Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Mar 19 Mar 2013 - 16:30


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
La trotte commençait à durer plus longtemps que prévu. Il voulait vraisemblablement l’amener à l'internat. Mais le Lord avait changé de trajectoire et ils partaient le long du mur. Où allaient-ils à la fin? Ealia commençait à vraiment s'endormir, et elle ne le voulait pas du tout. Bien sûr, après leur rencontre sous la pluie, il voulait l'aider à sécher, mais elle pouvait bien le faire toute seule ça.

Le Lord répondit quand même à sa "question". Ils allaient donc bien à l'internat, mais par la porte... de derrière? Pourquoi? Bien sûr, elle avait compris qu'il voulait éviter les autres, mais pourquoi? Un mal de crâne la prit. Pourquoi Aleana réagissait-elle contre ces paroles-là? Son autre personnalité ne forçait dans sa tête que si il y avait quelque chose qui la déplaisait, or, Ealia ne voyait toujours pas de quoi il s'agissait. Il n'y avait rien de mal à vouloir l'emmener, d'une étrange manière certes, à l'internat. Il voulait surement qu'ils soient à l'intérieur pour ne plus attraper froid. C'était forcément cela, à quoi le Lord aurait-il pensé d'autre? Il n'y avait que cette explication. Ealia bailla légèrement en cachant sa bouche de sa main, réfléchir la réveillait un peu, ou était-ce le vent qui passait entre le bâtiment qui la refroidissait avec son vêtement mouillé qui la réveillait? Elle n'en savait rien. Elle frissonna, ce vent était désagréable, elle avait déjà la chair de poule. Heleth semblait être bien réveillé lui aussi. Sauf que lui n'avait pas froid comme elle, lui avait des plumes. Ealia aurait bien voulu des plumes à cet instants. Enfin, techniquement, elle en avait, elle avait un pouvoir qui lui donnait des ailes, mais il était très faible comme pouvoir. Malheureusement d'ailleurs, sinon elle s'en serrait bien servie comme couverture. Un nouveau frisson la prit et cela l'amusa de s'imaginer emmitouflée dans un duvet de plume.

L'apprentie-déesse sentit une goutte sur son crâne. Elle releva la tête, la chouette s'excita. Il recommençait déjà à pleuvoir? Zut, elle ne voulait plus vraiment aller sous la pluie. Enfin, c'était ce qu'elle se disait, parce qu'elle n'en avait pas grand chose à faire au final, mais si le Lord pouvait lire ses émotions, peut-être que si elle se convainquait qu'elle était dérangée par la pluie, il s'inquiéterait moins pour elle. Elle sentit le rythme  s'accélérer, le Lord semblait lui ne pas aimer la pluie pour sprinter comme ça. A moins qu'il ne s’inquiétât quand même pour elle? Elle était secoué dans tous les sens et son mal de tête l'empêchait de réfléchir correctement et lui donnait même un peu mal au ventre. Heureusement ils arrivèrent finalement devant l'entrée de derrière, Ealia s'attendait à ce qu'il la laisse descendre ici, mais il n'en fit rien et poussa la porte avec son épaule. Il avait une chance sur deux qu'il se prît lamentablement la porte, mais la chance était de leur côté et elle s'ouvrit de l'intérieur. Enfin, il la laissa descendre. Ealia soupira en dégourdissant ses jambes. Heleth s'agita, il n'aimait pas trop les espaces clos. L'apprentie-déesse s'avança de la porte, la retint pour ne pas qu'elle se ferme et lâcha la chouette dehors. Celle-ci s'envola rapidement. Heleth retrouverait rapidement le chemin de la chambre de son compagnon pour retourner à sa cage. Il le faisait tout le temps après tout, et la pluie n'allait pas l'en empêcher.

Ealia se retourna en attendant le Lord lui parler, il était visiblement essoufflé. C'était sa faute, il avait voulu l'aider et du coup elle l'avait fatigué. Elle se sentait un peu coupable qu'elle ne sache pas courir vite. Le comble était qu'elle marchait vite, mais courait lentement. Elle baissa la tête pour voir si on pouvait voir sa peau à travers son kimono, heureusement, la lumière était éteinte, et elle espérait que toutes les lumières soient éteintes sur leur chemin. Elle releva la tête, un moyen de se réchauffer, elle en avait bien un, enlever son kimono et se mettre dans son lit pour piquer un somme, mais que ferait le Lord si elle dormait? Peut-être juste enfiler des vêtements secs et s'enrouler dans des couvertures? Pour Ealia, s'était une bonne idée. Elle s'approcha du Lord et s'arrêta à sa hauteur.

-Chambre... moi... couverture...

C'était totalement incompréhensible! Elle se maudit une fois de plus de ne pas pouvoir communiquer. Mais si il n'avait pas compris, elle supposa qu'il accepterait son idée qui lui semblait bonne. Alors, au lieu de se forcer à parler, elle prit la main mouillée du Lord dans la sienne et le tira derrière elle, l'incitant à le suivre. Il allait comprendre forcément. Ealia monta les escaliers qui menaient aux étages supérieurs. Elle ne monta quelques uns et arriva à l'étage de sa chambre. Elle avait une chambre pour elle toute seule ce qui était étrange car elle avait déjà vu des chambres à plusieurs. Peut-être fallait-il qu'elle demande. Elle se souvint qu'Aleana ne voulait pas ça. D'ailleurs son mal de tête amplifiait; que lui voulait-elle à la fin?

Ils arrivèrent rapidement devant sa chambre. Elle lacha sa main et se retourna vers lui en pointant du doigt sa chambre, elle réfléchit, comment pouvait-elle lui faire comprendre que c'était sa chambre sachant qu'elle ne savait vraiment pas dire les déterminants? Elle abandonna l'idée et baissa le bras pour ouvrir la porte. Elle entra en silence pour finir. Elle balaya sa chambre, elle avait toujours été rangée, il n'y avait pas de problème de ce côté-là.  Heleth était déjà là.

La chambre était simple, carrée, composée d'un lit aux draps couleurs chaudes, d'une garde-robe ouverte en bois, d'une table de nuit, en bois également, un bureau et une porte qui menait à la salle de bain. Le sol était, pour changer, en bois clair et les murs beige. Le rideau orange était à moitié tiré. Il n'y avait rien sur les murs à l'exception d'un poster de cerisier en fleur qui recouvrait une bonne partie d'un mur. Son calepin était juste sur son bureau, avec ses cours rangés proprement. Il n'y avait sinon aucun objet personnel dans sa chambre, car elle n'avait rien. Mais une chose était sûre, elle était douée pour tout bien ranger. Ealia entra sans allumer la lumière, laissant la chambre éclairée par la lumière terne du soleil caché par les nuages.


 
CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:18, édité 4 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Mer 10 Avr 2013 - 23:31
__Il ne fréquentait pas assidûment cette partie de l'internat et ne connaissait les emplacement, par la mémorisation des plans, que des murs. Ainsi il ne pouvait pas allumer les lumières, ce qu'il n'aurait pas fait même s'il l'avait pu, pour ne pas plus gêner Ealia qu'elle ne l'était déjà, ni être sûr de l'emplacement des obstacles qui risquaient d'entraver leur progression dans le bâtiment et que plus de lumière aurait permit de repérer. Vlad, malgré ses halètements, entendit un soupir qui le tira de ses inquiétudes sur le moyen de se rendre dans la partie principale du bâtiment, lui rappelant qu'il faisait ça pour celle qui se dirigeait vers l'extérieur et y lâcher son oiseau, devenu anxieux aussitôt le porche passé. Il conclut sa course par quelques mots bien sentis qui firent se retourner Ealia, puis qui la firent s'inquiéter de quelque chose qu'il n'osa pas se retourner pour vérifier, même si le soulagement qui suivit lui confirmait que l'obscurité conférait une opacité correcte à son kinomo. Elle s'approcha de lui, il le sentit à la netteté grandissante des émotions que lui transmettaient son bracelet, de la détermination, il se retourna pour lui faire face, en évitant de trop baisser les yeux. Il devait avoir une drôle d'allure, ainsi caché derrière ce masque de carnaval regardant droit dans les yeux rouges d'une fille de plus de vingt centimètres de moins que lui, une drôle d'allure habituelle, normale, mais dont il ne se rendait jamais bien compte. Ealia, avec autant de difficulté que toutes les autres fois, essaya de lui faire comprendre ce qui la rendait si confiante :

- Chambre... moi... couverture...

__Encore une fois, Vlad s'arrêta pour plancher sur la signification exacte de ces quelques mots. Deux hypothèses lui vinrent tout de suite en tête : dans sa chambre, elle avait une couverture et elle pensait donc à s'enrouler dedans, ou, moins possiblement, elle lui demandait d'aller, lui, chercher une couverture dans sa chambre pour qu'elle s'emmitoufle dedans. Soudain, sans plus lui demander son avis, elle saisit sa main et l'entraîna comme elle l'avait fait une fois qu'il lui avait conseillé de rentrer sous le préau, elle le tira en marchant dans les couloirs sombres, en marchant vite et sans se prendre les pieds de quoi que ce soit. Ils arrivèrent aux escaliers assez rapidement et trop occupé à regarder les cheveux d'Ealia bougeant un peu à chaque marche, il oublia de compter les volées d'escalier qu'il montaient. Ils traversaient un des corridors de chambres quand elle s'arrêta. Ils devaient être près de sa chambre, restait qu'à savoir quelle porte était celle de sa chambre. Elle se tourna encore une fois dans sa direction en tendant le bras vers l'une des portes. Soudain, Vlad eut une idée, que par nature égoïste et radin autant que méfiant, il n'avait pas encore eu : prêter son bracelet à Ealia, lui montrer ce que cela fait de ressentir une empathie avec quelqu'un dont on ne connait que la voix.

__Elle entra dans la chambre sans se retourner, sans rien dire et sur le coup, Vlad n'était pas sûr qu'il était autorisé à entrer. En attendant, de se décider, il enleva sa breloque et la regarda dans la paume de sa main. C'était en apparence un simple bracelet en fer, presque un bijou de fantaisie, de la camelote. Il ne savait pas comment faire pour obtenir l'autorisation d'entrée, mais au fond, si elle n'avait pas fermé la porte derrière elle, c'est qu'elle n'était pas totalement opposée à ce qu'il entre, du moins, cela se tenait... Il passa tout de même à peine l'encadrement de la porte et ne regarda que le strict minimum : la pièce et la fenêtre. La chambre n'était pas beaucoup plus grande que sa pièce personnelle dans la chambre noire, mais elle, avait le confort de la lumière solaire ou artificielle. Par contre, son isolation sonore et thermique ne tenait sans doute pas la comparaison avec celle dont il avait l'habitude. Outre cela, tout était encore plus parfaitement rangé que son propre espace vital qui ne recelait qu'une dizaine de millier de grains de poussière et quelques notes laissées sur le bureau comme seul désordre. Elle allait probablement enlever ses vêtements mouillés, peut-être même s'emmitoufler tout de suite dans sa couverture et il ne voulait surtout pas la gêner, alors, tout de suite après avoir jeté un coup d'oeil curieux, il se retourna et regarda le couloir désert. Puis, conformément à son idée, il proposa à voix haute en faisant glisser son bracelet sur le sol d'un mouvement ample de la main vers l'arrière :

- J'aimerais que tu l'essayes, je sais qu'il ne te laisse pas indifférente, je l'ai senti tout à l'heure... J'ai aussi pu sentir les émotions d'Aleana, je suis curieux de savoir si tu le peux aussi... Mais fait attention, au début, c'est plutôt... déstabilisant...

__Pourquoi était-il si nerveux ? Pourquoi ne pouvait-il pas s'arrêter de trembler ? Aurait-il peur qu'elle découvre ses sentiments ? Ou qu'Aleana surgisse et se serve du bracelet contre lui, voir le casser pour lui nuire ? Aaaaah, il avait décidé de prendre ce risque, il avait envoyé son bracelet à Ealia, il avait passé le point de non-retour.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Sam 13 Avr 2013 - 21:28


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Ealia ne faisait pas attention au Lord, elle avait d'autres choses à faire. Et puis, il allait surement rentrer pour l'attendre gentiment tandis qu'elle se changeait prestement. Elle n'avait d'ailleurs pas attendu qu'il rentrât pour s'enfermer dans la salle de bain. Le Lord n'était pas rentré tout de suite, pourquoi? Avait-il peur de rentrer dans sa chambre? Ou hésitait-il entre rentrer dans sa chambre et repartir chez lui pour se changer sans lui dire au revoir ni rien? Elle ne pouvait pas savoir elle, elle ne lisait pas dans les pensées.

