Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une mise à la page

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Une mise à la page - Mar 2 Avr 2013 - 23:08


Depuis quelques temps Alexander remarquait avec quelle aisance il ne connaissait plus rien au monde actuel. Lors de la mission qu’il lui avait été confié il avait eut à faire à d’étrange choses qui l’avaient perturbé tout le long, autant de lumière sans bougie, de boite à images, de boite à son, de calèches d’acier sans chevaux, … Tout l‘avait perturbé. De même, lors de sa rencontre au bar avec une élève, il avait parlé de chose inconnu pour lui, des pays et des traditions dont-il n’avait jamais entendus parler. Il devait rester réaliste en huit cent années le monde avait tellement changé qu’il se devait de se mettre à jour, réapprendre certaines chose, et se mettre au courant des plus grands axes de choses, histoire de ne plus être complètement dépassé, de ne plus être le plus grand ignare de l’académie sur l’époque actuel et son passé, même si du point de vue du chevalier cela était plus le futur que le passé. Enfin, d’un autre coté il vivait maintenant alors les choses étaient tout de même du passé non ? Cessons ici cette réflexion des plus perturbante …

Aujourd’hui Alexander n’avait aucun cours à donner, toute la paperasse administrative qu’il avait à faire était terminée, il avait toute la journée pour lui.
Comme à son habitude il était levé à l’aurore et fit un peu de sport avant d’aller prendre son repas du matin dans sa tenue favorite, son costume blanc avec sa cape blanche et rouge. Il se sentait toujours bien dans ce costume de parade. Après tout cela il se dirigea vers la grande bibliothèque, il avait déjà entendu parler des bibliothèques, avait déjà vu celle de son ordre mais il ne se doutait pas de ce qu’il allait découvrir. Les étagères de son ordre était à hauteur d’homme répartit dans un immenses sous-sol, mais en ouvrant les deux grands battants formant l’immense entrée de la Deus academia, il s’aperçut que ce qu’il avait connut par le passé était ridiculement petit. En refermant les portes derrière lui il se figea un instant en contemplant, dévorant de ses yeux les étagères qui courraient à perte de vue le long des murs et des innombrables rangées centrale. Et leur hauteur, des dizaines d’étages de ces dernières étaient remplit à craquer de livres de toute sorte, des fictions, des poèmes, des documentaires, des archives, de tout on y trouvait absolument de tout !
Le chevalier laissa sortir un soupire avant de se diriger vers la carte de la bibliothèque cherchant ce qui l’intéressait.


*Heureusement qu’ils ont prévus la chose … je me serais perdu sinon …

Il finit par taper du bout du doigt une zone précise sur la carte, on pouvait y lire « histoire», c’était son objectif il le savait, mieux connaître l’histoire lui permettrait d’en assimiler plus, de comprendre plus de chose. Repérant comme il pouvait l’emplacement il s’y dirigea d’un pas rapide, pressé d’enfin ce mettre à la page.
Mais dans son passé il n’était pas connu pour sa stratégie, cela impliquait visiblement un peu son orientation dans ce genre d’endroit. Il se trouvait au 7éme étage à l’Est, dans la partie réserver aux plans des inventions. Son objectif était le 17éme étage à l’Est … Oui il c’était carrément trompé d’endroit mais était persuadé d’être bien tombé. Il agrippa une des immenses échelles et l’appuya contre une étagère au hasard. Le chevalier grimpa fièrement tout en haut de cette dernière pour y prendre encore une fois parfaitement un hasard un livre, n’ayant aucune idée de ce qu’il cherchait vraiment. De toute façons il comptait passer sa journée à lire pour en apprendre un maximum alors il avait on ne peut plus de temps devant lui pour ce genre de chose !
Mais voila à peine eut-il ouvert le livre qu’il tomba nez à nez avec les plans d’un char d’assaut, surprit le chevalier voulut refermé le livre.


- Diantre qu’elle est donc cette …

Pas le temps d’en dire plus, le chevalier avait lâché l’échelle, il ne disposait plus de prises sur l’échelle pour se maintenir droit, il chuta. Il tenta bien de se rattraper, mais il ne saisit que des livres, les emmenant avec lui dans sa chute. Il regardait s’éloigner le sommet de l’échelle et de l’étagère qui venait de lui faire une belle surprise, conscient que le choc allait être douloureux et bruyant dans ce lieu ou régnait un silence immaculé.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 3 Avr 2013 - 11:22
Les livres… Jamais Rain n'avait songé à y toucher. Elle savait lire évidemment, il y avait tant de connaissances qui avaient été imprimées dans sa tête à sa création. Mais au temps où elle n'était qu'une arme, un objet sans conscience, la curiosité était une chose complètement absente chez elle. La curiosité, comme tout le reste, en fait. C'était le néant. Rien pour elle n'existait, pas même sa propre personne, et passer de l'inexistence à l'existence, quoi de mieux pour définir une naissance ? A moins que ce ne fusse une renaissance. Dans ce cas, elle y aurait eu droit par deux fois. Quoi qu'il en soit, maintenant qu'elle s'était réveillée de sa pré-existence morne, il lui fallait se mettre à la page.

Il y avait tant de choses à découvrir dans ce monde, et les découvertes, elle pouvait les faire en rencontrant des personnes, mais aussi en consultant des livres. Oui, des livres. Ces choses sans vie qui renfermaient des centaines de pages et des milliers de mots. Alors même si au début, Rain s'était dit que fréquenter des bouquins muets pouvait être favorable pour une asociale comme elle, la jeune femme c'était vite rendue compte qu'ils n'avaient pas pour autant un potentiel nul en tant que source de migraines. Le tout en sachant qu'elle n'était pas quelqu'un de nature patiente. Le premier livre qu'elle avait ouvert en atterrissant à la Deus Academia avait été aussitôt lâché lorsqu'elle s'était aperçue de la quantité monstrueuse de lettres rangées sur chaque page. Au moins, ce qui était positif avec les bouquins, c'était qu'ils ne se plaindraient jamais peu importait de quelle manière on les jetait sur le sol.

Le calme de la bibliothèque était également encourageant. Même si Rain n'avait jamais aimé les espaces confinés, il n'en restait pas moins que cet établissement-là posait moins de problème de ce côté-là vu son immensité indiscutable. Bon, après, elle préférait toujours se trouver sur un toit que sous un toit, et ce pour plusieurs raisons : c'était beaucoup moins peuplé — forcément —, donc plus de tranquillité, moins de personnes désagréables à rencontrer, de l'air frais à volonté et surtout cette impression d'embrasser la voûte céleste qui l'apaisait beaucoup. Lire sur un toit devait être juste parfait. Cependant, pour pouvoir lire il fallait posséder un livre, au moins, et pour l'obtenir il fallait se rendre à la bibliothèque. Sauf que la bibliothèque en renfermait un nombre incalculable, de ces satanés de bouquins.

Tandis que Rain errait sans but entre les rayons, il lui semblait que le simple fait de lire les noms des livres la cultivait. Tout paraissait intrigant, tout l'intéressait, si bien qu'elle ne savait plus où donner la tête. Son long manteau rasant le sol, elle prenait un temps fou pour terminer chacun de ces rayonnages, allant tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, comme si des aimants avaient été installés çà et là et l'attirait à tour de rôle. Lorsque vint le moment de changer de catégorie, Rain cessa d'être une balle de ping-pong et, les bras chargés de livres, elle se dirigea vers le rayon voisin.

Quelqu'un s'y trouvait déjà, perché sur une échelle. Il était habillé d'une manière un peu différente de la plupart des gens de l'académie qu'elle avait déjà rencontré jusque là, mais aucun jugement ne vint habiter son cerveau qui était encore trop ancré dans ce fonctionnement mécanique. La jeune femme n'y prêta donc qu'une attention moindre et prit la direction de l'autre extrémité du rayon, parce que oui elle était maniaque et qu'elle avait envie de commencer par le début et non par la fin.

