Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une mise à la page

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 19 Juin 2013 - 1:04

- Je ne sais pas, on fait la course jusqu'à la bibliothèque pour savoir qui aura le privilège de faire la balance en premier ?

Ok … Elle voulait passer la chose comme un amusement ? Pourquoi pas après tout, enfin le chevalier n’allait sûrement pas courir aussi vite pour une chose aussi futile que d’avouer avoir perdu des livres en … charmante compagnie … Enfin bon, de toute façons il accepterait les événements qui allaient découler des multiples malheurs qu’ils ont connus, c’était une question d’honneur. D’ailleurs il n’aurait peut être pas du enchaîner sur la comparaison avec la noblesse de son époque, cela semblait ne pas lui avoir plut.

- Je ne date pas de votre époque, et je ne vois pas de quoi vous parlez

Le ton laissait comprendre que la comparaison lui déplaisait, mais pourquoi ses propos n’allaient-ils pas dans ce sens alors ? Voila qui redevenait intriguant, peut être qu’il pourrait envisager de lui expliquer, mais fallait-il le faire dans l’immédiat ou pas ? Non autre chose travaillait le chevalier pour le moment, par exemple récupérer les ouvrages, ce serait déjà un premier pas. C’est donc naturellement, et en suivant son sens des priorité qu’il essuya un terrible refus de la part de sa collègue, bon après ce qu’il s’était passé il comprenais parfaitement ce refus, et puis, n’avait-il pas toujours les escaliers pour monter ? Ce serait certes plus long, mais il avait au moins tenter sa chance pour gagner un peu de facilité, même si ce fut un échec.
Après ce refus catégorique, le chevalier eut droit de nouveau à une démonstration d’envol faites par mademoiselle Sinclaire, il pensait cette rencontre haute en rebondissement terminé lorsqu’elle se posa sur le toit d’un bâtiment bien plus loin, non, ce n’était que le bâtiment en face … Mais elle lui adressa une fois de plus la parole, pour une précision assez blessante …


- Ne touchez plus à rien ou vous allez réellement faire tomber le bâtiment  sur vous. Même si c'est davantage pour les passants que je me fais du souci. Venez, je doute que les excuses d'une seule personne suffiront à calmer le gérant de la bibliothèque.

C’est vrai que le mieux était d’y aller à deux, deux fois plus d’excuse et de justification pouvait aisément attendrir le bibliothécaire. Certes, il avait manqué de le tuer, mais le pardon n’est-il pas une grande qualité, dans un ultime élan de bonté et de générosité, ne pourrait-il pas les pardonner ?
Pour le savoir il n’y avait qu’une seule et unique possibilité, aller de concert avec Rain, et rejoindre l’homme en question pour implorer sa clémence !

Cependant, alors qu’il commençait tout juste à s’éloigner, n’ayant même pas le temps de répondre à la brune, il sentit une immense main se poser sur son épaule gauche et la recouvrir entièrement. Immobile il tourna instinctivement la tête pour découvrir le cuisinier catcheur qui l’immobilisait.


- WOH POPOP OÙ COMPTIEZ-VOUS ALLER COMME ÇA ?

Dans l’esprit du chevalier tout les morceaux de l’histoires s’assemblait, ils avaient atterrit et parcourut par le plus direct des chemins le bâtiment des cuisines ! Le bruit, la poussière, et les débris avaient forcément du les gêner ! Alors les employés ont du chercher le ou les coupables, et voici donc ces derniers surprit par un hulk en tablier de cuisine et aux couleurs … normal, pas comme ses proportions ! Ok, il fallait l’admettre, ils étaient bon pour une réprimande, il n’en faisait aucun doute.

- Du …

- Descendez immédiatement ! Vous pensiez pouvoir vous faire la malle après avoir détruit une partie du toit de notre bâtiment ? Vous allez nous réparer tout ça, et puisqu'on y est, rattraper le retard qu'on a eu dans notre travail à cause de vos bêtises !!

Et voila qu’ils se faisaient traîner à l’intérieur du bâtiment de cuisine. L’ogre les faisait aisément plié rien qu’a l’aide sa carrure, et Alexander fut ainsi le premier à entrer dans une pièce visiblement très particulière.
Tout semblait avoir été prévus pour leur châtiment, une table, deux chaises, une paire de couteau, mais surtout un tas immense de pomme de terre. Il ne fallait pas être malin pour comprendre ce qu’il allait leur demander dans un telle contexte, mais pourquoi Alexander était désireux de prendre la parole …


- Je suppose donc que les réparations ce ne sera pas pour tout de suite ?

L’homme semblait bouillir de colère, et voila que le chevalier se demandait si il n’aurait pas dut se taire. Mais bon lorsque l’homme posa sa main contre le visage du blond, recouvrant intégralement celui d’Alexander uniquement de part la taille démesurée de sa main, Alexander resta immobile. Fierté mal placé de chevalier … Il aurait au moins put faire l’effort de se débattre, mais il était coupable, et acceptait son châtiment.

- Petit malin, vous allez d’abord devoir éplucher toute ses pommes de terre, nous devrions déjà avoir finit si vous n’aviez pas interrompus notre travail. Alors, maintenant sans même parler ou me répondre, vous allez tout les deux poser vos fesses sur les chaises et éplucher ces patates, sinon je vous ferais une démonstration de ma façon de presser les agrumes.

Alexander sentait qu’il comparais sa tête aux fruits en question, et quand enfin il fut lâcher de l’emprise, comme l’avait demander la personne il alla s’installer sur sa chaise et s’arma avant de regarder rapidement le tas, puis Rain. Il semblerait qu’il allait aussi lui donner un moyen de motivation pour éplucher les pommes de terre.
Le professeur souhaitait discuter un peu avec sa collègue ? Et bien maintenant il allait sûrement avoir le temps pour !





♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Dim 7 Juil 2013 - 14:53
Bas les pattes l'ogre ! Rain s'arrangeait pour avancer suffisamment rapidement pour qu'il ne soit pas obligé de poser sa grosse main dégueulasse sur son épaule. Non mais oh ! La délicatesse, il ne connaissait pas ? Décidément, ce n'était pas son jour, sans cesse malmenée par les hommes. Est-ce qu'elle allait finir par y laisser sa peau ? Suspense.

Arrivée dans cette salle où tout semblait avoir déjà été installé pour qu'ils y passent le plus long après-midi de leur vie, l'enseignante s'était arrêtée net. C'était quoi, ce délire ? Ils voulait qu'ils épluchent les pommes de terre à leur place ? Ils n'étaient pas bien. Avaient-ils seulement une idée des personnes à qui ils demandaient cette corvée ? Un type maladroit comme mille et une fille née arme qui ne savait manier les couteaux que pour égorger, poignarder et écorcher.

C'était légèrement contre-productif comme châtiment… vraiment, pourquoi ne pas tout simplement leur demander de réparer les dégâts au sens propre du terme ? Avec leur force combinée ils pouvaient en être capable… Quoique. Non, que dis-je, j'ai la mémoire courte. Avec Alexander, rien n'était moins sûr. Ils pouvaient très bien détruire le reste du bâtiment, il y avait en tout cas plus de risque à ça qu'autre chose.

Oui, il valait mieux qu'ils engagent des ouvriers compétents pour faire les réparations, des cuisiniers voués à la cause pour éplucher leurs pommes de terres, et qu'ils les laissent s'en aller, eux.

Comment cela optimiste ?

Dans son coin, Rain observait l'homme-armoire malmener son collègue en lui plaquant sa main ressemblant vaguement au couvercle d'une poubelle sur la tronche. Son regard glissa ensuite vers le tas de pommes de terre qu'ils devaient traiter. Des pommes de terre. L'enseignante ne les avait connues qu'en mode comestible, elle ne savait pas du tout comment leur enlever cette peau. Surtout qu'il y en avait bien des centaines des patates.

- Alors, maintenant sans même parler ou me répondre, vous allez tout les deux poser vos fesses sur les chaises et éplucher ces patates, sinon je vous ferais une démonstration de ma façon de presser les agrumes.

Genre il croyait qu'il l'impressionnait ? Il se mettait le gros doigt boudiné dans l'oeil le bougre ! Rain n'était pas du genre à provoquer les bagarres, elle n'aimait pas combattre car étant née pour cela, il était difficile d'en tirer plaisir. Là, c'était l'élément de trop, la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Parce que oh, bon, fallait qu'il se calme l'autre avec ses grands airs ! Puis ce n'était même pas sa faute, tout ça. Merde à la fin.

Dégainant donc l'un de ses tanto jumeaux, la jeune femme se mit à jouer avec, un regard de prédateur planté dans celui du gorille.

- Presser les agrumes ? Intéressant. Personnellement, je ne vois qu'une seule patate que je sache éplucher.

L'armoire à glace eut d'abord un mouvement de recul puis, fierté masculine oblige, dégaina son couteau de cuisine aussi long que l'avant-bras que Rain.

- Ah vous voulez jouer à ce jeu là hein…

- Ça suffit vous deux, intervint une femme rondelette qui observait la scène depuis tout-à-l'heure.

Les autres cuisiniers demeuraient en retrait, un peu effrayé par ce qui risquait de suivre, mais celle-ci s'avança et se planta entre les deux. Elle jeta un regard lourd de sens à son collègue puis s'adressa à au professeur de combat rapproché.

- Vous avez suffisamment semé de dégâts ici. Prenez ça comme un exercice, on peut très bien éplucher les patates nous-mêmes mais une preuve de bonne foi de votre part serait la bienvenue.

Son ton était sec et, même si ce n'était pas ce qui allait remballer Rain, l'espace de quelques longues secondes les deux femmes se toisèrent en silence. Au bout de ce temps de latence, l'enseignante croisa ses bras devant elle et se décida à reprendre la parole.

- J'ai une meilleure idée. Et si j'allais réparer le toit pendant que mon collègue vous démontre tout son talent de cuisinier ?

- Il n'y arrivera jamais tout seul. Il faut que tout soit prêt pour ce soir, vous savez très bien qu'ils sont des centaines de gamins affamés dans cette académie.

