Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Le commerce, c'est pas son truc... [solo][Terminé]

 
Invité
avatar
Invité
Le commerce, c'est pas son truc... [solo][Terminé] - Sam 9 Mar 2013 - 23:13
Les amis se disputaient. Juste une histoire de butin, rien de vraiment anormal pour des enfants qui vivent dans la rue. Cette fois, ils avaient dévalisé une épicerie du quartier ouest. Environ deux cents euros cash, mais il fallait partager en six. Ils n'étaient déjà pas très fort en calcul, alors deux cents divisés par six c'était une vraie épreuve. Forcément, tout le monde ne pouvait pas avoir la même part. Et là, les insultes ont commencé à prendre le dessus sur les négociations. Un petit gringalet traita Alban d'incapable et lui dit que de toute manière il ne méritait pas sa part. Comment pouvait-il être si cruel ? Alban faisait toujours de son mieux dans les cambriolages, il était le meilleur. Et ce moins que rien se permettait de dire qu'il ne méritait pas sa part ? Une colère intense envahit Alban. Trop intense. Il dégaina son katana et se mit à découper ses compagnons, petit bout par petit bout. Ils le suppliaient, lui promettaient de lui donner tout l'argent s'il les épargnait. Mais le mal était déjà fait. Il ne pouvait résister au bonheur de les torturer à mort. Les morceaux de chair tombaient sur le sol, le sang coulait partout dans la petite ruelle. Il y résonnait les rires d'Alban et les cris d'agonie de ses amis.

Alban se réveillat, troublé de cet horrible cauchemar. Il revivait souvent les pires instants de sa vie dans son sommeil. Enfin, ça aurait pu être pire. Mais en même temps, ça peut toujours être pire.
Il se leva puis ouvrit la porte menant au balcon. Il fut aveuglé par la lumière du dehors. Le soleil s'était déjà levé. Il avait intérêt à se depécher s'il ne voulait pas être en retard au cours. Il s'habilla en vitesse, pas question de perdre une seconde. Il sortit de la chambre et referma la porte à clé. Ses colocataires étaient certainement déjà partis. Sinon, c'est qu'ils ne comptaient pas aller en cours.

La journée fut comme toutes les autres : barbante. Alban n'aimait pas les cours, à part celui de combat et de sport. Il s'améliorait dans ces domaines, mais dans le reste il stagnait. Il ne travaillait pas beaucoup, mais quelle aurait été l'utilité d'avoir une bonne culture générale pour le dieu du masochisme ? En fait, tout ce qu'il attendait quand il était en cours, c'était la fin de la journée.

Comme prévu, après les cours, Alban se rendit chez le marchand pour lui donner ses gnappeurs. Depuis plusieurs jours déjà il gardait ces deux monstres dans sa chambre. Il s'était une fois rendu à l'échoppe de son client, mais celui-ci était malheureusement absent à ce moment. Mais aujourd'hui, il n'y avait pas de raison pour qu'il ne puisse pas livrer les deux petits monstres.
Il marchait vers la petite échoppe. Il poussa la porte et observa l'intérieur. De nombreux objets en tout genre étaient entassés en monceaux un peu partout. Pas très organisé, ce magasin.
Le marchand vint accueillir Alban :

"Vous voilà enfin ! Je vous attendais. Ah, je vois que vous avez ce que je vous ai commandé. Parfait."

C'était une personne d'âge avancé, son crâne était assez dégarni. Les cheveux blancs qu'il lui restait étaient coiffés en arrière. Quand il parlait, sa langue sifflait un peu. Il n'avait pas l'air commode, d'ailleurs il n' y avait jamais personne dans sa boutique. Il demanda à Alban de mettre les deux gnappeurs dans une cage posée par terre. Il s'exécuta quant tout à coup le marchand s'exclama en sortant une arme à feu :

"Bon, maintenant je n'ai plus besoin de toi."

