Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Cours de combat rapproché I (Libre)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6529

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Cours de combat rapproché I (Libre) - Mer 13 Mar 2013 - 19:00
Debout devant la fenêtre d'une salle de classe, Rain observait l'extérieur, emmitouflée dans une longue veste noire. Une semaine s'était écoulée depuis son arrivée dans ce que l'on pouvait qualifier d'au-delà. Ce n'était pas un au-delà accessible à tous, certes, et la jeune femme ne savait pas vraiment dire si c'était une chance ou non pour le moment. Pour l'heure il lui fallait remplir "sa part du contrat", à savoir l'art de manier les armes rapprochées à des jeunes apprentis-dieux comme elle. D'après ce qu'elle avait pu constater durant les derniers jours, certains élèves étaient même plus âgés qu'elle. Cela ne la dérangeait pas, ni ne la gênait, vraiment pas, par rapport à l'idée… de donner cours à plus d'une personne à la fois. La timidité n'était pas ce qui la qualifiait, cependant le fait de se retrouver à côtoyer plus d'une personne à la fois lui donnait la migraine. Elle espérait grandement que cela ne se métamorphose pas rapidement en babysitting.

La pièce derrière elle était pour l'instant vidée de ses meubles habituelles, à l'exception du bureau du professeur et du tableau noir. Un pantin de bois avait été installé au milieu, tout neuf, tout beau. Aucune chaise n'était là pour recueillir les fessiers de ses élèves car après tout ils n'étaient pas là pour gribouiller. Il y avait de la théorie bien entendu, d'ailleurs ils commenceraient par ça avant de commencer à faire des combats en binômes, mais pas de quoi en faire un syllabus de trente pages. De toute manière, donner cours dans une salle où les élèves restaient à gratter, assis à longueur de journée, et où l'on pourrait entendre une mouche péter, ce n'était pas le genre de vie qu'elle supporterait.

A côté du bureau était posé son sac, où se trouvaient quelques accessoires nécessaires pour son cours. Elle verrait bien selon comment cela évoluerait, elle ne l'avait pas vraiment préparé et n'avait pas non plus passé du temps à le répéter. Ayant passé sa vie à pourchasser des créatures plus dangereuses les unes contre les autres et à combattre les ennemis de ceux qui l'avaient créée, passer dans le domaine de l'enseignement avait quelque chose d'effrayant, mais elle avait suffisamment confiance en ses capacités pour préserver son assurance.

Lorsque le premier élève pointa le bout de son nez, Rain prit la peine de détacher son regard du paysage pour le diriger vers lui. Elle le salua d'un hochement de tête avant de s'avancer jusqu'à son bureau, sans émettre un mot de plus, attendant l'arrivée des autres pour le faire. Une fois la salle suffisamment peuplée, la jeune femme analysa un peu toutes les têtes qui lui faisaient face. Il y en avait bien une qu'elle connaissait, mais aucune réaction particulière n'apparut sur son visage.

Plaçant ses mains derrière son dos, elle prit donc la parole de son ton neutre habituel.

- Bonjour et bienvenue. Nous allons commencer par les présentations. Vous allez donc, tour à tour, m'énoncer : votre nom, prénom, âge, domaine divin et arme de prédilection. Si vous disposez d'une quelconque expérience en matière de combats au corps-à-corps, je vous invite à le préciser. Vous disposez de deux minutes chacun pour faire le tour de toutes ces informations. C'est parti.



Kit fait par mon Lié adoré ♥️

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Mer 13 Mar 2013 - 20:13
Les gouttes martelant contre les vitres de sa chambre réveillèrent Eleyon. Il s'étira, se dirigea vers la fenêtre et observa le temps. Il pleuvait aujourd'hui et pas qu'un peu, c'était de véritable trombe d'eau qui tombait, inondant le sol de l'académie. Pensif, l'apprenti-Dieu resta à regarder le ciel pleuré pendant une bonne vingtaine de minutes. La pluie lui rappelait tant de passages sinistres de sa vie comme sa mort ou son abandon. Il soupira et décolla son regard des multitudes de gouttelettes.

Le moral à zéro par le temps de chien qu'il faisait, il se dirigea vers sa douche pour se laver. Chose faîte, il quitta la chambre. Descendant les escaliers à pas lent, il réfléchit à une chose : devait-il prendre la peine d'aller chercher un petit-déjeuner ? En y réfléchissant, il lui semblait qu'il avait cours de combat rapproché à 10h. Eleyon sortit son téléphone de sa poche pour regarder l'heure. Il était 7h56, si il prenait son petit-déjeuner il serait en retard pour le cours de psychologie. Le choix fut vite fait, le petit-déjeuner passait avant un cours tristement ennuyant.

C'est au pas de course que le semi-loup alla à la cafétéria. Lorsqu'il rentra dans le bâtiment pour se mettre au sec, il était trempé de la tête aux pieds. Il s'ébroua devant la porte et entra. La salle était vide, mais complètement vide, il n'y avait pas un élève, pas un chat. Il laissa échappé un soupir de satisfaction, le calme était toujours le bienvenue avant une journée de cours. Il s'installa à une des tables, mais personne ne vint. Il attendit dix, quinze puis vingt minutes avant de comprendre que la cafétéria était fermé et donc que c'était pour cette raison qu'elle était vide. Il frappa du poing sur la table, passablement énervé par ce contre-temps. Il regarda de nouveau l'heure : 8h19. Il était officiellement en retard pour son cours de psychologie. Dans ce cas, autant le sécher car il valait mieux être absent qu'en retard.

Il se leva de sa chaise et quitta le réfectoire vide. Il pleuvait toujours, mais moins dru. Courant sous la pluie pour échapper au froid insidieux qui l'accompagnait, il décida de se rendre à la bibliothèque pour faire passer le temps qu'il lui restait. La bibliothèque était aussi peuplé que la cafétéria, mais il n'avait besoin de personne juste d'une table ou roupiller pendant une petite heure. Choisissant une table à l'écart camouflée par une étagère, il s'installa et piqua du nez quasiment aussitôt. Il lui fallait des forces, beaucoup de forces pour survivre au cours qui l'attendait.

Son portable sonna, réveillant de sursaut l'élève endormi qui bailla avant de stopper cette horrible sonnerie. Il regarda de nouveau l'heure, son portable affichait 9h45, il avait tout juste le temps d'arriver à l'heure à son cours. Il rangea le portable dans sa poche droite et courut en direction de sa salle de classe. S'il se rappelait bien il avait cours en 215, un sentiment d'appréhension tordit les entrailles d'Eleyon. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait mal le cours. Alors qu'il passait devant la salle numéro 216 son regard fut attiré par ce qu'il vit à travers le hublot de la porte : son professeur de psychologie. Il s'abaissa aussitôt et avança jusqu'à la salle comme un canard, espérant qu'il ne l'avait pas vu.

Soulagé de ne pas avoir été interpellé il entra dans la salle de classe où se trouvait le professeur qui leur ferait cours et seulement lui. Il était donc le premier à arriver ? La femme qui se tenait près du bureau quitta le spectacle qui s'offrait à elle par la fenêtre pour poser son regard sur le nouvel arrivant et lui hocha la tête pour lui dire bonjour. Il répondit lui aussi d'un simple hochement de tête et s'installa autour du mannequin de bois qui semblait être l'attraction principale de ce cours.

Peu après son arrivée un flot d'élève entra dans la pièce et s'installa à la manière d'Eleyon formant un demi-cercle dirigé vers le mannequin et le tableau. La professeur prit place de façon à ce que tout le monde la voie et l'entende.

Bonjour et bienvenue. Nous allons commencer par les présentations. Vous allez donc, tour à tour, m'énoncer : votre nom, prénom, âge, domaine divin et arme de prédilection. Si vous disposez d'une quelconque expérience en matière de combats au corps-à-corps, je vous invite à le préciser. Vous disposez de deux minutes chacun pour faire le tour de toutes ces informations. C'est parti.

Plusieurs élèves passèrent avant Eleyon, mais un seul retenu son attention. Un dénommé Mike qui aurait apparemment plusieurs années de Judo derrière lui. Les autres n'avaient aucune expérience. Lorsque ce fût son tour, Eleyon retira la main qui soutenait son menton et se redressa pour que tout le monde puisse l'entendre.
« Je m'appelle Fukitsu Eleyon, j'ai 18 ans et je ne préciserais pas mon domaine divin. Sinon mon arme de prédilection et comme vous aurez pu le constater, si vous avez pris la peine de vous observer entre vous en arrivant, le Katana. De mon vivant j'ai suivi pendant plusieurs mois des séances de ju-jitsu intensives. » dit-il à l'attention de tous.

