Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria !

 
Invité
avatar
Invité
Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Lun 25 Fév 2013 - 11:52

Ah ~ La douce étreinte de la mort, je l'attendais depuis tellement de temps. Étrange...je pense encore penser dans ce noir absolu ? Shit ! Oh, j'ai encore cette sensation de froid qui transperce ma gorge, mon cou et qui rend ma tête plus légère. Ah oui, la guillotine ! Douce guillotine de mon coeur ! Tu ne m'as pas apporter la mort ou quoi ? Soudain ! Une grande lumière m'éblouit les yeux. Ça fait mal bordel ! Hein, c'est quoi ça ? Une temple bouddhiste version black and yellow ?

En effet, devant moi se profile de grands bâtiments trop immenses pour que je puisse avoir envie de les décrire. Une porte à doubles battants devant moi, c'est quoi ce délire ? Je suis au paradis ? Wesh, c'est trop cool si tout le monde peut aller au paradis ! Un DAMDAM retentit et là, les portes s'ouvrent, laissant dévoiler une femme. Une femme de toute beauté à l'évidence. Une chevelure rouge, rouquine un peu, c'était bien mon genre. Ainsi donc, c'était bien le paradis, je commençais donc à enlever mon pantalon. Le faire sur le sol, ça ne me gêne pas après tout et mon troisième bras vibre un peu. Enlevant ma ceinture, je la mâtais un peu plus quand soudain, elle me balança une phrase sensuelle - « Bienvenue à la Deus Académia, suis-moi » - Euh...ok, rapide la donzelle mais c'est quoi la Deus Académia ? Ah, je viens de capter, ca doit être l'ensemble de tout ces bâtiments tout blancs aux dorures plus qu'impeccables. Faudrait que je revienne ici pour tagger quelques trucs, ce serait plus classe qu'un blanc tout propre. Ainsi donc je l'ai suivi en remettant ma boucle de ceinture en place. Avec cette phrase elle avait un poil titiller ma curiosité sanguinolente. Elle possédait un bon petit parfum, peut-être fragrance florale, fleurs des prés. Ça me rappelle celle que j'ai trucidé dans la paille dis donc. En tout cas, elle a l'air balèze la poulette. Mais soudain, elle disparut ! Sur place dans un tourbillon de pétales enchantées ! Sans déc ! C'est quoi de ce truc, on me laisse en plant ici après avoir allécher mon appétit ? C'était pas drôle...

Tiens, une envie de nicotine !? Je fouillais alors au préalable mon corps si svelte, d'ailleurs, j'avais quand même des vêtements ? Peut-être que lorsqu'on crève, on garde les vêtements qu'on a au moment de la mort ? Ah, en effet, je possédais ma petite veste en cuire. Alors le paquet de clopes devait y être. Une petite minute suffit à le trouver. Je dégainais donc briquet et clope et me l'allumais tranquillement. Prenant une pose de playboy, j'observais donc les alentours. Pas grand chose..je marchais donc au gré de mon envie sur le pavé de marbres étincelants.

« C'est trop clean là-dedans ! » disais-je volontairement.

J'approchais donc un mur et déboutonna mon pantalon. Sortant mon ustensile à l'air libre, je me mis à uriner un peu partout pour former un jolie smiley tout mignon et tout jaune. Une fois mon vilain forfait terminé, je remballais tout le matos en laissant échapper un soupir de satisfaction.

* Ça fait du bien ! * pensais-je positivement.

Bon, c'était bien beau mais je devais faire quoi là ? Marcher tranquillement ? Mais une feuille bizarre vint se déposer dans ma main, comme par enchantement. J'en lu rapidement le contenu. Ah d'accord, c'était une caméra cachée hein !? Bon ok, ça n'en avait pas l'air. Ainsi donc j'étais un repentis ? Un beau repentis possédant le "domaine" de la folie ? Pas mal et en plus Barman ? Et c'est avec ça que je devais me repentir ? Okay, ils vont vraiment confiances à n'importe qui ici ! Tirant une latte de ma cigarette, je continuais de marcher en remballant rapidement la feuille inutile dans la poche de ma veste. Mon ventre se mit à gargouiller lorsqu'une odeur forte alléchante vint titiller mes douces narines velues.

« Cette odeur ! J'ai la dalle ! » m'exprimais-je.

