Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Allons au fond des choses maintenant !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Mer 26 Juin 2013 - 15:33
[HRP : Arf, sur ce coup je n'ai carrément pas vu que t'avais répondu, désolée TT]

Sa question fut étouffée par le martèlement des pas de l'Alpha sur la terre. Il semblait s'être pris pour un taureau, car il effectuait des bonds à gauche et à droite, cherchant à désarçonner sa cavalière du moment : Maya. Et il avait beau y mettre du coeur et le reste de son énergie, cela ne donnait pas grand-chose. Alors il se mit à galoper, jusqu'à disparaître dans les ténèbres de la forêt. Rain lâcha un soupir tout en passant une main lasse dans ses mèches d'ébène. Peut-être que la réaction la plus adéquate serait de crier le prénom de la jeune imprudente et de courir à sa poursuite mais non, l'enseignante demeurait là, tranquille, comme quelqu'un qui attendrait la pluie des marmottes. Enfin, elle n'avait aucune raison de traîner dans le coin non plus, elle n'allait quand-même pas faire le piquet jusqu'à la tombée de la nuit. La jeune femme étouffa donc le feu de camp avec des cailloux ainsi que sa semelle et ramassa sa set de lames. Et avec tout ce remue-ménage, elle n'avait même pas pu limer celle de son katana. Boarf, tant pis, lorsque l'on était dressé pour tuer avec un cure-dent, on se retrouvait très difficilement désarmé.

Et avec tout ça, Mademoiselle Tensho avait oublié ses fringues. Enfin elle ne risquait pas de choper la crève vu qu'elle avait pensé à séquestrer la veste de l'enseignante avant. Du rembourré mouton, ça tenait chaud, même si on n'avait quasi rien en-dessous. D'ailleurs, où était le tanto ? Elle devrait peut-être le ramasser si la jeune fille l'avait laissé tomber, ou son jumeau allait être malheureux. Bon, ça y est ? Toutes les affaires sont là ? Alors allons-y.

Il n'était pas difficile de tracer les deux bougres, vu les dégâts que l'Alpha semaient sur son passage forcé. Il lui avait suffit de suivre la piste des buissons ratatinés et des racines écrasées. Finalement, la jeune femme se décida à faire apparaître ses ailes afin d'y aller plus vite, ses sens aiguisés au maximum afin d'éviter une rencontre malheureusement imprévue. Et en effet, elle fit bien car après à peine cinq minutes de vol, elle dut faire un brusque virage à gauche pour éviter le parcours d'une lame. Cette dernière avait une taille impressionnante et appartenait à une hache qu'il lui semblait avoir déjà aperçu quelque part.

Ses ailes se désintégrèrent dans une pluie de fragments lumineux, enveloppant son corps qui tournoya sur lui-même pour qu'elle puisse se réceptionner souplement contre un tronc. Sitôt la seconde d'après, celui-ci trembla sous le choc d'un énorme coup de hache venant de par derrière, l'obligeant à décoller alors que son premier assaillant en profitait pour la prendre pour cible d'un coup diagonal. Coup qu'elle para grâce à son katana mais qui lui coûta la lame du sabre. Rest in peace. De toute manière, il n'y avait pas eu beaucoup d'autres options dans une situation d'urgence comme celle-ci. Chacune de ces haches pesaient plusieurs dizaines de kilos, de quoi faire très mal. Oui, elle avait pu s'y frotter lors d'un affrontement dans l'arène, il y avait quelques mois de cela. Et décidément, ils puaient toujours autant ces bestioles…

A peine avait-elle atterri sur ses pattes qu'elle dut plonger sur le côté. Un troisième. Ils ne lui laissaient aucun répit, ils voulaient la réduire en charpie et rien d'autre. Comme réponse à son manque de respect envers une dame, il se prit tout simplement ce qui restait de la lame du katana dans l'oeil. Ça lui apprendra de vouloir attaquer quelqu'un dans son dos. La bête hurla en portant une griffe à son visage, ou plutôt devrait-on dire gueule ? D'autres mouvements se firent sentir à proximité. La jeune femme ferma les yeux un bref instant, le temps de percevoir plus clairement ses battements de coeurs non loin d'elle. Ils l'avaient déjà encerclée. Ces respirations, ces pas, tous les uns plus lourds que les autres. Cette fois, ils n'étaient non plus cinq mais sept. De quoi bien se défouler, en somme…

Un bruit différent des grognements d'animaux attira alors son attention. Une voix. Celle de l'élève qui était partie devant avec l'Alpha déchaîné. Elle ne hurlait pas de douleur mais faisait plutôt un appel. Tant mieux, c'était qu'elle avait été à la hauteur de son estime alors. Rain n'eut cependant pas le temps de trouver de quoi lui répondre, les Gnolls se mirent à pousser un long cri, le cri de guerre qui leur était propre et qui n'était plus inconnu à l'enseignante depuis sa rencontre avec ce genre de bêtes dans l'arène. Bon, bah, s'ils tenaient vraiment à alerter les environs et à rameuter une proie de plus, que leur volonté soit faite ! Pour sa part, seule ou à deux, l'ancienne arme était bien décidée à leur flanquer la dérouillée. Parce que cette fois cette fois, elle n'était pas là pour développer son domaine divin, il ne leur sera fait aucun cadeau.

La large lame d'une hache vola à l'horizontal pour finir dans le tronc. La jeune femme s'était abaissée, dégainant ses deux Desert Eagle dans le même temps. Trois balles furent lâchées durant son bond suivi d'un salto avant. L'une fut repoussée par la manche d'une des armes d'hast, les deux autres finirent dans le crâne de leurs cibles respectives. Une ombre massive vola vers elle, l'un des Gnolls venait de propulser son arme dans sa direction. Son avant-corps bascula vers l'arrière, le temps d'esquiver le projectile et elle effectua un salto arrière pour se retrouver face à l'un ces canidés bipèdes, celui-là même qui avait décidé de lancer sa hache pour en profiter et se jeter sur elle. Une bestiole de deux mètres vingt-cinq, ce n'était pas rien.

Les canons furent plongés dans sa gueule et les deux pistolets firent feu simultanément. Des résidus de cerveau et de sang volèrent sans l'atteindre. La gueule de la bête bascula vers l'arrière en même temps que Rain le jartait d'un puissant coup de pied au plexus. L'hémoglobine répandue vint tournoyer autour de l'enseignante, créant une aura rougeoyante. Ses adversaires semblaient effrayés par cette dernière mais ce genre de canidés étaient prêts à revenir à la charge, même si la dernière fois, ils avaient été poussés à l'abandon, face à des adversaires encore plus monstrueux qu'eux.

[HRP 2 : Il reste donc quatre Gnolls encore debout. Enjoy =D]



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Ven 28 Juin 2013 - 0:10
[HRP : Tu croyais que j'étais si longue à répondre ? :p]

Marchant pieds nus dans un mélange de terre et d'aiguilles mortes de pins, Maya traverse le cœur de la forêt. Elle touche les troncs d'arbres, avance doucement sans se presser et appelle continuellement sans trop forcer le volume de sa voix. Et bientôt, c'est un hurlement monumental qui lui répond... un beuglement à glacer le sang et à faire fuir toutes les créatures qui tiennent à la vie. Le monstre qui l'a poussé doit être énorme, peut-être même plus massif qu'une Bulette... et les animaux de la forêt ne s'y trompent pas : tous courent pour s'éloigner du point d'origine.
Effrayé, un écureuil s'écrase carrément sur une jambe de la demoiselle, fort au point de s'assommer dans sa panique. Toute confuse, elle le ramasse doucement et le serre contre elle tout en le caressant... non pas que ce soit utile ou nécessaire, juste qu'elle espère lui faire un peu de bien et le réconforter... dans son malheur. « Faire aux autres ce qu'on aimerait bien qu'on nous fasse »... même si un animal, franchement... ça n'aura pas la même réaction qu'un être humain. En se réveillant, il s'enfuira, pensant avoir échappé à une bestiole affamée à la peau rose. Tant pis, ce n'est pas important. Et puis, il est mignon ce petit mammifère version divine !

Elle s'éloigne de la source du hurlement, en quête d'un terrier sauf pour le petit rongeur.
Détonations.
Maya stoppe et se retourne.
Des coups de feu ? Quelqu'un se bat contre le monstre ?
Fou !
Folle !

… l'enseignante !
La jeune femme déglutit. Non, il n'y a pas à s'en faire. Aucun doute, cette maîtresse des arts du combat est forte... elle n'a rien à craindre d'un monstre aussi imposant soit-il. La preuve : elle a vaincu une Bulette sans même verser une goutte de sueur. Un peu de sang tout de même... alors, un doute subsiste dans l'esprit de l'apprentie. Et si quelque chose se passait mal ? Une petite erreur est si vite arrivée et si vite handicapante... comme le fait de se faire avaler notamment. Rien de tel pour perdre ses moyens. Est-ce que la dame pourrait se faire avaler, elle aussi ? Ou se faire découper en rondelles ? Ce serait... sacrément dommage.
Mais est-ce que tout ça ne serait justement pas un test ? Il n'existe de toute manière aucune raison pour qu'un individu, quel qu'il soit, montre de la rancune après un petit coup de main. Alors, il faut y aller : au secours des coups de feu ou à l'aide des détonations. Première étape : se débarrasser du rongeur. Trouver un terrier ou un nid où n'importe quelle famille pourrait l'accueillir. Les écureuils vivent-ils en groupe ? Bon sang, elle n'en a aucune idée... Maya va donc préférer le déposer sur une branche d'un arbre très touffu qui le cachera forcément de tout prédateur. Elle l'espère. Et la voilà qui peut maintenant se mettre à courir vers ce qui semble être des bruits de lutte. Elle court, court en esquivant les arbres et en sautant par-dessus des troncs couchés. Elle porte sa main à sa veste... pour s'apercevoir qu'elle n'est pas armée. Ni pinceau, ni tanto... chevauchée fantastique mon œil. Ce genre de pignouferie coûtera cher...

Et la voilà débarquant dans une espèce de cohue où de gros Gnolls puants s'amusent à exploser des arbres, le tout sans aucune pudeur. L'enseignante est là, face à quatre géants, qui moulinent bêtement en démembrant l'environnement. Des morceaux de corps jonchent le sol, signe que la combattante n'est absolument pas inquiétée pour le moment... mais peu importe, Maya se porte à son secours. Elle s'encourage à haute voix, court et saute sur l'un d'entre eux, le faisant basculer en avant et tomber. Elle se bat ensuite avec lui pour récupérer la hache : agrippant le manche de l'arme, elle le provoque dans un duel de celui qui tirera le plus fort. Ce sera difficile... alors, elle se retourne sur lui, pose ses pieds sous le menton de la créature pour prendre appui, puis elle pousse et elle tire à la fois en se détendant un maximum. Le Gnoll souffre et doit rapidement lâcher prise s'il ne veut pas être brisé en mille morceaux. Maya effectue une roulade arrière pour se retrouver sur ses pieds, bascule ses bras derrière sa tête pour prendre un bon élan et abat l'arme en plein visage du monstre. Ce n'est pas suffisant... il n'est pas mort. L'apprentie pose à nouveau un pied sur le visage de la créature, tire l'arme et pousse sur la jambe pour dégager la hache du crâne de la victime, reprend de l'élan et tranche à nouveau le visage du Gnoll. Cette fois-ci, il a son compte. Maya dégage une nouvelle fois l'arme en extirpant des morceaux peu ragoutants du cadavre, souffle un bon coup, puis saute sur un second ennemi pour lui planter la hache dans le cou. Roulade à l'arrivée pour s'éloigner légèrement du danger, pendant que l’humanoïde malfaisant hurle sa douleur. Il porte la main sur l'arme qui lui inflige une douleur insupportable et la déloge de son cou, laissant donc s'échapper un torrent de sang qui va repeindre les environs.

Il saigne, saigne, saigne encore... un spectacle absolument horrible que Maya regrette d'avoir provoqué. Mais ainsi va la guerre : il ne faut pas la provoquer quand on n'est pas sûr de la remporter.


- Ça suffit... fait Maya alors que le monstre, vidé de son sang, s'écroule. Dégagez ou vous mourrez dans d'atroces souffrances. Je ne veux pas vous infliger ça à vous aussi... Je ne fais que me défendre, je ne cherche pas l'affrontement gratuitement. Mais si vous ne nous laissez pas le choix, nous allons devoir en finir avec toute votre lignée...