Elle n'avait fait dix pas que du mouvement se fit sentir au-dessus de sa tête. Du mouvement… Une pluie de masses oui. En protagoniste de l'impressionnante chute : l'homme habillé de blanc. En figurants : des bri… euh, des livres de la taille de briques. L'unique réflexe qu'elle eut, ce fut de laisser tomber les siens pour tendre les bras et réceptionner le malheureux bonhomme, sans pour autant lever le moindre regard sur ce qui lui tombait dessus. Elle gardait ce dernier fixé devant elle, le temps de réaliser ce qui s'était passé. Les trois secondes de latence écoulées, elle laissa retomber ses bras le long de ses flancs, ce qui eut pour effet de faire chuter lourdement l'inconnu sur le sol. Enfin, moins lourdement que si elle ne l'avait pas réceptionné du tout, hein.

Le visage resté impassible tout le long, Rain jeta un regard autour d'eux. Ils se trouvaient en plein milieu d'un capharnaüm, comme si la bibliothèque venait de subir l'attaque d'une roquette. Super. Enfin elle imaginait qu'avec tout ça, le bibliothécaire n'allait pas tarder à venir, paniqué, avant de virer rouge colère et de se mettre à les engueuler. Merveilleux. Et elle imaginait aussi qu'elle allait devoir ranger tout ce bordel avec ce maladroit. Génialissime.

- Je crois bien que les livres ont remporté la course, lâcha-t-elle avec un très grand sérieux.

Croisant les bras devant elle, la jeune femme zieuta son interlocuteur avec ce même sérieux qui signifiait clairement que, ho, faut assumer sa maladresse maintenant.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Mer 3 Avr 2013 - 23:04


Qui n’as jamais cette sensation que tout se ralentissait autour de soi pendant une action. Les poussées d’adrénaline, il en avait déjà eut au cours de son ancienne vie, pendant des combats. Pendant ses cours moment tu as l’impression que le temps ralentit autour de toi, toutes tes perceptions s’améliorent, permettant d’apprécier au mieux l’instant présent. Mais cette sensation pendant un combat donnait une impression de toute puissance, dans la situation actuelle, ce n’était juste qu’une torture. Le professeur regardait l’échelle s’éloigner lentement de ses mains, conscient qu’elle était hors de portée il continuait pourtant à tendre les bras, comme si, soudainement, il allait enfin la rattraper, on ne peut caresser un rêve plus idiot dans cette situation.
Autour de lui les livres qui chutaient simultanément dansaient presque, ils s’agitaient en suspensions dans le vide, les pages tournaient seules, sans même avoir besoin d’une intervention extérieure pour les y aider. Quel tableau ridicule …
Et au beau milieu de ce tableau il y avait le blond qui tombait, la plupart grimaceraient à l’idée du puissant choc contre le sol qui les attendait, mais pas le chevalier, non, il chutait en souriant. Il semblait se moquer de sa bêtise, après tout il valait mieux en rire qu’en pleurer, de toute façons un chevalier ne pleure pas ! Il devait être fier, alors autant accepter son destin avec le sourire non ? Et son dos pouvait bien accepter une blessure de plus, il avait déjà eu le droit à une mortelle il y a huit cent années…

Pourtant, alors que le chevalier s’attendait à un choc bruyant et douloureux avec le sol, il n’y en eut point. Ce fut plus … doux, comme si quelque chose de souple l’avait rattrapé. Et il ouvrit un peu plus les yeux en constatant qu’il ne s’était pas trompé, à en juger par les traits du visage de la femme qui venait de le rattraper dans sa chute, et à la distance assez courte qui le séparait d’elle … Oui … il se trouvait dans les bras d’une demoiselle ! Il n’avait eut une chose similaire que dans son berceau ! Cela ne s’était plus reproduit depuis qu’il savait marcher !
Son esprit était torturé, dans un sens sa fierté de chevalier le faisait complètement rougir de honte … Les bras d’une femme, dans les bras d’une femme … Même se camarades se contentait de le traîner, il n’y avait bien eu que son destrier pour le transporter en le portant ! Et pourtant d’un autre coté son honneur lui demandait de lui être reconnaissant de lui avoir épargné le douloureux atterrissage. Il ne savait vraiment guère comment réagir, et se contenta de rester complètement immobile quelques secondes en la fixant, la dévisageant presque d’intérêt. Ce fut d’ailleurs l’occasion de s’apercevoir d’une cicatrice sur la joue de sa réceptionneuse, le souvenir d’un combat probablement …

L’instant d’après elle le relâcha soudainement au sol, sans même le prévenir ni aucune forme de courtoisie. Cela lui rappela brièvement la manière de ces camarades de la calmer pour lui prodiguer les soins à une blessure, un coup de gourdin sans sommation lui aussi …
Le chevalier poussa un bref cri, non pas de douleur mais plus de surprise, car cette fois il restait conscient pour pouvoir l’effectuer après l’action. Il était encore rouge, pire qu’une tomate et la regardait un peu perplexe, un subtil mélange de honte et d’honneur au fond de lui. Elle croisa les bras devant elle pour lui parler.


- Je crois bien que les livres ont remporté la course

Il soupira un instant et se releva toujours en lui faisant face, l’honneur allait prévaloir sur la fierté cette fois ci. Il tapota légèrement ses habits, tira sur sa cape pour être de nouveau présentable et prit al parole.

- Je leurs laisse volontiers leurs victoire, mon dos à assez subit de mon vivant.

Bien, ceci étant fait, il allait pouvoir passer au présentation, et après une intervention le sauvant de peu d’un mal de dos certains, il allait devoir utiliser toute les belles formes qu’il avait apprit de son vivant pour en quelques sorte faire tout de même bonne figure.
Il s’approcha d’un pas vers la demoiselle aux cheveux d’ébène avançant sa main pour attraper délicatement la plus facile à saisir et l’écarta légèrement de son corps. Ceci fait il s’inclina pour y déposer un baiser sur la main qu’il tenait.


- Je vous remercie pour votre aide et suis enchanté de faire votre connaissance. Je me prénomme Alexander, quel est votre nom mademoiselle ?

Il relâche doucement la main qu’il tenait pour se redresser, plongeant de nouveau son regard dans celui son expression de son interlocutrice et sauveuse. Si après cela il ne faisait pas bonne impression …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 4 Avr 2013 - 12:03
Le regard posé sur l'inconnu, Rain le détaillait d'un air détaché. Ou l'art d'analyser quelqu'un sans paraître indiscrète ou insistante. Il n'était pas très grand, plus petit qu'elle en tout cas. Des cheveux blonds très pâles encadrant son visage aux traits fins. Un visage rouge pivoine d'ailleurs. Pour ne pas être très douée en empathie, la jeune femme n'avait pas vraiment idée de ce qu'il pouvait ressentir en ce moment et d'où pouvait provenir ce rouge. Etait-ce un rouge d'embarras propre aux humains ou était-ce autre chose ?

Elle le laissa épousseter sa tenue dont il semblait en prendre grand soin, contrairement à elle. A force de chuter çà et là lors de ses combats, à force de se traîner dans la boue, Rain n'avait pas pour habitude de se soucier de ce genre de petit détail. Bon, paradoxalement, elle passait tout de même énormément de temps sur ses cheveux, à essayer de les dompter, mais cela devait être la difficulté de la chose qui lui donnait envie de relever le défi chaque matin.

Alors qu'elle s'attendait à ce que l'homme s'excuse ou se penche pour ramasser ces pauvres livres éparpillés avant que le bibliothécaire ne débarque pour le leur hurler en face, il s'approcha d'elle pour avancer sa main. Méfiante mais surtout curieuse, la jeune femme observa cette main saisir délicatement la sienne et haussa un sourcil. L'instinct voulait qu'elle l'envoie valser dès l'instant du contact mais elle se força à canaliser ces pulsions un peu violentes, le geste de l'inconnu l'intriguait quand-même un peu. Quoique cela passait de plus en plus d'intrigant à bizarre.

Surtout lorsqu'il se décida à poser ses lèvres sur sa main. Aucune expression particulière ne traversa le visage de Rain, mais intérieurement, c'était le grand choc. Qu'est-ce qu'il lui faisait là ?!