Ayant fini sa présentation, Eleyon s'affaissa de nouveau sur lui-même. Pendant qu'il s'était présenté, il avait poser ses iris rubis sur chaque élève de la salle pour les analyser et les jauger à sa manière. Il se demanda si la prof ne ferait pas de simagrées pour le fait qu'il n'ait pas précisé son domaine divin. Cependant, elle devait savoir que cacher sa force et ses pouvoirs à son ennemi est l'un des meilleurs atouts pour survivre.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Jeu 14 Mar 2013 - 0:39
Je commençais à m'habituer aux cours d'ici, à Deus Academia. Chaque soir, je regardais près de la fenêtre de ma chambre, sous le ciel étoilé, cette fameuse fiche que Shindo, le Dieu qui m'avait "accueilli" m'avait donné. Cela disait que j'étais la Déesse de la nature. Vu comme ça, on aurait dit que j'étais Mère Nature elle-même. Cependant, je ne me sentais pas si importante que ça. Qu'est-ce la nature, en fin de compte? Tout ce que j'avais pu faire jusqu'à présent, c'était de provoquer des tremblements de terre et d'augmenter la fréquence du vent. Sauf que cela ne faisait pas beaucoup d'effet et c'était que lorsque je subissais une forte émotion comme la colère que je pouvais utiliser mes pouvoirs. Je ne pouvais pas les contrôler. C'était pour cela que je ne devais pas trop compter là-dessus pour me défendre. Et ce n'était pas mes connaissances humaines qui allait me sauver la vie face aux monstres. C'était sûr: pour pouvoir me défendre, il fallait déjà développer ce que je savais déjà, à savoir le combat rapproché. Lorsque je regardais mon emploi du temps pour le lendemain, je souriais. Oui, j'allais avoir ce cours là en particulier. J'avais déjà hâte d'y être! Je mis direct mon pyjama pour faire de jolie rêve, m'imaginant de ce qui m'attendrais le lendemain...

Mais hélas. Encore une fois, je me réveillai en retard. Mon réveil ne m'avait pas réveillé. Quel m*rde! Pourquoi cela n'arrivait qu'à moi? Vite, il fallait que je m'habillais! Je mis mes habits de sport: mini débardeur noir laissant visible mon ventre avec un jogging bleu foncé et des baskets blanches. Oh non! Je voyais par la fenêtre qu'il pleuvait! C'était une mauvaise journée qui s'annonçait ou quoi? J'étais maudite par le temps, c'était sûr! Je mis un sweet rouge à capuche, pris mon sac et un parapluie et courrais sous la pluie afin d'aller prendre mon petit déjeuner avant d'aller en cours. Je n'avais pas eu le temps de rester à la cafétéria! J'avais mangé une tartine au chocolat et bu rapidement du lait sans sucre, chaud. Je regardais ma montre et j'étais encore plus désespérée! Cette fois, je fonçais comme une fusée vers la salle de classe....Et j'étais la dernière à arriver. Le cours n'avait pas commencer, mais quand même! Quelques minutes de plus et là je serais dans la poisse! Enfin bon, j'étais à l'heure donc c'était l'essentiel! Je me mettais avec les autres, regardant attentivement la prof. Une jeune femme ayant l'air d'avoir une vingtaine d'année...Une cicatrice sur la joue droite. Que lui était-il arrivée? Était-ce à cause de sa mort ou on l'avait battu durant son vivant? Rien que d'y penser, j'en avais des frissons, étant moi-même une fille battue par son père adoptif...Non, n'y repense pas, n'y repense pas. Je regardais encore la prof. Elle ne montrais aucune émotion. Je n'arrivais pas à la cerner. C'était comme si....comme si elle n'était pas humaine, qu'elle n'avait pas de cœur...Pourtant, elle semblait jolie. Elle le serait encore plus si elle souriait....


- Bonjour et bienvenue. Nous allons commencer par les présentations. Vous allez donc, tour à tour, m'énoncer : votre nom, prénom, âge, domaine divin et arme de prédilection. Si vous disposez d'une quelconque expérience en matière de combats au corps-à-corps, je vous invite à le préciser. Vous disposez de deux minutes chacun pour faire le tour de toutes ces informations. C'est parti.

Même lorsqu'elle parlait, aucune émotion ne sortie de sa voix. C'était triste. Elle ne devait pas avoir eu un passé joyeux, comme tout le monde. On aurait dit un robot qui récitait exactement ce qu'on lui avait dit de dire dans la classe. Cela me faisait froid dans le dos, rien que d'y penser. En tout cas, elle semblait être une bonne prof. J'espérais qu'elle ne soit pas trop sévère. Un par un, chaque élève dans la salle se présenta. L'un d'eux attira mon attention. Oui...C'était Eleyon. Ce garçon était venu à mon secours lorsque j'étais enlevée par des gobelins, avec un autre garçon nommé Lucas. Je ne savais pas qu'il était aussi à ce cours. J'appris bien des choses lorsqu'il se présenta: il avait fait du ju-jitsu. Il était peut-être plus fort que moi. Enfin bon, pour ma part, j'étais plus agile et plus rapide à cause de mon corps qui était plus souple que celui d'un homme. Ce qui était étrange, c'était qu'il ne disait pas son domaine divinatoire. En avait-il honte? Lorsque mon tour arriva, je fis un pas en avant puis je me présentais avec un air enjoué et polie.

Bonjour! Je suis Kate Moreau, j'ai 17 ans. Mon domaine divin est la nature, mais je ne contrôle pas vraiment mon pouvoir. En fait, je peux faire des tremblements de terre et créer beaucoup de vent, mais seulement quand je suis en colère...Pour l'instant. Pour mon arme.....Je peux me battre à main nu, mais si je dois avoir une arme, je saurais m'y habituer, tant que ce n'est pas un arc. J'ai horreur de ça car on prend du temps à viser et à tirer et ce n'est pas pratique. Sinon....durant mon ancienne vie, j'avais pratiqué les art martiaux et je passais mon temps à me défendre contre les racailles de mon quartier. Et euuh...C'est tout, je crois. Ah si, j'ai hâte que ce cours commence!

Bon, il fallait bien que je fasse bonne impression. Je retournais dans mon rang, toujours avec le sourire au lèvre. J'attendais à ce que les autres élèves firent leurs propres présentation pour pouvoir commencer le cours!
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Jeu 14 Mar 2013 - 19:07
    La nuit passa vite, Lev rêvait encore et comme toujours : de nourriture. Cette fois il était dans un monde de chamallow et celui-ci ne leur courrait pas après, non pas cette fois. Cette fois c'est lui qui se sauvait d'eux afin de ne devenir leur repas. Ils faisaient vraiment peur avec leur dents pointus, Lev courrait, courrait et ... se retrouva dans l'estomac mou du bonbon géant. Lev poussa un énorme cri et se réveilla par terre, la tête sous le lit. Il ne fit pas attention et se cogna la tête à l'épaisse barre de fer, par la même occasion il se mordit la langue. Il soupira : sa journée commençait vraiment mal. Celui-ci partit se doucher, il glissa par terre à cause du savon qui traînait. Il n'avait vraiment pas de chance ! Et le démon ne savait pas encore ce qui l'attendait. Il s'habilla d'un simple pantalon noir avec des tennis oranges et un pull orange avec une capuche et une écriture noir dessus. Il sortit enfin de sa chambre, sans rien prendre sur lui, comme à son habitude.

    Le temps n'avait pas l'air d'avoir envie de lui faciliter la tâche ! Il mit la capuche et courut à la cafétéria qui était fermé. Le garçon resta là, un moment à contempler cette porte fermée. Il n'arrivait pas à croire qu'il pouvait arriver en retard pour manger, pour le déjeuner ! Alors le garçon retourna dans sa chambre et piqua dans la nourriture de sa colocataire, celle-ci lui avait dit qu'il pouvait se servir quand il voulait alors il ne s'en privait pas, il ne pouvait pas aller en cours le ventre vide. D'ailleurs il n'était même pas sûr d'aller à ce cours de combat rapproché. Ça ne le tentait pas, rien ne le forçait à y aller. Mais il devait bien suivre un peu les cours s'il veut rester dans cette académie, et puis le garçon aimait bien le combat. Au moins il ne restera pas assit à une chaise à gratter sur une feuille pendant plus d'une heure, du moins c'est ce qu'il se dit pour se motiver.

    Mais Lev ne fit pas attention. Le temps passa plus vite que ce qu'il pensait. Quand il regarda l'heure, le garçon resta bloqué devant cette horloge afin de s'assurer qu'elle était réellement à l'heure. Quand cette information entra enfin dans son cerveau, il se précipita en dehors de sa chambre en oubliant de fermer la porte derrière lui. Il courrait aussi vite qu'il pu, mais il on ne peut pas reculer le temps en courant, n'est-ce pas ? Alors le garçon était forcément en retard. Devant la porte fermée de son cours, il posa sa main sur la poignée de celle-ci, mais hésita à ouvrir la porte. Entrer ou partir ? Sécher le cours ou s'excuser pour son retard et se faire tout petit afin de ne pas avoir une grosse sanction ? Il soupira, hésitant encore. Alors le démon colla son oreille à la porte afin de savoir si le début était intéressant ou non.

    - Bonjour et bienvenue. Nous allons commencer par les présentations. Vous allez donc, tour à tour, m'énoncer : votre nom, prénom, âge, domaine divin et arme de prédilection. Si vous disposez d'une quelconque expérience en matière de combats au corps-à-corps, je vous invite à le préciser. Vous disposez de deux minutes chacun pour faire le tour de toutes ces informations. C'est parti.

    Le garçon connaissait cette voix. Sans vraiment réfléchir il ouvrit brusquement la porte, fixant la propriétaire de cette voix. C'était bien elle, Rain. Lev n'ignora pas les autres élèves longtemps, il scruta chaque visage, se demandant s'il en connaissait ou non.

    - Veuillez excuser mon retard sachant que je n'ai aucun motif valable justifiant ce fait.

    Lev se gratta derrière la tête, un peu gêné quand même. Rain a sans doute comprit que le démon l'avait reconnu, d'ailleurs celui-ci ferma la porte derrière lui et lui fit un mini-sourire. Puis il se tourna vers les élèves, cherchant une place. Il n'en restait qu'une : était trop près de la fenêtre pour le démon. Alors celui-ci s'approcha d'une connaissance, une bonne connaissance à lui : Kate. Le garçon lui sourit puis observa le garçon à côté de lui, perdant immédiatement son sourire. Il lui lança un regard pouvant glacer le sang de n'importe qui, de plus la lumière de la pièce illuminait les iris dorés du garçon. Le garçon comprit aussitôt et changea de place, laissant Lev se placer près de son amie. Suite à cela il retrouva son sourire. Avant de recevoir une punition, il décida de faire ce que Rain avait demandé à tout le monde : se présenter.

