Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Examen] Tout dépend du point de vue...

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
[Examen] Tout dépend du point de vue... - Ven 1 Mar 2013 - 23:03
Agglow Motashi
/
Fuko Lemarchand
/
Maya Tensho

- Hyaaaaaaaaaaaaa ! Tu déconnes ?! C'est une tarentule géante oui !
- Euh... ? C'est à moi que vous parlez... ?

Elle m'a fait sursauter... bon dieu, j'ai failli avoir une crise cardiaque ! A-t-on idée de crier comme ça dans les oreilles de quelqu'un ? Cette Maya est d'un bizarre... D'ailleurs, alors que nous avions convenu de nous vouvoyer - ce que je trouve toujours étrange au passage venant d'une fille du même âge que moi -, la voilà qui me tutoie soudainement... et qui me parle comme si nous étions amies depuis des lustres. Non pas que cela me dérange, mais quelque part... elle n'est pas très claire...

- Ça va aller... ?
- ...

Ce qui est sûr, c'est qu'elle n'est pas dans son assiette. Moi, les araignées... j'en vois partout tout le temps. Je n'ai même pas eu le temps de remarquer celle-ci, c'est dire. Je peux comprendre qu'elle prenne cet air apitoyé, mais il ne faut pas.
Par contre, ce qui m'inquiète un peu plus, c'est qu'une enquêtrice qui vient pour une histoire de disparition soit effrayée par de si petites bêtes... C'est un sous-sol rempli de cavernes après tout, il est évident qu'il y a des souris et des rats quelque part également. Ce serait dommage d'avoir accepté la mission sans réfléchir à ce qu'elle aurait pu y trouver. J'espère qu'elle n'en aura pas peur sinon...
... remarque, je préfère qu'elle soit avec moi que d'être toute seule. Ou être avec un homme plus âgé. Au moins, j'évite beaucoup de problèmes.

Bon, nous arrivons dans la première partie de la grotte. Si je me souviens bien, il faut aller tout droit, compter 3 sorties sur la droite puis prendre la 4ème. Papa m'a dit qu'il y avait découvert une chose inestimable... Avant tout, faut que j'essaye de rassurer Maya.


- Voilà, ce sont les cavernes souterraines dont je vous parlais tout à l'heure. C'est très facile de s'y perdre, c'est pour ça que je dois vous accompagner. Vous risqueriez de tourner en rond pendant des heures.
- J'avoue….

Elle tire une de ces tronches... j'espère que je ne l'ai pas vexée...
Moi et mes commentaires...


- Je suis désolée si je vous ai offensée...
- Non non non non non ! Il n'y a aucun problème ! ... Oui, bon, ça va !

“Pas de problème”, mais elle a vraiment l'air offensée... Quoiqu'elle pose les mains sur sa bouche. Je crois qu'elle se rend compte qu'elle vient de dire une chose et son inverse et qu'elle a manqué de logique. C'est étonnant, mais je dois avouer que j'aime sa façon de se contredire en une seule phrase, comme si elle n'était pas capable de me mentir. C'est mignon. “Il n'y a pas de problème, alors passe à autre chose”, c'est ça que vous essayez de me dire ? Très bien, pas de problème, je ne vous importunerais plus avec ça.
Nous continuons donc à avancer jusqu'à une intersection. Gauche ou droite ? Ce doit être droite d'après mes souvenirs.


- Ne m'amène pas sur ce terrain ou je t'en fous une.
- Pardon... ? Je... je suis désolée, c'est le seul chemin... et... et c'est vous qui avez insisté pour venir m'aider...

Franchement... la voilà qui lève les yeux au ciel. Ça commence à bien faire... elle dépasse les bornes. Est-ce qu'elle veut m'aider ou est-ce qu'elle est venue faire le pitre pour se moquer de moi ? Maman et papa ont disparu avec des policiers, c'est vraiment pas drôle... Je suis très déçue... et si ça continue, je vais m'énerver...
Bon... dans ce silence pesant, on reprend notre marche. Je crois qu'on arrive bientôt au bout de l'éclairage des ampoules, il va falloir sortir les lampes torches. J'espère qu'elle n'a pas peur du noir, ce serait le bouquet... Bien, la grande salle maintenant. Essayons de lui expliquer le tout tout en restant calme. Calme Fuko...


- À partir d'ici, tous ces chemins mènent à des lieux différents. Par exemple, par ici, il doit y avoir un lac souterrain au bout. Par là, un trou... une oubliette je pense. C'est par là-bas que nous allons.

Papa a trouvé quelque-chose de ce côté-ci, j'imagine qu'il y est retourné... je l'espère.

- Que sont venus faire vos parents ici ?
- Explorer. Fais-je, contente qu'elle s'intéresse au moins à mon histoire. Il parait qu'il y a des trucs cachés là-dessous, comme des trésors ou ce genre de choses. De plus, ils ont entendu des bruits et ont pensé qu'il pouvait s'agir de vandales… Je vous rassure, ils n'y sont pas allés seuls, ils ont d'abord appelé la police… Mais ça fait plusieurs jours qu'ils ne donnent plus de nouvelles… et je crains le pire…
- Mais arrête de parler sans arrêt, c'est mon enquête bon sang !
- ... mais... se vexe-t-elle.
- Pardon pardon ! Je voulais dire... je suis certaine que nous allons les retrouver !
- Je commence vraiment à douter de vous...
- Je suis désolée, ça ne se reproduira pas !

Vraiment... elle est insultante, méprisante et inadaptée sociale. Qu'est-ce que c'est que cette...
Elle... elle s'agenouille devant moi et... m'enlace... ! P... personne ne m'a jamais... M... Maya ? Je... je te pardonne sans problème ! Je... je suis sûre que... que tu ne recommenceras pas. M... Merci beaucoup...


- Je... D'accord, ce n'est rien, je vous pardonne !
- Merci merci !

Elle... elle me saute dans les bras et...
Bug.
Elle... elle m'a embrassé et elle se frotte contre moi... Je sens son souffle chaud... Son corps brûlant... Si ça continue... je vais...
Elle est... incroyable...

Aïe !
Où je suis ? Ah oui, la grotte... Maya me tire le bras pour que nous reprenions la route. C'est par où déjà ? Quelle femme n'empêche... entreprenante... Est-ce qu'elle a lu dans mon esprit ? Est-ce que nous sommes en phase toutes les deux ? Je crois que j'ai ressenti le coup de foudre... a-t-elle ressenti la même chose pour moi ? C'est... c'est merveilleux... !
Je crois que je suis incapable de faire mieux que bégayer, autant avancer...

...

C'était quoi ce bruit ? Un rat ? Non, j'ai l'impression que c'était beaucoup plus grave comme cri... ça ressemblait à une plainte humaine... ? Papa ? Est-ce que... ? Oumpf... Maya vient de placer son bras devant moi en effleurant ma poitrine... je crois qu'elle sent un danger. Elle me sourit ! Mon héroïne me protège ! ♥
Et la voilà qui s'avance vers le danger. Quel courage, je l'admire ! Par contre, il règne ici une ambiance malsaine... j'ai l'impression qu'il y a une sorte de brouillard, on ne voit presque pas à 3 mètres, quand bien même les torches sont allumées. Je ne vois même plus Maya... J'espère que tout va bien pour elle, oh oui je l'espère de tout cœur...
Un autre râle... plus proche. Est-ce que c'est un râle d'ailleurs ? Ça ressemblerait presque à un court d'eau ou à des chutes de petites roches contre la paroi. Est-ce que Maya peut voir ce qui se passe ?


