Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ]

Invité
avatar
Invité
Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] - Lun 15 Avr - 21:17
Elle s'était toujours demandée si il y avait vraiment une vie après la mort. Elle avait toujours trouvé ça absurde, à vrai dire. C'est vrai ça, quand on est mort, on est mort, point barre, c'est là tout le sens de mourir, c'est que votre vie est finie, tout simplement, finie ! Si elle n'était pas finie, ça ne s’appellerait pas la mort ! Elle n'aimait pas débattre sur ce sujet, car sa propre mort lui avait toujours fait peur. Mais en réalité, elle a toujours réfléchi à ça, la vie après la mort était-elle vraiment possible ? Se réincarnait-t-on ? Que devenait notre "âme" ? Est-ce qu'elle sortait de notre corps pour aller s'implanter dans autre chose ? Elle ne l'a jamais su. Mais sa vie changea radicalement lorsqu'elle se prit un couteau en plein tête alors qu'elle venait de coucher avec un mafieux et qu'elle lui piquait son téléphone portable.

Elle vit un noir pendant quelques secondes qui lui parurent des heures. Etait-elle dans le coma ? Un coma dont elle ne s'éveillerait jamais. C'était ça le coma ? On voit tout noir et puis basta, on attends ? Ce n'était pas si désagréable en fait. Un courant électrique parcourut alors son corps avant de s'estomper d'un coup. Elle se sentit tomber sur un sol froid, des dalles en pierre ou en marbres. Une femme lui disait des mots qu'elle n'écoutait même pas. Elle avait mis son coude de façon à ce que le soleil ne lui brûle pas la rétine et eu juste le temps de voir des cheveux roux s'envoler dans un nuage de pétale de roses. Ses yeux mirent quelque temps à s'adapter à la luminosité. Elle venait de passer d'un noir complet où il était impossible de discerner quoique ce soit à un endroit où la luminosité était extrêmement forte. En tout cas, il faisait jour c'était sûr.

Elle était assise par terre, sur des dalles assez froides dans une sorte de temple. Le paradis existait-t-il en fait ? Elle soupira avant de regarder ses vêtements. Elle était dans une petite chemise de nuit très légère blanche, elle était exactement pareil quand on lui a lancé un couteau en pleine tête. Etait-t-elle vraiment...morte ? Elle frissonna à cette idée mais elle se ressaisit assez vite. Elle devait réfléchir calmement mais ça, elle n'en avait pas le temps, elle réfléchirait plus tard. Elle se releva doucement, avec précaution et soudain, apeurée passa une main sur son front, terrifiée à l'idée d'y trouver un trou ou autre chose d'absolument dégueulasse. Elle soupira de soulagement lorsqu'elle constata qu'elle n'avait rien. Quand même, cet enfoiré lui avait balancé un couteau en pleine gueule. Connard va. Elle grogna quelques secondes avant de se laisser glisser contre une des imposante colonnes de marbres en soupirant. Elle ferma les yeux quelques secondes avant de les réouvir pour regarder dans le vide, elle était perdue et ne savait plus quoi faire, ni quoi penser. Que devait-elle faire ici ?


HRP : Je suis désolée pour ce RP plutôt médiocre mais sache que ça fait trois fois que je l'écrit donc voilà...

Invité
avatar
Invité
Re: Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] - Mar 16 Avr - 16:57
Il était dangereux de traîner par ici. Cet endroit grouillait d’apprentis. L’académie en regorgeait. Elle aurait pu choisir un lieu moins fréquenté. Alors pourquoi celui-ci ? C’est simple. C’est ici qu’atterrissent les nouvelles âmes fraîchement tuées. Ces pauvres mânes égarées en proie à un réconfort. Lyra n’aimait pas ce temple. Ah ça, non ! Elle s’était même jurée de ne plus jamais y remettre les pieds, bien avant de rejoindre les renégats, alors qu’elle avait assisté au réveil d’Akalie. C’était une curieuse expérience que cette dernière. Accueillir les nouveaux, peu pour elle. Elle n’avait jamais été douée avec les relations sociales. Un bonjour équivalait à une insulte, dans son vocabulaire. Pourtant, cette idée d’aller pêcher des potentiels membres de la guilde noire venait d’elle et d’elle seule. Il faut croire qu’elle se sentait étonnamment concernée par cette cause qui était celle de vouer son existence à faire le mal.