- Ce ne sont pas mes affaires. Je ne suis en aucun cas responsable de la maladresse de cet homme.

- Je vous ai dit de prendre cela comme un exercice. Qu'avez-vous à perdre à apprendre l'art d'éplucher les patates ? Un jour, vous me remercierez.

- J'en doute fortement.

La prise de becs achevée, Rain tourna le dos aux deux bougres pour rejoindre Alexander qui s'était déjà installé. Elle se planta devant lui et se laissa tomber dans la chaise avec autant de grâce qu'un troupeau de rhinocéros. Agrippant une pomme de terre, elle ne fit pas attention et la broya dans sa main. Bon, ça commençait bien. Tout en essuyant sa main sur une serviette à leur disposition, elle foudroya son collègue d'un regard plus noir que ça tu meurs.


- Je vous revaudrai ça.

Franchement, toutes ces conneries, c'était à cause de lui. L'enseignante devait vraiment prendre fort sur elle-même pour ne pas balancer le bassin entier de pommes de terre sur la tête du blondin. Alors là, vraiment, ça la démangeait. Résister à la tentation ou céder à ses pulsions ? Après tout, au point où ils en étaient… Ce n'était pas ce qui allait changer quelque chose de leur merdier.

Se saisissant d'une nouvelle patate, avec plus de délicatesse cette fois, même si tout est relatif, la jeune femme appliqua la lame de son tanto sur le légume, ne sachant aucunement comment enlever cette peau bien trop peu épaisse. Finalement, elle ne parvint qu'à la réduire en morceaux… Bon, tant pis, ces satanés cuisiniers l'avaient cherché en la collant à cette tâche, ça fera des frites, même si Rain détestait ce plat.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mar 9 Juil 2013 - 0:26


Cette corvée intriguait le chevalier, à son époque celles qu’il donnait étaient pour l’entretien de matériel. Oui, oui, affûter milles épées et polir les armures était éprouvant, rien que par la meule manuelle, il n’y avait pas autant d’instrument facilitant le travail que aujourd’hui.
Son regard se dirigea vers la jeune collègue qui visiblement ne comptait pas rester ici, elle en vint même à menacer le cuisinier sous les yeux de ses collègues avant qu’une femme s’interpose. Visiblement les cuisiniers la respectaient énormément, car ils se poussèrent tous pour lui faire de la place, et plus un seul ne dit mots.

Mais ce ne fut pas cela qui gêna Rain, elle continua son acharnement à vouloir partir quand soudain, après une énième tentative d’argumenter pour son profit, accusant au passage de nouveau le chevalier, elle sembla abandonner l’idée d’avoir l’autorisation de partir et s’installa, très élégamment, sur la chaise en face de la source de ces malheurs à la croire. D’ailleurs avec tout ça, alors qu’il était le premier installé, il n’avait toujours pas entreprit la moindre action sur sa chaise. Rain en revanche, à peine assise ce saisit d’une pomme de terre et … l’explosa dans sa main ! Et le regard qu’elle lui fit ensuite en disait long sur ce qu’elle pensait de la situation actuel.


- Je vous revaudrai ça.

Il avait enfin prit en main, une pomme de terre mais releva directement son regard pour se plonger dans les yeux de sa collègue. Un regard semblant être carrément haineux, enfin c’est vrai qu’il y avait un véritable acharnement sur eux … Il tenta d’arborer un sourire, mais abandonna l’idée, cela ne lui ressemblait pas du tout, il se contenta de hausser les épaules.

- Cette situation m’enchante autant que vous, mais je suis bien conscient que je suis la cause principal du problème de toiture aussi, j’attendrais que vous veniez me dire comment me racheter le moment venu.

C’est vrai, au fond il commençait à se sentir mal à l’aise de lui avoir imposé autant de choses … Et puis, comment on devait enlever la peau de cette chose avec un couteau ? Alexander posa la patate sur la table et donna quatre coups de couteau pour en faire une sorte de pavé, une très grosse frite, avec les extrémités ayant de la peau. Et bien il fit pareil sur les deux coté et lança dans le bac son énorme frite, elle alla tenir compagnie au morceau de celle de la brune.
Et là la porte se referma derrière eux, il y eut aussi le bruit distinct d’un verrouillage, ce n’était visiblement pas la confiance qui marquait leur relation avec les cuisinier hein … Alexander regarda un instant la porte et soupira avant de recommencer avec une pomme de terre selon sa méthode improvisé.


- Il nous font confiance … Je ne pense pas que ce soit judicieux de laisser deux personnes complètement perdues dans une époque qui n’est pas la leurs éplucher des pommes de terre de la sorte. Vous n’êtes pas d’accord ?

Mais il remarqua qu’il y avait encore quelque pelure au sol et en ramassa une, intrigué il posa une des siennes à coté. Il fallait être aveugle pour ne pas voire la différence entre les deux, une différence de taille, et cela était le cas de le dire, comment pouvait-il ne retirer qu’une si fine couche avec un couteau ?! Le chevalier avait de nouveau cessé de travailler, il s’interrogeait sur la méthode. Il repensait aux pommes de terre qu’il avait mangées à la cafétéria, bien ronde, elle, et celles qu’il avait fait étaient … carrées ? Oui, il fallait qu’il soit réaliste, quelque chose n’allait pas dans sa méthode.
Il releva la tête pour observer la méthode que sa collègue employait, guère mieux que la sienne en fait. Fallait-il qu’il fasse un effort pour effectuer cette tâche ? En fait, là il trouvait se petit travail plutôt dégradant, et ces gestes peut être un peu trop énergique devait le laisser transparaître.
Et puis zut, les cuisiniers avaient bien voulut les laisser sans aucune surveillance et enfermé dans la salle à corvée de pommes de terre, c’était de leur faute si ils n’avaient pas prêté attention à leurs capacités … ridicules en la matière.
Non la seule chose dont le chevalier avait envie, était de récupérer les livres que son avatar divin devait avoir rassemblé se poser quelque part, et les lire. Il fallait qu’il s’instruise, il ne pouvait pas éviter une pareille chose ! Il finit par ce perdre dans ses pensées.


- *Je vous jure, qu’elle corvée … J’aurais du soutenir mademoiselle Sinclaire pour aller réparer le toit …*




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 17 Juil 2013 - 21:17
Oh oui elle te revaudra ça Alexander Urmanis. A la prochaine bourde, ta tête va suivre le destin de cette malheureuse patate écrasée dans sa main ! Ce serait désolant de devoir fournir des plats de frites avec des bouts de cervelle frits n'est-ce pas... Bref, Monsieur a intérêt à bien se tenir ! En tout cas, pour le moment, la situation semblait s'être calmée. Heureusement, parce que Rain en avait eu sa dose de trucs qui lui tombent sur la gueule pour la journée, même pour plusieurs semaines... Cependant la voix pessimiste dirait : « mais pour combien de temps cette tranquillité hein ? ».

- Cette situation m’enchante autant que vous, mais je suis bien conscient que je suis la cause principal du problème de toiture aussi, j’attendrais que vous veniez me dire comment me racheter le moment venu.

Ah, au moins il reconnaissait être la cause principale de toutes ces catastrophes… En même temps, il aurait été vraiment de mauvaise foi de nier cela. Et comment ça se racheter le moment venu ? Ah non non non non. Rain avait horreur des dettes, pas quand elle en avait envers d'autres personnes, mais l'inverse ne lui plaisait pas. La question d'honneur, elle n'acceptait que chez elle.

Son regard s'attarda sur la patate grossièrement taillée par son collègue et se surprit à esquisser un sourire rapide et discret, mais sincèrement amusé. Elle reporta ensuite son attention sur sa nouvelle victime végétale qu'elle tenait dans sa main et qui allait bientôt suivre le chemin de son prédécesseur. Vaillants fussent ces légumes qui se sacrifièrent sous les coups de couteaux barbares des deux paysans en matière de cuisine. Oui non, qu'est-ce que je raconte. Les paysans savaient cuisiner, eux. Et cela n'était décidément pas le cas de nos deux protagonistes, qui n'avaient tenu de lames de leur vie que pour frapper et tuer.

- Hum, je vais éviter de vous demander de vous racheter en épluchant ma part de pommes de terre, ou nous courrons à une nouvelle catastrophe.

Un claquement métallique retentit alors, attirant brièvement leur attention. Visiblement, les cuisiniers avaient décidé de les enfermer dans cette salle et n'avaient certainement pas l'intention de les laisser sortir avant qu'ils n'en aient fini avec leurs copines pommes de terre… La joie. En gros, pas avant la tombée de la nuit vu la vitesse avec laquelle ils avaient entamé la chose. Après, il y avait toujours moyen d'accélérer une fois habitués à la prise en main, mais bon, ils ne pourraient faire de miracle, non plus…

- Il nous font confiance … Je ne pense pas que ce soit judicieux de laisser deux personnes complètement perdues dans une époque qui n’est pas la leurs éplucher des pommes de terre de la sorte. Vous n’êtes pas d’accord ?

Observant sa lame l'air songeur, la jeune femme se contenta de répondre d'un air quelque peu nonchalant.

- Cela ne doit pas être différent d'un homme que l'on écorche… Il va falloir simplement que je m'habitue à la taille de la cible.

De quoi traumatiser son interlocuteur, peut-être… Rain n'en pris pas vraiment conscience, elle disait simplement ce qui lui passait par la tête, sur le moment. Alors qu'elle s'attaquait à nouveau à sa tâche, la jeune femme s'interrompit et leva les yeux vers son collègue.

- Au fait, où est passé votre clone ? Celui que j'ai aperçu tantôt. A moins que ce ne fusse un avatar divin. Dans tous les cas, cela fera de la main-d'oeuvre en plus pour cette corvée qui s'annonce ma foi fort longue… non ? Parce que personnellement, je n'ai aucune envie de finir mes jours dans cette pièce qui sent la moisissure à peler des pommes de terre.

