Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une secte de proxénètes ! [Examen - +18 ans]

Invité
avatar
Invité
Une secte de proxénètes ! [Examen - +18 ans] - Lun 11 Mar 2013 - 21:39


« Tan tan tant tan, TAN ! MASTER MASTER MASTER ! Tan tan tan tan tan ! Master ! »
Oh my god ! Euh Deus...God save Deus ! C'est quoi cette mission de mes deux qu'on me refile ? Enquêter sur une secte qui vénère sans doute un gros vicelard de maire qui fait des coups en douces et se tape des minettes par le biais de son adjoint ? Je t'en foutrais moi d'aller lui rendre visite ! Il devrait me vénérer MOI cette bande d'abrutis, je suis un apprenti Dieu vrai de vrai avec des muscles qui en feraient mouiller plus d'une ! Je te jure...

Ainsi donc, me voici dans le monde des humains. Le centre ville dans lequel j'étais me disait que dalle et avec ce voyage en bateau, j'ai pas pu capté où je pouvais être. Le mal des transports, le tangage de merde du bateau m'avait fait resurgir tout mon déjeuner...Vive les bonbons à la menthe moi je dis ! Très pratique pour pas puer de la gueule. Bref, alors, commençons par fumer une clope et saisir l'opportunité d'aller dans une maison close. Marchant au gré de mes envies, je pouvais contempler tout les misérables vies qui passaient à coté de moi. Des vies qui ne connaissaient pas encore l'existence d'un Dieu tel que moi. Ils le sauront bientôt, ces petits cons. Traînant ma fumée de cigarette derrière moi, je m'engageais sur les passages piétons d'un pas léger, humectant les odeurs polluées de la ville par la même occasion.

« Bon, ok, elle est où la mairie ? Ou la maison du maire ? Peux importe, faut que je chope quelqu'un qui pourrait m'aider »
« T'as pas dis que tu voulais faire un détour dans une maison close ? »
« Ah si ! Merde, tiens, dans les maisons closes, je pourrais peut-être trouver des infos digne de ce nom ! »

Regard circulaire sur les rues et leurs alentours. Rien de bien intéressant. Puis au bout d'un petit moment de marche, je vis une demoiselle avec une jupe hyper courte et une poitrine soutenue par un corset ô combien magnifique. Pulsion enclenchée, je me rapprochais d'elle, toujours en fumant ma clope et l'aborda d'une voix hormonée.

« Salut poupée, dis-voir, tu connaîtrais pas un coin tranquille ? Je vois que tu es plutôt bien foutue en plus, ça te dirait de te prendre mon outil de prédilection en main ? »

Son regard ambre me transperçait d'une chaleur érotique tandis que sa main venait caresser ma braguette. Ses doigts saisirent la fermeture et descendirent le tout pour finalement s'engouffrer à l'intérieur de mon pantalon. Elle savait y faire la petite ! Elle effectua quelques mouvements rapides et retira sa main. D'une moue boudeuse, je la regardais me sourire sournoisement tandis qu'elle me répondit :

« Bien, suis-moi si tu veux prendre un peu de bons temps. Je connais un coin agréable où je pourrais tester ton outil qui me semble plutôt pas mal »

Elle prit ma main et me guider alors à travers plusieurs rues étroites. Ma clope se finissait rapidement alors que nous nous rapprochions d'une façade où était inscrite en lettres rosâtres "La folle Cathinlina". Sympa dis donc comme nom mais pas très discret. Elle passait alors devant, lâchant ma main mais soulevant un peu sa jupette pour me dévoiler le dessous. Elle ne portait rien. Mon nez expulsait alors une giclée de sang sans que je ne puisse rien y faire. Sal*pe va ! Un dernier coup d'oeil à gauche et à droite. Personne d'autre à l'horizon. Une belle odeur me parvenait aux narines, mélanges de lubricité et de parfums de hautes qualités. J'allais bien m'amuser dis donc !