L'apprentie avait fait tomber tous ses vêtements par terre avant de les pousser dans le coin à vêtement sale. Elle prit une serviette et la posa sur ses cheveux, sinon elle allait l'oublier. Elle chercha dans la petite pièce s'il y avait un kimono qui trainait, mais non. Elle devait se résoudre à sortir de sa salle de bain en sous-vêtement. Elle ne voulait pas, c'était gênant. En parlant de gênant, un mal de tête la lancinait depuis qu'elle était entrée dans l'internat. Aleana faisait encore des siennes, que lui voulait-elle encore? Ealia soupira longuement en entrouvrant lentement la porte. Le Lord était tourné vers le couloir, cela étonna Ealia. Mais elle comprit rapidement ce qu'il voulait faire et en fut soulagée, il ne voulait pas la mettre dans l’embarras. Elle ouvrit la porte et trottina vers son armoire. Elle l'ouvrit en jetant un coup d'oeil vers le Lord qui ne s'était toujours pas tourné. Elle supposait qu'il attendait seulement son accord ou un signe. Elle ouvra sa commode et entendit soudainement quelque chose glisser. L'apprentie tourna la tête vers le Lord et vit un bracelet par terre. Un simple bracelet, quelque chose qui n'était pas à elle vu qu'elle ne portait jamais de bijoux. Elle s'approcha lentement de la breloque et écouta Vlad qui lui proposait de l'enfiler pour qu'elle comprît elle aussi ce qu'il ressentait tout le temps. Mais elle hésita, voulait-elle vraiment savoir tout ce qu'il ressentait? Le mal de tête l'en dissuadait. Elle avait un peu peur d'Aleana, de plus Heleth n'était pas encore revenue et cela l'inquiétait.

Ealia prit lentement le bracelet en le regardant sous tous les angles. Elle se frappa également la tête pour dire à Aleana de se calmer. Mais cela ne changea rien. Elle soupira en déposant le bracelet sur son bureau. Elle devait au moins s'habiller avant. L'apprentie retourna devant son armoire. Elle devait mettre quelque chose qui ne prenait pas une vingtaine de minutes à mettre. Elle fouilla et opta pour finir pour la tenue qu'elle mettait pour faire du sport: Un débardeur large blanc et un pantacourt noir qui se terminait plus serrant à ses genoux. Elle attacha le pantalon et décida de rester pied nu. Elle avait froid dans cette tenue. Elle prit le bracelet et se jeta dans son lit. Elle prit la couverture et se mit en boule dedans.

-Viens...

Elle laissa juste dépasser sa tête avec la serviette blanche dessus. A l'intérieur de la couverture, elle enfila lentement le bracelet à son fin poignet. Elle le perdait surement si elle secouait son poignet, trop grand. Mais au moment où elle l'avait enfilé, une sensation bizarre s'empara d'elle, comme si quelqu'un venait dans sa tête. Elle sentit de la nervosité, mais elle n'était pas nerveuse! Elle tourna la tête vers lui. Il était nerveux alors? Elle essaya de se concentrer pour savoir ce qu'elle ressentait d'autre.C'était presque de la peur. Mais le reste, elle ne savait pas, elle n'avait pas l'habitude, elle ne ressentait pas tellement d'émotions différentes elle-même. Mais c'était moins déstabilisant qu'elle ne l'aurait crû. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle avait l'habitude de n'être pas seule en elle-même par la présence d'Aleana? Quelqu'un qui avait l'habitude de penser seul et d'être tranquille sans personne pour interférer dans sa tête devait avoir plus de mal à accepter une autre pensée ou personne dans sa tête. En parlant de tête, Aleana lui donna un mal de tête horriblement soudain qui lui fit presque perdre le contrôle. Que lui voulait-elle encore? Pourquoi l'avait-elle attaquée si soudainement, comme si elle venait de voir quelque chose? Elle aussi avait dû ressentir les émotions du Lord, quelque chose lui avait-il déplu? Ealia ferma les yeux et retira le bracelet rapidement. Le mal de tête se calma, cela venait donc bien du bracelet. Qu'est-ce qu'il pouvait révéler qui déplaisait fortement à Aleana? Ealia fit tomber le bracelet par terre en entrouvrant les yeux bordeaux pour regarder où était le Lord.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:19, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Sam 20 Avr 2013 - 17:01
- Viens...

__Obéir, à une fille, en plus, certes, si cela lui avait été présenté comme tel, il n'aurait pas bougé d'un poil, mais le meilleur moyen d'asservir quelqu'un n'est-il pas de faire passer sa condition comme voulue par lui ? Par exemple, l'abolition de l'esclavage ne fut, socialement qu'une vaste arnaque puisque, peu après, moins de deux siècles, les hommes n'étaient plus tenus par le fouet et la violence, mais par eux-même et leurs soucis de rembourser leurs dettes, pour la plupart totalement truquées ou d'offrir un meilleur avenir à leur enfant sans comprendre que cela ne pouvait passer que par une libération de ceux-ci de la société humaine, bonne à détruire. Bref, Lord Vlad était le serviteur inconditionnel de l'intérêt des femelles humaines de tout genre et de tout âge et en particulier les plus étranges d'entre elles. En effet, depuis longtemps, la normalité, sa normalité, ce qui était conforme aux normes de son époque le répugnait, l'exécrait au plus profond de son âme. Dans cette époque stérile, lisse et nette du XXIème siècle, l'idéal était la machine, la fourmi, le chinois et la normalité s'en rapprochait à coup de cure de médicaments et de manipulation par la peur des masses d'idiots, il n'y avait plus la place pour les êtres humains, des êtres tribaux, primaires, capable d'utiliser leur matière grise pour servir les intérêt de leur tribu ou parvenir à toutes leurs fins. Pas ce que voulaient ceux qui se sont secrètement placé au dessus, l'humain étant trop incontrôlable.

__D'ailleurs, Lord Vlad était-il humain ? Déjà plus dans le sens où les humains n'ont qu'une vie et qu'il leur est prié de ne pas la gâché alors que lui, avec un peu de précautions, pouvait en gaspiller mille sans le moindre problème. Pas physiquement non-plus, car les humains n'eurent jamais de masque indestructible et de cagoule autoréparante accrochés au visage, ni le pouvoir de se rendre invisible ou un corps aussi lisse, involontairement imberbe. Mentalement, était-il humain ? N'était-ce pas le plus important ? Il n'avait pas d'esprit tribal, mais c'était car il n'avait pas de tribu, il pensait avoir le reste, parfois un peu enfuit en lui, mais il gardait ce qu'il pensait être son instinct précieusement, en tirait la base de certains de ses raisonnement, presque malgré lui. Il est difficile de se juger objectivement, mais Vlad pensait qu'il n'était pas une création de son vécu, mais un être humain quelque peu modifié par un destin mouvementé.

__Sans s'être posé la moindre des questions précédentes, du moins, pas à ce moment là, il accepta l'invitation d'Ealia à rentrer dans son "territoire" et découvrit son amie roulée en boule dans sa couverture, comme prévu. Il était toujours aussi nerveux, mais d'une autre façon : le concept de la sacralité du logis était pour lui aussi sacré que celui de l'anonymat quand il n'était pas forcé de l'être. Pour lui être dans l'endroit où dormait quelqu'un d'autre, c'était comme se glisser derrière lui et l'étrangler. D'ailleurs, seul Jhoken avait pour l'instant, été dans sa chambre sans déclencher ses pitoyables pièges et il était en effet prêt à l'étrangler. Il essayait de se convaincre mentalement qu'il n'y avait pas de problème puisqu'elle l'avait invité à entrer, mais rien à faire. Pourtant, presque inconsciemment, par réflexe, il ferma la porte derrière lui, manquerait plus qu'un inconnu s'invite, quoiqu'avec deux personnes si peu engageantes à l'intérieur, peu de chances. Mais les murs ont des oreilles et même s'ils ne parlaient pas ou peu, prudence est mère de sûreté, il pourrait également leur pousser des yeux.

__Soudain, il se rendit compte à quel point se priver d'un acquis précieux, d'une capacité de compréhension offerte par son bracelet le réduisait et le déstabilisait. Impossible à présent de dire ce qu'Ealia pensait de ce qu'il faisait, ce qu'elle ressentait. En même temps, était-il "bon" pour elle de se savoir analysée à chaque changement d'humeur ? D'avoir un esprit étranger qui tente constamment de savoir comment vous réagissez ? Du coup, il se demanda si elle, pouvait sentir son malaise et si elle le comprenait et réalisa que ce genre de questions sans réponses est horrible.

__Il s'approcha encore, en hésitant moins, osant même s'asseoir en face d'elle, les jambes croisées "en sioux", comme disait quelqu'un dont il ne se rappelait que des paroles. Dehors, la pluie battait les carreaux de verre fin à un rythme rapide, mais régulier, presque apaisant, faisant passer le temps moins vite. Le bracelet tomba par terre, Ealia avait sans doute assez mal supporté de recevoir les émotions d'un autre, ou les trouvait-elle sans intérêt, ou ... Peu importait, elle n'avait plus envie de le porter et en fait, lui non-plus, alors, il le ramassa sans le regarder et le mit distraitement dans la poche intérieure de son veston.

__Sans raison particulière, il repensait à leur première rencontre. Là, de but en blanc, il lui avait proposé d'exaucer un de ses souhaits, c'était fou. C'était le pouvoir qu'elle exerçait sur lui, elle le rendait fou, plus que toujours, pas simplement fou, mais fou d'amour. Et elle ne semblait même pas le remarquer, ou alors elle le cachait bien. Et si en effet, elle le manipulait, cela ne changeait rien pour lui...

__Pour l'heure, il n'avait pas grand chose à lui dire... Ils ne savaient presque rien l'un de l'autre... Au fond, il pourrait lui en demander plus sur elle...

- Qui es-tu ? Enfin, je veux dire... avant de mourir, j'étais quelqu'un d'autre, j'imagine que toi aussi, dans une moindre mesure... Ma mort est récente dans le monde humain, mais j'ai cru voir que la tienne l'est peut-être moins... Ce que nous avons été, où nous avons vécu, ce que nous avons fait, c'est ça qui fait de nous ce que nous sommes... Et c'est ce sur quoi... j'aimerais connaître plus... ça m'aiderai dans mes recherches... sans doutes... Et si tu veux que j'en fasse autant, je ne vois pas pourquoi je te le refuserais.

__S'il hésitait tant, c'est qu'il était toujours aussi nerveux, il avait remarqué qu'elle le regardait, qu'elle le démasquait comme on dévisage les gens normaux, que son regard semblait aller directement voir le fond de son âme sans avoir besoin de quoi que ce soit pour ça. Lui n'osa pas, en parlant, affronter son regard et préférant, regarder un tout petit rien plus bas son nez, ses lèvres, son menton.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Dim 21 Avr 2013 - 12:19


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Ealia était un peu déboussolée, même en ayant l'habitude de recevoir d'autre chose que ses propres pensées dans sa tête, pouvoir lire dans les émotions des autres n'était pas fait pour elle. Elle ne voulait pas lire dans les autres, ce n'était en rien naturel, ce qui était dans leur tête restait dans leur tête. C'était ce qu'elle pensait. Alors quand le Lord Vlad avait déclaré qu'il pouvait lire dans ses sentiments, cela l'avait un peu dérangée, de se sentir comme dénudée devant lui, face à son analyse. Pourta nt, elle avait vite changer d'avis, à vrai dire, elle le comprenait un peu, elle n'avait pas d'émotion visible, pas d'intonation dans la voix, rien qui pouvait aider à la comprendre. Il avait surement penser bien faire en trouvant un moyen d'y voir plus claire, ce bracelet avait été la première chose qu'il avait trouvé, probablement. Bien sur il ne lui avait pas demandé son avis, mais cela aurait été un peu bizarre de le faire. L'apprentie ne lui en voulait pas, elle était rarement rancunière de toute manière, mais elle l'avait pardonné car il semblait avoir un peu compris ce qu'elle ressentait, quand il lui avait proposé d'essayer son bracelet, pour montrer qu'il pouvait s'en passer en quelque sorte. Même si elle savait que cela le privait d'une "source d'information".

Pourtant, quand elle l'avait laissé tomber par terre, il l'avait ramassé, mais pas renfilé, il l'avait rangé dans son vêtement étrange. Pourquoi? Elle savait qu'il aurait plus facile de la comprendre avec. Avait-il pensé à ce qu'elle avait pu ressentir quand Ealia avait enfilé le bracelet? Le Lord avait-il décidé de ne plus s'"introduire" en elle et revenir comme les choses devaient être? Surement. Ealia regarda la porte fermée, c'était bien normale qu'il la fermât, c'était ce qu'elle aurait fait elle aussi après tout, mais elle avait une impression bizarre. Elle l'ignora, préférant retourner à la contemplation du masque froid du Lord. Elle aurait donné beaucoup pour pouvoir lui enlever. Elle aurait donner bien des choses pour voir la couleur de ses yeux. Elle était sure qu'ils auraient une couleur extraordinaire. Mais rien ne pouvait enlever le masque avait-il dit, et cela était très ennuyant. Elle le voyait comme un robot, un pantin animé par un sort avec cet accoutrement et ce masque bicolore. Était-il humain en fin de compte? Elle ne savait le dire.

Le Lord voulait savoir son passé, avant sa mort. Ealia baissa les yeux, elle n'avait pas eu la vie terrestre la plus amusante de la Terre, voire pas du tout. Elle ne se souvenait déjà que de peu de chose et à partir d'un moment seulement. Toute sa vie n'avait été que souffrance, folie et peur, rien de plus. Elle ne voulait pas y penser, elle ne voulait pas penser que sa vie terrestre, ce n'était pas elle qui l'avait vécu le plus longtemps, mais Aleana. Elle avait gagné dans cette vie là et l'apprentie ne voulait pas qu'elle gagnât sur celle-ci. Enfin, cette vie était éternelle, il n'y avait pas vraiment moyen de gagner ou pas, mais juste de savoir qui prendra le dessus le plus longtemps. Un bruit derrière elle l'arracha à ses pensées sombres. Heleth était de retour, sous la pluie, et elle tapotait la fenêtre qui était au dessus du lit d'Ealia pour rentrer. Celle-ci, sans bouger de la couverture, ouvrit la fenêtre pour la laisser entrer. Ealia était rassurée de la voir, elle avait pris du temps pour rentrer, mais elle était là, cette petite chouette. Heleth s'ébroua et sauta un peu partout, pour avoir à manger sans doute. Ealia pointa du doigt la bourse de rats morts sur le bureau, là où elle l'avait déposée plus tôt. Mais elle montra aussi son calepin.