La jeune apprentie regarde Rain. Contente de la retrouver, elle affiche un bon petit sourire aux coins des lèvres. Ne reste dorénavant plus que deux ennemis, soit d'infimes chances pour eux de venir à bout de leur gibier. Peut-être sont-ils intelligents et peut-être comprendront-ils que leur survie leur est offerte sur un plateau : il leur suffit de fuir. Après avoir vu cinq de leurs camarades passer l'arme à gauche, les rescapés n'ont sans doute plus la même confiance qu'initialement.
Qu'adviendra-t-il ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Mar 16 Juil 2013 - 19:22
[HRP : Désolée pour le temps de réponse. Je n'ai pas vraiment d'excuse valable mise à part peut-être celle de l'inspiration… Mea culpa TT]

Entrée fracassante de la part de Maya Tensho. La jeune fille s'était ruée sur l'un des gnolls en prononçant des encouragements pour elle-même et à haute voix. Rain lui aurait bien dit de rester en retrait, simplement elle était suffisamment intriguée par cette intervention pour laisser faire. Parce que bon, des gnolls, c'était quand-même légèrement plus dangereux que des lyncheurs… Elles pesaient chacun cent cinquante kilos ces bestioles. Maya possédait-elle le Contrôle des Limites pour être aussi sûre de son coup ? A moins qu'elle n'ait le goût du risque particulièrement prononcé, ce qui pourrait expliquer qu'elle se fusse retrouvée dans l'estomac d'une Bulette… pourtant là, l'envie de se laisser manger avait totalement disparu, avec à la place celle de combattre. Et elle ne se débrouillait pas si mal au combat, c'était certain.

Une véritable boucherie se trouvait devant elles. Des cadavres, des morceaux de cadavres, jonchant çà et là dans une mare de sang. Pas vraiment de quoi dégoûter une arme vivante, mais ce n'était peut-être pas le cas de la jeune élève. Après tout, personne ne devrait être habitué à voir ce genre de choses. Maya chercha donc à régler les soucis de manière pacifique en sommant les deux gnolls restants de réaliser que la situation ne jouait guère en leur faveur. Rain doutait que ces créatures comprennent le langage humain mais il n'y avait pas vraiment besoin de ça pour savoir qu'ils avaient tout intérêt à battre en retrait.

Un rapide sourire lui fut adressé. Etrange phénomène, le sourire. Un mouvement de la bouche qui était presque imprimé sur le visage de certains, tandis que chez Rain… arf, chez elle, c'était aussi fréquent que d'apercevoir une étoile filante la nuit. Les muscles de son visage à elle étaient beaucoup plus figés, après tout elle n'avait pas été créée pour avoir des sentiments alors pourquoi avoir les capacités d'exprimer quelque chose qui n'existait pas ? Enfin avec le temps, elle avait appris que tout se créait lorsqu'on y mettait un peu de volonté et de foi. Pour que quelque chose existe, il suffisait d'y croire… Et elle y croyait.

Malheureusement, pour l'heure, le souci n'était pas de comprendre le pourquoi du comment du sourire de Maya ni de tenter de le lui rendre. En effet, les deux gnolls durent prendre les mots de la jeune fille pour des insultes car ils se mirent à brailler en agitant leur hache de guerre. Super… Ils étaient apparemment moins intelligents que ceux qu'elle avait affrontés en compagnie de Lev dans l'arène. Ou alors leur démonstration de force ne les avait pas impressionnés ? Quelle poisse…

Abaissant la lame de sa hache, l'un des canidés bipèdes attendit que son homologue grimpe dessus pour effectuer une puissante poussée qui le propulsa dans les airs. La créature vola avant d'être rappelée par la pesanteur et tomba à la manière d'un roc, son arme tenue à deux mains prête à fendre la petite humaine qu'il voulait réduire en miettes pour avoir massacré les siens. Vengeance ! Le sang de l'ennemi devait être versé et ce, peu important le prix.

Ayant déjà vu comment l'élève se déplaçait, Rain n'eut aucun souci quant à sa capacité de se dégager seule. Elle se contenta de ficher deux balles dans le crâne de la bête histoire que son atterrissage signe l'arrêt de ses déplacements. Ensuite, la jeune femme concentra sur le deuxième gnoll qui s'était rué sur elle. L'enseignante effectua un bond qui la fit se retrouver juste au-dessus de la bête dont la tête fut prise entre ses chevilles. Deux autres balles vinrent se loger dans l'arrière de son crâne et le monstre tituba avant de tomber comme une motte de beurre… Enfin. Une bonne grosse motte de beurre alors.

Chose faite, tous les dangers semblaient avoir été écartés à première vue, mais ce n'était sans aucun doute qu'illusion. Dans ce genre d'endroit reculé où seuls quelques rares apprentis-dieux osaient s'aventurer, elles pouvaient s'attendre à toute sorte de mauvaise rencontre. Et elles ne pouvaient être certaines de s'en sortir saine et sauve à chaque coup, peu importait leur puissance. En plus Rain recommençait à avoir sommeil… oui elle avait plus souvent sommeil que soif ou faim. Peut-être parce qu'elle était encore trop ancrée dans son fonctionnement d'antan. Mission, rapport, dodo. Et peut-être de temps en temps, lorsqu'on jugeait cela nécessaire, manger et boire. Elle pouvait passer plusieurs jours sans se nourrir et ce, sans ressentir de besoin spécial à ce niveau. Par contre le sommeil, c'était autre chose…

- Je crois qu'ils sont bons pour repasser à l'eau. Ce n'est pas de la boue mais de la terre sèche, au moins.

L'enseignante venait de ramasser les vêtements de Maya qu'elle était censée ramener à leur propriétaire avant qu'elle ne tombe sur cette bande de poilus mal élevés. Elle les lui tendit donc avant de s'occuper de ranger son arsenal. Ses deux Desert Eagle, puis son tanto. Le silence qui s'était abattue sur la forêt fut alors brisé par un nouveau hurlement, qui ressemblait néanmoins davantage à un croassement. Qu'est-ce qui les guettait cette fois ?

- Que comptez-vous faire à présent ?

Hum. Quelque chose perturbait son regard de machine à tuer. Il manquait un élément chez la jeune fille. Ne manquait-il pas quelque chose au niveau de sa ceinture ? Ah, oui, son pinceau qui lui permettait de faire apparaître des objets, d'user de son domaine divin en soi. Sa disparition pourrait être franchement problématique. Maintenant, elles allaient devoir retracer tout le chemin des buissons et branches écrasés pour tenter de le retrouver, en priant pour qu'il n'ait pas été propulsé plus loin, ce qui restait un risque comme un autre malheureusement. Et tout cela, en évitant de tomber sur un monstre encore plus gros, s'il-vous-plaît… même si cela semble peine perdue avec des narratrices qui se font plaisir à partir à la chasse aux monstres du bestiaire avec leurs personnages.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Mer 17 Juil 2013 - 23:29
On l'aura compris, la rapidité n'est pas le point fort de ces mochetés. Pire : ces monstres sont lents, prévisibles... ils n'ont aucune technique autre que l'attaque frontale typée bourrine... et ils ont le culot de prévenir de leur assaut à venir en braillant un bon coup. Des défauts qui les rendent franchement nuls... pas d'autre conclusion possible. Comment ont-ils fait pour survivre si longtemps ? Pourquoi sont-ils censés faire peur ou être dangereux ? Qui a décidé de cette classification pour ces créatures... ?
La fin du combat ne restera pas dans les annales : 2 ennemis plus 4 balles égale 2 cadavres... fin de l'histoire. Maya s'assoit sur le sol et expire un bon coup, soulagée que ce spectacle morbide soit enfin terminé. Triste conclusion, elle aurait préféré que ces deux créatures survivent... mais d'après leur comportement, ils n'en avaient plus envie. Rain profite de l'accalmie pour rendre ses habits à Maya. À l'évidence, tant qu'elles resteront toutes les deux dans cet endroit, elles n'auront pas l'occasion de revêtir des vêtements propres. Tant pis... Maya les enfile tout de même, ce sera déjà ça de fait. Ils sont au moins secs et lavés de la bave acide de Bulette... même s'ils en gardent l'immonde odeur.

Alors que l'enseignante s'engage dans un rangement soigneux de ses armes, la question qu'elle pose fait figure de reproche. Évidemment, il manque un tantō... toutes les deux l'auront remarqué. Maya n'a pas fait attention au matériel qu'on lui a fourni pour se défendre et survivre, c'est comme de la négligence provocatrice... une insulte impardonnable. Bien sûr, ce n'est qu'une arme... mais qui sait ce que peut cacher un tel objet chez une combattante ? Un souvenir ? Un compagnon de combat indéfectible ? Rain pourrait être furieuse de cette perte momentanée, certainement le sentiment qu'elle adopterait si Maya ne lui donnait pas la « bonne réponse ». D'un autre côté, l'apprentie déesse de la matérialisation par les arts s'en veut véritablement, ce n'est pas par obligation qu'elle va s'en aller le retrouver...


- Je... hésite-t-elle. Je compte... retrouver immédiatement l'arme que vous m'avez remise. Le couteau... je suis désolée, je l'ai égaré quelque part. Et...

... et son pinceau également, mais ce n'est pas le moment d'être égoïste. Il est moins important... comprendre que bientôt, d'après la fiche de divinité reçue à son arrivée, l'instrument de dessin ne sera plus d'aucune utilité. Il n'aura plus qu'une valeur sentimentale minime... un petit souvenir du temps où elle était encore humaine. Enfin. L'autre souci, c'est qu'avec le pinceau, elle aurait pu dessiner une petite machine permettant de retrouver l'arme de Rain. Une sorte de détecteur de métaux. Ça aurait pu faire gagner du temps... mais bon... rien ne dit qu'elle aurait su représenter un tel appareil. C'est juste dommage de ne pas avoir pu tenter le coup.

- ... et je vous promets de le retrouver, peu importe le temps que ça prendra.

Sérieuse et déterminée, elle fixe son enseignante de manière insistante pour lui prouver sa bonne foi. Mais entre promettre de trouver et trouver effectivement, il y a un écart un peu trop important. Qui sait où peut se trouver l'arme en ce moment ? Sur la route empruntée par le Lyncheur Alpha ? Sur le chemin qui séparait Maya des Gnolls quand elle a voulu rejoindre l'enseignante ? Quelque part entre les deux moments ? Avalée par un animal sauvage qui s'est enfui à des kilomètres d'ici ?
C'est pire que de chercher un grain de sable dans un océan... enfin... du même acabit.


- Professeur... Est-ce que... est-ce que vous auriez des idées pour le retrouver... ? Un lien psychique... ou je ne sais quoi ? Ces objets font partie de votre pouvoir divin j'imagine... non ?

La pauvre Maya n'a toujours aucun indice à propos de cette enseignante, qui prend bien soin de ne jamais parler d'elle-même... Non pas que son nom ait un quelconque intérêt, elle peut continuer de se faire appeler « professeur » ou « madame » sans que ce soit dérangeant. Maintenant... si elle pouvait avoir un pouvoir relatif à la recherche d'objets disparus, ce serait une aubaine. Mais comme la chance est rarement du côté de notre jeune apprentie, elle se relève et se motive pour commencer à chercher en écartant des feuilles sur le sol et en suivant ses propres traces. Direction l'arbre sur lequel elle a déposé l'écureuil. Ce sera une première base...
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Dim 21 Juil 2013 - 22:40
Vu la position du soleil, il devait être près de midi. La fin de la journée était encore loin, tout comme l'académie en fait. Lorsque l'on se trouvait en terres inexplorées, il fallait compter sur la chance pour espérer un jour en ressortir, puisque ces terres changent constamment, c'était la raison pour laquelle aucune carte ne pouvait les illustrer. Malgré cela, de toutes les fois où Rain s'était décidée à s'aventurer en ces lieux, elle avait toujours pu compter sur sa chance pour retrouver son chemin. Qu'en serait-il cette fois ? De toute évidence, rentrer à l'académie ne faisait pas partie de leurs priorités. Non, cette fois, elles devaient partir à la recherche de deux armes perdues. Le tanto et le pinceau. Finalement, elles auraient toutes deux égaré quelque chose dans cette course à dos de lyncheur.