A l'intérieur, je ne pus m'empêcher de scruter chaque détails de cette maison close. Il y avait de tout là-dedans ! Déjà les lumières satinées donnaient le ton mais avec la pourpre moquette sur le sol et les quelques photos de nues aux murs, c'était carrément palpitant ! Ma compagne d'une soirée me guidait donc vers l'accueil. Me chuchotant de douces paroles à l'oreille, je n'avais plus qu'une envie : Lui sauter dessus. Elle me demanda de patienter au comptoir où une sonnette était là pour sévir de prévention.

* Chouette comme endroit, est-ce qu'ils font aussi dans le SM ? Ce serait pas mal...*



« Ce soir j'aiii les piedds qui puent ! »

Posant mes coudes sur le comptoir, je m'imaginais déjà entre les mains expertes de cette demoiselle qui m'avait si gentiment caresser auparavant. Sifflotant un air tout à fait débile, j'attendis. Une jeune femme passait alors une porte placée derrière. Vêtue d'une sorte de nuisette pourpre, ses seins pointaient en dessous de son léger voile, je pouvais le remarquer, elle vint me voir et me demanda :

« Bonsoir jeune homme, désolé j'ai un mal de tête mais que voulez-vous donc pour ce soir ? Nous proposons plusieurs formules : Simple, préliminaires, caresses, fétichistes, libertinages, etc...Que voulez-vous ? »

Je réfléchissais un léger instant tant j'avais d'idées en tête. Tapant du poing sur la table, je lui balançais alors ma demande. Le sado-masochisme, moi, le sadique, la femelle, la masochiste, owi, je sentais que j'allais m'éclater.

« Bien poulette, alors voyons voir, la petite minette qui était avec moi ? T'vois laquelle ? Je veux un truc SM avec, genre tu vois, je l'attache, la fouette, lui fait simuler un viol, bref, du violent quoi ! »

« Aucun problème monsieur, veuillez me suivre dans ce cas-là, vous paierez après satisfaction. »

Elle passait alors de l'autre coté du comptoir en basculant dessus, me dévoilant un court instant son alléchant abricot dépourvue de tissus. Je me frottais déjà les mains en la suivant, finalement, cette quête avait de bons cotés ! Fallait pas que j'oublie ce crétin de maire de mes fesses. Je lui ferai la peau à celui-là. Continuant le long d'un couloir, elle se stoppa devant une porte aux allures de prison. Chouette, ça donnait déjà le ton, ouvrant sans me gêner la porte, je fus agréablement poussée vers l'avant, ratant de peu de me casser la gueule. Le temps de me retourner, la porte se referma. J'aurais jurer voir une étincelle malsaine dans le regard de la meuf derrière ! Bref, ça commençait dès maintenant on dirait. Aux quatre coins de mures pendouillaient des instruments, cravaches, menottes, tables d'opérations - j'en utilisais parfois pour découper des tronçons de corps - Ouch, ça commençait à titiller mon entre-jambe tout ça. Seul bémol, y avait un lit mais pas de minette. Juste une "chambre" vide.

Puis soudain des grognements monstrueux se mirent à retentir. C'était quoi ? Un gorille qui crevait la dalle et qui voulait me manger ? Bordel, sur le coup, je m'étais reculé pour taper contre la porte, hélas, elle était verrouillée.

« Breuuuh, breeuhhh, breuuuh »

Une odeur putride commençait se spoker carrément là ! Vache, je m'en bouchais les narines pour pas crever. Finalement, un truc merdique tombait du plafond pour apparaître devant moi. Une momie, un zombie, un truc qui SCHLINGUE ! Elle ouvrit alors grand la gueule et là....carrément, je suis tombé dans les vapes. Emporté par un doux rêve érotique, je me sentais entrain d'être traîné par terre. Vache, c'est puissant comme...sdatif



« ZzzzzZzZz...zZzZzZz...Zz... »

Bordel...ce mal de crâne terrible. Ouvrant mes yeux en semis-clos, j'aperçu des ombres tourner autour de moi, menaçantes et difformes. Comme étais-je arrivé là ? Ah oui...cette pute et cette maison close de mes deux. J'aurais dû m'en douter que ça allait être louche le coup-là. Me relevant avec difficulté, ma vision devenait légèrement plus nette tandis qu'une voix résonnait douloureusement dans mes oreilles.

