Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un jour je ne serais pas ridicule

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Un jour je ne serais pas ridicule - Jeu 14 Mar 2013 - 15:53


Aujourd’hui était une journée calme et ensoleillé, une journée pour s’adonner à la passion et à l’unique passe temps d’Alexander, le sport. Mais il semblerait que le destin ai joué de lui autrement, par ce temps qui donnait toutes les envies d’évasions possible à un sportif comme ce professeur, ce dernier était coincé dans son bureau à écrire des notes sur les fiches de ses élèves de la semaine … Le chevalier n’arrivait pas à le faire avec l’ordinateur, et pourtant cette méthode était tellement plus rapide … Tout ses collègues avaient terminés de remplir les fiches de notations, Alexander était le dernier dans la salle des professeurs à gratter du papier avec une plume d’oie et un encrier.
Etre bloqué à ce point pour un sportif comme lui était agaçant, il se sentait enchaîné sur sa chaise. La sensation était encore plus prenante que les fois ou immergé dans les lignes de son ordre il attendait l’assaut, que ce soit son ordre ou l’ennemi, l’impatience qui le gagnait en attendant le moment crucial, l’affrontement, le mouvement l’agitation de deux marées humaines se déchaînant l’une contre l’autre. Oui, au moins il se passait quelque chose, pas comme actuellement, il regrettait vraiment son ancienne vie de chevalier …

Sentant que sa patience venait à sa fin il se leva de sa chaise, continuant de tenir sa plume en main et s’approcha de la fenêtre. Il fixait le couché de soleil, ce n’était pas souvent qu’il prenait le temps pour une chose qu’il considérait comme inutile, mais en fait cela l’apaisait assez bien. Peut être était-ce dut à ces couleurs chatoyantes, ce subtile mélange de rouge, orange, rose et jaune qui se dessinait sur le ciel, embrasant les nuages de parurent coloré.
Une envie d’air frais, le blond ouvrit alors en grand la fenêtre, arborant presque un sourire, mais cela ne dura pas. Ouvrir la fenêtre causa un immense appel d’air vers l’extérieur embarquant les dernières feuilles qu’il n’avait pas remplit au grés du vent hors de la pièce. Naturellement il s’agita pour en rattraper plusieurs mais quelques une lui échappèrent encore, il les regardait s’éloigné de la fenêtre un bref instant avant de se décider, il sauta par cette dernière. Il en saisit encore une en plein vol mais il n’avait toujours pas les deux dernières qui poursuivaient leur chemin.
Alexander se réceptionna au sol et ne chuta pas, malgré qu’il poussa un bref cri dut au choc, il avait sauté du premier étage mine de rien ! Il commença à suivre les feuilles qui virevoltaient en l’air, elles semblaient ne pas vouloir retomber au sol, et le chevalier maladroit se demandait donc jusque où il aurait à les suivre.


* Ici même ouvrirent une fenêtre à des risques … Il faut vraiment que j’arrive à m’adapter ! *

Il y eut finalement une des deux dernières fuyardes qui se logea dans une petite fourré sur le bord d’un bâtiment, il la récupéra sans difficulté avant de poursuivre la poursuite de la dernière. Après plusieurs minutes à avancer sans ne fixer autre chose que la feuille, le chevalier s’arrêta enfin. La dernière fiche venait de se loger au sommet du portail de l’académie. Il regarda un instant le sommet ou se trouvait son objectif, il grimperait bien mais … la grille n’était pas spécialement étudié pour … Il commençait à opter pour la solution du saut, mais il valait mieux faire attention.

- Quelle perte de temps … Déjà que c’est exaspérant de remplir ces fiches, si en plus je dois les attraper !




Invité
avatar
Invité
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Jeu 14 Mar 2013 - 17:15
Calliste avait passé une journée calme, elle devait le reconnaître : un petit bandage, un simulateur qu'elle avait renvoyé vite fait bien fait en cours, du rangement, enfin elle avait plus flâné qu'autre chose, songeuse, zombie sans âme errant dans les locaux. Elle avait retrouvé un semblant de sa faculté à réfléchir depuis que Corvo partageait sa couche, son sommeil était bien moins tourmenté. Cela dit, si ses nuits étaient plus calme, le jour elle se posait davantage de questions. Elle faisait souvent des crises de paniques, toujours cette sensation étouffante, ce cœur qui vous déchire la poitrine, le sang qui tambourine dans vos tempes ... Non, elle n'était pas guérie, loin de là, sa situation, ses faiblesses grandissantes l'inquiétaient au plus haut point. Elle changeait, trop d'ailleurs, elle dérivait lentement mais surement de celle qu'elle était dans son autre vie. Pourtant, elle n'en avait pas envie ... Au moins autrefois elle se sentait bien, ne se préoccupant que d'elle et de sa prochaine victime.

