Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une mise à la page

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 29 Aoû 2013 - 21:50
Rain avait eu tout le mal au monde à comprendre la plaisanterie d'Alexander. Enfin. Plaisanterie… Sans doute que la situation ne s'y prêtait pas, et sans doute aussi qu'elle n'avait pas été programmer pour rire, elle ne trouva pas cela drôle. Elle aimerait bien qu'il se grouille d'appeler à l'aide au lieu de papoter comme si c'était la chose la plus normale au monde de se retrouver avec quatre étages sur le crâne… Pour l'instant, c'était devenu la seule chose à faire pour elle, le reste ne l'intéressait pas, tout son esprit était obsédé par cet unique moyen de sortir de là… Si bien qu'elle en zappait la logique implacable qu'Alexander finit par lui exposer.

- Nous n’entendons rien, donc en toute logique il ne nous entendrons pas non plus. Il faut rester réaliste et patient, être  à l’affût des possibilités, il ne sert  à rien de s’agiter, tout semble stable.

- Patient !? Comment voulez-vous que je reste patiente ?

OK, ne pas craquer. Inspirer plus profondément. Expirer doucement. Prendre son temps, puis inspirer à nouveau… Rain porta une main à son front, le monde semblait à présent tourner autour d'elle, rendant le tout encore plus oppressant. La situation était stable, hein… Juste du point de vue d'Alexander alors. Celui-ci parla d'un pilier, mais elle l'écouta à peine. Tant que ce pilier était là, ils ne risquaient rien, ah bon ? Oh si elle risquait quelque chose, elle. L'asphyxie. Bordel, il avait vraiment fallu qu'on la colle dans un espace aussi restreint pour qu'elle perde les moyens… Est-ce que cela se soignait seulement, ce genre de handicap ? D'où venait ce genre de problème, exactement ? Comment ses créateurs avaient-ils pu la programmer avec un si grand défaut ? A moins que cela ne lui était venu par la suite, lors de sa "renaissance"...

- Bon sang faîtes qu'il la ferme… marmonna la jeune femme alors que sa main reposait encore sur son front.

Parce que oui, l'entendre lui dire qu'il fallait garder son calme, cela l'exaspérait au plus haut point. Elle avait l'impression d'être la dernière des incomprises, que si elle mourrait là tout de suite, il ne s'en rendrait même pas compte et continuera à causer de ses piliers dans son coin.

- Il y a un tout petit courant d’air là ou je suis, si tu as besoin d’air je te laisse ma place.

Ces mots trouvèrent le chemin vers son esprit déjà embrumé. La jeune femme eut un réflexe immédiat, elle se redressa, mais pas autant qu'Alexander auparavant et elle ne se prit donc pas le plafond dans la figure. Autant dire qu'avoir la sensation de manquer d'oxygène n'avait aucun effet fortifiant, c'était même tout le contraire… Jetant un regard autour d'elle, Rain chercha cette source d'air en question et vit que celle-ci se situait juste au-dessus du torse du professeur. En gros, s'ils devaient échanger de place, vu la hauteur du plafond de quelque cinquante centimètres, ils allaient se retrouver collés l'un à l'autre à un moment donné. Aussitôt, la jeune femme se rallongea et ferma à nouveau les yeux avant de lâcher de but en blanc :

- Hors de question, plutôt crever.

Comment cela ça ne va pas aider à faire avancer la situation ? Ah, si, peut-être un peu. Enfin remarque, ce n'était pas comme si elle avait beaucoup le choix, hein. Déjà qu'elle suffoquait, si en plus elle devait se retrouver coincée entre un homme et un pan de mur (ou plafond ?), elle risquerait d'y passer pour de bon. Elle se sentait déjà suffisamment oppressée pour se bouger davantage dans le seul et unique objectif au final d'avoir un semblant d'air… Ce n'était pas ce qui la sauverait. Ce dont elle avait besoin le plus en ce moment, c'était l'air qui se trouvait au-dessus des toits, celui de la liberté…

Au final l'enseignante fit tout de même une chose. Elle se redressa à nouveau pour se pencher vers son collègue. Ou l'art de se caler dans une position approximativement similaire tout en évitant tout contact… Seulement, le courant d'air lui parut à peine perceptible. C'était frustrant. Très frustrant. Elle se laissa alors tomber à côté d'Alexander, à présent leurs bras se touchaient légèrement, mais bon au point où ils en étaient…

- Je m'en doutais… c'est psychologique… Bon sang… il faut que je sorte d'ici...

Non, ce n'était pas bon ça, elle se lamentait… elle passait pour une faible… Il fallait qu'elle se ressaisisse ! La jeune femme passa une nouvelle fois sa main sur son visage, une main tremblante et elle ne pouvait rien y faire pour changer ça. C'était plus fort qu'elle. Qu'est-ce qui avait bien pu provoquer cela ? Elle ne se souvenait pas avoir ressenti ce genre de chose auparavant… enfin au temps où elle n'avait pas encore rencontré Nance, même si à cette époque-là, c'était encore le Néant. Il n'avait pas été question de peur, ni de douceur, ni d'amour… Par contre, le soir où elle était morte, ils couraient dans les couloirs d'une mine, à la poursuite de leur liberté, et elle se souvenait très bien que ces couloirs lui avaient paru excessivement oppressants. Mais cela ne l'avait pas empêché de faire sortir Nance de cet enfer à sa place. Deus avait dû trouver ce geste tellement risible qu'il avait fini par lui coller le domaine du Sacrifice…

- J'imagine qu'il n'y a aucun moyen pour votre avatar divin de savoir où vous vous situez… ?

Ah… quelle merveilleuse situation. Rain se disait qu'au final, si elle faisait une petite sieste, le temps passerait peut-être plus vite et elle souffrirait moins de ce milieu. Seulement, comment dormir lorsque l'on a un coeur qui est à deux doigts de se faire la malle ? La jeune femme tenta d'apaiser son propre esprit. Se concentrer sur autre chose… Noir, il y faisait noir. Trop noir. Non. Ne pas y penser… Trop tard. Ils réapparurent devant ses yeux. Ces corps éparpillés en morceaux dans une mare de sang. Ce même sang présent sur ses mains. Et elle, assise parmi tout ce carnage, à vivre uniquement de l'odeur de ce sang. Elle ne les mangerait pas. Elle refusait. Combien de jours ? Combien de jours s'était-il écoulé depuis que le massacre s'était produit ? Et personne pour la sortir de là… personne. Ce spectacle, ce tableau rouge sang, elle l'observait depuis des lustres. Immobile comme si elle était morte elle aussi. Comme si finalement, elle s'était imprégnée de cette atmosphère.

Puis il arriva un jour où des coups de tonnerre finirent par mettre fin à ce séjour silencieux.

- Une survivante ! Il y a une survivante monseigneur !
- C'est impossible…


Et la lumière fut. Mais ce ne fut pas celle qui la mena à une existence plus lumineuse, en fait tout ne faisait que débuter.

- Toutes mes félicitations, Numéro 99.

- Assez.

Retour à la réalité. Rain venait de dégainer son Desert Eagle, prête à faire feu dans le plafond s'il le fallait. Elle s'abstint toutefois à la dernière minute, pour jeter un regard furtif autour d'elle, comme si elle craignait revivre ses souvenirs ici même. Mais il n'y avait que le blondin, qu'elle finit par saisir par le col, le canon du pistolet se retrouvant inévitablement collé à la joue de son collègue.

- Aidez-moi à sortir d'ici. Vite.

Au vu de sa voix qui commençait à perdre de sa force mais qui s'efforçait tout de même de paraître normale, ces mots avaient quelque chose d'une supplication, plus que d'un ordre.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 30 Aoû 2013 - 19:23


- Patient !? Comment voulez-vous que je reste patiente ?

Bon, pour le calme, on repassera, mais au moins cela eut le mérite de l’éclairer sur un point bien précis. Pour réagir comme cela, elle avait forcément perdu son sang froid, elle devait se trouver en état de panique ou de fort stress, un peu comme lorsque le chevalier rencontre les véhicules motorisés vous voyez ?
Bon au moins il resta calme ici, comme il l’enseignait à ses écuyers jadis, chaque adversaire à sa faiblesse, il suffit de la trouver pour pouvoir le terrasser avec facilité. Enfin, ici Rain n’était pas son adversaire, mais il était toujours bon de connaître un peu ses interlocuteurs.
Elle finit par marmonner quelque chose que le chevalier ne put comprendre, bon tant pis, si c’était important elle saurait le lu rappelez avec son air inquisiteur non ?

Enfin bref, au final il lui proposa de prendre sa place, qui était un peu mieux située, plus confortable, et la mettrait plus à l’aise, mais il était loin de s’attendre à une pareil chose, les actions qu’elle avait entreprit auraient dû lui mettre la puce à l’oreille, mais comme d’habitude il n’avait rien compris, alors naturellement, dans on esprit l’échange allait avoir lui.


- Hors de question, plutôt crever.

Le cerveau du blond prit un peu de temps pour analyser, et ré analyser ce qu’il avait entendu. Non ? Pourquoi dire non ? Il y avait quelque chose dans sa proposition qui ne pouvait pas lui convenir ? La place qu’elle avait était mieux ? Tout cela n’était pas très clair dans sa tête, il réfléchissait trop en fait. Il ne fallait pas qu’il cherche un raisonnement, c’était plus simple de prendre les choses comme elles venaient et puis c’est tout.
Mais … voila qu’elle se rapprochait finalement de lui et du courant d’air frais, alors elle ne voulait pas de sa pitié mais venait tout de même chercher un possible réconfort et soulagement dans de l’air frais ? Elle est un peu ambigu cette madame Sinclaire, mais pourtant elle semblait étrangement semblable à lui-même au yeux du chevalier. La fierté … La fierté maladive de ne pas accepter l’aide et la pitié, de vouloir tout faire seul … Pour finalement devoir faire la chose sans l’avoir vraiment acceptée par besoin … Il connaissait un peu trop ce sentiment … Elle était allonger vachement proche de lui, et c’était sur la volonté de la femme ! Pas du chevalier ! Cela avait son importance car elle l’avait engueuler plus tôt en admettant de pas aimer les contacts !


- Je m'en doutais… c'est psychologique… Bon sang… il faut que je sorte d'ici...

Ok, ce n’était pas de la peur, mais une phobie, qu’importe ce qu’elle faisait, elle ne pouvait s’empêcher d’y songer. De toute façons ce genre de peur ça ne se contrôle pas … et il pouvait comprendre avec ses récents déboire dans le monde des humains … Peur d’une voiture, vous y croyez ? Lui non plus …

- J'imagine qu'il n'y a aucun moyen pour votre avatar divin de savoir où vous vous situez… ?

Son avatar divin … Il soupira, conscient que ce dernier n’était plus de ce monde pour au moins quarante huit petites heures, mais elle ne pouvait pas le savoir, elle n’avait pas eu son ressentit, un soufflé coupe sans aucune raison et de al fatigue ça se repère vite !
Il regarda Rain, un instant et releva les yeux au ciel, enfin, sur le plafond, il ne voyait pas très bien le ciel vous pouvez le comprendre …
Du coup il fallait qu’il lui dise la triste vérité, il ferma un instant les yeux, cherchant sa motivation, et une fois cette dernière trouvée, il commença.


- Il raisonne comme moi, il devrait nous chercher j’en suis certains …. Mais …

Après la suite il allait falloir qu’il soit prudent, car lui dire qu’un espoir s’envole en fume risquait de lui coûter chère, à moins que dans son état, elle ne réagisse autrement ? Peut-on penser qu’elle resterait elle-même malgré tout cela ?

- Je crains qu’il ne soit mort … j’ai ressentit une terrible sensation de fatigue et mon souffle fut coupé alors que notre grotte était stable, je pense que c’est l’indicateur de la mort de ce dernier … Il ne pourra pas nous aider.

Pourtant c’était comme si elle était perdu dans ses pensées, comme si elle ne l’écoutait pas, il n’y avait eu aucune réaction sur le moment, le chevalier se décrispa, il était persuader que quelque chose allait se passer, mais rien, c’était à en perdre al tête ! Il n’arriverait décidément pas à la comprendre ! Pourtant il essayait, il s’acharnait, mais non, à chaque fois il semblait se tromper.
Il la regardait intrigué, elle avait le regard vide d’une personne qui était hanté par un cauchemar, quelque chose de choquant dont elle ne s’était pas remit, à ce moment là, oui, il éprouva un peu de pitié pour elle, ce regard, il l’avait malheureusement déjà croisé …
Et soudain, elle sembla se reprendre, après un simple mot jeter dans la petite brise de leur trou, elle sembla vouloir attaquer le plafond, le chevalier fut surprit, et encore d’avantage par la suite, elle attrapa son col, le timbre de sa voix avec à peine changé, mais il se ressentait tellement, elle ne parlait jamais comme cela depuis leur rencontre dans la bibliothéque.


