents. On s'était retrouvé après une longue séparation qu'on ignorait. Pour me remémorer des visages de ma famille, j'arrachais une page vierge d'un vieux livre - cela semblait être un journal intime non fini - pris la plume et l'encre qui se trouvaient sur le bureau et me mise à reproduire, en redessinant les photos, l'arbre généalogique. Sans vouloir me vanter, j'étais douée au dessin. Mais, ça allait prendre du temps pour tout refaire.

Mon ancêtre, quand à lui, s'était mis à lire un livre après m'avoir expliquer que rien ne changerait. Qu'il était là pour veiller sur sa famille et qu'il regrettait de ne pas l'avoir su plus tôt que j'étais sa descendante. Personnellement, je pensais que cela ne changerait rien. Il n'aurait pas empêcher Kym Mäss de m'avoir crever un œil, ni tout ce massacre. Néanmoins, il fallait avouer qu'il était là, à ce moment là, pour m'aider. Même s'il m'avait jeté vers un dragon.....Non, là je pense que ce point là aurait été différent s'il le savait. Il se mit soudain à rire, ce qui me surpris. Mais, il n'était pas heureux, au contraire. On aurait dit qu'il avait apprit une mauvaise nouvelle. Je continuais de dessiner lorsqu'il se tourna vers moi.


- Dis moi ... Ton nom n'apparait dans aucun des ouvrages ... Parle moi un peu de toi, j'aimerais bien connaitre d'avantage ce qu'à vécus ma mystérieuse descendante.

Une question assez pertinente. C'était vrai que, officiellement, pour cette famille, je n'existais pas. En y repensant, cela me faisait un peu mal. Le fait que votre propre famille ne vous tenais pas vous connaissez même pas..... Depuis toujours, j'avais pensé que mes parents biologiques avaient décidé de ne pas faire partie de ma vie. Mais, au fond, j'espérais que je me trompais. Tous les orphelines n'avaient qu'une peur: que leur parent ne voulaient pas d'eux, que leur naissance n'était pas voulu. J'hésitais de lui en parler, de peur que de mauvaises choses reviennent à la surface. Mais, tout ce qu'il avait sur moi, c'était le fait que j'avais affirmé que le dernier descendant connu était mon frère. Si je ne lui disais rien, il suspectera quelque chose. Bon, au point où j'en étais.....Tout en restant concentré sur mon dessin, je lui répondis:

Normal qu'il n'y a rien sur moi. Même Neal n'était pas au courant de ma naissance. Je ne connais pas tous les détails, mais dès ma naissance, j'ai été envoyé ailleurs, dans un orphelinat à New York. C'était loin de la maison où mon frère et ma mère habitait. Lorsque j'avais 5 ans, je fus adoptée. C'est à dire, une autre famille a décidé de m'élever.

Évidemment, je ne savais si le mot "adopter" était employée au Moyen Age, donc pour cela que je précisais. Je continuais:

La famille était composée d'un père, une mère et d'une fille bien plus âgée que moi. J'ai peu de souvenir de ma mère adoptive, vu qu'elle s'est fait tuée lors d'une fusillade dans un restaurant. Aux États-Unis, ce genre de chose arrive par rapport à d'autres lieux vu que le port d'arme est permis. Elle est morte par ma faute, car je me suis éloignée. Parce que, j'étais trop gentille quand j'avais vu ce chien affamé......

En effet, cet évènement m'avait appris à ne plus se laisser aller par la gentillesse. Être trop gentille n'était bien que pour sa propre conscience. Mais, à quoi cela pouvait nous servir d'être aimable avec tout le monde si au final, au lieu des autres, c'est nous qu'on blessait ? Je me rappelais des souffrances causés par cet accident. Après cette pause, je continuais mon histoire.

Après cela, mon père adoptif avait fait de ma vie un enfer. Devant tout le monde, il était le genre de gars respectueux, aimé de tous, toujours triste pour la mort de sa femme. Mais, derrière tout ça se cachait un père monstrueux qui m'accusait de la mort de sa bien aimée. Il buvait de l'alcool, fumait, il était toujours ivre et c'était moi qui en bavait. Il en est mort. J'étais heureuse qu'il soit parti pour le reste de ma vie, mais ...... A cause de cette joie, les autres enfants me fuyaient car leurs mères me trouvait trop bizarre. On m'avait même accusé de l'avoir tuer, mais la police avait confirmé son overdose.