Ealia voulait quand même répondre au Lord, après tout, c'était trop égoïste de laisser ça pour soit même. Et n'était-ce pas une sorte de coutume de raconter ça ici, pour voir d'où on venait, pour mieux se connaitre, quoi de mieux qu'un résumé de sa vie, et, à son avis, la cause de la mort? Mais voulait-elle vraiment le faire, raconter ce qu'elle n'avait encore jamais raconter à personne, juste comme ça? Bien sur, elle aurait plus facile en écrivant seulement, elle était sûre de bien s'exprimer, sans que sa voix ne trahît sa tristesse ou quoique ce soit d'autre. Heleth attrapa le calepin dans son bec pour lui apporter, elle lui gratta la tête et la chouette repartit vers le bureau pour se goinfrer de cadavre de rongeur. Ealia remit la couverture sur sa tête comme une cape à capuche et se mit à écrire soigneusement, elle s'arrêtait souvent pour réfléchir et pour trouver les bons mots. Elle gommait beaucoup, voulant omettre pas mal de détail qu'elle voulait quand même garder égoïstement pour elle. Au bout d'un petit moment dans le silence complet, elle donna son calepin noircit de mots au Lord en le regardant dans ce qui devait être les trous pour les yeux.

°Je veux bien t'expliquer un peu. Je ne sais pas vraiment à quelle époque je suis née, je m'en souviens plus. Je ne me souviens plus de grand chose, comme de ma date de naissance et de la moitié de ma vie. Mais je sais que j'ai vécu au Japon. J'étais dans une famille assez riche , je pense, et mes parents ont tout fait pour que ma maladie mentale guérisse. Ils n'y sont jamais arrivé totalement, alors j'ai été isolée du monde, enfermée dans notre grande demeure. J'ai vécu toute ma vie comme sans, seule avec moi-même et l'autre. Je n'ai rien de marquant dans ma vie.

Un jour, j'ai eu une crise je crois, et Aleana a fuit de la maison. On nous a poursuivies, longtemps. Puis on a été tué par les villageois. Je pense que c'était mes parents qui voulaient un moyen de se débarrasser de moi tranquillement qui m'ont tué, mais je n'étais pas là, c'est Aleana qui me l'a raconté un jour, je ne sais même pas si c'est vrai. En gros je ne sais même pas comment je suis morte, en tout cas j'en suis pas sure.

Mais je sais une chose, j'ai été seule, mes parents ne m'aimaient pas, j'ai jamais vu autre chose que mon jardin et ma maison et j'ai eu jamais eu d'ami. C'est le résumé de ma vie terrestre.°


Elle ne lui avait pas demandé comment il était quand il était vivant, elle n'avait pas envie de demander quelque chose comme ça. Pour avoir un masque comme celui la, il ne devait pas avoir eu une vie facile non plus. Mais elle ne savait même pas si le masque était là avant ou pas. En tout cas, elle voulait qu'il ne soit plus là, elle pourrait peut-être le voir comme un véritable humain sans ce truc. Elle essaya de voir au travers, mais elle n'avait pas ce don. Elle avait le don de se faire pousser des ailes et de déflagration, mais elle ne pouvait pas voir à travers les objets, elle l'aurait bien voulu à ce moment-là.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:21, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Lun 22 Avr 2013 - 20:53
__Vlad, avait encore, parfois, le réflexe de sourire malgré la relative inutilité de cette torsion du visage dans son état. Mais il restait de plus en plus impassible, même dans les situations qui le rendaient heureux, il n'esquissait que rarement un sourrire, même quand il était en rogne contre quelqu'un, il prennait de moins en moins la peine de froncer les sourcils et de creuser ses joues, ou de pleurer quand il était triste... Il devenait de moins en moins capable de montrer ses émotions par autre chose que la voix et la posture. Et il avait souvent peur, peur qu'on lui enlève ce masque, peur d'être laid, peur d'être beau, peur qu'on voie ses yeux malgré les ombres que son masque créait perpétuellement sur eux. Il n'osait pas tant qu'il l'aurait voulu à regarder Ealia dans les yeux.

__Tous deux se retournèrent en direction d'un bruit soudain, derrière la fenêtre : la chouette était de retour. Ealia la laissa entrer, puis comme elle n'était pas très calme, elle montra quelque chose sur le bureau... Une bourse ? Sans doute pleine de poussins ou des rongeurs morts, principale nourriture des rapaces d'élevage. Puis juste à côté, il vit, assez content qu'elle l'aie conservé, le petit carnet qu'il lui avait donné si longtemps auparavant. La chouette était soit d'une intelligence hors norme, soit très bien éduquée, car elle alla chercher le calepin sur le bureau et le remis à Ealia avant de se jeter sur la nourriture... Il faudrait vraiment que Vlad en apprene plus sur ce volatile...

__Une fois en possession de son meilleur moyen d'expression, elle écrivit, cachée dans son drap. Elle acceptait de lui raconter son passé et cela ne l'avait jamais dérangé de dire le sien, même si ce n'était jamais que de manière très vague, en ne donnant par exemple que le but de sa vie... Il réfléchit, en la regardant écrire comme on regarde un chat faisant sa toilette, à comment il allait à son tour lui raconter sa vie. Elle lui tendit enfin le carnet dont il se saisit doucement, la laissant le lacher avant de le ramener près de lui pour le lire.

°Je veux bien t'expliquer un peu. Je ne sais pas vraiment à quelle époque je suis née, je m'en souviens plus. Je ne me souviens plus de grand chose, comme de ma date de naissance et de la moitié de ma vie. Mais je sais que j'ai vécu au Japon. J'étais dans une famille assez riche , je pense, et mes parents ont tout fait pour que ma maladie mentale guérisse. Ils n'y sont jamais arrivé totalement, alors j'ai été isolée du monde, enfermée dans notre grande demeure. J'ai vécu toute ma vie comme sans, seule avec moi-même et l'autre. Je n'ai rien de marquant dans ma vie.

Un jour, j'ai eu une crise je crois, et Aleana a fuit de la maison. On nous a poursuivies, longtemps. Puis on a été tué par les villageois. Je pense que c'était mes parents qui voulaient un moyen de se débarrasser de moi tranquillement qui m'ont tué, mais je n'étais pas là, c'est Aleana qui me l'a raconté un jour, je ne sais même pas si c'est vrai. En gros je ne sais même pas comment je suis morte, en tout cas j'en suis pas sure.

Mais je sais une chose, j'ai été seule, mes parents ne m'aimaient pas, j'ai jamais vu autre chose que mon jardin et ma maison et j'ai eu jamais eu d'ami. C'est le résumé de ma vie terrestre.°


__Elle était loin d'avoir eu une belle vie, une vie tranquille, à l'abri des soucis, par quelque moyen que ce soit. Elle avait vécu tourmentée par la folie, par quelque chose d'aussi obscur qu'un trou noir et méconnu que les critères de sélections des élèves de l'académie. Et elle avait vécu tourmentée et seule, sans ami, sans amour, sans famille, sans but, sans rien en quelque sorte.

- Je ne peux que te plaindre, regrètter de ne rien pouvoir faire pour changer ton passé, c'est ainsi... Je pense que j'ai eu plus de chance que toi, mais que je ne m'en souviens simplement pas. Je ne me souviens de presque rien en fait... Moins d'un an, la période où j'ai porté ce masque et une poignée de souvenirs concernant une fille que j'ai aimé, avant. Je ne sais rien de moi-même, j'ai dû me reconstruire à partir du personnage excentrique que je m'étais créé en même temps que ce masque, avant de mourir de... Tiens, je ne sais pas non-plus, en fait.

Mes premiers souvenirs sont à propos d'un plan fou, mon ancien but : régner en maître sur le monde pour avoir assez de puissance et le guérir de ses maux. Le pire c'est que juste avant de mourir, j'étais sur la bonne voie, loin de la réussite, mais... Tant pis, c'est le passé... Pour le moment, il faut que je me débarrasse de mon masque, il est un peu dérangeant à la longue.

Ah, oui, j'imagine que tu le sais, mais chacun de nous est le futur dieu de quelque chose et a un pouvoir correspondant. Ne te sens pas obligée de m'en dire plus... c'est juste que... Je trouvais ça assez amusant d'avoir été pris comme dieu de la discrétion...


__D'ailleurs, quel était son pouvoir ? Rendre les gens fous, non ? C'est ce qu'il avait déduit la dernière fois, mais vu la justesse habituelle de ses suppositions... Enfin, lui en tous cas, avait déjà réagit comme ça, mais ce n'était peut-être que sa propre folie... Puis la seule folie qui le frappait en ce moment était qu'il était littéralement fou d'elle jusque dans les moindres détails de ce qu'il savait d'elle. Et si son domaine de divination était... l'amour ? Deus, après tout, avait un certain sens de l'humour quant à ce genre d'attributions.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Ven 26 Avr 2013 - 18:37


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Pourquoi la plaindre ? Ealia n’en voyait pas la raison, elle n’avait aucune raison d’être plainte. C’était du passé, comme il l’avait dit, elle était morte, d’une manière ou d’une autre, c’était fini, elle ne pouvait plus revenir en arrière, elle ne pouvait plus refaire sa vie, c’était fini, tout était fini. Car maintenant, l’apprentie pouvait sortir dehors, elle pouvait étudier, rencontrer des gens et découvrir tant de chose dont elle avait été privée dans sa vie terrestre. Elle avait tout cela désormais, elle était heureuse même si cela ne pouvait pas se voir sur son visage.

Combien de fois avait-elle essayé de sourire, juste un peu ? Beaucoup trop de fois auparavant, désormais, elle n’avait même plus l’envie de le faire, l’apprentie savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas y arriver. Elle s’était simplement arrêtée un jour, se contentant de se regarder dans la glace tout les matins, contemplant son visage figé dans une neutralité qui l’exaspérait maintenant. Pourquoi elle ? Pourquoi devait-elle garder ce visage neutre toutes les secondes de sa vie ? C’était injuste ! Elle se frappa la tête avec son poing, faute de ne pas pouvoir froncer les sourcils. Ealia avait inventé pleins de petits gestes comme celui-là pour remplacer les expressions qu’elle pouvait avoir, même si cela n’était pas tout à fait au point, elle avait prit l’habitude de se donner une légère tape sur le haut de son crâne quand elle était fâchée. Mais l’apprentie avait renoncé à chercher un geste pour manifester sa joie, elle ne savait pas quoi faire.

Le Lord avait donc aimé quelqu’un ? Etrangement, Ealia ne l’avait pas imaginé pouvoir aimer quelqu’un, ce masque le rendait si inhumain qu’elle n’arrivait pas à le considérer comme capable de ressentir de telle chose. C’était encore ce masque, toujours ce masque, ce masque qu’il cherchait en vain à enlever. Ce masque était-il aussi la raison du domaine qu’on lui avait attribué ? La discrétion. Vlad ne passait pas vraiment inaperçu avec son physique assez particulier, mais pourquoi pas. Ealia se rendit compte que les moments où elle pensait que le Lord s’était téléporté, ce n’était donc pas ça. Ce devait être son pouvoir personnel. Ce ne pouvait être la téléportation, certes c’était une manière assez efficace de se déplacer, mais ce ne pouvait pas être ça. Alors quoi ? Elle ne savait pas, elle n’avait pas envie de réfléchir, peut-être ne lui avait-il pas dit pour garder le secret, car il ne voulait pas qu’on le sache. Et Ealia voulait respecter son choix et ne pas y réfléchir. Elle par contre, voulait bien lui dire son domaine et son pouvoir, cela ne la dérangeait pas, elle n’avait pas à le cacher et de plus, il lui arrivait de ne pas le contrôler correctement. Tout comme les pouvoirs de déflagrations qu’elle avait acquit il n’y avait pas si longtemps de ça. Seules les ailes, bien qu’elles lui fassent atrocement mal, voulaient bien rester tranquille et sous son contrôle.

Ealia sortit de ses pensées en se relevant un peu. Elle reprit lentement le calepin des mains du Lord en fixant son masque froid. Elle chercha le stylo dans son lit comme un petit animal coincé dans sa couverture, elle le perdait tout le temps, surtout dans son lit. Ealia aurait cru qu’il y avait un portail dans son lit qui mangeait les stylos qu’elle laissait dedans. L’apprentie ne les retrouvait jamais, alors elle avait utilisé un moyen beaucoup plus rapide pour avoir de quoi écrire rapidement. Après une recherche intense, Ealia sortit de ses couvertures toute décoiffée et se leva de son lit pour se diriger vers son armoire. En effet, sa seule solution était d’en prendre un nouveau en attendant de retrouver les autres, et la boite était dans sa garde-robe, pour une raison inconnue. L’apprentie farfouilla quelques secondes. Il y avait trop de choses entassées là-dedans. Ealia décida de tout mettre à ses pieds. Elle poussa par terre un tas d’objet inutiles par terre. Mais elle s’arrêta pour prendre le violon délicatement pour le poser contre l’armoire.