Elle jeta un coup d'œil par la fenêtre, le soleil était bien bas, il ne lui vrillait plus le cerveau à cette heure ci. Elle s'étira avant d'attraper le trousseau de clefs dans la poche inférieure de sa blouse, jouant à le faire passer d'une main à l'autre dans un bruit d'entrechoquements, les cliquetis sonnaient divinement à ses oreilles, ils annonçaient la fin de la journée, le moment où elle pourrait s'enfermer, seule, tranquille ... Enfin seule ... Corvo allait sans doute venir. Elle ferma toutes les portes, les volets aussi pour bien signaler à quiconque que cet endroit était et demeurerait fermé. Qu'ils souffrent en silence jusqu'au lendemain ou qu'ils crèvent. Elle se retira dans sa chambre, détacha ses cheveux qui tombèrent en une cascade blanche, secoua la tête pour les sentir fouetter son dos, les cheveux sans attache, elle retrouvait un peu de sa liberté. Elle retira ensuite sa blouse qu'elle posa sur une chaise, fit glisser ses bas, sa robe et pour finir retira son soutien gorge. Elle alla jusqu'à la salle de bain, retirant son rouge à lèvre, puis passant un filet d'eau froide sur son visage. Elle retourna dans la chambre pour ouvrir sa commode, le travail terminé elle pouvait enfin s'habiller à son aise. Elle attrapa un bustier en toile de lin rouge serti de sangles en cuir noir qu'elle noua jusqu'au dernier cran, puis elle se glissa dans un pantalon en cuir sombre agrémenté de trois sangles au niveau des hanches, avant d'enfiler ses cuissardes. Elle glissa son fouet dans l'un des ceinturons. Le ciel attira son regard à nouveau, ses nuances sanguines, ocres, c'était tellement joli, elle ouvrit la fenêtre pour s'y asseoir en attendant son amant. Une brise tiède vint lui caresser les joues, virevolter ses cheveux, apportant une odeur de nuit, tiède et humide. Corvo n'allait pas arriver de suite ... Ses jambes se balançaient d'avant en arrière, trahissant son indécision. Elle avait vraiment envie d'aller errer dehors mais d'un autre côté, elle devait rester pour l'attendre ... Elle donna un coup de bassin vers l'avant, et décolla du rebord de la fenêtre pour atterrir par terre, son corps avait décidé pou elle. Il n'y avait presque plus personne, c'était une aubain de profiter de l'air frais sans qu'il fasse trop froid, puis elle avait besoin de rester un peu seule. Elle avait beau avoir un compagnon, il lui fallait de la solitude. Elle était perdu dans ses pensées quant elle releva la tête, la penchant un tantinet amusée. L'homme de l'autre fois ... Comment s'appelait il déjà ... Alexander .... Urma... Truc ... Elle croisa les bras, le regardant dévisager cette feuille avec envie, pouffant de rire ... Décidément il n'était pas doué ... Elle ne ressentait aucune animosité envers lui, pas après ce qu'ils avaient partagé, aussi elle s'avança à pas de velours, un peu pour le surprendre.

"T'es pas un poisseux dans ton genre toi ? ... Laisse faire les professionnelles"

Elle dégaina son fouet et le fit claquer sur le portail, il s'enroula sur une branche de l'armature en fer où siégeait la feuille. Puis elle se hissa jusqu'en haut à l'aide des bras et des jambes, attrapa le morceau de papier et se laissa glisser jusqu'en bas. Elle ne pu s'empêcher de regarder ce qu'il y avait dessus, pas tant attirée par le contenu, mais plutôt la forme. Il n'utilisait pas ces putins de boîte en plastique, préférant le manuscrit, avec de l'encre et une plume qui plus est ... Elle était agréablement surprise et lui tendit son bien.

