Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[QUETE] Petit animal perdu...

Invité
avatar
Invité
[QUETE] Petit animal perdu... - Sam 16 Mar 2013 - 18:55
Le soleil venait de se lever et avec les premiers rayons approchaient l’heure de recommencer une journée nouvelle. Rituel immuable de chaque matin, sortir de son lit, ouvrir la fenêtre pour respirer l’air frais avant d’aller s’habiller et de préparer ses affaires afin de se rendre en cours. Il y avait tant à apprendre et son éducation terrestre bien que très bonne manquait d’énormément de connaissances que seul ce lieu pouvait lui permettre d’acquérir. Alors, une fois prête, elle sortit de sa chambre, la première comme d’habitude, avant de se diriger vers la cafétéria. Le couvre-feu était à peine levé, elle ne rencontrerait pas grand monde à cette heure-là. Tant mieux. Le calme du petit matin était si agréable. Elle aimait pouvoir sentir les présences calmes et sereines des animaux alentours, toujours discrets et dissimulés aux yeux de tous mais bien repérés par son pouvoir. L’esprit léger et le pas tranquille, elle alla donc prendre un petit déjeuner rapide et léger, en profitant pour éviter la foule des apprentis-dieux qui ne tarderait à se manifester.

Une fois son repas avalé, constitué d’œufs, de pain et de fromage ainsi que d’un jus de fruit, la jeune précolombienne se dirigea vers les salles de classes. Son emploi du temps en main, elle cherchait la classe qui lui était attribuée pour son premier cours et mit quelques temps à la trouver. Elle n’avait pas encore vraiment l’habitude de genre d’endroit alors il lui fallait le temps de trouver ses repères et elle trouvait la notation des salles assez étranges, plutôt aléatoire. Mais elle n’avait rien à dire là-dessus, elle n’était qu’une élève après tout. Lorsqu’elle arriva enfin dans la salle qui lui était assignée pour sa première leçon de la matinée, cette dernière était encore vide. Et oui, elle n’avait jamais fonctionné avec une montre aussi se calait-elle sur le soleil et il semblerait que celui-ci l’ai fait arriver bien en avance. Remarque, ce n’était pas vraiment gênant. Ayant repéré la salle, elle choisit de continuer à explorer un peu les couloirs.

Il commençait à y avoir un peu de monde, les élèves arrivant au compte-goutte afin de se rendre en classe, parfois seuls et parfois en petits groupes. Il y avait vraiment de tous les styles, cela l’impressionnait toujours autant. Mais ce qui la choqua le plus, ce fut sa rencontre avec Hans. Si elle ressenti la présence filante d’un animal dans son champs de perception quelques secondes, elle eut le malheur de se retourner pour voir ce que cela pouvait bien être. Quel genre d’animal pouvait venir ainsi dans les couloirs de l’Académie. Et c’est là qu’emporté par son élan, un élève à la carrure digne d’une armoire à glace trébucha avant de perdre l’équilibre et définir sa course contre la jeune indienne. Le choc contre le mur fut assez brutal pour la sonner légèrement mais elle fut vit réveillée par l’apprenti-dieu gorille, ce dernier la secouant comme un prunier pour s’assurer qu’elle allait bien. Heureusement qu’elle parvint à se libérer de son emprise. Et le voilà qui se mettait à pleurer comme une madeleine au milieu du couloir

"- Sifel, t’es où. Reviens petit chien ! Sifel !!! Ne laisse pas Hans tout seul."


Tous les apprentis-dieux présents avaient fichés le camp, allez savoir pourquoi mais la jeune fille ne put se résoudre à abandonner l’élève ainsi. Certes, il ressemblait plus à un monstre de par sa carrure mais il semblait si vulnérable, si fragile soudain. Et il était évident qu’il tenait vraiment à cet animal. Et son expérience le lui avait toujours prouvé que les gens proche des animaux ne pouvaient pas être des gens mauvais. L’apprenti-dieu taillé comme un gorille ne cessait de verser des larmes de crocodiles, se lamentant sur la disparition de son cher Sifel, dans des lamentations à en briser le cœur d’une pierre. Alors, la jeune fille se pencha vers lui.