Ce violon, elle l’avait acheté quand elle était arrivée, elle l’aimait, elle avait appris à en jouer rapidement et elle adorait faire ça. Ealia était sûre que ça pouvait l’aider à calmer Aleana, l’apaisée. Même si cela était improbable, elle aimait en jouer, c’était le principal. Mais elle ce n’était pas pour cela qu’elle fouillait, mais pour le stylo qu’elle trouva juste après. Elle fut soulagée et resauta dans son lit pour commencer sa réponse. Elle s’assit en tailleur et écrit rapidement, les mots venaient cette fois-ci plus facilement, c’était un sujet qu’elle connaissait et qui ne lui posait aucun problème cette fois-là, elle n’avait rien à cacher. Et puis, n’était-ce pas facile de le deviner, surtout pour lui qui avait pu rencontrer, le seul d’ailleurs, Aleana ?

°Tu n’as pas à me prendre en pitié, c’est fini tout cas de toute manière, je l’ai accepté et ça ne me rend plus triste maintenant.
Et pour mon domaine, ben, même si ce ne sera pas trop une surprise,
C’est la folie.
Tout comme mon pouvoir qui n’est pas encore très puissant pour l’instant. Je peux seulement brouiller les idées de gens, pendant peu de temps aussi. Je ne suis pas très puissante, c’est tout. Et moi, je comprends parfaitement pourquoi on a choisi ce domaine pour moi. Il me correspond intégralement, n’est-ce pas ?°

La dernière phrase avait quelque chose d’amer, et c’était ce qu’avait ressenti Ealia quand elle avait appris le domaine qu’on lui avait confié. L’apprentie pensait enfin s’être débarrassée de tout cela, mais il n’en était rien, elle avait toujours Aleana, elle avait toujours son étiquette de « folle » sur le front. Elle tendit le calepin au Lord en prenant garde de ne pas lâcher son stylo. En même tant, elle regarda le bordel qu’elle avait mit dans sa chambre, au pied de son armoire. Mais elle n’avait pas envie de ranger, malgré tout les efforts qu’elle faisait toujours pour faire croire que sa chambre était bien rangée et qu’elle n’avait que peu d’affaire. Or, dans le tas d’objet se trouvait entre autre une flûte, une écharpe, des grelots et quelques peluches, ce qui faisait moins rangé d’un coup. Mais bon, elle ne voulait pas bouger pour l’instant, Ealia pouvait bien le faire après.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING




Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:23, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Dim 28 Avr 2013 - 17:35
__Pourquoi ? Pourquoi se frapper ainsi la tête, se faire un petit coup sur le crâne ? Pour maintenir Aleana à l'intérieur ? Malgré la présence d'Heleth ? Comment pouvait-il le savoir ? Parfois, plus que ses émotions, il aurait voulu que son bracelet lui permette de comprendre complément la personne en face de lui, ou de lire dans les pensées des autres. Là, il aurait gardé le secret de cet objet, il le porterait toujours. Et s'il avait tort d'avoir l'espoir que ses sentiments lui reviennent un jour, il le saurait, il cesserait de se faire des illusions. De si douces illusions.

__La couverture se gonfla un peu, une petite main se posa doucement sur le calepin qu'il tenait toujours en main : Ealia voulait écrire. Elle bougea soudain dans tous les sens, sans sortir de sa couverture, mais encore une fois, pourquoi ? Que faisait-elle ? Cherchait-elle une bonne position pour écrire ? Ou avait-elle un petit nuisible glissé avec elle en dessous de sa couverture et cherchait-elle à le chasser ? Ou cherchait-elle un stylo, un moyen d'écrire ? Ou était-elle en combat intense avec elle-même pour savoir laquelle de ses deux personnalités allait répondre ? Rien de tout ça ? Impossible à dire... Et donc inutile de se poser la question, il verrait bien, s'il y avait, en effet, un problème, il aurait vite fait de le résoudre.

__Elle sortit soudain de sa couverture et Vlad réalisa soudain qu'il avait fantasmé pour rien : elle s'était changée, elle était habillée de vêtement étrangement occidentaux, qu'elle avait peut-être trouvés au marché, des vêtements de sports, un haut blanc et un pantacourt noir, sans souliers. Elle avait quelque peu les cheveux en bataille, conséquence logique de sa précédente recherche, mais cela ne choquait pas. *Ealia est belle en diable...* Elle se dirigea vers ce qui ne pouvait être que la garde-robe, mettant rapidement, en étalant son contenu au sol, un bazar monstrueux. Puis soudain, elle se fit délicate pour prendre un autre objet, quelque chose qu'il ne se serait pas attendu à voir entre les mains de cette fille, qui, sans vouloir être vexant, semblait ne rien savoir faire de ses mains et n'avait pas les marques que laissent les instruments sur la peau ou le squelette quand on en joue régulièrement, il doutait donc un peu qu'elle sache en jouer, ou qu'elle en joue.

__Lui, par contre, avait pu observer des marques sur son épaule, ses doigts et son cou, qui prouvaient qu'il avait été violoniste de son vivant, même si, comme ses autres cicatrices, en utilisant un produit facile à obtenir de la main des aides-infirmiers, il les avait fait disparaître. D'autre part, un jour au marché, il avait vu un violon dans l'échoppe d'un des marchands, il avait demandé à l'essayer, d'en tester le son pour savoir s'il comptait lui échanger ou pas, avec comme objectif inavoué de vérifier que ses suppositions sur son apprentissage étaient vraies. Et il se révéla que oui, il savait en jouer, assez bien même, puisqu'il avait commencé une symphonie de Chopin avant que le marchant lui arrache l'archet des mains en souriant et en demandant de l'échanger s'il voulait plus en jouer. Il jugea que l'instrument était de trop mauvaise qualité pour ce que son propriétaire en demandait et il ne repensa plus à cette histoire.

__Elle revint précipitamment dans le lit, sous la couverture. Vlad n'avait pas bougé d'un poil, jugeant que s'il était dans sa chambre, il ne pouvait rien faire sans son autorisation, ou sans excellente raison, il devait se faire tout petit. Elle écrivait sans doute, mais cette fois, la couverture était mise de telle manière qu'elle disparaissait totalement dedans, alors il ne pouvait en être sûr. C'est seulement quand elle se remit comme avant pour lui donner le carnet qu'il en fut certain. Il se saisit de ce dernier comme la précédemment, en essayant de ne pas du tout appliquer de force sur quoi que ce soit, jusqu'à ce que le carnet soit dans sa main.

°Tu n’as pas à me prendre en pitié, c’est fini tout cas de toute manière, je l’ai accepté et ça ne me rend plus triste maintenant.
Et pour mon domaine, ben, même si ce ne sera pas trop une surprise,
C’est la folie.
Tout comme mon pouvoir qui n’est pas encore très puissant pour l’instant. Je peux seulement brouiller les idées de gens, pendant peu de temps aussi. Je ne suis pas très puissante, c’est tout. Et moi, je comprends parfaitement pourquoi on a choisi ce domaine pour moi. Il me correspond intégralement, n’est-ce pas ?°


__Étrangement, pour une fois, sa déduction était exacte, à la seule différence qu'il pensait ce pouvoir passif et qu'il avait donc, la première fois, après en avoir été victime, continué à raisonner sur des bases faussées, ce qui venait de son propre trouble psychologique.

- Je ne trouve pas, non, tu es plus qu'une folle, tu es plus qu'une schizophrène aux symptômes très remarquable. Tu es une fille qui veut devenir normale malgré un trouble qui lui est étranger. Tu n'es pas une folle menaçante, malgré ce que tu peux croire. Il y a bien pire. Les vrais fous sont des gens ayant perdu toute humanité, toute conscience du bien et du mal, tout raisonnabilité, ou encore qui pensent que malgré qu'ils sont les seuls à avoir un raisonnement absurde, le monde entier doit devenir comme eux. Et même en Aleana, j'ai cru voir une part de raison, d'amour et d'humanité. C'est pour ça que je me satisfait des résultats que ta chouette semble obtenir pour la maintenir à l'ombre, que je ne me bats pas pour la détruire sans ton accord. Ton pouvoir, pour moi, devrait t'apprendre à maîtriser ce que tu considères comme de la folie et peut-être l'amplifier, au passage, je ne sais pas. Enfin, ce n'est que mon avis.

Tout comme je suis plus que cette coque de tissus et de plastique, je suis un humain, atteint de la folie des grandeurs, téméraire et aussi impitoyable quand je dois l'être que je peux être tendre en d'autres temps. Nous sommes humains, nous aimons, nous sommes tristes, heureux, fatigués, irréfléchis par moments, nous avons un fort esprit tribal que les vicissitudes de la vie peuvent transformer, nous avons un cerveau assez développé pour nous permettre de raisonner et c'est tout cela qui nous fait ce que nous sommes. Aucun de nous deux ne peut l'exprimer, mais que tu l'acceptes ou non, tu as quelque part en ta psyché toute la normalité que tu désires atteindre.


__Certes, Vlad n'en savait en fait rien, certes il ne se basait que sur son ressentiment et improvisait de la manière la plus lyrique et optimiste possible. Mais ce qu'il savait, c'est qu'il ne voulait pas qu'elle accepte et normalise sa folie, qu'elle baisse les bras et il lui fallait bien ça pour arrêter de le faire et encore, si ça suffisait.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Ven 10 Mai 2013 - 16:59


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Ealia ne comprenait pas vraiment la différence entre la folie et la schizophrénie. Pour elle, c'était totalement pareil, il n'y avait aucune différence. Bien sur, Ealia n'était pas folle, elle, du moins elle l'espérait. Mais c'était Aleana qui était folle. C'était ce qu'elle s'était dite en premier temps. Mais elle n'était plus sûre de rien pour l'instant, et l'apprentie ne voulait pas vraiment réfléchir à tous ça. Pour l'instant, elle avait deux buts principaux: voir le visage du Lord Vlad, mais également parlementer avec Aleana pour essayer de cohabiter. Bien sûr, Ealia savait qu'elle n'allait pas sympathiser avec son autre conscience en la menaçant au moyen d'une chouette, mais comme elle ne savait que faire pour l'instant. L'apprentie déesse voulait juste l'éloigner le temps de trouver une idée pour lui parler calmement et qu'Aleana l'écoutât sans l'interrompre pour briser sa détermination, ce qui avait été le cas les premières fois ou elle avait essayé. Toutes ses tentatives s'étant soldé par des échecs, Ealia n'avait plus depuis longtemps d'idées valables pour continuer.

Après quelque phrase, Ealia était perdue, d'habitude elle comprenait très bien ce qu'il disait. Mais là, il partait dans des explications que l'apprentie avait du mal à comprendre, même en se repassant les paroles dans sa tête. Mais peut-être ne voulait-elle pas comprendre seulement? Voila encore une chose qu'elle ignorait, cela l'énervait maintenant. Elle était dans l'incompréhension pour beaucoup trop de choses, il y avait tant de zone d'ombre qu'elle ne voyait plus grand chose. Elle comprenait qu'il ne voulait plus l'aider "de force" pour détruire Aleana, ce que l'apprentie déesse ne voulait aucunement. Elle comprenait aussi qu'il acceptait le fait qu'Aleana pût ressentir des émotions positives. Ce n'avait jamais été une question pour Ealia. Bien sûr qu'elle le pouvait, son autre conscience la protégeait si souvent, même si elle ne voulait pas de son aide. Elle réagissait à chaque fois qu'Ealia pouvait se mettre en danger ou se blesser. Que cela fût en lui parlant, ou en prenant le contrôle d'une manière désespérée. La jeune fille avait remarqué que l'autre avait bien plus facile de prendre le corps dans ces moments-là, était-ce car elle avait bien plus de motivation? Il y avait une autre zone d'ombre à cet endroit-là.

Mais il avait une chose qu'elle comprenait mais qui en même temps n'avait pas vraiment de sens pour elle. Elle aurait toute la normalité qu'elle voulait en elle? Était-ce seulement envisageable? Et que voulait-il dire par là? Ce qu'il y avait en elle, c'était Aleana, rien de plus. Et cette fille n'était aucunement normal, en tout cas, pas comme le voulait Ealia. Il n'y avait donc rien de normal en elle. Le Lord voulait peut-être dire qu'elle pouvait d'elle même contrer le blocage qu'effectuait Aleana sur son corps. Ealia ne pensait pas ça possible. Elle était faible par rapport à son autre personnalité, c'était un fait triste mais vrai. Sinon elle ne serait pas à écrire sur un carnet pour se faire comprendre. Elle remit la couverture encore plus sur sa tête en regardant le sol. Le Lord lui rappelait à quel point elle était inutile et passive dans son problème mental. Ça la rendait triste. Elle soupira en relevant un peu la tête. Lui aussi il voulait régler son problème de communication alors. Il aurait peut-être plus facile, après tout, son problème était concret lui, c'était un masque, juste un masque. Bien sûr il était soudé à son visage, mais elle était sûre que ce détail n'était pas si important. Quand Ealia se disait ça, ça la rassurait un peu, mais elle ne savait pourtant pas trop pourquoi. Elle le regarde, essayant une nouvelle fois de voir la couleur de ses yeux. Mais il n'y avait que ténèbres dans ces deux trous qui lui permettaient de voir. Elle lâcha sa couverture pour s'asseoir au bord du lit, juste en face de lui. Elle resta quelques secondes sans bouger, sans rien dire. A vrai dire, elle ne savait pas trop pourquoi elle avait fait ça, mais elle l'avait fait, et c'était tout.