"Moi qui croyait être la seule réfractaire au progrès ..."
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Ven 15 Mar 2013 - 2:32


Le chevalier fixait la feuille qui s’était loge au sommet du portail, il réfléchissait beaucoup, pour une fois pas sur son passé, mais plutôt sur un problème qui se posait à lui comme une évidence : atteindre la feuille. Il pouvait attendre quelle reparte, tenter de grimper sur la grille, sauter assez haut en utilisant son dépassement de limite ou simplement défoncer le bâtant qui tenait au plus haut l’objet de sa convoitise, coucher ce dernier à même le sol pour récupérer son papier.
Oui il était prés à faire la dernière option à laquelle il avait réfléchit, mais une chose le coupa net dans son élan.


"T'es pas un poisseux dans ton genre toi ? ... Laisse faire les professionnelles"

Il sursauta brièvement et se retourna d’un coup pour se mettre en garde d’instinct, il avait baissé sa garde en se concentrant sur le portail mais quelqu’un en a clairement profité pour le surprendre. Après s’être retourné de la sorte il put voire le coupable, enfin disons plutôt la coupable.
L’infirmière de l’académie, Calliste, celle qui avait put faire seule ce que des infirmières de son ordre faisait à l’aide d’autre chevalier. Et quelle tenue qu’elle portait ! Cette tenue tapait vraiment à l’œil et dessinait parfaitement les courbes de son corps.
Sans attendre d’avantage elle se lança pour récupérer le fameux papier. Quelques feuilles en main et toujours la plume dans le lot, il l’observait sans dire mot. Utilisé son fouet comme une corde pour monter en haut sans endommager la structure, c’était très ingénieux.


- J’ai faillit coucher le portail, au moins grâce à toi il reste debout. Et puis le changement d’époque ne me fait pas vraiment de bien.

Il la regarda descendre en se laissant glisser le long de son fouet, puis arrivé en bas analyser sa feuille, il ne dit rien et n’émit aucune opposition, pour ce que la feuille contenait. Qui s’intéressait vraiment aux capacités physiques des élèves sans leur pouvoir ici ? Et sur cette fiche il manquait encore son appréciation et la note finale. Mais il fut un peu plus surprit de ce qu’elle lui dit après.

"Moi qui croyait être la seule réfractaire au progrès ..."[/quote]

Il récupéra la feuille qu’elle lui tendait et la glissa dans le petit paquet qu’il avait en main avec la plume. Le progrès ? Elle faisait allusion à toutes ces nouveautés qu’il découvrait tous les jours ? Il hésitait un instant puis ce décida, son raisonnement devait être juste.

- Tout mes collègues utilisent l’ordinateur, mais je devenais fou à essayer de l’utiliser, je préfère largement la méthode que j’utilisais à mon époque. C’est plus long, d’après eux, mais pour moi c’est plus court … Sauf imprévus …

Par imprévus il parlait bien entendus du vent qu’il lui avait enlevé ses feuilles pendant qu’il travaillait. D’ailleurs en parlant d’imprévus, il était destiné à toujours la rencontrer dans des positions aussi gênantes ? Il ne pourrait pas la croiser dans une situation où il n’aurait pas fait une bêtise ? Il regarda ses feuilles un instant, elles étaient froissées, pas question de les réécrire ! Enfin il disait ça dans son esprit, mais il savait qu’il les referait à son retour dans le bureau …




Invité
avatar
Invité
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Ven 15 Mar 2013 - 13:25
Calliste senti un petit frisson de plaisir la parcourir de part en part lorsqu'il sursauta, sa petite manigance, bien que gentillette avait fonctionné. Elle ne broncha pas lorsqu'il se mit en garde, pouffant de rire et le poussant d'une main sur son épaule lorsqu'elle le frôla.

"Calme beau chevalier, je ne te ferais pas de mal"

Elle avait beau être concentrée sur sa tâche, sa remarque la fit sourire, les hommes avait cette fâcheuse habitude de recourir à la force bien qu'elle soit inutile dans certaine situation. C'était sans doute de la bêtise, les hormones, le besoin de faire le beau, un manque de réflexion, peut être un peu de tout ça.

Le changement d'époque ne lui faisait pas de bien à elle non plus, elle regrettait beaucoup les anciens temps, l'Homme était toujours aussi stupide mais il vivait simplement, la nature dominait encore, elle était belle, enfin, les choses étaient bien plus simples et savoureuses.

- J’ai faillit coucher le portail, au moins grâce à toi il reste debout. Et puis le changement d’époque ne me fait pas vraiment de bien.

