Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\]

 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mer 13 Mar 2013 - 18:38
Calliste le laissa jouer avec sa bouche en profitant pour caresser ses fesses avec délectation. Elle se recula un peu en fronçant les sourcils, échappant à son étreinte, lorsqu'il lui dit à nouveau qu'il l'aimait. Elle ne savait pas trop quoi faire ni dire, l'amour, elle ne connaissait pas, elle choisit donc de parler comme elle sentait les choses, lui caressant la nuque en même temps.

"Moi j'aime être près de toi, sentir le contact avec ta peau douce et chaude, que tu sois en moi"

C'est tous ce qu'elle pouvait dire, affirmer, c'était sincère bien qu'un peu difficile à expliquer. Pour éviter un échange de tirades mielleuse, elle l'attira sur le lit à l'aide de sa main sur sa nuque et le força à s'allonger sur le dos en appuyant sur son buste. Elle grimpa sur le lit, de bout, une jambe et part et d'autre de son corps, le dominant. Elle finit par s'agenouiller sur lui, il lui attrapa les fesses, elle ramena donc le bassin au dessus de sa virilité. Sa remarque la fit rire gentiment, aussi elle vint saisir son pénis, commençant à le masturber doucement.

"Pourquoi je voulais t'emmener ici ?"

Elle s'empala sur sa verge subitement, se laissa tomber dessus pour une pénétration profonde et délicieuse.

"Pour faire un scrabble ..."

Elle se pencha en avant pour retirer la virilité de Corvo, venant par la suite, la saisir pour caresser l'entrée de son vagin en de petits cercles, rien qu'avec son gland. Elle le regardait avec des yeux qui criaient au sexe.

"à moins que tu n'ais autre chose en tête ..."

Elle continua de jouer à l'entrée de son vagin avec son gland, tandis que sa seconde main vint commencer à caresser son clitoris. Une espèce de provocation en somme.
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mer 13 Mar 2013 - 19:13


L a remarque de Calliste lui arracha un petit rire aussi. Les réponses de sa compagne étaient très... amusantes. Puis, elle s'empala soudain après avoir exercé son talent en le masturbant. Corvo fut surpris, agréablement surpris. La verge de Corvo rentra en un seul coup entière dans le vagin de Calliste. Cette soudaine source de plaisir lui arracha un petit gémissement, pas de plainte, mais de plaisir. Il voulait qu'elle commence à faire le mouvement propre au sexe, surtout dans cette position où ils pouvaient se donner beaucoup de plaisir l'un à l'autre. Sauf qu'à son plus grand malheur, elle enleva sa verge la laissant directement à l'air froid, coupant la source de plaisir laissant sa verge palpiter du plaisir qui lui manquait déjà. Elle commença aussi à caresser l'entrée de son vagin avec son gland, donnant une sensation exquise mais pas autant que la pénétration qu'elle lui avait donné. Serait-ce de la provocation? Corvo s'en doutait car elle commençait aussi à se caresser le clitoris. De plus les yeux de Calliste pétillaient, sous l'effet du plaisir. Il la regarda avec un sourire, et demanda.

" Tu as une autre idée toi? "

Puis, s'asseyant sur le lit et la ramenant vers lui il l'embrassa langoureusement profitant de cette instant pour la faire une fois de plus s'empaler sur sa verge, contente d'avoir retrouvée la chaleur qu'elle convoitait tant. Tenant Calliste par le bassin, il glissa une de ses mains à l'avant, caressant son clitoris, en faisant des petits cercles malgré le manque d'espace à cause de leurs deux corps chauds et mouillés de la douche rapproché l'un près de l'autre. Mais grâce aux seins de Calliste qui s'écrasaient contre son torse, ce qui l'excitait encore plus, il arrivait à garder une place pour manœuvrer comme il faut.
Après avoir mordillé sa lèvre inférieur avant de s'être décollé de sa bouche, il lâcha une remarque provocatrice.

" C'est moi qui dois le faire, ou tu y arrives toute seule..?"

