Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

... Et l'aventure continue?

Invité
avatar
Invité
... Et l'aventure continue? - Jeu 28 Mar 2013 - 21:03
Edwige suivit son camarade hors de la cafétéria, pas peu soulagée d'échapper au "coeur de lyncheur" ni aux regards pesants des élèves. Ces derniers auraient sans doute préférer passer un bon repas sans allusion moyennement ragoutante mais quand même... Ils gardaient le droit de plaisanter sur le plat du jour, non? C'est sur un dernier rire à moitié étouffé que la jeune fille fut accueillie par les rayons brûlants du soleil. Eleyon avait raison (notez la rime): il faisait suffisamment chaud pour aller faire trempette dans l'océan le plus proche. Y en avait-il seulement un par ici? Edwige se rendit soudainement compte de son manque d'informations vis-à-vis de sa propre école et désormais, de "son" monde. Beaucoup de questions restaient en suspens, la première étant bien entendu les raisons ayant poussé Deus à choisir comme apprentie-déesse une demoiselle qui ne demandait qu'à crever tranquillement. Depuis ses premiers pas en tant que pseudo-divinité, Edwige avait été sujette à de nombreux cauchemars et autres sentiments déplaisants: elle était morte trop tôt et de surcroît, sur une note négative. Partie avec un goût amer en bouche... Celui de l'inachevé. Les regrets la tiraillaient sans cesse, l'épuisaient, la déprimaient. Fort heureusement, le vent semblait tourner et dans le bon sens du terme. La preuve: la voilà en bonne compagnie, et il faisait beau. Un temps magnifique pour aller se promener, malgré la chaleur ambiante, chose qui ne dérangeait absolument pas Edwige. Ayant voyagé un peu partout (tout en vivant dans un monde assez étriqué où la connaissance et le progrès n'avaient pas toujours leur place, visez ce paradoxe), les changements climatiques aussi brutaux soient-ils n'avaient plus vraiment de secret pour elle. Entre hivers glacials et étés étouffants, elle avait pu se frotter aux saisons dans toute leur splendeur. Il était d'ailleurs amusant de les comparer suivant les pays... Allemagne et Russie ne possédaient, en effet, pas le même climat. Dans tous les cas, Edwige avait la fâcheuse habitude de se promener légèrement vêtue -sans pour autant paraître vulgaire- c'est pourquoi le temps ne lui paraissait pas désagréable.

-C'est la première fois qu'il fait aussi chaud depuis que je suis arrivé ici. Enfin, ça ne fait pas longtemps que je me suis réveillé ici. Et toi ? Tu es aussi arrivé par cette espèce d'énorme temple ? En y repensant, il faisait froid dedans, si on y allait on serait à l'abri du soleil.

Elle s'apprêtait à répondre par un hochement d'épaules. Si ça pouvait lui faire plaisir, pourquoi pas? Eleyon continua néanmoins sa phrase:

-En fait non, je ne veux pas rester enfermé dans un bâtiment sachant que c'est ce qui va nous arriver toute l'après-midi. Tu ...

Edwige sourit machinalement. Effectivement, il y avait de quoi se sentir mal à force de rester assis entre quatre murs toute la journée. Elle préférait largement gambader dans les prairies à la recherche de quelque chose à manger, de préférence un truc sucré. Le gargouillement de son ventre lui rappela soudainement sa triste réalité, celle de l'élève-qui-sèche-le-repas. Plaquant sa main contre son ventre dans une tentative désespérée d'étouffer le bruit, elle jeta un coup d'oeil en biais vers son camarade. Ouf, il n'avait pas l'air d'avoir remarqué la manifestation très distinguée et féminine de son appétit, apparemment plongé dans sa réflexion.

-… ne trouves pas tous ces cours ennuyant ? Si nous sommes des futurs Dieux, pourquoi devons-nous suivre des séances théoriques ? Ne devrions-nous pas nous perfectionner dans le combat et la pratique pour pouvoir être prêt à combattre à tout instant ? Oublie ce que je viens de dire, je suis désolé de t'embêter avec ça, je ne sais même pas pourquoi je te dis toutes ces choses. Ça doit me trotter dans la tête depuis un moment.

Edwige cligna bêtement des yeux pendant quelques secondes, ne sachant quoi répondre. En toute honnêteté, elle espérait user le moins possible de ses pouvoirs. Certes, elle ne disait pas non à un combat prometteur, mais savoir qu'ils devraient se préparer dès lors qu'un quelconque danger pointerait le bout de son nez ne l'enchantait guère. Une petite baston sans grosses conséquences, d'accord. Une guerre aux lourdes pertes, non merci. Les responsabilités n'étaient pas son point fort et, en tant que probable future déesse, il lui était difficile d'ignorer qu'une grande partie du destin du monde voire de l'univers reposait sur eux. Eleyon ne la laissa néanmoins pas répondre et préféra se lever rapidement, tout sourire. Décidément, sa bonne humeur était contagieuse.

-Pour m'excuser je t'offres quelque chose à manger ou à boire. Je ne sais pas pour toi, mais moi j'ai faim donc direction le marché!

-Je ne peux pas refuser une proposition si joliment tournée!