Après quelque minutes de silence qui ne lui avait pas paru pesant du tout pour elle, elle leva sa main pour l'approcher du visage de Vlad. Elle voulait encore toucher ce masque qui lui semblait irréel tout comme la personne qui se trouvait derrière. Bien sûr il disait être un humain, mais les fous croyaient bien des choses non? Il pouvait bien se tromper après tout. Et pourtant, elle voulait absolument savoir, elle voulait aussi l'enlever ce masque, trop curieuse de nature. Lentement ses doigts effleurèrent le masque toujours aussi froid et dur. Non, il n'avait pas changé du tout, rien n'avait changé, en elle comme en ce masque. Ses doigts glissèrent sur la surface blanche et noire pour arriver sur les bords, eux-même soudé à la cagoule qui recouvrait le reste de la tête de Vlad. C'était vraiment soudé, il n'y avait rien à faire. Pourtant, Ealia voulut quand même essayer et exerça une légère pression pour voir s'il bougeait, mais il ne le fit pas du tout. Elle soupira en retirant lentement ses doigts. Ceux-ci retombèrent lentement le long de son corps menu. Rien à faire, c'était dommage, elle voulait tellement savoir à quoi il ressemblait réellement. Mais apparemment, ce n'était pas pour maintenant.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:25, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Dim 2 Juin 2013 - 14:03
__Il est très difficile pour quelqu'un qui n'a pas fait sa propre psychanalyse d'accepter celle de quelqu'un d'aussi douteux et doutant que Vlad et il doutait l'avoir convaincue, surtout vu sa réaction : un renfermement sur soi, pour réfléchir ou simplement pour s'isoler, est systématiquement une mauvaise réaction puisqu'il venait en bref, de lui dire qu'elle n'était pas folle et ce n'est pas la réaction de quelqu'un qui y croit dur comme fer, qui en est instantanément convaincu. En même temps, il faudrait être fou ou stupide pour être satisfait de ça...

__Un soupir, un soupir de désespérance, un soupir de déception. Il n'était pas à la hauteur, il ne pouvait pas la sauver de son problème, il ne pouvait que la troubler, lui enlever le peu d'idées claires qu'elle croyait naïvement avoir. Et si elle le regardait, c'était avec un regard plein d'une invisible confusion. Il avait tout chamboulé, tout retourné, tout mit par terre dans sa jolie caboche. Ce regard perplexe, qui peut-être, plonge dans les ombres de son âme, qui sont davantage celles crées par son masque, en espérant lire quelque chose dans ses yeux, que ce soit la moquerie d'un fou tentant de la tourmenter, ou, comme c'était davantage le cas, la douceur d'un amoureux essayant vainement de lui faire reprendre confiance en elle. Il ne pouvait vraiment pas dire ce qu'elle voulait, elle pouvait aussi bien penser à lui arracher son masque avec un marteau-piqueur que de vouloir l'enlever pour l'embrasser...

__Elle s'assit au bord du lit, elle devint plus visible. Ses vêtements étaient aussi inhabituel et contrastaient autant avec ce qu'il l'avait toujours vu porter que si Lord Vlad avait mit un t-shirt rouge. Mais en un sens cela lui allait bien, cela la rendait moins bizarre, si l'on faisait abstraction de l'inexpressivité de son joli visage et cela montrait son corps qui lui conférait face à toute personne atteinte d'un lolicon, comme, peut-être Vlad, un charme inimaginable. Elle était plus proche, plus accessible, elle perdait son allure fantomatique, elle devenait tangible, elle perdait de ce simple fait, l'aura effrayante que certains sentaient en la regardant. Vlad avait envie d'essayer de la toucher.

__Elle aussi manifestement. Son bras frêle se souleva par une combinaison de la tension de quelques muscles, sa main parcouru la distance entre son masque et lui et s'y arrêta doucement, ne touchant qu'à peine sa surface rigide. Sans plus s'y coller, ils glissèrent, ignorant les angles sur le côté, jusque derrière le masque ou, là dernière fois, ils étaient accompagnés d'une lame de rasoir. Ils osèrent effleurer le tissus gris terne, mais toujours parfaitement propre sans pouvoir être lavé de la cagoule fine qui recouvrait sa tête. Il ne sentit pas plus son toucher là dessus qu'avant, comme si seulement pour recevoir sa caresse, ses nerfs avaient poussés dans son masque, comme si, pour sentir ses doigts, son cerveau recréait la sensation de lui-même. La légère poussée qu'ils appliquèrent sur le bord du masque prouvait que la jeune fille à laquelle ces phalanges appartenait avait elle aussi le rêve fou qu'il se détache, que sa curiosité annule le mauvais sort qui le collait là et révèle son visage...

__Son visage, hein ?... Longtemps, souvent, il avait osé l'imaginer, mais jamais rien ne lui avait semblé plausible. Son visage pour lui, c'était ce masque. Tout le monde, en étant assez habile pour faire le même, pouvait usurper son identité. Il n'était pas John Mc Mister, André Dupont, Olivier Lafaillette, Alberto Dally, il n'était personne, il était Lord Vlad, il était un symbole, un déguisement vivant, qui ne se souciait pas de ce qu'il était mais seulement de ce qu'il représentait. Il n'était personne, donc il pouvait être tout le monde, il pouvait sans se surprendre être n'importe laquelle des personne qu'il croisait. Il pouvait avoir été ce pauvre SDF ou ce riche fils de patron, il pouvait avoir eu tout les grades, avoir vécu dans n'importe quelle ville, avoir cru en n'importe quoi, rien ne le surprendrait. Il pouvait être mortellement laid ou dangereusement beau, cela ne changeait rien.

__Elle abandonna sans bruit, son bras retomba se ranger le long de son corps. Il avait retiré ses gants. Elle le touchait, lui aussi. Il leva la main, mais sans même qu'il y aie contact, il s'aperçut que c'était une mauvaise idée : sa main était aussi glacée que celle d'un mort, tout son corps avait absorbé leur chaleur, se promettant de les réchauffer par la suite. Au fond cela illustrait bien le proverbe : "Mains froides, coeur chaud.". Il se rappela par la même occasion le danger que pouvait représenter un contact, qui pouvait très bien, avec un peu de malchance, faire surgir Aleana. Son bras recula rapidement, comme s'il venait de recevoir une forte décharge électrique, sa main cessa d'absorber la chaleur qui s'échappait de la joue d'Ealia. Il s'était inquiété de la chaleur d'Ealia, mais il s'était oublié lui-même. Si ce n'était que cela, ce ne serait pas grave, mais même en se rendant compte qu'il était frigorifié, il ne réussissait pas à s'en sentir mal, comme si son corps ne lui réclamait pas ses 37 degrés constant. Peut-être finalement, qu'il n'était pas si humain que ça, ou que son corps se détraquait et se changeais en celui d'un dieu. Plus besoin de nourriture, ou très peu, assez peu besoin de boire et maintenant, ne même pas avoir besoin de chaleur pour vivre... Tous les changements l'arrangeaient, mais il n'en voulait pas, tant pis s'il avait un mal fou à se nourrir, l'intégrité passait avant tout... Il voulait être humain... Mais ce n'était qu'un rêve, il y avait déjà réfléchi, on a qu'une vie en temps qu'humain, il avait perdu la sienne et même s'il ne l'avait plus en mémoire, il devait accepter que sa seule chance était déjà épuisée et que cette nouvelle vie s'accompagne d'un devoir et de divers problèmes.

__Il soupira, penser comme ça lui sapait le moral. Il avait, c'était étonnant de sa part, un cruel manque d'affection et de réconfort qui aurait très bien pu se combler par un câlin, qu'il n'oserait jamais faire à son amie. En tous cas, pas si elle restait son amie. Il lui vint en tête l'idée folle de se confesser, qui ne tente rien n'a rien...

- Ealia... Je...

Il aurait mieux fait de plus réfléchir avant d'ouvrir la bouche, il avait déjà changé d'avis avant même d'avoir trouvé les mots... La peur avait vaincu la détermination rageuse qui l'avait fait prononcer deux mots. Il trouva donc une solution pour dire autre chose.

- Je devrais peut-être te laisser... et aller me réchauffer moi aussi...

Sans vraiment attendre de réponse, il se leva, mais ce faisant sa tête se mit à tourner affreusement, sa vision à se flouer, ses force à soudainement disparaître, son équilibre disparu, perdu dans un vide intersidéral. Il tomba à la renverse, inconscient, assommé par le froid, le manque d'énergie, l'effort soudain. Ce genre de crise ne duraient que quelques minutes, elles arrivaient quand il n'avait pas bien dormi et pas mangé depuis plus d'une semaine, et généralement qu'il utilisait son pouvoir dans cet état de fatigue. Il tomba avec un bruit sourd causé par son masque faisant un coup dans le plancher. Quoi qu'il en dise, même avec les changements qui s'effectuaient dessus, malgré son entraînement, son corps, surtout négligé, était faible.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Dim 2 Juin 2013 - 17:00


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Être folle. C'était bien la seule chose qu'Ealia avait pleinement accepté sans mal. Elle savait qu'elle était folle, folle à liée. Bien sûr, certains lui disaient qu'il s'agissait d'Aleana la folle, mais ceux-ci ne semblaient pas comprendre qu'Aleana n'était rien d'autre qu'une partie d'elle, de son âme, de sa haine. De sa propre folie. Grâce à elle, Ealia avait les idées claires, elle pouvait réfléchir, marcher droit, et ressentir énormément de chose. D'un côté, elle lui était redevable. Elle pouvait plus ou moins vivre comme les autres, mais surtout, avec les autres. Ce que jamais elle n'avait pu faire auparavant, lors de sa vie sur la Terre.

C'était pourquoi elle ne croyait pas le Lord quand il disait qu'il valait mieux ne pas la normaliser. Ealia savait, et acceptait, de vivre avec. C'était une sorte de deal. Vlad avait-il fait un deal également? En échange de son apparence physique, avait-il reçu autre chose? Une chose qu'il voulait absolument? C'était possible, mais cela aurait été étonnant. Étonnant qu'il abandonne ainsi une partie de lui, pour quelque chose qui lui semblait plus important. En tout cas, Ealia ne le croyait pas. Elle ne l'aurait pas fait. Le problème de l'apprentie était bien sur son incapacité à montrer la moindre expression, mais elle n'avait jamais prévu cette inconvénient, et maintenant elle ne pouvait plus rien y faire. Le Lord avait comme abandonner son identité. Ou n'était-ce pas sa faute? C'était trop compliqué pour la jeune fille de le savoir.

Quelque chose attira le regard écarlate d'Ealia. Vlad avait levé la main. La presque folle suivit sa main qui avait abandonné son gant s'approcher de son visage. Elle ne se souvenait jamais l'avoir vu enlever son gant. Et d'ici, Ealia pouvait sentir le froid de sa main. Celle-ci s'approcha lentement d'elle. Que voulait-il faire? Que voulait-il faire? L'apprentie était immobile, regardant tour à tour la main du Lord et son masque qui paraissait tout de suite moins froid par rapport à la main. Mais soudain, d'un mouvement presque surpris, la main s'écarta rapidement. Elle ne comprenait plus rien. Qu'avait-il voulu faire? Aleana chuchota quelque chose que la jeune fille se força à ne pas entendre. Sa joue semblait avoir perdu une certaine chaleur, comme absorbée par la main glaciale de Vlad. L'apprentie aurait bien accepter de le réchauffer, elle voulait bien l'aider à ne plus avoir froid. Il y avait des couvertures dans l'armoire, il y avait sa couverture. Ealia ne pouvait pas le laisser avoir froid, lui qui avait fait tant de chose pour l'aider, elle. L'apprentie devait lui revaloir tout ce qu'il avait fait pour elle, au delà de ses refus, il avait persévéré pour l'aider malgré tout. Et elle lui en était reconnaissante, même si elle n'avait pas aimé qu'il l'aidât avant. A ce moment-là, elle était heureuse de ce qu'il avait fait pour elle.

Le Lord soupira. Qu'y avait-il à la fin? Il avait voulu faire quelque chose, puis il avait renoncé, et maintenant il soupirait d'un air presque triste. Ce n'était pas logique! En tout cas, pas pour la jeune fille. Elle ouvrit la bouche, pour lui demander si quelque chose n'allait pas avec le plus de mot possible. Mais Vlad la prit de vitesse.

Elle avait donc raison pour le fait qu'il était gelé. Mais il y avait autre chose. Le silence juste avant qu'il ne terminât sa phrase interpellait la jeune apprentie. Il semblait avoir voulu dire tout autre chose, puis hésiter. Evidemment, ce n'était qu'une supposition. Peut-être ne savait-il pas s'il voulait la quitter ou non. Pourquoi voulait-il partir? Elle ne voulait pas qu'il partît. Elle se sentait bien avec lui, il ne devait pas partir à ce moment-là alors qu'il y avait ici mille façon de se réchauffer!

Alors qu'elle allait protester et lui demander s'il voulait rester ici, pour lui faire un peu de compagnie, le Lord vacilla. A partir de ce moment, tout sembla ralentir. La bouche entrouverte, elle vit Vlad s'écraser par terre sans plus bouger. Ealia sentit une boule dans son ventre alors qu'elle se précipitait vers lui. Qu'y avait-il? Que se passait-il? Qu'avait le Lord, alors qu'il semblait aller si bien juste avant? L'apprentie bondit de son lit. Le bruit qu'elle avait entendu quand le Lord avait percuté le sol lui nouait la gorge. Allait-il seulement bien?