- Maya... ?
- Aucun problème pour le moment !
- Ouf... je peux avancer ?
- Oui, ne t'en fais pas... ça ira tout seul.

Elle me rassure ! Tout est réglé, alors j'avance. Quoi...? Un bruit derrière moi ? Oh, bon dieu ! Au secours ! Maya, où es-tu, pitié ! D'autres bruits venant de plus en avant où elle se trouve... ! Maya ! Je t'en supplie !
La voilà ! Des os sur le sol... ? Un animal mort ?
Aïe, quelque-chose s'est posé sur mon épaule ! Une chauve-souris ? Au secours Maya ! Ferme les yeux ma Fuko, agrippe-toi à elle et fais lui confiance ! Attend, attend, n'ouvre pas les yeux... elle est courageuse, elle n'a pas peur des rats ni des chauves-souris. C'est une femme très admirable, elle va me sortir de là. Et je me marierais avec elle quand la loi sur les mariages pour tous sera passée... !

...
Je sens qu'elle me relève. Ce doit être terminé. Je n'entends plus de bruit de combat... j'espère que c'est terminé...


- P... Pourquoi... est-ce que... vous êtes venue... ? Je vous... avais dit... d'attendre... mon signal ! fait Maya, épuisée.
- Mais... vous avez dit que je pouvais avancer...
- Hum... je n'ai rien dit de tel... Elle souffle encore deux trois fois et reprend quasi normalement. Il y aurait donc d'autres personnes ici ? Je ne sais pas si ce sont vos parents... ou des gens moins bien intentionnés. Il faudra faire attention.

Pas de problème, je ferais très attention, promis ! Voilà ta récompense ! Hi hi !
Allez, encore un peu de route et ce sera le bout. Malheureusement, à tes côtés, je suis sûre que ces prochaines minutes seront trop courtes... J'espère vivement que tu ne me quitteras pas à la fin de ton enquête ! Oh ! Et puisque ton estomac crie famine, je te ferais un bon repas ensuite ! Tu ne peux pas savoir comme je t'adore trop Maya !
Elle me suit... elle me regarde... je suis sûre qu'elle me regarde très attentivement. Elle regarde ma façon de marcher, mes vêtements, mes cheveux... elle pense que je ne sais pas qu'elle me regarde, mais je le sais. Maya... je sais. Regarde-moi, j'aime quand tu m'observes...
Ah...Voilà... c'est déjà la fin de la route...


- On y est !

... j'espère que... tout va bien pour mes... parents ?
Mais...
Une chambre... ? Sous-terre... ? Qu'est-ce que... ?


- Maman ! Papa !
- Quoi ?!

Ils sont vivants ! Ils dormaient juste dans cette chambre qu'ils ont aménagée pour pouvoir rester sur place ! Oh, bon dieu... ça voudrait dire qu'ils m'ont prévenu mais que je n'ai pas écouté ? Et j'ai appelé Maya à la rescousse pour rien... ? Oh... Je suis vraiment... stupide... Elle a l'air fâchée... D'une manière où d'une autre, il faut que je me fasse pardonner...
Après les présentations et quelques explications, on s'entend tous pour remonter là-haut. Le chemin du retour est beaucoup plus paisible que l'allé, nous sommes quatre et plus rien ne peut nous faire peur. Je parle de Maya à mes parents, je suis certaine qu'ils vont l'apprécier ! Tout ne peut que bien se passer pour le retour puisque ma gardienne est avec nous. Arrivés dans l'entrée du château, j'invite Maya dans ma chambre. J'ose !

Elle entre... je ferme la porte à clef derrière nous pour qu'on soit tranquille toutes les deux. Ça coince un peu, sans doute le coup de l'émotion qui me monte à la tête... Je n'ose peut-être pas tant que ça finalement. Elle regarde les alentours... elle s'assoit sur mon lit et se relève... elle fait comme chez elle et ça me plaît beaucoup. On passe sur le balcon pour continuer de discuter un peu. Allez... maintenant qu'on se connaît bien et qu'en n'est plus simplement dans une relation professionnelle à cliente, je peux la tutoyer...
... et me lancer.


- Dis... Maya...
- Oui ?
- Je m'excuse pour la gêne occasionnée...
- C'est pas grave, ne vous en ... hum... ne vous en faites pas.
- Je... je dois t'avouer quelque chose... je...
- Oui... j'ai compris... excusez-moi Fuko, mais je ne peux pas accéder à vos désirs plus longtemps. Vous m'en voyez désolée.

Que... ?
Des ailes ?
Maya est un Ange ?! Un Ange descendu du ciel pour répondre à mon appel ? C'est... c'est... incroyable ! J'ai reçu le baiser d'un Ange ! Et l'Ange m'a comprise avant même que je n'ai à m'expliquer ! Je... je me sens graciée à vie, totalement libérée de tout ! Je... je me sens incroyablement bien, comme jamais auparavant ! Un Ange ! Dieu m'a entendu et m'a envoyé un de ses fidèles ! D'où son incroyable beauté et son insatiable courage ! Elle... elle recule, me sourit... elle enjambe la barrière du balcon et saute pour s'envoler vers d'autres cieux.
Sainte Maya... je vous prierais toute ma vie ! Je ne vous oublierais jamais ! Je quitterais mes parents sans hésiter pour vous rejoindre...
À notre prochaine rencontre...
D'ici là, j'aurais tout préparé bien comme il faut !
Sainte Maya... ♥








- Hyaaaaaaaaaaaaa !
- La ferme Maya ! Ce n'est qu'une minuscule araignée !
- Tu déconnes ?! C'est une tarentule géante oui !
- Euh... ? C'est à moi que vous parlez... ?

Je hais les araignées... Agglow a beau me demander de me taire, c'est plus fort que moi. Ces bestioles sont tellement laides... c'est encore pire quand elles sont à moitié velues... Je n'aurais jamais dû regarder ces films d'horreur quand j'étais petite, c'était vraiment très con...
Putain... j'ai peur... c'est totalement ridicule mais j'ai peur... Je ne veux pas qu'elle me touche, c'est dégueulasse... Maintenant, je vais en voir partout, bordel. Dans quel pétrin je suis venue me fourrer moi ?


- C'est un examen Maya, E.X.A.M.E.N...
- ...
- Ça va aller... ?

C'est clair que j'aurais l'air débile si je revenais bredouille là-haut en ayant échoué ma mission à cause d'une simple araignée... Allez... courage... tu bouges pas ma belle, hein ? Tu restes dans ton trou et tu me laisses passer bien gentiment, ok ? Tranquille... non... pas du tout. Mais aidez-moi ! Mettez-vous entre moi et l'araignée, faites quelque-chose bon sang ! Voilà... merci Agglow...
On va pouvoir reprendre la marche. Plus vite on s'éloignera d'ici et mieux je me porterais.


- Voilà, ce sont les cavernes souterraines dont je vous parlais tout à l'heure. C'est très facile de s'y perdre, c'est pour ça que je dois vous accompagner. Vous risqueriez de tourner en rond pendant des heures.
- J'avoue…
- J'avoue... fait l'autre couillon en même temps que moi.

Mais c'est qu'il se moque de moi le salaud... Ça te fait marrer, pas vrai ? Je suis sûre que toi aussi, tu te perdrais dans ce trou à rats... alors qu'est-ce que tu viens ramener ta science ? Tu ferais mieux d'être un peu plus discret... même si Fuko ne peut pas te voir. Chanceux va...