Sur ce, les deux compères se mirent en direction du fameux marché et autant dire qu'Edwige ne s'attendait pas à voir... Eh bien, ce qu'elle vit. Le souffle coupé, la jeune fille détailla du regard l'énorme rassemblement qui se tenait face à eux: entre Hommes, animaux et objets, il était difficile de s'y retrouver. Des stands colorés, le brouhaha ambiant, des parfums inconnus, tout se mélangeait allègrement, laissant la pauvre demoiselle un peu déboussolée. La Deus Academia mise à part, elle n'avait jamais mis les pieds dans un endroit aussi "diversifié". On y sentait la différence à plein nez. Difficile d'expliquer ce sentiment, mais Edwige se sentit rapidement rétrécir et ce, dans tous les sens du terme. Elle était petite face aux passants, petite face à la foule, petite face à toute cette grandeur (sans surprise). Bref, il n'était pas particulièrement compliqué de l'intimider.

-Viens on va faire un tour!

La jeune fille sentit son bras échapper à son contrôle: Eleyon l'avait entraînée à sa suite, sans doute pour ne pas la perdre parmi le flot de passants qui allaient et venaient. Surprise par son initiative -du moins, elle ne s'attendait pas à ça- elle ne put s'empêcher de se raidir, peu habituée à ce contact. Au moins, ils ne risquaient pas de partir dans deux sens différents. Cette pensée lui permit de se relaxer un peu. Jusqu'à ce qu'une chose vienne perturber son champ de vision. Sans compter l'odeur du sucre qui flottait dans les airs.

-Hé Eleyon? Tu avais bien dit que tu m'achèterais à manger?

Elle n'attendit pas sa réponse et s'arrêta net, forçant son camarade à faire de même. Edwige tourna la tête vers l'objet de sa curiosité. Un homme bedonnant dans la force de l'âge faisait tourner une sorte de baguette en bois à l'intérieur d'une machine. Le plus étonnant restait tout de même le contenu de l'appareil: en effet, un nuage rosé suivait les mouvements du bonhomme et venait s'accrocher à ladite baguette. Edwige assista avec étonnement à cet étrange spectacle, la bouche en forme de "o" et des étoiles dans les yeux. Comme une enfant, elle pointa du doigt le type, sa machine et le nuage:

-Dis, dis, tu sais ce que c'est? Est-ce que ça se mange? C'est bon?
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Ven 29 Mar 2013 - 16:52
Edwige se raidit au contact de la main d'Eleyon qui l'avait attrapé pour l'emmener à sa suite. Il ne l'avais pas fait pour qu'il ne se perde pas, non, c'était plus pour l'obliger à le suivre. Ne vous méprenez pas, ce n'était pas une vraie obligation, car il ne tenait pas fermement l'avant-bras de la jeune femme lui laissant ainsi le choix de se soustraire ou non à l'invitation du jeune homme. Constatant qu'Edwige ne désirait pas le quitter et se joignait à lui pour une redécouverte du marché il accéléra légèrement le rythme. Peu à peu la raideur de la jeune femme se dissipa qui se laissa sûrement entraîner par la gaieté apparente d'Eleyon.

« Hé Eleyon ? Tu avais bien dit que tu m'achèterais à manger ? »

Sur ces mots, la jeune femme pila net déséquilibrant Eleyon en arrière. Faisant de grand moulinet de bras pour brasser l'air et retrouver son équilibre, il se retourna vers la jeune femme. Pourquoi s'était donc t-elle arrêté aussi brusquement ? Et, il avait dit qu'il lui payerais quelque chose ? Le jeune homme farfouilla dans sa mémoire à la recherche de fragment de cette journée qui pourrait répondre à sa question. Après réflexion, elle avait peut-être raison. Il se remémorait vaguement un passage où il lui disait quelque chose comme quoi il lui achèterait à manger pour se faire pardonner. Quelle idée stupide il avait eu, son porte-monnaie n'était pas une bourse remplie d'or. Au contraire, il ne contenait qu'un maigre pécule juste de quoi acheté deux à trois denrées alimentaires que l'on pouvait trouver sur les étals des différents marchands. Il soupira et masquant toute émotion derrière un sourire pour éviter de gâcher une si belle journée, il lui répondit.

« Oui, je t'ai dit ... »

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'Edwige lui coupait la parole, le doit diriger vers un marchand dont toutes les marchandises avaient dû passer dans son estomac vu la bedaine qu'il avait.

« Dis, dis, tu sais ce que c'est ? Est-ce que ça se mange ? C'est bon ? »

Les yeux de la jeune femme pétillaient tandis qu'elle admirait des volutes de fumée roses qui s'accrochait avec légèreté à un bâton que le marchand faisait tournoyer dans la machine. S'il ne se trompait, c'était de la barbe à papa. En y repensant, cela faisait un bail qu'il n'en avait pas mangé ni vu d'ailleurs. Il faut dire qu'avec la préparation des examens pour l'entrée à son université, il n'avait pas vraiment eu le temps de voguer dans les fêtes foraines pour s'amuser et se changer les idées. Pourtant, il en aurait bien eu besoin. Aujourd'hui était le jour propice pour rattraper les erreurs du passé ! Il n'avait pas pu manger de barbe à papa lorsqu'il était meurt ? Et bien soit, il en mangerais maintenant ! De plus, il était sûr que vu la réaction et la demande d'Edwige elle apprécierait sûrement plus que lui la dégustation de cette gourmandise. Prenant un air concentré et pensif, il fit mine de réfléchir.