Soudain, un rire résonna si fort dans sa tête qu'Ealia vacilla elle aussi. Ses genoux se dérobèrent sous elle. Elle pouvait reconnaître ce rire entre mille. Aleana. Son autre personnalité éclatait d'un rire incontrôlable face à la chute de Vlad. Ealia se tint la tête, elle avait l'impression que mille personnes riaient au éclat dans une grotte. Pourtant, l'apprentie ne pouvait pas se laisser battre par une chose si insignifiante. Elle parcourut le reste du chemin à quatre pattes. Il fallait qu'elle aidât le Lord. Elle devait l'aider. Elle voulait l'aider. Cela n'avait plus rien du prix de sa dette. Ealia était trop inquiète pour penser à ça. Elle sentait la boule dans sa gorge grandir, grandir. Les larmes étaient prêtes à exploser. Mais une fois encore, l'apprentie refusait de pleurer. Elle devait agir, ne plus rester dans la passivité.

Quand elle arriva au Lord étendu par terre, ses frêles bras tremblaient. Aleana semblait capable de rire sans jamais s'arrêter, tellement cela était jouissif pour elle. En cet instant, la jeune fille détestait son autre personnalité, elle la détestait pour être si cruelle. Elle se disait toujours qu'Aleana ne faisait que la protéger, mais ici, cela n'avait rien à voir. Ealia retourna d'abord Vlad qui était face contre terre avec ses faibles muscles. En fait, elle ne savait vraiment pas quoi faire! Elle toucha la main du Lord, elle était vraiment glacée. Que faire, le réchauffer? Oui, il fallait faire ça. Mais comment? Ealia tourna la tête dans tout les sens. Le sol était froid, il fallait qu'elle le tirât dans son lit. Elle n'avait pas le choix, elle allait devoir le tirer et le hisser dessus.

Son esprit était comme embrumé, dans une sorte de transe alors que le rire discontinu lui vrillait la tête. Ses yeux étaient à peine ouverts, Ealia tanguait dangereusement. Mais elle persévérait, comme l'avait fait le Lord auparavant pour elle. Sa gorge était toujours autant nouée. Elle avait essayé plusieurs fois de le tirer par un bras, en vain. Après plusieurs tentatives infructueuses, l'apprentie opta, à bout de souffle, de le prendre par les épaules et de le tirer au mieux. Elle n'avait vraiment aucune force, et se fut long et douloureux. Ealia était encore plus faible à cause du rire. Cependant, celui-ci s'amenuisait au fur et à mesure. Il se transformait, il devenait petit à petit un grognement sourd. Quelque chose avait changé son humeur, mais quoi? Ealia n'y pensait pas du tout. Elle était en train de le hisser difficilement dans le lit. Quand ce fut fait, en nage, elle remit la couverture sur le Lord, espérant que ça allait suffire. Elle ne savait pas ce que c'était, elle ne savait pas si ce qu'elle faisait était vraiment une bonne idée. Mais c'était tout ce qu'elle pouvait faire.

Il restait à attendre. Mais attendre quoi? Il n'allait peut-être même pas se réveiller, et rester dans les vapes pendant plusieurs jours. Non, elle devait arrêter d'être pessimiste. Ealia se pencha au dessus du Lord pour le regarder mieux, emmitouflé dans des couvertures. Elle s'était assise sur le lit, juste à côté de lui, ne sachant que faire, elle préférait attendre un petit moment. Elle pouvait toujours appeler l’infirmière qui les avait aidé lors de leur première rencontre. Mais pour l'instant, elle ne voulait pas ennuyer quelqu'un pour quelque chose qu'elle voulait faire elle même, même si Ealia n'avait vraiment aucune idée de la démarche pour l'aider. Elle avait fait ce qu'elle pouvait. Une idée lui vint dans sa tête qui lui vrillait. Elle chercha sous les couvertures la main sans gant du Lord avant de la mettre entre les siennes. Elle pouvait également faire ça, et ça pouvait l'aider aussi. Mais, sans savoir pourquoi, Aleana n'était pas contente du tout, et son grognement résonna encore plus fort. Ealia sentait qu'elle faisait pression pour la faire lâcher. Lâcher tout, la main du Lord qu'elle serrait de plus en plus fort, et le contrôle de son corps qu'elle s'obstinait à garder. Elle ne pouvait rien lâcher, rien lâcher du tout. Elle devait aider le Lord, et si cela devait passer par se battre avec elle-même, elle le ferait sans hésitation.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:26, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Ven 28 Juin 2013 - 19:35
__Inconscient, Lord Vlad avait été tiré sur le lit avec les plus grandes difficultés par la pauvre Ealia qui ne pouvait avoir que du mal à prendre la situation en main. Après un certain temps, il lui vint l'idée, loin d'être mauvaise, que, par contre, elle pouvait prendre dans ses mains frêles, mais chaudes, celles plus que glacées de Vlad qui gisaient au prolongement de ses bras à peine plus chauds. La chaleur qu'elle dégageait ne pouvait pas ralentir la réanimation rapide de l'arrogant homme masqué qui ne s'était même pas rendu compte de son affaiblissement.

__Il se réveilla doucement, quelques minutes de sommeil aussi profond que celui-là lui fournissaient pour quelques heures de fonctionnement sans autre apport d'énergie, bien que ce fut encore un fonctionnement anormal pour un corps humain. Sa première pensée consciente fut une question : *Suis-je en train de rêver ?*. Ce n'était pas la première fois qu'il se posait la question. Il avait en effet rêvé de très nombreuses fois, comme il est commun de le faire lorsque le corps est plongé dans un sommeil profond, même seulement cinq minutes. Passant d'un cauchemar horrible où Aleana le tuait de manière horrible, toujours dans un froid glacial qui ne semblait affecter que lui à de doux instants en tête-à-tête avec Ealia, que ce soit devant un plateau de thé ou une table couverte de cupcakes, sans oublier, bien sûr, quelques milliards de simples microlitres d'air. Mais il lui parut évident qu'il ne rêvait pas après quelques secondes, quand il se rendit compte que ses pensées n'étaient pas affectées par l'irréalité et qu'il ne pouvait donc être que dans un monde d'une implacable logique, qui, par moment, toutefois, relevait de l'absurde, surtout dans cette académie.

__La conscience de son corps qui se réchauffait sous la couverture lui revint peu à peu, en commençant par la main qu'Ealia serrait de toutes ses forces, sans que cela parvienne à faire mal à Vlad qui ne se posa qu'après la question de savoir pourquoi elle serrait tant. Le tronc qui produisait plus rapidement de la chaleur en raison de tout ce qui s'y passait constamment fut la seconde partie du corps qui redevint sensible. Cependant, une chose le troubla, alors qu'il reprenait peu à peu le contrôle de ses bras et de ses jambes : pourquoi avait-il des signes d'hypothermie, des insensibilités et un évanouissement alors qu'il ne faisait pas si froid, que l'eau de pluie devait faire approximativement 4 degrés, qu'il n'avait pas été aussi trempé qu'Ealia et qu'il avait mangé le matin, ce qui aurait dû, vu ses changements métaboliques, lui fournir de l'énergie, couplé au sommeil et à une ou deux gorgées d'eau par jour, pour rester sans manger pendant une semaine. Il ne parvint pas à se l'expliquer.

__Le froid était rapidement parti après sa prise de conscience, mais il ne sentait pas l'envie de bouger, pas encore, il voulait profiter un peu du moment, du contact avec Ealia... qui serrait vraiment sa main. Soudain, il réalisa qu'elle devait se faire un sang d'encre pour lui et qu'il serait très égoïste, presque cruel, de rester immobile et de la laisser s'inquiéter pour rien. Le frappant de la même façon, avant qu'il ne prenne une décision, une supposition lui traversa l'esprit : Et si c'était Aleana ? Le pire c'est que ça semblait plausible et qu'il se pouvait même qu'elle n'attende qu'un mouvement de sa part, prouvant qu'il était encore vivant, pour lui enfoncer une lame dans le ventre, ou la poitrine, ou pire... Elle serrerait alors sa main pour tenter de le réveiller et vérifier l'utilité de son geste... Quoiqu'elle était peut-être assez détraquée pour le faire sur un corps mort, juste pour le plaisir malsain de poignarder. Ou était-ce Ealia, qui, encore prise d'une affreuse migraine à cause d'elle, serrait presque inconsciemment sa main, crispait tous les muscles de son petit corps, dont ceux-là.

__Il ne le saurait qu'en essayant, se dit-il, confiant, à peine effleuré par le doute, en donnant une faible impulsion à ses doigts pour les plier légèrement et les faire bouger dans la main de la jeune japonaise. Elle était son amie, elle avait sa chouette, il n'y avait rien à craindre... Enfin, de drôles d'amis tout de même : ils n'arrêtaient pas de s'attirer des problèmes et s'en créaient de nouveaux en essayant de les résoudre... Le lien qui les unissait ne se basait que sur leur première rencontre, sur un malheur, une folie partagée, un problème commun, une promesse d'aide mutuelle. Et ce sentiment.

__C'était si agréable, en fait, de ressentir de l'amour. Ce n'était pas seulement de l'attirance physique, bien qu'il y en aie une part, c'était une nécessité de penser à quelqu'un, d'interagir le plus souvent possible avec une certaine personne... Vlad regrettait souvent de ne pas la voir, dans aucun cours, dans aucun couloir, à croire qu'elle n'y allait pas. Parfois, quoi qu'il fasse, à moins que cela demande une concentration extrême, il s'évadait mentalement, faire un petit tour dans les nuages où il la trouvait, le plus souvent. C'était d'ailleurs rare, très rare qu'il pense à quelque chose ou quelqu'un d'autre et quand il le faisait, il en revenait systématiquement aux quelques personnes qu'il admirait : lui-même, sans surprise, tout egobésite qu'il était, Drake Ula, dont le souvenir devenait de plus en plus élogieux avec le temps, Deus, dont il n'avait qu'une image floue, comme tout le monde, mais à qui il devait une reconnaissance sans limite. Même ses rêves, certaines journées où il avait trop pensé à elle, la lui présentaient de différentes manières, qui avaient de quoi mettre l'eau à la bouche, pour la plupart.

__Tant qu'à bouger les doigts, il leva, après avoir pris le temps de penser, tout son buste. C'est le soudain mal de tête dû au mouvement brusque qui lui fit réaliser à quel point il était céphalorectal. Il ne devait pas forcer, pas tout de suite, mais il ne pouvait pas résister à la tentation de regarder Ealia, sans avoir à pencher l'image, sans avoir à se contenter d'une distance de près de cinquante centimètres. Son visage était toujours aussi inexpressif, il ne pouvait en être autrement, même s'il pensait au soulagement qu'elle devait ressentir. Il devait être immense, puisqu'il venait du soucis d'une jeune fille désorientée, maltraitée par son propre esprit, dont, probablement le seul ami humain, s'était écroulé au sol subitement et était resté inconscient assez longtemps pour qu'elle puisse le coucher sur son lit. Sans vouloir dodecaquadrodecaquester, ce dernier fait prouvait déjà son inquiétude, et plus encore, qu'elle soit restée à son chevet et lui ai pris la main dénotait qu'elle avait peur qu'il le quitte, qu'il se réveille pendant qu'elle se rendait à l'infirmerie ou quelque chose de cet acabit.

__Bien évidemment, elle le regardait, difficile de continuer à laisser balader ailleurs son regard alors que quelqu'un d'inanimé bouge juste à côté. Il était d'ailleurs quelque peu gêné : c'était vraiment très idiot de sa part de s'être surmené et ce ne serait pourtant pas correct de ne pas lui donner les explications qu'il avait déduites alors qu'elle avait tant fait pour qu'il aie mieux. Il exagéra d'ailleurs involontairement sa voix pour qu'elle le comprenne :

- Désolé, je me suis un peu surmené, j'ai assez peu dormi et mangé ces derniers temps... Donc bon, mon corps m'a lâché...

__Emporté par son propos, il ramena ses deux mains sur une de celles d'Ealia, souleva par ce moyen leurs quatre mains, les plaçant entre leurs deux corps parallèles ce qui donna un effet très solennel qui aurait aussi bien convenu à une déclaration du brasier qui brûlait pour elle dans son coeur chaud :

- Merci, je ne sais pas combien de temps tu t'es occupée de moi, mais merci de l'avoir fait.

__Sa main douce était aussi prisonnière qu'un oiseau dans une cage ouverte, si le contact lui déplaisait, elle n'avait qu'à tirer sa main vers elle et elle en aurait de nouveau la pleine possession. Il ne craignait pas son autre personnalité, il avait confiance en l'immense pouvoir du volatile qu'il avait aperçu du coin de l'oeil, la seule chose qu'il craignait, c'était le rejet par celle qui se trouvait en face de lui. En y pensant, il se demanda s'il n'était pas resté longtemps ainsi, puis se disant que si c'était le cas, Ealia aurait changé de vêtements, il conclut que ce n'était pas possible. Les choses sont parfois ce qu'elles semblent être.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.