Corvo ne se doutait pas que cette magnifique femme avait de longues années derrière elle de sexe et d'expériences sexuels sauf qu'il ne pouvait attendre. On pouvait lui reprocher d'être impatient mais il aimait les femmes, et surtout celle-là. Il se demanda si elle connaissait le mariage, car on a pas intérêt à se tromper à l'académie sinon notre petit-ami ou petite-amie le saura rapidement et autant dire que cela ne doit pas être la fête.

Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mer 13 Mar 2013 - 20:57
Calliste savourait le doux son du râle masculin, continuant à se faire du bien, le fixant des ses yeux provocateurs, haussant juste un peu les épaules après sa remarque. Une femme se devait de se faire désirer après tout, non ? Elle bougea à peine lorsqu'il vint l'embrasser, jouant avec sa langue pour lui donner davantage envie. Elle le sortit bien vite après sa pénétration, elle l'avait supplié une fois, il allait devoir faire de même pour retrouver le plaisir charnel. Elle le laissa jouer avec son corps, cela lui faisait beaucoup de bien, il savait y faire, c'était indéniable, mais elle savait aussi que ça l'exciter. Elle prit sa voix sucrée et se pencha à son oreille, frottant délicieusement ses seins contre son buste, la chaleur émanant de se frottement étant forte appétissante.

"Si il y a bien une chose que l'évolution a fait d'appréciable pour la femme, c'est la descente des parties génitales, de sorte que vous autres les mâles ne puissiez plus nous pénétrer sans notre consentement comme les animaux en rut que vous êtes ... Tu veux remettre ta queue au chaud ? ... Supplie moi ..."

Elle le plaqua au lit, cessa de jouer avec sa verge, lui rendant ses mains pour laisser les siennes s'occuper d'elle même. Elle commença à se doigter en gémissant, caressant la douce paroi pour lui donner l'envie de la supplier. S'apprêtant à l'empêcher de faire quoi que ce soit, s'il la voulait, il fallait qu'il s'étale en supplications. Sinon il n'aurait rien.

"Vous nous considérez comme le sexe faible depuis des années, mais en fait, c'est nous qui avons le pouvoir ..."
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mer 13 Mar 2013 - 21:18


C orvo devait avouer qu'elle savait y faire. Elle savait le faire désirer, elle savait comment faire d'un homme un esclave. Quand elle s'extirpa et commença à se doigter, il eût du mal à se retenir de lui sauter sur elle et lui faire l'amour. Il en avait envie, manquerait plus qu'une force invisible le possède et le fasse sauter sur Calliste. Il continua cependant à la regarder se tripoter et gémir. Elle voulait le faire supplier... à ce train-là c'est ce qu'il allait faire. En faisant ce qu'elle faisait, elle torturait Corvo de ne pas pouvoir la posséder... Corvo voyait maintenant pourquoi elle ne voulait pas faire l'amour.

" Quelle coquine..."

Corvo se rendit compte après avoir dit cette phrase qu'il avait dit à voix haute. Mais il en avait rien à faire, il n'était plus dans le monde humain, ou avec une autre fille complètement coincé: Il était avec la femme qu'il aimait. Ne pouvant plus résister, il souffla, ferma les yeux et fit ce qu'elle demandait.

" Calliste, j'ai terriblement envie de toi... Alors je t'en supplie, laisse-moi te posséder. "

Heureusement qu'il n'y avait personne autour, car pour Corvo s'était la mise à mort de sa dignité en tant qu'homme. Mais, il assumait. Si on venait devant lui en lui demandant s'il l'avait fait il répondrait à l'affirmative. Il la regarda dans les yeux, et fit un sourire timide.