    - Je suis Lev Wezka et j'ai 18ans. Mon domaine divin est celui des démons. En arme j'ai mon bâton de combat qui peut devenir un nunchaku, de plus je le maîtrise bien et je sais me battre à main nu.

    Il reste debout sur place, enfin à sa place près de Kate, fixant Rain. Le garçon se demandait si elle allait l'ignorer en lui parlant comme s'il était un élève ou si elle allait discuter avec lui de son accueil ici. Pour dire franchement Lev avait bien envie de discuter, avec n'importe qui. La journée avait beau mal commencé, en une matinée il retrouvait Kate et Rain : cela lui remonta vite le moral. Mais il y avait aussi un garçon qui attirait son attention, comme Lev n'était pas présent lorsque celui-ci se présenta, il préférait garder un oeil sur lui. Lev trouvait ce garçon différent des autres, son aura était différent de celui des autres.


Dernière édition par Lev Wezka le Jeu 14 Mar 2013 - 21:24, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Jeu 14 Mar 2013 - 20:21
Nouvelle à l'académie, je n'avais pas encore eu le temps de prendre mes repères. Je ne m'inquiétais pas trop là-dessus, j'étais du genre à vite m'adapter. Je m'étais tout juste installée hier, j'avais passé une meilleure nuit que ce que je pensais. Je regardais l'heure qu'indiquait mon réveil, 7h30, j'étais réveillée un peu trop tôt mais ce n'était pas maintenant que j'allai me rendormir. Je m'étirais quelques instants puis, une fois levée je jetais un bref regard à travers la vitre. Dehors, le temps n'était pas à la fête, il pleuvait et pas qu'un peu en plus de ça...Je poussais un léger soupir, me dirigeant vers la douche histoire de bien me réveiller. Une fois que j'eus terminé, je m'habillais avec mes vêtements habituels. Il était à peine 8h00 et j'avais encore du temps à tuer. Je pris l'emploi du temps que j'avais rangé dans l'un des tiroirs, aujourd'hui c'était cours de combat rapproché. Intéressant, même si l'idée de me retrouver en présence de beaucoup d'autres personnes ne m'enchantaient guère. Je pris mon katana duquel je ne me séparais que rarement, j'étais maintenant fin prête. Les gargouillements de mon ventre me rappelèrent qu'il était temps de manger un morceau. J'avais quelques trucs avec moi dans la chambre, du jus d'orange, du lait, des gâteaux pour le petit déjeuner ainsi que des céréales, c'était parfait !

Je ne mis pas longtemps à finir et je regardai de nouveau l'heure qui n'avançait pas assez vite à mon goût. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire jusqu'à ce que le cours commence ? Finalement, il aurait peut-être été préférable que je me rendorme. Sur la table de nuit, il y avait le bouquin que j'avais entamé la veille, ça allait m'occuper pendant un bon moment. Sauf que l'heure tournait, j'étais tellement plongée dans le livre que je n'avais rien remarqué. Je m'en rendis compte en finissant un autre chapitre et lorsque je daignai regarder le réveil, il ne me restait que cinq minutes pour aller jusqu'à la salle de classe. Je me leva d'un geste vif , enfila ma cape et courut rapidement jusqu'à la destination voulue. J'avais bien fait de regarder le plan avant, ça m'a évité de tourner en rond. Pour un premier jour, je n'allais sans doute pas faire bonne impression, mais c'était le moindre de mes soucis. En arrivant devant la porte, je vis qu'il y avait un retardataire qui écoutait à celle-ci. Il se décida finalement à pénétrer dans la salle, j'entrais juste derrière lui.


"Veuillez m'excuser pour le retard." Dis-je simplement.

Je n'avais pas besoin de me justifier et je doute que cela intéresserait la prof. Je m'installais près de la fenêtre, et j'attendis patiemment que le gars finisse de se présenter. Maintenant, c'était à mon tour.

"Je m'appelle Tsubaki Lowell et j'ai 19 ans. Mon domaine divin, c'est la télékinésie. Pour ce qui est de mon arme de prédilection, j'utilise un katana. J'ai appris à me battre au corps-à-corps mais, je préfère quand même me servir de mon arme. "

Rapide, court et avec tout ce qu'a demandé la prof. J'observais du coin de l’œil mes camarades de classe, il devait y avoir quelques personnes intéressantes dans le lot...Maintenant, la seule chose qu'il restait à faire, c'était d'attendre que le cours commence.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6529

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Jeu 14 Mar 2013 - 23:44
A peine avait-elle lancé les premières instructions que quelqu'un fit irruption dans la pièce. Lev. Celui qui l'avait accueillie lors de son arrivée. Et il n'était visiblement pas le seul qui avait eu la bonne idée d'arriver en retard car une jeune fille lui emboîtait le pas.

- Veuillez excuser mon retard sachant que je n'ai aucun motif valable justifiant ce fait.

- Veuillez m'excuser pour le retard.

- Que cela ne devienne pas une habitude ou je me verrai dans l'obligation de vous sanctionner.

Elle n'esquissa aucun sourire en prononçant ses paroles, aussi sérieuse que d'habitude, même à Lev. Aucun favoritisme ne devait se faire sentir au sein du cours. Lors du déroulement de celui-ci, il était un élève comme les autres. En dehors, elle n'aurait rien contre une petite discussion, même si le désigner comme un "ami" lui paraissait bizarre. Jusqu'à présent, elle ne s'était attachée qu'à une seule personne et le poids des sentiments liés à cette relation lui semblait déjà immense.

Les présentations débutèrent donc, Rain notant mentalement chacune des informations fournies par ses élèves, qui se révélèrent moins chahuteurs que prévu. Peut-être que son apparence sévère ne donnait pas envie de le faire ou peut-être qu'ils étaient sages de nature. Dans les deux cas, tant mieux. Le dénommé Fukitsu Eleyon fut le seul à ne pas répondre à l'une de ses demandes. Prudent. Trop peut-être mais ça, elle ne pouvait pas vraiment le lui reprocher, n'étant pas vraiment mieux sur ce plan-là. Cependant, le nom du domaine divin lui était nécessaire pour savoir lesquels d'entre eux étaient autorisés à l'utiliser pendant son cours, et de toute manière, l'appellation était rarement suggestive. Celle de son domaine par exemple, ne ferait pas nécessairement penser à un quelconque pouvoir sur le sang.

Quelques autres réponses lui plurent davantage mais elle ne laissa toujours rien paraître, se contentant de hocher la tête de temps en temps histoire de marquer que tout était en ordre. Lorsque tout le monde eut son tour, elle reprit la parole, n'ayant pas bougé d'un pouce depuis le début du cours :

- Mon nom est Rain Sinclaire et je serai votre professeur de combat, type armes rapprochées, jusqu'à nouvel ordre. C'est tout ce qu'il y a à savoir sur moi pour le moment.

Ceci dit, elle déclara que ceux possédant un domaine divin lié aux armes blanches étaient autorisés à l'utiliser durant les exercices de son cours et ce, en appuyant un regard bref vers Eleyon. Comme ça, si son domaine divin n'avait aucun rapport avec les lames, il n'avait pas à se sentir concerné, dans le cas contraire, il savait qu'il devait prendre note de l'autorisation.

Une fois cela fait, la jeune femme quitta sa position immobile pour se saisir de son sac posé à côté de la table et le déposer au-dessus. Après quoi, elle s'y installa à son tour, croisa les jambes et observa ses élèves, l'air détaché.

- Notez en premier que, même s'il s'agira du sujet principal que l'on abordera au fil des cours, les armes rapprochées ne concernent pas uniquement les armes blanches. En effet, lorsque vous atteindrez un certain niveau, vous apprendrez à vous défendre avec tout, absolument tout ce qui pourrait vous tomber sous la main. Quelqu'un dressé pour tuer ne sera jamais désarmé, enregistrez bien cela et ne baissez jamais votre garde.

Sans détacher son regard de la foule, elle plongea sa main dans le sac pour en extirper... un magasine rose flashy. Bon... elle n'avait pas prévu que sa couverture soit aussi voyante, ce qui l'amena à plisser quelque peu les yeux à la découverte de celle-ci. A vrai dire elle l'avait un peu choisi au pif, vite fait, avant de venir dans son local.

- Qui d'entre vous est capable de me dire comment tuer une personne avec cet accessoire ?



Kit fait par mon Lié adoré ♥️

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Ven 15 Mar 2013 - 16:36
De multiples présentations suivirent la sienne, l'apprenti-Dieu laissa son regard se perdre par la fenêtre, observant les fines gouttelettes qui striaient les vitres. Même s'il ne regardait pas et ne semblait pas écouter les autres élèves, il leur prêtait quand même une petite part de son attention. Glâner des informations étaient toujours utiles et certaines présentations étaient fort marrante par le nombre d'incohérence qu'elles dissimulaient. Parmi celle qui ont retenu son attention il y avait celle de Kate, une fille qu'il avait sauvé des gobelins. Les deux autres personnes qui le marquèrent furent une certaine Tsubaki et un certain Lev dont le nom complet lui échappait. Il bailla à sans décrocher la mâchoire durant la présentation d'une énième personne *Encore une de ces présentations fastidieuses ..* Son regard se porta sur les deux élèves arrivés en retard, c'était d'ailleurs peut-être une des raisons pour laquelle ils avaient attirés son attention à un degré plus fort que la majorité des personnes de la salle. Tirant Eleyon de sa rêverie, la professeur se présenta :

"- Mon nom est Rain Sinclaire et je serai votre professeur de combat, type armes rapprochées, jusqu'à nouvel ordre. C'est tout ce qu'il y a à savoir sur moi pour le moment."