- Je vous remercie pour votre aide et suis enchanté de faire votre connaissance. Je me prénomme Alexander, quel est votre nom mademoiselle ?

Les paroles de son interlocuteur lui parvenaient à peine vu que son cerveau avait décidé de freiner son fonctionnement pour analyser cet instant en urgence. Pendant ces quelques secondes qui semblaient se dérouler au ralenti, elle continuait d'observer le dénommé Alexander. Il l'observait aussi. Elle aussi. Puis la gifle partit, livrée express par le dos de la main qu'il venait de relâcher. Ce n'était pas un coup très violent, juste une petite claque qui était venue par réflexe suite au verdict de son cerveau, tout cela offert avec une expression des plus impassibles sur le visage, à croire qu'elle s'endormait presque.

Croisant à nouveau ses bras et en prenant cette fois bien soin de les cacher sous ses coudes, histoire de les protéger d'une nouvelle attaque de lèvres, la jeune femme reprit de son éternel air neutre et détaché, comme si de rien n'était.

- Rain, Sinclaire. Et je vous déconseille de recommencer ce que vous venez de faire. Bon, alors ? Les livres ne vont pas se ranger tous seuls.

Vu sa position, il était certain qu'elle n'allait pas se fatiguer à l'aider. Non et puis après tout, c'était arrivé à cause de la maladresse de ce bonhomme, tout ça. Dit comme ça néanmoins, cela faisait un peu "maître - esclave", mais bon, son ton neutre adoucissait un peu la chose, pour une fois. Heureusement que les autres rayons semblaient vides, voire même qu'ils étaient seuls dans la bibliothèque car personne n'était venu jeter un coup d'oeil pour voir ce qui aurait bien pu provoquer un tel boucan.

Ce fut au moment où elle se fit cette réflexion que le bibliothécaire débarqua, le ventre proéminent à force de passer ses journées assis et le visage rouge pour avoir couru depuis son bureau jusqu'ici. Zut, il pouvait pas s'être endormi, lui ? Maintenant, cela allait être l'engueulade inévitable. Enfin pour sa part, Rain n'aurait qu'à reculer la faute sur Alexander, après tout ce n'était pas comme si elle avait quelque chose à assumer, hein. Elle s'était contentée de sauver un pauvre maladroit de sa chute, et son geste (héroïque enfin) devait sacrifier ses propres livres au passage, voilà tout.

La jeune femme ne se retourna donc pas, continuant à observer l'homme à la cape rouge, le véritable fautif de cette situation. Elle ne serait pas concernée par la conversation qui allait s'engager alors, pourquoi le faire ? Cependant, un bruit bizarre attira son attention, le genre de bruit que provoquait un ballon qu'on dépeçait. Là en l'occurrence, c'était une belle métaphore, quand-même. Le bibliothécaire venait d'inspirer très fort et très vite, puis son corps volumineux se retrouva sur le sol à la manière d'une immense motte de beurre. La vision d'une moitié de rayon détruite ne devait pas avoir ménagé sa santé…

A cela, Rain ne réagit pas. Elle ne faisait jamais de mouvement inutile, puisque dans cette situation, elle ne savait pas du tout comment réagir. Après tout, elle était née tueuse, comment Diable saurait-elle réanimer une personne ? Cela ne faisait pas partie de ses cordes, même si elle réalisait doucement que cela pouvait être utile, de temps en temps. En attendant, elle laisserait, comme pour les livres éparpillés, tout le travail à ce cher Alexander.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 5 Avr 2013 - 17:49


Bon après une action aussi élégante Alexander était certains d’avoir racheter au moins en partie son honneur. C’est donc naturellement qu’il attendit de voire la réaction de la femme en face de lui, son visage inexpressif n’était pas sans lui rappeler le dernier grand maître de son ordre, impossible de deviner le fond de sa pensé …
Quelques secondes passèrent parfaitement silencieuse, où les deux protagoniste se fixait dans la prunelle des yeux, chacun arborant un visage sans expression, quand le couperet tomba. Sans prévenir la demoiselle qui avait salué avec tout les égards de son époque, lança sa main pour gifler le chevalier, pas une gifle classique avec la paume de la main, non, une plus subtile, frappant avec le dessus de la main qu’il avait embrassé plus tôt. Bien que pas spécialement fort, le chevalier tourna par réflexe la tête sur le coté en même temps pour amortir un peu le coup.

Il ne comprenait décidément pas les habitudes et coutumes de cette époque, pourquoi ce signe de respect était si mal vu de tout le monde ? Etait-il possible que cet acte, autrefois si respectueux à son époque, soit devenu une marque d’irrespect ? Le chevalier était perdu, cette époque était illogique, et il n’avait toujours pas eu le temps d’en apprendre d’avantage à cause de ce dernier événement … Il frotta sa joue, sûrement par simple tic, car il n’avait ni douleur, ni marque, une sorte de façons de s’interroger, tout en l’écoutant lui répondre.


- Rain, Sinclaire. Et je vous déconseille de recommencer ce que vous venez de faire. Bon, alors ? Les livres ne vont pas se ranger tous seuls.

Bon … Visiblement l’acte lui avait déplut au plus haut point, elle en cacha même ses mains sous ses coudes après cela ! Il ne faisait pas le baise main en permanence, pour qui elle le prenait ! Et cette façons presque dédaigneuse de lui répondre … Bon si l’action qu’il avait entreprit en toute sympathie l’avait énervé il allait s’en excuser, mais elle pourrait faire preuve de modération tout de même …
Mais la dernière phrase était sûrement la plus irritante pour le chevalier, il ressentait comme un ordre à travers cette dernière, et il ne la connaissait pas suffisamment pour savoir si elle avait se droit ou non.

Il s’apprêtât à lui répondre avec courtoisie qu’elle se devait d’être plus élégante dans ses propos et moins dédaigneuse si elle voulait se faire respecter en tant que demoiselle, mais il ne put point.
Entendant des bruits de pas, visiblement pressé, se diriger dans leur direction le chevalier ne parla pas et se tourna dans cette direction. L’homme au ventre bien rebondit de matière graisseuse, manquant visiblement de raffinements, rougit à peu de chose prés autant qu’une tomate trop mur. Il ne faisait aucun doute que le bruit et le désordre localisé autour d’eux allait leur coûter une sévère réprimande. Mais les choses semblèrent tourné autrement, l’homme se mit soudainement à respirer très fort et très vite avant d’effectuer un magnifique plat sur le parquet en cessant sa respiration.
Le chevalier observa l’homme ballonné en silence, ne bougeant pas plus que Rain. Certes son ordre était à la base un ordre hospitalier, mais avec la reconversion en ordre hospitalier et militaire, il y avait de moins en moins de chevalier médecin. Et oui, le professeur faisait partie de cette catégorie purement militaire … Mais de son vivant il avait toujours un chevalier médecin dans son entourage ! Là il se doutait déjà que la femme devait autant s’y connaître que lui sinon elle se serait au moins approchée de lui pour l’examiner un minimum …

C’est un peu par dépit que le professeur de sport s’approcha de l’homme en serrant la mâchoire, oui il hésitait ne sachant pas trop quoi faire. Il posa un genou à terre et jeta un regard sur la femme avant de retourner à sa tentative. Posant sa main sur l’épaule il secoua l’homme inerte, pas par de petite secousse, il le secoue plutôt comme on secouerait la branche d’un arbre pour en faire tomber les fruits …


- Messi … Euh … Monsieur ! Réveillez vous !