À bien y réfléchir, cet endroit était peut-être l’un des plus fréquentés mais aussi l’un des rares où elle ne risquait rien dans l’enceinte de l’académie. La plupart de ces jeunes débarquaient tout juste. Ils ne savaient rien de cet univers de magie. Ils venaient juste d’embrasser la mort. C’était parfait pour elle. Cependant, elle devait prendre garde. C’était ici que venaient les apprentis pour quérir de nouveaux pouvoirs. Une prière, une courbette au grand Deus et les voilà qui repartaient plus puissants qu’à l’arrivée ! Un crachat vint embellir le faciès d’une statue de marbre. Voilà ce qu’elle en pensait, de cette académie et de son règlement à la con. Mais assez ruminé. Il était grand temps qu’elle fasse ce pour quoi elle était venue. Repérer un nouveau susceptible d’intégrer la guilde noire. Dommage que leurs nouveaux postes ne soient pas écrits sur la gueule, elle aurait bien plus de résultat du côté des repentis. N’en était-elle pas elle-même une à la base ?
Elle allait devoir s’en remettre au hasard. Elle n’aimait pas ça. Elle n’avait jamais eu de chance dans sa vie. Et si elle venait à tomber sur un futur professeur ? Après réflexion, certains avaient tout de même trahi Deus, malgré leur statut de professeur. Elle ne devait pas perdre espoir.

Il y en avait une qui était là. Une humaine. Assise sur les dalles froides. Elle ne savait pas trop ce qu’elle pourrait en tirer mais c’était elle ou rien. Autant tenter le coup. Elle se dirigea vers elle, s’affublant d’un grand sourire. Elle avait dû manquer Colombe de peu. Tant mieux. Là, elle aurait pu avoir des ennuis. De gros ennuis.

- T’es nouvelle, hein ? Ouais, à voir ta gueule de paumée, tu dois être l’un de ces oiseaux tombés du nid.

Un oiseau tombé du nid. Il y avait du vrai dans ses propos. Elle débarquait tout juste, ne savait rien de ce nouveau monde. Tout était inconnu pour elle. Elle n’avait que ses souvenirs pour avancer. Son passé qui devrait lui servir au quotidien.
Lyra la détailla. Une bien jolie femme. Un cascade de cheveux bruns lui tombaient en rafales sur ses épaules. Un visage fin, son nez l’était tout autant. Elle ressemblait un peu à ces statues de l’Antiquité. La Russe ne manqua pas la chemise de nuit que la femme possédait pour seul vêtement. La demoiselle ôta sa propre veste et la lança à l’inconnue. Ce geste lui rappelait étrangement sa rencontre avec Aurelly. Inutile de penser à ça ici. Les sentiments n’avaient pas leur place en cet instant.

- Attrape ça. Si tu chopes une pneumonie dès ton premier jour, ça va être joyeux ! C’est pas parce que t’es morte une fois que tu peux te permettre de tomber malade !

Lyra vint s’asseoir à côté de la demoiselle. Elle pressentait un flot important de questions. Se souvenait-elle au moins qu’elle était passée de vie à trépas ? Elle l’espérait. Cela rendrait les choses plus faciles. Même « facile » était un bel euphémisme en cette situation. Sous peu, elle allait devoir lui parler de l’académie, de Deus, du domaine divinatoire et, bien sûr, de la guilde noire. Elle n’y couperait pas. N’était-ce pas l’objectif principal de Lyra ? Recruter du beau monde parmi les siens.

L’hiver était définitivement derrière eux. Le soleil dardait ses rayons sur les deux femmes, les faisant profiter de cette chaleur printanière dont Lyra se délectait. Russe peut-être mais cela n’empêchait pas d’apprécier le temps estival.
Invité
avatar
Invité
Re: Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] - Mar 16 Avr - 21:06
CANDICE & LYRA
Hey, tu veux entrer dans ma guilde ?
« Viens !. »


Une petite musique retentit dans ma tête. Une berceuse, celle qu'elle me chantait quand j'étais petit, je la vois, elle s'approche de moi, je peine à me lever, pour tenter de la rejoindre, mais... Quelque chose me prend par le pied, et m'attire vers le fond, je crie, je me débat, je tombe... Je tombe...

J'ouvre rapidement les yeux. J'ai mal à la tête, je vois trouble. J'essaie de me rappeler... J'étais pourtant censé être morte, suis-je en enfers, ou bien au paradis ? Peut être que je ne suis dans aucun de ses deux endroits. Tout se mélange dans ma tête, où suis-je réellement et si je suis morte, cet endroit ressemble plus au paradis qu'aux enfers alors pourquoi y suis-je avec tout ces « pseudos-crimes » que j'ai commis dans ma vie ? J'ouvre les yeux d'un coup. Je me suis assoupie alors que je réfléchissais, je suis franchement incorrigible, je suis peut-être morte et j'arrive à m'endormir. Mais si je suis morte, comment ça se fait que je ressente encore tout ? J'ai trop chaud, je sens le vent sur ma peau et je respire normalement. Je n'aime pas les rêves ou je tombe, avant j'en faisait souvent et j'avais peur de mourir dans mon sommeil, mais bon là, il y a peu de chances. J'émit un soupir et referma mes paupières, espérant retrouver le sommeil et se réveiller auprès de Ruan le mafieux.