Une présentation courte et condensée, voilà ce qu'aurait dû faire le reste de la salle et plus particulièrement Eleyon qui avait fait une présentation un peu plus longue que la moyenne. Après s'être présenté elle indiqua à titre informatif que tous les domaines divins liés aux armes blanches étaient autorisés. Apparemment cette information lui était destinée vu la façon dont son regard était braqué sur lui dès qu'elle commença à parler. Ça ne l'avançait pas plus de savoir qu'un certain type de domaine divin était toléré, car il ne savait pas vraiment où classer le sien. Il s'activait en dégaînant son katana, mais n'est pas lié à son arme elle-même de toute évidence. Durant sa réflexion, la professeur quitta sa position statique et s'installa en tailleur sur le bureau, dominant de cette façon les élèves leur rappelant d'une certaine manière où était leur place.


"- Notez en premier que, même s'il s'agira du sujet principal que l'on abordera au fil des cours, les armes rapprochées ne concernent pas uniquement les armes blanches. En effet, lorsque vous atteindrez un certain niveau, vous apprendrez à vous défendre avec tout, absolument tout ce qui pourrait vous tomber sous la main. Quelqu'un dressé pour tuer ne sera jamais désarmé, enregistrez bien cela et ne baissez jamais votre garde."

Ses paroles firent sourire Eleyon qui se demanda comment il pourrait se défendre avec une agrafe ou une touche de clavier provenant de son téléphone portable. De toute évidence, il n'était pas le seul à trouver ceci hilarant, car de nombreuses personnes autour de lui chuchotèrent à leur voisin. L'apprenti-Dieu n'en comprit pas le sens exact, mais il parlait de se défendre avec des objets insolites et même très insolites pour la plupart. L'enseignante farfouilla dans son sac pour en sortir un magazine rose très ... ringard. Le levant bien haut pour que tout le monde puisse le voir, elle demanda :

"- Qui d'entre vous est capable de me dire comment tuer une personne avec cet accessoire ?"

Une proposition fusa du fond de la salle :

"Il suffit de le faire lire à la personne concernée ou de lui faire voir, le rose pétant l'aveuglera peut-être."

La remarque arracha un sourire suivit d'un petit rire à Eleyon. Il était vrai que se défendre avec un magazine était une chose assez difficile. Les rires calmés Eleyon se jeta à l'eau :


"L'étouffer en le plaquant contre le visage de son agresseur ou de sa victime."

Une remarque, certes plus intelligente, mais pas plus réalisable. En effet, il se voyait mal attraper un magazine pour le plaquer sur le visage de sa victime pour l'empêcher de respirer, mais il n'avait aucune autre idée pour le moment. Peut-être que les autres trouveraient une meilleur utilisation de ce magazine. C'est avec cette pensée en tête qu'Eleyon traversa de nouveau la pièce du regard, attendant une proposition plus intelligente et plus réaliste ou envisageable que la sienne.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Ven 15 Mar 2013 - 17:40
Je ne pouvais m'empêcher d'être contente d'être là. C'était pour ce genre de chose que je venais dans les cours. Revoir les gens qu'on connait déjà, en rencontrer d'autre. Je continuais de sourire. Il y avait Eleyon qui m'avait sauvé des gobelins avec un autre, Lev qui venait d'arriver en retard que j'avais rencontré dans un manoir....Je m'entendais très bien avec lui. On était devenu ami. Il se mit à côté de moi et je lui souriais en penchant légèrement ma tête sur le côté pour lui montrer ma joie de le revoir. Cela allait être un bon cours. Ensuite, une autre personne était venue en retard aussi. Une jolie fille était entrée dans la salle, juste après Lev. Elle semblait calme et mature. A croire qu'il y en avait beaucoup dans cette académie. Elle se présenta sous le nom de Tsubaki. Elle me faisait penser à la prof un peu. Lorsque tout le monde fit leurs présentations, la prof fit de même.

- Mon nom est Rain Sinclaire et je serai votre professeur de combat, type armes rapprochées, jusqu'à nouvel ordre. C'est tout ce qu'il y a à savoir sur moi pour le moment.

Elle était vraiment du genre franc et n'allait pas par quatre chemin. Je ne pouvais pas la cerner....Elle cachait ses émotions. Normalement, c'était pour ne pas se laisser paraître faible. Ou parce qu'on avait vécu une expérience traumatisante. Je me sentais triste pour elle. Elle avait déclaré que les domaines divinatoires pouvaient être comptés comme arme blanche. Enfin, cela dépendait. Moi, personnellement, cela ne me ciblait pas. Je me contentais de regarder la prof qui fouillait son sac.

- Notez en premier que, même s'il s'agira du sujet principal que l'on abordera au fil des cours, les armes rapprochées ne concernent pas uniquement les armes blanches. En effet, lorsque vous atteindrez un certain niveau, vous apprendrez à vous défendre avec tout, absolument tout ce qui pourrait vous tomber sous la main. Quelqu'dressé pour tuer ne sera jamais désarmé, enregistrez bien cela et ne baissez jamais votre garde.

Elle expliquait bien et sa leçon était bien clair. Je n'avais pas besoin de noter ceci pour le retenir. Seulement, quelque chose me déranger dans sa phrase. Quelqu'un qui était dresser pour tuer? Comme si on allait affronter une personne pareille. Enfin, des monstres, d'accord, mais une personne....Cela me semblait trop exagéré pour moi. Mme Sinclaire sorti de son sac un magazine rose....Allez savoir où elle était trouvée ça, mais ce n'était pas le plus important. Par contre, sa question me faisait réagir.....


- Qui d'entre vous est capable de me dire comment tuer une personne avec cet accessoire ?

Une minute, elle avait bien dit "tuer"? Voulait-elle qu'on soit dans la tête d'un assassin? On était dans un cours de combat rapproché, pas de meurtre! Je ne pouvais m'empêcher d'être choquer par le mot "tuer". Surtout qu'elle l'employait comme si c'était normale. Encore, un mec dans la classe avait osé faire une blague idiote sur ça. Presque tout le monde riait, sauf moi. Même Eleyon en rigolait. Je serrais les poings en essayant de me calmer, sauf que je n'y arrivais pas. Eleyon avait proposé ceci:

"L'étouffer en le plaquant contre le visage de son agresseur ou de sa victime."

Tout le monde ne trouvait pas cela étrange qu'elle nous demandait de tuer? Non, mais, en plus, ils répondaient tous et en rigolaient! Cela m'énervait. Je m'avançais pour quitter les rangs, laissant Lev derrière. Je n'écoutais pas ce qu'il me disait s'il était en train de me parler. Je ne pouvais pas rester là à rien faire. Il fallait que cela sorte. Je ne pouvais pas garder tout pour moi. Cela me serait insupportable. Regardant la prof avec un regard énervé, tout en essayant de garder mon calme, je lui répondis:

Désolé, je n'ai pas de réponse pour cette question. Il y a une raison bien précise à ça: je ne suis pas venue ici pour qu'on m'apprenne à tuer. Seulement à me défendre. Je peux peut-être me défendre avec ce magazine, mais pas à tuer. Un magazine pareil peut être servi pour faire diversion. L'adversaire sera surpris de cette chose ridicule, même pour une simple seconde et c'est suffisant pour frapper là où ça fait mal.

Je la regardais toujours, essayant de la cerner. Il y avait peu de chance que mes paroles l'atteignaient vu comment elle semblait l'être. j'entendais les chuchoteries de mes camarades disant que j'étais folle, stupide, faible....Je ne les écoutais pas, ils ne valaient pas la peine. Et je ne comptais pas en rester là. Les bras croisés, j'enchainais mes mots:

On peut peut-être mourir durant un combat rapproché, mais cela ne veut pas dire qu'on est obligé de tuer pour survivre. Vous pouvez m'apprendre tout ce que vous savez sur le combat rapproché....Mais jamais vous m'apprendrez à tuer qui que ce soit. Je ne suis pas une tueuse.

Je ne cherchais pas à lui tourner le dos. Je restais concentrer sur ce qu'elle pouvait me faire. Peut-être qu'elle allait m'attaquer pour montrer l'exemple qui ne fallait jamais baisser sa garde, à n'importe quel moment. Surtout, il fallait avoir un contact visuel sur son adversaire, ne jamais le quitter des yeux, ne pas s'incliner ou lui tourner le dos. Attendre qu'il vous attaquait pour riposter. C'était ce qu'on m'avait apprit. J'avais toujours les poings serrés, attendant ce qui allait se passer ensuite.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Ven 15 Mar 2013 - 19:48
    - Que cela ne devienne pas une habitude ou je me verrai dans l'obligation de vous sanctionner.