« Alors comme ça, ce serait lui l'apprenti-Dieu envoyé pour me surveiller ? Il n'a pas l'air bien méchant le petit pourtant. Se faire avoir par une goule et quelques femmes dénudées...Bah dis donc, la divinité est donnée à n'importe qui... »

Bordel, quelle voix de merde il avait, avec son timbre aiguë et haché. Tournant la tête en sa direction, je vis l'horrible rondouillard, le principal concerné pour mon examen. Alors dans ce cas, j'étais dans la mairie ? Au moins, c'était une bonne chose. Sa silhouette blanchâtre s'éloignait alors peu à peu tandis que deux autres formes, plus dégueulasses, s'approchait de mon corps engourdi.

« Finalement, il ne m'intéresse pas, tuez-le ! »

Oh bordel de merde ! Mes mains sont en plus attachées aux barreaux d'un lit !? Seules mes jambes sont libres de mouvements. Ma vision redevient correcte et me subjuguant de surprise, je vis deux squelettes bien mobiles et bien en formes. Gueules ouvertes, claquantes, ils tenaient chacun une arme de petits calibres dans leurs mains. L'un au couteau, l'autre avec un...fouet ? Mince. Réfléchis vite enfoiré, très vite même ! N'étant pas vraiment souple par nature, je parvenais à en saisir un avec mes jambes. Entourant le premier squelette autour de la taille, je basculais violemment du coté gauche du lit pour me foutre par terre et profiter de cela pour sectionner une partie du bassin fragile de mon adversaire. Coupé en deux jambes, il continuait de bouger le bâtard ! Et l'autre qui arrivait. Me relevant, je dirigeais ma vive mâchoire pour tenter, tel un castor rongeant un arbre, de me débarrasser des mes entraves plutôt résistantes ! Mode rongeur enclenché ! Une céda sous la pression de mes vigoureuses dents. L'autre zombie, muni de son fouet, le claqua tout près de moi, j'en sentais presque la douleur qu'il aurait pu me faire. BAM ! Rafales de coups de pieds dans les cottes apparentes.

Il les avait senti ! Quelques unes volèrent en éclats tandis que je m'attaquais à la dernière "chaîne" pour me libérer. Haletant comme pas possible - faudrait que j'arrête la clope - je finissais par y arriver. Me relevant en même temps que mes adversaires, je leur fis un fuck magistrale tandis je me préparais à contre-attaquer.

« Bande de squelettes de me deux, vous pensez vraiment réussir à me tuer !? Laissez-moi rire, toi mon gars avec ton fouet de pacotille, t'veux faire une compète ? Fais gaffe, je sors le mien hein ! Oh et puis quoi, je le sors direct et je vous défonce de suite »

Oui, c'était le moment d'utiliser un peu ce nouveau pouvoir tombé de je ne sais où. Concentration, imagination, GET SERIOUS BOY ! Un fouet apparut dans une matière incandescente et tout aussi bleu que ma douce chevelure de playboy. Deux, trois coups dans le vide, ce fouet crée par magie faisait un bruit démentiel ! J'en bavais d'excitation à l'idée de l'utiliser pour certaines choses. Bien, fonçant vers eux avec grâce et naturelle, ils ne mirent pas longtemps à céder sous mes coups sadiques et claquants de fouets. Hop, deux crétins en moins. Let's go vers la pièce suivante.