Maya était bredouille, visiblement gênée au plus haut point d'avoir égaré le couteau d'un professeur. En effet, dans l'ordre des choses, lorsque l'on confiait une propriété à quelqu'un, on prenait difficilement plaisir à le savoir perdu. C'était naturel. Là en l'occurrence, Rain ne ressentait rien de particuliers, pas une once d'impression d'avoir perdu une partie de son corps comme on pourrait se l'imaginer. Non, ces armes n'avaient jamais été pour elle que des accessoires. Des plus. Elle n'en était pas dépendante, ce n'était que des pièces supplémentaires que l'on pourrait ajouter à une machine pour lui donner d'autres fonctions. Des pièces remplaçables.

- Ce n'était rien d'autre qu'un très vieux compagnon de route dont la disparition sera tout au plus pleurée par son jumeau, si les lames savaient verser des larmes.

Mais bon, comme elles en avaient autant que leur propriétaire, voilà qui était chose réglée.

- Mon domaine divin n'a rien à voir là-dedans. Le plus urgent serait donc de retrouver votre pinceau qui lui est directement lié à votre pouvoir, en revanche.

Première priorité donc. La jeune femme suivit donc Maya qui était la mieux placée pour savoir où débuter les recherches. Elles parvinrent au niveau d'un arbre à première vue comme les autres. A bien y regarder cependant, un petit animal était affalé contre une branche. Il semblait assommé, mais ce n'était pas un détail qui allait troubler Rain. Elle le zappa donc rapidement avant de jeter un regard aux alentours. Avoir le pouvoir du radar serait vaguement utile dans ce genre d'occasion… dommage qu'elle ne le possède pas.

Tout ce qui leur restait à faire était donc de retrouver le chemin tracé par le parcours du lyncheur Alpha. Et pour cela, il leur fallait retrouver son cadavre. Après quelques minutes de marche, voilà la jolie dépouille qui s'offrait à leur vue. Le serpent qui servait de queue à la créature siffla à leur arrivée. Il était encore vivant lui ? Sans doute plus pour longtemps. Songer à abréger ses souffrances ne faisait certainement pas des attentions qu'aurait une arme humaine, alors Rain se contenta de continuer sa route sans un mot.

La taille du lyncheur Alpha justifiait aisément l'état des buissons et racines qu'elle retrouva sur son parcours. Une longue route avait été tracée à travers la forêt, mais ne laissant pas transpirer une goutte de lumière pour autant. Elles devaient se trouver vraiment loin de la lisière. En même temps, ce n'était pas comme si, avec la chance qu'elles avaient, le lyncheur avait pu se contenter de la longer… Non, il avait fallu qu'il s'enfonce dans les profondeurs bien obscurs de la forêt. Chercher un pinceau et une lame en ces lieux revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin. Les deux jeunes femmes n'abandonnaient néanmoins pas, se répartissant le côté de recherche afin d'espérer obtenir un résultat.

Un cri déchira le silence régnant. Des corbeaux ? Ici ? Etrange… A moins que ce ne fusse un autre oiseau dans le genre. Une de ces espèces qui étaient propres au monde de Deus et qui n'existait pas dans le monde des humains. Un craquement à ses pieds. Soulevant quelque peu sa semelle, elle aperçut alors un squelette de petite bête de la taille d'un lapin. Des choses naturelles comme il y en avait souvent dans la forêt quoi. Sauf que… en relevant son regard, elle s'aperçut qu'il y avait beaucoup plus qu'un petit squelette. Non, il y en avait toute une étendue devant elle. Une prairie d'os. Joli.

Là au moins les arbres ne cherchaient pas à s'y planter, comme s'ils avaient compris la malédiction qui pesait en ce lieu. L'atmosphère avait changé, lorsque l'on y prêtait plus attention. Elle était devenue plus pesante, à la limite étouffante… Et morbide, aussi. C'était ce que devait se dire un humain normal s'il s'était retrouvé ici, mais cette ambiance laissait Rain de marbre. Ce n'était pas vraiment le genre de chose qui impressionnerait une machine à tuer, à vrai dire…

Quelque chose attira son attention néanmoins. Planté dans l'orifice oculaire de la boîte crânienne de ce qui semblait être un reste de marmotte, n'était-ce là le pinceau de Maya Tensho. Il avait dû voler pour atterrir ici… Sans vraiment attendre, Rain s'avança en direction de l'instrument. Soudain, un mouvement se fit, au milieu du cimetière géant. Il y eut un bruissement, puis plusieurs. Des craquements. Et là, des formes surgirent du sol. Ouuh. Serait-ce ce qu'elle pensait ? Des bras squelettiques mais humaines, suivis de crânes équipés de yeux brillant d'une lueur écarlate dans la pénombre. Eh oui, des Squelettes. Sauf qu'il y en avait une bonne vingtaine cette fois et qu'une telle troupe se baladait rarement sans son Roi.

- Ce n'est décidément pas mon jour.

L'une des mains blanches se posa pile sur l'endroit où était posé l'Instrument Divin, brisant le crâne de la marmotte en passant. Merde. Rain esquissa un mouvement en avant, mais aperçut le pinceau intact, parmi les débris de l'os. Pour le récupérer en un seul morceau, il fallait donc faire avec les pincettes… face à un danger peu négligeable, même à deux. Les Ailes n'étaient pas très recommandables dans ce genre de circonstance, le vent soulevé étant susceptible de faire disparaître pour de bon l'Instrument enfin retrouvé.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Lun 22 Juil 2013 - 20:59
- Madame ! Madaaame ! J'ai trouvé votre...

... tanto !
Alors qu'elle courait, le bras levé victorieux tenant l'arme de son enseignante, la voilà face à une troupe de nouveaux adversaires. Bon sang... ça ne finira donc jamais ? Des squelettes maintenant... des créatures quasi-impossible à tuer tant leur résistance à la mort est... naturelle.

Au fur et à mesure qu'ils sortent de sous terre, une sorte de brouillard intense et compact commence à se lever et à masquer le sol. L'endroit tend à devenir lugubre et inquiétant... si tenté qu'il ne l'était pas déjà avant. La vingtaine de squelettes leur fait désormais face, mais une douce impression de danger plus important se fait ressentir. Qui sait ce qui est en train de se passer sous cette brume...
Maya n'est pas rassurée... mais alors pas du tout. Elle ne voit plus ses jambes à partir des genoux et connaît parfaitement ses classiques : les os se sont également transformés en ennemis et des squelettes encore cachés sous terre vont lui agripper les chevilles. À moins que ce ne soient des zombies... pour ce que ça change. À ce stade, ce n'est plus du domaine de la supposition, c'est beaucoup trop évident ! Conclusion : elles ont affaire à 20 squelettes officiellement, mais certainement plus d'une centaine officieusement... ou supposément. Cent pour deux... deux pour cent... ça risque de se compliquer. Rain et Maya n'arrêtent pas de se battre... alors, qu'elles ne viennent pas se plaindre si elles meurent à la fin de l'histoire.

Bien entendu, la jeune apprentie sent désormais constamment des choses lui chatouiller les mollets. Elle relève ses jambes l'une après l'autre pour se gratter et vérifier qu'aucun être mort, vivant ou mort-vivant ne la touche effectivement. La voilà quasiment à sauter sur place pour s'autopersuader que tout va encore bien. De leur côté, les squelettes, qui n'ont pas encore fait un pas, semblent moqueurs. Oui... difficile pour un crâne d'avoir une autre expression, mais dans leur attitude à ouvrir et fermer leurs mâchoires, ils donnent l'impression de rire. D'aucuns diront qu'on a rarement vu des squelettes pleurer... Qui sait... ? Peut-être que certains pouvoirs divins...
L'un des squelettes avance d'un pas vers les deux jeunes femmes. Maya se met sur la défensive, le tanto à la main. En le retrouvant, elle avait imaginé le rendre directement à sa propriétaire et lui soutirer une petite émotion sur le visage... une expression réjouie au minimum. Force est de constater qu'elle en aura besoin pour couper les membres des os ambulants. Ce n'est que partie remise. Un autre squelette avance d'un pas et les voilà tous qui emboîtent le pas. Maya recule, change de posture prête à foncer dans le tas... et se stoppe avant de s'élancer. Elle se désintéresse des ennemis pour porter son attention sur l'arme de son enseignante.


- Oh nooon... fait Maya, abattue.

Fendue. Comment est-ce arrivé ? La lame semblait pourtant si robuste... Elle a découpé si facilement des lyncheurs, des branches d'arbres et des buissons, qu'est-ce qui l'a finalement fait céder ? Elle est inutilisable maintenant... un coup mal placé et la lame se briserait définitivement. Fendue, elle peut être encore réparée. Sachant cela, il n'est pas question de l'utiliser, même s'il est question de vie ou de mort. Maya range donc l'arme à sa ceinture et se prépare à affronter cette horde de squelettes à mains nues. Tuer un squelette avec des armes est déjà compliqué, alors à la seule aide des mains délicates d'une apprentie faible...
Elle se jette dans la bataille et fauche la première rangée. Pour cette énième affrontement de la journée, elle n'a même pas songé fuir... bonne ou mauvaise chose, elle s'habitue petit à petit à cette violence pour protéger sa vie. À moins qu'elle n'aime ça... ? Mieux vaut ne pas y penser. La voilà qui chope une jambe et tente de la retourner... ce qui se fait très facilement sans vraiment provoquer une quelconque douleur chez l'adversaire en question. Elle tire un coup et c'est un tibia qui lui reste dans les mains. Un os pour arme ? Elle esquive deux coups d'épées en s'accroupissant au tout dernier moment, puis lui fait manger sa race à un squelette avec son propre tibia. L'arme vole en éclat... il n'y avait rien à en tirer, bien évidemment.

Désormais encerclées par 7 adversaires, Maya se retrouve coincée, privée de sa tactique de combat agile. Elle esquive un coup d'épée venant d'en face, puis évite un second coup très proche... aucune riposte possible. Un troisième ennemi lui met un coup de poing en pleine figure, qui envoie la pauvre apprentie sur un quatrième squelette. Tous deux s'étalent au sol. Alors qu'elle tente de se relever, l'autre lui bloque une cheville. Ça sent mauvais... le combat ne tourne pas à son avantage. Trop nombreux ? Une seule solution.

Alors qu'elle se concentre pour déployer ses ailes, Maya se fait perforer l'épaule droite. Elle gémit et grimace. Une seconde épée vient lui traverser la hanche gauche. La voilà piégée, incapable de bouger, plantée comme une vulgaire proie... ne manque plus que le feu pour terminer la brochette. Mais les squelettes ont une intelligence limitée : ils retirent leur arme de la chair de l'apprentie pour donner le coup fatal, libérant ainsi Maya de toute contrainte. Elle se débat pour libérer sa cheville prise au piège, se relève, puis recommence à se battre en supportant au mieux sa douleur. Elle déboîte une tête de sa colonne vertébrale, défonce un crâne d'un coup de pied retourné... et se prend un monumental coup en plein visage qui la propulse à son point de départ. Cette fois-ci, elle est sonnée. Saignant du nez et passablement étourdie, elle se redresse néanmoins et ouvre les yeux pour essayer de comprendre ce qui lui est arrivé.

Un pinceau tournoie dans des doigts. Le pinceau tournoie entre ses mains. Celui-ci à l'air plus puissant que les autres, son physique étant différent sous tout point. Il possède des yeux... une expression... un corps... une peau...
Maya se relève difficilement, puis tend le bras vers cet individu.


- C'est... c'est à moi...

Au milieu de tous ces squelettes... ce n'est pas un roi qui se tient.
C'est un dieu.
Dieu du chaos ou dieu sauveteur ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Sam 3 Aoû 2013 - 21:44
Décidément, elles devraient trouver un moyen de stopper tout ça. Rentrer à l'académie ? Bonne idée. Il ne restait plus qu'à trouver comment. Parce que bon, il ne fallait pas oublier qu'elles se situaient actuellement en terres inexplorées. L'aura morbide n'eut guère d'effet sur Rain, qui était une habituée du coin, mais ce n'était pas le cas de la jeune fille se tenant à ses côtés. En même temps, quoi de plus normal, à son âge. Ce qui aurait été flippant, ç'aurait été de croiser une adolescente n'ayant même pas atteint vingt ans rester de marbre face à une armée de squelettes, car à partir de là, il y aurait eu de quoi s'interroger sur son passé.