    Au moins Lev n'était pas le seul en retard : une autre fille l'avait suivit. Suite à cela Lev ne dit rien, il soupira : elle était toujours aussi distante avec lui, voir tous les élèves maintenant. Le garçon avait bien envie d'en apprendre sur son passé, mais ce n'était pas le lieu ni le moment d'ailleurs. Puis elle se présenta, le garçon n'écoutait pas vraiment. Il était plus occupé à sourire à Kate qu'à écouter sa professeur, après tout il la connaissait un peu. Le fait que cette femme qu'il avait accueillit soit sa professeur étonna le garçon, mais il ne le montra pas. À quoi bon montrer son étonnement ? Cela servirait juste à attirer l'attention des autres élèves sur lui et il n'en avait pas envie, pas ce matin. Quand Lev tourna la tête pour observer Rain, il vit qu'elle était assise sur le bureau avec le sac près d'elle, c'est comme si elle était supérieur à eux. Hiérarchiquement c'était vrai, en dehors de ça elle était comme eux : un apprenti dieu.

    - Notez en premier que, même s'il s'agira du sujet principal que l'on abordera au fil des cours, les armes rapprochées ne concernent pas uniquement les armes blanches. En effet, lorsque vous atteindrez un certain niveau, vous apprendrez à vous défendre avec tout, absolument tout ce qui pourrait vous tomber sous la main. Quelqu'un dressé pour tuer ne sera jamais désarmé, enregistrez bien cela et ne baissez jamais votre garde.

    Lev fit comme elle dit : il enregistrait bien ce qu'elle venait de dire. Suite à cela elle parla des domaines divins concernant son cours, surtout qu'elle visait Eleyon, avait-elle quelque chose contre lui ? Le démon sentait que sa voisine était de plus en plus tendue, il l'observa inquiet un court instant puis porte à nouveau sur sa professeur qui sortit un magazine rose fluo. Lev trouvait ça stupide, à quoi allait servir ce magazine ? Il soupira, en croisant les bras. Il se demandait vraiment ce qu'elle avait dans la tête, d'ailleurs il n'arrivait pas encore à la comprendre, mais espérait un jour pouvoir le faire.

    - Qui d'entre vous est capable de me dire comment tuer une personne avec cet accessoire ?

    Beaucoup d'élèves de la classe riraient suite à cette question, allant même jusqu'à lancer une blague de mauvais goût. Cette question énerva encore plus sa voisine qui serrait les poings. Eleyon donna une réponse qui n'était pas une si mauvaise idée, en tout cas elle était bien plus pertinente que les autres blagues enfantines qui fusaient dans la classe. À ce moment-là Kate fit quelque chose qui étonna le démon : elle tenait tête à sa professeur.

    Désolé, je n'ai pas de réponse pour cette question. Il y a une raison bien précise à ça: je ne suis pas venue ici pour qu'on m'apprenne à tuer. Seulement à me défendre. Je peux peut-être me défendre avec ce magazine, mais pas à tuer. Un magazine pareil peut être servi pour faire diversion. L'adversaire sera surpris de cette chose ridicule, même pour une simple seconde et c'est suffisant pour frapper là où ça fait mal.

    Et elle continua à parler, justifiant son choix. Ce qui énervait le garçon était les insultes qui fusaient derrière la jeune fille, qui étaient-ils pour la juger ? Quand Lev leur lança un regard noir le silence s'installa dans la classe. Bizarrement un rictus apparu sur le visage de Lev. Vous savez ce sourire à moitié sadique avec une arrière pensée assez mauvaise ? Et bien le démon avait ce sourire sans aucune arrière pensée. Il secoua la tête et le perdit : il ne fallait pas qu'il affiche un sourire aussi dégueulasse. Sur le coup il ne savait pas quoi faire, il ne pouvait quand même pas rester là en croisant les bras, si ? Alors, sans vraiment réfléchir, le démon s'avança à son tour et l'attrapa par le bras pour la tirer près de lui afin de retourner à leur place, sans dire un mot. Le garçon n'avait pas vraiment à se justifier et lui-même ne savait pas vraiment pourquoi il avait cela. Une fois à leur place, il la lâcha enfin, approchant son visage de celui de la jeune fille afin de lui chuchoter quelque chose à l'oreille discrètement.

    - Pas besoin de faire tout un speech Kate, c'est juste en cas d'urgence puis on est là pour apprendre à combattre et non tuer alors calme toi. lui susurra-t-il.

    Puis il s'écarta légèrement, en croisant à nouveau les bras.

    - Faites lui manger, il s'étouffera avec.

    Ce n'était pas une blague de mauvais goût : c'était une solution, du moins pour le démon.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Sam 16 Mar 2013 - 12:00
"Que cela ne devienne pas une habitude ou je me verrai dans l'obligation de vous sanctionner."

Prévisible, des retards trop fréquents étaient forcément sanctionnés. Étais-ce vraiment nécessaire d'user de ce genre de méthode ? Ça pouvait dissuader certaines personnes, mais ça n'empêcherait pas tout...De plus, nous étions tous déjà mort; beaucoup ne s'inquièteraient pas de ces futilités. La prof demeurait impassible et nous parla vaguement d'elle. Elle restait très mystérieuse, ne disait rien de plus que le strict nécessaire. Bon, rien de bien utile comme information, enfin elle n'allait pas dévoiler si facilement à ses élèves ce qu'était son domaine divin...Seuls ceux liés aux armes blanches étaient autorisés. Au moins, c'était clair pour tout le monde et le ton qu'elle avait employé montrait bien qu'il ne fallait pas transgresser cette règle. Ce qu'elle dit par la suite commençait à être un peu plus intéressant, tout du moins assez pour attirer un peu mon attention.

"Notez en premier que, même s'il s'agira du sujet principal que l'on abordera au fil des cours, les armes rapprochées ne concernent pas uniquement les armes blanches. En effet, lorsque vous atteindrez un certain niveau, vous apprendrez à vous défendre avec tout, absolument tout ce qui pourrait vous tomber sous la main. Quelqu'un dressé pour tuer ne sera jamais désarmé, enregistrez bien cela et ne baissez jamais votre garde."

Pouvoir se défendre avec n'importe quoi ? En y pensant, c'était plutôt amusant surtout lorsque l'on s'imaginait un objet comme une cuillère ou même un mouchoir. La prof devait être plutôt expérimentée, je me demandais bien ce qu'elle avait vécu par le passé même si je ne le saurais peut-être jamais ça restait intrigant. Quelqu'un dressé pour tuer ? Aurions-nous vraiment besoin d'abattre un être humain, d'autant qu'ici d'après ce que j'avais entendu ça pullulait de monstres. Enfin, en situation d'urgence il fallait être prêt à tout que ce soit tuer une bête ou un homme. Il n'y a aucune place pour l'hésitation dans ce genre de circonstance autrement on peut se considérer comme déjà mort... Peu après, madame Sinclaire se saisit de son sac pour en sortir un magazine rose pétant, la vue de ce magazine donnerait presque la nausée tellement il était laid. Elle allait sans doute nous demander ce que l'on ferait avec une telle chose.

"Qui d'entre vous est capable de me dire comment tuer une personne avec cet accessoire ?"

Mon intuition s'était avérée juste, mais je n'imaginais pas qu'elle irait jusqu'à nous questionner sur la manière d'assassiner quelqu'un. Certains élèves paraissaient surpris, d'autres ricanaient ou encore donnaient une réponse ridicule. En même temps, chacun donnait ce qui lui passait par la tête, ce n'était pas évident de répondre à cela tout en gardant un certain réalisme quant à l'utilisation de l'objet. J'écoutais assez attentivement les solutions données par les autres élèves, l'étouffer en le plaquant contre le visage de son agresseur n'était pas une mauvaise idée en soi mais ça paraissait dur à exécuter. Kate il me semble, était en désaccord avec la prof, le concept de tuer ne lui plaisait pas énormément même s'il s'agissait de sa propre survie. Elle avait le poing serré, preuve de son énervement face à cela. Des ricanements avaient fusé dans la salle de classe, mais s'étaient rapidement calmés face au regard noir de Lev. La réponse de celui-ci était de faire bouffer le magazine jusqu'à ce que l'agresseur finisse par s'étouffer avec...Étais-ce possible ? Surtout dans l'optique où l'assaillant était entraîné. Mon tour vint, je dis la première chose qui me passa par la tête.

"J'enroulerai le magazine et j'essaierai de l'étrangler avec." Dis-je d'un air indifférent.

Je remarquais que quelques élèves me regardaient bizarrement, je les ignorais. Pour moi, c'était une solution comme une autre. Dès que l'on disait quelque chose qui ne plaisait pas ou qui sortait un peu de l'ordinaire on était étrange...J'avais juste répondu à la question de la prof comme n'importe qui ici. D'ailleurs, je me demandais bien ce qu'elle ferait de ce magazine pour tuer une personne...Je suppose que la plupart attendaient avec impatience ne serait-ce que pour satisfaire leur curiosité.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6529

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Sam 16 Mar 2013 - 13:33
Les débuts de gamineries pointaient de bout de leur nez lorsque Rain sentit que les rires et les remarques débiles se multipliaient dans la troupe. L'enseignante n'émit aucun sourire, même si, elle devait l'avouer, elle aurait pu choisir un magazine moins risible. Mais elle demeura imperturbable, écoutant les propositions que lâchaient les rares élèves qui restaient un minimum sérieux, suffisamment en tout cas pour tenter une réponse à sa question. Celles-ci étaient certes farfelues mais étaient intéressantes dans le sens où elles lui permettaient de cerner à peu près chacun selon comment ils interprétaient sa question.