« Hum … si je ne me trompe pas, c'est de la 'barbe à papa'. On raconte que c'est fabriqué à partir de l'âme d'enfants malicieux qui n'écoutaient pas ce que leur parents disaient. Il parait que c'est succulent ! »

C'était une histoire digne du croque-mitaine ou autre fable que l'on savait pertinemment fausse. Il l'avait inventé du temps où son meilleur-ami vivait encore, une vague de nostalgie le submergea à cette pensée. La première fois qu'il avait découvert cette friandise c'était en compagnie de lui, il lui avait fait découvrir tellement de choses. Il tourna la tête pour l'observer, admirative devant la substance rosée et collante. Un sourire effleura son visage qui avait perdu toute expression face à une remontée de souvenir. On aurait dit un de ces enfants qui s'émerveillaient de tout ce qu'ils voyaient et surtout de ce qu'ils découvraient. Il faut dire que ce marché avait un certain charme et une certaine 'magie' résidait en ces lieux. Toutes ces étals d'où émanait différents parfum avaient le don de nous transporter aux quatre coins du monde en l'espace de quelques secondes. Une odeur de cumin nous renvoyait en Orient tandis que l'instant d'après, une senteur d'ornage nous envoyait voyager dans des pays plus exotique.

Coupant court à ses divagations il s'approcha de la file d'attente, laissant la jeune femme en plan sur le côté. L'attente ne dura pas longtemps et moyennant quelque piécettes il retourna auprès d'Edwige avec deux baguettes entourées d'une grande quantité de barbe à papa. Il lui tendit la première et garda la deuxième pour lui. A l'aide de deux doigts il retira une petite boulettes de la masse rose et filandreuse qu'il mit aussitôt dans sa bouche pour la savourer. C'était bon, vraiment bon. Ça le changeait vraiment de la nourriture de la cantine, mais il savait qu'elle ne le calerait pas pour autant, car ce n'était pas très nutritif. Eleyon ne savait pas mangé très proprement si bien qu'il se retrouva rapidement avec des fils roses imbriqués dans sa tignasse châtains. En même temps, comment voulez-vous ne pas vous en mettre partout quand vous finissez par mordre à pleine dent dedans ? Eleyon s'arrêta trente secondes pour regarder l'heure qu'il était sur son portable. Les cristaux liquides de l'écran indiquait 13 heures 52.

« Et mince, on est en retard, il est 13h52 et on reprenait à 13h00. On fait quoi ? »

Personnellement, le fait de louper une après-midi barbante de cours ne le dérangeait pas, au contraire. Mais il ne savait pas si la jeune femme serait du même avis que lui, c'est pour ça qu'il se tournait vers elle attendant sa réponse.
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Lun 1 Avr 2013 - 16:45
De la "barbe à papa"? Sérieusement? Eleyon devait se moquer d'elle. Qui diable avait pu donner un nom aussi ridicule à ce joli nuage rosée? Barbe à papa... Comme la vraie barbe des papas? Celle qui pousse sur le visage des possesseurs du gêne Y? Comment est-ce qu'une personne sensée, parfaitement saine d'esprit et en possession de tous ses moyens avait laissé cette idée lui traverser la tête?
Et surtout: qu'est-ce qu'une masse cotonneuse couleur fleurs de cerisier avait à voir avec la pilosité faciale de la gente masculine?

-Barbe à papa...

Eleyon n'eut pas l'occasion d'entendre son soupir déçu, ni d'apercevoir le regard dépité qu'elle lança au "barbe à papa-eur" bref, le gentil monsieur au ventre proéminent qui faisait valser les baguettes en bois entre ses doigts d'un geste expert. Elle-même n'avait pas remarqué le flot d'émotions qui avait jailli dans les yeux de son camarade ou du moins, fit semblant de ne pas le voir, trop occupée à plaindre les pauvres sucreries au nom plus qu'étrange. Après tout, personne n'aurait apprécié s'appeler "barbe à papa" -elle la première. Ceci était à inscrire sur la liste des pires erreurs de l'humanité. Bref, le cours de ses pensées, aussi intelligentes et constructives soient-elles, fut coupée net en voyant Eleyon s'approcher d'elle en tenant fermement l'objet de son désir. Les étoiles reprirent place dans ses yeux améthystes et c'est avec une joie non dissimulée qu'elle attrapa la barbe à papa que le jeune homme lui tendait.

-Merci bien mon jeune ami! fit Edwige en le gratifiant d'un grand sourire.

Elle attendit néanmoins qu'Eleyon se mette à manger pour faire de même, plus par curiosité que par politesse. Effectivement, la demoiselle ne savait pas vraiment comment manger une barbe à papa et sans l'indication gestuelle/involontaire de son camarade, Edwige aurait sans doute plonger la tête la première dans la friandise pour mieux croquer dedans. Ainsi, elle imita précautionneusement les gestes d'Eleyon: un petit morceau de la masse rosée entre le pouce et l'index en direction de sa bouche, donc.
Dire que le goût ravit son palais serait un euphémisme. Un véritable spectacle son et lumière qui ne cessa pas à a deuxième bouchée. Le tout était bien trop sucré, sans pour autant s'avérer désagréable: au contraire, Edwige apparentait la douceur qui étreignait ses papilles gustatives avec le toucher du satin. Ou de la dentelle.