"- Si tu veux, je peux t’aider à le retrouv...."

"- C’est vrai ? Tu es sérieuse ? Tu es la sauveuse de Hans, son ange, sa muse. Hans te sera éternellement reconnaissant de l’aider à retrouver son compagnon à poil. Il s’appelle Sifel, il est grand comme ça, les poils tout gris et une tâche noire sur le museau. Il est très peureux et peut traverser les murs. D’habitude, Hans le garde avec lui, mais il s’est échappé quand Hans a voulu cueillir une fleur. Hans t’en supplie, fais vite avant qu’il ne se blesse. Hans ne supporterait pas qu’il lui arrive quelque chose. Pauvre petit toutou, il doit avoir si peur tout seul, perdu … "

Il fallut bien encore dix minutes à la jeune fille pour parvenir à calmer les pleurs incessants de Hans. Finalement, elle lui proposa de l’aider en se séparant dans leurs recherches. Lui irait fouiller du côté des bâtiments des dortoirs, lieux que le chien connaissait le mieux, et lui laisserait les couloirs et les bâtiments des classes. Avec son pouvoir, elle pourrait sentir sa présence et s’approcher de lui sans se faire repérer. Du moins, elle l’espérait. Car si ce que lui avait dit l’apprenti Dieu était vrai, la tâche risquait de se révéler ardue. Un chien qui pouvait traverser les murs ? En voilà une idée. Il manquerait plus de mettre des dents aux poules tiens. Enfin, bon, elle s’était engagée à retrouver l’animal, ce serait ce qu’elle ferait.

Les recherches furent assez aisées en réalité car un chien traversant les murs, ça ne se voit pas tous les jours. Et chaque fois qu’il s’approchait un peu près d’un élève par surprise, ce dernier criait et apeurait le chien qui repartait au hasard. Suivre sa trace fut donc extrêmement simple, il lui suffisait de suivre les cris des élèves. Mais pour l’attraper, voilà qui promettait d’être une autre paire de manches. Bon, commencer à réfléchir. Il a peur des gens donc elle ne pourra pas trop s’approcher. Il peut traverser les murs donc tenter de l’acculer ne servirait à rien. Et elle devait se dépêcher avant que ce cher Sifel ne se blesse. Décidément, elle n’était pas partit avec les meilleures cartes en main. Finalement, la solution la plus sure qui lui apparut fut celle de lui tendre un piège. Mais là encore, sa capacité risquait de devenir très gênante. Alors, la jeune fille se mit en quête d’une corde qu’elle finit par dénicher dans un placard à balai. Elle se demanderait plus tard ce qu’elle faisait là. Pour le moment, mettre le piège en place.

Maintenant, il fallait trouver un appât. Elle n’avait guère qu’un bout de pain dans sa poche mais après tant cavalé, le petit chien serait surement content de trouver de quoi manger. De son vivant, les coyotes venaient parfois jusque devant les tipis afin de récupérer les miettes abandonnées par les papooses. Vérifier que tout est bien en place et que personne ne se trouve dans le couloir. Parfait. Avec tout son matériel, elle avança à pas de velours dans les couloirs, guettant avec attention la moindre manifestation de son pouvoir. Elle en venait à croire que l’animal s’était bel et bien enfuit plus loin lorsqu’en longeant une salle, il y eut la sensation familière d’une présence animale. Assez grosse pour être une petit chien et assez franche pour lui prouver qu’il ne l’avait pas repérée. Alors là, elle ne devait pas laisser passer cette chance. Dans le plus grand silence, elle installa son petit collet à l’entrée de la salle, déposant son appât de fortune au milieu avant d’aller se dissimuler au coin de la porte d’une autre salle.