D’habitude il cherchait une blessure et regardais si une personne respirait pour dire si elle était encore vivante ou non. Ah mais voila la solution ! Le chevalier retourna rapidement l’homme, avec toute la douceur dont un chevalier brutal pouvait faire preuve, il y eu d’ailleurs un bruit étrange, une sorte de cloc, comme si il avait enlever quelque chose à l’homme, mais le chevalier n’y prêta pas attention, bien que la position assez étrange du bras aurait pu lui mettre la puce à l’oreille.
L’homme maintenant sur le dos le blond fixait avec insistance le ventre, cherchant à percevoir le signe d’une éventuelle respiration qui n’était plus là. Après presque une minute dans cette position il se releva, retapota rapidement ses genoux et saisit le premier livre à ses pieds intitulé « Le moteur à explosion »


- J’ignore qu’elle fléau vient de le faucher, mais il est mort …

Il feuilleta rapidement le livre en question avant de bloquer sur un schéma du moteur. N’y comprenant absolument rien, il ne distinguait pas d’arriver d’eau, ou de moulin à vent, pourtant il était clairement écris que la chose tournait ! Il se murmura pour lui-même.

- Qu’est-ce donc que cette chose …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Sam 6 Avr 2013 - 16:05
Finalement, Rain dut se retourner elle aussi, lorsqu'elle se rendit compte que son interlocuteur semblait aussi doué de réflexes secouristes qu'elle. La jeune femme lui emboita le pas tandis qu'il s'approchait du pauvre bibliothécaire. Il lui semblait percevoir que les rythmes de ses battements de coeur se faisaient moins perceptibles, ce qui n'annonçait rien de bon en soi… En fait bientôt, ils se firent carrément absents, cependant qu'Alexander tentait de le… réanimer ? Rain n'était pas experte dans le domaine mais lui déboîter l'épaule en le retournant avec tant de délicatesse n'allait sans doute pas le réveiller… A moins que ce ne fusse sous l'effet de la douleur.

Alors qu'Alexander se relevait, se souciant visiblement davantage de l'état de son pantalon que de celui du bibliothécaire, la jeune femme se mit à son tour aux côtés du rondouillard. Clairement, sauver quelqu'un n'était pas dans ses cordes, mais vu qu'un pouvoir divin lui avait été confié, autant s'en servir non ? Elle n'allait pas le laisser crever sans rien faire, même si elle ne savait pas vraiment pourquoi elle le sauverait non plus. C'était une situation assez étrange, où la réflexion n'avait pas vraiment sa place et où l'instinct prenait davantage les rênes des actions. Enfin, l'instinct… plutôt cette conscience nouvellement éveillée, parce que celui de la machine à tuer l'aurait plutôt dictée l'ordre de rester les bras croisés.

Pour l'heure, le coeur ne battait plus et Rain ne pouvait pas vraiment faire grand-chose à part accélérer le flux sanguin histoire de rebooster le muscle lâcheur. Son visage était resté impassible et si ses efforts s'étaient vus non-récompensés, sans doute cet épisode n'aurait-il pas ombragé plus que cela sa journée, puisqu'elle n'aurait aucun regret, ce ne fut finalement pas le cas. Le gardien grassouillet hoqueta et, après avoir inspiré une bonne grosse bouffée d'air, papillonna des yeux en balayant les alentours d'un regard éberlué.

Sans prononcer le moindre mot pour rassurer le pauvre homme, Rain se releva brusquement et attrapa le livre qu'était en train de feuilleter cet Alexander décidément aussi à côté de la plaque qu'elle.

- Vous permettez ?

En même temps, pour cette raison justement, elle ne pouvait pas le blâmer. Si sa tentative avait été vaine, elle aurait été quand-même capable de faire sa sieste dans la bibliothèque, comme si de rien n'était.

- Il faudrait trouver un petit remontant pour ce monsieur, laissa-t-elle tomber naturellement.

Oui, OK, ça virait légèrement au bisounoursisme, mais bon, c'était inévitable si elle devait faire l'effort d'être autre chose qu'une arme vivante insensible. Quoique apparemment, son interlocuteur, qui n'avait pourtant pas l'air d'être fait dans le même moule qu'elle, ne semblait guère affecté par ce qui venait de se passer. Elle ne l'était pas non plus, mais ce n'était pas vraiment l'exemple à suivre.

Sans attendre d'éventuel refus de la part d'Alexander, la jeune femme se tourna vers le bibliothécaire toujours à terre et croisa à nouveau les bras devant elle.

- Ne vous en faîtes pas, dès qu'il reviendra, il se chargera de remettre vos livres à leur place.

En tout cas, c'était ce qu'il avait intérêt à faire. Il était majeur et vacciné, libre de faire ce qu'il voulait mais il avait également des responsabilités à assumer, qu'il fusse professeur ou élève.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Dim 7 Avr 2013 - 20:11


A quoi cela servait de s’acharner à l’achever …. Pardon … de le soigner en sachant éperdument quand le faisant il le tuerait ? Le chevalier restait réaliste le soigner n’était absolument pas dans ses cordes alors autant s’occuper autrement, de la lecture par exemple ! Et ce drôle de livre sur les moteurs par exemple, bon le chevalier n’était pas idiot non plus, il réalisait tout de même qu’il ne se trouverait pas dans le bon secteur de la bibliothèque !

Même si il avait les yeux sur le livre qu’il tenait en main, il observait tout de même cette femme qui alla à son tour auprès de l’homme, mais il ressentait comme si elle se contentait d’y aller par dépit après avoir observer le chevalier. Et pourtant elle réussit à finalement réanimer l’homme ! En cet instant le chevalier fut presque énervé, si il savait soigner, alors pourquoi n’était-elle pas allé s’occuper de lui plus tôt ? Mais sa surprise n’était pas prête de prendre fin en cet instant …
A peine le femme se releva après avoir fait revenir d’entre les morts le bibliothécaire qu’elle arracha carrément le livre que le chevalier tenait entre ses mains, avec politesse, mais elle n’en attendit pas la réponse.


- Vous permettez ?

Elle se l’était déjà permit de toute façons ! Alors a quoi bon lui répondre, la réponse du chevalier n’aurait servit absolument à rien dans tout les cas, mais le comble de l’hypocrisie n’était visiblement pas encore parvenue aux oreilles du chevalier.

- Il faudrait trouver un petit remontant pour ce monsieur

Le chevalier ne savait plus vraiment quoi penser de cette situation, cela sonnait comme un ordre, mais rien ne l’indiquait, ces paroles laissaient encore sous-entendre qu’éventuellement elle pourrait s’en charger. Le chevalier bloquait légèrement là, ou était passés les bonnes manières ? La civilité ? Le professeur n’avait pas bouger sa main, comme si il tenait encore le livre, mais ce n’était pas fini, l’ignorant complètement elle se retourna vers le bibliothécaire et le couperet tomba.

- Ne vous en faîtes pas, dès qu'il reviendra, il se chargera de remettre vos livres à leur place.

Alors la prétention avait vraiment un corps vivant dans l’académie ? Si les bras du blond n’étaient pas solidement accrochés à ses épaules par des os des muscles et de la chaire, aucun doute qu’il les aurait perdu, les laissant tomber avec fracas au sol. Mais là s’en était trop, le moment ou il allait obéir à un inconnus n’était pas encore venu ! Actuellement il n’était prés à écouter que les directeurs, et encore, ce n’était toujours pas le même respect que ce qu’il avait de son vivant pour les ordres de ses supérieurs dans l’armée teutonique !

- Qui vous permet de me donnez des ordres ?! Aujourd’hui ce n’est point encore le jour ou je me soumettrais à la première inconnue que je croiserais !

Elle venait de pousser à bout le chevalier rapidement, sûrement car les ordres étaient une chose qui lui tenait assez à cœur. L’obéissance d’un chevalier est une chose qui se gagne, et se n’est pas en lui donnant des ordres à la première rencontre, celui-ci ne connaissant absolument pas la position de cette dernière, qu’elle allait l’obtenir. Il la fixa avec plus d’insistance, même si son corps ne le laissait pas percevoir il avait un furieuse envie de lui crier dessus, mais son expression du visage était tout de même sévère de jugement.

- Que je sache, étant donné que VOUS l’avez soigné, VOUS allez vous occupez de lui, j’ajouterais que VOS livres sont mélangés avec ceux que j’ai emporter dans ma chute. Je pense qu’il est donc nécessaire que vous participiez au rangement.