Quelques minutes plus tard, des bruits de pas se firent entendre. Je releva juste un rien la tête, histoire de voir celui ou celle qui viendrait à ma rencontre. Et même si celui ou celle qui passerait ici ne voulait pas s'adresser à moi, j'avais tellement de question que me trottaient dans la tête, rien de bien précis mais... Raah, tout se bousculait dans ma tête, je n'arrivait pas à bien réfléchir, je ne me sentais pas bien, je ne me sentais pas chez moi. J'avais encore du mal à réaliser que j'étais morte... Une voix s'éleva soudain, j'étais trop perdue dans mes pensées pour faire attention aux bruits de pas.

    Inconnue# - T’es nouvelle, hein ? Ouais, à voir ta gueule de paumée, tu dois être l’un de ces oiseaux tombés du nid.


Je n'ai pas tout de suite compris ce qu'elle venait de dire, je n'étais pas comme d'habitude, j'étais dans perdue entre le rêve et la réalité. Tant de questions dans ma tête. Je ne répondit pas à cette mystérieuse file venue de nulle part. Elle était morte, elle aussi ? Ou peut-être que c'était ça Dieu et qu'elle venait me châtier de mes crimes. Qu'elle y aille, après tout, j'étais morte. Un long soupir s'échappa de mes lèvres, allait-on m'envoyer travailler à la mine jusqu'à la fin de mes jours ? Enfin, jusqu'à la fin de mes jours... Un oiseau tombé du nid ? Jolie métaphore. Elle m'observa un petit temps et je fit de même, elle était plutôt banale. Banale mais mignonne. Elle balança soudain sa veste à la figure. Comment je devais le prendre ? Comme un signe de menace ?

    Inconnue# - Attrape ça. Si tu chopes une pneumonie dès ton premier jour, ça va être joyeux ! C’est pas parce que t’es morte une fois que tu peux te permettre de tomber malade !


« C'est pas parce que t'es morte. » Alors je l'étais vraiment ? Bien sûr, c'était plus qu'évident que je l'étais, mais j'avais quand même un petit espoir d'être dans un grand rêve, comme dans Alice au Pays des Merveilles, ou elle croit rêver mais qu'en fait non. Je secoua nerveusement la tête et prit la veste avant de l'enfiler. Une sensation de chaleur m'envahit, en fait, il ne faisait pas si chaud que ça dehors et je me sentait déjà mieux, rassurée. La veste dégageait un parfum féminin plus qu'agréable. Cette mystérieuse inconnue vint s'asseoir à côté de moi sans dire un mot, elle s'assit juste. Je ne dit rien non plus. Qu'est-ce que je pouvais dire ? « Et sinon, t'es morte comment toi ? » Pathétique. Je me mit à réfléchir à une question pertinente à poser. Pourquoi c'est toujours au moment ou l'on doit faire ou trouver quelque chose que notre tête se vide alors que pourtant on sait très bien ce que l'on veut ! J'avais l'air maligne mais passons.

    Candice # - Merci pour la veste.


Murmurai-jejuste assez fort pour que l'inconnue l'entende. Elle n'était pas aussi « timide ». Un nouveau soupir s'échappa de mes lèvres. Elle prit son courage à deux mains avant d'enchaîner.

    Candice # - J'ai plusieurs questions, je pense que tu t'en doutes. Déjà quel est ton nom ? Ensuite, où suis-je ? Et pour finir... Qu'est-ce que je suis sensée faire ici ?


Voilà pour l'instant les 3 questions qui m'étaient venues à l'esprit. Pas question de parler avec quelqu'un dont je ne connais rien. Pas question qu'elle me laisse seule dans la nature alors que je suis complètement perdue. Pas question de partir sans savoir ce que je suis sensée faire ici. Pas question.