Dernière édition par Lord Vlad le Jeu 3 Avr 2014 - 15:50, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Dim 30 Juin 2013 - 0:54


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Le silence était bien trop long et bien trop pesant. Et encore, le grognement de l'âme qui résidait en Ealia lui crevait les tympans. Elle avait l'impression de se trouver à moins d'un mètre d'une machine infernale qui fonctionnait à plein régime. Cependant, elle refusait purement et simplement de se laisser battre une nouvelle fois par Aleana qui avait gagné déjà trop de batailles entre elles deux. Mais ce que la haineuse ignorait, c'est que grâce à ses attaques répétées, Ealia s’entraînait petit à petit à réprimer sa présence et ses intrusions. Elle s’entraînait avec elle, elle gagnait peu à peu en force mentale. 

Ses yeux habituellement neutres et sans la moindre once d'émotions brillaient d'un éclat sombre de souffrance. Avec la tristesse, c'était malheureusement les seules lueurs que les autres pouvaient avoir la chance, ou non, d'apercevoir. Un de ses yeux se referma à moitié. Ealia s'accrochait comme à une bouée à la main du Lord. L'action initiale du réchauffement ne voulait plus dire grand-chose, la jeune apprentie en avait presque autant besoin, si pas plus encore, que Vlad qui ne se décidait pas à reprendre conscience. 

A vrai dire, le contact de la main, certes glacée, du Lord la rassurait. Oui, elle avait quelqu'un maintenant, elle n'était plus seule avec Aleana. Même si il ne pouvait pas faire beaucoup pour elle, voire rien du tout, le savoir tout près la rassurait. Il était là et il voulait l'aider, la soutenir, c'était amplement suffisant pour elle. Ealia se forçait à réfléchir correctement, mais la douleur éparpillait ses pensées qui s'en allaient avec le vent. Elle gagnerait, elle ne pouvait pas abandonner! L'apprentie ne se rappelait que trop bien leur première rencontre qui avait tourné au désastre uniquement à cause d'Aleana qui avait décidé de pourrir sa vie jusqu'à la fin. Non, cette affirmation était fausse, Aleana la protégeait, elle le savait. Elle la protégeait des menaces extérieures, qu'elle prenait parfois les devants pour l'éviter de faire une bêtise. Elle la remerciait pour cela, mais la plupart du temps, les "gestes" de son autre personnalité n'avaient rien de bons pour Ealia. Ici, Aleana semblait avoir un réel problème avec Vlad qui n'avait pourtant rien fait de mal. 

Les doigts de Lord Vlad bougèrent. Ealia releva la tête, il était réveillé! Elle se sentit tellement soulagée! Il n'avait rien enfin de compte, rien de grave. Malheureusement, le soulagement fit relâcher la défense d'Ealia qui perdit le contrôle. Cependant, elle se reprit, elle était toujours là, mais Aleana avait repris de plus belle sa pression psychologique pour l'avoir. 

Le Lord se releva et tenta de lui expliquer le pourquoi du comment. Pourtant, Ealia avait déjà du mal à garder sa conscience en première, même si sa lutte ne pouvait en aucun cas se deviner sur son visage qui jamais ne trahissait ses moindres pensées. Elle sentit les mains du Lord se poser sur les siennes et les déplacer. Elle les regarda d'un air absent. L'apprentie se demandait bien se qu'il faisait. Mais il la remercia, elle l'avait aidée, elle avait fait quelque chose. Ca la rendait si heureuse d'avoir été un tant soit peu utile pour Vlad. Elle n'avait jamais rien fait pour lui, et maintenant, Ealia s'était prouvée à elle-même qu'elle était capable de faire quelque chose pour les autres. 

Mais, évidemment, et comme si le sort, ou Aleana, avait décidé de s'acharner, la pression s'intensifia. Et elle avait encore augmenté lorsque leurs mains s'étaient retrouvées jointes entre les deux élèves. Mais qu'y avait-t-il donc pour provoquer ainsi la haine d'Aleana envers le Lord? Ealia ne comprenait pas. Elle flanchait. Heleth qui n'avait pas perdu une miette de la scène s'agita, elle hulula d'un air mécontent et agitait les ailes. L'apprentie porta ses mains à son crâne. Mais, celles-ci sous l'emprise de Vlad, Ealia ne réfléchit pas plus et emmena les mains glacées du Lord avec. Leurs mains se posèrent sur ses cheveux alors qu'elle sentait perdre le contrôle petit à petit. Son esprit glissait, ses membres réagissaient de moins en moins. Elle serra les dents, celles-ci grincèrent. 

Soudain, plus rien, Ealia n'arrivait plus à bouger. Ses yeux brillaient d'un éclat vert émeraude trop bien caractéristique... Mais, il n'eut aucun sourire, pas même un rictus malveillant qu'arborait habituellement Aleana quand, fière de sa victoire, elle avait enfin le corps qu'elle partageait inégalement avec sa colocataire. A la place, elle fronça les sourcils, le visage déformé par la colère, mais également la peur. En effet, Heleth avait déjà bondi toutes griffes dehors vers le visage qui appartenait initialement à une jeune fille innocente. Aleana retira ses mains de celle du Vlad pour se protéger le visage. Une griffe lui lacéra la joue. Elle grogna en repoussant l'animal, l'envoyant valser vers l'autre bout de la pièce. Bien sûr, elle aurait presque pu la tuer facilement, mais, elle ne pouvait pas. Cette bête, malgré tous les problèmes qu'elle pouvait causer à Aleana, était un compagnon qu'Ealia n'aurait pas supporter de perdre. Elle ne pouvait pas lui enlever. 

Son temps était compté, cet animal lui faisait tellement peur qu'elle avait envie de fuir le plus loin possible, elle ne pouvait malheureusement pas rester, mais elle avait quelque chose à faire. Elle tourna son visage vers le Lord et fixa les deux trous sombres de ses yeux aux éclats verts emplis de haine. 

-J'ai compris ce que tu ressens! Elle ne le comprend peut-être pas, mais je vois clair dans ton jeu! Ealia est à moi, je te défends d'y toucher, cracha-t-elle. 

La chouette lui sauta au visage. Aleana dût se résoudre à partir. Lentement, elle laissa son esprit glisser pour laisser Ealia reprendre le premier rôle. La chouette cessa toute attaque à l'instant même où le corps, entre le changement, ne possédait aucun âme. Ses yeux se fermèrent et son corps frêle tomba sur le côté, dans le lit. Ealia était faible et reprendre conscience lui prit du temps. De plus, les paroles d'Aleana l'avaient vraiment troublée, que ressentait le Lord? Ealia était vraiment perdue, elle ne comprenait plus rien du tout. Ses yeux redevenus de la couleur rouge bordeaux qui était familier aux personnes du monde extérieur, s'entrouvrirent lentement. Tout c'était passé trop vite, le sang coulait de la large plaie qui barrait sa joue. Elle se rendit compte seulement à cet instant qu'elle était tombé comme une morte sans rien dire. 

Sans bouger, les yeux entrouverts regardant dans le vide, Ealia était perdue. Elle n'avait plus mal à la tête, et ça lui faisait vraiment du bien. Mais elle se sentait faible, elle avait trop lutté. Pendant un instant, elle se demanda bien si cela en avait valu la peine. Mais cette pensée fut rapidement mise de côté, s'en avait valu la peine. Aleana n'avait rien fait de mal, elle n'avait fait qu'un bref aller-retour, et ceci grâce à Heleth qui était toujours prête à la repousser. Ealia l'aimait pour ça, elle avait enfin trouvé quelqu'un pour l'aider à contrer Aleana. Certes, il y avait le Lord, mais étrangement, cela avait plutôt tendance à l'attirer qu'autre chose. Cela ramena l'apprentie aux paroles de son autre personnalité. Qu'est ce qu'elle ne comprenait pas? Elle pensait tout comprendre, alors qu'y avait-il qu'elle n'arrivait pas à saisir? Parlait-elle de ce que ressentait Vlad? Mais que ressentait Vlad, il était vrai qu'elle ne le savait pas vraiment. Ealia n'avait pas eu suffisamment de contact avec autrui pour savoir exactement ce qu'il y avait. Elle n'avait aucune expérience, alors qu'Aleana en avait? Ç'aurait été illogique, mais plausible. En tout cas, Ealia devait lui demander, elle devait le savoir, car elle n'aimait pas du tout se sentir ainsi hors sujet, surtout que le Lord avait surement compris les paroles de la haineuse. Elle devait demander, mais pour l'instant, elle avait juste envie de rester immobile, les yeux presque fermés, le visage neutre, Ealia ne fixait rien du tout, si elle ne respirait pas, la jeune apprentie serait bien passée pour une morte.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:27, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : chou blanc
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 1090

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
1835/2000  (1835/2000)
Votre domaine: La discrétion
avatar
Le héros noir et blanc
Le héros noir et blanc
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Ven 5 Juil 2013 - 18:17
__Cela ne lui plaisait pas du tout... Ce bruit derrière lui, la chouette sans doute, s'agitant, pas sans raison. Peut-être était-ce juste pour faire remarquer sa présence à sa maîtresse, avec l'espoir de recevoir à manger ? C'était peu probable, après tout, les chouettes, des prédateurs, étaient prévus pour pouvoir subsister quelques jours sans manger, en temps de crise. Cependant, déraisonnable à cause de son récent malaise et rendu un peu bradycéphale par le peu d'énergie qu'il avait à dépenser avant le prochain, il admit cette hypothèse comme vraie sans plus y réfléchir. Puis ce mouvement, d'Ealia, mettant ses mains et celles de Vlad sur sa tête qui put alors sentir les palpitement que lui causait son combat intérieur. Il n'y avait plus aucun doute sur ce qui se passait et Vlad n'aimait pas ça du tout.Un grincement de dents finit de lui confirmer ses craintes, puis soudain, plus rien, plus un souffle, plus un frisson, plus un tressautement, plus un palpitement, plus un battement de coeur, plus une tension de muscle, plus un amoureux désir, plus une sécrétion d'hormone, plus un clignement de paupière, plus une peur, plus une chute de cheveux, plus une envie pressante, plus une pensée et plus un rêve. Le monde était en pause pendant quelques instants. Vlad ignorait si Ealia avait gagné ou perdu, mais sa crainte cru comprendre en voyant le vert de ses iris.

__Aleana était en colère, il ne savait pourquoi, ou plutôt il ne savait que trop pourquoi. La chouette attaqua immédiatement, profitant de la distance entre eux pour donner un coup de serre dans le visage normalement harmonieux de la jeune fille, protégé par ses petites mains sans force. Elle traça une ligne sanglante avant d'être violemment repoussée, ce qui la déséquilibra et la projeta d'un bout à l'autre de la chambre, sans réussir à être blessée, ou de manière anecdotique, superficielle.

__Elle le fixa, elle le regarda droit dans les yeux bien qu'elle ne put sans doute pas les voir, elle projeta dans ce regard soutenu, toute sa hargne, toute sa haine, tout le mépris qui animait son corps, qui parcourait ses veines, qui gonflait ses artères, titillait ses nerf et la faisait prendre le contrôle de ce corps où elle n'était pas la bienvenue. De sa voie déformée par tout ce qui viens d'être cité, elle s'adressa à lui, crachant chaque mot comme une insulte :.

- J'ai compris ce que tu ressens ! Elle ne le comprend peut-être pas, mais je vois clair dans ton jeu ! Ealia est à moi, je te défends d'y toucher.

__Durant un instant, Vlad eu un doute : *Aleana est-elle lesbienne ? Et plus étrange encore, est-elle amoureuse de son autre personnalité ?*

__Puis il se raisonna qu'il ne pouvait exister une telle union et que ce n'était sans doute qu'un instinct de conservation, une détermination rageuse et une haine de tout ce qui bouge qui faisaient agir et parler Aleana de la sorte. Il garda cependant l'hypothèse dans un coin de sa mémoire, car elle restait malgré tout assez plausible. Une nouvelle offensive de la chouette la fit battre en retraite sans un au revoir, sans un rire diabolique, fuiant simplement la queue entre les jambes, laissant ses yeux se fermer et le corps déserté tomber à la renverse sur le lit que Vlad n'avait pas encore quitté. Heleth s'était instantanément calmée et avait regagné son perchoir avec le silence qui avait fait de ces oiseau la terreur nocturne de l'Europe, le fantôme du sous-bois, qui avait fait inventer des histoires folles aux ignorants paysans apeurés par leur vol inaudible et leurs silhouette blanche.

__Après quelques secondes, ce qui compte tenu de la tension régnant dans la pièce, était déjà une longue durée, la jeune fille ouvrit les yeux bordeaux d'Ealia. Elle ne les ouvrit d'ailleurs pas totalement, comme toujours, ils étaient mi-clos. Elle ne bougeait pas, sauf pour respirer, comme si elle n'avait plus l'énergie pour le faire, que tout avait été drainé par son précédant changement de personnalité.

__En réalité, il en savait peu à ce sujet : elle ne lui en avait jamais rien dit et les livres n'étaient jamais clairs par soucis de généralité. Il ne savait rien même. Elles pouvaient même être plus que deux sans que ça ne lui semble évident. Peut-être n'avait-il même pas Ealia en face de lui, mais une autre, une troisième, une quatrième, qui aurait les mêmes yeux et dont, par exemple, le trait principal serait une paresse hors norme. Soudain, il se sentait extérieur et impuissant, terriblement impuissant, aussi peu influent que la mort d'une crevette dans les eaux abyssales de la fosses des Marianes sur la politique intérieure du Congo, ce qui, croyez-le, est plus insignifiant qu'un trombone que vous auriez, un jour, oubliez dans votre poche. Et il ne pouvait rien découvrir ni rien expérimenter, rien demander, car cela aurait pu faire du tort à celle qu'il aimait en secret, un secret découvert, mais pourtant conservé.