Je courus alors, la clope au bec, les bras en avant en direction de la bonne odeur de bouffes. Courant à droite, gauche, prenant les couloirs à vive allure, je finis par atterrir devant un bâtiment similaire à une cantine !

« De la bouffe ! » m'exclamais-je avec un filet de baves dégoulinant aux coins de mes lèvres.
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Lun 25 Fév 2013 - 17:24
[Pour le sari j'ai pris le rouge, le deuxième dans mon journal intime =D]

N'y avait-il donc rien pour m'occuper dans l'enceinte de ce lieu? Tout était donc réellement consacré à l'enseignement... Kh... comme s'il fallait encore qu'on m'enseigne quoique ce soit. Et le regard de ces professeurs sur moi... avais-je la tête à me laisser être observée sous toutes les coutures sans rien dire? A me faire réprimander? Soumise à des ordres... Rien que leurs bâtons pour écrire n'étaient pas pratiques. Impossible de trouver un pinceau pour travailler ma calligraphie, juste ces..bâtons transparents et bleus dessinant un trait fin, bleu, continu... Comment écrire avec cette chose? Je devais à chaque fois enlever mes ongles, c'était contraignant.
Encore une fois il fallait donc que j'erre, attendant de trouver quelque chose qui attire mon attention. Je m'étais d'abord reposée à l'ombre d'un arbre dans le parc aux abricots qui, semblait-il, avaient des propriétés stupéfiantes. Mais les goûter n'était pas au programme aujourd'hui. Je restai donc un temps indéterminé à agiter doucement mon éventail en observant les autres âmes errantes aux alentours. Certains se...tenaient par la main? Voilà une coutume étrange encore. Cette époque était donc si décadente qu'ils se laissaient aller à ce sentiment que certains appellent 'amour'? Ce sentiment n'était utile que lorsqu'il était feint pour obtenir une quelconque faveur. Et c'est bien pour cela que j'y étais restée insensible. Seul mon fils le connut venant de ma part.

A force d'attendre, je finis par entendre deux jeunes parler d'aller manger quelque part. Tiens... peut-être que je devrais essayer de goûter à la nourriture de cette époque en espérant qu'elle soit à la hauteur des attentes de mes papilles. Jusque là je n'avais pas été aussi déçue que ce que je pensais mais les plats dont ils parlaient m'étaient inconnus, allons voir...
Heureusement que ma peau ne prenait plus de couleurs depuis mon arrivée ici, car sans palanquin j'aurai perdu ma sublime peau de porcelaine sans un seul accroc, sans cicatrice. La peau bazanée était bien pour la populace, pour ceux qui travaillaient au soleil. Sauf que dans ce lieu, tous travaillaient à l'abri à l'ombre dans des salles de classe. Il était donc difficile de distinguer les vrais nobles sangs des autres. J'arrivais enfin en vue du bâtiment. Beaucoup dégustaient leur commande à l'extérieur pour profiter du soleil mais malgré ma tenue légère, je préférais demeurer à l'ombre, à une table sous les tentures déployées.
On me regardait, encore. Je savais que ma tenue n'était pas à la mode locale mais elle me convenait. Ou était-ce mon tatouage qui les dérangeait? Un de ces enseignants m'avait dit que c'était parfois mal vu sur les 'jeunes'. 'Jeune'? A 19 ans? Décidément cette époque était troublante...ils agissaient comme s'ils avaient le temps, ne pensant qu'à eux... A moins que ça ne soit cette tenue en deux parties ne couvrant du haut de mon corps, juste ma poitrine? Qu'importe, ainsi mon tatouage révélait tout ces couleurs destinées à se faner avec le temps mais à ce moment là, j'en referai un autre tout simplement. Le phénix était mon emblème et rien ne me le ferait enlever.