Voila, il avait mit les choses au point. Il ne fallait pas abuser tout de même, car déjà que sa fierté avait prit un coup en se faisant sauver d’une chute par une femme, mais se faire sauver par une femme aussi prétentieuse était encore plus vexant pour le chevalier. Il ajouta tout de même quelque chose, ne laissant absolument pas le temps à Rain de répondre.

- Vous avez peut être l’habitude de ne croiser que des personnes obéissante, mais ce ne sera pas mon cas ! Quand bien même vous m’aillez aidé au cours de ma chute !




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 8 Avr 2013 - 17:31
Aux mots prononcés par Rain, le bibliothécaire rondouillard hocha frénétiquement la tête. Il s'était redressé et se tenait à présent assis, ses yeux écarquillés se promenant tour à tour sur ceux qui se tenaient devant lui. Mais bien rapidement la réaction d'Alexander se fit entendre, claquant le silence des lieux. Aucune expression ne traversa le visage de la jeune femme tandis qu'elle se contentait de rester les bras croisés, daignant à peine jeter un coup d'oeil à celui qui lui criait dessus. Décidément, elle se pensait susceptible mais il y avait pire. Après, peut-être qu'il s'était levé du mauvais pied, elle aussi pouvait se montrer moins patiente selon les jours. Tout de même, sa fierté de mâle était un peu mal placée dans ces circonstances. Et le pauvre bibliothécaire qui les regardait encore, apeuré et sous le choc.

Déjà cet Alexander lui filait la migraine avec ses piaillements inutiles. Se soumettre ? Mais il n'était même pas question de se soumettre, il se faisait des films, ou quoi ? Elle l'invitait simplement à prendre ses responsabilités, comme deux adultes se devaient de le faire lorsque quelqu'un faisait un malaise ou qu'une partie de la bibliothèque avait été détruite. Et le pire c'est qu'il continuait à lui beugler ses quatre vérités, se faisant passer pour la victime comme tout homme digne de ce nom se devait de le faire… Oh, pitié.

Quelle manque de bonne volonté et d'éducation, celui-là. L'habitude de croiser des personnes obéissantes ? Oh ça non, il y en avait pas mal des personnes rebelles par ici, mais Rain ne se laissait pas marcher sur les pieds pour autant. Bon au moins il reconnaissait qu'elle l'avait aidé à ne pas se briser le dos, c'était déjà cela de pris… Il ne manquerait pas qu'il l'accuse d'être la responsable de la chute de ses livres puisque c'était elle qui s'était trouvée dans la zone de sa chute tiens…

Lorsqu'il la laissa enfin en placer une, en bon gentleman qu'il était, ironiquement parlant, Rain se contenta de répliquer d'un ton froid, pas le plus frigorifiant mais tout de même.

- Inutile de monter sur vos grands chevaux. Il n'a jamais été question d'obéissance ni de soumission, simplement de responsabilité, une notion qui semble vous échapper.

Son visage était resté impassible, son regard également mais de par sa clarté il pouvait naturellement paraître hautain. Après, elle n'avait choisi la couleur de ses yeux alors, sans compter que ce n'était guère son genre de faire attention à comment elle apparaissait aux autres. En tout cas, cet homme avait bien chuté dans son estime avec son comportement. La jeune femme se détourna donc bien rapidement son attention de lui, une fois ce qu'elle avait à exprimer dit, pour poser une simple question au bibliothécaire, faisant à nouveau comme si Alexander n'existait pas.

- Qu'est-ce que vous prenez en cas de malaise ?

Son interlocuteur tressauta, sans doute avait-il encore du mal à se remettre, Rain n'en savait rien, elle ne s'y connaissait pas du tout. Ou alors, il était effrayé par le blond qui se tenait à ses côtés ? Cela ne l'étonnerait même pas, vu comment il s'était comporté comme un bourrin.

- Hum. Ho… Euh… De… Je… Je pense que ça ira… bredouilla le bonhomme en essayant de se relever.

- Bien.

Sans lui proposer la moindre aide, puisque ce n'était guère son genre de la fournir sans qu'on la lui demande, Rain se tourna cette fois vers le bordel qui était étalé derrière eux. S'accroupissant, elle ramassa ses propres livres dans un silence religieux, n'ayant guère plus envie d'adresser la parole à l'autre paysan pourtant habillé à la manière d'un bourge.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 11 Avr 2013 - 21:46


Décidément les personnes qu’il allait devoir être amené à côtoyer à cette époque étaient destine à rester des mystères pour le chevalier qui toisait du regard la brune. Le professeur de sport avait du mal à saisir encore maintenant l’ampleur du changement de la manière de pensé des humains en … si peu de temps ? Cela faisait pourtant depuis plus de huit cent années en même temps. Mais une telle duré devait-elle être considérée comme longue ou courte ? Non il avait vraiment besoin de la lecture qui se trouvait ici, il ne pouvait plus se permettre de ne pas comprendre ce qu’il se passait.

Et même si les manières de la femme l’auraient choqué de son vivant, il avait déjà vécus assez d’expérience ici pour que ce ne soit pas le cas. D’ailleurs il se calma légèrement lors de sa réponse qui lui fut adressé.


- Inutile de monter sur vos grands chevaux. Il n'a jamais été question d'obéissance ni de soumission, simplement de responsabilité, une notion qui semble vous échapper.

Montez sur ses grands chevaux ? Il ne comprenait pas exactement le sens de la phrase … De son temps, oui, il avait bien monté des chevaux, mais qu’elle pouvait être le rapport avec son petit saut d’humeur ? Enfin bon, si ce qu’elle disait s’avérait exact, alors il avait bien mal comprit ses propos ? Enfin, de toute façons il comptait bien s’occuper des livres sans qu’elle n’ai à le lui demander, la responsabilité il connaissait, il n’avait jamais nié un acte qu’il avait fait, que ce soit sous un ordre ou de lui-même. D’ailleurs il ne manqua pas de lui répondre brièvement, reprenant son air naturel, légèrement sévère. Sa petite crise de nerf étant déjà loin derrière lui.

- Il semblerait donc que j’ai mal comprit vos propos ? Veuillez m’excuser, j’ai encore huit cent année de manière à rattraper … Ce n’est guère une chose aisé.

Mais il put voire rapidement que la femme avait choisit de rapidement éviter la conversation, elle s’occupait de l’homme qui revenait d’entre les morts. Il sourit discrètement en coin avant d’aller doucement faire des petits tas des livres tombé au sol. De mémoire il rassemblait par étage ces derniers, jetant de temps à autre un bref petit coup d’œil. Elle s’occupait de l’homme, enfin si l’on pouvait dire s’occuper. Mais pourtant elle faisait comme lui avec ses apprentis chevalier à l’époque, cela le fit sourire au fond de lui. On s’assure qu’il peut bouger, et on y retourne. Elle aurait presque la même mentalité que lui sur ce point, cela était légèrement déroutant, au point où il cessa un instant le rangement pour voire ce qu’elle allait faire en plus. Mais il ne fit pas grand-chose, elle le rejoignit dans le tri des livres étalés au sol, en silence.

L’atmosphère était tendue, très tendue, on pourrait avoir l’impression qu’un rien la changerait définitivement, comme deux armées qui se faisaient face, attendant la première actions de l’autre pour réagir en fonction. Aussi le chevalier choisit donc de ne pas parler, peut être par prudence. Il saisit le petit paquet de livres destinés au dernier étage de l’étagère, et monta d’un pas sur l’échelle tandis qu’il montait au sommet.
Une fois arrivé tout en haut, il s’installa sur de bien meilleures prises que celles qu’il avait précédemment, pas question de refaire la même erreur. Il glissait à leur place à tour de rôle chaque livre avec un geste plus assuré, bien que légèrement hésitant, car il n’eu que peu de fois l’occasion de le faire. L’inconvénient de la noblesse …
Finalement juste avant de remonter avec sa deuxième pile de livre il regarda une fois de plus la femme. Ce silence le pesait tout de même un peu.


- Dîtes moi donc …. Quelle raison vous a amené à venir ici ?