__Pourquoi d'ailleurs le savait-elle ? Comment l'avait-elle découvert exactement ? Les simples déductions, même centrée là-dessus pouvaient à peine le laisser présager, mais elle n'aurait pu avoir aucune certitude... Ah, oui, il avait peut-être fait une erreur en laissant essayer son bracelet à Ealia, puisqu'elle avait peut-être pu sentir elle aussi ses émotions et de ce fait, obtenir les certitudes qui lui manquaient. Comme elle avait raison, que rien ne saurait la faire changer d'avis et qu'elle avait les preuves qu'il lui fallait, il ne pouvait plus agir que sur Ealia s'il ne voulait pas qu'elle sache...

__Mais pourquoi ne le voulait-il pas ? La crainte d'être mis à l'écart ? L'envie de ne pas avoir d'attache ? La timidité de savoir son coeur à découvert ? Ou n'avait-il même pas de raison de la cacher ? Pourquoi pas après tout, le dire, comme ça, comme on dit bonjour ou au revoir ? Bon peut-être que beaucoup de femmes rêveraient de quelque chose de plus romantique pour une confession, surtout, Vlad doutait que ce ne fut pas le cas, la première confession qu'elles reçoivent. Mais quelle gêne y a-t-il à aimer ? Pourquoi reculer toujours l'aveu ? Pourquoi même chercher un moment particulier pour le dire ? L'amour est un sentiment constant, alors pourquoi ne l'exprimer qu'à certains moments, dits propices ?

__Malgré toutes ses questions, Vlad, faible et fatigué, ne pouvait se résoudre à tout avouer. Il n'avait pas le temps de s'attirer à nouveau des ennuis, ses vêtements drainaient trop d'énergie pour se sécher pour qu'il reste là, il devait dormir plus... quoi qu'il pouvait aussi bien dormir là, après tout, il était déjà dans le lit. Il n'était pas très large, mais il y avait bien la place pour eux, d'autant plus qu'Ealia n'en prenait que très peu. Sans gêne ni difficultés, il la tira à ses côté, la coucha correctement, en essayant d'être le moins brusque possible, puis il reposa sa tête sur l'autre côté de l'oreiller, la tournant sur le côté pour ne pas lui faire mal avec son masque et il ferma les yeux quelques instants.

__Si on lui avait dit, même avec la certitude la plus parfaite qu'il est possible d'avoir, que la première fois qu'il serait dans le même lit qu'une jolie fille se passerait comme ça, il ne l'aurait pas cru. Il aurait ri au nez de son interlocuteur. Il était persuadé de sa surpuissance et il était pour lui impensable d'être trop fatigué pour profiter de la situation, trop timide pour avouer son amour ou simplement faire face à celle dont il squattait le lit et trop respectueux pour toucher le corps doux qui se trouvait à portée de main. Même si un dauphin télépathe et voyant lui avait dit avec toute la conviction qu'est capable de contenir un seul être, il n'y aurait pas cru une seconde. Et pourtant tout ce qu'il voulait, c'était bien dormir.

__Puis, il se dit soudain qu'Ealia ne pouvant que difficilement protester, il aurait dû s'assurer de son consentement, peut-être n'avait-elle pas envie qu'il s'impose ainsi, plus seulement dans sa chambre, mais dans le plus sacré rempart de l'intimité et de la protection des méchants monstres vivants dans les placards et sous les lits, c'est-à-dire sous sa couverture, avec elle.

- Je suis trop faible pour faire le trajet jusque ma chambre, il faut que je dorme et apparemment toi aussi... Donc je me disais qu'on pouvait dormir tous les deux... ouais, juste dormir... dorm...

__Il sombra de nouveau dans l'inconscience, plus apte à y rester plus longtemps, cette fois.


[

Je parle en SILVER, j'ai un Journal de bord et un masque.
Invité
avatar
Invité
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] - Ven 19 Juil 2013 - 13:12


LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER

Qu'avait Aleana? Qu'est ce qui la poussait à faire tout ça? Était-ce juste pour lui pourrir la vie au maximum? La voir souffrir en lui interdisant les contacts avec les autres, et surtout avec ceux qui semblaient vouloir de sa compagnie? Impossible, impossible, elle ne lui voulait aucun mal! Mais pourquoi son autre personnalité voulait-t-elle garder la jeune fille pour elle? C'était infaisable dans un sens, à moins qu'elle ne fut que folle, emportée par la haine qui l'habitait, corrompant son âme et détériorant sa raison. Quelqu'en soit le pourquoi du comment, Ealia ne pouvait la comprendre, pas en cet instant, pas en la connaissant si peu, cette personnalité pourtant en elle qui la harcelait constamment.

Ses yeux bordeaux fixaient le vide, son petit coeur battait contre sa poitrine inexistante. Néanmoins, sa respiration était aussi calme que d'habitude, comme si elle se reposait les yeux grands ouverts. D'ailleurs c'était ce qu'elle voulait faire en cet instant, se reposer, avoir un peu de repos après sa lutte mentale qui lui pompait beaucoup d'énergie, beaucoup trop pour un faible corps comme le sien. Elle voulait bien dormir, mais Ealia ne pouvait pas laisser le Lord en plan, comme ça, éveillé dans sa chambre, sans savoir quoi faire. Bien sûr, il pouvait partir, mais après sa chute, pouvait-il encore se lever et passer une journée de cours? Ealia n'avait aucune envie d'aller en cours, c'était limite si elle y allait vraiment. L'apprentie-déesse s'étonnait parfois à se réveiller très tard et ne pas assister aux cours, ou simplement préférer une longue balade à la place de rester assise à une chaise pour écouter. D'autant plus qu'Aleana n'était pas très fan non plus, et qu'Heleth ne pouvait pas renter dans une salle de classe. Il y avait trop d’inconvénients pour s'y risquer tous les jours. De plus Ealia n'avait pas eu un enseignement digne de ce nom quand elle était vivante. Elle savait lire, écrire, calligraphier même, et faire des calculs classiques. Les cours étaient légèrement trop compliqués pour elle, surtout si elle ne venait qu'un jour sur quatre. Elle n'y pouvait pas grand-chose en fin de compte, à priori personne n'allait l'empêcher de sécher, elle n'avait pas eu de problème jusqu'à cet instant. Alors elle n'avait pas à changer ses habitudes. 

Mais tandis qu'elle débattait seule sur son éducation, elle sentait des mains se poser sur elle. Sans hésitation et sans perdre de temps, elles la tirèrent vers le Lord. Évidement, elle ne doutait pas de l'appartenance de ces mains, mais un frisson parcourut néanmoins sa colonne vertébrale, comme si le contact si rare d'autrui lui était trop inhabituel. Il y avait de ça, mais peut-être également du fait que les mains de Vlad étaient froides. Il s'affaira à la positionner correctement, près de lui. Le lit était heureusement assez grand. Ealia, malgré le fait qu'elle aurait bien pu bouger toute seule, se laissa simplement faire, somnolant déjà. La jeune fille se retrouva sur le côté, la tête sur l'oreiller. Elle était assez proche du Lord, sans pour autant le coller. Un petit mal de tête piqua sa tempe, mais elle n'en avait cure. Elle regardait le Lord, ne sachant s'il fermait les yeux ou non. Aleana avait l'habitude d'enclencher une petit résistance. Néanmoins son autre personnalité était devenue trop faible suite au passage éclair pour vraiment déranger Ealia qui avait développé un minimum de résistance. 

Les dires de Vlad confirmèrent ce qu'avait pensé Ealia. Il était trop faible pour partir. Mais, et c'était une bonne nouvelle, lui aussi voulait de reposer. C'était surement pour cela qu'il l'avait placée ainsi. Elle comprenait mieux, et, après réflexion, ça n'aurait pas pu être autre chose. 

Il devait être vraiment très fatigué au vu de la fin de sa phrase qui n'en était pas une. Si Ealia avait pu sourire, elle l'aurait fait. Mais son visage restait définitivement figé dans la neutralité. Elle baissa les yeux. Ça ne la dérangeait vraiment pas qu'il dormît ici, de toute manière, il ne pouvait pas faire grand chose de plus dans son état. Et, même si Aleana maintenait son désaccord, Ealia acceptait tout à fait cette situation qui, pour elle, n'avait rien d'anormale. 

Les yeux bordeaux de la jeune fille se fermèrent. Elle avait autant sommeil que lui, il fallait également qu'elle dormît, et ce, même ne pleine journée. Son esprit glissa lentement dans l'inconscience. Ses rêves étaient toujours les mêmes, peuplés de sang, de ténèbres, et d'Aleana. Ce n'était pas vraiment des rêves, mais plutôt un bazar complet qui avait été au début terrifiant. Cependant, cela ne lui faisait plus rien désormais, et ces rêves faisaient partie de son quotidien.

Le temps s'écoula comme un instant et peu à peu, la jeune fille revient à elle et ses paupières se soulevèrent lentement. Prenant rapidement ses repères, son regard rouge passa dans la pièce devenue sombre. Il faisait nuit. Ou en tout cas, c'était le soir. Ses yeux se posèrent sur le Lord qui semblait toujours endormi. Ealia ne voulait pas le réveiller, ainsi et roula en arrière pour se retrouver accroupie à la tête du lit, sur le sol froid. S'il y avait une chose qu'elle pouvait bien faire c'était se contorsionner. 

Ce qu'avait l'apprentie-déesse en tête en cet instant était de se changer. Pourquoi? A vrai dire, elle ne le savait pas vraiment, mais Ealia aimait ses kimonos et de plus ses vêtements étaient tout froissés. L'apprentie-déesse était encore une fille. Celle-ci se releva souplement en regardant le Lord. Il ne semblait ne même pas avoir bouger pendant son sommeil, il devait vraiment être fatigué. Encore une fois, si la jeune fille avait pu sourire, elle l'aurait fait, mais Aleana toujours à l’affût l'en empêchait purement et simplement.

Sans plus penser à cette triste fatalité, Ealia se dirigea vers sa grande garde robe et choisit minutieusement ses vêtements. A savoir un kimono d'un noir pétrole dont le bas et les manches étaient finement brodés de fils formant de discrets volutes blancs. En observant correctement et sous la lumière, des fleurs de lys noires pouvaient se dessiner sur le vêtement, tantôt visible, tantôt invisible. La coupe était parfaite; les manches retombaient souplement jusqu'à dissimuler ses poignets tandis que le kimono en lui même frôlait ses chevilles sans toucher le sol. Ealia choisit une ceinture d'un blanc terne qu'elle noua avec soin et un peu de difficulté. Le tout soulignait la pâleur de sa peau et la noirceur de ses longs cheveux qui encadraient ses yeux bordeaux qui, dans tout ce noir et tout ce blanc, ressortaient d'autant plus. Elle s'amusa à voir qu'elle s'était assortie au Lord sans faire attention. 

L'apprentie était déjà plus à l'aise, ce qui était paradoxal vu qu'il était plus difficile de se déplacer avec un kimono qu'une tenue de sport. Mais elle avait porté toute sa vie des vêtements traditionnels japonais, la mode occidentale ne lui plaisait pas, et ne lui allait pas non plus, de son point de vue.

Ainsi habillée, Ealia rangea rapidement tout le bric à brac qu'elle avait mis par terre plus tôt en le poussant dans l'armoire. Les deux adolescents ne pouvaient plus sortir, les surveillants étaient déjà, tels des loups, en surveillance, rôdant dans les couloirs. Comment le Lord allait-il repartir? C'était presque du suicide de sortir d'une chambre qui n'était pas la sienne en pleine nuit, c'était simplement interdit. L'apprentie s'assit sur le bord du lit, Vlad ne semblait pas vouloir se réveiller, mais la jeune fille attendrait bien. Pour patienter, après l'avoir regardé quelques instants, elle se mit à coiffer ses cheveux avec ses doigts. La jeune fille était assise au niveau de son ventre, elle ne prenait que peu de place avec son corps menu. 

Qu'allait-il se passer ensuite? Vlad allait-il partir simplement, sans rien attendre de plus? Ealia n'en avait pas vraiment envie, voire pas du tout. Elle n'avait plus sommeil du tout, et elle n'avait pas grand chose à faire, surtout en pleine nuit. D'autant plus qu'il fallait toujours qu'elle demandât au Vlad ce qu'il ressentait exactement... Mais c'était égoïste, et elle ne voulait pas le retenir s'il ne le voulait pas, surtout s'il acceptait par pure politesse ou dans le but de ne pas la rendre triste, ce qu'elle ne voulait pas. C'est pour cela qu'elle ne lui demanderait absolument rien. 

Dans le silence régnant dans la pièce, Ealia jeta un cadavre de souris provenant de la bourse qu'elle avait attrapée juste avant. Heleth, dont les yeux brillaient dans l'obscurité ambiante -Ealia n'avait pas allumé les lumières de peur que cela réveille l'endormi masqué- s’élança silencieusement pour l'attraper au vol et l'engloutir aussitôt.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



Dernière édition par Ealia Vaylond le Mar 15 Avr 2014 - 14:28, édité 1 fois
Contenu sponsorisé
Re: A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad] -
A jouer sous la pluie on attrape un rhûme [pv Lord Vlad]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [UU/OU] Combattre sous la pluie ! (Rain Team)
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
» [Libre] Sous la pluie et le vent.
» Une balade sous la pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page