-Je ne pensais pas que les âmes "d'enfants malicieux" seraient aussi appétissantes fit-elle en reprenant une bouchée de barbe à papa.

La jeune fille laissa passer quelques secondes, le temps de laisser le sucre fondre sur sa langue, puis jeta instinctivement un coup d'oeil vers le ciel bleu qui les surplombait. Elle aurait aimé que cet instant dure indéfiniment. Se retrouver coincé entre quatre murs par ce temps pour le reste de l'après-midi ne l'enchantait guère. Evidemment, elle aurait sans doute toute la "mort" pour profiter d'une telle situation mais il n'empêchait que s'enfermer par une journée pareille était vraiment du gâchis.

-Et mince, on est en retard, il est 13h52 et on reprenait à 13h00. On fait quoi ?

Edwige se retourna vers Eleyon, étonnée de la rapidité avec laquelle le temps passait. Déjà 13h52? Elle n'avait pas senti les secondes s'envoler, malheureusement. De toute façon, retourner en classe maintenant ne servait absolument à rien. À part peut-être se faire réprimander par un professeur peu heureux de voir ses élèves arrive avec une bonne heure de retard. Mouais, mauvais plan. Edwige n'était pas du genre à enfreindre le règlement mais elle ne voyait aucune utilité à rebrousser chemin.

-Euhm... On peut sécher, au risque de se transformer en barbes à papa géantes. À part si tu te sens partant pour te faire passer un savon?

Elle savait pertinemment que l'école buissonnière pouvait leur attirer un certain nombre d'ennuis, mais Eleyon avait l'air aussi enchanté qu'elle à l'idée de passer les prochaines heures à travailler. Edwige leva les yeux vers le visage de son camarade avant de plaquer sa main contre sa bouche. En effet, des morceaux de barbe à papa décoraient joliment la masse capillaire d'Eleyon. Difficile de contenir son rire devant cette image peu sérieuse mais elle ne se laissa pas démonter et préféra se mordre la lèvre avec vigueur.

-Attends, ne bouge pas.

Edwige se mit sur la pointe des pieds pour atteindre les cheveux du jeune homme. Mais...
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Mar 2 Avr 2013 - 15:29
-Euhm... On peut sécher, au risque de se transformer en barbes à papa géantes. À part si tu te sens partant pour te faire passer un savon?

Se faire passer un savon ? Ah oui, Eleyon avait presque oublié ce détail. Il était vrai que s'il retournait en cours maintenant, en plus de passer une après-midi ennuyante, ils allaient tous les deux se faire sermonner par leur professeur. Une raison de plus pour esquiver cet affrontement et louper les cours. Sécher ... Une bien belle invention, ELeyon remercia intérieurment celui qui avait inventé le concept de l'école buissonière. Un vrai génie qui méritait de se voir décerner un prix pour ça, selon lui en tout cas. Car il était sûr que les professeurs ne devaient pas être du même avis que lui. De toute façon, il avait la nette impression que les professeurs n'étaient jamais d'accord avec eux, élèves et s'arrangeaient toujours pour dire le contraire. Ils étaient exaspérant. Oui, exaspérant, c'était le bon mot ! Il reporta son attention sur sa camarade qui le regard rivé sur lui se pinçait la lèvre inférieure. Qu'avait-elle à le regarder comme ça ? Il avait quelque chose de bizarre sur la figure ? Il avait raison, même si lui ne le savait pas vu qu'il n'avait aucun moyen d'admirer les magnifiques peluches que formaient les ficelles de barbe à papa dans ses cheveux. Du demi-loup à la rose, voilà ce qu'il était devenu, un mélange de sucré/salé assez exotique.

-Attends, ne bouge pas.

Edwige se rapprocha du jeune garçon et se plaça sur la pointe des pieds pour atteindre les cheveux de l'apprenti-Dieu. Alors que son bras s'étirait et ne se trouvait plus qu'à quelques centimètres il fut rejeter au loin dans un claquement sonore. Là où se trouvait le bras d'Edwige il y avait maintenant la main d'Eleyon qui avait reculé d'un pas et adopté une stature défensive. Les oreilles dressées sur le sommet de son crâne, ses cheveux mi-rose mi-châtains toujours en pagaille et les canines dévoilés dans une sorte de rictus de rage propre au loup et aux autres prédateurs en général, Eleyon était là grognant face à Edwige. Deux secondes s'écoulèrent, pendant lesquelles Eleyon resta figé puis peu à peu ses traits se détendirent. Ne pouvant supporter le regard de la jeune femme posé sur lui, il fit volte-face et s'enfuit cherchant un refuge dans la foule en mouvement. Elle engloba son être tout entier ainsi que toutes ses peines et ses craintes. Ainsi débarassé de tout ce qui pesait sur son coeur, il se laissa porter et bercer par le flot continuelle de passant qui venait admirer les étals luxuriantes des marchands.