Ik il aurait pu trouver mieux, mais cette question était toujours assez classique pour tenter d’en relancer une. Enfin il espérait.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Ven 19 Avr 2013 - 21:07
Huit cents années ? Il en fallait beaucoup pour surprendre une Rain toute blasée mais cela ne l'empêcha de se poser des questions par la suite, tandis qu'elle entreprenait de ramasser ses livres éparpillés sur le sol. Qu'est-ce qu'il y avait, huit cents ans plus tôt ? Alors là, aucune idée… Les connaissances qui lui avaient été accordées alors qu'elle n'était encore qu'à l'état de fœtus ne lui permettaient pas de le savoir. Ses créateurs l'avaient bien limitée… Sans doute un moyen de la garder sous contrôle. Un moyen efficace car elle en sortait cultivée de manière absolument non-équilibrée, étant une parfaite ignorante dans bon nombre de choses essentielles. Voilà le pourquoi du comment elle se trouvait là.

Ses livres rassemblés, la jeune femme se releva tandis que le dénommé Alexander se chargeait de ranger les siens pile par pile. Il ne manquerait plus qu'il tombe une deuxième fois tiens, mais bon, il semblait y aller plus prudemment cette fois. Il ne manquerait plus qu'elle doive le réceptionner une deuxième fois tiens ! Et vu comme il était désagréable, elle le laisserait bien s'écraser comme une merde pour lui apprendre à s'emporter de la sorte… Enfin, cela ne la plaisait pas, ce genre d'attitude, mais elle ne pouvait pas vraiment prétendre être moins susceptible. Certes les émotions avaient du mal à venir chez elle mais quand elles décidaient de se pointer, c'était la catastrophe.

Alors qu'elle s'apprêtait à quitter les lieux, le dénommé Alexander se décida à tuer le silence en lançant une question quelconque. Sans doute souhaitait-il détendre l'atmosphère ou récupérer son attitude déplaisante de tout-à-l'heure ? Bien tenté, mais Rain voyait surtout son "j'ai huit cents années de manières à rattraper" comme une excuse bidon. M'enfin, il était vrai qu'elle n'en savait que trop peu pour juger, après tout… Peut-être qu'il disait vrai, même si en ce moment, si elle daignait y croire, c'était de mauvaise grâce.

- Dîtes moi donc …. Quelle raison vous a amené à venir ici ?

- Disons que j'ai également quelques années à rattraper.

N'ayant jamais eu à devoir imaginer par le passé, Rain avait du mal à concevoir ce qui pourrait bien avoir constitué le monde huit cents ans plus tôt. Jamais encore elle ne s'était posée ce genre de questions, il fallait croire aussi que depuis qu'elle avait commencé seulement à réfléchir, il y en avait eu tellement avant. Tellement de choses à découvrir, tellement de choses à comprendre, à assimiler...

Sa colère froide n'était plus qu'un mauvais souvenir. Apparemment, elle n'était pas la seule à savoir changer d'humeur d'un instant à l'autre dans le coin. Il ne restait plus qu'à voir combien de temps ils pourraient discuter tranquillement avant un nouvel éclat. Non parce que des spécimens comme eux, cela avait bien tendance à se hurler dessus. La preuve, en même pas quelques minutes de leur première rencontre, la tension se laissait déjà percevoir.

S'adossant contre la rangée d'en face, elle entreprit d'ouvrir l'un des livres qu'elle avait choisi au hasard, traitant des armes à feu anciennes. Anciennes comment ? Peut-être que son vis-à-vis les avait connues ?

- Je serai curieuse de savoir ce qu'il y avait à votre époque… laissa-t-elle tomber sans adresser de regard à son interlocuteur, avant d'ajouter avec un sourire ironique. Apparemment, les bibliothèques et les échelles n'étaient pas choses communes.

Elle n'avait aucune idée de comment il allait le prendre, mais de toute manière, elle n'était pas là pour lui raconter des choses plaisantes. Il n'avait fait aucun effort pour contenir son impulsivité, alors pourquoi donc se fatiguerait-elle à se montrer sympathique ? M'enfin, il ne restait plus qu'à voir s'il allait se vexer une nouvelle fois ou en revanche prendre sa dernière remarque pour une taquinerie quelconque… La relation s'annonçait tendue.



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Sam 20 Avr 2013 - 1:18


Alexander était maintenant concentre sur la tâche de rangement qu’il effectuait, regardant la tranche d’un livre avant de le glisser à l’emplacement qui lui était réservé à cet effet. Finalement il effectuait le travaille des archivistes et le trouvait plutôt simple, peu fatiguant, avec comme seul danger la chute. Il ne comprenait carrément pas pourquoi les archivistes se plaignaient à son époque … déjà qu’ils vivaient des dizaines et dizaines d’années de plus que les chevaliers … Il y avait aussi des choses illogiques à son époque en fin de compte, comme quoi les découvertes n’était pas que centré sur l’époque actuel …

Le professeur fit un brève pause dans ce qu’il faisait pour écouter la brune lui répondre finalement elle intrigua d’un coup le chevalier. Déjà que sa façons d’agir lui donnait un migraine rien qu’à y penser, finalement un point commun inespéré les liait.


- Disons que j'ai également quelques années à rattraper.

Mais bon, quelques restait une quantité très bague, cela pouvait être seulement limité à quelques simple dizaines d’année, une quantité similaire au chevalier perdu dans le temps moderne, ou peut être même encore plus ! Il ne pouvait vraiment le savoir sans une quantification précise du nombre d’années de la part de la femme.
Bref, il retourna ensuite à son rangement, remontant au sommet de l’échelle avec la seconde pile de livres dans les mains. Il était devenu nettement plus prudent depuis sa chute, et arrivé à bonne hauteur il reprit la même danse que pour la première pile, lisant la tranche du livre avant de le placer correctement. A la différence que cette fois il en inversa deux et le remarqua juste avant de descendre de l’échelle, exactement au même moment ou elle se décida à répondre à la question du chevalier visant à briser le silence de mort qui régnait entre eux. La tension restait largement palpable rien quand dans leurs façons de s’éviter le plus naturellement du monde.


- Je serai curieuse de savoir ce qu'il y avait à votre époque… Apparemment, les bibliothèques et les échelles n'étaient pas choses communes.

Il l’écoutant attentivement tout en redescendant, cherchant dans quelle ordre lui répondre. Arrivé finalement en bas il haussa légèrement les épaules en l’observant comme si il ne comprenait pas vraiment sa remarque sur les échelles. Bien évidement qu’il y en avait, les échelles de siéges par exemple, il en avait monté quelque unes, mais bon, l’ambiance restait différente aussi, et elle était conçut à cette effet, moins inclinée aussi.

- Oh il en existaient n’allez pas croire cela, cependant mes attributions me conduisait rarement à les côtoyer. Oui, c’était plus le travail des archivistes et des ecclésiastes tout cela, moi je n’étais rien d’autre qu’un combattant et instructeur qui permettait à ceux-ci de dormir paisiblement.

Allez savoir, le fait qu’elle s’intéresse à son époque avait sûrement réveillé la fièvre de l’instituteur du chevalier, il était toujours un home qui se passionnait dans ses explications sur son ordre, son passé, et son époque. Après tout un chevalier se devait d’être passionné par ce qu’il est pour se faire respecté, bien que certains tombaient dans le fanatisme lorsque cette passion brûlait un peu trop dans le cœur des hommes.

- Et bien pour comparé par rapport à l’époque actuelle, toute les tâches étaient faite par la main d’un homme ou d’une femme. il se laissa aller à ses souvenirs en prenant en main la troisième pile de livres. Le baise main que je vous ai fait plus tôt était, à mon époque, la façons la plus courtoise de saluer une femme … Mais maintenant à chaque fois j’ai une marque sur la joue après l’avoir fait … C’est perturbant …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 22 Avr 2013 - 22:54
Son interlocuteur lui apprit que les bibliothèques et les échelles existaient bien à son époque. Tant mieux pour lui. Il ne s'était pas vexé à sa petite provocation, en même temps, il ne manquerait plus que cela tiens. Déjà qu'il n'était franchement pas haut placé dans son estime, il ne manquerait plus qu'un nouveau crise de nerfs pour qu'elle le classe définitivement dans les personnes insupportables avec qui elle devait absolument éviter une deuxième rencontre. Il était un combattant… il n'y avait que ça dans le coin ou quoi ? Instructeur. Vu comment il expliquait les choses, tout semblait se rejoindre et il y avait visiblement d'excellentes chances qu'elle ait en face d'elle un enseignant.