- Aidez-moi à sortir d'ici. Vite.

Aidez moi … Ces mots raisonnait dans l’esprit du chevalier, ils n’étaient jamais utilisé pour donnez un ordre, en général c’était toujours une supplique, alors cette fois ci, Rain toucha en plein dans le cœur du chevalier, il ne pouvait pas rester plus longtemps ici avec elle, il était simplement en train de la torturer mentalement. Il la regarda droit dans les yeux, non pas avec des yeux remplit de pitié ou de condoléance, mais avec un regard déterminé.

- Je voulait encore un peu de reposer pour le faire, mais nous allons sortir d’ici !

Mais avant ça il fallait qu’il l’aide à se ressaisir, si elle continuait à paniquer, il serait peut être gêné. Mais comment lui redonner du courage, devait-il faire comme pour ses écuyers ? Mais elle ne devait pas le respecter autant que ces derniers, lui dire qu’il croit en elle, est-ce que cela fonctionnerait ? Il n’avait rien à perdre. Il serra les épaules de la brune continuant à lui lancer son regard déterminé.

- Rain, je crois en ta force, tu peux réprimé cette peur, tu n’es pas seule ici, nous sommes deux ! Et c’est en travaillant ensemble que nous y arriverons ! Il n’est pas encore venu le moment de céder !

Voila, son discours était fait, il ne tenait plus qu’à elle de réussir à surmonter cette peur, de son coté il se mit à parcourir de ses mains les murs, le sol et le plafond, il cherchait quelque chose, il ne savait pas encore quoi, mais il trouverait bien lorsqu’il tomberait dessus, pour le moment de son coté, il ne découvrait rien, l’eau avait comblé avec de la boue chaque interstice entre les pierres, cela était devenu étrangement ressemblant au murs des châteaux, un mortier compact entre les pierres … Qu’elle poisse ! Mais du coté de l’être prit de peur, les choses semblaient différentes, il n’y avait rien à faire, il fallait qu’ils inversent leur position !
Qu’importe ce qu’elle pensait, le chevalier entreprit de passer au dessus d’elle, autant vous dire qu’il dut carrément se frotter contre elle à cette effet, et dire qu’il voulait ne pas lui faire de choses déplaisantes … Mais maintenant il ne fallait pas faire la fine bouche, si elle lui avait demandé son aide, elle allait devoir faire avec !


- Diantre ! C’est que c’est encore plus étroit que ce que je pensais ici !

Il était à moitié au dessus d’elle, adosser au mur, il ne faisait qu’attendre qu’elle se décale un peu pour qu’il puisse mieux travailler à les sortir d’ici, mais en attendant il était encore en contacts avec elle, cuisse contre cuisse, une bras de chaque coté de Rain pour ne pas tomber, mais surtout le plus gênant, son torse un peu trop collé à celui de sa collégue.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Sam 31 Aoû 2013 - 23:06
C'était la fin. Il n'y avait aucun bruit qui leur parvenait. Par conséquent personne ne pouvait les capter. Allaient-ils donc suivre l'avatar divin d'Alexander et y passer, eux aussi ? La mort… en ce moment, dans cet état, ce n'était pas la chose à laquelle Rain pensait. Ce n'était même pas ce qu'elle redoutait, la peur de se retrouver avec ses mouvements limités et l'impression de s'étouffer étant mille fois pires. Quant à mourir ou non… Elle voulait simplement fuir cet endroit, où tôt ou tard les ombres du passé viendraient la hanter. Elle ne voulait pour  rien au monde s'éterniser ici. Et ces pulsions étaient si fortes qu'elle en était venue à supplier Alexander. Ce n'était certes pas la volonté première, mais le timbre de sa voix l'avait trahie de lui-même : elle n'en pouvait plus.

Son regard restait verrouillé dans celui de son collègue. Ses yeux étaient grand ouverts et pourtant elle avait l'impression de ne pas le voir. Son esprit se trouvait à cheval entre cette peur et les prunelles du chevalier. Sur quoi se concentrer en cet instant ? Avait-elle seulement le choix ? Ah, cela la tuait de ne pas pouvoir surmonter cette peur. Comment pouvait-elle espérer protéger Nance avec une aussi grande faiblesse. Elle en était réduite à demander de l'aide… pitoyable. Cependant, elle n'eut pas le temps de se morfondre. Son interlocuteur avait répondu par la positive, ce qui avait provoqué un effet de soulagement assez bref chez elle. Son coeur reprit néanmoins rapidement son rythme précipité, alors qu'il la saisissait cette fois par les épaules.

- Rain, je crois en ta force, tu peux réprimé cette peur, tu n’es pas seule ici, nous sommes deux ! Et c’est en travaillant ensemble que nous y arriverons ! Il n’est pas encore venu le moment de céder !

Oh non, et le voilà qui lui remontait le moral comme un professeur ferait pour son apprenti. Non décidément elle avait l'impression que sa fierté était en train de se faire piétiner par un troupeau de gnous, je fais bien entendu référence à celui, terrible, qui tua Mufasa dans le Roi Lion. Le pire, mis à part le spoil que je viens de faire, était que Rain n'avait aucun moyen de se ressaisir. Elle aurait bien voulu regonfler son égo et récupérer un peu d'orgueil pour bien lui faire comprendre qu'elle n'avait pas besoin de ses conseils pour garder contenance… mais c'était impossible. Techniquement impossible. Tout son être refusait de se calmer. La peur la saisissait entre ses griffes et refusaient de la lâcher… peu importe la force avec laquelle elle se débattait. Cela faisait approximativement l'effet d'un marécage. Pour le coup elle ne pouvait que ravaler sa fierté, préférant concentrer toute sa volonté dans l'objectif de s'échapper d'ici.

Seulement, est-ce qu'elle pouvait vraiment compter sur Alexander ? Si une part d'elle-même se disait que oui (en même temps, ce n'était pas comme si le choix s'offrait à elle), l'autre se disait que cela ne pouvait qu'empirer la situation. Parce que oui, il y avait quelques heures, elle se dirait sans doute qu'elle ne pouvait tomber plus bas ou que la situation ne pourrait être pire, mais plus maintenant. Maintenant, après moultes mésaventures, elle avait enfin compris qu'avec Alexander, les limites du pire étaient sans cesse repoussées. Aussi, une autre question se posait : est-il seulement question de confiance ? Il avait l'air décidé mais parviendrait-il seulement à trouver une solution ? Avec son cerveau complètement paralysé par la panique, Rain avait du mal à analyser les lieux avec sang froid, chaque recoin sombre et étroit lui faisant manquer un battement de coeur.

Quelque chose d'autre la figea alors. Un contact sur son corps. Enfin, un contact… Tout le corps de son collègue se trouvait à présent collé contre le sien oui ! Quand il ne faisait que lui prendre la main pour y déposer un "baise-main", c'était encore supportable mais là… mais là, non. D'où il se frottait contre elle comme ça ? Ce genre de contact lui rappelait une personne précise, et qu'il lui rappelle ce détail n'était pas vraiment une bonne chose. Pour qui se prenait-il…

- Diantre ! C’est que c’est encore plus étroit que ce que je pensais ici !

L'endroit était étroit, elle allait avoir tout le mal du monde pour se dégager. La sensation d'avoir un tel poids sur elle ne l'aidait pas à se défaire de cette peur. D'un coup c'était comme si un fardeau supplémentaire s'était ajouté.

- Bon sang… Vous pensez peut-être que je n'étouffe pas assez…

Donnant plusieurs coups dans les bras et les jambes de son collègue, non pas de frappe mais plutôt pour pousser, Rain tenta de le dégager de là mais ses forces étaient évidemment minimisées avec la faiblesse engendrée par l'impression de manquer d'oxygène. Et là, BAM. Détonation à arracher les tympans vu la proximité. Le Desert Eagle lâcha une balle dans le plafond, sans qu'elle le veuille en plus. Mais c'était le genre d'arme, tant que le cran de sécurité était retiré, un accident était très vite arrivé.

- Par tous les…

Crac. Crac. Crac. Le plafond commençait à se fissurer, et les deux gus qui demeuraient encore bloqués par ils ne savaient quoi en-dessous. En réalité, il s'agissait d'une malheureuse boucle de ceinture. Comme quoi, un simple détail pouvait causer une catastrophe… La moitié du plafond commençait à tomber, réduisant encore plus leur espace vitale. Heureusement, enfin heureusement, façon de parler, c'était la zone que venait de quitter Alexander qui allait être enterré. Avec ça, plus d'eau, ni de courant d'air, ni de patates, mais au moins ils étaient encore en un seul morceau ?

- Quel boulet… Ce n'est pas possible…



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Dim 1 Sep 2013 - 1:11

- Bon sang… Vous pensez peut-être que je n'étouffe pas assez…

Elle se plaignait encore ! Pourtant il allait bien falloir qu’elle fasse avec, car à partir de maintenant son objectif étais de sortir rapidement, et pas d’attendre les secours comme il comptait le faire à son début, nan, il avait dit qu’il la sortirait de là, alors il allait le faire, question de principe de fierté. Etre collé corps contre corps sur Rain n’était ni gênant, ni un soucis, si cela lui permettait de réaliser son objectif, alors il pouvait tout accepter, prendre, et faire dans ce sens.
Il allait lui répondre qu’elle allait devoir faire avec le temps qu’il trouve pour les sortir d’ici, et que si cela ne lui plaisait pas, soit elle avait à s’adapter et faire avec en silence, soit elle avait juste à se décaler un peu pour se dégager ! Mais voila il fut soudain immobilisé lorsqu’il entendit une puissance détonation qui raisonna dans leur bulle d’air un cours instant, attaquant les tympans du chevalier toujours pas habitué à ces bâton crachant le feu …


- Par tous les…

- Par tous les …

Mais … elle lui volait ses mots ! Pourquoi avait elle décidé de tirer un coup de feu ? Cette arme ignoble et bruyante au possible avait peut être plutôt indiqué au sauveteur qu’ils venaient de se suicider par la peur oui !
Là, le chevalier n’apprécia pas du tout cette action, ce vol de parole, mais cela allait rapidement devenir le cadet de ses soucis, car dans le silence qui s’installait pour accompagner l’immobilité des deux sardines vivante dans leur conserve de bloc de béton autre chose se préparait.
Des craquements se firent entendre, le chevalier avait envie soudainement d’hurler des injures, d’avouer à Deus que tout cela commençait à l’agacer, et d’un coup se fut le noir complet et absolus, Alexander avait toujours son bras droit appuyer contre la parois, mais le gauche avait placer sa manche sur son nez et sa bouche, la poussière faisait son retour, agressant encore les voies respiratoire et les yeux du chevalier qui ne voyait plus rien.


- Quel boulet… Ce n'est pas possible…

Il continuait encore un peu à tousser dans sa manche et se décida à la retirer pour s’appuyer à l’aveugle quelque part, mais à sa gauche il heurta … de la pierre ? Il y avait le vide un peu plus tôt non ? Et pourquoi il faisait noir comme cela ? Et bien oui, le coup de feu avait eu bien plus de conséquence que ce que l’on pouvait croire, les contraignant dans un premier temps à ne définitivement plus pouvoir bouger, mais aussi, car un bloc en tomba explosa la lampe torche et coupa la seule source de lumière dont il disposait … C’était malin ca … Il soupira un instant.

- Pourquoi avez fait feu ? C’est malin !

Il sentit quelques coups le heurter, mais même la gifle reçut dans la bibliothèque avait plus de puissance … Alors le chevalier ne broncha absolument pas d’un misérable pouce à cause de ces derniers. Cependant il essaya de bouger un peu, notamment les hanches, mais la sensation qu’il avait était particulièrement étrange, il était comme … lié à elle par on ne sait quoi, si ses hanches allaient à droite, celles de sa collègue suivaient, de même lorsqu’il les levait, celle de la brune se soulevaient en même temps !
Et cette obscurité … Il commença à lâcher les parois et continua de s’agiter, apparemment le lien se trouvait au niveau des hanches. Il longea son corps avec sa main droite, son torse le guidant jusqu’à … deux ceintures qui par l’opération de Deus étaient complètement entremêlée … Il tenta lamentablement de faire quelque chose d’un main, mais non … rien n’y faisait … En plus c’est qu’à se maintenir le plus possible à l’écart il avait les muscles qui se tétanisaient … Il serra brièvement les dents, et reposa sa main un peu à l’arrache contre une parois.