L'enseignante resserra sa poigne sur son katana, sauf qu'elle se rappela de l'état de la lame. Elle ne lui permettrait sûrement pas de venir à bout d'aussi jolis morceaux… Le tanto et les couteaux étaient des lames bien trop courtes pour lui être véritablement utiles face à ce genre d'adversaires. D'ailleurs le jumeau disparu de Tanto premier du nom se trouvait entre les mains de Maya. Elle l'avait donc retrouvé, sauf qu'il n'était pas en aussi bon état qu'elles l'auraient souhaité toutes les deux. Non, la lame était inapte et il fallait à partir de là trouver autre chose. Face à ce genre d'ennemis, il valait mieux les maintenir à distance, leur nombre, leur force surhumaine mais surtout leur endurance feront d'eux un danger.

Seulement, ce ne fut pas les points considérés par l'élève, qui se jeta à corps perdu au milieu de la foule de squelettes. Rain ne put qu'étouffer un juron, mais elle fut également cible d'une marée d'os ambulants. Levant son avant-bras blessé devant elle, la jeune femme se concentra afin de libérer son sang. Sa plaie fut rouverte, un flot d'hémoglobine s'en échappa, voltigeant à une vitesse inouïe, avant de prendre la forme d'une immense lame. Une claymore de près de deux mètres de long et de près de septante centimètres de large, entièrement constituée de sang. Inutile de gaspiller ses balles sur ces ordures, ils se relèveraient, même avec leurs crânes éclatées. Cette nouvelle arme allait être beaucoup plus efficace.

D'un geste circulaire, elle balaya les assaillants à sa portée, avant d'enchaîner avec un coup en diagonal destructeur, rasant tout sur son passage. Les morceaux d'os dansaient dans les airs, au rythme de ses assauts impitoyables. Qu'ils se relèvent ! Elle allait les réduire en si petits morceaux qu'ils auront beaucoup de mal à tenir sur leurs pattes. Un nouveau coup, une pluie de débris blancs, des craquements à n'en plus finir, l'air vibrait sous le vol de sa grande lame. Son regard chercha le pinceau. Elle ne le vit pas. A la place, son ouïe l'alerta que sa compagne d'infortune était en danger. Du sang. Son sang. Son élément venait d'entrer en contact avec l'air libre, titillant ses sens.

La claymore fit un nouveau tour de nettoyage, dans la zone de Maya cette fois. Une demi-dizaine de squelettes furent démontés avant que sa lame ne percute quelque chose de plus solide qui la repoussa. Ses semelles raclant le sol couvert de débris, Rain braqua son regard sur cette chose qui avait repoussé Maya dans le même temps, un peu plus violemment par contre. Contre toute attente, ce n'est pas le roi squelette qui se tenait devant elles, mais un humain, ou plutôt un apprenti-dieu, ou pire, un dieu tout court.

La lame de sang se muta alors en un grand bouclier capable de les englober toutes les deux s'il le fallait. On ne savait jamais avec ce genre d'individu. Enfin s'il s'agissait vraiment un dieu ou d'un apprenti-dieu, la situation risquait d'être plus compliquée que prévu. Le potentiel faisait toute la différence. Sans quitter leur adversaire du regard, les prunelles trahissant une lueur bestiale, Rain s'agenouilla aux côtés de Maya avant de se concentrer sur son flux sanguin. Il valait quand-même mieux éviter qu'elle meurt d'une hémorragie maintenant… ou à un autre moment, en fait.

- Evitez tout mouvement brusque, je ne pourrai freiner l'hémorragie que durant deux minutes, murmura-t-elle à l'adresse de la jeune fille, le regard toujours verrouillé sur l'intrus.

Puis l'enseignante s'adressa à l'intrus en question, de son ton éternellement neutre. Ni menaçant, ni rassurant. Dans le doute, en fait, cela filait souvent la frousse, même si ce n'était jamais son but premier, elle n'en était pas moins capable de se montrer terrifiante, en tant qu'arme anciennement dépourvue d'âme.

- Je ne désire pas combattre, nous cherchons simplement à récupérer le pinceau entre vos mains, qui est la propriété de cette demoiselle. Si vous nous le remettez, il ne vous sera fait aucun mal.

Son identité et ses intentions ? Oh, elle aurait pu les lui demander, comme on l'avait formée par le passé, mais ce côté machinal passé, avec un peu de recul, ces informations, elle n'en avait rien à faire pour le moment. Même si c'était intrigant de tomber sur un dieu en ces lieux a priori si changeants qu'il était quasi-impossible de se croiser, ce n'était pas une présence aussi inquiétante que cela, du moins aux yeux de Rain. L'ancienne arme était pourvue d'une confiance naturelle en ses propres compétences. Bien évidemment, comment pouvait-on se permettre de programmer une machine à tuer qui passerait son temps à se dénigrer ? Non, ce n'était pas concevable. D'un autre côté, 99 n'avait pas non plus cet égo surdimensionné qui l'amenait à vouloir prouver sa supériorité à tout va. Le combat ne lui plaisait pas, c'était une normalité pour elle, il n'y avait aucun plaisir à tirer de cela, ni aucune gloire. A partir de là, elle évitait au maximum de recourir à la violence, mais dans le cas où l'adversaire se trouvait trop peu conciliant, elle recourrait sans hésitation à l'élimination.

Cet être divin surgi de nulle part, que serait-il exactement ? Un allié… ou un ennemi ?



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Dim 4 Aoû 2013 - 14:19
- Pas de soucis madame, voilà le pinceau.

Il commence à s'approcher d'elles. Il est de plutôt petite taille, à peine plus grand que Maya... et d'environ le même âge, voir légèrement plus jeune. Mais malgré sa voix efféminée, son langage et sa politesse apparente... il a l'air redoutable. Déterminé. Rude. En un mot : dangereux. Oui, c'est le genre de type qui inspire la crainte dès le premier regard. Le genre qui ne sourit pas, jamais. Une bête incontrôlable qui peut exploser à tout moment et réduire le monde en miette, voilà ce qu'il inspire.
Mais de quel côté est-il... ?



Il stoppe sa marche à un pas de Maya et Rain, sans s'inquiéter d'un quelconque bouclier qui pourrait les protéger toutes les deux. Il n'est pas menaçant, c'est peut-être la raison pour laquelle il n'est pas repoussé. En tout cas, il s'agenouille à son tour, prend délicatement le bras et la main de l'apprentie de la manière d'un gentleman. Il va pour lui redonner le pinceau docilement...
… mais d'un coup sec de poignet, il le brise en deux et les morceaux retombent cruellement dans la main de son possesseur.


- Oh pardon. Vous le vouliez intact peut-être ? Je m'excuse, vous avez oublié de préciser ce détail.

Mauvais. Mauvais et cruel. L'ordure par excellence.
D'ailleurs, c'était évident : depuis qu'il s'est manifesté, les squelettes ne bougent plus, ne tentent plus d'attaquer. Les cadavres se reforment grâce aux os qui jonchaient le sol et le nombre d'ennemis augmente. La situation ne tourne pas à l'avantage des deux femmes... quoiqu'il n'y ait toujours aucune intention de nuire physiquement de la part de dieu. Son attitude n'est pas menaçante, même si l'expression collée à son visage semble démontrer le contraire.

Maya a été sommée de ne pas trop bouger, alors elle ne se jette pas sur l'individu pour lui refaire le portrait. Au contraire, elle retient même son enseignante, prise de doutes. L'objet a été sectionné si simplement qu'on douterait presque de son authenticité. Elle l'observe, l'approche de ses yeux, vérifie tout ce qu'elle sait de lui... mais n'y trouve aucun défaut. Il est parfait, ça ne peut être que lui. Tout du moins physiquement... parce qu'au niveau métaphysique, c'est toujours la même chose : on ne reproduit pas un lien ou une attirance divine entre une personne et son instrument de pouvoir. Maya a beau être amoindrie, elle n'est pas dupe.


- C'est faux... ce n'est pas le mien ! Un objet magique ne se brise pas si facilement !

À moins qu'elle ne puisse tout simplement pas accepter la triste réalité. Ce serait trop difficile à encaisser, même si l'objet ne lui sera plus d'aucune utilité dans peu de temps maintenant.
L'homme semble pourtant touché par l'argument. Il porte sa main dans une poche intérieure de son manteau et en sort un second pinceau, parfaitement identique au premier, qu'il lâche sur Maya, intact cette fois. Elle le récupère, puis observe le visage du jeune homme, interrogateur. Il sort un troisième pinceau, puis un quatrième, un cinquième, sixième, septième, qu'il lâche tous  nonchalamment sur la jeune femme.


- Je... je ne comprends pas... fait l'apprentie en observant les pinceaux tombés sur son ventre … pourquoi est-il en possession d'autant de pinceaux... ? Comment... comment peut-il à la fois diriger les squelettes et... ?
- Je me présente : Death Zoldiek. coupe l'homme. Oui, Death, comme la Mort, mais n'y prêtez pas attention. Mon domaine, c'est l'emprunt de pouvoir. L'emprunt définitif si j'ose dire. On m'a affreusement surnommé « voleur » alors que je n'ai jamais pris le pouvoir d'un dieu contre sa volonté. D'un dieu vivant j'entends, puisque s'il est mort, pouvoir ou non, ça ne le dérange sûrement plus, vous en conviendrez.

Un original. Rain a beau être impressionnante et passive, ce type a l'air en plus imbu de sa personne. Il n'hésite pas à se présenter et à venter son pouvoir aux oreilles d'inconnues. Et sa façon de voir les choses...

- Je vous ai vues toutes les deux et je trouve vos domaines divins plutôt mignons. Ça vous dirait de vous en débarrasser ? J'ai le pouvoir de faire ça. Je peux contrôler l'esprit des animaux et de ces créatures squelettiques, créer une brume épaisse, copier et matérialiser des objets à ma guise et beaucoup d'autres choses encore, grâce à l'aide bien aimable que m'ont apportés vos anciens camarades de classe. Après cela, je vous laisserais partir sans dommage. En vérité, j'adorerais que vous parliez de moi autour de vous, pour que d'autres dieux viennent gracieusement m'offrir leur don. Je souhaiterais offrir l'unité dans ce monde, pour qu'enfin, les conflits cessent à jamais.

Pas seulement fou ou mauvais, il est également individualiste. Ni avec les académiciens, ni avec les renégats : juste pour sa gueule. Il ne serait pas étonnant de le voir prononcer ensuite un discours comme quoi il souhaiterait devenir le « nouveau Deus », le dieu le plus puissant qui créerait un empire où régnerait une paix éternelle, etc.
Maintenant, le dilemme : que se passera-t-il si les deux jeunes femmes refusent la proposition ? L'une comme l'autre n'ont certainement pas envie de perdre leur don au profit d'une pseudo liberté... mais vu comme l'allégation est tournée, l'homme n'attend pas un refus. Qui sait ce qui pourrait arriver. Par ailleurs, il a parlé de récupérer les pouvoirs sur les dieux morts... il est aisé de déceler ses intentions malsaines.

Maya tourne la tête vers son enseignante et hoche la tête. Elle agrippe la manche de sa veste. Non, elle ne veut pas perdre son domaine divin. Non, elle ne veut pas que Rain prenne trop de risque à affronter tous ces adversaires. Non, elle ne veut pas mourir, en tout cas plus maintenant. Mais pourront-elles réellement fuir... ?

L'individu fouille sa poche pour une énième fois et en ressort un pinceau. Cette fois, c'est elle, la véritable arme de Maya. Elle en est certaine. Il fait tournoyer l'instrument entre ses doigts, puis leur tend à toutes les deux. Pourquoi ? Mystère. Mais notons qu'il observe désormais Rain avec une certaine attention. Il se méfie d'elle. Et quoi qu'elle fasse, il aura certainement trouvé une parade parmi tous ses pouvoirs pour la calmer. Et par calmer, en se mettant à sa place, il entend sûrement... réduire hors d'état de nuire.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Ven 9 Aoû 2013 - 18:12
Quelle catastrophe... Les voilà face à un adolescent qui devait sans doute vivre un complexe à cause de ses boutons d’acné et qui semblait déjà se prendre pour le futur maître du monde. Un cas celui-là. Rain ne le quittait pas du regard, prête à se jeter sur lui à n'importe quel moment. Elle ne s'était pas non plus laissée impressionner par son discours et son petit show. Death comme la mort hein ? Ça y est il avait appris son petit mot anglais du jour ? Aux yeux de l'enseignante, ce n'était qu'un acteur. Il jouait à un jeu, il jouait un rôle. Celui du taré qui disait être à la recherche de pouvoirs afin d'unifier le monde mais qui n'avait pas les tripes pour venir mener sa chasse à l'académie. Il se vantait, il se vantait, mais Rain ne le croyait qu'à moitié. En effet, elle doutait qu'un tel pouvoir ne fusse pourvu d'un contrecoup digne de ce nom. De plus, savoir s'accaparer d'un don ne signifiait pas savoir l'utiliser aussi bien que son propriétaire. Et quand bien même c'était le cas, ce n'était pas comme si beaucoup de choix s'offraient à elles.