Assimilant les paroles du probable collègue, Rain tenta de s'imaginer le fonctionnement d'antan. Ici, elle avait bien l'impression que tout le monde était un peu multi-tâche, bien qu'elle ne fusse pas le meilleur exemple. Ne sachant que lire et non écrire, elle n'aurait jamais su travailler dans le genre de domaine dans lequel baignaient les ecclésiales et les archivistes. D'autant plus qu'étant légèrement hyperactive, elle avait besoin de bouger en permanence. Et il ne s'agissait pas de se battre mais de tout simplement se déplacer, escalader les toits et braver divers obstacles haut perchés. La sédentarisation, très peu pour elle, même si on pourrait croire, avec son amour pour les siestes. Mais bon, à force de se découvrir depuis son réveil Rain s'était rendue compte qu'elle était un paradoxe à elle-même...

Toutes les tâches étaient faites par la main d'un homme ou d'une femme ? Que voulait dire son interlocuteur par là ? Que les tâches étaient séparées peut-être. Ainsi donc le geste bizarre de tout-à-l'heure se nommait le baise-main… D'accord, elle en apprenait des choses. Saluer une femme ? Juste une femme ? Cela ne se faisait pas aux hommes ? Rain se demandait bien pourquoi et malgré les quelques secondes de réflexion qu'elle s'accorda, elle ne parvint pas à comprendre ce détail. Oh, elle imaginait bien que c'était perturbant de voir ce qui était pour soi une normalité rejeté d'une manière aussi sèche… Minute, elle imaginait bien ? Elle comprenait un ressenti ? Waouh. Décidément, quelle étape…

- Pour ma part je n'ai jamais apprécié les contacts physiques de toute manière.

Et si c'était prêt de changer avec son humain préféré, ce changement était limité à lui et uniquement lui. Parce qu'il avait une place spéciale dans son coeur et que par conséquent, elle le supportait de manière différente. Les autres étaient encore considérés comme des étrangers.

- A vous entendre, vous ne saluez pas les hommes de la même manière. Pourquoi donc ?

Elle était curieuse de le savoir ça tiens. Leur altercation de tout-à-l'heure ne semblait plus qu'être qu'un lointain souvenir, même si à y réfléchir cela datait d'il y avait à peine trois minutes. Vive les humeurs changeantes. Ou pas. Pour l'instant ils papotaient comme si de rien n'était, mais sans doute que dans quelques minutes, ils seraient à nouveau en train de tendre l'atmosphère, l'un en beuglant, l'autre en rétorquant avec des pics de glace. Cette discussion promettait dîtes donc.

Une fois que son interlocuteur lui ait fourni sa réponse, elle posa une autre question, sans daigner lever son regard des pages de son livre où trônaient des beautés sans pareilles… à savoir des fusils de chasse.

- Et ôtez-moi un doute, êtes-vous bien professeur ?



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Jeu 25 Avr 2013 - 23:47


Les moeurs de cette époque restaient toujours un vrai mystère pour le chevalier, et au fond de lui il savait que ceci était une information qu’il ne trouverait absolument pas dans un livre. Il n’y avait pas de secret, les bonnes manières étaient une chose qui se transférait de vive voix, de personne à personne. Et pour cela il fallait qu’il ai des contact avec d’autre pour réaliser ce qu’il devait changer dans sa façons de faire. Il repassa doucement sa main sur sa joue, bon déjà elle n’y était pas aller trop fort, ça ne faisait pas mal, il n’y avait pas de marque, mais c’était un peu comme se remémorer l’acte pour le chevalier.
Finalement il reposa son regard sur la brune, toujours aussi inexpressive, tandis qu’elle lui répondait.


- Pour ma part je n'ai jamais apprécié les contacts physiques de toute manière.

Pour sa part ? Alors il y avait une chance que ce ne soit que pour elle ? Avec un petit coup de la chance, il y avait la possibilité que d’autre apprécie son geste ! Oui, il avait le droit de garder de l’espoir pour lui, il restait toujours possible que cette femme si sévère soit une sorte d’exception, au même titre que les précédentes … certes … Mais cela restait possible ! Car oui, tout est possible dans cette époque de fou furieux !

- A vous entendre, vous ne saluez pas les hommes de la même manière. Pourquoi donc ?

Cette phrase sonna comme une hache tombant sur un cou au dessus d’une pierre, quelque chose de net et sans bruit, et qui pourtant avait une énorme conséquence. Et là la conséquence direct fut une réflexion du chevalier, mais absolument rien ne lui venait en tête, ce n’était qu’une règle qu’il avait apprise et assimilée parmi tant d’autres dans son éducation brève de noble et de chevalier. En fait il ne trouvait absolument pas de raisons justifiant un tel acte, ce n’était qu’une chose conditionner dans son esprit comme une autre, comme aussi le fait de n’obéir qu’à ses supérieurs hiérarchiques, ou ses parents, un réflexe qui lui venait naturellement. Il balbutia presque la réponse, mais ce ressaisit au dernier moment, il n’avait jamais fait attention à ce détail de sa vie, et de sa mort aussi…

- Je suis bien incapable de vous répondre, vous m’en voyez navré, j’ai appris à faire la chose, et je la fait par réflexe, sans jamais me poser de questions. Il se dirigea doucement vers l’échelle avec cette ultime pile, un tantinet plus grande que les précédentes. Je le fais par réflexe, par habitudes aussi, je n’y avait jamais vraiment songer, cela me parais si naturel …

Il ne prêtait pas vraiment attention à mademoiselle, là il escaladait de nouveau cette échelle, pour la dernière fois, il l’espérait bien. Arrivé au trois quart de la hauteur un livre tomba au sol, et il soupira tandis qu’elle lui posait une autre question, et il est vrai qu’il se la posait depuis peu lui aussi. Il se décida à lui répondre directement et sans vraiment hésiter cette fois.

- En effet, je suis professeur de sport, je n’ai pas souvenir de vous avoir vu pendant un de mes concours ou dans les innombrables fiche d’élèves que j’ai. Je suppose que vous êtes une repentie ou une professeur vous aussi ?

Il avait finit de ranger tout les livres qu’il avait en main, et regarda légèrement en contre bas le fameux livre qui avait fui. Redescendre pour remonter serait une perte de temps … en cette échelle commençait à le peser. Tient d’ailleurs le bibliothécaire était repartit aussi vite qu’il était venu, il avait littéralement disparut, le professeur ne le voyait absolument plus.

- Excusez moi mademoiselle Sinclaire, pouvez vous récupérez le livre au pied de l’échelle que j’ai malencontreusement laissé choir au sol et me le lancer ? Je vous en remercie d’avance.

Il n’était pas certains qu’elle accepte de lui rendre ce service après ce qu’il s’était passé précédemment, mais il gardait espoir, comme il espérait croiser une personne qui apprécierait ses manières assez dépassées. Il se tenait donc prés à environs toute les éventualités dans le cas présent, quitte à devoir redescendre sur un refus.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6625

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Dim 28 Avr 2013 - 23:19
Il ne savait pas lui expliquer le pourquoi du comment de ses moeurs ? Quelle plaisanterie. Ces humains étaient décidément des comédies à eux seuls. Finalement, ils n'étaient pas si différents d'elle que Rain le croyait. Apprendre à faire quelque chose sans se poser des questions, c'était un peu son cas, même si dans le sien elle n'avait pas eu le choix. Elle n'avait pas à proprement parler appris. Tout lui avait été imposé et elle n'était même pas censée avoir une conscience à la base. Seulement le destin en avait décidé autrement. Enfin ce n'était qu'un détail, en soi, ils étaient tous enchaînés par leur passé. Réflexes, habitudes, peu importait le nom qu'on leur donnait, ça restait les conséquences du passé en question, même si dans certains cas, il était plus question de "chaînes" que dans d'autres.