- Fichu ceinture … nous sommes visiblement encore un peu mieux coincé ici alors … attends une minute …

Son regard se porta un instant vers sa main droite, posé au sol quelques part, apparemment pas sur le corps de Rain au touché, c’était déjà ça, Il gratta un peu le sol de ses doigts, il sentait un tout petit courant d’air sur sa peau, mais aussi … une fissure … Cette découverte ne laissait pas vraiment place à l’espoir de sortir, mais plutôt à une crainte de continuer la descente jusqu’au enfer oui …
Alors que dans un dernier espoir de survie la lampe fit un petit flash lumineux, irritant les yeux du chevalier qui commençait à s’habituer à la noirceur de la pièce, ses jambes cessèrent de supporter la tension qu’il leurs infligeait pour rester loin du corps de la brune, il chuta donc corps contre corps, le souffle court.


- Bordel, je ne me suis pas remit complètement de la mort de mon avatar divin … En plus je viens de remarquer quelque chose de mauvaise augure pour nous … Le sol est légèrement fissuré.

Allaient-ils encore descendre un peu plus bas ? Il pouvait y avoir quoi en dessous du sous sol à votre avis ? Une nappe phréatique ? Des grottes souterraines ? Des tunnels ? Le mieux restait de ne pas avoir à le découvrir, ou au moins avec un peu de lumière … D’ailleurs en parlant de lumière, il en aurait peut être aussi un peu besoin pour ce problème de ceinture …
Alexander songea à levé la tête aux ciel mais … En fait il la tourna vers la droite, il y avait un tout petit point lumineux, une lumière vacillante, une flamme peut être ? Oui, la couleur était un petit peu orangé, il pourrait peut être en faire une torche improvisé pour les éclairer ? Mais si il y avait flamme, cela justifiait la température augmentant doucement par ici, c’est vrai qu’il faisait chaud … Terriblement chaud quand on commençait à y penser. Il arracha quelques cailloux, dégageant une sorte de mircro tunnel où peut être deux bras pouvaient passer, mais pas beaucoup plus … Enfin au moins un peu de lumière leur parvenait de nouveau … Mais pas assez pour y voire claire, en fait cela aurait plutôt tendance à donner de faux espoir, et le chevalier qui pouvait voire l’ouverture parfaitement, juste un autre trou un peu plus petit que le leur avec un supplément nommé feu …


- Mince … Ca conduis à une bulle encore plus petite avec une flamme au milieu …

Il soupira de nouveau, les choses ne s’arrangeait toujours pas … En plus c’est qu’être allonger sur Rain commençait à un peu le gêner … Il avait l’impression d’être trop proche d’elle et trop vite pour le coup …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Dim 1 Sep 2013 - 16:36
- Pourquoi avez-vous fait feu ? C’est malin !

- Parce que vous croyez que c'était volontaire ?!

Et voilà. Les deux bougres recommençaient à s'engueuler. Comme si c'était la meilleure chose à faire lorsque l'on se trouvait dans une boîte de sardine composée de béton qui venait de voir son volume diminuer à l'instant. Bien sûr, la situation était risible. Le duo semblait abonné à ce genre d'engueulade. En fait, il était presque temps à Alexander de rendre le monnaie de la pièce à sa collègue ; maintenant c'était lui qui l'engueulait ! Chacun son tour, n'est-ce pas. Ah, tant d'accidents les entouraient depuis qu'ils s'étaient rencontrés, à croire que le sort s'acharnait. Enfin, le revoilà qui bougeait. Visiblement, les boucles de leurs ceintures respectives avaient eu plus d'affinité que eux deux. Quoique "visiblement"… tout était relatif. Ils ne voyaient rien, disons plutôt qu'ils le percevaient, au niveau du bassin les leurs étaient comme verrouillés ensemble. Rah. Quelle plaie…

- Fichu ceinture … nous sommes visiblement encore un peu mieux coincé ici alors … attends une minute …

La situation était déjà insoutenable pour Rain, alors une minute de plus, une minute de moins… La notion du temps était devenu abstrait. Tant mieux d'ailleurs, elle préférait ne pas savoir avec exactitude depuis combien de temps ils étaient bloqués, elle était suffisamment stressée comme ça. La poussière environnante ne facilitait pas la tâche à ses poumons qui peinaient déjà à trouver un rythme respiratoire normal. Elle toussa à plusieurs reprises, cependant que son collègue était attiré par quelque chose au sol, sa main se posant dessus le caressait à la recherche d'elle ne savait quoi. Avant même que Rain n'eut le temps de poser la moindre question, voilà que le bougre s'écroulait sur elle, lui coupant une nouvelle fois le souffle. Non pas qu'il était particulièrement lourd, mais dans cette situation, un peu quand-même…

- Bordel, je ne me suis pas remit complètement de la mort de mon avatar divin … En plus je viens de remarquer quelque chose de mauvaise augure pour nous … Le sol est légèrement fissuré.

Fissuré ? Ah, cela voulait dire qu'ils ne se trouvaient guère sur un support solide. Il y aurait donc bien quelque chose en-dessous. Enième soupir de la part de Rain qui avait l'impression de souffrir le martyr à chaque fois qu'elle inspirait ou expirait.

- J'ai bien fait de ne pas me dire qu'on ne pouvait tomber plus bas...

Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir ? N'étaient-ils pas censés se trouver au sous-sol ? Que pouvait-il y avoir sous le sous-sol ? En ce moment, les deux professeurs devaient se poser approximativement les mêmes questions, mais l'esprit de Rain émettra certainement moins d'hypothèse que celui de son collègue. C'était à peine si elle arrivait à prendre conscience complètement de ce qui se passait autour d'elle. Après tout, l'oxygène était crucial pour permettre à l'organisme de fonctionner correctement. Même si de base c'était surtout un effet psychologique, c'était suffisamment vicieux pour qu'impression devienne réalité. Surtout qu'une forte odeur de brûlé commençait à titiller les narines de l'arme humaine. Est-ce qu'il s'agissait d'une hallucination parmi tant d'autres ? Sans doute… Ou peut-être pas. Son collègue l'éclaircit rapidement sur l'origine de cette odeur irritante...

- Mince … Ca conduis  à une bulle encore plus petite avec une flamme  au milieu …

- Merveilleux…

En gros ils étaient encore plus dans la merde. Qui a pensé que c'était impossible ? Ce quelqu'un est fort naïf et ne connait pas les narrateurs… Que faire maintenant ? Ils n'allaient plus pouvoir rester dans cette espèce de boîte à sardine à écouter les mouches péter (quoique je doute qu'il y ait des mouches dans le coin). Il leur fallait évacuer les lieux et vite, mais pour aller où ? Il y avait une fissure dans le sol, Alexander l'avait remarquée. Peut-être que…

- Est-ce qu'il y a moyen d'étouffer le feu ? demanda Rain alors qu'elle tentait de jeter un regard vers le brasier sans pour autant parvenir à le voir depuis sa position.

La jeune femme sentit à nouveau cette boucle tirer alors qu'elle bougeait un peu sous son collègue. Lui pouvait se lever pour tripatouiller le tout et tenter de les libérer (en vain), mais elle ? Elle ne pouvait s'écarter plus, étant légèrement écrasée au sol, alors si elle tentait de tripatouiller aussi, ce serait en glissant sa main entre eux deux, tenter de se frayer un chemin entre les corps collés-serrés et ça… très peu pour elle. En attendant, cela ne les libérait pas et ils étouffaient. Peut-être devraient-ils chercher à creuser vers le bas, à agrandir cette fissure… Seulement, depuis sa position, il lui était physiquement impossible de tirer dans le sol.

La jeune femme songea un instant à filer son pistolet à son collègue. Des balles armor-piercing, ce serait sans doute plus rapides et plus efficaces qu'une épée dans la pierre ? Vive les éclats que ça risquait de produire, en tout cas… Mmmh. Oui non, c'était quand-même fort risqué. Et si l'idée lui venait en tête de tirer en direction du brasier vu sa dernière phrase ? Avec lui, elle pouvait s'attendre à toute sorte de bêtises. Bon, ben il ne restait plus que le Contrôle des limites. Ce pouvoir même qui lui avait permis d'atterrir en mode boulet de canon sur elle et qui l'avait entraînée dans cette longue descente aux enfers. Au moins, s'ils frappaient vers le sol, rien ne risquait de leur tomber dessus. Par contre, la chute risquait d'être rude… Quelqu'un devait donc inévitablement s'occuper de les détacher, sans quoi se réceptionner sans se faire mal serait quelque peu difficile.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 2 Sep 2013 - 1:03


Réfléchissons un instant à leur situation délicate … non, complètement désespéré en fait ! Les deux professeurs étaient enterrés sous plusieurs étages de gravats, dans un trou tout juste assez grand pour les deux, et ce même trou, relié à une bulle encore plus petite, recevait de la fumée grâce à un jolie petit feu se consumant dans ce dernier.
Oui, leur situation était critique … Mais pour une fois il n’avait aucunement participé au fait que ça empire, c’était un progrès notable ! Du coup il ignora la tentative de justification de la jeune femme, que ce soit volontaire ou non, c’était elle qui avait tiré le coup de pistolet causant leur mal, et là, il ne lui accorderait pas le bénéfice du doute ! Et d’ailleurs il ne cessait d’agiter ses hanches, bordel ce que c’était agaçant de déplacer les hanches de Rain en cœurs avec les siennes … Il avait l’impression d’être Siamois avec elle ! Vous parlez d’un lien facile …


- J'ai bien fait de ne pas me dire qu'on ne pouvait tomber plus bas...

Tomber plus bas ? Mais bien sur ! la fissure ! Elle était la preuve qu’il se trouvait quelque chose en dessous d’eux ! Alors il pourrait peut être tenter de briser le sol pour poursuivre la descente ? Mais cela les mènerait où ? Quels genres de malheurs pouvaient bien encore les attendre par la suite ? Il n’avait pas encore eut de problèmes d’eau, d’électricité, de monstres, de … Il y avait encore beaucoup de possibilités en fait … Vous voyez le raisonnement ? Ce qui était déjà arrivé ne pouvait plus se produire ? En fait si c’était parfaitement possible, mais si on écoute la loi de l’emmerdement croissant, ces derniers sont toujours différents lorsqu’il doit y avoir un cumul. Faux ! Ce n’était que pur bêtise inventé pour faire croire que ce qui était passé ne reviendrait plus, une façons de donner de l’espoir aux victimes …

- Hmmm … peut être as-tu parlé trop vite …

Allez, et si on l’accusait aussi d’être la responsable de la fissure en dessous d’eux ? Après tout, il ne semble pas qu’elle y soit au début, l’effondrement causé par le projectile avait sûrement fragilisé le sol, et donc par conséquence des choses elle était l’unique responsable de ce deuxième problème ? Bon par contre il allait garder cette accusation pour lui, ou pas, en fait elle le critiquait trop pour qu’il laisse passer une pareil occasion de lui redonner la pareil !

- C’est sûrement aussi ta faute à cause du projectile et de l’effondrement ceci !

Voila l’accusation était faite, vous savez quoi ? Et ben ça fait plaisir mine de rien, elle savait lui dire les choses froidement, mais cette fois ci, le chevalier lui montrait qu’il en était parfaitement capable à son tour ! Bon allez, il fallait passer à autre chose, et comme la brune venait de lui faire remarquer, il y avait d’autres priorités pour le moment que la dispute !

- Est-ce qu'il y a moyen d'étouffer le feu ?

Oui, commençons par le début, le feu qui les enfumait et les réchauffait à l’excès, d’ailleurs en parlant de chaleur, il faisait quoi dans leur trou ? Une trentaine de degrés ? Probablement plus, peut être moins, impossible de le savoir sans thermomètre, mais il faisait assez chaud pour que le chevalier habitué au froid nordique estime que la température soit un peu trop élevée …
A l’aveugle il s’agita un peu pour se mettre correctement devant la petite ouverture, il pourrait peut être glisser des cailloux à travers cette dernière et donc l’étouffer, oui, c’était jouable.
Il tâtonna un peu à l’aveugle pour récupérer des pierres, par moment il tombait sur le corps de Rain, les mains ou les cheveux, d’autres fois des cailloux, dont il jugeait la forme en les parcourant des doigts, jusqu’à ce que finalement il tombe sur un à la forme parfaite, plat et fin, donc léger et facile à transporter !


- Je vais tenter la chose !

Le caillou se laissa glisser parfaitement dans la petite ouverture, masquant le peu de lumière qu’elle leur conférait, le chevalier dût se pencher d’avantage sur Rain, enfonçant son bras le plus profondément possible dans le petit trou, et lança le caillou sur le feu. Doucement il retira son bras, sa main du trou et regarda à travers ce dernier le résultat, en fait, il ne vit plus rien, pas de lumière, ce qui indiquait clairement la victoire pour eux ! Par contre sa puait encore la fumée, elle ne pouvait pas s’échapper rapidement d’ici, alors elle stagnait le long de leur plafond, là ou se trouvait encore le visage du blond, il ne pouvait pas y rester plus longtemps, il commençait à tousser de nouveau.