Lâchant la feuille où je dessinais l'arbre généalogique des yeux, je me tournais vers lui, posant une question. Non, ce n'était pas une question. C'était un ordre.

Maintenant, je veux savoir comment était votre vie. Je vous ais parlé de mon histoire, à votre tour.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un retour aux sources - Dim 2 Juin 2013 - 14:38


En refermant le livre qu’il tenait en main, Alexander soufflé un instant sur la couverture, révélant les magnifiques gravure ornant le cuir du livre et sa reliure, décidemment il n’y avait pas de demi mesure à son époque.
Enfin bon il remarqua que Kate s’était mise à, semble t-il, dessiner les photos de l’arbre généalogique et il s’approcha doucement pour la regarder dessiner tandis qu’il écoutait avec le plus d’attention son histoire.
L’histoire de sa descendante n’était pas très joyeuse, il y avait énormément de souffrances, de pertes, il eut aussi l’occasion de découvrir le sens de l’adoption, que le chevalier voyait plus comme l’abandon de leur enfant par une famille qu’un acte de générosité de la famille adoptive. Après qui ne serait pas content de voire son tortionnaire mourir, les hommes étaient vraiment aveugle, ne croyant que ce qu’ils voyaient hein … Ce fait n’avait donc pas vraiment changé en plus de huit cent années …
Mais quand le discours arrivait à sa fin, le chevalier avait l’impression qu’il lui manquait une partie, notamment Neal et sa mort, mais peut être qu’elle ne voulait pas en parler après tout. La brune lui demandait de raconter son histoire, elle n’était pas particulièrement passionnante elle aussi mais bon, ce n’était que logique qu’après ce qu’elle avait fait qu’il en fasse de même. Mais avant … Il sourit rapidement en s’adossant contre une poussiéreuse étagère, le choc en fit d’ailleurs tomber pas mal au sol.


- Entre nous … tu peux me tutoyer tu sais …

Ceci mis au clair, il allait pouvoir se lancer dans le récit de son histoire, commençant par le fait le plus important qui a déterminé sa vie, sa naissance …

- Comme tu le sais je suis née il y a nombre d’années au moyen âge. A cet époque dans les familles nobles comme la notre les enfants ne choisissaient pas ce qu’il allait devoir faire. Ma vie était déjà toute tracé, j’allais devoir épouser une femme déjà choisie et obtenir une place influente dans l’entourage du roi de l’empire germanique. Enfin c’était ce qui fut décidé jusqu’à la naissance de mon frère, comme je ne montrait aucune réel volonté ou motivation, que je me contentait de suivre les ordres de mon paternelle il décida de me préparer à une autre voie, je devait aller dans la chevalerie, rejoindre l’ordre militaire le plus influent du pays, l’ordre de la croix de Teuton, les chevalier Teutoniques.

Juste après ça il sortit de sa chemise son pendentif de la croix Teutonique et le sortit pour le tendre à Kate pour qu’elle le regarde si elle le souhaitait. C’était un des symboles qu’il ne quittait jamais, le deuxième étant sa chevalière en argent marqué du sceau des Urmanis qui pour le moment restait à son index.

- Mais sans motivation on ne peux pas monter en grade, malgré les incessant entraînements de mon père qui me harcelait avec cela, je ne progressait pas. Mais un jour … lors d’une confrontation avec un adversaire au nom de mon ordre je fus écrasé sous la puissance de l’ennemi. Et plutôt que de m’achever eut pitié de moi en m’épargnant. Cette humiliation me laissa une immense cicatrice dans le dos, et me donna cette volonté qui me manquait. Grâce à ceci, j’ai rapidement progresser dans l’ordre jusqu’à devenir un chevalier électeur, devant élire le prochain chef, et responsable d’un camp d’entraînement d’écuyers.

Il se rendit bien compte qu’il n’avait jamais mentionné sa famille et se devait de corriger cela, ainsi après un rapide silence il poursuivit sur une petite apostrophe.

- Une fois que j’ai rejoins la chevalerie je n’ai vu ma famille que pour trois grandes occasion. A deux reprises ce fut pour voire celle qui était devenu ma femme … je ne me souviens ni de son nom ni de son visage. Et la dernière pour assister au mariage de mon frère cadet.