- Je suis désolée si je vous ai offensée...
- Non non non non non ! Il n'y a aucun problème !
- T'es une gaffeuse Maya.
- Oui, bon, ça va !

Zut... je vais lui donner l'impression de parler toute seule... Elle ne voit pas Agglow et ne l'entend pas non plus... c'est bien ma veine. S'il pouvait juste ne pas parler pour la laisser se concentrer sur “ce qui est visible”, ce serait sympathique. Heureusement, ça n'a pas l'air de déranger Fuko... elle sourit même. Bon, c'est une chance que ça passe pour le moment, mais mieux vaut arrêter maintenant.
Agglow... je compte sur toi...
Nous voilà reparti... et effectivement, je suis déjà perdue. D'où est-ce qu'on vient déjà ? Je crois qu'on est allé tout droit, mais je n'en suis même plus sûre... En tout cas, pas d'araignée en vue.


- Je suis l'homme invisible. Je pourrais te mettre une main au cul, tu serais obligée de ne rien laisser paraître pour ne pas révéler mon existence.
- Ne m'amène pas sur ce terrain ou je t'en fous une.
- Pardon... ? Je... je suis désolée, c'est le seul chemin... et... et c'est vous qui avez insisté pour venir m'aider...

Ce type n'est pas possible... Lui qui d'habitude est respectueux du langage et très à cheval sur les bonnes manières, le voilà qui fait le pitre. Tu vas voir ce que je vais te mettre quand on repartira d'ici, tu vas prendre cher... Et pendant ce temps, l'autre humaine qui prend tout pour elle. Ah... qu'est-ce que je peux faire moi ? Tu parles d'une situation grotesque...
Fuko reprend sa marche d'une plus vive allure... elle n'a pas l'air très satisfaite. Je ne me rappelle plus de ce que j'ai répondu, mais si elle l'a pris pour elle... ça risque pas d'être terrible entre nous. Il faudrait que je puisse m'excuser en trouvant une bonne raison... mais avant tout, il faudrait que je sache ce que je lui ai dit. À moins que me montrer amicale soit suffisant ? J'essaye.


- Que sont venus faire vos parents ici ?
- Explorer. Il parait qu'il y a des trucs cachés là-dessous, comme des trésors ou ce genre de choses. De plus, ils ont entendu des bruits et ont pensé qu'il pouvait s'agir de vandales... Je vous rassure, ils n'y sont pas allés seuls, ils ont d'abord appelé la police... Mais ça fait plusieurs jours qu'ils ne donnent plus de nouvelles... je crains le pire...
- Rassure-là, elle en a besoin.
- Mais arrête de parler sans arrêt, c'est mon enquête bon sang !
- ... mais...
- Pardon pardon ! Je voulais dire... je suis certaine que nous allons les retrouver !
- Je commence vraiment à douter de vous...
- Je suis désolée, ça ne se reproduira pas !

Dur... Obligée de jouer le double jeu... Je crois qu'il faut que j'arrête purement et simplement d'écouter Agglow. Je n'aurais jamais cru qu'il aurait une telle attitude... Quel enfoiré, vraiment. Tout pour que j'échoue... alors qu'il est là pour m'aider.
Pardonne-moi Fuko...
Tiens, voilà, un petit câlin pour tout oublier.


- Je... D'accord, ce n'est rien, je vous pardonne !
- Merci merci !
- Je ne te savais pas comme ça... Tu préfères les femmes ?

...
Tu l'auras cherché. Un câlin, c'était pas suffisant pour te rendre jaloux ? Et si je l'embrasse et que je me frotte à elle comme tu adorerais que je le fasse pour toi, qu'est-ce que tu diras, hein ? Viens par là ma grande Fuko, c'est le rôle de ta vie !
Et voilà ! Satisfait cher Agglow ? Regardez-moi cette jalousie totalement authentique ! Comme c'est mignon ! Est-ce que je vais pouvoir avoir la paix maintenant ? Cool. Tiens, je lui prends même la main en entrelaçant nos doigts, comme des amoureux. Tu comprendras qu'il ne fallait pas me chercher mon grand !

Par contre, elle n'avance plus la Fuko... Qu'est-ce qui lui arrive ?
Bon... reprenons la route, on n'a pas que ça à faire non plus... et si ça se trouve, c'est encore loin. Voilà... elle reprend ses esprits. Et nous repartons.
C'est bien calme maintenant, ça fait du bien. Oupla... j'ai parlé trop vite. Ça... je crois que c'est un zombie ou un squelette, merci les cours avec cassettes audio ! Pour tuer un de ces monstre, c'est simple : il ne faut pas en laisser une miette. Je vois des yeux rouges... mieux vaut que je fasse comprendre à Fuko qu'elle doit rester en arrière. Si je la perds, j'échoue l'examen... ce ne serait pas drôle. Reste-là Fuko... ne bouge surtout pas.
Je fais un signe de tête à Agglow... et go, en avant. J'essaye d'éclairer vers l'avant mais je ne vois pas grand-chose. L'autre bouffon non plus d'ailleurs... on va essayer de se débrouiller comme on peut.


- Que penses-tu de la vision périphérique ?
- Aucun problème pour le moment !
- Fait attention, ils peuvent surgir de n'importe où...
- Oui, ne t'en fais pas... ça ira tout seul.

Un scintillement rouge ? Des yeux de squelettes, j'avais raison ! Les voilà donc ! Et c'est parti pour le massacre ! Pour ça, je n'ai plus peur de la violence... ce ne sont que des choses qui tuent et tuent encore, elles ne méritent pas de continuer d'exister. Vlan et vlan, voilà qui est fait... c'était presque trop facile. Un coup dans le crane puis plusieurs coups sur tout le corps et ils sont en miette. S'ils avaient eu une arme, je ne dis pas... mais là, franchement... ils étaient presque déjà morts. Rien à voir avec les combats avec Weiss ou Akared, c'était d'une facilité déconcertante...
Hum... des battements d'ailes ? Des flammes ? Des gargouilles !
Merde ! Fuko est là aussi ! Qu'est-ce qu'elle fiche ici bon sang ! Viens par ici sale bête ! Prend ça ! Je te l'écrase comme un vulgaire moustique moi ! Fuko, attention ! Tiens sale monstre ! Où sont les autres ? Ah, Agglow en a terrassé deux... mais j’entends encore un battement d'ailes.
Argl ! Qu'est-ce qui se passe ? Fuko, bon sang... comment veux-tu que je me batte si tu me tiens comme ça ?! Mon couteau... c'est la dernière solution. Si je réussis à toucher le monstre, ça va le ralentir considérablement. Réussi dès le premier assaut... facile. Et nous voilà débarrassés des gêneurs. Mission accomplie... pour le moment. Maintenant... reste à régler un petit malentendu.


- P... Pourquoi... est-ce que... vous êtes venue... ? Je vous... avais dit... d'attendre... mon signal !
- Mais... vous avez dit que je pouvais avancer...
- Hum... je n'ai rien dit de tel... Il y aurait donc d'autres personnes ici ? Je ne sais pas si ce sont vos parents... ou des gens moins bien intentionnés. Il faudra faire attention.
- Hum...

Des voix, hein ? Cet endroit semble plus dangereux que prévu... J'espère ne pas entendre la voix de mon père ou d'Atios là-dedans, je ne saurais pas trop quoi faire... Bon... il ne faut pas trop traîner en clair.
On repart donc tous les trois en suivant notre guide.

Hum...
Pipi...