- Voila … kof kof … Plus de flamme ! … kof ..

Il devait se dégager de la fume ! Mais si il passait en dessous, c’était Rain qui aurait le droit à ça … Il réfléchit un instant, il y avait un solution simple pourtant ! Il n’était franchement pas malin ! Il secoua un peu ses hanches et roula d’un quart de tour avec Rain, de toute façons elle n’avait pas le choix, elle était liée à lui par la taille !
Le voila allongé sur le coté, encore en face à face trop proche avec Rain, mais au moins, maintenant les deux avait la tête hors de la fumée !


- Je pense que notre seule chance et de descendre plus bas, je vais tenter de briser le sol !

Oui, il oubliait le détail le plus important dans cette histoire, les ceintures ! Mais si il devait régler le problème, il était plutôt le genre à arracher la sienne et celle de la femme, solution de brute, résolu façons chevalier … Du coup il valait probablement mieux qu’il évite, non ? Il gonfla ses muscles, le dépassement de limites était revenu, il courba un peu le coude, et donna un grand coup dans le sol qui ne bougea quasiment pas, juste un léger craquement supplémentaire provenant du sol, et un peu de poussière chutant du plafond. Il n’avait pas de bonne prise pour enfoncer le sol …

- Bon … je recommence encore !

Il agita un peu ses jambes, celles de Rain le gênaient il n’arrêtait pas de les taper, mais finalement il finit par trouver un placement correct, ignorant comment étaient celles de la brune. Il ajouta aussi sa main libre, appuyant sur le plafond pour que son corps bouge encore moins, il poussa un soupir, car du coup il sentait qu’il appuyait encore plus le corps de la jeune femme avec son torse, mais bon, tant pis. C’était parti un deuxième coup frappa de nouveau le sol, cette fois-ci avec bien plus de violence que le premier.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mar 3 Sep 2013 - 15:07
Oui, sans doute que si elle n'était pas en manque d'oxygène et par conséquent considérablement affaiblie, sans doute que la dispute aurait continué et que celle-ci se serait mal terminée. Car oui, il fallait bien l'admettre, qu'une zone aussi réduite ne permettait pas une lutte de longue durée. La victoire appartiendra au plus rapide… et au plus radical. Mais ils n'en étaient pas là… Rain avait réussi à ravaler ses répliques pour se concentrer sur l'essentiel : le problème du feu. Comment s'en débarrasser ? Alexander était sans aucun doute le seul à pouvoir faire quelque chose en ce moment, puisqu'elle était bloquée sous son corps et que ce n'était pas vraiment pratique pour se mouvoir. Dans ce genre de circonstances, en effet, mieux valait prendre sur soi et travailler en équipe pour pouvoir sortir d'ici.

- Je vais tenter la chose !

Début d'espoir. Celui-ci allait-il durer ? Ou sera-t-il éphémère ? Visiblement, ce fut la deuxième option. Après s'être gigoté en tort et en travers sur son corps, lui arrachant par la même occasion des grommellements, Alexander finit par attraper un caillou qui lui permit d'étouffer le feu. Cependant, bien qu'il n'y avait plus de feu, la fumée demeurait et ce n'était pas dans leur petit trou paumé sous plusieurs étages qu'elle allait pouvoir s'échapper ! Bon pour l'instant, seul son collègue avait la chance de se prendre la fumée directement dans la gueule mais ils suffoqueraient tôt ou tard tous les deux. Finalement, la seule solution demeurait en la mystérieuse zone se trouvant en-dessous du sous-sol. Après les avoir forcé à rouler sur le côté, afin de se mettre hors de la nuée noire toxique, Alexander confirma cette idée avant d'annoncer qu'il allait tenter de briser ce qui les séparait de la zone en question… à savoir, le béton sur lequel ils étaient allongés.

Minute… D'abord les libérer de leur accroche au niveau des ceintures, peut-être ? Ah, peut-être, ç'aurait pu être utile. Mais l'homme préféra se concentrer sur la démolition du sol. D'accord, autant se partager les rôles. Ah, mais quel rôle ! Rain dut ravaler son dégoût pour les contacts physiques et glissa ses mains entre son collègue et elle pour tâtonner au niveau de leurs ceintures qui avaient eu la merveilleuse idée de se foutre ensemble. Par contre, avec l'autre gus qui arrêtait pas de lui donner des coups de pied et de bouger, cela allait rendre la tâche encore plus difficile… Bien sûr, la jeune femme ne trouva rien de mieux que de se venger et de donner un coup de pied dans les jambes de son collègue.

- Cessez de vous gigoter, bon sang… ! J'ai déjà suffisamment de mal à…

Elle ne put vraiment terminer sa phrase. N'ayant pas vraiment prêté attention aux paroles d'Alexander, elle ne vit pas son coup venir. En revanche, elle eut tout le plaisir de sentir le béton sous eux se scinder en morceaux. N'ayant plus rien pour leur supporter, les deux bougres se firent rappeler par la pesanteur d'une manière assez violente, mais disons qu'ils en avaient l'habitude maintenant. Et puisque la jeune femme pesait une quinzaine de kilos de plus, elle eut tout l'honneur de servir du côté confiture de la tartine. L'eau fétide de l'égout dans lequel ils venaient de faire irruption l'accueillit donc en première avant de lui laisser se prendre son collègue dans la figure. Bien sûr, l'eau n'était pas bien profonde, ce qui rendait la chute d'autant plus douloureuse. Même si ce n'était pas la première de leur journée, on pouvait dire qu'ils n'avaient pas vraiment besoin de ça en plus.

Si tout son corps criait en avoir marre et menaçait de faire grève, Rain n'avait pas spécialement envie de rester allongée dans l'eau avec soixante kilos sur les bras. La jeune femme repoussa donc tant bien que mal son collègue mais bien entendu, étant tous les deux liés au niveau de la ceinture, il s'ensuivit une série d'acrobaties, de glissades et de chutes éclaboussantes. Attraper les boucles dans de telles circonstances n'était pas une tâche des plus faciles puisque sa prise n'était jamais stable et qu'en plus elle glissait… Finalement, ils se retrouvèrent à genoux tous les deux, ce qui était certainement plus solide comme pose pour se tenir droit, surtout lorsque l'on avait une jambe transpercée. Après une petite minute de silence et de concentration intense, les deux boucles se virent enfin séparés et les propriétaires des ceintures enfin libérés ! Avec un soupir, Rain se retira rapidement pour retrouver une distance bien plus tolérable avec le jeune homme. Par contre, pour se relever, c'était autre chose...

- Eh bien, morale de l'histoire, ne pas porter de ceinture.

Ils étaient maintenant tous les deux dégoulinants et pas vraiment dans une tenue glorieuse… En plus de chuter d'une demi-dizaine de mètres, il avait fallu qu'ils se réceptionnent dans les égouts. Décidément, ils devaient penser à changer de narrateurs. Parce que bon, l'un était sadique mais si l'autre en rajoutait une couche, leur espérance de vie en était d'autant plus réduite pour le coup.

Silencieuse, Rain balaya les alentours du regard, à genoux dans l'eau, une grimace figée sur les lèvres. A leurs pieds, des pierres émergeaient de l'eau qui devait avoir à peu près vingt à trente centimètres de profondeur. Quelques patates survivantes faisaient trempette également. Au moins le nouvel endroit où ils venaient d'atterrir avait le mérite d'être suffisamment grand pour qu'ils puissent s'y tenir debout et NON COLLÉS L'UN CONTRE L'AUTRE. Plus loin devant eux, se trouvait un tunnel adjacent. Visiblement, il avait été creusé de manière moins propre que celui dans lequel ils se trouvaient. Ce tunnel ne faisait pas partie de l'infrastructure, ça c'était certain… Plus loin, dans le prolongement de leur souterrain, se trouvait une entrée circulaire barrée par un grillage. Pour l'atteindre, il leur fallait donc passer devant ce passage de bourrin qui se tapait l'incruste.

Bon, rien d'effrayant et d'insurmontable a priori. Il ne restait plus maintenant qu'à espérer que plus rien ne leur tombe sur la tête ou qu'ils ne tombent pas plus bas. Un regard sceptique vers la surface sombre dans laquelle ses moelles étaient trempées. Est-ce qu'il y avait des trous dans le fond ? Oui mais non. Suffit la paranoïa. Oh et puis ces mèches trempées qui lui collaient au visage… Bon, côté puanteur, ce n'était pas comme si cela la dérangeait tellement que ça mais… un peu quand-même. Elle n'était pas de ces dames particulièrement soigneuses au niveau de leur apparence qui feraient certainement un infarctus en se découvrant dans un état pareil mais tout de même, les odeurs des égouts n'étaient pas son parfum préféré disons. Elle entreprit donc de se relever en prenant appui sur les bords de l'égout, mais finit par y renoncer et à juste s'y asseoir. La douleur s'était amplifiée avec l'entrée de l'eau sale dans sa plaie et ce n'était pas ce qui allait aider à la guérison.

Alors qu'elle écartait quelques mèches de ses yeux en se disant que si Alexander cherchait à l'aider d'une quelconque manière, elle se ferait un plaisir de l'envoyer chier, un bruit parvint à leurs oreilles, trop bref pour que leurs cerveaux aient eu le temps de déterminer sa nature. Qu'est-ce que c'était ? Un grondement ? Une chute de pierre ? Une respiration rauque ? C'est alors que le bruit revint, multiplié cette fois. Un grondement, ça doit appartenir à une bête. Une bien grosse. Ils pouvaient entendre ses griffes racler sur le sol... Bordel. Et bien sûr, ça devait leur arriver pendant que sa jambe était hors d'usage. Par réflexe, Rain dégaina ses Desert Eagle pour les pointer dans la direction de l'imposant intrus se rapprochant inexorablement… C'était sa seule défense actuellement, hormis le blondin à ses côtés mais elle n'en voulait pas, sa fierté en avait suffisamment pris namého.

Et soudain, l'ombre devint matérielle. La bête venait d'apparaître au détour du tunnel, d'une rapidité étonnante, la gueule grande ouverte exposant plusieurs rangées de dents acérées.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mar 3 Sep 2013 - 22:38


- Cessez de vous gigoter, bon sang… ! J'ai déjà suffisamment de mal à…

Elle avait glissé ses mains au niveau des ceintures ? Elle ? Cette femme qui était dégoûtée rien qu’à l’idée d’un baise main ? Mine de rien ça surprenait terriblement le chevalier, fallait-il cependant prendre la chose comme une avancée ? Pas sur, mais bon, qu’elle ai accepté l’idée de le faire, sans vraiment en avoir besoin était déjà un bon début non ?
Bon, allez oublions cette réflexion sans fin, oublions aussi le coup de pied, et achevons de briser ce sol. Poursuivons donc cette descente, vu que visiblement ils le pouvaient ! Pour le coup, ça allait être un sacré surprise, où allaient-il tomber cette fois ?

Et la surprise tomba, en même temps que le chevalier s’écrasait complètement sur Rain dans une eau … qui, il fallait se le dire, n’avait rien de l’eau de source ! Le voila  en train de dévaler  une sorte de pente, ou glissait bien plus paisiblement l’eau qu’eux ! Roulade, glissade  à plat ventre sur son ou sa collègue,  on ne saurait vous décrire tout ce qui avait  eu lieux pendant cette brève minute  de cabrioles liées  un à l’autre.
Dans une eau pareille vous ne savez plus ce que vous touchez, qu’importe la partie du corps concernée. Dans le noir complet, vous êtes même incapable de vous dire que al fin approche, non, vous ne savez rien, et puis d’un coup, se fut  l’arrêt, brutale, sans aucune douceur, Le voila  à genoux, Rain en face de lui, attendez … Il arrivait  à distinguer  la prunelle des yeux de la brune aux grands airs ! Il distinguait aussi un morceau de papier hygiénique s’étendant dans sa chevelure, mais ça c’est une autre histoire, une histoire de galipettes dans les égouts vous voyez ...
D’ailleurs, elle n’avait visiblement pas abandonné l’idée de se libérer de ce lien, elle semblait le faire sans aucune gêne, et le chevalier se contenta de la regarder faire, elle réussit à ne pas briser les sangles et anneaux en plus, bonne nouvelle, lui les aurait simplement explosées pour être rapidement tranquille. Et la voila qui s’éloignait un peu, Alexander eut un petit rictus de sourire, mais bon, il ne pouvait pas lui offrir mieux.


- Eh bien, morale de l'histoire, ne pas porter de ceinture.