Un verre se brisa et le son d'une dispute tira Eleyon de sa léthargie, le ramenant à une triste réalité. Il tourna la tête vers la droite et plus précisément vers l'un des étals. Le propriétaire du 'magasin' ambulant tenait fermement le col d'une autre personne qui tentait en vain de se débattre. A ses pieds se trouvaient d'innombrables fragments de verres tous plus petits les uns que les autres. Un regard sur sa amrchandise et Eleyon comprit aussitôt pour quoi ils en venaient quasiement aux mains. L'homme suspendu en l'air devait avoir briser par inadvertance l'une des fioles où reposaient à l'intérieur une magnifique fleur dont il ne connaissait pas le nom. Le marchand devait donc demander à l'homme de quoi dédommager, mais il ne semblait pas avoir la moindre pièce sur lui. L'apprenti-Dieu poussa un long soupir et détourna la tête de cette scène pathétique. Des bruits de coups étouffés arrivèrent jusqu'à lui accompagné d'une image où il se voyait frapper Edwige sans le vouloir.

Il secoua la tête pour chasser l'image de sa tête. Qu'aurait-il fait si, par pur instinc, il avait été beaucoup plus violent dans sa réaction ? Pouvait-elle le pardonner de ce qu'il avait fait aujourd'hui ? Il espérait que oui même s'il savait au plus profond de lui qu'il serait dur pour elle d'oublier un tel geste. Une goutte tomba sur le sol puis une autre vint atterrir sur le nez du jeune garçon. Il leva la tête et regarda le ciel. Des nuages gris l'avaient obscurci alors qu'il n'y a même pas dix minutes il faisait encore beau. Comment le temps avait-il pu changer aussi subitement. Les gouttelettes se multiplièrent et tombèrent avec plus de force. Eleyon et le reste de la foule, surpris par cette averse soudaine, ne purent que se protéger comme il le pouvait leur corps et leur vêtement déjà trempé par la pluie drûe.

"Il ne manquait plus que ça ..." murmura Eleyon dans un soupir, les oreilles basses.
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Jeu 4 Avr 2013 - 23:43
La main d'Edwige s'approchait dangereusement des cheveux de son camarade... Jusqu'à ce qu'il l'envoie balader d'un geste sec, ferme et brusque. Littéralement. Au départ surprise par ce revirement de situation, la jeune fille resta muette et immobile durant les quelques secondes qui suivirent. Secondes qui lui parurent soudainement longues, très longues. Trop longues. Le sentiment de sérénité qui la parcourait avait fait place à une parfaite incompréhension.
Eleyon venait de la repousser. Edwige lui jeta un regard où se mêlaient interrogation et stupéfaction. Avait-elle fait quelque chose de mal? Avait-il prit mal interprété son initiative? Ils ne venaient apparemment pas de la même époque, et de ce fait, leurs coutumes étaient vraisemblablement différentes. Ce qui paraissait être une simple aide pour la demoiselle pouvait porter beaucoup plus de sens du point de vue d'un autre.
Edwige n'était pas totalement convaincue par son propre raisonnement. La réaction quelque peu excessive du jeune homme était certainement la principale cause des doutes qui l'assaillaient. Il se comportait désormais d'une façon plus qu'étrange, presque envahit par un instinct bestial. Du moins, c'était l'impression qu'il donnait. Si la stupéfaction ne l'avait pas clouée sur place, elle aurait sans doute fait quelques pas en arrière de peur de se prendre une rouste. Car oui, la crainte avait germé dans son coeur, le type inquiétude à apparenter avec le jet d'adrénaline qui parcourait les êtres vivants lorsque le danger pointait le bout de son nez. Edwige jura qu'elle était prête à se faire éclater comme jamais si Eleyon ne s'était pas retenu à temps. L'expression peinte sur son visage lui rappela étrangement celle des animaux sauvages. Ajoutez à cela des canines bien définies et une bonne paire d'oreilles de loups, et vous vous retrouverez face à l'image devant laquelle elle était postée. Ses yeux s'élargirent légèrement, sous le coup du choc et malgré tous les efforts du monde, il lui semblait impossible de détacher son regard de ces attributs physiques peu communs.
Nom d'un chien (sans mauvais jeu de mot). Qu'était-il arrivé à Eleyon?

Ce dernier, visiblement peu à l'aise face à une telle situation, jugea préférable de détaler le plus vite possible -ce qu'il fit. En une fraction de seconde, le jeune homme disparut totalement de son champ de vision en se fondant habilement dans la masse humaine qui s'étalait pas très loin de là.
Dire qu'Edwige était dans un état second serait un euphémisme. Son esprit avait momentanément pris la fuite, la laissant en plan toute seule et dans un lieu inconnu. La situation n'était pas seulement atypique, elle était devenue carrément bizarre: en moins d'une minute, ils avaient mangé une barbe à papa, "parlé" de cours avant de se séparer aussi brutalement qu'un coup de marteau derrière la tête. La blondinette se reprit peu à peu et surtout, tant bien que mal. Une soudaine migraine vint gentiment lui transpercer le crâne, une douleur qui trouvait sa source dans le flot de souvenirs qui l'assaillait. Cette foutue scène lui rappelait un épisode de sa vie qu'elle aurait préféré oublier.

-... Hans.

Le nom de son ex-meilleur ami sortit inconsciemment de sa bouche. Qui aurait cru que cet amas de lettres pourrait lui faire autant de mal? Même morte, elle se faisait courser par l'image de ce type. Il l'avait pourtant tellement blessée.
Edwige secoua la tête. Il n'était pas utile de se remémorer sa vie d'antan: pour le moment, Eleyon devait être sa priorité. Elle n'allait certainement pas commettre la même erreur deux fois, ce serait honteux.
Jamais plus elle ne laisserait partir quelqu'un sans avoir essayé de le retenir. Croix de bois, croix de fer.