Alexander se décida ensuite à répondre à sa deuxième question, confirmant son statut de professeur, de sports en prime. Après quoi il l'interrogea à son tour. Pas repentie non, pourtant avec son passé elle aurait pu, elle n'avait certainement pas moins de sang sur les mains que la plupart des repentis, et pourtant...

- Professeur, oui. De combat, type rapproché.

Et pourtant, Deus lui avait attribué un tout autre rôle. Celui d'enseigner l'art du combat, tout en sachant très bien qu'elle avait toujours été orientée "art de tuer". Au final, ses nouvelles obligations l'amenaient à accomplir sa propre existence et à s'éloigner de la voie qui lui avait été tracée au préalable. Enseigner était décidément le meilleur moyen d'apprentissage pour quelqu'un de son âge et d'aussi fier qu'elle. C'était une bien gentille attention que le Dieu des dieux avait eu là… Enfin, Rain n'avait pas l'intention de le remercier ouvertement pour cela, vu qu'il ne lui avait jamais dit qu'il s'agissait d'une attention particulière, mais gardait en tête que ce ne devait sans doute pas être dû à un simple hasard.

Une demande de la part de son interlocuteur l'arracha de sa lecture et son regard glissa de celui-ci au livre qu'il lui demandait de récupérer. Sans se le faire demander deux fois, Rain fit deux pas vers le bouquin, le chopa et prononça ces mots sur son habituel ton imperturbable en plantant son regard dans celui de son interlocuteur.

- Ainsi, il y en a de toutes les époques. Je vais donc de ce pas faire un tour dans le rayon historique, histoire de me mettre à la page. A une prochaine fois, sans doute.

Ben ? Ils se quittaient finalement en meilleurs termes que prévu ! Ce n'était pas une mauvaise chose, bien que Rain se fichait éperdument de ce qu'on pouvait penser de son caractère peu conciliant, elle préférait toujours avoir un potentiel allié qu'un potentiel ennemi. Même si allié pour le moment était un bien grand mot, sa confiance, elle ne l'accordait à pas grand monde. La jeune femme lança donc le livre au blond avant de tourner les talons, sans se soucier du risque d'une nouvelle chute si jamais il ne parvenait pas à réceptionner l'objet. Et puis de toute façon cette fois, s'il chutait à nouveau, elle ne se fatiguerait pas à le rattraper.

Sauf que…

Un craquement se fit entendre, suivi d'un grincement. Il n'y avait pas besoin d'avoir des sens aiguisés pour comprendre que l'étagère était en train de lui tomber sur la gueule. Et bien sûr, l'espace entre les rayonnages n'était pas suffisant pour pouvoir se décaler dans un endroit à l'abri. Rain ne put donc que se prendre les multiples volumes en se protégeant des bras puis s'estima heureuse d'être assez mince pour passer entre deux planches de bois. Ç'aurait été le must si elle s'était retrouvée coincée dans une étagère de bibliothèque tiens.

Chassant d'une main l'envahissant nuage de poussière qui s'était soulevé de cette chute massive, Rain se tourna vers son collègue qui visiblement était bon pour être interdit de bibliothèque pour le reste de l'éternité s'il continuait à la détruire de la sorte.

- Hum. Mais comment faîtes-vous pour être aussi maladroit ? Je vais finir par croire que vous le faîtes exprès.


[HRP : Vu avec Alex ! :3]



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une mise à la page - Lun 29 Avr 2013 - 21:21

- Professeur, oui. De combat, type rapproché.

Alors elle était un collègue, et sa matière enseigné était exactement ce qu’il enseignait de son vivant, elle a visiblement bien tombé. Alexander lui se limitait au sport, bien que ce fut aussi dans les enseignements de son vivant, ce n’était pas exactement la même chose que pour les armes. Il y avait ce coté affrontement qui pourrais presque lui manquer de temps en temps, heureusement qu’il se faisait régulièrement des entraînements pour ne pas perdre, sinon il serait sûrement en manque de combat et d’adrénaline.

- Ainsi, il y en a de toutes les époques. Je vais donc de ce pas faire un tour dans le rayon historique, histoire de me mettre à la page. A une prochaine fois, sans doute.

C’était bien le cas de le dire, toutes les époques, sauf qu’il était sûrement la plus vieille antiquité faîte de chaire, d’os, et de sang, dans l’académie … C’est d’ailleurs pour cela qu’il se trouvait dans la bibliothèque.
Il tourna légèrement le regard vers la brune après sa demande pour le livre, il voulait ajouter un précision à ce qu’elle disait, et sûrement aussi la saluer, lui autoriserait-elle un baise main pour dire au revoir ? Il fallait peut être aussi le lui demander.


- Pour le moment je n’ai pas encore rencontré des personnages qui viennent d’aussi loin que moi.

Pas le temps d’en dire plus, elle lançait vers lui le fameux livre, le chevalier n’eut d’autre choix que de ne rien dire de plus et de lâcher brièvement prise sur l’échelle pour se concentrer sur la réception. Pour faire cela il lui semblait avoir trop forcer sur la résistance de l’échelle. Car il entendit un craquement, son regard se posa naturellement sur l’échelle dans un premier temps, mais lorsque vous regarder fixement le sol depuis un endroit fixe et que ce dernier bouge, que penseriez vous ? Et bien le professeur compris que l’échelle bougeait, et si elle bougeait ce n’était pas sans entraîner avec elle l’étagère sur laquelle elle était fixée.
Les livres glissaient et chutaient partout sur le sol en contre bas, sur le sol et sur sa collègue d’ailleurs, tandis que l’étagère atteignait le point de non retour. Ce point à partir du quelle vous savez que la chute est inévitable, par réflexe Alexander sauta au sol avec les livres, si il jouait assez bien il ne serait pas en dessous pour la chute. Quand ses pieds touchèrent le sol le blond voulut courir, mais trébucha sur un livre, ce qui le fit complètement s’écraser au sol.
Et enfin l’étagère toucha le sol, dans un vacarme épouvantable, le bibliothécaire en ferait sûrement une attaque rien qu’à l’entendre … Le chevalier de son coté avait fermé les yeux et prié en silence que l’impact ne soit pas trop dur. Ce que lui fit ouvrir les yeux fut la voix de Rain qui perça le silence d’après la chute.


- Hum. Mais comment faîtes-vous pour être aussi maladroit ? Je vais finir par croire que vous le faîtes exprès.

Il s’aperçut qu’il était coincé entre deux planches de l’étagère, regard braqué sur le sol, ce fut donc le plus naturellement du monde qu’il s’agita, faisant bouger par la même l’étagère.
Il abandonna rapidement cette idée, elle ne mènerait à rien, sauf à briser le support a livres. Finalement il se décida à répondre, l’envie de forcer le tentait bien au final, ça ne serait que deux planches, non ?


- Faire exprès admettrait la possibilité que je puisse stopper tout cela … ce n’est malheureusement pas le cas … Heureusement que dans le gymnase ou en combat ce n’est pas le cas … Je serais un bien piètre chevalier ! …. Sinon vous n’avez rien ? Je ne vous vois point.

Heureusement qu’il ne la voyait pas, si elle se trouvait dans l’espace de cinq centimètres en dessous de lui, et de l’étagère, il ne fait aucun doute qu’elle l’aurait purement frapper. Surtout en sachant qu’elle n’aimait pas les contacts physiques comme elle l’avait dit auparavant au chevalier. Bon il fallait qu’il finisse par faire un choix, demandons lui donc son avis.

- Vous pensez que je dois briser l’étagère pour me libérer ?




Contenu sponsorisé
Re: Une mise à la page -
Une mise à la page
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Précieuse's mise à mort (Page & Lucy)
» Tutoriel Mise en Page Twitter
» J'ai besoin d'aide pour faire de jolie mise en page...
» Libre service de codes (mises en page RP)
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page