" Alors, c'est bon? "

Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mer 13 Mar 2013 - 23:23
Calliste sourit presque amoureusement à sa remarque, redoublant d'effort avec ses doigts pour le faire craquer, cela dit, plus elle s'affairait, plus elle se sentait vaciller. Elle n'était en rien choquée, c'était une des phrases les plus mignonnes qu'on ait pu lui dire durant un acte de ce genre. Son cœur s'arrêta de même que son vagin se contracta violemment lorsqu'il avoua avoir envie d'elle. D'après ses mimiques, son attitude, cela devait lui coûter, autant qu'à elle un peu plus tôt, mais il l'avait fait c'était le principale bien qu'elle fut intimement convaincue qu'on pouvait faire ce que l'on veut d'un mâle pourvu qu'on monnaye en sexe ... Et après c'est les femmes qu'on prénommait prostituée ... Décidemment l'être humain était drôle ... Elle s'arrêta de se toucher et posa une main sur le matelas, de l'autre elle vint lui pénétrer la bouche de ses doigts félins pour qu'il puisse la goûter. Il souriait timidement, mais pourquoi ? Elle avait promis de lui faire plaisir s'il prononçait la complainte magique, aussi elle pencha la tête et vint lui susurrer à l'oreille.

"Un marché est un marché amour"


Et elle s'empala sur lui comme la première fois, gémissant d'aise, cette sensation lui avait manqué bien qu'il fut en elle il n'y a pas si longtemps que cela. Elle prit la position accroupie pour effectuer de brusque et profondes pénétration avant de revenir à califourchon sur lui, traçant des cercles avec son bassin. Le frottement produisait une chaleur intense la faisant vibrer de toute part. Elle se baissa et vint l'embrasser avec appétit, elle lui murmura par la suite.

"Viens avec moi, donne moi des coups de reins comme tu peux, aide moi à jouir"

Elle se redressa pour se cambrer, passant ses mains derrière les cuisses de son compagnon pour un bon appui et entama des vas et viens avec le bassin, les jambes bien écartées pour le rentrer tout entier. Elle augmentait progressivement l'allure, soutenant la cadence avec aisance, les mouvements étaient très amples et rapides. Calliste connaissait bien son corps, et cette position avait l'avantage de frotter son clitoris contre son amant. La chaleur du frottement, celle qui émanait du sexe de Corvo, des contractions plus fortes commencèrent à émerger, se rapprochant de plus en plus de même qu'elle accélérait la cadence. Bientôt une première secousse plus forte que les autres l'immergea suivit d'autres très rapprochées et de même intensité. Elle ne pu contenir un cri saccadé de plaisir tant elle était envahie par le plaisir. Nul doute que s'il y avait eut des malades dans l'infirmerie ce jour là, ils l'auraient entendu tant ses cris retentissaient dans les locaux. Après quelques vas et vient plus lent elle s'arrêta, continuant de gémir et tombant sur le buste de son homme, transpirant et haletante. Elle n'osa pas relever la tête et enfouit son visage dans la poitrine de Corvo, un peu honteuse, étonnée d'avoir fait cela et encore délicieusement emplie du plaisir qu'ils s'étaient donné.
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Jeu 14 Mar 2013 - 22:14


C orvo n'allait pas tarder à jouir, il en était même très prêt. Ce moment fut encore raccourci quand Calliste, après lui avoir fait goûté son corps en mettant les doigts dans la bouche de Corvo, après l'avoir embrasser, et après avoir commencé des mouvements qui permettaient une pénétration profonde et ample. Il adorait aussi sentir sa verge explorer tous les recoins de son vagin et la chaleur qu'elle produisait. Puis, quand elle changea de position et lui demanda assistance il céda. Corvo ne se retint pas, il jouirait bientôt alors autant en profiter. Il commença à donner des coups de reins pour augmenter la profondeur de la pénétration et la pénétrer avec force. Il devinait aussi que Calliste ne tarderait pas à jouir. Pile à ce moment-là, quand il sentit qu'il allait jouir, il sentit le vagin de Calliste se contracter et il sentit des secousses. Corvo savait qu'elle jouissait il décida donc de jouir aussi, éjaculant toute sa semence dans le vagin accueillant de Calliste dans un gémissement de plaisir. Il n'avait pas éjaculer dans un vagin depuis longtemps, et cela ne lui déplaisait pas du tout. Il donna un dernier coup de rein avant que Calliste ne retombe sur lui, essoufflée, en sueur, et gêné. Il la trouvait mignonne, avec sa tête sur son buste et surtout avec le cri qu'elle avait sortie de sa gorge quelques secondes auparavant. Corvo l'entoura de ses deux bras et se mit sur le côté, autant sa verge du vagin de Calliste. Il la retourna vers elle et l'embrassa d'un long baiser langoureux.