La jeune fille ne se fit donc pas prier et suivit les conseils de son cerveau/ses jambes qui lui hurlaient de se mettre à la poursuite de son camarade. La voilà valsant entre les personnes, à jouer des coudes pour respirer ne serait-ce qu'un tantinet. Si Eleyon était plutôt grand et parvenait à se frayer un chemin sans grande difficulté, c'était une toute autre histoire pour elle et sa petite taille. Foutues gênes. C'est à coup de "Désolée, excusez-moi pardon dégagez merci" que la demoiselle finit par s'extraire tant bien que mal de la foule. Un charmant rageux lui avait entre-temps attrapé le bras, sans doute pour la punir d'un coup mal placé qu'elle lui aurait involontairement asséné. D'un mouvement brusque, elle s'extirpa de sa poigne et se (re)mit à courir comme une dératée. Bon sang, cette escapade s'avérait plutôt sportive. Sans compter la température ambiante, le soleil qui tapait... Ah non, plus maintenant. De fines gouttelettes lui mouillèrent le bout du nez, ce qui l'incita à lever les yeux vers le ciel auparavant aussi bleu qu'un Schtroumpf. Les nuages avaient remplacé l'éclat du soleil et bientôt, les petites gouttes de pluie se transformèrent en véritable averse. En moins de deux, Edwige se métamorphosa en méduse géante -merci à ses cheveux mouillés plaqués contre son crâne. Un léger frisson la parcourut. Il commençait à faire diablement frisquet et ses légers vêtements ne lui procuraient pas beaucoup de chaleur. En même temps, elle était trempée.
Mais le temps pressait: il fallait retrouver Eleyon maintenant.
Facile à dire. Plus les minutes passaient, plus elle perdait espoir. Peut-être était-il simplement rentré en classe lorsque le déluge s'était déclenché...? Edwige soupira. La journée avait pourtant bien commencée. Comment en étaient-ils arrivés là? Elle s'apprêta à tourner les talons quand une silhouette bien connue attira son attention.

-Eleyon!

Trop heureuse de l'avoir enfin retrouvé, elle fit quelques pas vers lui avant de s'arrêter net. Il valait mieux pour eux deux qu'une distance suffisante les tienne séparés. Edwige n'avait nullement l'intention de le brusquer et, en même temps, elle ne savait pas vraiment comment se comporter après un tel incident.

-Pardon.

Que dire d'autre? Elle n'avait pas assez d'inspiration pour s'excuser de manière comique et/ou classe, histoire de détendre l'atmosphère. Et Deus savait qu'ils en avaient bien besoin.

-Je ne suis pas très forte pour les longs discours. Alors pardon. Je ne savais pas pour... Tes oreilles lâcha-t'elle, embarrassée par sa pathétique excuse.
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Mar 9 Avr 2013 - 17:20
Lorsqu'une goutte tombait sur le sol du marché en plein-air, elle émettait un joli 'plic-ploc' qui prit à part donnait une merveilleuse et touchante mélodie. Cependant, au moment où Eleyon était dehors il n'y avait pas seulement quelques gouttes qui tombaient sur le sol. Non, c'était un véritable déluge que le ciel assénait sur les pauvres personnes qui avaient voulu profité du soleil qui resplendissait jusqu'alors. Dire que cette journée avait plutôt bien commencé, une matinée où il disséqua un cœur en compagnie d'une personne fort plaisante, puis le déjeuner où il était retombé dessus par hasard et à avaient réussi à eux deux à faire fuir la moitié de la cafétéria. Un sourire triste étira ses lèvres lorsqu'il repensa aux différentes bêtises qu'ils avaient pu dire pour effrayer et dégoûter leurs camarades. Son sourire s'effaça aussitôt lorsqu'il repensa au geste beaucoup trop excessif qu'il avait eu. Il reprit sa marche, les oreilles toujours plaquées contre sa tête et les gouttes ruisselant sur l'intégralité de son corps mince. Quand cette pluie allait-elle s'arrêter ? Pourquoi était-elle toujours là lorsqu'il lui arrivait quelque chose de mauvais ? N'existait-elle donc que pour le narguer, lui signaler qu'il avait encore une fois tout gâché ? Ah oui, ça pour gâcher il était le roi. Depuis qu'il avait été recueilli il avait tout gâché, l'amitié que les gens lui avait offerte malgré son apparence ou d'autres choses légèrement plus intimes. Cette journée ne faisait pas exception à la règle. A mesure que la pluie s'intensifiait les personnes qui peuplaient les allées du marché rentrèrent et les marchands rangèrent leur boutique et leurs marchandises pour les protéger de l'humidité. Il restait encore pas mal de monde lorsqu'une voix le héla de loin.

-Eleyon !