Son domaine divin était l'emprunt de pouvoir, et alors ? Il n'avait jamais pris de pouvoir de dieu sans leur consentement, et alors ? Il voulait les tuer pour s'emparer de leurs pouvoirs, et alors ? S'il était réellement aussi puissant qu'il le prétendait, alors fuir n'était de toute manière pas envisageable. Il les rattraperait sans problème. Elles n'avaient aucune tactique potable pour le semer. Et alors ? Que faire ? Marchander ? Tenter de trouver un compromis ? Non… Bien sûr que non. En quel nom lui feraient-elles confiance ? Non, il n'y avait qu'un moyen de mettre fin à tout cela, et accessoirement découvrir s'il s'agissait d'un vantard ou non. Même ci ce n'était pas vraiment une information qui allait changer sa vie. Ou sa mort ?

Oui, une seule option s'offrait à elles. Il s'agissait de se battre, évidemment. Car on ne pouvait gagner sans se battre, c'était simple, très simple. Si elles perdaient, elles mourraient, c'était tout aussi simple. Mais si elles gagnaient… alors elles vivraient. Rain, pour sa part, s'en fichait pas mal de mourir, la mort en soi ne l'effrayait pas, mais elle se fichait moins d'avoir vécu inutilement. Alors elle se battra, gagnera et vivra. Sans doute leur cher ami Death Zotruc pensait-il qu'elles allaient se laisser faire sans opposer résistance… il se mettait le doigt dans l'oeil. Oh bien sûr, l'enseignante ne se doutait pas qu'il était loin d'être complètement stupide. Mais pour s'exposer ainsi, il devait avoir un égo surdimensionné ou bien avoir une parade digne de ce nom. Intéressant… Plus intéressant que son discours, en tout cas. En même temps, ce n'était pas bien difficile.

Le discours en question avait commencé à taper sérieusement sur le système de Rain, qui était demeurée muette jusque là. Il leur avait étalé ses projets comme un mauvais méchant de film d'action. Mais qu'est-ce qu'elles en avaient à foutre, franchement, de son objectif ? Il voulait leurs pouvoirs ? Mais qu'était donc un pouvoir, si ce n'était une arme ? Et qu'était donc une arme, si ce n'était un accessoire nécessitant une certaine maîtrise ? Il avait beau posséder toutes les armes du monde, s'il n'était pas capable de les gérer, il mourra quand-même d'un caillou au milieu des deux yeux, c'était aussi simple que cela.

Rain n'attendit pas vraiment qu'il écoute péter les mouches après son long discours ennuyant, ni qu'il se décide de porter son attention sur elle. A peine la main de Maya posée sur son bras que l'enseignante s'était redressée. Ou plutôt, elle avait bondi. Il n'y avait eu là aucun saut mais vu la vitesse de son mouvement c'était le mot le plus approprié. Son bouclier avait servi à cacher l'arme qu'elle venait de dégainer. Il avait ensuite feint de se désintégrer pour finalement venir englober Maya et la protéger d'une éventuelle attaque. Une détonation. L'arme humaine avait tiré plus vite que son ombre, lui servant son caillou au milieu des deux yeux. Un caillou de plomb, d'une puissance inouïe et volant à 470 mètres par seconde. Vu la distance à laquelle le prétentieux se trouvait d'elle, il aurait été physiquement impossible de l'éviter. A moins de posséder le Vol ou un domaine divin spécial.

- Que ce soit pendant ou en dehors de mes cours, j'ai toujours détesté le bavardage, lâcha-t-elle d'un ton glacial, pas loin du zéro absolu.

Son regard s'était à présent transformé et demeurait braqué dans la même direction que celle de son arme. Plus aucune lueur ne semblait capable de franchir ces prunelles aux couleurs métalliques. Ces prunelles qui n'exprimaient à présent plus que l'envie sauvage de combattre. Un regard impitoyable. Celui d'une arme vivante, d'un être qui s'était résigné depuis sa naissance à la cruelle loi du plus fort.

- Un pouvoir… tout comme mon estime… se mérite.







Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Dim 11 Aoû 2013 - 0:14
Alors que l'individu ouvre de grands yeux, la balle entre en plein milieu de son front et ressort derrière sa tête en expulsant une gerbe de sang. Il garde cette expression abasourdie pendant quelques secondes... puis s'effondre, définitivement.
Bruit du pinceau qui roule lentement jusqu'à buter contre son possesseur et se stopper.
Silence glacial.

Maya en reste bouche bée. Elle hésite à regarder dans la direction de Rain... et voyant ce regard noir et cette expression effrayante, elle reporte son attention sur le corps. Il n'y a aucun doute, il est bel et bien mort... et l'apprentie en est sidérée. Elle n'en revient pas de ce qui vient de se passer sous ses yeux. Une bataille annoncée épique qui tourne court... on se croirait dans un mauvais nanar ou dans un épisode d'Indiana Jones. Mais c'est exactement ça... au bout du compte, ce type n'était qu'un beau parleur qui n'a pas compris qui il avait en face de lui. Bien que méfiant, il n'a pas su anticiper la réaction de son adversaire.

Enfin... en y repensant maintenant, il n'avait pas non plus l'air agressif, physiquement parlant... En définitive, ce n'était qu'un vantard orgueilleux qui tenait à faire son intéressant. Est-ce que la punition ne serait pas légèrement disproportionnée ? L'enseignante ne lui a pas laissé la moindre chance en l'attaquant de la sorte... Peut-être est-ce une perte, peut-être aurait-il mieux valu tenter de le raisonner et en faire un allié. Rien n'a été tenté. Cette femme est cruelle... mais d'un autre côté, c'était la solution la plus sûre. Toutes les deux doutaient de lui, elles ne doutent plus. Tout du moins, ça ne sert plus à rien de douter, c'est trop tard maintenant. C'est la leçon que Rain a voulu donner à Maya... et c'est ce que notre jeune apprentie retiendra à l'avenir.

Protégée par un bouclier magique, la jeune élève n'ose pas bouger. Elle reste assise, une main sur chacune de ses blessures, à tenter de compresser la plaie pour ne pas perdre trop de sang. Dieu merci, ça ne saigne pas énormément comparé à ce que ça devrait... c'en est même étonnant. Encore une aide précieuse de madame l'enseignante. À croire qu'elle a réponse à tout type de situation désastreuse ! De leur côté, les squelettes ne bougent plus eux non plus. Sans doute en sont-ils incapable sans la présence et les ordres de leur maître... ? Cela signifie donc que ce combat est terminé et qu'elles sont sauves... enfin... au moins quelques minutes. Tant qu'elles resteront toutes les deux dans cet environnement, elles auront de toute façon des ennuis. Il serait temps de rentrer, non... ?
Maya récupère son pinceau sur le sol et le serre contre elle. Ce petit morceau de bois lui a manqué... En tant que déesse, elle se sentait comme nue sans son pouvoir divin. Quand on pense que tout un art, toute une création, tout un monde dépend de cette chose si minuscule, si facilement égarée...

Et c'est alors qu'une voix s'élève derrière elles, faisant sursauter l'apprentie.


- À mon avis, un Dieu n'a pas qu'une vie. Et par-dessus tout, il se doit d'être omniscient. Qu'en pensez-vous mesdames ?

Maya tourne la tête et le voit à deux pas d'elles... bien vivant. Un second coup d'œil confirme pourtant que son corps est toujours allongé sur le sol, un trou béant dans le front. Comment... ? Serait-ce un nouveau pouvoir dont il se targue d'être possesseur... ? À ce rythme... cela risque de compliquer énormément les choses...
Tranquillement, le jeune homme va remonter ses manches et faire craquer ses phalanges. Puis s'approcher des deux femmes et s'accroupir une nouvelle fois face à la plus jeune d'entre elles.


- Substitution du corps vers un être vivant ou mort. Appelez ça clonage ou comme vous le souhaiterez. Un cadeau d'une enfant, qui seul n'était pas fort utile, mais couplé à d'autres pouvoirs, peut se révéler plus puissant qu'on ne le pense. À présent, j'aimerais être en droit d'espérer un peu moins de violence et plus de compréhension de votre part.

Mais... encore ? Encore il raconte sa vie ? À quoi est-ce que ça rime ?
Il faut noter quelque chose, il faut trouver... parce qu'il n'y a pas le moindre début d'indice. C'est un fou furieux déconnecté de la réalité... mais bougrement impressionnant de talent. Il n'a pas l'air blessé ou insatisfait, mais bien décontracté et sûr de lui. Que faut-il faire contre ce genre d'adversaire ?
Par chance, une barrière magique sépare Death Zoldiek de Maya Tensho... sans quoi cette dernière n'aurait pas la même chance de subsister. L'homme tente d'approcher sa main, mais il bloque contre ce pouvoir. La protection semble infaillible... si seulement il donnait l'impression de tout entreprendre pour la briser. Qui sait ce dont il est encore capable.

Craquement derrière elles, une nouvelle fois...
… et c'est un double qui fait son apparition. Un clone parfait du jeune garçon qui se meut aussi aisément que s'il était réel. Clone si absolu... qu'on douterait presque de son authenticité. Un jumeau... ?


- Il n'est pas encore tard... nous avons tout notre temps. Nous espérons que vous n'aviez pas prévu un atelier « couture », sans quoi il risquerait d'être retardé.

Il les prend pour des bonnes femmes... Comment... mais comment ose-t-il lancer des répliques pareilles ? Plus il les côtoie et plus la situation en devient surréaliste. Il est clair qu'il faut faire quelque chose, il faut en finir... mais qu'arrivera-t-il quand elles auront tué les deux jumeaux Zoldiek ? Est-ce qu'il en apparaîtra quatre remplaçants... ? Pour le coup, ce serait un désastre...

Difficilement, Maya s'est relevé alors que ses blessures se sont remises à saigner abondamment. Son arme, son pinceau... elle pense que c'est la solution. Elle connaît parfaitement ses possibilités d'action, encore plus dans un combat qui n'en est pas vraiment un. Si cet homme ne réagit pas et n'essaye pas d'attaquer, alors les possibilités pour elle de se débarrasser de lui sont infinies. Et s'il en venait réellement trop... alors elle pourrait simplement les emprisonner assez de temps pour tenter la fuite. S'échapper avec Rain et s'éloigner le plus possible de ce lieu maudit.


- Votre bouclier s'il vous plaît. demande poliment Maya à sa tutrice, se préparant à une offensive. Je souhaite plus que tout... survoler ce combat et nous rendre le plus tôt possible à notre atelier... peinture...

Et question estime... que pense Rain de son élève... ?
Pour une enseignante de l'art du combat, la fuite... ce n'est sans doute pas envisageable. Et ce doit être loin du courage dont doit faire preuve une déesse face au danger...
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Mer 14 Aoû 2013 - 18:32
Opération récupération de pinceau, réussie... Le corps chuta lourdement sur le sol, inerte. Le regard de Rain ne cilla pour autant, son bras ne bougea pas plus. La jeune femme demeurait immobile à la manière d'une statue, les sens en alerte. Le silence était retombé sur cette catacombe géante. Ambiance de plomb. Ah, qu'est-ce que cela faisait du bien de ne pas l'entendre baratiner ses paroles... mais pour combien de temps ? L'enseignante restait sur ses gardes, sceptique. Malgré sa position statique, elle était prête à passer à l'action à n'importe quel moment. Bientôt, la voix de leur cher ami retentit à nouveau à leurs oreilles. Sans surprise. C'était tant mieux pour lui s'il avait plus d'un tour dans sa poche, cela lui éviterait de crever trop vite.

La jeune femme baissa son arme mais ne daigna se retourner pour autant. Son regard perçant balaya avec attention les alentours. Elle ne chercha pas non plus à répondre à la question de Zoltruc, ce n'était pas comme si c'était un sujet sur lequel elle chercherait à avoir raison ou à avoir un avis. Ils n'étaient pas du tout dans le même trip, voilà tout. Il voulait être omniscient ? Il se prenait déjà pour un Dieu ? Tant mieux pour lui. Rain avait déjà du mal à mener une vie en tant qu'humaine alors s'intéresser aux délires des dieux était loin d'être dans ses projets. Qu'elle comprenne déjà la manière de penser de ses créateurs, avant de s'attaquer aux créateurs de ceux-ci même... En tout cas, une chose était sûre, s'il continuait à se montrer aussi ennuyant, du sang allait couler.