Mais alors qu'il allait tiré, Alban se retourna et le regarda fixement dans les yeux. Le vendeur lâcha son arme et se mit à se taper la tête contre un mur. Alban saisit une corde qui traînait sur une étagère et l'enroula autour de l'homme ensorcelé. Quand il revint à son état normal et remarqua qu'il était attaché, il insulta Alban. Celui-ci lui rétorqua :

"Calme-toi, ou je te tranche la gorge. Si tu acceptes de répondre à mes questions, je te laisserais la vie sauve et tu pourras partir."

Le vendeur en avait l'air ravi. Il complimenta :

"Vous êtes bon en affaire, à ce que je vois."

Alban ne prêta pas attention à cette remarque. Il interrogea le vieil homme :

"Pourquoi vouliez-vous ces gnappeurs ?"

D'abord le vieux rit nerveusement puis il répondit :

"Pour qu'ils dévorent tout ce qui se trouve dans mon magasin et dans ceux des autres !"

Alban continua :

"Mais pourquoi dans le vôtre aussi ?"

"Parce que je voulais partir de cette maudite académie ! Je voulais rejoindre la Guilde Noire ! Et je ne voudrais pas laisser quoi que ce soit à mes ennemis."

Alban en était sûr désormais. Les traitres allaient être de plus en plus nombreux à la Deus Académia. Il n'était certainement pas le seul à vouloir rejoindre cette Guilde Noire, crée par le diricteur Tensho. Alban ne pouvait pas rester indifférent devant tous ces dieux qui allaient décimés les humains. Mais il fallait d'abord qu'il règle son compte à celui-ci. Alban commença par lui demander :

"Pourquoi es-tu ici ? Grâce à quoi est-ce possible ?"

"Parce que j'ai fait du mal dans ma vie et qu'avant de pouvoir mourir pour de bon, je dois me repentir."

Alban dégaina son katana et l'enfonça dans la jambe gauche du vendeur. Celui-ci hurla de douleur. Quand il se calma, Alban lui expliqua :

"Mauvaise réponse : si tu es ici, c'est parce que Deus t'a accordé une nouvelle vie. Deuxième question : est-ce juste de trahir Deus alors qu'il t'a accordé ses faveurs ?"

"Je n'ai jamais rien demandé !"

Alban enleva son sabre pour l'enfoncer dans l'autre jambe du commerçant, qui cria de plus belle. Alban lui répliqua :

"Encore raté, il fallait répondre non. Et finalement, troisième question : pourquoi as-tu essayer de me tuer ?"

"Parce que tu n'es qu'un sale adorateur de Deus !"

La tête du commerçant roula sur le sol. C'était la deuxième et dernière fois qu'il insultait Alban.

Il relâcherait les deux gnappeurs plus tard, ça ne pressait pas. Même si les pauvres n'avaient été que des victimes dans cette histoire.
Il était désormais seul dans la boutique, pleine d'articles en tout genre. Quant à être là, autant en profiter. Alban observa chaque objet et prit ceux qui l'intéressaient. Il trouva un chapeau très étrange : dans celui-ci étaient plantés des plumes noires avec un bout pointu métallique, qui devait certainement servir de projectiles d'auto-défense. Alban ne garda que les plumes, rien à faire du chapeau. Il prit aussi le petit katana que le marchand lui avait promis en salaire ainsi que des protections pour les genoux et les coudes. Et finalement, il y eut ce masque. Le masque qui allait changer bien des choses. Alban Drake n'était qu'un simple élève. Une autre personnalité se devait d'arrêter les traitres de la Guilde Noire. L'Aigle Noir prenait son envol...

♠ Petits messages : 1682
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le commerce, c'est pas son truc... [solo][Terminé] - Dim 10 Mar 2013 - 9:09
L'image du masque noir fait bien peur...

Alban : 220 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Le commerce, c'est pas son truc... [solo][Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Les Archives :: Les Archives :: Archives des grimoires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page