Il se retourna brusquement en entendant son nom et scruta la foule qui se dispersait devant lui à la recherche de la personne qui l'avait appelé sans l'apercevoir. Ses oreilles qui s'étaient dressées lorsque son nom leur était parvenu s'affaissèrent de nouveau. Des gouttes coulaient sur son visage et donnait l'impression qu'il pleurait à chaudes larmes. Pleurer ? Depuis combien de temps n'avait-il pas pleuré ? Pas si longtemps en fin de compte, il se rappelle qu'il n'avait pu contrôler ses larmes lorsqu'il avait compris qu'il était mort et que, de ce fait, il ne reverrait jamais ses parents. Alors qu'il s'apprêtait à repartir, il aperçut une minuscule silhouette qui s'approcha de lui, hésita et s'arrêta à quelques mètres de lui. En face de lui se trouvait une jeune femme aux cheveux blonds trempés, d'ailleurs il n'y avait pas que ses cheveux qui avaient subi l'assaut ininterrompu de la pluie car ses vêtements semblaient gorgés d'eau, de vraies éponges. Il leva les yeux vers elle et remarqua la distance qui les séparait. Une douleur apparut dans sa poitrine, en haut à gauche. Finalement, les gens commençaient à prendre des mesures contre lui. C'était fini, c'était comme ça que ça avait commencé dans son ancien village et c'est pour cela qu'il s'était résigné à le quitter pour rejoindre New York où il espérait se fondre dans la masse. Cependant, ici à la Deus, il n'avait aucun autre endroit où il pourrait se réfugier pour échapper aux regards méfiant et apeurés des autres élèves et surtout de ceux qu'il avait considéré pendant un temps comme ses 'amis'.

-Pardon.

Choqué, Eleyon la regarda sans comprendre. Pourquoi s'excusait-elle ? Ce n'était pas elle qui avait mal agi, mais plutôt lui. Oui, il était sûr que c'était lui qui avait mal agi même si ce n'était pas intentionnel car il ne peut pas réfréner les réflexes disproportionnés que son corps avait acquis lors de son hybridation. C'était une tare qu'il espérerait un jour guérir. A son plus grand regret, il n'avait jusqu'à l'heure d'aujourd'hui jamais réussi ne serait-ce qu'à les limiter. Il les avait toujours laissé s'exprimer au grand jour.

-Je ne suis pas très forte pour les longs discours. Alors pardon. Je ne savais pas pour... Tes oreilles lâcha-t-elle, embarrassée par sa pathétique excuse.

Il ouvrit la bouche face à la réponse aussi inattendue d'Edwige et resta ainsi la bouche grande ouverte pendant cinq bonnes secondes avant de la refermer. Il essaya d'émettre quelques sons compréhensibles, mais seul des balbutiements sortirent de sa bouche. Trois sentiments se mêlaient en lui actuellement : l'indignation, la surprise et une envie quasi irrésistible de rire. Indigné, car pendant un léger moment il pensa qu'Edwige se moquait ouvertement de lui en rejetant la faute sur elle-même. Surpris, car il ne s'attendait à aucun moment la voir débouler ainsi et s'excuser, surtout s'excuser. Il avait plutôt imaginer qu'elle viendrait mettre certaines choses au clair. Enfin, c'est ce qu'elle fit mais dans le bon sens du terme. Une envie de rire ? Oui, il avait actuellement tellement envie de rire qu'il se mordit la lèvre. Comment était-elle arrivée à une conclusion aussi risible ? Si seulement elle savait …

« Ce n'était à toi de te faire pardonner, mais c'était plutôt à moi de m'excuser d'avoir eu une réaction aussi... démesuré et violente alors que tu ne me voulais aucun mal. »

Tout sentiment disparut du visage d'Eleyon qui devint indéchiffrable. Il leva la main au niveau de son torse avant de le serrer fermement.

« Je ne peux empêcher les réflexes que j'ai malheureusement acquis par le passé. »

Il serrait tellement fort son poing qu'une goutte de sang coula et se mêla aussitôt à la pluie. Il se retourna et secoua la tête projetant des gouttes partout.

« Je ne pense pas que tu devrais rester plus longtemps en ma compagnie, je n'ai pas envie de te faire du mal. »

Il lança un dernier regard vers Edwige et lui sourit avant de reprendre sa marche. Il voulait à tout prix s'éloigner d'elle, il voulait d'ailleurs s'éloigner de tout le monde. Le mieux était encore de s'exiler, d'esquiver la compagnie de tout le monde au moins comme ça il ne risquerait pas de blesser quelqu'un. Le seul endroit où il était sûr qu'il ne rencontrerait personne était le jardins entortillés, surtout par ce temps. Au moins là-bas il pourrait essayer de se calmer et peut-être finalement présenter des excuses à Edwige pour cette journée brutalement finie.