" Alors... Tu as aimé? Parce que je saurais pas comment t'expliquer autrement..."

Il afficha un sourire sincère, pour montrer à Calliste qu'il rigolait. Il se rapprocha d'elle pour la sentir près de lui, car il adorait sa peau, son corps, il adorait tout en elle. Puis se rendant compte de ce qu'ils avaient fait, il se releva pour observer les dégâts: Le lit était aspergé d'eau à cause de la douche. Le lit était...en faite, il y avait plus de drap sur le lit, ni de couette, rien. Peut-on considérer cela un lit? Peut-être que oui. Le sol était mouillé aussi. Il se recoucha sur le dos, près de Calliste, en soufflant un grand coup.

" Je crois qu'on va avoir du ménage mon amour..."

Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Jeu 14 Mar 2013 - 23:06
Calliste se laissa manipuler comme une poupée de chiffon, toujours le visage enfouit dans le buste de Corvo, elle eut juste un petit mouvement de recul de la tête lorsqu'il vint l'embrasser, le laissant quand même goûter ses lèvres. Sa pudeur sentimentale en prenait quand même un sacré coup, la pilule était difficile à avaler, même si elle devait avouer se sentir bien dans ses bras. Elle fronça un peu les sourcils, osant le regarder furtivement lorsqu'il parla. Elle qui pensait que l'amour était une chose psychique, pas physique, un ressentit d'où certaines actions découlaient, pas une acte en lui même.

"Donc l'amour c'est juste avoir un rapport un rapport sexuel ? Dans ce cas là j'ai déjà aimé alors ..."

Oui elle avait aimé la seconde partie de son court discours la chamboulait quelque peu, elle aurait aimé des hommes, des tas d'hommes sans le savoir ? Pourtant avec Corvo il y avait ce je ne sais quoi de différent. Mais bon, il s'y connaissait mieux qu'elle, s'il le disait, c'est que cela devait être probablement vrai. Elle se serra tout contre lui, pour profiter de sa chaleur qui l'apaisait tant, mais aussi de son odeur, et de sa présence qui la rassurait. Cette sensation peau contre peau était quand même forte délectable. Elle jeta un coup d'œil à la pièce, étonnée, elle ne s'était pas rendue compte de la pagaille qu'ils avaient mis, le désordre régnait maintenant en maître dans la pièce pourtant si petite. Elle haussa les épaules.

"Je m'en occuperais ... Tu es censé être en "convalescence"..."

Elle avait prononcé le dernier mot en mimant des guillemets de ses doigts félins, souriant un peu quand elle repensait à ce qu'il venait de faire ... C'était loin d'être reposant ! Elle était rassurée d'avoir trouvé une occupation pour ne pas avoir à penser ou à se poser des questions du même acabit que celle qui commençait à germer dans son esprit. Si l'amour était d'avoir un rapport sexuel, maintenant il ne l'aimait donc plus, et il n'était plus son compagnon. Elle s'écarta un peu de lui puisqu'ils n'étaient plus que des étrangers dans le même lit, sauta hors du lit, vacilla un peu sur ses jambes. La semence de Corvo coulait entre ses jambes, cette sensation lui donna un frisson même si elle l'aimait, elle aurait dû se protéger, elle n'avait plus sa capacité lui permettant d'avorter comme bon lui semble. Elle laissa le précieux liquide couler le long de ses cuisses avant d'attraper des mouchoirs dans sa commode pour s'essuyer, elle jeta l'étui à Corvo pour qu'il puisse faire de même.