Code par kuru

Invité
avatar
Invité
Re: Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] - Mer 17 Avr - 15:35
Elle était toujours assise sur le sol. À croire qu’elle aimait ça, avoir froid aux fesses. Long soupir. Il lui était toujours possible de faire demi-tour et de la laisser là. Elle n’avait aucun obligation. Elle était libre de faire ce que bon lui semble. N’était-ce pas cela que les philosophes appellent le libre-arbitre ? Sans doute. Elle n’avait jamais été très douée en matière de mots. Cela se voyait rien qu’à sa façon de parler. Elle lui avait donné sa veste, et alors ? Cela n’engageait rien entre elles ? Cette envie de recruter était sa propre volonté. Elle pouvait très bien tout abandonner, tout laisser derrière elle, y compris cette femme un peu perdue. À bien y réfléchir, sans doute Lyra avait-elle dû être aussi paumée qu’elle lors de son arrivée. À la différence qu’il n’y avait eu personne pour l’accueillir, hormis ce cher Isanagi. Un voile de fumée et il avait disparu avant la première question. Les directeurs avaient le beau rôle, le plus facile. Mais ce n’était pas avec une phrase de bienvenue que l’on aidait les autres à se repérer. Heureusement que des âmes charitables, trop bonnes, venaient ici dans le but d’apprendre à tous ces nouveaux ce qu’était cet endroit. Dire que Lyra faisait partie de la liste désormais.

Les remerciement de la brune la ramenèrent à la réalité. Par habitude, elle jeta un bref coup d’œil derrière elle. Il n’y avait que toutes les deux. Mais pour combien de temps encore ? Mieux avait ne pas trop traîner dans le coin. Elle lui apprendrait le nécessaire puis elle aviserait. En effet, elle n’avait aucun véritable plan. Mais elle n’allait tout de même pas forcer cette femme à la suivre ! Il fallait y aller petit à petit. La patience serait le mot d’ordre. C’était bien joli mais même si elle avait l’éternité devant elle, hors de question d’y passer plus de temps que nécessaire ! Elle baissa à nouveau les yeux vers la demoiselle. Elle tendit sa main vers elle pour l’aider à se relever.

- Allez lève-toi ou tu vas attraper froid. Rester le cul par terre sur un sol gelé, c’est pas vraiment conseillé. Même si t’es immortelle désormais, tu ressens toujours la douleur et peux tomber malade à tout moment.

Elle avait bien entendu l’avalanche de questions, certes. Elle allait bien sûr y répondre, inutile de se précipiter. Elle craignait juste pour la santé de sa pupille. Pupille ? Elle n’était encore rien pour elle ! Rien du tout ! Elle ne lui avait pas même parlé de la guilde noire que déjà Lyra s’imaginait un futur à ses côtés, comme si de rien était. Il n’était pas sûr qu’elle accepte de devenir une renégate. Rien que le mot ne donnait guère envie. Renégat. C’était creux, vide, une simple coquille de noix. Elle n’aimait pas se désigner ainsi. Pourtant, c’était bel et bien ce qu’elle était. Inutile de le nier. Elle avait choisi son camp. Pour une fois dans sa vie, elle ferait partie des vainqueurs. C’était une certitude. Libre aux autres de rester comme de bons moutons de Panurge derrière Deus. Elle, elle ne voulait pas de ça.

- Commençons par le commencement. Comme j’te l’ai déjà dit t’à l’heure, tu es morte. T’es ni au Paradis, ni en Enfer. Enfin, ça, ça dépend des points de vue, murmura-t-elle. T’es à la Deus Academia. Une école pour apprentis dieux comme toi et moi.

Maintenant qu’elle était entrée dans le vif du sujet, elle allait devoir discourir sur Deus ! Tout sauf ça ! Au moins n’était-elle pas obligée de faire semblait et n’était pas obligée de cacher son aversion envers cette entité. Deus était celui qui lui avait offert cette nouvelle vie en guise de malédiction. Elle en était convaincue. D’ailleurs, beaucoup de repentis pensaient comme elle, cela n’avait rien d’étonnant. Malheureusement, tous n’avaient pas le courage nécessaire pour se rebeller et rentrer dans la guilde noire. Certains préféraient la sécurité et leur routine plutôt que de combattre pour leurs idéaux. Hé bien soit, qu’ils restent ainsi. La porte était toujours ouverte si jamais ils changeaient d’avis.

Elle reporta son attention à la femme et un bout de papier attira son regard, non loin d’elle. Sa feuille divinatoire, sans aucun doute. Toutes les informations nécessaire pour son arrivée étaient dessus. Il y avait là son rang au sein de l’académie, des informations personnelles la concernant ainsi que son domaine divinatoire. Une fois son exposé terminé, elle y jetterait un coup d’œil. Ce serait un bon moyen d’en apprendre davantage sur elle.