Désormais assise, quelqu'un vint prendre ma commande. Ah... enfin un lieu où il ne fallait pas attendre debout qu'on daigne vous préparer ce que vous vouliez. Je m'arrêtai sur du thé vert et un assortiment de gâteau très colorés que je voyais souvent dans les mains des autres élèves. La serveuse partit et me laissa attendre. Etrange auberge mais pas si désagréable. Si ce n'est encore ces regards... Cette fois, l'objet de leur attention était mes faux ongles en or à ma main droite, gravés, sertis de petites pierres précieuses. Mais rares devaient être ceux qui croyaient qu'il s'agissait réellement de bijoux hors de prix. J'avais déjà pu constater l'attirance des êtres ici pour le faux, de pâles répliques des oeuvres d'anciens artisans. Mon joaillier avait toujours été très talentueux et aucune de ces créations ne m'avaient déçue. C'est pour cela qu'encore ici je portais ces bijoux.
La serveuse revint avec le thé et les pâtisseries ainsi qu'un étrange objet en métal. Ah oui, ils appelaient ça cuillère mais vu sa petitesse et mes ongles, ce n'était pas facile à manier. Il fallait donc me rabaisser à les déguster à la main. Eventail sur la table, cheveux attachés en arrière cascadant toujours dans mon dos, je commençais par le thé qui à ma grande surprise, était délicieux bien qu'amer. Qu'il était bon de renouer avec ce que l'on a connu autrefois... Les autres êtres finirent par se lasser de me regarder et je profitais enfin d'un moment de détente...jusqu'à ce que j'entende une de ces autres créatures arriver ici en agitant les bras tel un singe réclamant sa nourriture. N'y en avait-il aucun qui avait de la retenue ici?
Je me relevai pour remettre en place ma robe et mit le bout d'étoffe transparente sur mon épaule gauche pour ne pas le faire trainer à terre tout en laissant encore apparaitre mon tatouage. J'observais en même temps le dernier arrivant. Ses cheveux étaient vraiment étranges... Comme s'il les avait laissés dans une cuve pour teindre les vêtements... Mais pour le reste, tout dans son attitude dénotait une basse extraction et un non-intérêt certain. Enfin, jusqu'à ce que la serveuse renverse ma table alors que j'allais m'y rasseoir après avoir voulu éviter l'énergumène aux cheveux bleus.


Il n'y a donc que des incompétents dans ce monde?

Tout en maugréant, je me retenais de gifler la jeune femme comme il était autorisé autrefois. Sauf qu'ici, un acte de ce genre là n'était pas toléré. Pas étonnant que l'irrespect règne. Je soupirai... où était mon éventail maintenant?
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Lun 25 Fév 2013 - 19:50
Ah la bonne odeur ! Lentilles avec de bonnes grosses saucisses ? Je le sentais avec mon doux et développé odorat ! On ne pouvais me montrer, moi, l'un des plus grands ne...hum, mangeur, gourmand, bwarf, on s'en fout. J'entrais donc sans hésiter, toujours la clope dans la bouche entrain de se consumer rapidement. Avis à la populace ! Les cheveux bleus, ça en choque pas mal apparemment, surtout une jeune serveuse et une...je sais pas quoi. Mes yeux scintillent d'émerveillements à sa tenue si légère et si alléchante. Un étrange tatouage qui rendait vraiment bien. Son petit nombril et ses petites poignées d'amours imaginaires, oh ! Comme elle était excitante cette nana ! Avec les bijoux et tout et tout, ça devait pas être n'importe qui. Après qu'elle aie esquivée mon assaut et engueuler la serveuse, je m'emparais tel un voleur masqué d'un épouvan...éventail ! Cette petite - chinoise à première vue - se retenait de baffer la serveuse qui avait renversée le contenu de son plateau sur la plat. Pff...brassant de l'air sur mon visage et sur mes cheveux, j'admirais la scène. Un Gling retentit quand je mis en position.

La-dite position ? Les genoux fléchis, ma tête baissée vers le dessous de la jupette de la servante. Avec l'éventail je me mis à brasser de l'air pour faire basculer le bas, me laissant une vue incroyable sur une culotte toute rose. Une traînée de sang commençait à couler lentement le long de mon nez - c'était sans doute aux pulsions que je ressentais à ce moment-là - et je me mis à penser à tout pleins de choses en même temps, me faisant un monologue mental.