Se rappelant d’un autre détail de la pièce, Alexander parcourait du regard les étagères, normalement sur une devait se trouver une petite boite avec des chevalières familiale et le moule, il était de la tradition de toujours en faire pour les ranger dans cette boite, et puis soudain il l’aperçus. Rapidement il s’avança vers cette boite qu’il ouvrit lentement pour en sortir une chevalière.
Il revint devant Kate et lui saisit la main droite avant d’y glisser la chevalière sur son index avant de relever la tête et de lui sourire rapidement.


- Bienvenu dans la famille Kate.

Dieu merci, rien n’avait changé ici mis à part la quantité de livres, et ce n’était pas pour lui déplaire, enfin quelque chose qui n’avait pas changé avec le temps. Les traditions avaient donc toujours été une chose importante pour les Urmanis et cela réchauffait dans un sens le cœur du chevalier.




Invité
avatar
Invité
Re: Un retour aux sources - Dim 23 Juin 2013 - 20:13

- Comme tu le sais je suis née il y a nombre d’années au moyen âge. A cette époque dans les familles nobles comme la notre les enfants ne choisissaient pas ce qu’il allait devoir faire. Ma vie était déjà toute tracé, j’allais devoir épouser une femme déjà choisie et obtenir une place influente dans l’entourage du roi de l’empire germanique. Enfin c’était ce qui fut décidé jusqu’à la naissance de mon frère, comme je ne montrait aucune réel volonté ou motivation, que je me contentait de suivre les ordres de mon paternelle il décida de me préparer à une autre voie, je devait aller dans la chevalerie, rejoindre l’ordre militaire le plus influent du pays, l’ordre de la croix de Teuton, les chevaliers Teutoniques.

Il avait eu une vie plus difficile que moi. Moi, je n'avais eu qu'un père qui me battait. Enfin, ne faisons pas de comparaison. Une vie déjà tracée par les autres dès la naissance. J'avais au moins un peu plus de liberté pour ma part. Choisir ce que je voulais faire et qui épouser..... Ce n'était pas une vie. Personne ne devait décider pour les autres. Oui, comme Isanagi Tensho. Il avait déjà décidé du destin des humains. Mais, il était déjà un Dieu après tout, donc avait-il le droit de faire cela ? Sinon, je connaissais pas les chevaliers Teutoniques. C'était des templiers voué au Christianisme je crois. C'était ironique, non ? Qu'un chevalier Teutonique qui se bat pour une religion devenait une divinité. Je regardais le pendentif datant du Moyen Age. C'était étrange. De voir une en vrai, voir l'Histoire en elle-même. Cela devait être difficile pour lui de vivre avec des jeunes venant "du futur". Son adaptation à la modernité était bluffante.


- Mais sans motivation on ne peut pas monter en grade, malgré les incessants entraînements de mon père qui me harcelait avec cela, je ne progressais pas. Mais un jour … lors d’une confrontation avec un adversaire au nom de mon ordre je fus écrasé sous la puissance de l’ennemi. Et plutôt que de m’achever eut pitié de moi en m’épargnant. Cette humiliation me laissa une immense cicatrice dans le dos, et me donna cette volonté qui me manquait. Grâce à ceci, j’ai rapidement progresser dans l’ordre jusqu’à devenir un chevalier électeur, devant élire le prochain chef, et responsable d’un camp d’entraînement d’écuyers.
 
Il avait appris quelque chose : sans motivation, on ne pouvait progresser et réussir. Je me demandais alors si j'étais motivée pour quoi que ce soit. Là, je n'en avais aucune. Je n'avais aucun but pour l'instant. En fait, je n'en avais jamais eu. Je vivais tranquillement et paisiblement ma vie, avec des problèmes du quotidien, difficile certes, mais pas la seule à en souffrir. Je n'avais jamais chercher à ce que je voulais faire comme métier. j'enviais un peu les autres pour ça. Mes anciens camarades de classe avaient des rêves, des projets, alors que moi, je n'en avais pas. J'étais perdue. Je voulais surpasser Chloé, ma sœur d'adoption, qui avait réussi de grande chose. Seulement, j'étais, à temps partiel, serveuse d'un petit restaurant. C'était pas très intéressant comme job, mais je n'étais pas capable d'avoir plus.