Et ce sera le sien.

Le blondin s'approcha de Maya, derrière son dos, et s'accroupit à sa hauteur. Il leur expliqua une nouvelle fois en quoi consistait le pouvoir qui lui avait permis de survivre au coup de feu. A quoi cela pouvait-il bien servir à part pour impressionner et se caler dans le confort de posséder un pouvoir utile parmi tant d'autres ? Il espérait un peu moins de violence et plus de compréhension... Comment voulait-il qu'elles le comprennent ? Elles ne le connaissaient ni d’Ève, ni d'Adam. Tout ce qu'il avait en lui qui pourrait potentiellement acquérir leur confiance résidait en le fait qu'il n'avait encore porté aucune attaque, mais cela ne suffisait pas. Il était hostile sans le montrer explicitement. En tout cas le cerveau de Rain l'analysait ainsi. Il ne fallait pas plus pour l'arme humaine d'avoir une bonne raison de passer à l'attaque.

Borné, ce mec était borné. Ou bouché, au choix. En soi cela revenait au même. Il expliquait que ce n'était pas trop tard. Qu'ils avaient encore du temps. Hum, envoyer du plomb entre ses deux yeux ne devait pas être suffisamment clair comme message. Et puis qu'est-ce que c'était, un atelier « couture » ? Ce mot ne lui disait rien, là tout de suite, mais bon, ce n'était pas comme si cela allait changer quelque chose à sa vie de le savoir. Ce n'était pas une question de temps, cela ne l'avait jamais été. Elles ne voulaient pas, ce n'était pas en se comportant ainsi que brusquement, elles allaient se décider à lui offrir leurs pouvoirs. Sérieusement, dans quel monde vivait-il, celui-là ? Le sien. Il avait sans doute perdu la raison suite à un quelconque évènement. Ce n'était pas les affaires de Rain. Elle ne voyait que la menace qu'il représentait.

- Je n'ai pas dû été assez claire. Vous ne pourrez qu'en vouloir à vos compétences de recruteur inexistantes.

Elle retira le bouclier sur la demande de l'élève Tensho, même si l'emprise sur son flux sanguin commençait à lui échapper. Deux minutes s'écoulaient vite, mine de rien. Sa grande claymore se forma à nouveau, l'enseignante la serra entre ses doigts avec force tandis qu'elle se retournait, le canon de son Desert Eagle croisant la lame. Le message était passé. Inutile de perdre son temps davantage avec cet homme. Parce qu'elles avaient une blessée à bord et que le plus prudent serait de rentrer à l'académie le plus rapidement possible, même si en tant qu'enseignante, la responsabilité de cette affaire était plus forte. Elle devait soit éliminer la menace, soit en parler à la direction. Parce que non, il était hors de question de laisser un tel spécimen gambader en liberté.

- Allez-y, je vous couvre.

Deux ailes incandescentes apparurent dans son dos. L'une à l'éclat de sang et l'autre d'un blanc immaculé... Allait-elle fuir elle aussi ? Non, couvrir une fuite serait plus exact. Pour elle, ce n'était que partie remise. Pour l'heure, le plus urgent serait de ramener l'élève sans plus de dégâts. Rain ne quittait pas des yeux leurs adversaires. Au moindre mouvement, elle n'hésiterait pas. L'enseignante attendit que Maya décolle avant de relâcher pour de bon son emprise sur son hémorragie. Il valait mieux faire vite. Cette fois, elle se concentra sur le flux sanguin des « jumeaux maléfiques ». Et s'ils pionçaient un petit coup ? Ils deviendraient tout de suite plus agréables. Peut-être même qu'elle n'aurait pas à se battre… L'effet se fait doucement au début. Pas besoin d'y aller trop fort. Seul un fatigue soudain se fera sentir chez ses cibles. Rien de catastrophique… Juste de quoi lui permettre d'éventuellement en profiter pour décoller elle aussi. On verra bien si la manière douce passe mieux que la manière traditionnelle…

Tuer ou être tué. C'était toujours aussi simple que cela, au fond. Cette loi demeurerait à jamais gravée en elle, au niveau de son cou, sous forme de ce numéro…



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Jeu 15 Aoû 2013 - 19:28
Obéissant aux ordres de l'enseignante, Maya déploie ses ailes à son tour, ferme les yeux et décolle, le tout en une fraction de seconde. Elle monte, monte en flèche, s'attendant à être remise à terre de manière assez brutale... mais rien. On ne l'attaque pas. On ne l'empêche pas de fuir. C'est étrange, non ?
Elle s'arrête finalement à 300m d'altitude et regarde autour d'elle, puis en bas. Aucun danger... c'est à ne rien comprendre. Mais la prof ne l'a pas rejoint tout de suite... espérons qu'elle s'en sorte sans dommage, elle aussi. Que peut faire l'apprentie en attendant ? Trouver l'académie et, pourquoi pas, chercher de l'aide si Rain ne revient pas. La jeune femme regarde donc tout autour d'elle furtivement, puis plus attentivement... avant de commencer à s'inquiéter. C'est vide... il n'y a rien qui ressemble à une bâtisse divine dans les environs. Pourtant, à cette hauteur, la vue est bonne, elle devrait balayer un rayon de 50 kilomètres alentours... et il serait impensable qu'elles aient toutes les deux parcouru une distance plus importante que cela sans s'en rendre compte. Elle monte plus haut, espérant voir plus loin... mais il n'y a rien. Pas le moindre indice. Par où se diriger ? Nord ? Sud ? Est ? Ouest ? Où était placé le soleil dans le ciel quand elle a quitté l'académie ? Elle n'en a aucune idée.

Maya pose une main sur son cœur et essaye de se calmer. Plus elle sera inquiète et stressée et plus elle perdra son sang rapidement. Il n'y a pas de quoi avoir peur, elle est en sécurité à cette hauteur et elle va trouver l'académie, ce n'est qu'une question de temps.
Reprenant son pinceau rangé à sa ceinture, Maya commence par dessiner un grossier anneau de couleur dorée, un point de repère qu'elle ne matérialisera pas et qui restera visible de loin... par elle comme par les ennemis. C'est à ce point qu'il faudra revenir si elle ne trouve rien dans une direction donnée prise au hasard. Et la voilà partie vers le sud à toute allure. Elle accélère et maintient la vitesse démente de 10 kilomètres par minute, qui lui bouffe cependant un maximum de ses forces. Enfin, au loin, elle croit apercevoir un pic. Le toit de l'académie ? La chance aurait enfin tourné ? Elle se dirige droit sur ce point et plus elle avance, plus elle en est convaincue : c'est la tour de l'horloge !

La jeune déesse ralentit puis s'arrête, à bonne distance de son lieu d'étude et de résidence. Épuisée, elle se retourne pour vérifier si son enseignante suit... mais toujours rien. Elle trace un second cercle point de repère, puis patiente...
Elle gémit en se tenant l'épaule. C'est un flux quasi-continu de sang qui se déverse maintenant sous elle, alors que ses vêtements sont saturés du liquide rougeâtre et ne peuvent plus en absorber l'excès. Elle n'imagine même pas le nombre d'animaux ou de monstres qui parviennent à la suivre à la trace et qui n'attendent qu'une chose : qu'elle lâche l'affaire et tombe enfin. Mais Maya tient le coup... en tout cas, assez pour décider de faire marche arrière et tenter de retrouver son enseignante. Au moins pour lui montrer le chemin. Les deux signes qu'elle a dessinés sont visibles à une distance incroyable, elle sait parfaitement d'où elle vient. Alors, elle serre les dents et repart en sens inverse, espérant que rien de grave ne soit arrivé...





- Me faire dormir ?

L'homme a réponse à tout...
… et surtout l'art de faire chier son monde en la ramenant, encore une fois.


- Vous savez, je lis également dans les pensées. D'ailleurs, j'ai cru lire dans l'esprit de votre amie qu'elle adorerait vous planter une lame dans le dos, quand vous irez la rejoindre tout à l'heure. Ne me demandez pas pourquoi, peut-être qu'elle a plus d'intimité avec M. Isanagi Tensho que vous ne le croyez. Peut-être que vous représentez une menace pour eux. Peut-être qu'elle joue la comédie depuis le début, qui sait...

Et il s'écroule, endormi... tout du moins, l'un des deux, celui qui vient de parler. L'autre n'a pas l'air plus touché que ça. Par chance, il semble également moins bavard. Il tend son bras et un doigt vers Rain tandis que de nouvelles versions de lui-même font leur apparition de derrière les arbres environnants. De véritables agents Smith... et ceux qui penseraient ça n'aurait sans doute pas tout à fait tort. Est-ce des clones d'une seule et même personne ? Ont-ils tous des pouvoirs différents ? C'est à en douter fortement... alors que trois d'entre eux déploient à leur tour des ailes et semblent peu enclins à laisser la demoiselle s'enfuir. Une proie, mais pas deux. Il est prévu que l'autre revienne de toute façon... une à la fois, c'est bien suffisant.

L'un d'entre eux fait apparaître une épée de glace au bout de son bras.
Un autre accumule de l'énergie entre ses mains pour créer une boule de feu.
Un troisième semble se concentrer pour faire chuter la pression qui les entoure tous.
Le suivant fait rameuter des nuages menaçants.
… mieux vaut ne pas en savoir davantage. Ils préparent tous une attaque, aussi nombreux ou indénombrables soient-ils. La puissance qu'ils dégagent individuellement a beau ne pas avoir l'air impressionnante, ce sont les combos qui pourraient se révéler dévastateurs.


- Rectifions : je n'ai peut-être pas été assez clair. déclare l'un d'entre eux, le seul inactif en l'occurrence. Vous persisterez à être une femme désobéissante ? Je suis très agacé...

Celui-ci a le regard plus noir, les intentions plus obscures... Avis qu'ils ont tous leur petite particularité, même si en général, ils sont tous extrêmement... égocentriques.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Ven 16 Aoû 2013 - 18:15
Même les puces étaient moins chiantes ! Au moins elles ne parlaient pas. Celle-là si et en l'occurrence, monsieur avait également la capacité de se démultiplier. Comme si un seul ne suffisait pas... Seulement, tout cela était risible aux yeux de Rain, mais ce ne fut rien comparée à sa pauvre tentative de semer le doute dans son esprit. Il pouvait y lire ? Un point pour lui, l'enseignante n'avait pas de défense spéciale dans ce domaine, c'était même à considérer comme une faiblesse de taille, mais qu'il n'aille pas croire qu'il pouvait la manipuler comme bon lui semblait pour autant. Si l'enseignante avait été seulement capable de rire, elle ne s'en serait pas privée. C'était tellement ridicule que c'en était drôle, mais bon, tout comme le fait que verser des larmes n'était pas possible chez elle, rire ne l'était pas plus. Elle demeura donc stoïque face aux mots de Zoltruc et se contenta de déclarer d'un ton parfaitement neutre :

- Si l'idée lui venait de m'attaquer dans le dos, je lui ôterai toute possibilité de recommencer.

C'était aussi simple que cela. Plus besoin de discuter à partir de là. Et étrangement, elle accordait plus sa confiance à Maya Tensho qu'à un type surgi de nulle part que seul son pouvoir divin intéressait. Tiens, en parlant d'elle, Rain espérait vraiment qu'elle ait pu retrouver le chemin de l'académie sans encombre, et que si l'idée lui venait de rebrousser chemin, qu'elle l'aie fait après s'être faite soigner... Bref, l'enseignante pensait être suffisamment objective pour déterminer le vrai du faux. Jamais elle ne baisserait sa garde après seulement quelques heures de rencontre, elle n'était pas un bisounours non plus. Non, sérieusement, il fallait qu'il la joue plus fine parce que là, ses manipulations à deux balles trois sous, qu'il se les garde. Rain demeurait néanmoins méfiante. S'il était capable de maîtriser le mental, alors il lui fallait être d'autant plus prudente. C'était vraiment sa veine... la télépathie, c'était vraiment le pouvoir qu'elle détestait le plus. Fouineur, indiscret, vraiment, cette capacité rassemblait tout ce qu'elle ne pouvait supporter. Pourvu qu'il ne puisse pas fouiller trop loin, s'il venait à découvrir certains éléments, et plus précisément une phrase, ce serait sa fête. Toutes ces pensées, elle les garda dans un coin de la tête, tâchant de ne pas s'y attarder. Certes, elle ne pouvait s'empêcher de penser, mais faire le vide dans son esprit était tout à fait possible. Atténuer les ondes mentales, se protéger et se barricader de son mieux.