Son idée pouvait être bonne tout comme complètement folle. Parce que bon, ce n'était pas comme si un seul Alexander Urmanis ne faisait pas assez de dégât déjà. A deux cela risquait d'être la fin du monde pour de bon. Enfin, disons que sur le moment, Rain n'avait pas pensé à ce détail, à croire qu'elle pouvait basculer d'une extrême méfiance frôlant la paranoïa à une attitude de papotage tranquille entre collègues en bons termes… Flippant.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 18 Juil 2013 - 0:01


Il fallait être réaliste, ils épluchaient les pommes de terres, aussi bien qu’une limace faisant le cinq cents mètres. Autant vous dire que le niveau ne grimpait absolument pas haut … Au contraire il aurait peut être même tendance à partir dans le sous-sol rien qu’en les regardant … Des légumes en pavé et en copeau, ont était bien loin des pommes de terre bien ronde et encore volumineuse que les précédents éplucheurs avaient laissés traîner au fond du bac de récupération …

- Hum, je vais éviter de vous demander de vous racheter en épluchant ma part de pommes de terre, ou nous courrons à une nouvelle catastrophe.

Alors qu’il épluchait à sa façon une nouvelle pomme de terre, il se stoppa net à cette remarque et sourit. Quand on regardait tout le temps qu’il avait passé dans cette académie, aujourd’hui semblait évidemment être le jour où, probablement par des coups du hasard affreux, il enchaînait les catastrophes les une derrières les autres. Inutile de se faire des principes de comparaison, d’habitude son maximum était d’une par journée, là, aujourd’hui, il ne les comptait plus … Et déjà ce n’était sûrement pas grâce à Deus ! Mais bon, il reprit finalement sa besogne, murmurant pour lui-même une réponse.

- Aujourd’hui … ce serait bien possible en effet …

Enfin, apparemment, Mademoiselle Sinclaire lui réservait une surprise de taille. Non pas dans les gestes qu’elle avait mais plutôt dans sa réplique suivante. Les paroles prenait un autre sens quand on en venait à ce genre de comparaison, et ceci étant dit à peine eut-elle avoué cela, que le chevalier lançait son pavé dans le bac, ce dernier s’aligna parfaitement avec le précédent, et la fixe intrigué.

- Cela ne doit pas être différent d'un homme que l'on écorche… Il va falloir simplement que je m'habitue à la taille de la cible.

Elle y voyait des points communs ? L’écorchage était pourtant une pratique légèrement plus salissante, oui, notamment à cause du sang qui coulait plutôt facilement chez l’homme. Après il y avait pourtant aussi quelques différences dans la nature de al peau, la résistance, la couleur, mais surtout sa liaison avec la chaire ! Il reprit un des légumes à coté de lui et recommença à l’éplucher, mais à cause de cette allusion il le regardait différemment. Il n’était pas spécialement fier de sa connaissance sur le sujet, mais pour avoir des aveux, les chevaliers utilisaient parfois des méthodes peu orthodoxes, la torture … Et l’écorchage faisait partie des choses qu’il avait déjà vu et apprit théoriquement à pratiquer dans cette sphère de L’ordre Teutonique. …

- Pas tout à fait …

La remarque était sortit comme ça, d’un coup, sans qu’il ne le choisisse vraiment, et surprit par cela, il se hâta sur quelques pommes de terre qu’il découpa rapidement. En même temps sa technique le permettait plutôt bien, et plus il la pratiquait plus il trouvait qu’elle n’était vraiment pas appropriée … Enfin comme pour se sauver de sa réflexion sur sa façons de découper, Rain engagea un semblant de conversation ! Alors il redressa la tête pour la regarder, effectuant sa technique à l’aveugle tant elle est simple ....


- Au fait, où est passé votre clone ? Celui que j'ai aperçu tantôt. A moins que ce ne fusse un avatar divin. Dans tous les cas, cela fera de la main-d'oeuvre en plus pour cette corvée qui s'annonce ma foi fort longue… non ? Parce que personnellement, je n'ai aucune envie de finir mes jours dans cette pièce qui sent la moisissure à peler des pommes de terre.

Elle visait juste, c’était bien son avatar divin, en revanche elle semblait ne pas en savoir assez sur ce pouvoir, qui lui avait causé des misères au début, il fallait qu’on se le disent … Quand à finir leur jour parmi les pommes de terre … Qui, hors cuisinier, pouvait choisir une telle façons d’en finir ? Franchement … Il fallait rester réaliste, personne !

- Et bien effectivement c’est mon avatar divin, en revanche contrairement aux clones il agit de son propre chef, je peux lui demander d’effectuer des tâches bien sur, mais je n’ai aucun moyen de le faire venir ici …

Tout en réfléchissant sur ce qu’il ferait à la place de son avatar, étant donné qu’il raisonnait exactement comme lui, le chevalier tenta une nouvelle approche sur le légume. Cette terrible épreuve de l’épluchage pouvait se voire de différente façons, et la façons de le voire de Rain lui apporta donc une idée. Par de bref frottement de la lame du couteau sur la peau, le blond arrachait doucement la très fine couche de peau, n’attaquant quasiment pas la chaire ! Peut être que l’écorchage était la solution pour obtenir une belle patate ! Cependant on remarquait aussi un terrible défaut … Le temps que le nettoyage d’un seule et unique pomme de terre prenait ! Il en ferait des dizaines avec sa méthode !

- Enfin, j’aimerais ne pas trop m’attarder ici, je pense que mon avatar divin doit continuer à nettoyer l’étage des débris. Et ce n’est pas en épluchant des pommes de terres que je me découvrirait une nouvelle raison valable d’exister à cette époque à mes yeux …

Autrefois il vivait pour son ordre, sa famille, mais maintenant il restait quoi ? Son ordre était disparut, et le sang de sa famille n’avait jamais été aussi loin du sien, alors même si sa famille existait encore avec probablement un peu de son sang, le nom des Urmanis était disparut à jamais, défendre l’honneur familial ne comptait plus vraiment …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 1 Aoû 2013 - 11:58
- Et bien effectivement c’est mon avatar divin, en revanche contrairement aux clones il agit de son propre chef, je peux lui demander d’effectuer des tâches bien sur, mais je n’ai aucun moyen de le faire venir ici …

Ainsi donc c'était un avatar divin... Rain s'était renseignée sur tous les pouvoirs communs, c'était le minimum à faire en tant que professeur, de combat qui plus est. Qu'est-ce que cela devait être bizarre, de parler à soi-même. De quoi devenir fou non ? Enfin, ce n'était pas un pouvoir pour Rain, ça c'était sûr... Voir une double d'elle-même risquait d'être fort perturbant, et vu qu'elles auront toutes les deux un caractère de cochon, il n'était même pas question de cohabiter. Et elle n'avait aucune envie qu'à chaque invocation elles se prennent le bec... quand bien même elles garderaient les mêmes "idéaux", cela risquait de vite partir en cacahouètes, du peu qu'elle connaissait de sa propre personnalité peu conciliable.

- Oh, il doit bien exister un moyen. Si vous criez suffisamment fort, il risque de rappliquer non ?

Elle avait dit ça en jouant tout à fait innocemment avec son couteau. Mais non, il n'y avait aucun sous-entendu derrière enfin... La jeune femme se concentra néanmoins rapidement sur ses pommes de terre, ses pulsions sadiques ayant aussi vite disparu qu'elles étaient apparues. Un bref en direction de son collègue, et elle remarqua que celui-ci avait découvert une manière d'éplucher les patates avec plus d'efficacité. Par contre pour la rapidité, c'était certainement à revoir... C'était dans ce genre de circonstances qu'on se disait que le pouvoir du clonage pouvait être drôlement utile, même si, comme pour l'avatar divin, Rain n'avait aucune envie de se retrouver en compagnie de tout plein de doublures. Un Alexander et une elle suffisait amplement en matière de dégâts et de catastrophes, ils avaient pu en faire le constat, puisqu'ils étaient là à devoir réparer une partie de leurs bêtises.

- Enfin, j’aimerais ne pas trop m’attarder ici, je pense que mon avatar divin doit continuer à nettoyer l’étage des débris. Et ce n’est pas en épluchant des pommes de terres que je me découvrirait une nouvelle raison valable d’exister à cette époque à mes yeux …

- Allons bon ? J'aurai juré que vous commenciez à y prendre plaisir... 

Bah oui, c'était sûr qu'il se débrouillait mieux que lui. Il avait pu faire dans la délicatesse au moins... elle, dès qu'elle tentait de faire comme lui,  c'était toute la patate qui y passait. Non décidément ce n'était pas son truc. Puis l'enseignante réfléchit à ce qu'avait dit son collègue. Une nouvelle raison valable d'exister... Il était certain qu'arraché de son repos éternel pour ensuite atterrir dans un monde complètement étranger, cela ne devait pas aider. Rain avait la chance de ne pas voir son âme traîner trop longtemps sur terre, elle avait quasi tout de suite atterri dans cette étrange académie. Cela lui avait permis de continuer sa vie d'avant, ce qui n'était plus possible pour l'homme en face d'elle, le temps ayant fait son travail.

- Donner cours ne vous plaît pas ?

Une simple question. Une simple curiosité. Comme toujours, Rain interrogeait sur le présent, mais jamais sur le passé. Elle ne voulait pas que l'autre fasse de même et lui retourne aisément ses questions. Elle voulait maintenir cet accord silencieux entre eux : chacun garde ses secrets pour soi. Après, s'il voulait se confier, l'enseignante ne pourrait rien y faire mais c'était hors de question qu'elle suive la mode. Enfin, avec ce qu'elle avait appris jusque là, Rain pouvait se faire une petite idée de la vie qu'avait eu Alexander auparavant. Une sorte de guerrier au service d'autres personnes, ayant des valeurs et des semblants de bonnes manières. Est-ce qu'il avait eu une famille, lui ?

Bizarre qu'ils commencent à causer comme ça, sans prises de bec ni pics lancés. Enfin avec elle, c'était chose courante. Une patate épluchée (ou plutôt massacrée jusqu'à ce qu'il ne reste plus une seule parcelle de peau et jusqu'à ce qu'il soit réduite à un quart de sa taille initiale) dans la main, la jeune femme l'examina un instant, perplexe. Puis elle la porta à sa bouche et en prit une bouchée, juste histoire de tester quel goût avait une pomme de terre pas cuite. Étrangement, ce goût lui en disait plus qu'elle ne l'aurait cru. Il y avait là une vague impression de familiarité. Ah oui, peut-être qu'on lui servait la même chose, lorsqu'elle n'était qu'une arme sans conscience... D'un coup les souvenirs remontaient. Le chien se revoyait attaché, lourd collier autour du cou, maintenu par des chaines d'acier.