Quelle nouille... comment veux-tu trouver des toilettes par ici ? Tu pouvais pas prévoir un peu ? Je ne peux quand même pas leur dire... surtout pas à Agglow, il risquerait de me suivre. Je peux essayer de les laisser partir vers l'avant et bifurquer discrètement... J'espère que je ne vais pas me perdre après... j'aurais l'air maligne...
Ralentit, ralentit... encore un peu... attends encore un peu... maintenant ! À gauche ! Ils n'ont rien vu. Bien... vérifions les alentours... pas d'araignée dans le coin ? Pas de bestiole ? Personne du tout ? Bon... ben, allons-y ma grande...




Fiou... ça va beaucoup mieux ! Vite... j'essaye de courir pour les retrouver le plus rapidement possible. Heureusement, il n'y a pas d'autres sons que leur pas qui résonnent dans la grotte... j'arrive à peu près à les localiser. Je ne suis pas si mauvaise que ça finalement ! Les voilà ! Hop, ni vue ni connue, ça ne sera répertorié dans aucun texte.


- On y est !
- Prudence.

Agglow tourne la tête vers moi juste à l'instant... 10 secondes plus tard et c'était la débâcle. Pour une fois que la chance me sourit, c'est agréable !

- Maman ! Papa !
- Quoi ?!
- Allons-bon...

Qu'est-ce que c'est que cet endroit ? Une chambre ? Et deux adultes qui se lèvent juste à l'instant ? Qu'est-ce que ça veut dire... ? Qu'ils dormaient tranquillement alors qu'on se faisait du soucis pour eux ? Bravo... Merci Fuko, merci d'avoir prié... Sans toi, j'aurais pu faire quelque chose d'intéressant dans la journée... heureusement que tu es là...
Je m'en fiche des présentations, on peut remonter maintenant. Si j'avais su... je me serais retenue. C'est quand même mieux d'avoir des toilettes et du papier à portée de main. Enfin bon... au moins, ça va, je suis bien et pas à gigoter et sautiller sur place...

Nous remontons donc le chemin par une voie différente de celle que nous avons emprunté pour venir. Enfin... j'en sais rien, j'imagine. Ma petite protégée parle de moi comme une héroïne... faut tout de même pas exagérer, Agglow a fait beaucoup pour moi. Pour nous. Merci vieux, je te serais redevable quand tu passeras ton examen. Enfin, nous retrouvons la lumière chaleureuse du soleil sur notre peau. Une bonne chose de faite ! Fuko m'invite dans sa chambre, je n'ai pas de raison de refuser... c'est un joli château. J'étais déjà allé en France une fois dans ma vie, mais pas dans un château à l'évidence.

J'entre la première, invitée par Fuko qui se précipite également dans la chambre et ferme la porte au nez d'Agglow... bien fait pour lui ! Rien que pour cette action, cette humaine me plaît désormais beaucoup ! Mais voyons cette chambre : un lit douillet, des miroirs géants, des placards avec des milliers de vêtements... la vie de princesse en clair ! Quelle chance elle a, cette humaine ! Je l'envie d'un certain côté... voyons le balcon. Quelle vue splendide... ! C'est tout bonnement le rêve... !


- Dis... Maya...
- Oui ?
- Je m'excuse pour la gêne occasionnée...
- C'est pas grave, ne vous en...
- Maya ! Descend tout de suite ! On a un problème à régler en bas !
- ... hum... ne vous en faites pas.
- Je... je dois t'avouer quelque chose... je...
- Maya bordel !
- Oui... j'ai compris... excusez-moi Fuko, mais je ne peux pas accéder à vos désirs plus longtemps. Vous m'en voyez désolée.

Cet Agglow... toujours là quand il ne faut pas. Descendre en bas ? Il en a de bonnes...
Bon... tant pis, je déploie mes ailes et je fais croire à l'humaine qu'elle rêve... Tu rêves petite Fuko, je ne suis pas réelle, regarde, j'ai des ailes ! Tu dors... et hop, je saute par-dessus la barrière du balcon et je rejoins Agglow en bas.
Aïe... je vois tout de suite le “problème”.
Le papa et la maman de Fuko n'agissent plus aussi naturellement... ils ne sont pas ce qu'ils prétendent être. Ce sont des monstres qui ont pris leur apparence. Que sont devenus les vrais... ? Je crains fort que ce ne soit fini pour eux, malheureusement...

Agglow et moi prenons chacun un poignard et nous plantons les deux créatures dans le cou. Elles qui étaient persuadées encore nous tromper n'ont pas déployés leur défense assez rapidement. Il n'empêche qu'elles résistent... et reprenne leur forme normale. Des DoppelGängers. Un chacun avec Agglow.
Il est rapide, mais moins que Weiss. Il est agile, mais moins que Akared. Il est fort, mais moins que Atios. Je m'en sortirais tout comme je parviens à m'en sortir face à des adversaires plus puissants ! Coup de couteau dans le bras, dans la jambe... il est toujours debout. Je parviens à lui planter dans l'œil et il fait beaucoup moins le malin. Deux trois coups plus tard, c'en est terminé. Je soupire, légèrement fatiguée. Agglow a également terminé le sien... tout est donc bien qui finit bien !


- Ouf... voilà... je crois que c'est terminé !
- Pauvre petite humaine. lâche Agglow, sombre.
- Hum ?
- Ses parents sont morts depuis le début Maya.
- Hum... c'est vrai...

Oui... c'est triste... elle ne se doute de rien, elle est heureuse de les avoir retrouvés... mais ce n'est pas moi qui lui annoncerais la chose. Je ne peux pas. Incapable d'annoncer les mauvaises nouvelles... Je ferais envoyer un messager divin, je n'ai pas d'autres choix.
Je lève la tête et la vois là-haut, regarder au loin, les yeux remplis de reconnaissance...

Désolée... je t'ai sauvé toi, mais je n'ai pas su protéger tes parents. Il était trop tard...
... et si mon examen est échoué à cause de ça, je l'accepterais.








- Hyaaaaaaaaaaaaa !
- La ferme Maya ! Ce n'est qu'une minuscule araignée !
- Tu déconnes ?! C'est une tarentule géante oui !
- Euh... ? C'est à moi que vous parlez... ?

Malin... elle a su suivre mon détournement sur les araignées, je n'aurais pas pensé qu'elle puisse être si réactive. Bravo Maya. Qu'aurait pensé la petite humaine si elle avait vu une main de squelette bouger et se réfugier dans une cavité ? À l'évidence, ça aurait été difficile comme départ.
Par contre, je crois que mon amie en fait trop. Attend... si ça se trouve, elle a vraiment cru voir une araignée...... c'est pas possible... Maya... Enfin... Tu es grande, tu n'as pas à avoir peur d'une bête pareille. C'est sur les monstres que tu devrais te concentrer...


- C'est un examen Maya, E.X.A.M.E.N...
- ...
- Ça va aller... ?

Regardez-la tenter de raser le mur opposé pour passer... C'est beau, j'aurais dû prendre mon appareil photo. D'ailleurs, j'ai mon portable... j'immortaliserais bien cet instant, juste pour faire un peu de chantage ensuite. Bon... je ne suis pas comme ça, gardons juste l'image en mémoire pour s'en amuser un autre jour.
Je me mets entre Maya et le mur pour qu'elle passe sans peur, puis je laisse filer les filles vers l'avant. Je plonge ma main dans le trou pour récupérer le morceau de squelette et l'écraser. Ça fera un danger de moins pour le retour... Bref, je les rejoins rapidement et sans bruit alors que Fuko vient d'expliquer quelques détails sans importance à Maya.