D'ailleurs l'une des réactions sortit vite du lot. Kate Moreau s'avança vers elle, les poings serrés et visiblement énervée, pour annoncer de but en blanc :

- Désolé, je n'ai pas de réponse pour cette question. Il y a une raison bien précise à ça: je ne suis pas venue ici pour qu'on m'apprenne à tuer. Seulement à me défendre. Je peux peut-être me défendre avec ce magazine, mais pas à tuer. Un magazine pareil peut être servi pour faire diversion. L'adversaire sera surpris de cette chose ridicule, même pour une simple seconde et c'est suffisant pour frapper là où ça fait mal.

Silencieuse, Rain observant la dénommée Kate parler sans sourciller. De toute la troupe, c'était la seule qui semblait de cet avis, la seule qui refusait d'exécuter l'exercice donné. Une force de caractère non-négligeable et du courage. Cela lui plaisait mais l'enseignante n'en dit rien, se contentant de laisser la mécontente continuer sur sa lancée.

- On peut peut-être mourir durant un combat rapproché, mais cela ne veut pas dire qu'on est obligé de tuer pour survivre. Vous pouvez m'apprendre tout ce que vous savez sur le combat rapproché....Mais jamais vous m'apprendrez à tuer qui que ce soit. Je ne suis pas une tueuse.

En effet, elle n'était pas une tueuse. Comme la majorité de ceux qui étaient présents ici dans sa classe, sans doute. Ou au moins avoir un minimum de remords, sans quoi ils seraient plutôt chez les repentis. Rain pour sa part avait atterri chez les professeurs. Un coup de chance ou Deus avait vu autre chose qu'une machine à tuer au plus profond de son âme ? Cette dernière possibilité lui paraissait risible, en même temps, c'était vraiment gênant de savoir que quelqu'un existant en ce monde connaisse les moindres recoins de son esprit. Cela l'était davantage si elle tenait compte du fait qu'elle-même ne les connaissait pas.

Lev intervint alors pour tenter de calmer Kate avant de proposer lui aussi une réponse à sa question. Décidément, ils avaient tous quelque chose avec la mort par étouffement. La dernière qui tenta une réponse fut Tsubaki Lowell, aussi impassible qu'elle.

- J'enroulerai le magazine et j'essaierai de l'étrangler avec.

C'était une réponse comme les autres, révélatrice de la personnalité de celle qui l'avait donnée. Tsubaki l'avait tournée à la première personne alors que sa question n'avait nullement émis que c'était le cas.

- Qui vous parle de le faire vous-même ? La question du début était "comment tuer une personne", et non "comment tuerez-vous quelqu'un avec cet accessoire".

A cette question, Rain n'attendait pas vraiment de réponse. C'était plus une remarque qu'autre chose, et pas seulement destinée à Tsubaki. Son regard neutre balaya ensuite le reste de la classe tandis qu'elle reprenait la parole.

- Si le contenu de mon cours vous gêne, je ne vous empêche en aucun cas de le quitter. Cependant je dois vous avertir, une fois le seuil franchi, n'espérez plus faire demi-tour. C'est valable pour chacun de vous ici présents. Mes méthodes d'enseignement ne peuvent plaire à tout le monde, j'en ai bien conscience, mais je ne les modifierai en aucun cas.

L'intervention de Kate l'avait amenée à éclaircir ce côté, même si elle ne la visait pas du regard spécialement. Comme ses mots le signifiaient eux-mêmes, c'était à tout le monde qu'elle parlait, car elle espérait évidemment qu'il y avait plus de gens choqués par sa question, qui l'avait été volontairement.

- Je puis cependant vous rassurer sur un point : je ne suis pas là pour vous apprendre à tuer, mais bien pour vous défendre de ce qui pourrait vous tuer. Cette question d'introduction était destinée à un test, et elle m'a permise de mieux vous connaître. Je ne vous demande pas, et je ne vous demanderai jamais, d'appliquer les manières de tuer citées à ce cours, tout au plus, il s'agira de simulations. Le but de ce cours est bien de vous apprendre à parer ces attaques fatales. C'est un cours de mise en garde. Celle des points faibles qu'expose votre corps. Du jour au lendemain, tout peut arriver. Alors autant se préparer à toutes sortes de situations, parce qu'il vaut mieux prévenir, que guérir.

Du moins c'était ce qu'en pensait Rain. Ils ne vivaient pas dans le monde des Bisounours, si Deus leur avait privé de toutes pensées négatives, alors peut-être qu'elle aurait baissé sa méfiance. Mais non, ils étaient ici comme chez les humains, ils étaient autorisés à pécher. Et à partir de là, ils pouvaient s'attendre à voir des rebelles extrémistes dans le tas. L'Histoire n'était qu'un éternel recommencement, et pourtant on avait encore du mal à retenir la leçon.

Ceci dit, la jeune femme reprit son cours là où elle l'avait arrêté pour la (grosse) parenthèse. Pour ce faire, elle descendit de son perchoir pour s'avancer parmi les élèves, le magazine en main.

- En combat réel, on visera surtout la rapidité et la précision. La strangulation ou toute autre tentative d'asphyxier son adversaire entraîne inévitablement une riposte chez la victime, instinct de survie oblige.

Elle entreprit ensuite d'enrouler la revue, mais de manière serrée, au maximum. Ce n'était, contrairement à ce que cela laissait paraitre, une action facile à exécuter, surtout de manière rapide, il fallait de l'entraînement. Il n'y avait aucune fierté à savoir faire cela car elle, elle était bien une tueuse, elle était née pour cela et ce n'était pas une chose qui l'enchantait. Mais au moins, ses connaissances aideront certains à se défendre.

- Si l'on sert suffisamment fort, on obtient une matraque. Voici deux points que viserait quelqu'un qui veut votre mort.

Elle plaqua l'extrémité de la matraque improvisée sous le nez du mannequin de bois, puis la claqua d'un coup circulaire sur la nuque de celui-ci. La première zone, frappée avec une force accompagnée d'une vitesse conséquente, était susceptible de briser l'os du nez et l'acculer jusqu'au cerveau. Quant à la deuxième, c'était un classique connu de tous.

- Ce dont est capable un magazine, une paume ou le tranchant d'une main peut l'être aussi, naturellement.

Dégainant un marqueur, la jeune femme se tourna vers ses élèves pour énoncer le prochain exercice.

- Je veux que vous marquiez, chacun à votre tour, deux points sensibles du corps humain, sur ce mannequin. Par points sensibles je n'entends pas nécessairement points vitaux, mais un susceptible de faire mal.



Kit fait par mon Lié adoré ♥️

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Sam 16 Mar 2013 - 15:52
Les élèves de la classe étaient définitivement immatures pour la plupart, la seule chose qu'ils avaient faîtes jusqu'alors étaient de lancer des âneries à tort et à travers. Aucune réponse intelligible et censée était sorti du flot continuelle d'imbécilité qui sortait de la bouche de ce ramassis de gâmins prépubères. Non, même des gâmins prépubères auraient eu la présence d'esprit de proposer quelques réponses intelligentes. En parlant de réponses intelligentes, Eleyon attendait toujours qu'une autre personne propose une autre utilisation à ce magazine démodée. Une lueur d'espoir brilla dans les yeux d'Eleyon lorsque Kate s'avança légèrement. Puis elle se dirigea jusqu'au centre de la pièce, près du mannequin où elle se campa suivie du regard par notre apprenti-Dieu et le reste de la classe. La lueur fugace disparut lorsqu'elle commença à parler d'un air décidé.

"- Désolé, je n'ai pas de réponse pour cette question. Il y a une raison bien précise à ça: je ne suis pas venue ici pour qu'on m'apprenne à tuer. Seulement à me défendre. Je peux peut-être me défendre avec ce magazine, mais pas à tuer. Un magazine pareil peut être servi pour faire diversion. L'adversaire sera surpris de cette chose ridicule, même pour une simple seconde et c'est suffisant pour frapper là où ça fait mal."

Pas tuer ? Là où ça fait mal ? Il était évident que l'intention première du cours n'était pas de les transformer en machine à tuer, enfin c'était ce que pensait Eleyon. Après tout, ils étaient tous des apprentis-Dieu, fervant adorateurs de Deus à un degré certe différent, mais ils étaient tous tournés vers la même divinité. La jeune femme étaya sa déclaration de quelques exemples qui parurent si faible à Eleyon qu'il laissa échapper un soupir d'ennui. Un autre élève se leva et s'empressa de substituer Kate à l'éventuelle colère de l'enseignante. Vu comment il lui susurrer des mots d'apaisement ils devaient se connaître. Ce n'était pas très important, beaucoup de personne se connaîssait dans l'académie.


"- Faites lui manger, il s'étouffera avec."

"J'enroulerai le magazine et j'essaierai de l'étrangler avec."

Deux propositions qui se dégageait des autres, Eleyon dirigea le regard vers les auteurs des suggestions. Lev et Tsubaki, les deux retardataires, se révêlaient en fin de compte beaucoup moins niais que la majorité des élèves présents. Il faut dire que s'ils étaient aussi banal que le reste ils n'auraient pas 'tapé dans l'oeil' d'Eleyon, car il ne voit pas d'intérêt à prêter attention à des gens sans importance. C'était peut-être le temps qui le rendait de cette humeur et affectait ainsi ses jugements et son comportement. La pluie n'avait jamais été annonciatrice de choses agréables pour Eleyon, c'était plutôt tout le contraire il était donc normal qu'un léger changement de personnalité se ressente lorsqu'il pleut.