Unique réflexe, Rain jeta la pauvre patate derrière elle d'un geste désinvolte afin qu'elle atterrisse bien loin. Celle-ci s'écrasa contre le mur et ne fut même pas rappelée par la pesanteur, ses miettes la maintenant collée. La jeune femme ne daigna même pas se retourner pour profiter du spectacle monotone, son attention étant revenue sur Alexander Urmanis, son collègue adoré... Ironie mise à part, elle l'avait légèrement zappé, le pauvre.

- Vous disiez ?

Mouais, poser une question et ne pas écouter la réponse, ce n'était pas très poli. Après, ce n'était pas comme si on l'avait éduquée avec des valeurs et des bonnes manières, elle. Non, la différence entre le bien et le mal, personne ne le lui avait enseigné. Elle était et avait toujours été la seule juge.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 2 Aoû 2013 - 15:04


Crier pour s’appeler lui même ? Non … Il n’en avait pas envie du tout, son avatar était bien là où il était à faire ce qu’il faisait, au moins déjà il semblait ne plus y avoir de catastrophe, alors autant laisser les choses comme elles étaient pour avoir du calme, non ? Tenter de faire changer les choses risquait plus d’apporter son lot de soucis plutôt que d’améliorer leur situation …
Et puis soyons réaliste, tandis qu’il épluchait les pommes de terres, le chevalier ne paniquait pas devant un nouvelle invention de cette époque, pas de boite enfermant les sons, ou d’image capturant les âmes, non, juste un légumes qu’il désépaississait d’un bon centimètre de chaire avec un couteau, dans le calme. Oui, en gros par rapport à ses journées … c’était reposant de faire une corvée ! En plus, il avait une charmante dame avec qui converser visiblement plus posément qu’au début de leur rencontre, alors pourquoi se plaindre ?


- Allons bon ? J'aurai juré que vous commenciez à y prendre plaisir...

Ca se voyait tellement qu’il se détendait un peu en épluchant ce légume ? C’était assez difficile à croire, ça ne le détendait pas autant que cela non plus, et il n’était pas quelqu’un de particulièrement expressif, alors … Bon elle était perspicace, voila tout, inutile de commencer à réfléchir sur ses propres façons d’agir, il était lui, elle avait peut être un peu compris, et c’est tout … Mais bon, la suite pouvait laisser à penser qu’il avait éveillé la curiosité de sa collégue.

- Donner cours ne vous plaît pas ?

Il s’arrêta net d’éplucher la patate qu’il avait en main, la question plongea le chevalier dans une intense réflexion. Aimer donner des cours … oui il avait aimé à son époque … mais … ceux de cette époque étaient tout de même un peu plus différent alors qu’en pensait-il vraiment ? A sa résurrection en tant que professeur il avait vu comme un devoir le fait de devoir enseigner et le fit sans aucune question. Les chevaliers et leurs notions du devoir en somme … En cela il était la parfaite représentation de son domaine de représentation, la dévotion. Il était parfaitement dévolu à sa cause, il l’accomplissait sans réfléchir, sans aucun fanatisme, juste le faire, presque comme un robot, comme une machine.
La question de sa façons de penser ne lui était jamais venus à l’esprit, il n’avait même jamais songer à y réfléchir, il fallait le faire, alors il le faisait … Alors, aimait-il enseigner maintenant ?
Et si ce n’était pas l’enseignement des valeurs mais le contact qu’il appréciait, une sorte de façons de se prouver qu’il n’était pas inutile, qu’il transmettait sa volonté, sa flamme à d’autre ? En quelque sorte une façon de perdurer malgré la mort. Même si sa résurrection avait un petit peu bousculer cette façons de penser sur la chose … Il n’y avait pas réfléchit, il ne voulait pas y réfléchir, et se fut le bruit d’une pomme de terre crut qui se faisait croquer qui le sortit de son intense moment de réflexion. Il fixa un instant Rain, pourquoi croquer son travail ? M’enfin, au moins il était sortit de sa tête grâce à ça.
Et voila qu’elle balançait le reste derrière elle comme ça ? Il décala légèrement sa tête pour regarder le spectacle du morceau de pomme de terre collé au mur par lui-même, et sourit brièvement, on ne voit pas cela souvent !


- Vous disiez ?

Oulaaa, une chance qu’il n’avait pas parlé, noyé dans ses propres pensés … il l’aurait peut être un peu mal prit. Enfin dans tout les cas il se serait répété tout de même, pas besoin de fierté pour parler, et puis en cours il se répétait déjà assez souvent alors bon … Maudit élèves de l’époque moderne qui faisait moins attention au dire des professeurs en passants !
Il aurait put faire semblant, qu’il réclame un peu plus d’attention, mais non, ce n’était pas lui. Alors il répondit en toute franchise.


- Et bien je ne disais rien … Votre question ma fait réfléchir jusqu’à maintenant. Et visiblement ce n’est pas plus mal pour nous deux.

Il ne se répétait pas, elle n’avait pas l’air ridicule en n’ayant pas écouté les dires du chevalier, oui, tout cela semblait s’être agencer pour le mieux, il est ou le piége ? Une brique du plafond va tomber c’est ca ?

- Pour tout vous dire, à l’époque j’aimais enseigner, lorsque j’étais encore vivant, mais tout est si différent ici … En fait je ne le sais pas, je ne veux pas le savoir, je le fait simplement car c’est ma mission, je n’ai pas besoin d’une autre raison.

C’est vrai, c’était comme cela qu’il était, inutile de réfléchir quand on nous donne des ordres. L’avantage de sentir qu’il ne fallait pas réfléchir, même si au fond il pensait à chacun des actes qu’il effectuait une seule chose importait, que ce soit fait comme demander. Alors, bien sur il se demandait pourquoi torturer, pour chasser les hérétiques et les rebelles, mais il le faisait car on le lui demandait, c’était toute la dualité de ce chevalier qui changeais maintenant d’époque, aujourd’hui les gens réfléchissent d’avantages et agissent moins.

- J’ai l’impression que vous êtes autant motivée à effectuer votre tâche que moi, je me trompe ?




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Sam 10 Aoû 2013 - 18:24
Apparemment sa question requérait plus de réflexions que prévu, si bien qu'en fait, elle n'avait rien loupé de ce qu'avait dit Alexander. Rain ne pensa pas que c'était tant mieux, qu'ainsi elle ne manquerait pas de politesse au chevalier, pour la simple raison que... cela n'avait rien d'impoli à ses yeux. Bah oui, quand on était né arme, il ne fallait pas trop en demander au niveau de l'éducation. La jeune femme continua donc à éplucher ses patates comme si de rien n'était, sans éprouver la moindre gêne. Franchement, c'était difficile de croire qu'ils avaient enfin réussi à se parler sans se prendre le bec ou un morceau de toit sur la gueule. Finalement, il y avait donc moyen de s'entendre ? Ah, la bonne blague.

- Pour tout vous dire, à l’époque j’aimais enseigner, lorsque j’étais encore vivant, mais tout est si différent ici … En fait je ne le sais pas, je ne veux pas le savoir, je le fait simplement car c’est ma mission, je n’ai pas besoin d’une autre raison.

- Je vois.

En réalité la manière de penser d'Alexander la perturbait tellement celle-ci ressemblait à la sienne. Enfin, à la sienne avant qu'elle ne s'éveille et ne se voie pourvue d'une conscience. Les supérieurs demandaient une chose ? Elle obéissait sans se poser des questions. Tuer ? Pourquoi tuer ? Pourquoi obéir ? Pourquoi exister ? Toutes ces questions n'avaient tout bonnement pas leur place dans son esprit, qui était réduit à l'intelligence artificielle qu'on lui avait implantée à sa naissance. Tout juste bon de quoi lui permettre d'être une arme redoutablement efficace et douée de paroles. Le reste, la réflexion, l'esprit critique, les valeurs humaines, les bonnes mœurs, les principes, l'amour de soi, tout cela n'existait pas. C'était le néant.

- J’ai l’impression que vous êtes autant motivée à effectuer votre tâche que moi, je me trompe ?

La jeune femme émergea de ses pensées et leva son regard de son travail pour le braquer dans les yeux bleus de son collègue.

- Quoi ? Éplucher des pommes de terre ou enseigner ?

Ouais, enfin, pour l'épluchage, ils en avaient suffisamment parlé pour savoir que cela ne plaisait à aucun des deux, hein. Pour une fois qu'ils étaient d'accord, d'ailleurs. C'était déjà une bonne chose... il fallait bien partir de quelque part.

- Sinon, contrairement à ce que je pourrai moi-même croire, j'aime enseigner. Rien ne me prédestinait à ce rôle et pourtant j'ai pu l'apprécier à sa juste valeur.

Et puis elle aurait pu franchement tomber pire. Avec ce qu'elle avait comme quantité de sang sur les mains à cause de son passé, elle était bonne pour tomber dans les plus bas rôles des repentis. Et pourtant, Deus en avait décidé autrement. Il lui avait donné une chance, non pas de se racheter, ni de recommencer mais de tout simplement commencer. Commencer à vivre, pour de bon.

- Mais j'avoue que je préfèrerai avoir moins d'élèves, m'éparpiller sur plusieurs centaines de têtes, dont certaines sont tout simplement insupportables, très peu pour moi.

Elle jeta une énième patate dans le seau. Il y en avait une vingtaine. Combien de temps s'était-il écoulé depuis le début de leur corvée ? Elle n'en savait trop rien, mais savait, au vu de l'immense tas de pommes de terre qui restait, qu'ils étaient partis pour un bon moment quand-même.

- Et non, je ne suis pas patiente, grommela la jeune femme en s'acharnant sur une nouvelle victime jaune. Du moins, je peux l'être mais pendant un temps très limité. Et là je suis en train de la perdre.