"C'est typiquement masculin ça, foncer, tout défoncer, alors qu'il existe des alternatives douces ... Toi aussi tu as le mal de l'époque ... Comme je regrette les temps où tout était simple, la vie avait plus de sens, les gens ne s'attachaient pas à des futilités"

Elle regarda attentivement sa manière d'écrire avant de lui rendre la feuille, il écrivait bien, dans un style un peu moyenâgeux . Cette courte expérience lui fit du bien, lui faisant remonter le temps. Ils avaient vécu à la même époque, mais elle ne l'avait jamais rencontré, que faisait il à ce moment là, et elle à quoi pouvait elle bien occuper son temps ...

- Tout mes collègues utilisent l’ordinateur, mais je devenais fou à essayer de l’utiliser, je préfère largement la méthode que j’utilisais à mon époque. C’est plus long, d’après eux, mais pour moi c’est plus court … Sauf imprévus …

"Le monde contemporain, c'est marche ou crève, il faut t'adapter, utiliser leurs technologies, parce qu'ils ont l'avantage sur toi ... Je ne me suis pas adaptée et c'est en partie ce qui a causé ma perte ... Ne fais pas les mêmes erreurs que moi ... Je n'utiliserais pas ces choses par principes, mais ce n'est pas avec des principes qu'on reste en vie ..."

Elle s'approcha du portail pour en caresser la structure métallique, comme pour s'éloigner, se protéger, gênée de ce qu'elle venait de lui dire. Sa voix était mélancolique et ses yeux tristes. En temps normal elle ne disait pas grand chose sur son passé, encore moins sur sa mort, mais il la rendait nostalgique le bougre ... Ce n'était pas une mauvaise chose en soit, mais vivre dans le passé, les souvenirs, ce n'était pas non plus une solution. Elle ouvrit la grille dans un grincement ferreux et passa une jambe, jetant un regard malicieux comme pour l'inviter.

"On s'enfuit ? Rien que quelques heures ? Loin de tout ça ... Revenir aux choses simples ..."

La fuite c'était sa spécialité, elle s'octroyait ainsi quelques moments de répits, elle en avait besoin, elle cherchait à tout prix ces moments là.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Sam 16 Mar 2013 - 0:17


L’infirmière n’avait pas change, elle lui répondait toujours autant. Mais cette fois elle s’attaquait plus particulièrement à la gente masculine. Il s’apprêtait à lui répondre de façons peut être un peu malpolis mais il se ravisa à sa dernière parole. Le timbre de sa voix s’était fait plus calme, presque mélancolique et ce qu’elle dit toucha un peu le chevalier.

"Le monde contemporain, c'est marche ou crève, il faut t'adapter, utiliser leurs technologies, parce qu'ils ont l'avantage sur toi ... Je ne me suis pas adaptée et c'est en partie ce qui a causé ma perte ... Ne fais pas les mêmes erreurs que moi ... Je n'utiliserais pas ces choses par principes, mais ce n'est pas avec des principes qu'on reste en vie ..."

Elle le conseillait sur la méthode à suivre ? Ce n’est pas qu’il ne voulait pas, c’est surtout que la technologie lui donnait des migraines pas possible et qu’il était incapable de réussir à l’utiliser correctement, ou d’avoir soudainement envie de briser de rage la chose. Il était trop fière pour demander de l’aide, mais il allait bien devoir s’y résoudre, ou bien il n’arriverait même plus à faire de sport tellement il aurait de choses à faire … Cette idée de finir bloqué dans son bureau était assez insupportable pour lui faire mettre de coté sa fierté et le contraindre à aller quérir du soutien auprès d’une tierce personne pour résoudre sa difficulté.

- Je n’ai jamais été connu par mes semblables pour ma subtilité, même lors des bals qu’organisait ma famille à l’époque. Je me passerais de leurs nouveautés aussi longtemps que possible, mais je m’adapterais un minimum, sans plus, qu’importe ton conseil. Mon époque est bien trop différente pour que je puisse m’adapter.

Il n’était pourtant pas au bout de ses surprises, lorsqu’elle ouvrit le portail qui grinça sans aucune retenue. Elle l’ouvrit juste assez pour passer de l’autre coté et ce tourna vers lui avec un regard et un sourire presque provocateur, qu’allait-elle encore lui dire ?

"On s'enfuit ? Rien que quelques heures ? Loin de tout ça ... Revenir aux choses simples ..."

Fuir ? Pas question! Il était impensable pour lui de fuir quelque chose, en plus seulement quelques heures … Non, là il utiliserait plus le terme de promenade, oui une balade tranquille, il en faisait si peu, toujours à faire de sport il ne prêtait jamais attention. Il s’avança pour la suivre mais se stoppa un instant au niveau de la grille entre ouverte.