Des nouveaux clones se dressèrent devant elle. La jeune femme balaya l'assemblée du regard, ses doigts se resserrèrent autour de ses armes. Chacun de ses nouveaux adversaires semblaient pourvu d'un pouvoir propre. Rain aurait pu trouver cela intéressant, ou peut-être même du plaisir à mener ce combat, mais ce n'était pas le cas. Elle restait 99, l'arme vivante qui se contentait d'analyser les adversaires à la manière d'une machine, sans prendre le moindre plaisir à accomplir sa tâche. L'ennemi commençait à émettre des ondes hostiles plus explicites à présent. Il se déclara même très agacé… la bonne blague. C'est lui qui harcelait et lui qui s'énervait ? Le monde à l'envers. Rain y voyait clair à présent. Il n'avait rien d'un dieu. Un dieu donne, Deus était le meilleur exemple, pendant que lui se contentait de prendre. Mais tôt ou tard, ce qu'il avait pris lui sera repris, puisque rien de tout cela ne lui appartenait.

- Je n'aime pas me répéter…

La jeune femme laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps, nonchalante mais surtout lasse de cette attitude de mégalomane borné.

- Si vous voulez mon pouvoir, venez donc le chercher.

Sans préavis, elle se rua alors sur le premier venu, celui qui venait de créer une épée de glace. L'enseignante passa derrière lui avec agilité, son bras armé de la claymore autour de son cou pour l'immobiliser ne serait-ce qu'une fraction de seconde. Elle l'obligea à pivoter et se servit de son corps comme bouclier contre une boule de feu tandis qu'elle tirait en visant la tête du pyrokinésiste. Ceci fait, elle égorgea sans cérémonie son prisonnier avant de bondir sur sa troisième victime.

Deux secondes à peine s'étaient écoulées depuis le début de son assaut.

Rain fonçait à présent sur le troisième, avant de brusquement ralentir sa course, dans le but de le feinter dans sa tentative de riposte. Sa claymore changea de forme pour prendre celle d'une immense faux. Le clone fut tout bonnement scindé en deux avant qu'elle ne tombe sur le quatrième. Enfin, elle aurait dû, sauf qu'encore une fois, le combat pris une autre tournure lorsqu'elle planta sa lame dans un arbre avant de se servir de la manche comme point d'appui pour effectuer un bond dans les airs. Dégainant son deuxième Desert Eagle, l'enseignante fit feu dans le tas sans la moindre hésitation, laissant parler son instinct d'arme humaine. Ses ailes firent ensuite leur apparition, la stoppant net dans son vol plané et la propulsant vers l'un des clones encore debout. Un coup de genou suffit à broyer entièrement sa boîte crânienne, avec le Contrôle des Limites décuplé. A présent c'était d'un violent coup de pied retourné qu'elle envoyait le corps de la photocopie sur l'un de ses congénères à proximité.

L'un des pistolets fut rangé, la lame de sang fut à nouveau appelée dans sa main, renforcée par le sang de ses ennemis, et c'était reparti pour un tour...

Elle ne réfléchissait pas vraiment. Dans ce genre de combat, la réflexion et les stratégies n'avaient pas leur place, surtout avec un télépathe en face. Mieux valait donc alterner les techniques d'assauts, la cadence de ceux-ci et ainsi devenir un adversaire totalement imprévisible. Aucune logique n'animait donc ses attaques incessantes.

En aucun cas, leur laisser le temps de riposter. En aucun cas, leur laisser le temps de se communiquer ne serait-ce que par la pensée. En aucun cas, leur laisser le temps de comprendre quelle sera sa prochaine cible. En aucun cas, les épargner…



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 841

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Sam 17 Aoû 2013 - 22:43
L'allure se fait plus lente pour ce retour. Maya fatigue, même si elle s'accroche. Lorsqu'elle rejoint enfin son point de départ, elle voit son enseignante par à-coups, déchiqueter ses ennemis avec une facilité déconcertante. Il faut dire qu'elle est si vive qu'alliée et ennemis peinent à la voir et à distinguer tous ses mouvements. C'est une douloureuse leçon... ça à l'air si facile, mais en réalité, c'est un niveau inatteignable. Il ne faut pas se voiler la face : Rain n'a besoin d'aucune aide... comme beaucoup d'autres personnes dans la Deus Academia d'ailleurs. Des individualités. Dans la majorité des cas, Maya aurait pensé comme une humaine... à savoir que l'union fait la force. Dans le monde des dieux, l'union engendre la faiblesse, le point faible dont peuvent se servir les ennemis pour abattre les plus forts. Et voilà comment les grands divins doivent se coltiner les boulets, alors qu'ils iraient bien plus rapidement seuls...

Mais il ne faut pas replonger dans les pensées négatives. Ça revient, évidemment... comme si on pouvait se débarrasser d'une noirceur dans le cœur si facilement.

Voyant le show qui se déroule sous ses yeux, Maya n'a pas envie d'intervenir. Elle lui ferait perdre ses moyens à sa supérieure... qui ne demande pas moins que de rester tranquille et apaisée pour produire son travail en toute efficacité. Cependant, la jeune femme n'a pas non plus l'intention de repartir. Qui sait... peut-être que Rain pourrait avoir besoin d'aide ? On se demande « comment » cette dernière pourrait se mettre dans une situation nécessitant l'intervention d'une faiblarde, en tout cas, la probabilité n'est pas nulle. Il n'empêche que depuis le début, la prof n'avait pas l'intention de fuir. Tout s'est déroulé tel qu'elle l'a planifié : le boulet part pour laisser champ libre au maître, point final. Tous les combats précédents n'ont été qu'une illusion... l'illusion de faire croire à l'apprentie qu'elle redevenait forte et utile. En réalité, il n'en est rien. Preuve en est : elle s'est fait évacuer en moins de deux par une pauvre troupe de squelettes du dimanche. Et ça croit pouvoir sauver quoi que ce soit dans ce monde... ?

La blessée soupire en se tenant l'épaule.
Elle admire le spectacle avec une mine envieuse. Tout s'est joué pendant la vie humaine, il n'y a plus moyen de rattraper. Même morte, Rain resterait plus forte que Maya... alors, la jeune apprentie se résout finalement à repartir. Si elle traîne trop ici ou en route, elle n'atteindra pas l'infirmerie où un autre puissant Dieu perdra son temps à la remettre sur pied. Et pour le coup, c'est encore l'enseignante qui prendra la responsabilité. Inutile. Maya sait où est sa place, comme elle le savait déjà précédemment.
Toute cette balade n'aura été qu'un rêve... Délicieux, il est vrai, mais à l'arrière goût amer.


Il existe deux groupes au sein des dieux : les forts, qui deviendront de véritables divinités et les autres, qui resteront à jamais des erreurs inachevées. Dans un soucis de logique, les forts ont besoin de faibles pour comprendre qu'ils sont forts... et c'est sans doute dans cette optique que Deus choisit les meilleurs de l'espère humaine, ainsi que quelques individus, par-ci, par-là, pour combler les trous.





Une montagne de cadavres... voilà le résultat de cet assaut monstrueux. Une balle suffit à les anéantir tous autant qu'ils sont. Certains résistent plus longtemps – comme l'un d'entre eux dont le pouvoir est de transformer sa peau en métal résistant – mais au bout du compte, tous finissent par payer. Les corps s'empilent dans l'indifférence la plus totale des autres versions de lui-même. Au bout du compte, il finit par n'en rester plus qu'un... l'originel, cela va de soi.

Pas un mot. Pas une once de peur, de fatigue ou d'inquiétude sur le visage des deux adversaires. Ils se scrutent l'un l'autre. Quoi que fasse Rain, ça ne fonctionne pas sur ce type-là précisément. Tel un fantôme, son corps n'est pas matériel... raison pour laquelle il ne s'est pas davantage endormi plus tôt. Impossible de manipuler son sang puisqu'il est comme inexistant. En revanche, peut-il attaquer ou redevenir matériel le temps d'une seconde... ? Est-il condamné à rester intouchable pour le restant de ses jours ?


- N°99... alors, vous n'êtes pas une femme ? Ce talent n'est même pas la résultante d'un pouvoir divin ? J'ai dû vous sous-estimer par mégarde.

Il s'approche en flottant dans les airs, tel un spectre. Il scrute son adversaire de la tête aux pieds. Pendant ce temps, une horde de nouveaux clones font leur apparition en lieu et place de la troupe de squelettes. Nécromancie ? Il serait peut-être bon de ne plus poser de question... L'homme fait ce qu'il veut, réfléchir est vain. D'ailleurs, cette déesse futée l'a très bien compris.

- Comme vous l'aurez deviné, je ne suis pas ici. Un pouvoir holographique, je ne prends même pas la peine de me déplacer pour du menu fretin. Je vous laisse avec une trentaine de derniers guerriers et je vous offre votre liberté. On se reverra sans doute, un jour ou l'autre.

La vision va se poster derrière Rain et va se mettre à la suivre dans ses moindres mouvements. Un mensonge ? Une ruse pour que l'enseignante ne prenne plus garde à ce qui se passe dans son dos ? Les nouveaux et derniers adversaires se montreront peut-être plus coriace. L'un d'entre eux commence à appliquer une pression sur Rain, tandis qu'un autre augmente la gravité autour d'elle. En vérité, à la différence des précédents qui souhaitaient attaquer de front, ceux-ci ont l'air d'avoir été créé pour empêcher la déesse de se déplacer correctement. Ils tentent d'annuler ses bonus pour qu'elle redevienne une personne abordable en combat.
Mais comme l'a révélé Death au cours de son dernier discours, il doute que ses clones soient en mesure de rivaliser avec l'Arme 99. Ce ne sera que partie remise...





Un dernier battement et les ailes disparaissent. Maya, à bout de force, s'est évanouie et entame sa chute. Avec elle, tous les repères placés dans le ciel n'existeront bientôt plus... une question de secondes.
La jeune femme va s'écraser droit sur le toit de la tour de l'horloge. Son corps roule et glisse avant de s'arrêter sur un rebord, contre une gouttière. Son bras meurtri pend contre le mur, sur le lequel se déverse son sang en filet continu. Tout cela s'est déroulé sans le moindre bruit inhabituel... ce qui rendra difficile la découverte du corps par le commun des immortels.
Dommage... elle qui était pourtant si près du but... elle aura pêché sur la fin.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6544

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6640/6000  (6640/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Allons au fond des choses maintenant ! - Lun 26 Aoû 2013 - 17:19
De ceux qu'elle avait attaqué, aucun n'avait cherché à poursuivre Maya. Serait-il possible que depuis le début, ils ne se soient intéressés qu'à une seule personne ? A moins qu'ils ne préfèrent concentrer leurs forces sur une cible unique. Ou alors, ils devaient avoir la certitude que la jeune fille reviendrait puisque vu leur nombre, envoyer deux trois clones n'auraient pas été trop demander…

Les gouttes écarlates virevoltaient dans les airs. Une lame sombre vint fendre leur parcours, les chassant net de son chemin. Une détonation. Deux corps s'écroulèrent. Le canon du pistolet se rabattit vers le sol tandis que la pointe de l'arme blanche se dirigeait vers l'unique silhouette encore debout. Un fantôme. Il était dans ce cas intouchable, c'était la raison pour laquelle il avait survécu au massacre qui venait de se dérouler sous ses yeux.

Un silence saturé de l'odeur de plomb et de sang vint s'installer entre les deux personnages. Ils se toisèrent un instant, ni l'un ni l'autre ne semblait décidé à laisser transparaitre une once d'émotion. Un combat de regards se livrait et faisait rage entre les deux adversaires. Quelle était la suite ? Il avait certainement d'autres tours dans sa poche. Rain se méfiait de lui, et elle savait qu'elle avait raison de le faire.

Lorsque le blondin reprit parole, elle sut de suite qu'il avait fait un petit tour dans son esprit. Quoi de plus horripilant pour l'arme humaine qui n'avait eu que peu de choses lui appartenant véritablement au final. Ses doigts se resserrèrent inconsciemment sur les poignées de ses armes, à nouveau, signe que sa rage était bien présente. Ah, ce qu'elle détestait qu'on vienne fouiner dans son passé, surtout de cette manière...