Ouais, là d'un coup, elle avait envie de tout plaquer. Alors elle le fit, tout simplement. Elle jeta sa patate qui n'était pas complètement épluchée dans le seau. Mauvaise idée puisque cela les éclaboussa tous les deux. L'enseignante ne daigna même pas s'excuser, brusquement, sa rancune était revenue et elle pensait à nouveau que c'était de la faute de l'homme en face d'elle si tout cela lui était tombée dessus.

- Bon, je ne fais plus rien jusqu'à ce qu'ils daignent ouvrir leur satanée porte.

Aussitôt dit, aussitôt fait, elle se mit à l'aise sur son siège et observa le plafond en joignant ses mains. Seulement voilà, la jeune femme sentit que quelque chose n'allait pas, là, tout de suite. Et effectivement, la seconde après qu'elle eut aperçu cette étrange fissure dans le plafond, tout, absolument tout, leur tomba dessus, littéralement. Le plafond, et sans doute plus, s'écroula sur leurs belles poires. Une grosse pierre tomba en plein dans le seau à patates et l'explosa tout bonnement. Ils en furent éclaboussés mais ce ne fut que pour mieux agripper la poussière sur leurs vêtements, n'est-ce pas ?

Le silence retomba, mais ils commençaient à avoir l'habitude avec tout ce qui leur était tombé sur la gueule depuis le début de cette journée maudite. Rain toussa à plusieurs reprises, avec toute la quantité de poussières qu'elle avait dû avaler jusque là, elle allait se passer elle-même à l'aspirateur si cela continue !

- Cela commence à devenir sérieusement agaçant et répétitif... maugréa-t-elle avant de s'adresser à son collègue avec un regard on ne peut plus suspicieux. C'est quoi votre domaine divin, au juste ?

Cela ne l'aurait pas étonnée si cela avait été la destruction, tiens ! Peut-être qu'il ne contrôlait pas son don et que c'était à l'origine de tous leurs malheurs ? Non parce que là, aucun des deux n'avait fait autre chose qu'éplucher innocemment des patates, et il avait encore fallu qu'un bâtiment leur tombe sur la tête ! Il faudrait sérieusement revoir l'infrastructure de ces constructions, sérieusement, sinon jamais l'académie ne tiendra le coup avec Alexander Urmanis entre ses murs !



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 12 Aoû 2013 - 23:26

- Quoi ? Éplucher des pommes de terre ou enseigner ?

Dans l’immédiat il ne faisait qu’une seule chose qu’ils ont partagée. Une unique chose dont ils avaient parlés, ils ne s’étaient jamais parlés de leurs cours, alors oui, il parlait bien sur de l’épluchage de pomme de terre, mais au moins, parler de leur cours allait probablement égayer leur discussion, ils n’avaient plus que ça à faire en fin de compte, il suffisait de vérifier le tas de pomme de terre à éplucher qu’il leurs restait … Et directement vous aviez un frisson dans le dos à l’idée de rester ici pour encore de très nombreuse heures … Enfin bref, concentrons nous sur leur discussion, car après tout éplucher des pommes de terre n’est pas une chose particulièrement passionnante ou même fatigante, alors il n’y a guère de raisons pour s’attarder dessus.

- Sinon, contrairement à ce que je pourrai moi-même croire, j'aime enseigner. Rien ne me prédestinait à ce rôle et pourtant j'ai pu l'apprécier à sa juste valeur.
Mais j'avoue que je préfèrerai avoir moins d'élèves, m'éparpiller sur plusieurs centaines de têtes, dont certaines sont tout simplement insupportables, très peu pour moi.


En fin de compte, malgré que ce soit intriguant qu’ils se ressemblent autant, inutile de vous cacher qu’en même temps la chose lui faisait peur. Il craignait peut être d’être vraiment comme elle, et dans ce cas … Les autres le voyait comme il la voyait dans ce cas ? Peut être pas non plus, il y avait ce changement d’époque … Bon sang, que de réflexion, il réfléchit vraiment trop depuis sa résurrection ici, il ne le faisait pas autant avant, bien sur qu’il se demandait si une fille de sorcière qui devait brûler vive était une chose bien ou mal, bien souvent il penchait pour le mal, mais au final il la brûlait, car c’était sa mission …

- Oui, je suis d’accord avec vous, les élèves actuel n’ont plus de discipline, ils s’agitent trop, c’est pour cela que je n’y réfléchis plus vraiment, à mon époque tous m’écoutait attentivement et dans le plus grand des respects…

Et la suite arriva, tient voila que le manque de patience revenait, après un magnifique remarque sur sa patience pas particulièrement généreuse, elle balança un pomme de terre à demi épluché dans le bac, les éclaboussant d’un substance assez gluante. Enfin Alex, ignorait complètement son attitude, en fait il aurait presque envie de faire la même chose qu’elle au fond de lui mais sa fierté ridicule le poussait à poursuivre jusqu’au bout.

Ou jusqu’à ce que quelque chose l’interrompe …

Concentré sur sa pomme de terre il crut entendre un bruit, une sorte d’explosion. Et effectivement pendant le nettoyage, son avatar divin avait brisé un tuyau de gaz et crée l’étincelle en allumant un ampoule, ou ridicule que cela soit, et par réaction en chaîne tous les tuyaux du bâtiment explosèrent dans les murs du bâtiment, le contraignant à s’effondrer.
En fait il n’eut pas vraiment le temps de réagir, un caillou les recouvrit d’une purée gluante et grumeleuse. La suite est un peu flou, il à dut recevoir quelque chose sur la tête car son dernier souvenir fut de se mettre debout avant de se réveiller couché sur un parterre de pomme de terre non épluché et … Il le découvrit en voulant se lever, avec un plafond de débris à, à peine, cinquante centimètres de hauteur, même si la surface semblait être un peu plus élevée, quelque chose comme … deux mètre carré ?
Attendez une minute, c’était vachement sombre, on ne distinguait plus rien, les reste de bruit ambiante avait masqué des paroles, probablement de mademoiselle Sinclaire, mais … Elle était où d’ailleurs ? Il se mit à ramper doucement, il percuta une chose qu’il reconnu un peu, une lampe torche ! Il l’alluma rapidement et regarda rapidement les alentours, une boite à sardine extra large … super … Et en plus une nouvelle fois avec Rain, Deus s’acharnait sur eux, c’est ça ?
Dans cette situation, c’est bien sur une question de plus intéressante qui lui vint à l’esprit.


- Tout va bien ? Vous savez ce qu’il s’est passé ?

Enfin oui restons logique, le bâtiment venait de finir de s’effondrer sur eux … c’était facile à comprendre, il toussa un peu de poussière avant de rapidement se corriger.

- Enfin … visiblement le bâtiment à décider de nous enterrer … Mais avant que vous ne disiez quoi que ce soit, je vous assure que ce n’est pas en épluchant une pomme de terre que je suis capable d’une telle chose !

Les patates avaient des avantages dans cette situation, déjà elles étaient une source de nourriture éventuelle si ils devaient rester longtemps ainsi, et puis, à sa gauche un robinet brisée laissait couler de l’eau qui semblait encore claire par miracle, et enfin, c’est plus confortable de ce déplacer sur des pommes de terres que sur des morceaux de bétons et d’acier !




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 15 Aoû 2013 - 17:02
Ah, si seulement ce n'était qu'une question de discipline... M'enfin, Rain ne répliqua pas vraiment, au risque de passer pour plus asociale qu'elle ne l'était déjà. Et puis de toute façon, ce n'était pas comme si la suite des évènements lui avaient permis de continuer la discussion. Non, tout cela était décidément trop beau. Discuter normalement avec son cher collègue professeur de sport ? C'était trop demander, il ne fallait pas abuser non plus. Ouais, pour le coup il aurait fallu leur rendre le monnaie de la pièce. Ils avaient discuté pendant plusieurs minutes sans rien casser ? Eh bien en échange, tout le bâtiment allait devoir leur tomber sur la gueule ! Non mais oh, ça ne rigole pas par ici.

Il faisait étroit, il faisait sombre. Elle pouvait sentir la respiration et le battement de coeur d'Alexander. Les poussières avaient une nouvelle fois empli leurs poumons et ils toussèrent en choeur. Décidément, ce n'était pas leur jour... Elle n'aurait pas dû croire à tout ça, croire en cette entente, c'était pourtant évident comme le nez au milieu du visage, dès le début, que ce n'était pas possible. Ralala, quelle tragédie. Ils ne pourraient échapper à leur destin, peu importe les choix qu'ils entreprendraient !

- Tout va bien ? Vous savez ce qu’il s’est passé ? fit la lumière qui vint éblouir sa vue.

Satané de lampe de poche. Bien sûr, il n'avait rien trouvé de mieux que de la braquer dans sa direction... en même temps, pour la repérer, c'était sans doute la meilleure chose à faire, mais merde, ses pauvres rétines quoi ! L'enseignante ferma les yeux sur le coup, aveuglée, avant de maugréer, puisqu'elle n'avait aucune raison d'être de bonne humeur dans ce genre de situation :

- Je n'en sais rien mais on va dire que je commence à en avoir l'habitude...

Et sa jambe, la droite plus précisément, ne semblait plus répondre à ses appels. Elle ne la sentait plus, ne parvenant plus qu'à bouger l'autre. Le jeune femme se recroquevilla donc quelque peu puisque se redresser était tout bonnement impossible à entreprendre dans cette espèce de boîte à sardine extra extra large. Ah ben oui... sa jambe était bloquée sous une pierre. Magnifique. Bien évidemment, elle ne pourrait compter sur sa chance à chaque fois, à force de se prendre des trucs sur la gueule, c'était forcément le genre de chose qui finirait par arriver.

- Enfin … visiblement le bâtiment  à décider de nous enterrer … Mais avant que vous ne disiez quoi que ce soit, je vous assure que ce n’est pas en épluchant une pomme de terre que je suis capable d’une telle chose !

Encore heureux... Vous imaginez sinon ? Je me cure le nez et hop, l'horloge s'écroule et tue les apprentis-dieux se promenant sur la place. Quel pouvoir destructeur ce serait... Mais si Alexander pensait pouvoir se déresponsabiliser aussi facilement, il se mettait le doigt dans l’œil.