Et voilà maintenant que la professeur se lançait dans un monologue sans fin. Eleyon bailla devant la sempiternelle menace des professeurs qui dit que franchir la porte de la salle est un point de non-retour. Il l'avait tellement de fois entendu de son vivant qu'il pourrait la connaîssait par coeur. Ses yeux fatiguaient, il n'avait pas eu le loisir de prendre un bon petit déjeuner et maintenant il se sentait petit à petit s'endormir. Ses yeux se fermaient doucement jusqu'à ce qu'ils soient complètement clos et que les paroles qui parvenaient à ses oreilles ne soient plus qu'un vague murmure. Un claquement sec ressenti faisant sursauter Eleyon, il tourna la tête rapidement de droite à gauche cherchant à déceler d'où pouvait bien venir le bruit. Son regard s'arrêta sur les mains de Rain qui tenaient le magazine à présent enroulé très fortement sur lui-même. Il se frotta les yeux pour se forcer à rester éveillé et à ne pas replonger dans un monde bercé d'illusions éphémères.

"- Ce dont est capable un magazine, une paume ou le tranchant d'une main peut l'être aussi, naturellement."

"- Je veux que vous marquiez, chacun à votre tour, deux points sensibles du corps humain, sur ce mannequin. Par points sensibles je n'entends pas nécessairement points vitaux, mais un susceptible de faire mal."

Un silence pesant tomba sur les élèves, personne ne voulait se lever et aller marquer le mannequin de deux jolies croix. C'était à croire qu'ils ne connaissaient que l'arête nasale et la nuque comme points sensibles. Eleyon en connaissait plein d'autre, mais c'était surtout des point de K.O pas des points visés pour faire mal à l'adversaire. Il attendit donc sagement que quelqu'un prenne son courage à deux mains pour aller marquer le pantin de bois. Cinq minutes, il fallut cinq minutes pour qu'un élève se décide à s'avancer et à prendre le feutre des mains de Rain. Il se dirigea à pas lent vers le mannequin et le marqua à deux endroits : l'aine et les lèvres. Pour le deuxième il n'avait pas tord, un coup à cet endroit pouvait facilement briser les dents de son adversaire. par contre Eleyon n'était pas d'accord avec le premier point qui avait relancé une vague de rire. Si c'était un Homme, oui il aurait mal, mais si c'était une femme ? L'élève retourna rapidement au fond de la salle quelque peu penaud. Fidèle à sa parole, Eleyon se dirigea à son tour vers le mannequin. Il l'examina quelques instants et dessina une croix sur le côté droit du mannequin et une autre sur le bout du menton. Ceci fait il retourna à sa place, c'est-à-dire adossé contre le mur, attendant que d'autres proposent un autre emplacement. Enfin, il attendait plus particulièrement Lev, Tsubaki ou encore Kate si elle se décidait à suivre le cours.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Sam 16 Mar 2013 - 23:10
La prof ne montrait aucune émotion sur mon intervention. Comme si elle s'en fichait en fait. Cela m'irritait encore plus. J'étais sur le point de la frapper, histoire de la faire réagir, mais une force venant de derrière m'en empêcha. C'était Lev. Apparemment, il avait calmé les autres abrutis qui se moquaient de moi. Je ne savais pas comment, mais j'avais le pressentiment qu'il y était pour quelque chose. Il me traina vers les rangs, essayant de me calmer. Cela me rassurait un peu de voir qu'il y avait une personne auquel on pouvait se reposer lorsqu'on était dans la mouise. Mais, même s'il m'avait un peu rassurer, je n'étais pas totalement calme. Le cours continuait comme si rien n'était passé. Un moment, j'avais l'impression que notre prof était un robot qui attendait le bon moment pour réagir. Elle décida à faire quelque chose après la réponse d'une élève, Tsubaki, disant que la question était de tuer, pas de tuer avec ce magazine.

- Si le contenu de mon cours vous gêne, je ne vous empêche en aucun cas de le quitter. Cependant je dois vous avertir, une fois le seuil franchi, n'espérez plus faire demi-tour. C'est valable pour chacun de vous ici présents. Mes méthodes d'enseignement ne peuvent plaire à tout le monde, j'en ai bien conscience, mais je ne les modifierai en aucun cas.

Elle avait montré qu'elle n'allait pas laisser passer mon intervention comme si rien n'était. Non, en fait, elle attendait le bon moment pour réagir.....ou alors, elle prenait son temps de faire comme si rien n'était pour bien trouver les mots afin de paraître plus classe. Mais, vu comment elle était, cela m'étonnerait. Elle était du genre à rester calme, attendant l'occasion de réagir avec sagesse afin de ne pas créer plus de conflit. Enfin, j'espérais qu'elle était comme ça. Je me contentais de rester calme. Au fond, je savais que si je perdrais mon sang froid, Lev sera là pour m'aider. Eleyon....Je ne savais pas trop, il ne faisait que bailler dans son coin.

- Je puis cependant vous rassurer sur un point : je ne suis pas là pour vous apprendre à tuer, mais bien pour vous défendre de ce qui pourrait vous tuer. Cette question d'introduction était destinée à un test, et elle m'a permise de mieux vous connaître. Je ne vous demande pas, et je ne vous demanderai jamais, d'appliquer les manières de tuer citées à ce cours, tout au plus, il s'agira de simulations. Le but de ce cours est bien de vous apprendre à parer ces attaques fatales. C'est un cours de mise en garde. Celle des points faibles qu'expose votre corps. Du jour au lendemain, tout peut arriver. Alors autant se préparer à toutes sortes de situations, parce qu'il vaut mieux prévenir, que guérir.

Je dois vous avouer que là, j'étais choquée. Je desserrais mon poing, retrouvant mon calme. Un test? Alors elle voulait savoir comment on allait réagir à une simple question? Lev avait raison. On était là pour apprendre à se battre. Je soupirais pour regagner totalement mon calme pour échapper un sourire et un "ouf". J'étais discrète car je ne voulais pas attirer encore l'attention vers moi et provoquer une autre scène. Je continuais d'écouter le cours. Dans un combat, ce qui comptait surtout était la vitesse et la précision. La vitesse, ça allait. La précision, j'étais nulle. J'étais là pour apprendre, non? Peut-être que ma précision sera plus performante! Ensuite, elle serrait le magazine en disant que cela pouvait devenir une matraque....Mouais, une matraque rose. Ça perd des points niveaux styles si vous voulez mon avis. L'exercice était simple:

"- Je veux que vous marquiez, chacun à votre tour, deux points sensibles du corps humain, sur ce mannequin. Par points sensibles je n'entends pas nécessairement points vitaux, mais un susceptible de faire mal."

Déjà deux élèves avaient passé. Ils avaient marqué les dents, l'aine, le côté droit et le menton du mannequin. Rien que d'y penser, cela me faisait mal. Eleyon était ce deuxième élève. On dirait qu'il en avait, de l'expérience, à ce sujet. Je souriais à Lev en lui faisant un coup d’œil pour le rassurer un peu lorsque je me levais à mon tour pour participer à cet exercice. Je ne voulais pas qu'il s’inquiétait. Lorsque j'arrivais devant la prof, je lui dis avant de prendre le marqueur:

Je suis désolé de m'être emportée tout à l'heure. J'ai parlé trop vite...... Je resterais à votre cours quand même.

Je lui souriais, même si je doutais qu'elle fit de même en retour. Je ne voulais pas faire copine copine avec elle vu que c'était pas sa priorité pour le moment. Pour une personne difficile à cerner, elle était prévisible, non? Bref, je me tournais vers le mannequin, me rappelant de mes leçons d'art martiaux durant mon vivant. A priori, il y avait plusieurs point sensible dans le corps humain. Je pris mon temps de tourner autour du mannequin, entendant certain se plaindre que c'était trop long. Je haussais les épaules avec un sourire et je marquais tout le mannequin avec une croix. Les élèves s'exclamèrent en disant que j'étais folle. Je les regardais tous avec un sourire.

Voilà ! Le point sensible du corps humain est son corps en lui-même! Le preuve!

Les deux lignes que j'avais croisés pour faire la croix étaient croisées en plein dans le ventre de celui-ci. Je fis un coup de poing rapide en plein centre, détruisant ainsi le matériel pour ce cours. Oula, je crois que j'en avais trop fait pour cette fois.....Là, je doutais que la prof reste impassible à ça. Enfin, je restais avec le sourire, levant mon pouce à toute la classe comme si je disais "et voilà qui était fait!"
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Dim 17 Mar 2013 - 21:00
    "J'enroulerai le magazine et j'essaierai de l'étrangler avec."

    L'idée n'était pas mal. Mais tout dépendait de la façon dont elle souhaitait enrouler le magazine. C'est vrai que tuer avec un magazine était quelque peu impensable pour beaucoup de personnes, du moins pour les imbéciles de la classe, mais quand on étudiait bien l'hypothèse la conclusion pouvait être satisfaisante, tout dépend de ce que l'on attend et du résultat.

    - Qui vous parle de le faire vous-même ? La question du début était "comment tuer une personne", et non "comment tuerez-vous quelqu'un avec cet accessoire".

    Lev lâcha un petit sourire, il ne pouvait pas le retenir. Cette femme jouait avec les mots, était-ce une façon pour déstabiliser ses élèves ? Du moins ceux qui écoutent, parce que la moitié n'avait rien à faire à ce cours et le démon se demandait même pourquoi ils étaient là : sil c'était pour discuter ou insulter à tout va les élèves participants au cours, ils auraient mieux fait de sécher. Personne ne lui répondit, le démon suivait le rythme. À quoi bon lui répondre ? De plus, quoi dire ? Il n'y avait rien à dire et ça même les imbéciles l'avaient compris. Suite à cela, la professeur parla, se lançant dans un long monologue disant qu'on pouvait partir, mais que c'était un départ sans retour. Puis elle parla aussi du réel objectif de ce cours : la défense. Elle osa avouer avoir essayer de voir nos réactions par rapport à sa question : chose étonnante de la part de Rain. Pendant ce monologue, Eleyon baillait, Lev se demandait même s'il ne s'était pas endormit. Lev gardait un oeil sur Kate, cette fille était encore trop imprévisible pour le jeune démon. La professeur du cours de combat rapproché descendit enfin de la table avec ce magazine rose fluo dans les mains. Le garçon se demandait vraiment quelle idée celle-ci pouvait avoir derrière la tête.