Vise un peu la morale, elle oubliait  une chose très importante, quelque chose qui faisait qu’il en portait une chacun, ce n’est pas une décoration ! Elle avait une utilité autre que de maintenir le pantalon vous voyez … Mais elle le réalisait  au moins avant de dire ça ? Allez savoir, mais pour lui c’était évident, alors  il lui répondit sans hésiter.

- Je n’écouterais point cette morale, j’ai besoin de la ceinture pour porter mon épée ! Donc …

Alexander prit un peu de temps pour remettre sa ceinture, virer de sur sa tête, ce qui ressemblait à un reste d’animal, probablement un rat, et regarda rapidement l’égout autour de lui. Il s’était mit debout, Rain, elle, semblait vouloir rester à genoux, elle était encore choquée pour la bulle de tantôt ?

- Donc je préfère encore recommencer cette expérience assez … original … Plutôt que de ne plus avoir d’épée  à la ceinture, question de principe.

Ah les principes, on ne se refait pas hein … Du coup le chevalier se retourna lorsqu’il y eut du bruit, il n’aimait pas ça, il n’était plus équipé, et venait de comprendre pourquoi sa collègue restait genoux au sol … Il s’avança de quelques pas, poing serrés, et depuis la lumière, assez faible qui leurs parvenait depuis ce qui semblait être une possible sortie derrière une immense grille, il sentait enfin la graal de la liberté arriver, mais en fin de compte, c’était trop rêver.
Car voila qu’une dorme se dessinait, sortant d’un … non pas d’un couloir annexe, mais d’un tunnel, comme si … il avait été creusé  à la main ! Mollement l’animal s’installa au milieu et fit face au chevalier  à quelques mètres de distance, elle était immense ! Un taureau semblait petit  à coté d’elle, voila, encore un espoir s’envolant, impossible de se glisser  le long du mur  à coté de la créature, elle était trop imposante !
Et la voila qui chargeait droit sur eux, à première vue, elle avait de sacré griffe, et une belle dentition, pas étonnant qu’elle ai creusé ce trou ! Le chevalier s’avança et repoussa brutalement l’animal, heureusement que son contrôle des limites était encore actif, car grâce  à cela l’animal glissa et heurta la grille avant d’hurler encore plus fort. Une petite colère … super ! Et d’autres yeux qui apparaissent  au détour du même chemin ! Impossible, il fallait qu’il se sauve, et qu’il sauve Rain avec lui !


- Mince !

Il se retourna, c’était maintenant le moment de, soit se faire écraser, soit fuir, alors autant se replier pour prévoir une contre attaque non ?


En courant pour s’en aller, il attrapa Rain et d'un geste assez pressé et pourtant précis, la soulevant par le ventre avant de la placer sur son épaules droite, les hanches de la brune se trouvait sur son épaule il ne la meintenait par les jambes, désolé pour la blessure. Pas le temps de discuter de ses problèmes de contacts, ni des goûts du chevalier pour porter de manière si peu honorable une demoiselle, mais le temps le pressait, il était poursuivit  par quelques monstres qu’il ne pouvait vaincre.
Imaginez un peu la scène, un chevalier courant comme un fou, pourchassé par des monstres dans un dédales d’égouts, esquivant par moment une probable purge de toilette, et d’autre appareils ménagés, Rain sur l'épaule ...
Que cela pouvait être ridicule, et forcément  à un moment  il arriva  devant le fameux chemin creuser dans la roche, il n’avait d’autre choix que d’aller dedans, il courut sans s’arrêter, heurtant par moment les parois jusqu’à ce que … le sol s’effondre sous ses pied en arrivant dans un cul de sac. Une nouvelle descente ! Et cette fois-ci, ce fut un atterrissage dans une sorte de lac souterrain, de l’eau froide, ça faisait fichtrement du bien, c’était calme, il avait besoin d’un peu de repos.
Il trouva encore la force de se traîner, lui et Rain encore sur son épaule sur une sorte de plage sous terre. Il y avait pas mal de détritus autour d’eux, mais moins sale qu’à l’étage du dessus. Il se laissa mollement tomber au sol, s’allongeant sur le ventre, complètement essoufflé, il lui fallait absolument une pause là ! Depuis le début tout semblait l’épuiser ! Mais là, c’était trop il était  à bout.


- Stop … je dois … me reposer …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 4 Sep 2013 - 19:29
Bien entendu que Rain n'avait pas non plus l'intention de quitter sa ceinture, elle soutenait deux de ses lames et un bon nombre de chargeurs tout de même ! Mais bon visiblement, lorsque l'un s'essayait au second degré, l'autre se voyait incapable de le prendre comme tel. Non, décidément, ils étaient condamnés à rester sérieux devant les ennuis qui leur tombaient dessus… Quelle tristesse. Quand on voyait tout ce qu'ils se prenaient dans la gueule, on pouvait aisément se dire que si jamais ils venaient à y laisser la vie, ç'aurait été tellement mieux s'ils le faisaient le sourire aux lèvres. Maintenant, ni l'un ni l'autre n'avait l'intention de crever, bien évidemment. Surtout dans les égouts, surtout après avoir survécu à toute cette descente aux enfers !

La bête était apparue dans le halo de lumière que laissait filtrer l'entrée barrée du grillage, mais bientôt, ce fut le noir complet devant les yeux de Rain. Un coup de feu partit, mais elle dut stopper le deuxième, Alexander s'étant jeté dans le tas pour repousser la bête ! Non mais… de quoi se mêlait-il celui-là ?! Elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit, l'homme s'était retourné pour sortir le pompon : il la saisit par la taille pour la soulever et la balancer par-dessus son épaule. Sur le coup l'enseignante eut un petit cri de surprise, avant que la vision de la bulette affamée de chair fraiche ne détourne son attention du geste osé de la part de son collègue. Celui-ci détala à toute vitesse, pour l'inconfort total de Rain qui avait la désagréable impression qu'elle allait se casser la gueule d'un instant à l'autre.

Malgré les sauts et virages au détour d'un énième tunnel annexe, la jeune femme se concentra sur leur poursuivant qu'elle ne parvenait à apercevoir qu'à intervalle irrégulier. Après, cette bête beuglait suffisamment pour qu'elle détermine son emplacement. Et puis bon, ce n'était pas comme si le but premier actuellement était de la one-shooter… Juste l'empêcher de les rattraper, ce serait bien, mais avec les secousses de la course, ça n'allait pas être de la tarte. Les coups de feu partirent donc. Bon nombre ricochèrent contre les griffes de la bulette, sa peau épaisse, sa dentition… et puis une balle parvint à se ficher dans l'oeil du requin terrestre, lui arrachant un hurlement qui résonna longuement dans toute l'infrastructure souterraine.

Pendant ce temps, Alexander tenait bon et continuait sa course infernale. Rain jeta un bref regard en arrière alors que ses bras battaient l'air et que sa jambe blessée la lançait. Mais il se dirigeait où là ?! Il devait en avoir autant idée qu'elle… merveilleux. Et donc s'ils se paumaient, il ne fallait guère s'étonner. Tournant sa tête à nouveau vers le chemin qu'ils laissaient derrière eux, elle guetta la moindre apparition monstrueuse, mais non, pas de bulette en vue. Une bonne chose ? Pour l'instant. L'esprit tordu de l'enseignante se disait qu'il était parfaitement probable que la bête ait choisi de creuser une galerie parallèle pour les feinter ! Ou alors elle récupérait pour mieux les rattraper…

Vraiment, de vraies montagnes russes ces égouts ! Et soudain, une descente plus marquée que les autres, se rapprochant davantage de tout ce qu'ils avaient subi jusque là. Et plouf, ils atterrirent devant une sorte de lac souterrain, qui fit office de cul de sac. N'ayant nullement vu la chose arriver, Rain eut tout l'honneur de sentir l'eau froide pénétrer à nouveau dans ses vêtements et surtout sa blessure ! Bon, on va dire que c'était mieux que l'eau fétide des égouts, mais tout de même… Alexander ne fut cependant pas décidé à la lâcher là, il la traîna jusqu'à une rive sale. Ils s'y écroulèrent tous les deux. L'un parce que la course l'avait vidé et l'autre tout simplement parce qu'elle était incapable de tenir sur ses pattes. L'un sur le ventre et l'autre sur le dos. Quel charmant tableau où deux loques humaines volaient la vedette à une montagne de détritus...

- Stop … je dois … me reposer …

Le silence s'était rabattu, froissé par leurs respirations irrégulières. L'espace d'un instant, Rain se permit même de fermer les yeux, mais ses sens la rappelèrent vite et se retrouvèrent aux aguets. Qui sait ce qui pouvait leur tomber dessus encore… D'autres monstres souterrains ? La jeune femme se redressa donc quelque peu sur ses coudes, ses pistolets encore dans les mains. Son regard balaya les alentours. Tout au plus, il devait y avoir des rats. Elle se détendit donc un peu plus avant de s'adresser à son collègue, ne pouvant contenir cette irrésistible envie de se moquer de lui plus longtemps.

- Le professeur de sport épuisé par une course ? C'est inédit…

Bon après, elle ne pouvait nier que son initiative avait sauvé leur peau à tous les deux. Quoique… tout ça c'était à cause de lui, alors qu'il la sauve était normal. Hum, bizarre qu'elle se comporte ainsi avec lui, il fallait bien l'avouer, son côté sarcastique ressortait plus qu'avec d'autres personnes. Peut-être parce qu'il se trouvait au bas de son estime ? Pourtant, ce n'était pas aussi simple que ça.

- Bon, on va dire qu'on est quitte, puisque vous êtes à l'origine d'une grande partie de nos mésaventures… A commencer par la bibliothèque.

Rassemblant ses jambes devant elle, un nouveau chargeur entre les dents, la jeune femme dégagea le vide du pistolet afin de pouvoir le remplacer, le tout en ignorant la douleur qui rongeait encore sa jambe. Si un autre monstre venait à débarquer, autant se préparer pour être prêt à la riposte. Heureusement, son pouvoir lui permettait de ne pas perdre trop de sang. Il ne lui permettait pas de cicatriser plus vite par contre… dommage.

- Donc je vous préviens, si vous flânez trop, je me réserve le droit de vous laisser en plan.

Avec un peu de chance, le monstre sera comblé avec un petit blond… M'enfin, Rain disait ça mais elle savait très bien qu'elle n'était pas assez méchante pour le faire. Ce n'était pas parce qu'elle avait été programmée pour quelque chose qu'elle la désirait à tout bout de champ.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 5 Sep 2013 - 0:05


Du calme ! Enfin un peu de calme, le chevalier n’attendait qu’une chose de ce genre, il en avait largement besoin dans l’immédiat. La tête  à moitié enfoncée dans ce qui paraissait être du sable  au touché, il lâcha un grand soupire d’aise en cessant de bouger pour le moment, diable que c’était bon de se reposer vraiment !
De toute façons quand  il fallait il fallait, là son corps lui-même exigeait une pause, courir c’est facile, courir  pour fuir un monstre en transportant quelqu’un ça l’est moins. Et c’est d’autant plus dur que la mort de son avatar divin l’avait déjà bien prit dans son endurance … Voila sûrement le pire inconvénient d’avoir invoquer son avatar divin en fin de compte … cette fatigue lancinante …
Pourtant, il restait  à peu prés attentif  à ce qu’il se passait  autour de lui, enfin, dans l’immédiat c’était  à coté de lui, elle était encore étrangement proche … Et elle fit une remarque que le fit légèrement rire, avalant un peu de sable et le faisant tousser  un petit coup.


- Le professeur de sport épuisé par une course ? C'est inédit…

Elle touchait un point sensible, après tout  il était terriblement fier de son endurance, mais elle ne prenait pas en compte le coût des pouvoirs, c’est sur que cela brisait un peu le mythe de son chevalier inépuisable ! Mais bon, là il ne pouvait que le reconnaître, il écarta un peu de sable de devant son visage, frappant dans un truc  à la forme reconnaissable facilement, un briquet !

- Profite en … ça n’arrive pas souvent …

Il commençait légèrement  à s’agiter, cherchant  à allumer ce gadget qu’il ne connaissait pas vraiment, il avait déjà un peu reprit son souffle et travaillait cet objet comme si il pouvait servir  à quelque chose !
De toute façons  il n’était pas en état de se redresser rapidement, et ses vêtements ample qui lui collaient  à la peau, c’était encore pire que tout pour l’aisance de mouvement … Il fallait se rassurer en se disant que mademoiselle Sinclaire subissait un sort équivalent au sien, la fatigue en moins et une blessure en plus. Ce qui au final donnait toujours deux loques incapable de bouger  ou de se battre dans cette grotte.