- Permettez-moi de douter que laisser votre avatar divin tout seul soit une bonne idée. Après tout, il doit être aussi doué que vous...

Bon, ce n'était pas avec son Contrôle des Limites à peine développé qu'elle allait pouvoir dégager plusieurs tonnes de pierre pesant sur sa jambe. Ses ailes ne donneraient pas grand-chose non plus, déjà qu'elles lui faisaient mal à chaque apparition... L'hémorragie n'était pas un problème pour elle puisque son sang se régénérait tout seul mais le problème est que le sang ne passerait justement plus dans ce cas. Et surtout, ce n'était pas vraiment une situation des plus confortables. La douleur n'était, contrairement à ce que l'on pouvait penser, que peu présente puisqu'elle ne sentait tout bonnement plus sa jambe. Renonçant à sa tentative de repousser la roche, Rain se passa le dos de la main sur le visage pour nettoyer ces satanés grains de poussières qui s'acharnaient à se loger dans ses yeux.

- Ma jambe est coincée. Une idée pour nous sortir de là avant que je me fossilise dans la pierre, Monsieur Urmanis ?

Rain se retenait de se montrer impolie. Franchement les insultes menaçaient de sortir mais elle se maîtrisait. Elle valait mieux que ça, tout de même. Maintenant, elle se doutait qu'il puisse faire quelque chose de plus de son côté mais après tout, l'espoir faisait vivre non ? Et puis son champ d'action restait relativement plus élevé que le sien, pour le coup... Il fallait bien qu'il se rachète d'une manière ou d'une autre. Ah, et s'il se risquait à poser ses pattes sur elle lorsqu'il sera question de l'amener à l'infirmerie... Il allait se prendre une grosse patate dans la figure.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 16 Aoû 2013 - 21:38


L’habitude … Oui, pour lui aussi c’était devenu une sorte d’habitude, en fait cette époque était pour lui un vrai puit à soucis constant, la technologie, les bâtiments, les esprits, tout était voué à lui apporter des gênes !
Et là soudain, le chevalier se sentit comme écrasé et fatigué, son souffle s’accéléra, il n’avait pas fait d’effort, alors … Oui, il avait une chose similaire auparavant ! La mort de son avatar divin ! Bordel, pourquoi maintenant, il était au moins resté dans le bâtiment des cuisines lui aussi alors, bon le problème de rangement était définitivement réglé au moins !
Il attendit un instant que son souffle lui revienne tandis qu’elle parlait justement de la raison de son épuisement soudain.


- Permettez-moi de douter que laisser votre avatar divin tout seul soit une bonne idée. Après tout, il doit être aussi doué que vous...

Aussi doué que lui … Une petite critique bien dissimulée en fait, le chevalier n’y prêta absolument pas attention. Trop occupé à limiter son épuisement et retrouver son souffle, après quelques temps, et lentement il se ressaisissait, même si un peu de sueur avait perlé sur le coup.

- Il est comme moi certes, mais ce n’est point avec une épée et un bouclier que l’on détruit un bâtiment ! Soyons réaliste …

Ok, il pouvait faire des catastrophes car il ne connaissait pas tout, mais il y avait une limite à ce qu’il pouvait faire avec son corps et ses principes un peu vieillots ! Et il était persuadé, que détruire un bâtiment, était complètement hors de sa portée. Le pauvre, si il savait que c’était encore une fois lui qui a tout détruit … A ce rythme il était bon pour changer son métier de professeur pour démolisseur quand on y songe, même pas besoin d’explosif avec Alexander ! Vous imaginez le slogan publicitaire, démolition sans explosion !
Enfin voila pour la petite histoire, son souffle enfin reprit, le chevalier passa sa main sa main sous le courant d’eau et la frotta contre son visage pour se débarrasser de la poussière.
Au final quand on repense à la taille du bâtiment et du lieu ou ils sont … Ca allait être plus dur qu’un morceau de toit ou qu’une étagère de livres cette fois … Ils étaient sûrement coincés pour un moment !
Le bâtiment faisait quoi, environs huit ou neuf étages en hauteur, et pour leurs emprisonnements dans cette salle, les cuisiniers les avaient descendus dans un sous sol ! Donc, en théorie, sur chaque coté il devait y avoir … de la roche et de la terre, et au dessus d’eux … jusqu’à dix étages entassés ?! En fait qu’il ai un peu de place était en soit un miracle en y repensant !


- Ma jambe est coincée. Une idée pour nous sortir de là avant que je me fossilise dans la pierre, Monsieur Urmanis ?

Sa lampe torche retourna vers la brune, suivant son corps jusqu’à sa jambe, se n’était pas jolie à voire, elle avait tout de même de la chance, une pique d’acier s’était enfoncé à a peine un centimètre de cette dernière. Il rampa sur les pommes de terres s’approchant un instant du visage de Rain pour s’assurer qu’elle n’avait rien d’autre, il observa son corps un instant et s’avança encore un peu vers sa jambe.

- Visiblement vous n’avez que la jambe de blessée, il faut absolument la dégager, je n’ai pas encore d’idée pour nous permettre de sortir d’ici ...

Il posa donc ses mains sur la jambe de Rain, qu’importe ce qu’elle disait, qu’importe qu’elle n’aime pas les contacts physique, il était oblige pour voire comment la dégager sans la blesser, il devait voir les zones de vide, les points de pression précis, en gros il le fit pendant au moins deux ou trois minutes. Puis se recula un instant pour lui parler d’une petite idée.

- Bien, pour te dégager, il faut que je bouge quelques pierres en faisant levier, mais pour cela ... il me faut les leviers, je vais devoir vous emprunter deux de vos lames, j’utiliserais mon épée pour faire la troisième.

Ok, utilisez des objets tranchants pour soulever des roches autour d’une jambe n’était certainement pas un acte particulièrement prudent, mais dans leur situation, ils n’avaient rien d’autre à cet effet, alors, il allait falloir éviter de lui sectionner la jambe. Ce serait idiot et dangereux pour elle, et peut être aussi pour lui. Bon, déjà il allait falloir qu’elle accepte tout ce qui venait de se passer et tolère ce qu’il lui demandait dans l’immédiat, ce n’était pas sur qu’il puisse la libérer. Ou disons plutôt, tente de la libérer, car rien ne garantissais le succès de l’opération risquée qu’il s’apprêtait à effectuer autour de la jambe de la demoiselle. Et puis après autant d’épreuve une chose lui traversa l’esprit, il se sentait de le demander aussi.

- Puis je vous tutoyer ? Après autant d’épreuves … je pense pouvoir me le permettre.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 26 Aoû 2013 - 22:12
Si ce n'est pas avec un bouclier et une épée que l'on détruisait un bâtiment, alors comment expliquer que celui-ci s'était bel et bien écroulé sur eux ? Peut-être les cuisiniers pour se venger des dégâts qu'ils avaient provoqués jusque là ? Wow non non non, il fallait qu'elle arrête d'émettre ce genre d'hypothèse complètement tordue. En même temps, réfléchir dans ce genre d'environnement était véritablement trop demander pour Rain. L'espace confiné, ça n'avait jamais été sa tasse de thé. C'était la raison pour laquelle l'enseignante ne passait dans sa chambre que pour la toilette et pour déposer ou prendre des affaires. Le reste du temps, elle le passait entre les salles d'entraînement, de cours, le bâtiment administratif et les toits. Ah, les toits, cette invention merveilleuse qui lui permettait de se sentir si libre et déchargée de tout souci. Oh, et n'oublions pas l'infirmerie, à laquelle elle allait forcément passer aujourd'hui vu qu'elle n'était pourvue d'aucun don de régénération mise à part celle de son sang.

Bref, sa situation n'était guère favorable. L'air commençait à lui manquer, du moins elle en avait l'impression et elle était au bord de la crise de nerfs. Toute sorte d'injures martelaient son crâne et menaçaient de s'échapper de sa bouche, mais elle se mordait les lèvres pour s'abstenir de tout commentaire supplémentaire sur la situation, histoire de ne pas gaspiller de l'air inutilement.

- Visiblement vous n’avez que la jambe de blessée, il faut absolument la dégager, je n’ai pas encore d’idée pour nous permettre de sortir d’ici ...

Que la jambe de blessée ? QUE ?! Genre il aurait fallu qu'elle ne se limite pas à cela ? Heureusement qu'il fallait absolument la dégager oui ! Qu'il se grouille le bougre pardi ! Ah, il n'avait pas d'idée pour les sortir d'ici… Bon. Une chose à la fois alors, pour l'heure, elle aimerait bien retrouver un semblant de mobilité, même si celle-ci resterait complètement relative vu l'espace qui leur était accordé.

Des mains se firent sentir sur sa jambe bloquée. En temps normal, Rain se serait tout bonnement dégagée mais là, elle ne pouvait même pas bouger. Elle ne protesta pas non plus, trop occupée à suffoquer dans cet espace vital légèrement trop restreint pour elle. Ce serait le pompon si Alexander venait à remarquer son malaise tiens… sa fierté en prendra pour son grade. La jeune femme se laissa donc faire, s'allongeant sur le dos et fermant les yeux pour tenter de se concentrer sur autre chose que la sensation qu'elle allait mourir asphyxiée d'un instant à l'autre… Sauf qu'il n'y avait pas beaucoup d'élément pour l'y aider. Son cerveau émit un blanc désespérant, avant que la voix d'Alexander se fasse à nouveau entendre, l'amenant à rameuter toute son attention dessus.

- Bien, pour te dégager, il faut que je bouge quelques pierres en faisant levier, mais pour cela ... il me faut les leviers, je vais devoir vous emprunter deux de vos lames, j’utiliserais mon épée pour faire la troisième.

Quoi ? Comment ? Des lames ? Oh, pourquoi pas, au point où ils étaient, pourquoi pas lui sectionner la jambe tiens… Ah non, Rain ne lui faisait pas confiance, elle préférait pour le coup entreprendre l'opération seule. La jeune femme se redressa donc du mieux que lui permettait le plafond de cinquante centimètres et extirpa deux de ses couteaux.