- Voilà, ce sont les cavernes souterraines dont je vous parlais tout à l'heure. C'est très facile de s'y perdre, c'est pour ça que je dois vous accompagner. Vous risqueriez de tourner en rond pendant des heures.
- J'avoue...
- J'avoue… fait la beauté des lieux en même temps que moi.

Belle synchro. Je te taquine ma petite Maya, cesse d'avoir ton si mignon petit air boudeuse. Tu vas me donner envie de te le faire garder si tu continues, et tu ne risques pas d'apprécier... je te connais.

- Je suis désolée si je vous ai offensée...
- Non non non non non ! Il n'y a aucun problème !
- T'es une gaffeuse Maya.
- Oui, bon, ça va !
- ... ??

Et rebelote, elle me répond. Je crois qu'elle a pas bien saisi le concept “visible” “invisible”, “audible” “inaudible”... Maya, tu es définitivement une petite gaffeuse. Et tu n'imagines même pas à quel point je peux te taquiner pour t'empêcher de continuer à me répondre. Quoique, ça m'amuse beaucoup comme concept. Je pourrais presque toucher Fuko et faire croire que c'est Maya qui l'a fait.
Allez dire ça à des humains, des hommes, c'est presque le rêve, non ?


- Je suis l'homme invisible. Je pourrais te mettre une main au cul, tu serais obligée de ne rien laisser paraître pour ne pas révéler mon existence.
- Ne m'amène pas sur ce terrain ou je t'en fous une.
- Pardon... ? Je... je suis désolée, c'est le seul chemin... et... et c'est vous qui avez insisté pour venir m'aider...

Dingue comme elle répond parfaitement comme il faut pour mettre l'autre fille en rogne. J'adore ! Je pourrais continuer pendant des heures Maya, tu ferais mieux de comprendre rapidement qu'il ne faut pas me répondre. Je parle, tu écoutes... et tu peux même faire ce que je te conseille. Je suis là pour ça. Tu m'as appelé pour cette raison, pas vrai ?
Bon... une nouvelle pièce. Si tu savais ressentir les choses autour de toi, Maya, tu comprendrais que cette salle est remplie d'ondes négatives... il y a une grande concentration de monstres au kilomètre carré. Et ce n'est pas avec ta lampe torche que tu risques de les voir. Faut pas se fier à tes yeux, ma grande...


- Que sont venus faire vos parents ici ?
- Explorer. Il parait qu'il y a des trucs cachés là-dessous, comme des trésors ou ce genre de choses. De plus, ils ont entendu des bruits et ont pensé qu'il pouvait s'agir de vandales... Je vous rassure, ils n'y sont pas allés seuls, ils ont d'abord appelé la police... Mais ça fait plusieurs jours qu'ils ne donnent plus de nouvelles... je crains le pire...
- Rassure-là, elle en a besoin.
- Mais arrête de parler sans arrêt, c'est mon enquête bon sang !
- ... mais... se vexe l'autre meuf.
- Pardon pardon ! Je voulais dire... je suis certaine que nous allons les retrouver !
- Je commence vraiment à douter de vous...
- Je suis désolée, ça ne se reproduira pas !

Ma future femme a du mal, vraiment... Elle rechigne, puis elle suit mon conseil. Ne reste plus qu'à ne plus faire de commentaire et tu tiendras le bon bout. La voilà maintenant qui s'agenouille devant cette humaine pour demander son pardon... c'est un peu abusé sur ce coup-là. La prendre par les sentiments, comme ça... Ok, ça fonctionne, mais je ne te félicite pas de profiter de la faiblesse d'une humaine...

- Je... D'accord, ce n'est rien, je vous pardonne !
- Merci merci !
- Je ne te savais pas comme ça... Tu préfères les femmes ?

Et bim. Si Atios voyait ça... ben dis donc... Je ne sais pas. Peut-être qu'il mettrait les deux dans son lit. C'est bien le genre du type, il se prend pour un roi.
Attend... pourquoi est-ce que... ? Maya embrasse cette fille ? Et qu'elle se frotte à elle comme ça, en me regardant ? C'est dégoûtant ! Elle embrassera Atios après... pauvre vieux, il se fait tromper en direct avec témoin... Qu'est-ce qui lui passe par la tête ? Ma future femme ne se bonifie pas avec le temps... je devrais peut-être l'épouser rapidement pour lui faire reprendre le droit chemin. Elle ne s'est jamais frottée à moi comme ça... même quand je lui sauve la vie. Merci Maya, merci...

Bon... On repart ? L'examen...
Merci, c'est pas trop tôt. Fini les cochonneries ? J'ai bien cru qu'elle serait capable de la foutre à poil pour la prendre direct sur place. Juste pour avoir la satisfaction de m'emmerder... franchement. Si tu ne veux plus que je te conseille, ok, j'arrête... adviendra ce qu'il adviendra.
C'est bien calme maintenant... c'est chiant. Hum... j'ai pensé trop vite. Ces deux hurlements... ils sont caractéristiques de deux squelettes des ombres, vivant habituellement dans les demeures abandonnées. Mais ils ont l'air faible, ces monstres ne doivent plus être en très bonne forme. Ce sera simple, même pour Maya. Je suis content de constater qu'elle fait de la protection de l'humaine sa priorité, elle réfléchit intelligemment sur le coup. Ok, Maya, allons-y.


- Que penses-tu de la vision périphérique ?
- Aucun problème pour le moment !
- Fait attention, ils peuvent surgir de n'importe où...
- Oui, ne t'en fais pas... ça ira tout seul.

Quoi ? Ces créatures n'ont pas d'épée ? Lol. Alors, ce ne sont que des pions. Il y aura quelque chose de plus gros derrière. Je peux définitivement laisser Maya se débrouiller, ils sont déjà morts d'avance... pour des squelettes... ha ha. Est-ce que je fais cette blague à l'oral ? Bof... elle ne va pas comprendre...

Allez... voilà qui est vite fait bien fait, bravo ma grande. Tu vois que tu peux y arriver. Humf... c'est bien ce que je pensais... des gargouilles. ... ? Elles aussi ont l'air limitées, elles n'essayent pas de cracher leurs flammes. Étrange... il doit y avoir un monstre plus gros derrière... C'est comme si on voulait nous faire croire qu'il y a du danger pour qu'on se relâche ensuite, pensant que le pire est passé. Je crains le pire pour les parents de la petite humaine. Regardez-moi comment je fracasse ces moustiques volants... ce n'est vraiment pas normal.
N'aie pas l'air si fière de toi Maya... Essaye de te douter de ce qu'il peut arriver ensuite. Le pire reste à venir, crois-moi.


- P... Pourquoi... est-ce que... vous êtes venue... ? Je vous... avais dit... d'attendre... mon signal ! fait mon amie, épuisée.
- Mais... vous avez dit que je pouvais avancer...
- Hum... je n'ai rien dit de tel... Elle souffle encore deux trois fois et reprend quasi normalement. Il y aurait donc d'autres personnes ici ? Je ne sais pas si ce sont vos parents... ou des gens moins bien intentionnés. Il faudra faire attention.
- Hum...

Crétine... c'est toi qui répond trop fort et l'autre qui croit que tu lui réponds à elle. Enfin, si ça peut te permettre de te convaincre de rester sur tes gardes, ça me va... On est vraiment verni aujourd'hui, la grâce est avec nous. Deus... si tu m'entends.

...