Pleins de bureaux, de couloirs en tout genre. Fuck ! Peut pas y avoir une grosse flèche pour me mener à ce gros porc ? Tiens, une silhouette qui marche en boitant au loin. Ca me dit un truc...AMAOUI ! L'espèce de machin à l'haleine putride. Gueulant à pleins poumons de ramener son cul ici, elle fit étrangement tout le contraire. Etonnant même, elle ne boitait plus et fonçait pour s'enfuir le plus loin de moi. Elle avait peur d'un mec comme moi ? Chouette alors. Bras bien en avants, je m'étais à lui courir après, gauche, droite, montant un long escalier, je finis par m'affaler contre une rambarde qui passait par là.

« Bor...bordel, elle court vite c'te machine...Heureusement, j'ai le nez fin... »
« Euh..c'est surtout parce qu'il n'y à plus qu'une seule porte, là, en haut de cette escalier... »
« Ah oui...tu marques un point. Y à une drôle d'odeur en plus... »

Reprenant ma respiration, je sentis une odeur familière. Une odeur suintante, une odeur d'ébats corporelles, de cul quoi ! Oui, il n'y avait pas de doute là-dessus, derrière la porte aux dorures plutôt élégantes se tramait quelque chose de bien vicelard. Main tendue vers la clenche, je ravalais ma salive tandis que l'odeur se fit plus persistante. Allez hop, on ouvre...Et quelle surprise m'attendait derrière dis donc !



« Han...oui...c'est bon...han... »

Oh...my God ! C'était quoi ce bordel sans précédent !? Ils étaient, en effet, entrain de tous copuler sous mes yeux. Une dizaine de femmes plus ou moins jeunes se faisaient prendre par des hommes masqués. Tout cela sous le regard pervers du gros tas assis sur une sorte de trône pittoresque. N'empêche, la vue était plutôt pas mal ! Mais...mais c'est pas à un vulgaire humain de merde d'être respecté bon sang ! Marchant aux milieux de cette infâme et délicieuse débauche, je donnais quelques claques à certaines fesses ce qui me valut un retour plutôt fendant.

« Bordel ! Que fais-tu ici, sale apprenti de mes deux ! T'as rien à foutre là, tu t'es débarrassé de mes serviteurs invoqués ? Pff...je pensais que ça allait le faire... »

« Tu croyais quoi espèce de porc ? T'as créer une secte perverse juste à ton nom, juste parce que tu as réussis à invoquer quelques petits monstres de merde ? Laisses-moi rire espèce d'enculé... »

« Quoi ? T'es jaloux, avoues que la vision te plait bien, regarde ce qu'on peut faire avec juste un peu de pouvoirs et encore...je te réserve une petite surprise tu vas voir... »

Il se leva alors de son "trône" en prenant bien soin de montrer sa grosse graisse de phoque et descendit les quelques marches. Me narguant du regard, il allait caresser l'entre-jambe ouverte d'une femelle mise à quatre pattes juste à coté de lui. Glissant un doigt, la meuf poussa un gémissement de plaisir...Là, il m'avait foutu en rogne ce connard...prendre du bon temps sous le regard d'un apprenti-Dieu...de moi, le prochain Dieu de la Folie ! Il allait voir le gaillard. Faisant apparaître le même fouet que tout à l'heure, je le claquais à plusieurs reprises sur les corps s'entremêlant près de moi. Du sang se mettait à jaillir brutalement tandis que les gémissements de plaisirs laissaient place à une frayeur incroyable. Se remettant de leurs transes érotiques, ils coururent vers la sortie. Oh, j'allais pas les laisser s'échapper si facilement...

Plusieurs claquements dans les airs, mêlant un son si divin à mes oreilles : Des cris, du sang, des membres qui s'arrachent sous mes yeux. Certains avaient réussit à filer mais à présent, il n'y avait plus que moi et le gros porc. Tiens...elle était où cette bestiole après qui j'ai couru jusqu'à m'essouffler ? Bwarf, ozef. Le porc fit une moue très nerveuse, bredouillant ses lèvres, fronçant ses sourcils bien trop épais à mon goût.