- Bon, on va dire qu'on est quitte, puisque vous êtes à l'origine d'une grande partie de nos mésaventures… A commencer par la bibliothèque.

Il arrêta son travail sur le briquet, souriant  un instant, puis recommença, alors elle n’avait toujours pas digéré la bibliothèque hein … C’était la combientième fois qu’elle ramenait le sujet dans la conversation ? Bonne question, oh cela faisait plusieurs, presque à chaque imprévu qu’ils avaient, autant vous dire que cela faisait beaucoup. Mais bon, c’était raisonnable de penser que l’étagère était de la faute du chevalier, c’est pas une mouche qui aurait put faire ça …

- Alors nous sommes donc quitte !

Bon, au moins maintenant ils retournaient sur de bonnes … bases ? Et si on commençait au dixième sous sol dans une cuisine n’en possédant qu’un seul ? C’était une bonen idée non ? Pas vraiment … Il fallait encore sortir de là, il fallait, déja se reposer, sécher les vétements, et ensuite … Et ensuite …

- Donc je vous préviens, si vous flânez trop, je me réserve le droit de vous laisser en plan.

Ok, pour la complaisance, l’honneur de ne pas abandonner un compagnon, il pourrait visiblement repasser avec elle, il plissa un instant les sourcils et gratta le briquette, qui pour el coup s’alluma, un bon vieux zippo avec encore un peu de produit ! Le chevalier surprit la lâcha et fixa la flamme. Du feu ! Ils avaient du feu maintenant ! Le chevalier eut rapidement fait de tendre les bras pour saisir des saletés  à brûler, puis des morceau de bois, des pattes de chaise, des caisses brisées, en fait  il y a largement de quoi faire !
Mollement il roula sur le coté, encore un peu épuisé, mais heureux d’avoir du feu, il heurta d’ailleurs Rain en se basculant pour s’écarter du foyer.
Il la regarda dans les yeux un instant et se releva, pour s’asseoir un peu moins coller contre elle, mais restant pourtant  du coté de la femme. Fixant les flammes brisant enfin l’obscurité de la grotte, permettant aux deux de se repérer. Il saisit une bûche  un peu plus grosse  à la lança dans les flammes. Et sourit, repensant à son passé  devant cette scène, un feu de camp … il n’en avait plus fait depuis qu’il était mort, il n’en avait fait aucun  à l’académie.


- Alors j’en ferais de même à cause de ta blessure ! Non … c’est contre mes principes …

Il tisonna un peu le feu avec une branche échouée juste  à coté de lui et retira sa cape et se veste qu’il posa  à coté du feu,  à une distance de sécurité, afin de les faire sécher. Les flammes se réfléchissaient dans les yeux du chevalier, leur donnant une jolie couleur orangée, mais surtout, il y avait une petite lueur de nostalgie dans ces derniers.

- Un feu de camp … Ca me rappel tant de souvenir … Les campagnes avec d’autres chevaliers … Les moments de détentes que j’accordais  à mes écuyers  après qu’ils me le demandent tant de fois …

Il s’arrêta d’un coup,  il était partit pour énumérer ses souvenirs de chevalier, mais il oubliait deux choses importantes, tout d’abord qu’il n’avait quasiment pas de vraie souvenir de famille, mais aussi, que Rain n’était pas le genre de personne à l’écouter  se plonger dans ses souvenirs d’une époque depuis longtemps révolue …
Néanmoins, dans cette état d’esprit, il devenait enclin  à une conversation posé, même avec des personnes qui se moqueraient probablement de lui …


-  Tu as de bons souvenirs de ta vie ?




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 5 Sep 2013 - 18:46
Leurs regards se croisèrent un moment lorsqu'il se roula sur le côté après avoir allumé un feu de camp, au terme d'une longue bagarre contre un briquet. Un pauvre briquet qui n'avait pas demandé à être malmené ainsi, mais bon. Rain l'avait laissé découvrir l'objet, même si l'espace d'un instant, l'idée d'aller l'aider à l'allumer une bonne fois pour toute avait traversé son esprit. Le corps du professeur de sporrt avait alors été un peu trop proche du sien mais Rain n'avait pas eu à se dégager ; il le fit lui même en s'asseyant quelques centimètres plus loin. Voilà qui était mieux…

Leurs voix résonnaient en ces lieux heureusement plus spacieux que leur bulle. Ils étaient toujours bloqués, ça oui, mais la situation était devenue un peu plus supportable pour la jeune femme. Néanmoins, tant qu'elle aurait pas aperçu la lueur du soleil, elle ne pourrait se sentir complètement détendue. Sans compter que l'air ici était tout sauf frais. Elle n'était pas de celles qui rechignaient pour un rien évidemment, mais ce besoin était trop fort. Au moins, elle parvenait à prendre sur soi et à ne pas se plaindre à tout bout de champ, sinon sa fierté en prendra encore plus et il n'en restera plus rien !

En parlant de fierté, d'honneur, et autres bricoles, voilà qu'Alexander lui répliquait, sous-entendant que lui ne la laisserait pas tomber, puisque c'était "contre ses principes". Intéressant… Bon, au moins elle savait maintenant, mais à aucun moment l'idée ne lui vint de le rassurer qu'elle en ferait autant malgré ce qu'elle avait affirmé. Il n'y avait pas besoin d'étaler la chose ainsi, de toute manière, les paroles dans le vide, elle en avait horreur… Alors autant laisser les actions parler d'elles-mêmes.

- Un feu de camp … Ca me rappel tant de souvenir … Les campagnes avec d’autres chevaliers … Les moments de détentes que j’accordais à mes écuyers après qu’ils me le demandent tant de fois …

Silencieuse, Rain tentait de comprendre le sens de ses paroles avec le peu de notion qu'elle avait en Histoire. Si son voisin observait le feu de camp, la jeune femme, elle, scrutait son visage. Elle vit son sourire, son regard où une étrange lueur s'animait lorsqu'il parlait. Tout cela était bien étranger pour elle. Alors forcément, la fascination était de la partie, si bien qu'elle en oublia que son regard pouvait paraître insistant et donc déplacé. Et ce jusqu'à ce que finalement, le jeune homme lui adressa une question, ce qui suffit pour la tirer de ses réflexions sur cette expression si étrange qu'est le sourire...

- Tu as de bons souvenirs de ta vie ?

Sur le coup, même si elle avait voulu tenter de sourire elle aussi, l'envie avait volé en éclat. La jeune femme détourna rapidement les yeux, comme de peur qu'il ne la surprenne en train de l'observer, afin d'éviter qu'il ne se fasse des idées. Les flammes… même elles semblaient parvenir à exprimer plus de choses qu'elle… Des bons souvenirs. Pourquoi ces mots ne lui évoquaient rien ? Tout en observant ce feu dansant, ses prunelles devinrent comme transparentes. La lueur orangée s'y réfléchissait avec perfection, animant au maximum ce regard pourtant figé, vidé de toute émotion.

- Bon, mauvais… ce sont des notions qui me sont étrangères...

Oh et puis cette question, elle ne l'aimait pas. Trop directe, trop personnelle. Trop douloureuse… Elle détacha ses yeux des flammes pour les diriger vers Alexander. Le semblant de faille qui s'était creusée l'espace d'une seconde s'était revue couverte de cette solide carapace, inébranlable.

- De toute manière, cela ne vous regarde pas.

Ou comment couper court à un semblant de discussion. En même temps, il ne la connaissait pas, elle ne le connaissait pas. Ils avaient peut-être vécu plus d'aventures que la plupart des mortels en une seule journée mais tout de même, ce n'était pas une raison pour qu'elle lui raconte sa vie… si ? En tout cas comme manière d'envoyer chier, elle ne pouvait pas faire mieux, pour le coup. Enfin, si peut-être, mais cela tomberait dans de la violence. Et ce n'était pas vraiment ce qu'elle préférait comme moyen.

Scrutant ses mains refermées sur les poignées de ses armes à feu, Rain eut l'impression de revoir ce souvenir qui avait ressurgi dans la bulle de béton. Du sang. Elle en avait plein les mains. Elle était si sale. Et personne pour venir lui dire qu'elle l'était. Personne pour venir la nettoyer. Elle était si sale… Elle l'était toujours. Elle le resterait. Il y avait trop de sang pour que tout soit un jour complètement nettoyé. Il y en avait eu trop, des victimes… Elle retenait chacun de leurs visages, mais le regret n'avait même pas sa place lorsqu'elle y songeait. Il n'y avait rien d'autre qu'un vide, un vide vertigineux à l'endroit où devait se trouver son coeur. Et c'était bien ce qui lui faisait peur.

Une secousse.

La jeune femme se crispa, ses sens en alerte, son voisin sans doute dans le même état. Le choc ne devait pas être passé inaperçu. Balançant toute réflexion de côté et s'appuyant uniquement sur son instinct, Rain donna un coup de pied à son collègue pour l'envoyer à quelques mètres avant de rouler sur le côté. Le sol sous eux volait en éclat, détruisant leur joli feu de camp par la même occasion. A l'endroit où ils se trouvaient à l'instant, une énorme paire de mâchoires venait de se refermer. A tous les coups, c'était encore cette fichue bulette… !

Braquant les canons de ses Desert Eagle sur la bestiole, Rain n'hésita pas à faire feu tandis que ses Ailes Célestes se matérialisaient dans son dos. A ce stade de son pouvoir, chacune de ces apparitions lui était douloureuse, mais ce n'était pas grand-chose, pas plus que cette blessure à sa jambe. Dans cette situation, c'était son seul moyen pour se déplacer correctement. Bien sûr elle pouvait essayer de marcher dans son état, bondir et courir aussi, mais ce serait tenter le diable et si jamais elle venait à céder à la douleur une seule fois, si elle s'accordait ne serait-ce qu'une fraction de seconde de répit, ce sera fini.

Les balles armor-piercing firent leur effet et se fichèrent dans la peau dure de l'animal. Bien sûr, ce n'était pas ce qui allait l'abattre et l'énorme bestiole ne tarda pas à se jeter sur elle. Un battement d'Ailes et elle se retrouvait au-dessus de la bulette. Nouveaux coups de feu, puis elle atterrit auprès d'Alexander, repliant les genoux pour encaisser le choc.

- Ce dinosaure commence sérieusement à me peser…

Elle n'eut pas le temps de terminer, remarquant que son collègue n'avait pas vraiment son attention braquée sur elle. Et pour cause, une créature émergeant de l'eau était occupée à lui parler… Pendant ce temps, la bulette était revenue à l'assaut, ses puissantes mâchoires prêtes à la sectionner comme un bout de fromage. Dans un fracas terrible, les rangées de dents furent freinées dans leur course par les pontets de ses pistolets, disposés dans ce cas à la verticale, l'un avec le canon braqué vers le sol et l'autre vers le ciel.

Renonçant au bras de fer qui s'annonçait, la jeune femme bondit en arrière pour se réceptionner souplement contre le mur. Et voilà que le monstre se dirigeait sur Alexander ! Grrr, pourquoi cette bête était si peu friand d'un semblant de difficulté ? Elle aurait pu essayer de l'atteindre, mais non, il avait fallu qu'elle s'attaque à ce bougre, la mettant dans une situation qui l'obligeait à le sauver. L'obliger ? Non, en soi, rien ne l'y obligeait mais… Si, ses principes l'y obligeaient. Une arme qui avait des principes, on aura tout vu…

Après avoir remplacé ses pistolets par des lames, Rain se propulsa donc vers la bestiole avec une vitesse inouïe. Deux éclairs blancs plus tard, la bulette pouvait dire adieu à ses yeux. Bon par contre, elle était dans une position relativement délicate car le requin terrestre n'était pas encore mort et tentait encore de forcer le passage en lui assénant un violent coup de griffe. Celle-ci fendit l'air alors que l'enseignante se reculait avec ses couteaux. Profitant de l'ouverture créée par l'attaque de la créature, elle s'éclipsa sur le côté en lui décrochant un coup circulaire qui lui fit un joli sourire d'ange. S'ensuivit un coup de lame qui frappa le flanc, la partie censément la moins dure du corps, alors que sa main continuait sa course pour le taillader sévèrement. Le genou de sa jambe blessée sur le sol, la jeune femme écouta la bête rugir de douleur en s'écroulant sur le côté, le ventre ouvert.

Le silence retomba, mais ne dura guère longtemps.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 5 Sep 2013 - 21:18


- Bon, mauvais… ce sont des notions qui me sont étrangères...

Il n’écartait pas son regard du feu, il avait l’impression de s’entendre, lorsqu’il était encore aveuglé par le fait de suivre les ordres, encore aujourd’hui se serait sûrement le cas si il reconnaissait quelqu’un comme son supérieur hiérarchique et lui faisait confiance.
Mais pour le moment, personne en vue, alors il était un peu un chevalier errant, perdu, et sans objectif.