"Bon tu as eu ce que tu voulais, tu m'as aimé mais c'est fini, donc maintenant on est plus un couple ... Il te reste deux jours à vivre ici, mais je ne crois pas que cela soit utile de s'aimer à nouveau"

Elle ne voulait pas recommencer parce qu'elle devait avouer que ça lui faisait mal de se dire que ce plaisir et ce bonheur étaient si éphémère. Elle ne voulait pas tomber dans l'addiction, pas plus que montrer son amertume et sa tristesse.
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Ven 15 Mar 2013 - 20:23


E lle était en train de faire quoi? Corvo n'y croyait pas... Elle n'avait donc pas compris ce qu'il voulait lui dire? Maintenant, elle voulait qu'il parte surtout après ce qu'ils venaient de faire. Il avait presque envie d'être triste mais il ne l'était pas. Il en était que plus déterminé, déterminé de lui montrer qu'elle se trompait. Déterminé aussi à lui faire comprendre ce qu'elle ressentait. Il rejeta l'étui qu'elle lui avait jeté et le posa sur le lit puis il alla la voir en la ramenant vers lui en la tirait par le bras. Il posa ses mains sur les hanches de Calliste et se prépara pour les explications d'un œil qui était devenu rêveur tout à coup car il pouvait apprendre quelque chose à quelqu'un et lui montrer les sentiments qu'il ressentait par la même occasion. En la fixant, il commença.

" Attends, ne te trompe pas! Je ne voulais pas te dire que ce qu'on a fait... c'était aimer. C'est un acte qui le prouve mais aimer une personne est tout autre chose. L'amour c'est de se sentir heureux avec la personne que tu aimes, c'est de plus pouvoir te passer d'elle, de devoir la toucher, la sentir près de toi. L'amour, c'est quand tu ressens le besoin de lui parler, ou simplement de la voir. L'amour c'est aussi se sentir libéré de tout le stress quotidien. Je sais pas vraiment l'expliquer, mais c'est quand tu te sens... différemment avec la personne que tu aimes. Du bon côté j'entends... C'est pas seulement faire l'amour. Faire l'amour, c'est juste quelque chose que tu fais avec la personne que tu aimes car justement tu l'aimes. Enfin, pour moi c'est cela."


Il se rendit compte que c'était ce qu'il ressentait qu'il expliquait. Plus il arborait le visage de Calliste, plus il la trouvait fascinante. Il pouvait sembler bizarre de reluquer une fille comme il le faisait mais il n'arrivait pas à décoller ses yeux d'elle. Elle était la seule chose qui attirait son regard, il avait beau vouloir regarder autre part, il n'y arrivait pas. Il devait avouer qu'elle était très belle, surtout dans l'état où elle était mais elle était toujours belle. Même quand elle avait la tenue de travail qui ne laissait pas montrer la splendeur de ses cheveux long et blancs comme la neige. Il nota dans un coin de sa mémoire qu'il devra essayer de la persuader de relâcher ses cheveux. Puis il décida de l'embrasser pour appuyer les arguments qu'il avait donné. Un long baiser, langoureux, et agréable... Enfin, pour Corvo.

Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Dim 17 Mar 2013 - 21:10
Calliste eut un mouvement de recul lorsqu'il vint poser ses mains sur ses hanches, ne comprenant pas du tout son petit jeu. Après tout, il avait été clair, ça n'était que physique, ça ne pouvait pas être autre chose alors pourquoi se rapprochait-il d'elle ? Il en voulait encore ? Parce qu'elle lui avait déjà beaucoup donné, et elle n'avait pas vraiment envie de recommencer pour ressentir cette déception après qu'il se soit soulagé. Elle fronça les sourcils, ses yeux passèrent au rouge à cause de la colère qui l'immergeait. Elle allait pour lui en décoller une bien magistrale histoire de lui remettre les idées en place quand il fini par ouvrir la bouche. C'était moins une pour sa dentition ...