Bien fait, l'humaine est totalement sous ton charme. Tu vas l'avoir sur le dos maintenant... enfin, pas que sur le dos à l'avenir j'imagine. Ça t'apprendra à me faire chier. Je le dirais à Atios tiens, il sera content de l'apprendre. Je ne vais pas gêner. D'ailleurs, je pourrais aussi lui parler de “l'enfant perdu”... tu as beau faire comme si de rien n'était, je suis certain que tu y penses sans arrêt. Isanagi aurait pu être grand-père... à lui aussi, je pourrais le dire. Et que tu embrasses une humaine, je suis persuadé qu'il consentirait à 100% et serait très fier de toi. Tu comprendras peut-être que tu es allé trop loin. On ne me provoque pas de la sorte, moi.
... qu'est-ce que je raconte ? Je ne suis pas comme ça. Au diable ma jalousie... Je ne trahirais pas mon amie. D'ailleurs, je ne sais pas du tout ce qu'elle ressent... Intérieurement, elle est très forte et ne dévoile absolument rien de ses sentiments face à cette situation. Elle reste gaie alors qu'elle devrait être effondrée. J'aimerais tellement être dans sa tête pour comprendre ce à quoi elle pense maintenant. Elle doit se retenir sans arrêt... se retenir pour ne pas exploser. J'aimerais la soulager, mais je ne suis pas la personne idéale. Isanagi... lui seul peut faire quelque chose pour Maya. Et paradoxalement, Maya est la seule personne à pouvoir faire quelque chose pour lui.


- On y est !
- Prudence.

Maya a l'air de comprendre où je veux en venir... bien.
... c'est presque l'heure de la révélation finale. J'espère vraiment que la petite humaine pourra tenir le choc...


- Maman ! Papa !
- Quoi ?!
- Allons-bon...

Je remarque immédiatement l'impensable : ce sont des monstres dans des corps humains. Ils ont l'apparence des parents de la petite... ce qui veut donc bien dire qu'ils ont été tués plus tôt. Ces deux créatures ne semblent pas vouloir attaquer... j'imagine qu'elles ne connaissent pas le chemin de la surface et ont sagement attendu qu'on vienne les chercher. Malin... mais ça ne passe pas avec moi.

Je les laisse papoter entre eux et convenir de remonter le plus tôt possible. Je ne dois pas perdre de vue ces deux zigotos... aussi, je reste en retrait pour analyser le moindre de leur mouvement. Nous voyons rapidement la sortie du tunnel et Maya décide de suivre l'humaine dans sa chambre... À quoi pense-t-elle maintenant... ? Ne me dites pas qu'elles vont... ?
Ouch... je n'ai pas été assez rapide, elle a refermé la porte avant que je n'entre... la petite... Bon... Ok Maya, je continue sans toi. Continuons de surveiller les deux lascars pour voir ce dont il en retourne.
Je redescend donc et les voit dehors... Je les observe... et ils ont l'air étranges. Ça ne sent pas bon du tout. Je ne sais pas ce qu'ils sont, mais ils sont dangereux. On ne peut pas les laisser se balader à l'air libre, pas question.


- Maya ! Descend tout de suite ! On a un problème à régler en bas !

Aucune réponse... est-ce qu'elle est devenue sourde aussi ?

- Maya bordel !

Je ne sais pas ce qu'elle fout, mais elle est longue. Tu m'étonnes, elle est peut-être en train de se rhabiller précipitamment. J'espère qu'il y a une caméra de surveillance dans la chambre, histoire que je récupère la vidéo… Ah… la voilà. Au passage, bravo pour la discrétion avec les ailes, quel choix prudent... Bien, il lui a suffi d'un signe de ma part pour comprendre ce que je veux lui faire comprendre sur ces deux individus. Chacun prend le sien Maya, bonne chance.
Je m'avance vers le miens et, grâce à mon couteau affûté comme une lame de rasoir, je lui tranche la carotide. Ça, c'est fait... Hum... il résiste ? Impressionnant... Il n'empêche qu'il fait moins le malin maintenant. Tu es tombé sur plus intelligent que toi, vieux. Alors qu'il reprend sa forme classique, je l'attaque à nouveau et le blesse encore plus gravement... mais je crois que ça ne fonctionne pas très bien. Du côté de Maya, ça à l'air plus efficace. Est-ce qu'elle s'en rend compte ?
Plus ça va, et plus j'ai l'impression qu'elle l'a dans le sang. Une histoire de famille qui est en train de remonter et s'éveiller en elle. En duo avec Isanagi, elle pourrait faire des étincelles... et je crois qu'elle y arrivera un jour. Je vais suivre ses mouvements et tenter de les reproduire. Tout de suite... ça fonctionne du tonnerre. Au troisième passage, le monstre s’effondre et ne bougera plus jamais de sa vie. Normal, il est mort... ha ha. Quel humour, vraiment...


- Ouf... voilà... je crois que c'est terminé !
- Pauvre petite humaine.
- Hum ?
- Ses parents sont morts depuis le début Maya.
- Hum... c'est vrai...

Une mauvaise nouvelle à annoncer en perspective... mais elle n'est pas obligée d'y aller elle-même. Je sais qu'elle est dans une passe difficile, alors, annoncer une terrible chose, très peu pour elle. Je ne devrais pas la laisser faire... je l'en empêcherais s'il le faut.
En tout cas, Maya, tu peux être fière de toi : tu viens de réussir ton examen, félicitations !








- Hyaaaaaaaaaaaaa !
- La ferme Maya ! Ce n'est qu'une minuscule araignée !
- Tu déconnes ?! C'est une tarentule géante oui !
- Euh... ? C'est à moi que vous parlez... ?

Deux petits bouts de femmes tentent de descendre les escaliers qui mènent au sous-sol... mais un premier obstacle s'est dressé devant elles très rapidement. À peine quelques marches en vérité... L'ombre d'une créature peu ragoutante se déplace sur les murs rocheux et termine sa fuite dans une cavité murale. Maya n'a plus aucune envie d'avancer maintenant... même si elle sait que la chose ne sortira pas de son trou, elle n'a même pas le courage de passer à côté. Ben oui : imaginons que par hasard, ce truc ressorte, saute sur Maya et s'introduise malencontreusement dans ses vêtements... Beurk ! Elle aurait la frousse de sa vie...
À ses côtés, Fuko Lemarchand, une humaine de 17 ans, fille des propriétaires du château. Française par adoption, japonaise d'origine. Elle n'a pas l'air d'être effrayée outre mesure par ces soi-disant monstres à huit pattes... Ce doit pourtant être l'enfer d'imaginer qu'une telle créature puisse vivre tranquillement chez soi. S'il y avait une de ces choses dans la chambre où elle vit... Maya n'y vivrait plus !

Derrière elles, un homme efféminé se prend la tête dans les mains, décontenancé par l'attitude de l'apprentie déesse. Agglow, l'ami dévoué, qui accepte toujours d'aider Maya quand elle le lui demande. Il est ici pour la recentrer et l'empêcher de fuir si l'envie lui prenait... comme maintenant.


- C'est un examen Maya, E.X.A.M.E.N...
- ...
- Ça va aller... ?

Maya doit râper le mur opposé pour fuir le « passage araignée »... et fort heureusement pour elle, son médecin la couvre. Les compagnons peuvent reprendre la marche et rapidement, ils arrivent en bas de l'escalier sans subir de nouvelles attaques visuelles. Ce sera le point de départ et le début des vrais ennuis : en effet, le sol et les murs sont jalonnés de trous de tailles diverses. Un ou cent mètres de profondeur, on ne peut même pas faire la différence. Il y a également des ouvertures plus larges sur le côté faisant penser à des sentiers adjacents, même si le chemin le plus évident reste pour le moment la ligne droite.