- Je ne fuis pas … Je vais juste me balader en ta compagnie pour me changer les idées!

Certes cela pouvait faire penser à une gaminerie venant de sa part, mais sur ce point il ne voulait pas laisser passer. Utiliser le terme fuir … surtout pour qualifier une action qu’il entreprenait … Non, il ne pouvait pas le faire pour conserver sa fierté. Et peut être aussi par un esprit de contradiction car elle avait critiqué les hommes ? Oui sûrement.




Invité
avatar
Invité
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Dim 17 Mar 2013 - 21:00
Du côté de Calliste, la relation avec les nouvelles technologies était plus complexe. Elle avait vu l'Homme évoluer, enfin plutôt ses outils, ses machines, ses méthodes, parce que l'Homme en lui même ne changeait pas. Elle avait refusé de s'y intéresser au début, jugeant que ce qui sortait de l'esprit n'était que bêtises et futilités. Puis elle avait eut beau se le cacher, au fur et à mesure, elle avait trouvé ces choses ingénieuses, utiles mais elle avait raté l'utilisation de la première génération, la deuxième vague restait un mystère pour elle. Elle avait raté le coche, elle se sentait démunie face à ces choses, elle bloquait, et elle ne pouvait se résoudre à les utiliser, par orgueil et parce c'était humiliant de ne pas savoir s'en servir. Alors oui elle donnait un conseil à Alexander, parce qu'elle l'aimait bien au fond, il en faisait ce qu'il en voulait, de toutes les manières il ne semblait pas disposer à le suivre. Cela dit un petit sourire taquin se dessina sur son visage, il avait bien parlé de bal ? Au delà du fait que sa famille devait être importante, elle trouvait drôle le fait de l'imaginer costumé à outrance et danser. Elle lui adressa une courbette en rigolant sincèrement.

- Je n’ai jamais été connu par mes semblables pour ma subtilité, même lors des bals qu’organisait ma famille à l’époque. Je me passerais de leurs nouveautés aussi longtemps que possible, mais je m’adapterais un minimum, sans plus, qu’importe ton conseil. Mon époque est bien trop différente pour que je puisse m’adapter.



"Mes excuses Messire je ne voulais point vous forcer à quoi que ce soit ... M'accorderiez vous cette dance preux chevalier ?" elle lui tendait la main en souriant "Alexander, crois tu vraiment que la démone que je suis soit réputée pour sa délicatesse ? Qui plus est, je suis née à l'aube des temps alors crois tu que cette époque ait un quelconque rapport avec la mienne ? J'aurais tant aimé que tu vive à cette époque, c'était tellement bien, les choses étaient si simples et la vie si douce ..."


 
Elle aurait voulu qu'il sâche qu'elle le comprenait plus que quiconque pour avoir vécu à son époque et même avant, qu'elle ne connaissait que trop le malaise qui l'étreignait, mais de là à trouver une manière adroite de lui dire ... Elle restait bourrue et maladroite dans sa façon d'être. Et puis sa remarque lui fit comprendre qu'elle s'y prenait mal avec lui, elle n'utilisais ni le bon vocabulaire, ni les bonnes expressions, elle soupira un peu, frustrée de ne pas réussir à se faire comprendre.



 - Je ne fuis pas … Je vais juste me balader en ta compagnie pour me changer les idées!


"Se changer les idées, c'est une sorte de fuite tu sais, c'est ce que je voulais dire, rien qu'un instant on cesse de penser à notre pauvre condition, on se sent mieux. Sorte d'illusion qui masque nos vrais sentiments, notre peine, notre désespoir, on fait tous cela, seulement il y en a qui choisissent de rester dans ces rêves, là est la vrai fuite"


 
Elle appréciait de parler avec cet homme, sans faux semblant, sans arrières pensées de quelques sortes, c'était une relation simple et pure. Au moins elle ne se posait pas de question, et il la faisait sourire. Elle lui attrapa la main, le tirant doucement.


 
"Viens, arrête de te poser des questions, cesse de penser et profite ... Ne soit plus toi pendant rien que quelques heures !"