Elle était perdu, tout à l'heure il disait que ce n'était que physique, maintenant il y ajoutait une facette psycholoique, c'était de plus en plus difficile à comprendre. Elle se sentait bien avec lui mais de là à ne plus pouvoir se passer de lui ... Quand bien même se fût vrai, elle se le serait bien caché, se mentant à elle même. Le stress ... Elle en évacuait une bonne partie en sa présence, c'était vrai, mais elle n'était pas pour autant guérie de tous ses maux ... Bon, cela dit, elle agissait différemment avec lui c'était vrai, mais cela ne prouvait rien et puis il ne lui expliquait en rien ce que le statut de compagne incombait. Elle le laissa l'embrasser, c'était délicieux, elle vint lui caresser les cheveux et la nuque involontairement avant de se reculer un peu pour poser sa question.


"Bon les gens amoureux ont des rapports sexuels, enfin ils font l'amour soit, mais qu'est ce qu'on doit faire, en quoi cela consiste quand on est un couple ? C'est quoi la différence avec une relation amicale ?"

Elle n'avait pas vraiment de temps à perdre avec ces sornettes mais elle avait l'occasion d'apprendre, essayer, puis ce n'est pas comme si elle avait quelque chose à perdre, l'éternité s'offrait à elle ... à eux ?
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mar 19 Mar 2013 - 22:00




C orvo était, comment dire, scotché? Non, le mot exact serait sans arguments. Corvo avait beau ressentir pleins de choses, il arrivait à les expliquer à peu prêt mais parler d'expériences? Comment pourrait-il faire si il en a vécu aucune? Mais il devait se débrouiller. C'était leur relation qui était en jeu, pas une futilité quelconque. Le problème, c'est qu'il avait lu très peu de livre là-dessus... Ou même aucun. Il se souvenait d'un livre qu'il avait particulièrement aimé... " Mme Bovary " d'un certain Voltaire... Sauf que ce livre n'était pas le plus indiqué, il parlait de trahison et de fausses idées sur l'amour. Corvo se souvenait aussi des tragédies grecs... Ah oui, c'était une tragédie. Il devait donc se fier aux films à l'eau de rose, certes très exagérés mais il devait "diluer" pour que cela ne se voit pas que ce n'est que les idées tirés d'un film. Il s'écarta et commença à faire les cents pas, entre chaque extrémités de la pièce pour expliquer sans laisser paraître son stress.

" Et bien, qu'est-ce qui est différent d'une relation amicale? Mh... Il y a pas trop de différences, mais en même temps beaucoup. Un couple est souvent ensemble, montrant ouvertement leur amour. Ils montrent souvent leur amour, par un petit bisous, un petit câlin... Des petites subtilités. Ils sont aussi l'un contre l'autre la plupart du temps. Puis, l'amour dans un couple ressemble aussi à l'amitié. Dans un couple, les deux personnes se confient tout c'est-à-dire les problèmes, les doutes, les ressentis enfin toutes ces choses quoi... J'oublie certainement beaucoup de choses mais c'est cela un couple. C'est très différent de deux amis, mais aussi très différent. "

Corvo n'était vraiment pas sûr de cette explication. Aux oreilles de Corvo, cela sonnait complètement absurde et faux mais en même temps il le savait donc cela semblerait faux d'une façon ou d'une autre. Il s'arrêta de faire la longueur de la pièce en marchant et alla vers Calliste avec un sourire pour cacher son malaise. Il devait la persuader, sinon il passerait pour un opportuniste seulement et son amour serait à sens unique. Déjà qu'elle ne savait pas ce que c'était alors si il devait la faire regretter alors l'éternité qu'ils allaient vivre serait un calvaire.
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Lun 15 Avr 2013 - 22:15
Elle le regarda faire les cents pas, un tantinet amusée, visiblement il n'avait pas l'air d'en savoir plus qu'elle, tout du moins il cherchait ses mots, il s'appliquait, mais était ce une bonne chose ? Si lui même était en difficulté, comment pourrait il l'aider ... Si eux deux ne savaient pas s'y prendre cela s'annonçait difficile voir préoccupant, mais au fond elle n'avait pas envie d'arrêter. Prendre des risques ... Pourquoi pas, qui plus est ce n'était pas des vrais risques, l'amour ce n'était sans doute pas grand chose, pas plus effrayant ni douloureux qu'une plaie béante ... Les humains avaient tendances à tout embellir, grossir, ça ne pouvait pas être si terrible.
Elle l'écouta parler, les bras croisés, un sourcil relevé, il n'était pas vraiment clair ... L'amour ça ressemble à une relation amicale mais pas tant que ça ... Mais comment c'était possible, autant elle pensait que le monde n'est ni blanc ni noir, mais elle était adepte du proverbe "appelons un chat, un chat". Soit c'était différent, soit c'était la même chose ... Elle alluma une cigarette pour se détendre, toisant le bout de cendre rougeoyante, crachant la fumée par ses narines puis passa une main dans ses cheveux. Autant le début la laissait perplexe, le fait de devoir être tout le temps proche de lui l'incommodait un peu mais partager ses pensées, ses sentiments ... C'était très difficile pour elle ... Elle soupira un peu.