[HRP : Désolé du temps de rep', j'avais pas tellement d'inspi' et je savais pas comment Eleyon allait réagir, désolé si c'est nul comme dit précédemment j'ai pas énormément d'inspi' là x_x]
Invité
avatar
Invité
Re: ... Et l'aventure continue? - Ven 12 Avr 2013 - 20:57
Eleyon était... Comme la brise du vent. Littéralement insaisissable. C'est cette comparaison qui traversa l'esprit d'Edwige lorsque les paroles du jeune homme atteignirent ses oreilles, la laissant quelque peu perplexe. Puis il s'éloigna sans un mot de plus. "Il n'avait pas envie de lui faire du mal" qu'il disait -la bonne blague! Avait-il songé ne serait-ce qu'une seule seconde que son comportement avait non seulement fait germer en elle bon nombre de questions, mais aussi un intense sentiment de déception? Pitoyable. Oui, il avait trouvé une bien pitoyable excuse pour se détacher de sa compagnie. Susceptible, Edwige? Mais pas du tout voyons. Elle tenta maladroitement de s'auto-rassurer en se remémorant le regard de son camarade: de ses yeux avait jailli un mélange indescriptible d'émotions, toutes différentes. Le résultat l'avait inconsciemment interpellée, mais pas suffisamment pour sentir son coeur se tordre de douleur face à tout ce désespoir.
Deux adolescents entourés d'une foule en quête d'un abri, sous une pluie diluvienne. L'un d'entre eux finit par quitter la scène sans se retourner, laissant le deuxième protagoniste seul et surpris. Dieu que c'était cliché. Difficile de faire plus stéréotypé, hein?
Il n'empêche qu'Edwige n'avait pas bougé d'un pouce depuis tout à l'heure. Elle qui s'était momentanément improvisée Usain Bolt le temps d'une minute, avait bravé le déluge qui leur tombait sous la tête et rangé son orgueil au fond de sa poche pour s'excuser proprement s'avérait actuellement incapable d'ouvrir la bouche. Et lui, lui avait finalement décidé qu'il valait mieux pour "son bien" de la laisser en plan, trempée par "les larmes du ciel" comme elle aimait appeler les averses, ou même les bruines. Eh bien, l'immense voute céleste qui les surplombait devait être sacrément triste pour chialer de la sorte.
Edwige aussi. Déboussolée, surprise, déçue et surtout en colère, elle n'arrivait plus à retrouver convenablement ses repères. Même les impressionnantes masses d'eau qui tombaient des nuages n'arrivaient pas à la ramener à la raison. Une seule question tournait dans sa tête.

*Pourquoi?*

La jeune fille serra machinalement les poings face à son incompréhension, de plus en plus proéminente. Tout ceci la frustrait grandement. Pendant que la silhouette d'Eleyon disparaissait entre l'épais rideau de pluie, elle ne put s'empêcher de lui lancer un regard assassin. Ses ongles étaient profondément enfoncés dans sa main, tant et si bien que sa peau commençait à s'effriter.... Jusqu'à ce qu'une, puis deux gouttes de sang se mettent à perler.
Les excuses ne valaient rien lorsque les explications adéquates ne les accompagnaient pas. C'était le cas d'Eleyon: toutes ses belles paroles ressemblaient plus à un vilain prétexte qu'autre chose. Edwige n'avait pas seulement envie de comprendre, elle en avait besoin. Il lui semblait qu'elle marchait à tâtons dans un long couloir sombre, sans possibilité de se repérer ou pire, qu'elle se faisait engloutir par une masse de questions aussi obscures qu'incompréhensibles. Non, vraiment. Elle ne parvenait pas à saisir le sens des phrases qu'il lui avait assénées.
Le pire restait tout de même la sensation empoisonnée qui commençait à s'emparer d'elle. Une vieille cicatrice s'était réouverte dès lors que son camarade avait fait demi-tour: encore une fois, Edwige avait échoué. Elle n'était pas parvenue à le convaincre de "rester", comme elle s'était résignée à laisser partir Leena ou Hans. Etait-elle vraiment maudite? Ou n'était-ce qu'une malheureuse coïncidence?
Un sentiment d'inutilité qui lui était désormais bien familier avait remplacé son précédent coup de colère. Eleyon s'était définitivement évaporé de son champ de vision, la laissant seule face à elle-même. Tout compte fait, il aurait mieux valu pour elle, ou pour eux deux, qu'elle se mette à le courser comme... Il y a cinq minutes.
Non, Edwige n'aurait pas pu. Elle n'avait plus la force de l'appeler une deuxième fois, ni de lui courir après. Contre toute attente, un rire lui transperça la gorge. Un rire vide de tout sentiment, presque nerveux voire mécanique. Le son de sa voix monta rapidement en crescendo, alertant au passage quelques marchands interloqués par cette scène si atypique. Mais Edwige s'en foutait royalement: elle se contenta simplement de plaquer sa main contre son visage et de rire, rire à en perdre haleine. Ce n'était pas la situation qui était pathétique, ni Eleyon, ni les événements, absolument rien. Sauf elle-même. En moins d'une fraction de seconde, la jeune fille entraperçut l'ampleur de sa propre faiblesse psychique.

-Aaah mon Dieu. J'ai merdé hein? Encore une fois.

Edwige se calma instantanément en comprenant le sens de son monologue. Elle n'ôta néanmoins pas sa paume de son visage mouillé par la pluie, pour éviter toute crise de larmes. Il fallait qu'elle devienne plus forte, n'est-ce pas? Alors autant ne pas perdre la face en public. Elle chialerait plus tard, tant pis.
Sur cette pensée, Edwige suivit un chemin -n'importe lequel- habitée par la ferme intention de sécher les cours. Elle leva machinalement les yeux au ciel: le déluge avait cessé, chassé par un soleil plus resplendissant encore que celui en début de journée.
...Et l'aventure allait continuer.
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ... Et l'aventure continue? - Sam 13 Avr 2013 - 14:18
Beau rp, vous avez tous les deux un très bon niveau. C'est bien dommage que tout cela se termine ainsi et j'espère que vos personnages se recroiseront un jour.

Edwige A. Svātantrya : 270 xps
Eleyon Fukitsu : 350 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: ... Et l'aventure continue? -
... Et l'aventure continue?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'aventure continue
» [Manga] Pokémon la grande aventure, ça continue à Hoenn !
» Partons à l'aventure !
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page