- Voilà, ce sont les cavernes souterraines dont je vous parlais tout à l'heure. C'est très facile de s'y perdre, c'est pour ça que je dois vous accompagner. Vous risqueriez de tourner en rond pendant des heures.
- J'avoue... J'avoue...font Maya et Agglow en cœur.

Ça a le don de faire pouffer Agglow et d'agacer Maya. La logique est simple : l'humaine ne voit pas le dieu guérisseur, elle s'adresse uniquement à Maya... et quand Agglow dit « j'avoue », il parle bien entendu du talent certain de sa jeune collègue pour s'égarer dans les endroits les plus incongrus. Elle le remercie d'ailleurs en lui offrant un magnifique air boudeur, que l'humaine prend à son égard.

- Je suis désolée si je vous ai offensée...
- Non non non non non ! Il n'y a aucun problème !
- T'es une gaffeuse Maya.
- Oui, bon, ça va !
- ... ??

La gaffeuse, donc, pose ses mains sur sa bouche et hoche vivement la tête. Elle n'a pas le droit de dire qui elle est réellement ni qu'un dieu invisible l'accompagne... de toute façon, Fuko la prendrait pour une folle. Heureusement, cette attitude à regretter ce qu'on vient de dire a pour conséquence de faire sourire l'autre fille.

- Je suis l'homme invisible. Je pourrais te mettre une main au cul, tu serais obligée de ne rien laisser paraître pour ne pas révéler mon existence.
- Ne m'amène pas sur ce terrain ou je t'en fous une.
- Pardon... ? Je... je suis désolée, c'est le seul chemin... et... et c'est vous qui avez insisté pour venir m'aider...

Maya lève les yeux au ciel. Agglow en fait exprès... Lui qui d'habitude est respectueux du langage et très à cheval sur les bonnes manières, le voilà à faire le pitre. C'est malin... Tout ça pour taquiner sa partenaire. Il sourit bêtement en plus... croit-il vraiment que ça l'amuse ? Ce n'est pas comme s'il y avait des monstres dangereux là-dessous. Examen qu'il disait...
Les trois compères débouchent à présent sur une salle assez haute de plafond et très vaste, avec pas mal de grottes annexes... Mais à partir d'ici, l'éclairage est nul : il faut sortir les lampes torches. D'après les explications de Fuko, tous ces chemins mènent à des lieux différents... il doit y en avoir des centaines. Tous les ingrédients sont là pour le plus parfait des films d'horreur. Une vision à la première personne, une lampe torche qui clignoterait presque dans les moments les plus critiques... Un vrai (Project) Zero grandeur nature.


- Que sont venus faire vos parents ici ?
- Explorer. fait l'humaine, apparemment ravie qu'on lui pose la question. Il parait qu'il y a des trucs cachés là-dessous, comme des trésors ou ce genre de choses. De plus, ils ont entendu des bruits et ont pensé qu'il pouvait s'agir de vandales... Je vous rassure, ils n'y sont pas allés seuls, ils ont d'abord appelé la police... Mais ça fait plusieurs jours qu'ils ne donnent plus de nouvelles... je crains le pire...
- Rassure-là, elle en a besoin.
- Mais arrête de parler sans arrêt, c'est mon enquête bon sang !
- ... mais... se vexe-t-elle.
- Pardon pardon ! Je voulais dire... je suis certaine que nous allons les retrouver !
- Je commence vraiment à douter de vous...
- Je suis désolée, ça ne se reproduira pas !

Maya s'agenouille devant Fuko et l'enlace au niveau de la ceinture. L'autre humaine en est toute émoustillée. Elle tente bien de la relever mais la petite déesse s'accroche solidement. Fuko n'a d'autre choix que d'accepter les excuses et d'oublier toutes ces méchantes allusions... même si elle le fait avec joie. Ce n'est pas très amusant de se faire insulter sans arrêt...

- Je... D'accord, ce n'est rien, je vous pardonne !
- Merci merci !
- Je ne te savais pas comme ça... Tu préfères les femmes ?

Éreintée par cette ultime remarque, notre imprévisible déesse se relève, saute au cou de l'humaine et l'embrasse amoureusement sur les lèvres. Elle l'enlace ensuite tendrement en se collant et en se frottant sensuellement contre elle.
Fière de sa vengeance, Maya sourit en direction d'Agglow qui semble à son tour jaloux et boudeur. Victoire ! Ça lui apprendra à faire son malin et à poser des questions sans intérêt. Maintenant qu'elle a réussi à lui fermer son clapet, elle va enfin avoir la paix.

La déesse attrape donc la main de sa première protégée humaine et elle l'entraîne pour la ramener dans le monde des conscients. On n'entend plus que le bruit de leurs pas maintenant... une évolution pas au goût de tout le monde, surtout quand une dizaine de minutes de marche plus tard, un bruit se fait entendre au fond du couloir. Des râles. À tous les coups, ce ne doit pas être un animal des plus sympathiques...
Maya sort un bâton métallique de son sac et met son bras en opposition pour empêcher Fuko d'avancer. Elle acquiesce pour lui signifier qu'elle s'en occupe et lui adresse un sourire pour lui faire comprendre qu'elle ne doit pas s'inquiéter. Les deux dieux se font signe de la tête, puis avancent prudemment alors que Maya tente de dévoiler les alentours avec sa torche électrique. Rapidement, l'humaine est loin derrière... ils peuvent reprendre leur discussion discrètement.


- Maya... ? ose Fuko, espérant que tout se passe sans encombre.
- Que penses-tu de la vision périphérique ?
- Aucun problème pour le moment !
- Ouf... je peux avancer ?
- Fait attention, ils peuvent surgir de n'importe où...
- Oui, ne t'en fais pas... ça ira tout seul.

Et Fuko court les rejoindre.
Les bruits sont de plus en plus proches, des plaintes semblables aux zombies morts-vivants dans Minecraft. Ça fait froid dans le dos, surtout dans une caverne aussi sombre... Bientôt, deux formes blanches opaques apparaissent. Des os, rien que des os et des yeux rouges qui brillent... à en faire pâlir un dieu. Ni une ni deux, Maya prend la position d'un batteur au base-ball. Ils sont tellement lents et inorganisés qu'elle ne va pas les manquer, ça non...
Bam ! Le crâne du premier vole en miettes.
Crash ! La tête du second est séparée de son corps, même si ce dernier continue de bouger. Maya l'achève en lui déboîtant les membres uns à uns.

...

C'était bizarrement trop facile, rien à voir avec les combats avec Weiss, Akared ou Jennifer. Est-ce que Maya serait devenue forte ? Pourquoi pas... après tout, elle fait du mieux qu'elle peut pour se muscler et augmenter sa souplesse/rapidité.
Pas le temps de crier victoire, car voici venir une troupe de chauve-souris... Oh que non, c'est plus gros et plus dangereux que ça ! Au nombre de cinq, ces gargouilles volent dans tous les sens et tentent de mordre les trois malheureux jeunes gens. Trois ? Oui... aucune différence entre les dieux visibles ou invisibles et les humains, tous sont logés à la même enseigne. Maya tente bien de répliquer avec les mêmes coups de batte, mais ça fonctionne moins bien quand les cibles sont si mouvantes. Il faudra plutôt faire du corps à corps, les attraper à mains nues et les tuer ainsi.