Ses vêtements séchaient tranquillement, et voila qu’un étrange son parvenait à ses oreilles, s’était étrange, ses pensées n’arrivait plus à quitter ce dernier, l’omnibulant complètement Il réussit encore à entendre un peu les propos de Rain, mais c’était comme si il était ailleurs, c’était étrange ... Etrange et … enivrant … Il se laissait doucement noyer, plongeant son esprit dans ce chant, à moins que ce soit ce dernier qui ne plonge en lui, dans le fin fond de son esprit. Enfin il n’était pas encore complètement aveuglé et réussit, difficilement à lui répondre avec ce qui lui restait de conscience encore active. Ses paroles devaient largement faire ressentir cette difficulté, des mots un peu moins bien articulés, un semblant d’essoufflement de retour.


- Je vois … Tu … non rien …

Inutile de s’acharner à parler, il n’y arrivait pas, et en plus, oui, en plus, il n’arrivait absolument pas à réfléchir, autant s’abandonner à ce qui le préoccupais plus que tout, je parlais bien sur de ce chant divin qui s’incrustait jusqu’au plus profond de l’être du chevalier.

Il se laissa submergé par ce désir vitale d’écouter ce chant, il ne ressentit absolument pas la vibration du sol, non, et heureusement que sa collègue l’écarta brutalement sinon il lui manquerait la moitié de son corps.
Après avoir mollement roulé sur le sol jonché de déchet, et grâce à la remontée soudaine de la bullete, il y avait des débuts de flammes un peu partout dans la grotte, certains s’éteignaient, tandis que d’autres embrasaient lentement d’autres détritus, donnant à la grotte bien plus de lumière que nécessaire.
Avec autant de noblesse qu’un parchiderme le chevalier se retourna pour se mettre à genoux en ramper lentement vers le bord du lac, il n’écoutait pas Rain, il devait rejoindre la voix, il devait … trouver de qui elle venait. Et justement voila qu’enfin son désir se réalisait, une sirène émergea à moitié de l’eau, de long cheveux blanc comme la neige, un visage fin et finement dessiné, de superbe écailles sur ses bras et des doigts fin . Mais le mieux restait cette voix, ces sons qui engloutissait le chevalier, son regard devint rapidement vide, ignorant tout de ce qui se passait autour de lui, il écoutait les murmures de la charmeuse d’hommes devant lui.
Finalement, il fixait aveuglément les yeux de l’être aquatique, l’écoutant encore et encore, chanter lui parler, puis soudain elle sembla regarder autre chose que le chevalier, elle regarda d’abord Rain, puis la bulette, et un magnifique sourire se dessina sur le visage de la demi poisson, et ce qu’elle lui murmura doucement à l’oreille changea le chevalier envoûter en celui qu’il était toujours au fond de lui, un homme qui effectuait aveuglément les ordres, pas besoin de réflexion.


- Débarrasse moi de ces deux intrus mon beau petit blond … Ensuite ce sera entre nous …

Le chevalier se redressa, le regard complètement vide, presque éteints, il était entièrement aux ordres de la créature, et son ordre était absolu maintenant. Forcé de constater qu’il avait même oublié qu’il connaissait Rain, il se lança comme un fou sur la créature à terre, utilisant les impacts de balle du précédent échange, il enfonça directement sa main, son bras entier dans la créature qui hurlait et se débattait encore plus, c’est au moment ou elle s’inclina, prête à rouler que le professeur agrippa ce qu’il cherchait, le cœur de l’animal.
Il l’empoigna et l’arracha encore bâtant de ce qui devint directement une carcasse inerte animée par quelques spasmes post mortem. Le cœur continuait lui de battre, de plus en plus lentement dans la main du chevalier, ce dernier le regarda un instant … puis acheva de le faire éclater en serrant encore un peu plus fort, plantant ses doigts dans cette chaire mobile, qu’il laissa lamentablement tomber au sol.
Cette partie de l’animal n’avait pas encore cessé ses battements, mais maintenant il ne ressemblait plus vraiment à un cœur avec sa forme déchirée par la pression des poignets du chevalier.

Le regard du blond se porta ensuite sur la deuxième intruse dans la demeure de la sirène, il regarda un instant al direction de cette dernière, elle avait replongé, mais son chant continuait dans la tête du chevalier, elle se protégeait visiblement.
Alexander ne parlait pas, il écoutait le chant, ce dernier glissait par moment un doux message …


- Tue la ! Maintenant ! …. Arrache lui le coeur ! … Crève lui les yeux ! …

Il s’avança vers Rain, l’ordre était absolu, il devait écouter, elle n’avait rien à faire ici, visage neutre, aucune parole, en avançant vers elle son bouclier et son épée apparurent dans ses mains, et aussitôt il fut à portée d’épée …
La lame d’acier plongea vers Rain, bouclier devant lui, il avançait frappant aveuglement, il n’y avait pas de stratégie élaboré, aveuglé, sans esprit, il ne faisait que la rouer de coup. La bulette lui avait offert un puissant coup de patte dans l’épaule gauche en mourrant par perte de son organe vitale, c’était peut être ce qui justifiait l’immobilisme de ce bras, mais malgré ton l’hypnose qu’avait subi le chevalier lui faisait complètement ignorer cette blessure qui saignait bien, il ne se protégeait que car son bras ne pouvait pas, sinon soyez sur qu’il aurait ajouté des coups de bouclier à ce déchaînement de violence irréfléchie.
Finalement, un bruit sortit de la bouche du chevalier, un souffle, un râle plus bestiale qu’humain, la possession l’avait transformé en une marionnette de violence pur, pas de subtilité, uniquement des coups et encore des coups, la définition exact du berserker, on ne se protège pas on frappe sans fin l’adversaire, le plus endurant gagnait. Blessé contre blessé, mais un manipulé pour être un berserker, qui prendrait l’avantage, à chaque fois que la sirène remontait pour parler, ou même pour rire, Alexander se ressaisissait, et poursuivait son assaut avec tout les moyens qui s’offraient à lui.





♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 5 Sep 2013 - 22:16
Le silence ne fit pas long feu. A peine s'était-elle redressée pour faire face à la bulette qu'elle dut faire face à un spectacle assez… surprenant ? Alexander s'était finalement décidé à bouger ses fesses, et acheva l'énorme bête en lui arrachant le coeur. OK, au moins comme ça ils étaient sûrs… En revanche, il y avait comme un hic. Quelque chose d'anormal dans l'air, sans que Rain ne parvienne à définir exactement le problème. Son regard se braqua instinctivement vers la surface du lac souterrain. Elle n'avait pas eu le temps de s'attarder à l'intruse qui semblait murmurer des choses à son collègue en raison de la bulette qui se jetait sur elle mais maintenant que la jeune femme y pensait, cette créature n'avait rien à faire là. Qu'est-ce que c'était exactement ? Elle n'avait pas eu le temps de la détailler, et maintenant elle avait disparu...

Mais son attention se braqua bien rapidement sur la blessure à l'épaule du blond. Plutôt sévère, comme blessure, mais si Rain se décidait à y mettre du sien, avec son pouvoir, elle saurait lui permettre de ne pas mourir d'une hémorragie. Cependant, avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit, son collègue avait refermé sa poigne sur le coeur encore battant de la bulette, répandant des giclées de sang noir sur le sol. L'enseignante observa le spectacle, se sentant quelque peu étonnée. Non pas que ce genre de chose la choquait, loin de là, ce n'était pas comme si elle n'avait pas l'habitude d'assister à ce style de mise à mort, mais venant d'Alexander, c'était étonnant, oui. Surtout que son regard ne lui disait rien qui vaille. Non, décidément, quelque chose n'allait pas… Elle en eut la certitude lorsqu'il braqua celui-ci dans le sien. Par instinct, elle avait reculé d'un pas, sa jambe l'insultant mais ne pouvant que souffrir en silence.

Un bouclier ainsi qu'une épée apparurent alors dans les mains d'Alexander, qui ne cessait d'avancer vers elle. Lorsqu'il se vit armé, l'homme se jeta comme une bête sur Rain, lui assénant une série de coups plus violents les uns que les autres. Cette chose qui lui parlait tout à l'heure, ça devait être une sorcière, une apprentie-déesse, ou non, peut-être une sirène ! Peu importe, l'enseignante lui fera la peau. Mais d'abord, il lui fallait encaisser les assauts d'un professeur bourrin. Professeur de sport VS professeur de combat rapproché. Qui ouvre les paris ? L'un avait une épaule sérieusement endommagée et l'autre avait une jambe qui n'était pas en reste… Qui l'emportera ?

Rain reculait par demi-pas, serrant les dents pour surmonter la douleur que lui procurait sa moelle transpercée. Les coups d'Alexander ? Elle les esquivait lorsque c'était possible, profitant de son agilité, et les déviait lorsque cela ne l'était pas. Ainsi, elle économisait des forces, ce qui ne serait pas le cas si elle s'amusait à tous les bloquer. Son adversaire s'épuisait également plus vite. Seulement, il y avait un souci : le ring n'était pas infiniment grand et leur espace était plus que limité. Rain savait que le mur derrière elle se rapprochait inexorablement.

Alors, elle se laissa intentionnellement ôter l'une de ses lames par la première parade depuis le début de ces assauts aussi violents les uns que les autres. Ainsi, utilisant le côté bourrin de son adversaire à son avantage, elle l'incita à profiter de l'ouverture créée par l'absence d'une partie de la défense pour la frapper au niveau de la tête avec son épée. S'abaissant au dernier moment, elle le laissa enfoncer profondément sa lame dans le mur, puis se redressa vivement pour lui asséner un violent coup de paume sous le menton avec sa main désormais libre. De quoi le sonner sans le blesser davantage. De quoi le désarmer avec un peu de chance.

Dans tous les cas, Rain attrapa le bras blessé de l'enseignant, celui qui est donc par conséquent le moins mobile, et le retourna derrière son dos tandis que son deuxième main venait appliquer une pression sur sa nuque pour qu'il se mange violemment le mur. Elle n'y avait pas été molo, mais pas de quoi lui briser le crâne non plus. Juste de quoi le maîtriser en minimisant les dégâts collatéraux. Bien. Elle faisait des efforts pour une machine à tuer. Son regard se tourna vers la surface du lac où la tête de la créature qui les épiait venait de disparaître.

Ses Ailes apparurent à nouveau et la propulsèrent, aidées par le contrôle des limites boostant les forces de ses jambes, vers l'intruse à une vitesse folle. Les éclats d'eau se firent violents, les cris de la sirène aussi. Rain venait de l'attraper par les cheveux. Tant pis si elle se prenait des coups de griffes, des morsures… Là c'était à son tour d'être bourrine. L'imposant canon de son Desert Eagle vint se coller entre les yeux de la créature aquatique. La détonation se fit. Le sang gicla. La douille vola pour aller plonger allègrement dans l'eau.

Le silence retomba. Cette fois pour de bon.

Se traînant jusqu'à la rive, Rain se laissa tomber à côté d'Alexander. Sa blessure à l'épaule… Autant lui faire un pansement direct tiens. Par contre, si l'idée lui était venue, ce n'était pas pour autant qu'elle avait les capacités de la mettre en application; Elle avait été créée pour tuer, pas pour soigner… Alors elle arracha un bout de la cape du chevalier et le roula en boule pour éponger un maximum de sang. Ça n'empêchait pas celui-ci de couler pour autant et Rain fut exaspérée, ayant vaguement l'impression de faire une connerie. Alors elle se pencha sur lui et lui asséna quelques gifles destinées à le réveiller. Son coup devait l'avoir bien sonné et aurait plongé un humain normal dans un sommeil forcé d'une petite journée, mais elle ne savait pas pourquoi, elle gardait espoir qu'il entrouvrirait les yeux.  

Enfin, voyant que l'effet n'était guère fructueux, la jeune femme se décida à soulever l'homme, à passer un bras par-dessus son épaule pour le soutenir. Parce que déjà qu'elle peinait à tenir debout avec sa jambe blessée, hors de question qu'elle ravale sa phobie pour le porter en princesse une nouvelle fois. Elle avait déjà donné, dans la bibliothèque… La douleur, la fatigue qui se faisait sentir malgré tout, et les contacts physiques qu'elle se devait de supporter pour pouvoir ramener entier son collègue à l'infirmerie, tout cela sans compter tout ce qu'elle avait traversé jusque là, avait largement de quoi la mettre d'une humeur terrible.