Ses yeux ne quittait pas cette silhouette fantomatique qui continuait à bavasser. Bien sûr, il en profitait puisqu'il savait que Rain n'avait aucun moyen de l'aider à la boucler. Une trentaine d'autres clones se reformèrent alors, sans que l'enseignante ne sourcille pour autant. La jeune femme ne bougeait pas, se contentant de noter pour l'instant les mouvements autour d'elle. Ainsi donc, il pouvait relever les morts, leur donner à chacun un pouvoir différent, lire dans les esprits et en prime contrôler tout cela à distance. Ce n'était pas si mal que ça, finalement… Mais s'il pensait qu'elle allait se plier à sa volonté pour autant, il se trompait.

- Si vous êtes aussi puissant que vous le dîtes, pourquoi rester tapi au fin fond des terres inexplorées en attendant que des cas isolés se présentent ? Pourquoi ne pas directement mener votre chasse à l'académie ?

Ses questions demeurèrent sans réponse. Du moins pas celle qu'elle aurait éventuellement souhaitée. A la place, une forte pression se fit sentir sur son corps, l'immobilisant sur le moment. Son épée de sang ainsi que son Desert Eagle semblèrent alors peser le triple de leurs poids. Un troisième clone fit apparaître un pistolet à son tour et la visa. Pas besoin de plus pour réagir au quart de tour, Rain se concentra sur le poignet armé, ou plus précisément sur le flux sanguin grouillant sous la peau. Une explosion d'hémoglobine accompagnée d'une détonation. La balle était partie malgré tout, l'atteignant sous la clavicule où trônait l'inscription 99. Avec un peu de chance, le morceau de métal se verrait viré…

Le sang jaillissant du poignet de la photocopie calée armes à feu se solidifia alors brusquement avant de voler droit se ficher dans l'oeil de son propriétaire, le tuant par la même occasion. Les deux qui la bloquaient semblèrent fatiguer brusquement, ils ne furent pas endormis, puisque Rain n'avait guère le temps pour ce faire, mais simplement affaiblis de manière suffisante pour qu'elle puisse se dégager. La jeune femme effectua ensuite un impressionnant saut en arrière qui l'aida à éviter une attaque à l'épée de glace de la part de l'énergumène qu'elle avait égorgé lors du premier round.

Depuis les airs, elle vit qu'ils étaient cinq à se jeter sur elle. Celui qui maîtrisait la glace, un autre qui était capable de se transformer en hérisson ambulant, à l'exception près que ses épines à lui étaient constituées d'acier, un autre encore qui frappait par la force des ondes, puis encore un qui matérialisait deux lames dans sa main, et enfin le dernier qui semblait décider à lui faire un placage digne de ce nom avec son armure. Ils semblaient surgir de partout, tous avec un pouvoir différent mais encore une fois, elle les arrêtera.

Un coup de claymore et une détonation plus tard, deux d'entre eux s'écroulaient déjà. L'armure ne sut résister aux balles armor-piercing, puisque comme leur nom l'indiquait, elles étaient faites pour les percer comme du fromage. Lorsqu'elle atterrit derrière eux, la seconde d'après, l'enseignante ne perdit pas de temps et tira sur un troisième avant de s'élancer vers les deux autres. A la manière d'un coup de vent, elle se faufila entre eux et exécuta un ample mouvement de bras qui suffit à les décapiter.

Ses mouvements, fluides et puissants, eurent raison une nouvelle fois de ses adversaires, mais cette fois l'esprit était là. La silhouette fantomatique de Zoltruc la suivait dans ses déplacements, titillant ses réflexes. Si elle s'était reposée uniquement sur sa vue, elle se serait sans doute laissée perturber mais ce n'était pas le cas. Toutefois elle devait l'avouer, il jouait au maximum son rôle de parasite dans ce combat où chaque apparition était susceptible de déclencher une riposte.

Ils n'étaient à présent plus qu'une petite dizaine. Une nouvelle tentative d'assaut groupé pour tenter de la cerner. Ils ne lâcheraient donc jamais l'affaire… Tout cela pour quoi ? Puisqu'il avait l'intention de lui laisser sa liberté… Pourquoi ce dernier assaut ? Pour l'examiner, l'analyser et ainsi connaître ses techniques de combat ? Pour le simple plaisir de voir le sang voler ? Les deux, peut-être ? C'était quoi son but de base, encore ? Ah oui, se procurer de ses pouvoirs afin "d'unifier ce monde"… Décidément, la simple création des humains qu'elle était ne pourrait comprendre leurs desseins, à eux autres les dieux. Mais dans son esprit, l'enseignante demeurait lucide, elle savait très bien ce qu'elle voulait, et ce qu'elle voulait pas. Ce dieu… le simple fait que ses objectifs allaient à contresens des siens avait suffit à faire de lui son ennemi.

La jeune femme détala dans le sens inverse, les clones à ses trousses. Se servant de son élan, elle escalada l'imposant tronc d'arbre se dressant au bout de sa course et se retourna pour faire face à ceux qui se jetaient sur elle. Un coup de feu envoya l'un d'entre eux au tapis, une attaque fut parée avec le canon de son Desert Eagle, puis la pesanteur qui la rappela. Sa lame de sang s'était formée en une grande faux derrière son dos, s'imposant dans le champ d'action de tous ses poursuivants qui semblaient voler au ralenti à ses côtés. Ses ailes apparurent alors brusquement, la propulsant vers le sol cependant que l'immense lame rasait tout sur son passage, scindant ses adversaires dans les airs.

Le morceau le plus rapide n'avait achevé sa chute qu'un autre clone arrivait de front. Le katana qu'il avait matérialisé dans sa main vint taillader son flanc. Erreur de calcul. Rain esquissa un pas vers l'arrière pour s'efforcer de ne pas se laisser piéger par son élan et ainsi minimiser les dégâts de l'attaque, avant d'aussitôt contre-attaquer en lui collant un bout de plomb dans l'oeil droit.

C'était l'avant dernière balle.

Pivotant brusquement sur elle-même, l'enseignante faucha trois autres assaillants avec sa grande faux. Ils n'étaient à présent plus que deux. L'un se dressa devant elle, lui envoyant un de ces immenses troncs d'arbres dans la figure, à croire qu'il voulait faire un home-run avec sa tête. Un bond suffit à éviter ce coup bien trop direct pour être inévitable. Emporté par son élan, il lui fallait du temps à la photocopie pour se reprendre et changer la direction de son arme. Mais ce temps, le blondin ne l'obtint jamais. Rain lui tomba littéralement dessus, sa lame fit son travail avec une rapidité étonnante, fendant le corps en diagonal aussi facilement que s'il s'était agi d'une motte de beurre.

Atterrissant sur ses pattes, elle vit le dernier arriver par la droite. L'unique survivant avait son corps métamorphosé partiellement en celui d'un monstre. Sa griffe fendit l'air, prête à saisir la jeune femme et à la sectionner en petits dés. Ni une ni deux, l'enseignante laissa son avant-corps basculer vers l'arrière. Ses chevilles vinrent emprisonner le bras de son assaillant et elle tira dessus avec une force inouïe qui le propulsa violemment contre le sol, et de l'y maintenir, prisonnier sous ses genoux.

Une dernière détonation résonna. S'ensuit un silence de mort.

Les gouttes écarlates esquissaient une danse macabre au-dessus de ces monceaux de chair sectionnée pour certains, explosée pour d'autres. Le rouge était venu envahir ce tableau jusqu'à en devenir la couleur dominante. Rain redressa son regard noir vers la silhouette encore debout, mais immatérielle. Elle ne pourrait l'atteindre, mais il n'était pas sourd. Ses traits se durcirent l'espace d'une fraction de seconde seulement, avant que son visage ne retrouve son masque éternel d'impassibilité.

Un cliquetis vint déchirer le silence qui s'était imposé. Le chargeur vide tomba dans sa main, et fut remplacé par un nouveau.

- Hé, ce monde…

Un autre claquement. Le chien fut armé. La lame de sang tomba à ses pieds, désintégrée, tandis que jeune femme se relevait, le regard froid, vidé de toute émotion, verrouillé sur ce fantôme, ses semelles écrasant sans scrupule sur les bouts de chair éparpillés.

- Laissez-moi m'y poser un peu avant d'y ramener vos conneries, voulez-vous ?

N'ayant pas l'intention de s'attarder une seconde de plus, elle se détourna de la silhouette, ses Ailes se matérialisèrent et la soulevèrent dans les airs. Le fantôme la suivit, mais elle se concentrait sur son vol. Puisqu'elle ne pouvait rien lui faire, il ne pouvait rien faire de plus par définition, à part fouiller dans son esprit, peut-être. Il fallait qu'elle se concentre sur autre chose… tiens, et si elle comptait les cimes d'armes ?

Plus loin, une forme lumineuse était perchée dans le ciel. Encore plus loin, beaucoup plus loin, une autre. Ce tracé lui disait vaguement quelque chose. Etait-ce une illusion ? Rain ne se posa pas plus de question et suivit le trajet indiqué, toujours sans faire attention au corps intangible qui la suivait. A tout moment, elle s'attendait à entendre la voix de Maya qui l'appellerait, tout en espérant qu'elle était bel et bien rentrée à l'académie.

Les cercles commençaient à disparaître, mais l'enseignante était presque parvenue à destination. Elle parcourut les derniers kilomètres qui la séparaient de l'établissement scolaire. Lorsqu'elle franchit le portail, il y eut un bruit étrange derrière elle, comme un grésillement. La jeune femme fit volte-face, et aperçut ce fantôme bloqué à l'entrée. Il n'y avait toujours pas plus d'émotion sur son visage que le sien, comme si se voir obligé de lâcher sa proie ne le perturbait pas plus que cela.

Ce n'était que partie remise, hein… ? Eh bien, elle ne se priverait pas de lui botter les fesses pour de bon, la prochaine fois.

Néanmoins, ce regard qu'il lui lança, signifiait bien qu'il n'allait pas la lâcher aussi facilement. Peut-être qu'il réapparaîtrait dès qu'elle sortirait à nouveau de l'académie ? Ce n'était pas ce qui lui ferait peur, en revanche, ça la frustrerait beaucoup de se faire suivre par un jacasseur égocentrique à qui elle ne pourrait même pas refaire le portrait. Enfin pour l'heure, l'enseignante se devait de retrouver l'élève qui l'avait accompagnée durant tout ce périple et grâce à qui elle avait pu éviter de faire des kilomètres inutiles, d'ailleurs. Si elle ne la trouvait pas à l'infirmerie, les choses seraient certainement plus compliquées et cela signifierait qu'elle devait retourner en terres inexplorées pour la retrouver, ce qui reviendrait à chercher une aiguille dans le botte de foin…

Rain ne la retrouva pas à l'infirmerie. En revanche, elle la vit là, sur le toit de la tour. Une chance qu'elle n'ait pas abandonné la voie des airs de sitôt, ou elle ne l'aurait sans doute pas aperçue. Sans perdre une seconde de plus, l'enseignante atterrit sur les tuiles pour se saisir de la jeune fille. Direction l'infirmerie, que ni l'une ni l'autre ne quitterait de sitôt. L'une pour son état et l'autre parce qu'elle était finalement curieuse. Curieuse de voir comment les humains traitaient certaines personnes pour la seule raison qu'elles portaient un nom précis. Un nom porte-malheur, selon certains, porteur de bénédiction pour d'autres.

Elle observa ce rouge qui tâchait sa chemise. Sa main passa sur sa clavicule où se trouvait la blessure par balle qu'elle avait reçue. Celle-ci l'avait traversée, la douleur était là mais le manque de sang n'avait pas lieu grâce à ses pouvoirs. Et 99, qu'est-ce que cela évoquait ? Allaient-ils la regarder autrement si elle révélait à quiconque que Rain Sinclaire n'était rien d'autre qu'un nom d'emprunt ? Est-ce qu'ils allaient lui cracher dessus si elle donnait un numéro comme simple nom ? Quelque part, ne pas avoir de famille lui permettait de tracer sa route seule… Qu'est-ce que cela devait être pénible, de vivre dans l'ombre de quelqu'un. Qu'est-ce que cela devait être insupportable, d'être sans cesse comparé à une autre personne… Mais tout ceci, elle ne connaîtrait sans doute jamais.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Allons au fond des choses maintenant !
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Allons au fond des choses maintenant !
» Avant, j'étais schizophrène. Maintenant, nous allons mieux.
» . la vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vie pas à fond .
» Avant j'étais schizophrène mais maintenant nous allons mieux. Elisabeth
» Edward Khan, avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page