En levant les mains et en moulinant un peu au hasard, la déesse parvient à en attraper une première. Elle la colle sur le sol et l'écrase à répétition à l'aide de sa chaussure, jusqu'à ce que la bestiole ne bouge plus. 1 sur 5. Une mini gargouille s'est posé sur l'épaule de Fuko et commence à l'agresser. La pauvre humaine ne comprend pas ce qui lui arrive... mais deux secondes plus tard, le score de Maya monte d'un nouveau cran : 2 sur 5. On ne touche pas à sa petite humaine protégée, ça non ! Agglow aussi s'est débarrassé de deux gêneurs, n'en reste donc plus qu'une. Elle les nargue à voler si rapidement dans tous les coins.
Au tour de Fuko de ceinturer Maya par derrière. Elle a peur, et se réfugie derrière sa protectrice toute désignée. C'est un peu gênant... combativement parlant, mais ça ne fait rien. Mieux vaut qu'elle soit sauve pour que Maya puisse réussir son examen. Le contraire serait fâcheux... d'autant qu'elle n'a jamais entendu parler d'apprenti échouant à un examen. Elle ne sera pas la première !

Cinq minutes plus tard, la chose vit toujours et les trois camarades sont exténués. Maya sort son dernier atout : une sorte de poignard très fin et extrêmement coupant. Premier assaut, la déesse effleure la bestiole qui commence à perdre du sang. La chose ralentit, le second assaut en devient davantage destructeur. Au bout de quatre passes, c'en est terminé de ce groupe de monstres... Les deux femmes peuvent souffler.


- P... Pourquoi... est-ce que... vous êtes venue... ? Je vous... avais dit... d'attendre... mon signal ! fait Maya, épuisée.
- Mais... vous avez dit que je pouvais avancer...
- Hum... je n'ai rien dit de tel... Elle souffle encore deux trois fois et reprend quasi normalement. Il y aurait donc d'autres personnes ici ? Je ne sais pas si ce sont vos parents... ou des gens moins bien intentionnés. Il faudra faire attention.
- Hum...

Maya a droit à une bise sur la joue comme récompense...
Mais les ennuis ne sont pas terminés. Après une pause brève, les trois acolytes reprennent la route vers les profondeurs encore plus obscures. Après des squelettes et des gargouilles, qui sait ce qu'on peut trouver plus profondément encore... Enfin, du moment que ce ne sont pas des araignées géantes, ce sera un jeu d'enfant que d'y faire face.

Le ventre de Maya gargouille... Celle-ci soupire et commence à gigoter. Voilà une heure qu'ils sont partis tous les trois... et la nature reprend toujours ses droits à un moment ou à un autre. Elle s'en accommodera. Tous trois continuent leur bout de chemin, traversant encore des dizaines et des dizaines de grottes... à ne plus savoir où donner de la tête. Agglow semble songeur... le combat précédent lui a donné à réfléchir. Jusqu'à ce qu'enfin...


- On y est !
- Prudence.

Maya acquiesce en prenant un air sérieux. Elle agrippe fermement son arme et ils entrent dans la dernière grotte. Surprise totale... c'est une chambre aménagée... et deux corps semblent endormis sur le lit.

- Maman ! Papa !
- Quoi ?!
- Allons-bon...

Réveillés par le vacarme, les deux adultes ouvrent les yeux et se lèvent en se frottant les yeux. Ils ont l'air plutôt en forme... pour des disparus. Par hasard, est-ce que Fuko aurait loupé un morceau de conversation disant qu'ils resteraient quelques jours enterrés pour rester à proximité du site ? L'humaine rougit en regardant Maya, honteuse...
S'en suivent les présentations et la bonne et joyeuse fin de l'histoire. D'un commun accord, tous décident de remonter les cavernes pour retrouver la douceur et le luxe du château. Le trajet est beaucoup plus rapide pour le retour, les sentiers étant beaucoup plus sûrs après un premier passage. Fuko louange les talents de Maya à ses parents, qui semblent à la fois sceptiques et impressionnés... l'apprentie en est presque toute retournée. Mais elle sait parfaitement qu'Agglow a également beaucoup à voir avec la victoire... alors, elle sait se tenir et le remercie d'une tape amicale dans la main. Ni vu ni connu.

Arrivé dans l'entrée de sa demeure et voulant remercier gracieusement Maya, Fuko l'amène dans sa chambre pour la lui faire visiter. Agglow n'étant pas invité, il préfère rejoindre l'entrée de la demeure et attendre sa partenaire pour retourner aux cieux.
Sur le balcon, les deux femmes papotent...


- Dis... Maya...
- Oui ?
- Je m'excuse pour la gêne occasionnée...
- C'est pas grave, ne vous en...
- Maya ! Descend tout de suite ! On a un problème à régler en bas ! gueule Agglow.
- ... hum... ne vous en faites pas. fait Maya, déstabilisée.
- Je... je dois t'avouer quelque chose... je...
- Maya bordel !
- Oui... j'ai compris... excusez-moi Fuko, mais je ne peux pas accéder à vos désirs plus longtemps. Vous m'en voyez désolée.

Maya déploie ses ailes, sourit, puis enjambe la barrière et se laisse tomber du troisième étage en faisant signe de la main à sa protégée. Bon... maintenant, retrouver Agglow. Il est tout en bas, juste sur le pallier : Maya effectue quelques battements d'ailes discrets puis se pose à ses côtés. Il lui fait un signe de la tête pour qu'elle regarde un peu plus loin, ce qu'elle fait sans attendre ni discuter. Elle comprend tout de suite ce dont il s'agit...
Deux humanoïdes se dressent devant eux... mais même s'ils en ont l'apparence, ce ne sont plus les parents de Fuko. Leurs mouvements sont saccadés, peu académiques, comme s'ils avaient du mal à bouger sous cette peau. Par chance, ils pensent encore faire illusion... et nos deux camarades dieux peuvent les assaillir avant même qu'ils n'aient déployés leur défense. Le combat en équipe, l'harmonisation de leurs attaques et leur synchronisation quasi-parfaite, c'est devenu leur truc. Une marque de fabrique. Depuis quand combattent-ils ainsi ? Quel entraînement suivent-ils ? C'est presque naturel... à en faire pâlir de jalousie certains qui doivent redoubler d'efforts pour arriver à des résultats moins convaincants.

Les deux DoppelGängers ne peuvent résister très longtemps.
Le duo les supprime sans réelle difficulté, avec une violence tout à fait exceptionnelle... Compte-tenu de leur passé, il était difficile de prévoir qu'ils pourraient tous les deux aussi bien se débrouiller.


- Ouf... voilà... je crois que c'est terminé !
- Pauvre petite humaine. lâche Agglow, sombre.
- Hum ?
- Ses parents sont morts depuis le début Maya.
- Hum... c'est vrai...

Elle baisse la tête. Deux humains sont morts... ça fait... bizarre.
Quelle différence avec les nouvelles qu'elle pouvait voir à la télévision dans le passé ? Des milliers d'humains meurent tous les jours, et personne ne peut rien faire pour eux. Ça devait se passer comme ça... Fuko devait devenir orpheline. Pourquoi ça ? Était-ce la volonté de Deus ? Si c'est réellement le cas...
Ce serait d'une injustice sans nom.
[Examen] Tout dépend du point de vue...
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» M - Cassandre ou Ariane, tout dépend... [FINIE]
» Messire, messire, un sarrasin dans une charriote du diable ! c’est tout ferré y’a point d’bœuf pour tirer !
» " l'optimisme c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. "
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Campagne :: Le château-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page