« Ma secte ! Mon harem, pour qui est-ce que tu te prends toi ? Tu n'imagines pas la difficulté de monter tout ça ! »

« Tu vois, gros tas, c'est pas ma priorité et le seul qui doit avoir une secte, des chiennes et des sous-fifres à ses pieds, c'est MOI ! Compris !? »

« Tu vas voir ma puissance que j'ai pu accumulé avec ces fidèles, regardes ce que je peux invoquer... »

C'est ainsi qu'il se transforma en une espèce d'homme chelou masque à gaz, gants en cuirs, etc. Par le biais d'une quelconque lumière, il avait pris du muscles, quelques centimètres mais en aucun cas, il ne me faisait peur cet enfoiré de proxénète ! Soudain, c'te raclure apparut à une vitesse incroyable devant moi, m'assénant un coup de poing dans le bide. J'en fus éjecté à quelques mètres, déglutissant du sang légèrement. Il frappait fort c'était certain mais il en fallait plus pour me foutre à terre. Me rattrapant correctement de ma chute, je partais à l'assaut de mon adversaire. Faisant une glissade tel un bon vieux ninja, je passais entre ses deux jambes et lui redonnait son coup de poings en plein dans ses molles testicules.Un cri rauque, il laissa une ouverture béante en se courbant pour se les masser. Grossière erreur pour un homme de ma trempe. Faisant apparaître une épée d'arcane, il n'eut pas le temps de réagir lorsqu'elle vint se frotter à son cou. D'un geste froid et chirurgical, elle fut tranchée nette, la faisant tomber à la renverse.

Du sang giclait de la coupure tandis que son corps tombait par terre. Inerte. Me délectant du sang qu'il y avait, j'applaudissais à ma vaillance et mon talent. Quelques cadavres ici et là, pas trop graves, C'était des putes qui se faisaient tringler de toute façon, au vu de leurs comportements, Deus n'en aurait pas voulu dans son fief divin. Repartant de tout ce merdier, je m'allumais une cigarette pour décompresser lorsque soudain, je vis une étrange demoiselle au loin dans le couloir.Vêtue d'un "dessus" de corps sublime et d'une belle gueule, le dessous ressemblait plus à un corps d'araignée. Expirant ma fumée, je m'approchais d'elle en réfléchissant à la missive de la directrice. Il n'était pas question d'une telle créature. Elle m'offrit un sourire et me pointa du doigt.


MELIFORMY - Créature légendaire - Prix de vente : 1 000 000 euros.

« Hello mon charmant garçon, tu as pris du bon temps ? Tu en veux un peu plus ? Si tu veux, je suis là, moi ~ »

C'était quoi de ce truc !? Même si le dessus était pas mal, le dessous me filait les chocottes. Je passais à coté, feintant sa présence, je m'en foutais un peu après tout ce bordel, me fallait une pause. Plus de bestioles, de porcs, d'harem improvisé, pour ma journée, j'en avais marre. J'veux juste mon lit...Tirant une autre latte, j'entendis ses huit pattes sur le carrelage se retourner... BREU, dégueu ! Me retournant vers cte machin, j'allais pousser la gueulante quand, sous mes yeux, il n'y avait plus rien.

« Si tu veux prendre du bon temps avec moi...reviens dans une forme plus potable steuplait...J'aime pas les araignées... »

Bref, je parlais dans le vide mais je m'en foutais, peut-être qu'elle avait pu comprendre ou entendre, enfin bon, maintenant direction : L'académie.
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une secte de proxénètes ! [Examen - +18 ans] - Lun 18 Mar 2013 - 16:00
Je clôture l'examen, bravo !



« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Une secte de proxénètes ! [Examen - +18 ans]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une secte de proxénètes ! [Examen - +18 ans]
» Examen de Potions
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» Un blogueur mis en examen
» Soutien examen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Banlieues-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page