    - En combat réel, on visera surtout la rapidité et la précision. La strangulation ou toute autre tentative d'asphyxier son adversaire entraîne inévitablement une riposte chez la victime, instinct de survie oblige.

    Elle n'avait pas tord. Lev était curieux d'en apprendre sur le passé de sa professeur, après tout elle devait avoir déjà vécu ce genre de chose quand elle était vivante pour dire de telles choses. Après tout elle parlait de l’instinct de survie, chose présente chez l'humain autant que les animaux. Chose qui est comme la dernière chance pour ne pas mourir, chose qui n'avait pas sauvé Lev de son vivant. Suite à son explication, elle enroula le magazine qu'elle tenait encore dans ses mains. Elle serrait tellement fort que Lev se demandait si elle n'avait pas l'envie de l'utiliser sur quelqu'un de la pièce.

    - Si l'on sert suffisamment fort, on obtient une matraque. Voici deux points que viserait quelqu'un qui veut votre mort.

    Une matraque rose ? C'était la première fois que Lev en voyait - de cette couleur - et encore heureux, quelle tête aurait les délinquants s'ils se faisaient pourchasser avec des policiers possédants dans matraques roses ? Ils riraient, du moins c'est que le démon pensait parce que c'est ce que lui ferait, il rirait au nez des policiers, quitte à en avoir mal au ventre et devoir aller derrière les barreaux. La professeur était sérieuse, plaçant la matraque rose fluo sous le nez du mannequin puis la nuque. Lev observait, silencieusement. Ensuite elle sortit un marqueur.

    - Je veux que vous marquiez, chacun à votre tour, deux points sensibles du corps humain, sur ce mannequin. Par points sensibles je n'entends pas nécessairement points vitaux, mais un susceptible de faire mal.

    Un silence régnait dans la classe. Puis un osa enfin prendre le marqueur. Il mit deux croix : Lev trouvait qu'une était fausse. Puis ce fut au tour d'Eleyon : Lev ne le lâchait pas des yeux. Lui qui dormait pendant le cours, était-il plus intelligent que les autres ? Question que Lev se posait. Eleyon mit une croix au niveau du menton et au côté droit du mannequin, ce n'était pas si mal, du moins plus réfléchi que le premier. Ce fut le tour de Kate. Lev était inquiet, même s'il avait calmé la jeune fille plus tôt, qui lui garantissait qu'elle ne ferait rien contre la professeur ? Et bien Kate elle-même grâce à un clin d'oeil et un sourire que le démon lui rendit, lui montrant qu'il lui faisait confiance. Il était bien content d'être dans ce cours, il ne regrettait pas de ne pas avoir séché. Celle-ci prit le marqueur, s'excusant auprès de la professeur puis s'approcha enfin du mannequin. D'ailleurs elle mit du temps avant de se décider où mettre les croix, puis elle n'en mit qu'une : au niveau du ventre.

    Voilà ! Le point sensible du corps humain est son corps en lui-même! Le preuve!

    Puis elle mit un coup de poing exactement où elle avait écrit : le matériel était détruit. En plus de ça elle osait lever le doigt à toute la classe, fière d'elle. Lev ne put s'empêcher de rigoler suite à son geste. Elle n'avait pas l'air gênée ou quoi que ce d'autre : une qualité pour Lev qu'il appréciait chez elle. Lev s'approcha d'elle et du mannequin détruit à présent. Il mit sa main sur la tête de la fille et lui ébourrifa les cheveux. Puis il se pencha pour voir si le mannequin était vraiment détruit ou s'il pouvait le réparer. Bah oui, Lev réparait les erreurs de Kate, il avait l'habitude de ce genre de chose avec Lyra. Alors il prit les morceaux du mannequin et les vissa à nouveaux entre eux. Même si les membres étaient vissés, il restait encore quelques fissures ici et là, chose que Lev pensait faire disparaître avec de la colle. Puis il prit le feutre à son tour des mains de Kate et fit deux croix : une au niveau des côtes à gauche et l'autre au niveau de la mâchoire. Avec un bon coup au niveau des côtes gauche, les côtes peuvent transpercer le coeur et le tuer rapidement. Au niveau de la mâchoire ça risquait de lui détruire la mâchoire et ainsi lui casser des dents : le faire souffrir, agoniser de douleur. Puis le démon s'approcha de la professeur et lui donna le marqueur, avec un sourire. Ensuite il retourna à sa place, faisant signe à Kate de le suivre. Il ne manquait plus que la réponse de Tsubaki, Lev était pressé de savoir si elle avait quelque chose dans la tête ou non.
Invité
avatar
Invité
Re: Cours de combat rapproché I (Libre) - Mar 19 Mar 2013 - 22:55
"Qui vous parle de le faire vous-même ? La question du début était "comment tuer une personne", et non "comment tuerez-vous quelqu'un avec cet accessoire".

Décidément, cette enseignante ce n'était pas n'importe qui; elle savait quels mots employer et très bien se faire comprendre. Sa question avait sans doute été un peu ambiguë, si j'avais répondu à la première personne ce n'était pas dans l'optique où mon but était de tuer qui que ce soit avec cet objet, mais simplement émettre une opinion personnelle. Elle n'attendait probablement aucune réponse en particulier, c'était juste une simple remarque, histoire que même les plus stupides comprennent que le but de son cours n'était pas de nous apprendre l'art de l'assassinat mais bel et bien comment se défendre ! Peu après ce commentaire, la prof reprit son long discours disant que chaque personne ici présente était libre de partir si son cours ainsi que ses méthodes d'instruction ne nous convenaient pas. Au moins, ça avait le mérite d'être clair elle n'allait pas céder face aux mécontents. J'esquissais un léger sourire, on en venait enfin au but de cette petite interrogation. Tout ce qu'elle voulait, c'était nous tester afin de mieux cerner chacun de nous. Ce n'était pas une mauvaise idée, elle savait à quoi s'en tenir suivant la réponse de ses élèves et par la même occasion, comment elle devait réagir. J'espérais que le cours devienne un peu plus intéressant par la suite, que l'on ne s'en tiendrait pas uniquement à la théorie mais également à la pratique. Une simulation serait plus interactive et permettrait de mieux assimiler. Je jetais un coup d’œil sur les autres, pas mal bâillaient aux corneilles, l'apprentissage les réveillerait sans doute un peu...Les dernières réflexions faites, on en revint enfin au vif du sujet.

"En combat réel, on visera surtout la rapidité et la précision. La strangulation ou toute autre tentative d'asphyxier son adversaire entraîne inévitablement une riposte chez la victime, instinct de survie oblige."

La rapidité et la précision étaient nécessaires dans beaucoup de situations. L'une sans l'autre ne sert pas à grand-chose; d'autant plus si l'adversaire est quelqu'un d'aguerri. Et puis, à quoi ça sert d'être rapide si on loupe ses coups ? Parfois, l'issue d'un combat ne tient qu'à un fil et l'instinct de survie peut contribuer à un retournement. Après cela, la prof devint silencieuse quelques secondes et serra fortement le magazine rose pétant; ainsi, l'on pouvait obtenir une matraque même si l'objet n'était pas très convaincant. Elle nous fit une petite démonstration de l'un des deux points qu'une personne voulant notre mort viserait. Le cours devenait un peu plus dynamique.

"Je veux que vous marquiez, chacun à votre tour, deux points sensibles du corps humain, sur ce mannequin. Par points sensibles je n'entends pas nécessairement points vitaux, mais un susceptible de faire mal."

Au départ, personne ne semblait décider à se bouger pour effectuer l'exercice. Je connaissais quelques points susceptibles de faire mal, mais ils seraient probablement désignés avant que mon tour ne vienne. Le premier qui prit le marqueur s'était déjà trompé, ses camarades riaient mais aurait-ils seulement fait mieux ? Il est facile de se moquer quand on se contente d'être un spectateur. Le deuxième à passer fut Eleyon, un de ceux qui ne faisait que rêvasser; il marqua deux zones le menton et le côté droit du mannequin. Puis, Kate, celle qui avait tenu tête à la prof un peu plus tôt désigna tout le corps et détruisit le matériel d'un seul coup de poing. En plus de ça, elle était fière de son geste, ça paraissait naturel chez elle. Cependant, comment réagirait notre chère instructrice face à un tel acte ? Heureusement, Lev put en quelque sorte réparer les pots cassés et de deux croix désigna la mâchoire et les côtes. A mon tour, je me levais et pris le marqueur noir; l'une des croix fut au niveau du genou, un coup bien placé pouvait faire perdre l'équilibre et faire très mal. L'autre au centre de la poitrine. Je déposa le marqueur et retourna à ma place, attendant la suite des évènements...
Cours de combat rapproché I (Libre)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un cours de combat rapproché pour un repentis [PV:Leiko]
» Cours de combat à main nue à l'Académie des Voleurs Patentés (seulement pour les VP de 13 à 15 ans)
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» Premier cours de Physique-Chimie [Noel, Libre]
» Cours de combat (armes rapprochées) - Groupe 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Salles de cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page