- Une fois que j’ai rejoins la chevalerie je n’ai vu ma famille que pour trois grandes occasion. A deux reprises ce fut pour voire celle qui était devenu ma femme … je ne me souviens ni de son nom ni de son visage. Et la dernière pour assister au mariage de mon frère cadet.

Une femme ? Après tout, c'était logique sinon je ne serais pas née. Je la regardais sur l'arbre généalogique et elle était cachée. Dommage, j'aurais bien voulu voir à quoi elle ressemblait. Mais, cela me choquait qu'il avait oublié le nom de son épouse, même son visage. La preuve que ce n'était pas un mariage par amour. Une chose que je n'acceptais pas non plus. Le mariage unissait deux êtres qui s'aimaient, qui s'acceptaient, même les défauts, et ce, pour toute la vie.

Mon ancêtre se mit à parcourir les étagères tandis que je continuais de dessiner l'arbre généalogique. C'était long et cela risquait de me prendre des heures, voir des journées pour le faire. Soudain, je me rappelais que j'avais mon portable sur moi. Je le pris d'une de mes poches de ma robe et photographia le mur. Pourquoi je n'y avais pas pensé avant ? En même temps, je voulais dessiner donc....Bref, mon ancêtre se mit à sortir une boite de l'étagère et.... Une bague ? Oh, on n'était pas fiancé et ce serait de l'inceste même ! Sauf qu'en y regardant de plus près, c'était une sorte de chevalière qu'il glissait sur mon index, en me disant:

- Bienvenu dans la famille Kate.

Je pris la chevalière pour la mettre sur le majeur (le doigt d'honneur) et leva ma main pour la contempler. Je pouvais voir une épée pointée vers un double aigle. Le signe des Urmanis, mon appartenance à cette famille. Toute ma vie, j'étais curieuse au sujet de mes racines, même si je considérais que mes parents avaient décidé de ne pas faire partie de mon entourage. Au fond, j'étais très heureuse. J'étais tellement heureuse que des larmes de joie se versait. Je ne pouvais me retenir. Je pris mon ancêtre dans mes bras en lui répétant :

Merci.

****

Nous sommes finalement revenu à la Deus Academia. Je me tenais là, sur le toit, contemplant la vue de la cours. Laissant le vent survoler mes cheveux devenus argentés suite à une teinture. J'étais calme. Je ne pouvais vous révéler les émotions que je ressentais à ce moment là. J'enlevais le bandage de mon œil pour le remplacer avec un bandeau noir. Je laissais la brise emporter le tissu blanche vers le ciel noir. Oui, c'était la nuit. Je pouvais voir de plus prêt les étoiles. Et dire qu'il y en avait à la Deus Academia. Toute cette endroit était magnifique. Ainsi que le monde des humains. Je serrais les poings, rien qu'en pensant au but d'Isanagi Tensho. J'étais une apprentie déesse de la Nature. Personne n'avait à violer les règles de Mère Nature. J'étais Mère Nature. Il était temps que je reprenne mes droits. Et c'était moi qui fixer les règles et les règles étaient qu'il ne fallait pas détruire la Terre. Je ne laisserais personne le faire, ni même Deus lui-même. Plus jamais je ne pleurerais. Plus jamais je ne serai faible. Je ne laisserais plus jamais mes émotions me dicter ce que je devais faire. J'avais à présent une famille et je la protégerais. Levant mon œil vers le ciel étoilé, les sourcils froncés, avec tout une détermination et une colère noire envers le chef des Renégats, je m'étais fixé un nouvel objectif, augmentant la puissance du vent grâce à mon pouvoir:

Je protégerai tous ceux qui se trouve sur Terre et la Deus Academia. Car je suis la nature. Je suis Kate Ackles Hawkins.


Kate A.Hawkins:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Un retour aux sources - Lun 24 Juin 2013 - 15:22

Rp avec une trame intéressante ! Même si les retrouvailles ne sont pas joyeuses, au moins Kate retrouve de la famille et ça c'est une bonne nouvelle ! Toutefois faites attention à vos fautes.

Kate A. Hawkins : 590 xps
Alexander Urmanis : 570 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: Un retour aux sources -
Un retour aux sources
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [FB 1623] Retour aux sources du savoir
» Retour aux sources ou comme s'éclypser en toute discrétion ?
» Nathou et Syb,retour aux sources{Choupinet'
» Petit retour aux sources [Terminé]
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page