Elle n’eut pas à attendre très longtemps. Du moins, dans sa notion de chasseuse. A peine une 20 aine de minutes avant que le petit chien ne finisse par réagir. Elle suivait sa progression via son pouvoir, pour ne pas se faire repérer. Apparemment tout marchait à merveille, elle allait réussir. Enfin, c’était sans compter sur le corbeau qui traversa la fenêtre du couloir pour venir disputer le pain au petit chien. Flûte, il risquait de tout faire rater. Le petit chien surprit sursauta avant de s’enfuir comme un fou sans regarder où il allait. La jeune fille jaillit de sa cachette à cet instant, espérant faire fuir l’oiseau. Mais si le corbeau repartit avec son butin en conquérant, la jeune indienne se fit heurter la jambe de plein fouet par ce cher Sifel qui avait fui en sa direction. Finalement, le corbeau lui avait rendu service. Attrapant le jeune chien dans ses bras avant que ce dernier ne reprenne ses esprits et ne se remette à fuir en tous sens, elle lui fredonna une berceuse de sa tribu qui eut le mérite de l’apaiser. L’aniaml cessa de se débattre, se laissant câliner par la jeune fille.

"- Sifel, c’est ça ? Je crois que quelqu’un se fait beaucoup de souci pour toi. Et si nous allions retrouver Hans, tous les deux, qu’en dis-tu ?"

L’animal jappa en remuant de la queue au nom de l’apprenti-dieu. Apparemment, il avait compris. Et qu’il réagisse bien au nom de son maitre était une très bonne chose. Et finalement, le plus difficile dans la journée de la jeune indienne fut de réussir à mettre la main sur l’apprenti dieu taillé en armoire à glace. A croire que lui avait le pouvoir de disparaitre. Heureusement, ce fut finalement Hans qui finit par la retrouver. Ouf, ce n’était pas trop tôt. Le jeune chien lui sauta littéralement des bras pour bondir se réfugier dans ceux de son maitre. Et ce fut un véritable de les voir se retrouver. C’en était à se demander lequel des deux était le plus heureux de retrouver l’autre. L’apprentie déesse les observa en silence avec un sourire attendri. Ils formaient un drôle de duo ces deux-là : la mini boule de poil et le gorille doux comme un agneau. Ça, ce serait une journée dont elle se souviendrait. Semblant se rappeler soudain de sa présence, Hans vint lui serrer la main avec tant de force qu’il manqua de lui casser un os.

"- Hans est heureux, tellement heureux. Merci à toi, Belle Indienne. Cadeau de Hans pour toi, ce sifflet. Sculpté par Hans dans branche de sureau rapporté par Sifel. Pas grand-chose mais Hans content de te l’offrir en remerciement. Et Sifel te remercie aussi beaucoup. Si tu as besoin d’aide un jour, Hans et Sifel répondront présents, c’est promis."

Comme pour appuyer ses propos, le chien aboya tandis que le colosse remettait à la jeune fille un petit sifflet en bois sculpté représentant un petit chien. Sifel, de toute évidence. L’indienne les remercia et déjà, l’apprenti-dieu repartait en discutant joyeusement avec son compagnon à poil. Récupérant un lacet de cuir attaché à sa manche, elle passa ce dernier dans le sifflet avant de venir l’attacher à son cou, tel un collier. Curieuse, elle porta ce dernier à sa bouche et fut surprise de l’entendre émettre un son si doux et clair. C’était vraiment un très joli cadeau. Mais maintenant, il était temps de retourner en cours. Qui sait, elle aurait sans doute l’occasion de recroiser Hans et Sifel au détour d’un couloir un de ses jours. En espérant que cette fois, Sifel serait avec son maitre….
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: [QUETE] Petit animal perdu... - Lun 18 Mar 2013 - 11:42
Bien, c'était un bon petit rp et c'était original avec Sifel qui traverse les murs, et en plus, tu en ressors avec un tout mignon cadeau. Bien joué à toi pour cette belle histoire ~

Abygaïl Lullaby : 300 xps + bonus de 200 xps


Xps attribués : Oui
bg
[QUETE] Petit animal perdu...
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Quête] Petit animal perdu. (Terminé)
» Casimir petit york perdu st martial sur le né (17)
» Recherche un petit rp perdu, tout mignon...
» Luka Azarov [petit russe perdu en Ecosse]
» Animaux et végétaux du Vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page