 
Elle s'éloigna du sentier rocailleux, ne voulant pas sentir les pierres crisser sous ses cuissardes qu'elle enleva une fois dans l'herbe, juste pour sentir la caresses humides des brins.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Mar 19 Mar 2013 - 23:58


Le courbette qu’elle lui adressa le surprit assez, à son époque c’était un signe de respect profond, mais venant d’elle … Il ne savait pas trop si elle était de train de le taquiner ou pas, mais au fond de lui il l’avait tout de même bien apprécié le geste. Le fait qu’elle rigole en même temps ne le dérangeait point du tout, il avait eut l’occasion de voire de son vivant que cela n’affectait en rien la marque de respect.

"Mes excuses Messire je ne voulais point vous forcer à quoi que ce soit ... M'accorderiez vous cette danse preux chevalier ?" elle lui tendait la main en souriant "Alexander, crois tu vraiment que la démone que je suis soit réputée pour sa délicatesse ? Qui plus est, je suis née à l'aube des temps alors crois tu que cette époque ait un quelconque rapport avec la mienne ? J'aurais tant aimé que tu vive à cette époque, c'était tellement bien, les choses étaient si simples et la vie si douce ..."

Son geste avait replonger le noble chevalier dans un tellement vieux souvenir qu’il faillit répondre à la demande de l’infirmière. Il revoyait un bal, peu de temps avant qu’il ne parte dans la chevalerie où celle qui avait été désigné comme sa femme lui avait fait exactement la même demande … Heureusement que Calliste avait poursuivit directement la conversation sinon il aurait continué à errer dans ses souvenirs.
Il est vrai qu’elle n’avait pas été douce non plus au cours de leur première rencontre, il aurait dut un peu s’en douter. Et l’aube des temps c’est vague, mais elle semblait avoir vécus encore plus avant le chevalier, ça vit combien de temps une démone ? Voila ce qui commençait à le préoccuper. Enfin sa vie était simple elle aussi à son époque, surtout dans le domaine qu’il avait choisit. Si tu étais fort et que tu te battais bien, alors tu étais respecté, pas de manipulation, pas de subterfuges, juste une simple reconnaissance des capacités.


- Il est vrai que j’ai vu ta douceur la dernière fois. Enfin rien qu’au cours de mon époque les choses étaient tellement simple …

Enfin oui c’était son point de vue. Mais si comme elle le sous entendais, la démone avait vécus bien plus longtemps que lui, elle le comprenait peut être … Même si tout cela restait encore qu’une supposition.

"Se changer les idées, c'est une sorte de fuite tu sais, c'est ce que je voulais dire, rien qu'un instant on cesse de penser à notre pauvre condition, on se sent mieux. Sorte d'illusion qui masque nos vrais sentiments, notre peine, notre désespoir, on fait tous cela, seulement il y en a qui choisissent de rester dans ces rêves, là est la vrai fuite"

Elle y tenait au terme de fuite … Et ce terme était simplement impensable aux yeux du chevalier, jamais il ne comptait fuir quelque chose, non rien, jamais il ne comptait reculer ! Et ce terme suffirait à l’empêcher de passer le seuil du portail si elle continuait. Enfin Alexander ouvrit soudainement les yeux lorsque Calliste lui saisit la main et commença à l’entraîner en lui disant de ne plus penser à tout ça, de profiter, et de ne plus être lui ? Impensable, mais voila qu’il se laissa malgré tout entraîner, il avait toujours ce mal de crâne qui le tiraillait comme pour le pousser à la suivre. Il profita du moment ou elle retira ses immenses bottes pour prendre la parole, il ne pouvait pas ne penser à rien et ne plus être lui-même.

- Bon disons que je vais prendre un peu de repos. Mais nous allons où de la sorte ? Je ne fuis pas mes responsabilités, je prends le temps de soigner mon mal de crâne d’accord ?

Il voulait vraiment se convaincre qu’il ne fuyait pas, actuellement c’était bien l’unique chose qui le tracassait. Il ne voulait surtout pas faillir à un des principes qu’il suivait, il ne serait plus digne de la croix qu’il porte.




♦ Rose ou chou ? : Patate ninja wesh' égyptienne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 1151

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
1015/1500  (1015/1500)
Votre domaine: Ondes de choc.
avatar
Renégat(e)
Renégat(e)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un jour je ne serais pas ridicule - Mar 11 Juin 2013 - 21:39
Clôture pour non-réponse.

C'est dommage qu'il s'arrête, pile quand ça commençait à être intéressant en plus ! En tout cas c'est un beau début !

Calliste : 230 xps
Alexander : 280 xps

Xps attribués : Oui


Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: Un jour je ne serais pas ridicule -
Un jour je ne serais pas ridicule
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment administratif :: Salles des professeurs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page