- Je vous préviens, grommela l'enseignante alors qu'elle tentait de remonter une pente parsemée de détritus, si vous faîtes l'idiot envouté maintenant, je vous massacrerai sans hésitation…



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 6 Sep 2013 - 0:27


Obéissant le chevalier, frappait encore et encore, son esprit éteins n’avait que faire de sa blessure, il fallait qu’il suive l’ordre pour pouvoir …
Un grand coup dans le menton, Le chevalier en lâcha son épée qui dans un bruit métallique heurta le sol rocheux. Mais le bouclier resta en main, les attaches le maintenant partiellement sans que le chevalier ne le tienne, question de confort de combat et pour éviter de le perdre en combat, justement.
Mais la folie à une faiblesse, c’est qu’en se concentrant uniquement sur les coups, vous ne prêtez pas attention au décor, ni à votre propre protection. Et cela Rain en profita pour contre attaquer. Elle créa un magnifique lien entre la paroi et le visage du chevalier, un coup suffit, avec ce qu’il avait eut juste avant que son corps tienne était un miracle, là c’était de trop.

* Grand moment de solitude dans le noir*

L’esprit du professeur était plongé dans le noir absolu, son corps de répondant définitivement plus, les ordres continuaient pourtant à raisonner dans sa tête, se répétant encore et encore, jusqu’à ce que le chant stop, un hurlement, puis la nuit devint parfaitement silencieuse.
Son esprit vagabondait dans cette obscurité, plus aucun bruit de raisonnait, pourtant au loin il y voyait la lumière, il était mort ? Il voyait le bout du tunnel ? Impossible il était mort comment cette fois ? Il n’en avait même pas le souvenir ! C’était encore plus rageant !

Mais … il ressentait quelque chose, ça faisait comme … de la douleur ? Un esprit peut souffrir ? Encore mieux il ressentait des coups, des gifles sûrement, mais ça le secouait d’avantage, son esprit s’échauffait à ne rien comprendre à sa situation. Puis d’un coup il entendit la chose qui put le mettre définitivement sur la voie de la raison, et ses yeux s’ouvrirent en reconnaissant la voix de sa collègue. Autant vous dire qu’il s’ouvrir encore plus grand en s’apercevant qu’elle le supportait malgré sa jambe blessé pour sortir d’ici en escaladant une montagne de déchet.


si vous faîtes l'idiot envoûté maintenant, je vous massacrerai sans hésitation…

Avait-elle vu qu’il émergeait de son état d’inconscience ? Non, il ne pensait pas, mais il n’allait pas la regarder grimacer par la douleur alors que lui avait les moyens de marcher sans souffrir ! Il reprit des appuis correct, cessant de faire traîner ses bottes au sol, et la contraigna un peu à se stopper en enlevant pratiquement tout son poids d’elle. Et émettant quelques bruitages de zombis qui se réveille d’un très long sommeil.

- L’i … L’idiot ? … Envouté ? Mais …

Bon sang, ce qu’il avait terriblement mal au crane là … c’était pas normal ca … cela ne lui arrivait pour ainsi dire jamais, il devait y avoir quelque chose. Un truc qu’il avait manqué, surtout pour qu’elle le transporte dans un élan de générosité ? Il devait penser quoi d’elle maintenant ? Elle n’était pas aussi impitoyable qu’elle le laissait voire mais …
Et puis, ce n’est pas en réfléchissant qu’il trouvera, il existe une solution rapide pour son problème de mémoire. Il posa une main sur son front par réflexe pour le mal de crâne mais se stoppa net, l’épaule lui avouant qu’il y avait plus important que sa barre au front !


- Mais … Il s’est passé quoi … je ne me souviens plus que … d’un chant … je crois …

Tu ne saurais pas être plus claire le chevalier déboussolé ? Tu devais poser une question pas parler de ton ressentit ! Mais bon finalement comme tout le monde la question fondamentale lui brûla les lèvres, et les démangea tellement qu’il la demande quasiment directement après sa jérémiade.

- Que s’est-il passé Rain ?

Il se remit à juger de leur état respectif, leurs blessures, mais surtout le chemin à parcourir, il était bien le seul à pouvoir marcher ses souffrir. Il regarda son bras au dessus des épaules de Mademoiselle Sinclaire. Il le glissa pour ensuite le glisser dans le dos de la femme, s’arrangeant pour que ce soit elle qui s’appuie sur ses épaules, sur l’épaules droite bien sur, il n’était pas encore assez fou pour utiliser la blessée …Ce serait le tuer à petit feu, et surtout réduire ses capacités !

- Qu’importe, je vais nous soutenir, j’en ai plus la capacité que toi.

Ainsi ce fut lui qui entreprit d’être le pilier de leur ascension, d’ailleurs il y avait un nombre considérable de détritus ! C’était dur d’imaginer que ce n’était pas connu à l’académie. Finalement le bout du tunnel arriva, la nuit avec … C’était une nuit très claire, éclairé par la lune qui était pleine, ils avaient passés combien de temps sous terre ?
Dur à estimer, mais sûrement quelques heures déjà … En plus il n’était pas vraiment à l’académie, mais collé contre le mur d’enceinte, coté extérieur bien sur …
Il sentait le sang continuer à s’écouler de sa plaie à l’épaule, c’est possible ! A ce rythme … il allait finir par tomber dans l’académie par anémie !


- On y arrive enfin … Appuie sur ma blessure … N’y va pas avec des gants, si ça fait mal le sang coulera moins et ça me tiendra encore un peu debout …

La douleur, l’adrénaline du désespoir pour chopper quelques dernière ressources et atteindre l’infirmerie, en fait non il ne l’atteignit pas, il arriva jusqu’au portail, et ses jambes finirent par tomber, manque de sang, il devenait faible, terriblement faible … Essouffler rien que pour avoir marché … Il était encore conscient mon son corps allait céder si il continuait, c’était comme dans ses entraînements marathon, jusqu’à épuisement totale à ne plus tenir debout, il était de le même cas, une blessure sévère en plus … Et une moitié de vêtement encore dans la décharge, tant pis !

- Tu … tu … tu peux prendre …. Le relais ?




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 6 Sep 2013 - 18:16
Alors qu'elle se demandait si elle n'avait pas été un poil trop fort dans son coup, Rain eut tout l'honneur d'entendre à nouveau la voix de son collègue résonner à son oreille. Et quelle voix. Une série de grommellements se fit entendre, alors qu'Alexander recouvrait peu à peu son esprit. Visiblement, il ne se souvenait pas de ce qui s'était passé durant les dernières minutes. Quel dommage. Enfin pour l'heure, Rain était plus occupée à les maintenir en équilibre tous les deux plutôt que se soucier de son trou de mémoire ou même de son réveil. Elle se contenta donc de raffermir sa prise et l'appui de l'homme sur ses épaules. Ses semelles cherchaient elles à ne pas glisser sur les nombreux détritus qui peuplaient cette pente. Une lumière au loin. Sans doute celle de la sortie. Ils se trouvaient donc au fond d'une décharge géante, encore ruisselant d'eau d'égout et blessés. Ô joie et réjouissance.

- Mais … Il s’est passé quoi … je ne me souviens plus que … d’un chant … je crois … Que s’est-il passé  Rain ?

- Oh, rien de grave, vous avez juste écouté les belles paroles du chant en question et tenté de me trancher en rondelles…

Le ton était plus ou moins sarcastique, encore. La jeune femme sentit néanmoins son voisin se remettre tout doucement sur ses jambes, répartissant les poids de manière plus équitable. Puis, le pompon, il échangea leurs rôles et passa son bras par-dessus son épaule intact.

- Qu’importe, je vais nous soutenir, j’en ai plus la capacité que toi.

Un grognement s'échappa de la bouche de Rain alors qu'elle se retirait sur le côté.

- Qu'est-ce que vous insinuez là ? Que je suis faible ?

Suffit les contacts physiques maintenant ! Elle avait pris sur elle pour soutenir le bougre, mais maintenant qu'il savait marcher seul, qu'il s'abstienne de la toucher encore. Non mais oh. Bon par contre, ce fut sans compter sur la coopération de son collègue. A peine avait-elle réussi à esquisser un pas qu'il était revenu à la charge. Hors de question qu'il la laisse garder un semblant de dignité hein ? Grrr. Faillit s'ensuivre une lutte pour se dégager mais Rain jeta un regard suspicieux à leurs pieds. Avec leur chance de bouse, à tous les coups, le sol allait encore s'effondrer et ils allaient encore tomber elle ne savait où.

- Je vous revaudrai ça. Et ne pensez pas que ce soit de la reconnaissance.

Après son corps restait honnête, si elle avait dû gravir cette pente seule, elle aurait pris le triple du temps que cela prit avec le soutien de son collègue. Mais… merde quoi, sa fierté ! Ce n'était pas celle qu'un homme pourrait perdre de se faire aider par une femelle, non, mais c'était tout aussi humiliant. Enfin bref. Mieux valait ne pas y penser et faire abstraction en ce moment. Le regard rivé vers le sol, guettant la moindre anomalie, elle avait presque l'impression d'être en train de développer une phobie. Une phobie des catastrophes, ça existait ? Le comble tiens.

Au bout d'ils ne savaient combien de temps, ils finirent par s'extirper hors de la décharge pour… se retrouver près d'un immense mur. Le mur d'enceinte de l'académie. Sérieusement… Bon au moins ils n'étaient pas perdus. Si jamais ils avaient dû débarquer dans un endroit paumé et sans repère, ç'aurait été drôle pour retrouver leur chemin. Ce n'était pas avec ses Ailes qu'elle allait pouvoir voler loin, et encore moins avec Alexander dans les bras… Oh en parlant de celui-là, il en ressortait forcément plus épuisé. Et elle, elle avait été trop concentrée sur leur progression, de peur qu'une autre connerie leur tombe dessus, pour s'attarder sur son flux sanguin… Pourtant elle avait le pouvoir de lui éviter de perdre trop de sang, même si ce n'était que pendant deux minutes.

- On y arrive enfin … Appuie sur ma blessure … N’y va pas avec des gants, si ça fait mal le sang coulera moins et ça me tiendra encore un peu debout …

- Avec des gants ?

Mais… elle n'avait pas de gants, de toute manière… Enfin bref, la jeune femme zappa rapidement, se contentant de retenir le reste de ses mots. Appuyer sur sa blessure. Elle le fit avec le bout de cape roulé en boule, jusqu'à ce qu'ils parvienne devant le portail. Là, il finit par tomber mais Rain le rattrapa pour qu'il ne se casse pas la figure trop vite. Essoufflé, il lui adressa la parole d'une voix faible alors qu'elle continuait à appuyer sur la blessure, les genoux posés sur le sol.

- Tu … tu … tu peux prendre …. Le relais ?

- Très bien. Mais vous risquez de le regretter.

Sa revanche ? La voilà l'occasion. La jeune femme saisit son collègue et releva le genou de sa jambe valide pour prendre appui celle-ci et se relever. Le blond pesait bien quinze kilos de moins qu'elle, alors elle n'aurait pas trop de mal à le transporter, même avec une jambe blessée. Et voilà que le professeur se retrouvait dans la position "demoiselle en détresse" dans ses bras, identique à celle dans laquelle il s'était trouvé au tout début de leur rencontre, lorsqu'il avait effectué une chute libre impressionnante en compagnie d'une pluie de livres. Seulement, cette fois, cela durait plus longtemps et le trajet n'était pas des plus confortables. Rain pouvait peut-être encore avancer mais toute sa détermination ne l'empêcherait pas de boiter.

- Ne craignez rien, Mademoiselle Urmanis, l'infirmerie n'est plus loin.

A la limite, on entendrait un rire de poulet maléfique en fond. Mais Rain ne riait pas, elle se contentait de le faire intérieurement à défaut de pouvoir le faire à haute voix. Maintenant, direction l'infirmerie, le tout en tâchant de lui éviter de perdre plus de sang, mais puisque l'effet ne durait que deux minutes, disons simplement que c'est mieux que rien.

Ce fut une infirmière paniquée qui les accueillit. Rire du spectacle d'un professeur mâle porté par sa collègue sembla la dernière de ses priorités.

- Professeur Urmanis, professeur Sinclaire, mais où étiez-vous passés ? On vous cherchait partout ! Ils sont encore en train de creuser à cette heure-ci !

Sans un mot, Rain s'avança juste assez pour jeter Alexander sur le premier lit libre venu et s'assit à côté, quoique laisser tomber avec autant de grâce qu'un éléphant drogué au LSD aurait été plus juste. Aaah un peu de repos. Du VRAI repos. Dans une pièce propre et aseptisée, non dans une espèce de salle souterraine remplie de détritus.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Une mise à la page -
Une mise à la page
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Précieuse's mise à mort (Page & Lucy)
» Tutoriel Mise en Page Twitter
» J'ai besoin d'aide pour faire de jolie mise en page...
» Libre service de codes (mises en page RP)
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page