- Puis je vous tutoyer ? Après autant d’épreuves … je pense pouvoir me le permettre.

Cette question la piqua au vif. Déjà qu'elle était sur les nerfs… pour le coup elle répliqua de manière cinglante, jusqu'à ce qu'une petite voix lui souffle de se contenir un minimum car l'air manquerait véritablement si elle continuait.

- Pensez-vous sérieusement que cela ait une quelconque importance dans une telle situation ?! … Passez-moi votre épée.

Bon, elle était souple mais cela allait être difficile pour user de sa force correctement dans cette position. Tout effort serait vain, c'était évident… mais sa fierté avait encore du mal à réaliser qu'elle allait devoir laisser ce bougre la libérer. Finalement, elle s'y résigna et s'allongea à nouveau. Son regard se perdit un instant dans le noir qui lui servait de paysage et elle ferma une nouvelle fois les yeux. Son rythme cardiaque s'était emballé depuis quelques minutes déjà mais elle le remarqua que maintenant.

- Bon… faîtes vite…

Oui, mademoiselle ne cherchait même pas à embellir son image en tentant de se montrer polie. Non, sa fierté prenait le dessus et elle demeurera arrogante jusqu'à son dernier souffle, sans doute… Ce fut à ce moment précis que l'enseignante remarqua un contact proche du tissu sous ses doigts serrés. Rouvrant les yeux, elle constata qu'elle agrippait la manche de son collègue comme si sa vie en dépendait. Ah, fichu stress… Se rendant compte de cela, elle retira sa main de manière vive, comme si la seconde d'après elle allait l'essuyer quelque part. En fait, elle faillit le faire mais se contenta finalement de cacher sa main sous sa veste. Hors de question qu'il la voie trembler.

- Utilisez votre souffle et votre voix pour appeler à l'aide… plutôt que de poser des questions stupides…

Et la voilà acerbe... Comment ça ce n'est pas nouveau ? Non, il lui arrivait d'être agréable mais là, entre la crise de panique qu'elle tentait de contenir, le cumulus de conneries qui lui tombait sur la tête depuis le début de cette maudite journée, la présence seule d'Alexander et sa position désagréable, elle avait largement de quoi être de mauvaise humeur... et tenter de garder un rôle pour ne pas laisser paraître celle qui avait juste envie de se blottir contre le bougre pour oublier qu'elle était dans deux pauvres mètres cube.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mar 27 Aoû 2013 - 18:47


Bon posons bien, la situation, coincé comme ils le sont, ils n’ont pas grand chose  à faire … Sortir ? Impossible … Alors autant travailler  à leur confort en fin de compte.
Alexander, lui était déjà tranquille, ce qui n’était pas vraiment le cas de la brune, qu’on se le dise.
Enfin visiblement elle était toujours énervée contre lui, pourtant il y avait une chose qui intriguait le chevalier tentait qu’il s’afférait  à prévoir son prochain coup, cette traction sur sa manche, elle s’accrochait  à lui ? Ou bien il s’était  accroché  à un débris peut être ?


- Pensez-vous sérieusement que cela ait une quelconque importance dans une telle situation ?! … Passez-moi votre épée.

Bon … En général quand on est bloqué comme ça  il vaut mieux converser pour se changer les idées, mais si elle ne le voulait pas … Alexander lui ne s’inquiétait pas plus que ça, ils seraient secourut, il en était profondément convaincus, et dans leur trou ils avaient de quoi survivre longtemps, nourriture eau, et air, que demander de plus ? Par contre en ce qui concerne son épée, il n’en était pas question. Mais apparemment elle était aussi fière que lui, elle ne supportait pas que quelqu’un l’aide, et cela fit sourire le professeur, qui ne bougeait pas de sa position.

- Bon… faîtes vite…

Attendez, elle se laissait faire d’un coup ? Le chevalier se retourna, voyant la main de Rain lâcher rapidement sa chemise pour aller se dissimuler sous la veste de sa collègue. C’est là qu’il put voire le regard de Rain, il n’était pas comme d’habitude,elle semblait bien plus …hésitante, peut être perturbée, la situation semblait la mettre  mal  à l’aise.
Le chevalier oublia ce qui se passait, il fallait se concentrer sur une chose  à la fois, lorsqu’elle accepta finalement l’aide du chevalier, ce dernier se glissa  à coté de la brune pour récupérer, comme il le pouvait dans leur étroite pièce, les deux épées de Rain Sinclaire, autant vous dire que pendant un petit moment, il fut relativement proche d’elle, mais il prenait soin d’éviter les contacts, sachant qu’elle n’aimait pas cela.


- Utilisez votre souffle et votre voix pour appeler à l'aide… plutôt que de poser des questions stupides…

Il la regarda, pourquoi dire une chose comme cela tout  à coup ? Il n’avait rien dit, rien fait cette fois, il ne lui avait même pas encore parlé, en général les personnes stressées parlaient souvent comme cela, d’un coup sans prévenir. Il posa la lampe  à coté de lui, pour s’éclairer et commença  à placer les épées  pour faire son petit travail.

- Je préfère garder mon souffle pour ce que je vais faire …

Une épée de placée, deux épées de placées, et la troisième, son épée, attendait que les deux ai lever une roche pour se placer et lever encore un peu plus haut avant de se bloquer contre un autre bloc. Que d’acrobatie … Enfin bon, tout était en place, il prit une inspiration profonde, et se lança, la première épée soulevait un bloc bloquant celui qui l’intéressait, de sa deuxième main il leva donc partiellement le rocher, et glissa immédiatement son épée dans la fine ouverture pour achever de le lever et libérer la jambe de Rain. Sauf que voila, ce qu’il put voire n’était guère aussi simple que simplement un écrasement, ça aurait été trop beau …
Par réflexe devant la scène il posa sa main sur le genoux de Rain, immobilisant sa jambe pour qu’elle ne la bouge pas du tout, c’était bien trop dangereux de la bouger.


- Surtout ne bouge pas la jambe !

En fin de compte il n’y avait pas uniquement le bloc de béton pour immobiliser sa jambe, il y avait aussi une tige d’acier qui avait traverser cette dernière en plein milieu du mollet, passant exactement entre les deux os … Et la roche l’avait en fait replié autour de la jambe et appuyait donc sur cette dernière grâce  à la tige d’acier encerclant la jambe..

- Tu as une tige d’acier qui s’est plantée dans ton mollet, et elle est replié au dessus …

En fait cela pouvait aisément laisser penser à un hameçon qui avait traverse la jambe de la professeur. Bon, pour le moment, les épées jouaient bien leurs rôles, maintenant les roches  à bonne distance du mollet et de l’intrus en lui. Mais il fallait la libérer, il s’avança un peu plus, histoire d’avoir de meilleurs prise, il était allonger sur les cuisses de Rain, c’était la seule option, il agrippa la partie pliée à une main, et lui dit rapidement une dernière parole.

- Je vais redresser la tige, ça va te faire mal Rain.

Et voila, le grincement de métal qui se tords sur lui-même, la tige s’agitant un peu dans le mollet de la femme, et d’un coup, un claquement, la tige venait de se briser à la pliure, elle était donc parfaitement droite. Et glissa une main en dessous et leva doucement la jambe pour la séparer du morceau de ferraille. Ceci fait, il prit le temps de le poser à coté, et, arrachant un morceau de sa cape poussiéreuse, l’enroula autour de la blessure, serrant assez fort cette dernière.
Il s’écarta enfin de sur la brune, et s’allongea dans le même sens qu’elle, une dizaine de centimètre plus loin, les armes toujours en équilibre avec la roche avait agrandit leur espace de  … ouais, disons vingt centimètre cube ! Il lâcha un soupire, pas particulièrement bruyant, mais bon, il fallait rester réaliste, coincé ici, il n’y avait pas grand chose  à faire … Il tourna son visage vers Rain, il venait de réaliser une chose importante  à ses yeux.


- En fait ce n’est pas les nobles de mon époque que tu me rappelles ! Non, en fait, tu agis comme mes collègues et supérieur  de mon vivant … En fait c’est très agréable … Je ne pensais plus pouvoir ressentir ça …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mar 27 Aoû 2013 - 23:20
- Je préfère garder mon souffle pour ce que je vais faire …

Oui, ça peut servir, aussi, accessoirement… Mais une fois ce qu'il avait à faire fait, il fallait bien qu'ils se décident à signaler leur présence d'une manière ou d'une autre. A moins que l'un des cuisiniers ne soit pourvu du pouvoir du Radar ou un quelconque domaine divin qui lui permettrait de les localiser sous les décombres… Non parce que bon, c'était suffisamment évident maintenant : ils ne pourraient s'en dégager par leur seule force. Quelques pierres ok, une demi dizaine d'étages, non…

Rain ne gardait pas ses yeux fermés, de temps à autre, elle jetait un regard en direction d'Alexander, pour voir où il en était. En fait, elle était partagée entre une méfiance maladive et le besoin vital d'effacer ces murs étroits de sa vue. Après quelques minutes, son collègue finit par réussir son opération, seulement, la situation semblait plus compliquée que prévu. Tiens donc… comme si tout ce qui leur était arrivé ne suffisait pas. Il posa sa main sur son genou et la somma de ne pas bouger la jambe. Arf, de toute manière ce n'était pas comme si elle avait l'intention d'esquisser un quelconque mouvement brusque, elle savait très bien que ce ne lui serait guère favorable.

- Tu as une tige d’acier qui s’est plantée dans ton mollet, et elle est replié au dessus …

Soupir.

- Merveilleux… quoi d'autre docteur ?

Rain ferma les yeux, tandis que son colocataire de boîte de sardine commençait à grimper sur ses jambes. Super… Un réflexe de rejet la fit bouger, mais elle finit par laisser tomber. Se dégager la mènera à quoi, au final ? Ça ne la libèrerait certainement pas de cette maudite tige. Alors elle serra les dents, plus pour supporter ce contact qu'à l'idée de la souffrance qui s'annonçait.

- Je vais redresser la tige, ça va te faire mal Rain.