- Avant que tu ne poses la question, Deus est une espèce de dieu, le créateur de tout ce qui existe sur Terre. Une entité toute-puissante, en gros. C’est lui qui est à la base de cette école, une école destinée à recueillir les âmes des défunts qui sont choisis pour devenir de futurs dieux. C’est à cause de lui si t'es là et que tu n'peux pas profiter du sommeil éternel, plongée dans une nouvelle vie que t'as pas demandé.

Si Deus offrait le choix aux défunts, accepteraient-ils tous de vivre une seconde fois, même si les pouvoirs et l’immortalité étaient des cadeaux alléchants ou préféreraient-ils le repos éternel ? Lyra n’en savait rien mais elle savait juste que si cela avait été le cas, elle aurait opté pour le repos éternel, sans une seconde d’hésitation. Malheureusement, ce n’était pas ainsi. Ce dieu de pacotille ne lui avait jamais rien demandé, préférant lui imposer des choix qu’elle refusait. Pas étonnant qu’elle l’ait trahi dès que l’occasion fut présente. Pas étonnant que d’autres pensent comme elle.
Elle l’avait juste éclairée sur le lieu de son réveil. Elle n’avait pas encore répondu à toutes ses questions. Elle était satisfaite de son exposé sur Deus et espérait que la demoiselle regrette de ne pas avoir eu droit à un parfait repos. Rien n’était moins sûr.

Elle réfléchit ensuite. Que dire maintenant ? Expliquer le rôle de chacun n’était pas aisé. Autant se présenter, ce serait plus simple. Parler avec quelqu’un dont on connaissait le prénom était la base de la confiance. Depuis tout à l’heure, la Russe discourait sur l’académie sans s’être présentée à son interlocutrice. Il était temps que cela change.

- J’m’appelle Lyra Vilkas. Et si tu veux tout savoir, j’fais partie de ceux qui ne sont pas satisfaits de cette nouvelle vie et qu’ont une dent contre Deus. Et toi, tu es ?

Plutôt que d’attendre une quelconque réponse de cette femme sans doute encore sur le choc, Lyra se pencha et ramassa la feuille trônant au pied de la demoiselle. Elle reconnut le plan de l’académie au dos et ne put s’empêcher de sourire. Ce même plan qu’elle avait appris par cœur grâce à son domaine divinatoire dès son arrivée. Elle la retourna et y lut les informations sans aucune gêne.

- Candice Hollwood, jolie nom. Déesse de la séduction ? Intéressant. Et… repentie ! Serveuse, qui plus est ! Hé bien enchantée de faire ta connaissance, Candice !

Lyra avait du mal à contrôler son excitation. Une repentie ! Elle avait décroché le gros lot ! Le reste importait peu. Il était plus facile de corrompre les repentis que les professeurs et les élèves. Peu importait son domaine divinatoire aux yeux de Lyra. Un domaine divinatoire ne faisait pas un Homme. Deus lui-même assignait les pouvoirs à chacun, ce n’était donc pas sur ce critère-ci que Lyra cherchait des recrus potentiels. Le rang de chacun, au contraire, était limpide à ses yeux. Un repenti avait commis des fautes dabs son passé et, comme son nom l’indique, elle était là pour se racheter.

La renégate lui rendit sa feuille divinatoire pour qu’elle puisse y jeter un coup d’œil par elle-même. Gagner la confiance d’autrui n’était pas chose facile. Au moins la brune avait-elle l’avantage d’être la première que Candice rencontrait, hormis l’un des directeurs. Elle ne connaissait rien de ce nouvel univers. Libre à elle de lui dire ce que bon lui semblait. Candice était une page vierge dont Lyra pouvait décider des caractères à inscrire.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] - Sam 27 Juil - 14:42
"C'est sensé ce que tu dis", "tu es censée faire", censé et sensé, deux mots qui ont un sens différent et qui ne sont pas à confondre, Candice x) Mises à part quelques autres fautes d'inattention, vous avez toutes les deux un bon niveau d'écriture. Dommage que tu ne sois pas plus présente Candice. J'aurai quand-même bien aimé lire la suite de ce rp…

Candice : 155 xps
Lyra : 170 xps

Xps attribués : Yep



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ] -
Je me suis toujours demandée si il y avait une vie après la mort. [ PV Lyra ]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une question que je me suis toujours posée...
» «Suis toujours ton coeur, mais prends ton cerveau avec toi» || Hippo
» Je suis Miyake Kamikage! (terminé)
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]
» + chou j'ai une surprise pour toi, j'suis toute nue sous mon bikini. (KATIE FITCH)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page