"J'imagine que c'est en pratiquant que l'on peut ... Comprendre ... Assimiler ... Bon écoute, je veux bien essayer, te laisser mener les choses, mais je ne veux pas changer pour toi, mes pensées, tout ce qui concerne mon intimité mentale, je le garde pour moi, ce n'est pas négociable ... à prendre ou à laisser ... Compris ?"

Elle lui tendit la main comme pour sceller leur accord, souriant pudiquement, c'était comme quémander, très gênant pour elle...
Invité
avatar
Invité
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] - Mar 16 Avr 2013 - 22:12
Il se mit devant elle, la regardant droit dans les yeux, se tenant un peu à l'écart de la main qu'elle lui tendait et et il la regarda avec un sourire aux lèvres. Cette situation était plutôt comique, et il n'aurait jamais imaginé auparavant qu'il se retrouverait dans une telle situation. Il ne savait pas comment définir cette situation, il hésitait en faite entre embarrassante et amusante. Un peu des deux d'après Corvo. Il se demandait comment elle pouvait négocier en terme d'amour, comme si elle négociait les termes d'un contrat. Mais qu'est-ce que l'amour est de plus qu'un contrat? C'est aussi bien constitué qu'un contrat, avec des conditions, des obligations, des récompenses et le fameux salaire. Mais ce n'était pas cela, car sinon l'amour serait comme le mariage quelque chose d'inutile donc tout simplement une formalité que tout le monde a choisit de faire parce que c'était la tendance et c'en est toujours une d'ailleurs. Mais Corvo s'égarait, c'était pas cela qui était en jeu à ce moment précis. Prenant sa main, il la ramena, doucement vers lui et l'embrassa langoureusement, jouant avec sa langue et se collant à elle, puis l'entoura de ses bras pendant qu'il l'embrassait pour se coller complètement à elle et la sentir contre lui. Puis écartant finalement sa bouche, il murmura.

" Tu sais, je ne te demande pas que tu fasses des efforts exceptionnels... Juste que tu m'aimes, comme moi je t'aime... Je te demande d'être sincère avec les sentiments et pas que tu me mente car, je sais pas, tu as envies de me faire plaisir ou juste parce que tu ne veux pas montrer que tu es jalouse. Bien sûr, ce ne sont que des exemples mais nous ne savons pas ce que nous réserve l'avenir alors je voudrais que tout ce passe pour le mieux... Pendant qu'on est encore en vie. "

Corvo ne savait pas vraiment ce qu'il venait de dire, il voulait dire ce qui lui venait depuis le cœur mais cela semblait hors-contexte. Il enfouit son visage dans ses cheveux pour ne pas montrer l'espèce de honte qui commençait à germer au fond de lui. Mais de toute façon, l'amour n'est-il pas insensé? Voilà quelque chose qui l'endormira quand il y repensera.
Contenu sponsorisé
Re: Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\] -
Le malade méfiant et la folle à lier.[/+18\]
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Infirmerie-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page