- Evitez de me couper la jambe, quand-m…

Elle n'eut pas vraiment le temps de terminer. Alexander avait déjà débuté son opération digne d'un laboureur de terre s'exerçant à la médecine. Un grincement métallique, puis une douleur aiguë remontant jusqu'à son genou. Elle ne cria pas, se contentant de resserrer les mâchoires et à s'efforcer de faire le vide dans son esprit. Ne pas se concentrer sur la douleur qui commençait à irradier son être, ne pas y penser, faire le vide dans son esprit, ou penser à quelque chose d'heureux. Nance tiens, il ferait l'affaire… Quoique, l'idée d'être séparé de lui n'aidait pas vraiment.

Et non, ce n'était pas parce qu'elle avait passé son ancienne vie à récolter les cicatrices qu'elle était insensible à la douleur pour autant. Au contraire, autrefois elle ne possédait pas de conscience, les sentiments, tout comme les sensations, n'existaient pas pour elle. N°99 ne connaissait pas le bonheur jusque là, alors la souffrance ne s'était jamais invitée. Elle n'avait, ainsi, jamais réalisé à quel point elle souffrait et à chaque mission, combattait jusqu'à ne plus pouvoir bouger un seul pouce.

A présent c'était différent. Beaucoup de choses avaient changé pour elle. Beaucoup de nouveautés s'étaient invités à la partie aussi. Rain ressentait des émotions, avait appris à être heureuse et par conséquent, à souffrir. Tout cela était néanmoins encore trop récent pour elle. La difficulté demeurait donc à s'habituer à toutes ces nouveautés… Et bon sang que c'était difficile de garder une contenance avec tout ça face à son collègue !

Ce ne fut que lorsqu'il s'écarta d'elle que l'enseignante s'autorisa à reprendre son souffle. Le sang battait à sa tempe et elle avait encore plus l'impression d'étouffer avec la chaleur qui semblait l'envelopper. N'ayant pas vraiment le coeur à se redresser pour vérifier l'état de la blessure, la jeune femme resta allongée, à tenter de retrouver une respiration normale. Chose impossible à cause de cet espace restreint… Du coup, elle devait paraître pour une faible ne supportant pas la douleur. Rah, la plaie...

Le silence retomba, froissé par leurs respirations respectives. Alexander s'était allongé à côté d'elle, reprenant une distance plus raisonnable. Il ne manquerait plus qu'il la colle tiens pour qu'elle meure asphyxiée pour de bon… Quoique paradoxalement, elle luttait en ce moment-même contre cette part qui ne voulait que se réfugier contre son collègue, seule compagnie dans ce lieu oppressant à en être insupportable.

- En fait ce n’est pas les nobles de mon époque que tu me rappelles ! Non, en fait, tu agis comme mes collègues et supérieur de mon vivant … En fait c’est très agréable … Je ne pensais plus pouvoir ressentir ça …

Bon sang, mais quel con. Vraiment, il ne trouvait rien de mieux qu'à bavasser dans une telle situation. A croire que celle-ci lui plaisait et lui paraissait normale.

- Supérieur hein… bien. Et si vous vous grouillez d'appeler les secours… plutôt que d'attendre qu'ils nous tombent dessus… par un heureux hasard ?

Bien sûr, ces mots avaient été prononcés sur un ton davantage narquois que sérieux, mais le fond du message le restait. Elle n'avait pas l'intention de se fossiliser sous ces pierres, ça non… Le souffle court, comme si elle avait parcouru une longue distance sans repos, la jeune femme lâcha alors de but en blanc :

- J'étouffe. Je devrai peut-être vous tuer pour économiser de l'air, mais vous devez encore appeler à l'aide…

Mots à prendre au sérieux, ou non. Il fallait croire que le manque d'oxygène, ou du moins la sensation, n'aidait pas à garder l'esprit clair.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 28 Aoû 2013 - 23:36


Le chevalier avait crut entendre Rain lui parler au moment ou il se mit à triturer la petite tige de ferraille transformée en hameçons à brune. Mais n’y prêta pas plus d’attention, toute son intention se focalisant sur cette barre de fer qui immobilisait sa collègue.
Le travail finit il s’installa plus confortablement que sur les cuisses de la professeur, pas que ses cuisses n’étaient pas confortable, détrompez vous, mais premièrement pour un chevalier, s’allonger sur les cuisses d’une dame … non ! Mais aussi car il savait maintenant que sa collègue n’appréciait pas vraiment les contacts, comme lui, mais en pire, alors, il préféra largement rester sur le sol et sa purée de pomme de terre, plutôt que sur elle. Logique implacable.
Il nota cependant que Rain respirait particulièrement vite et fort, la douleur ? Il avait presque arraché la tige d’acier, alors c’était peut être probable, n’importe qui aurait probablement hurlé à sa place, alors le fait que ses tympans soient intact ne faisait que révéler la force de Madame Sinclaire aux yeux du chevalier. Puis …


- Supérieur hein… bien. Et si vous vous grouillez d'appeler les secours… plutôt que d'attendre qu'ils nous tombent dessus… par un heureux hasard ?

Elle y tenait à ses secours … Mais Alexander ne comptait sûrement pas hurler en vain dans leur trou … Réfléchissez, si on entend rien, impossible d’être entendu, c’est la logique la plus simple et la plus efficace à appliquer. Il n’y avait pas d’autre solution que d’attendre, de laisser le temps passer, pour qu’enfin il soit sauver, mort ou vivant, qu’importait en fin de compte, le résultat serait toujours qu’ils étaient bon pour un aller simple à l’infirmerie à la sortie…
Il poussa un soupir, puis eu un petit rictus de sourire sur son visage lors d’une pensée qu’il se décida à exprimer, histoire de détendre un peu l’atmosphère pesant qui régnait, mais il avait comme le sentiment que ça pourrait bien arriver malgré tout, et cela lui faisait un peu peur.


- Avec ce qui nous tombe dessus … cela ne me surprendrais point que les secours choisissent de faire une pareil chose …

Le chevalier venait de faire sa première blague depuis sa résurrection ! Vous vous rendez compte ? Bon, elle était franchement de mauvais dans leur situation, mais, il fallait qu’il tente la chose, il fallait qu’il dise le fruit de cette réflexion de masochiste qu’il avait eu en tête … C’est terrible quand on y pense … Parler de chose qui leur tombe dessus … La chose allait-elle devenir un rituel récurrent rythmant leur rencontre ? Ok, arrangeons nous pour que la prochaine soit au milieu du plaine avec de l’herbe à perte de vue dans toute les directions, et peut être un filet pour stopper les animaux volants … Non, en fait peu importe ou ils se trouvaient quelque chose pouvait leur tomber dessus, ce devait être la volonté de Deus …

- J'étouffe. Je devrai peut-être vous tuer pour économiser de l'air, mais vous devez encore appeler à l'aide…

Il tourna un instant sa tête vers Rain, il ne souriait déjà plus depuis un moment, mais voila qu’elle remettait encore ses menaces … C’était bien inutile de lui rappeler le précédent « ordre », mais visiblement il allait devoir justifier le fait qu’il ne fasse rien pour sortir … Il prit une bonne inspiration, et voulut se relever par réflexe, heurtant pour l’occasion le plafond du trou de souris, il grimaça et s’allongea de nouveau.

- Nous n’entendons rien, donc en toute logique il ne nous entendrons pas non plus. Il faut rester réaliste et patient, être à l’affût des possibilités, il ne sert à rien de s’agiter, tout semble stable.

Il pointa du doigt l’énorme bloc qui avait tombé dans la cuve de pomme de terre juste à coté de lui.

- Il sert de pilier à notre grotte dans les décombres, tant qu’il sera là nous ne risquons rien.

Etrangement, il s’était voulut rassurant inconsciemment, peut être qu’il avait compris sans le vouloir la détresse de Rain ? En fait il ne savait absolument pas juger de la solidité des parois, pas plus qu’il ne savait la hauteur de débris au dessus de leurs têtes, en gros il ne savait rien. Il regarda de nouveau le plafond lorsqu’une chose l’interpella, un tout petit courant d’air lui effleurait le visage agitant une petite mèche sur son front, qu’il remit en place d’un coup de main rapide. Il repensant alors à Rain, si elle étouffait …

- Il y a un tout petit courant d’air là ou je suis, si tu as besoin d’air je te laisse ma place.

Il la lui laisserait son problème, par contre niveau acrobatie à faire pour la laisser s’installer à sa place … Ils allaient avoir un peu de mal, ou alors ce serait très amusant à regarder, mais pas amusant pour eux soyons réaliste. Le courant d’être naissait du plafond, au niveau de son torse, et se dirigeait vers la fontaine de fortune de leur petite boite à sardine, l’eau qui coulait en permanence doit probablement participer à créer ce dernier par un effet de rafraîchissement de l’air.
Enfin voila, bouger ou non ne dépendait que d’elle, lui s’adapterait, de toute façons, il ne suffoquait pas, alors il pouvait bien se permettre de la mettre un peu plus à l’aise, d’ailleurs ça lui grattait la tête depuis qu’il s’était cogné … Il frotta légèrement et regarda sa main, y voyant un peu de sang … Bon ce n’était pas beaucoup, mais voila quoi …


*Comme si j’avais besoin de ça … Heureusement que ce n’est pas grand-chose*

Bien, qu’allaient-ils faire pour passer le temps dans la poche d’air qui les contraignait au rapprochement ? Il n’y avait pas vraiment beaucoup d’activités à faire dans cette situation … Commençons par l’eau, car il se faisait soif ! Il se retourna sur le ventre et regarda l’endroit ou l’eau coulait doucement, en fait il n’y avait besoin de rien, l’eau faisait naturellement une petite flaque dans un creux, il se pencha pour y aspirer un peu d’eau, mine de rien cela faisait terriblement du bien, il s’allongea de nouveau soupirant de soulagement, attendant la décision de Rain.




Contenu sponsorisé
Re: Une mise à la page -
Une mise à la page
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Précieuse's mise à mort (Page & Lucy)
» Tutoriel Mise en Page Twitter
» J'ai besoin d'aide pour faire de jolie mise en page...
» Libre service de codes (mises en page RP)
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page