« Qu'est-ce que je pourrais lui faire à cette petite ? »
« Lui baisser la culotte et lui enfoncer l'éventail ? »
« Ce serait un peu glauque non ? »
« J'aime ce genre de truc tu sais ! »
« Ah oui ? Je savais pas dis donc, hum, mais mâte-moi la chinoise avec sa main tendue, c'est ton style non ?»
« Carrément ! »

Le truc que j'avais carrément pas prévu c'est que ce monologue mental était devenu...hum, bien oral et bien fort. Je me mis à rigoler en observant certaines têtes déconfites. Nerveusement et sans doute par réflexe, je tirais tout la cigarette en une seule bouffée et me grattait la tête ardemment. La serveuse avait affichée un air tout rouge tandis qu'elle baissait du mieux qu'elle pouvait sa jupe. Alors la ! Pulsion incontrôlable ! Je jetais ma clope et lui saisit la chevelure rapidement. La faisant tomber par terre, elle lâchait définitivement son plateau et commençait à gémir sensuellement. C'était tellement marrant avec les tronches des autres personnes. Puis lentement, je me rapprochais de l'éventuelle chinoise et gueula :

« Allez, petite serveuse, tu vas t'excuser auprès de cette dame sexy et au nombril si excitant ? T'as intérêt capiche ! »

Malheureusement, mon ventre se mit à gronder à ce moment-là et je lâchais mon emprise pour me caresser le ventre...La faim était peut-être pire que la mort, enfin, je crois... Les autres personnes aux alentours avaient arrêter de manger. Ils semblaient choquer et pourtant ils n'osaient rien faire ces crétins. Alors comme ça, c'était les mêmes mentalités ici que dans le monde humain ? J'espère que c'est pas le cas sinon je vais m'ennuyer...quoique...cette femme aux bijoux était plutôt pas mal...
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Lun 25 Fév 2013 - 23:32
Et bien, le moins qu'on puisse dire était que je m'étais trompée sur cet homme. Il n'était pas si dénué d'intérêt que les autres. A moins qu'il ne soit seulement excentrique et mérite le fouet. Ah oui c'est vrai, on ne fouette plus ici...quelle époque vraiment. La serveuse se confondait en excuses et allait ramasser mes affaires par terre quand l'autre prit... une position du moins déconcertante. Il était certain qu'il n'était pas le moins du monde réservé. Je l'observais tranquillement, croisant mes bras. Comptait-il me rendre mon éventail plutôt que de l'utiliser à de telles fins?
"Mâte-moi la chinoise avec sa main tendue, c'est ton style non ? / Carrément!" Ah... Merci de le préciser, je sais désormais qu'un fou aux cheveux teintés de bleu me trouve à son goût. Je restai néanmoins de marbre contrairement à d'autres personnes dans l'assemblée. Le reste du spectacle fut tout aussi distrayant mais continuait de me laisser sans réaction. Fou ou non, il agissait comme il l'entendait.
Mes yeux de jade ne le quittaient pas mais quelques mots de son langage rustre m'échappaient. Quoiqu'il en soit ça ne semblait pas vraiment flatteur, ou du moins si ça l'était, ça n'était pas dit de manière raffinée. J'entendis la serveuse bégayer des excuses à la demande de l'autre, j'allais vers elle.


Redressez la table et apportez moi de nouveau ce que j'ai commandé. *j'allais ensuite vers l'énergumène bleu* A moins que vous teniez à ce qu'on mange les restes tombés par terre?

La serveuse redressa la table, les chaises et nettoya les débris de la tasse et de l'assiette contenant les gâteaux qui n'avaient pas eu le temps d'être mangés. Je me rassis et invitais d'un geste vague l'homme perturbé. Après tout, je n'avais pas d'occupation définie ici encore, il aurait le mérite de rompre la monotonie même si je devais me méfier de l'intérêt que je suscitais chez lui.
Je regardais les autres aux alentours. Certains n'osaient toujours rien dire, d'autres chuchotaient. Voici donc ce qu'était ceux de cette époque...des lâches choqués au moindre évènement imprévu? A se demander si on pouvait encore faire confiance à quelqu'un... Mais n'ayant jamais fait confiance à quelqu'un, ça ne me changeait pas de ma vie d'autrefois.
Remettant mes ongles d'or bien en place, je continuais d'observer le jeune homme.


Est ce que je pourrais ravoir mon éventail? Sauf si vous souhaitez encore vous en servir pour dénuder la première qui passera. *regardant ensuite les alentours* N'avez vous donc pas autre chose à regarder?

Ils ne le quittaient pas des yeux et par conséquent ne me quittaient pas des yeux. Pauvres êtres... il ne fallait pas que quelque chose de grave arrive sans qu'ils y soient préparés sinon aucun ne s'en sortirait. La serveuse revint avec ma commande pour la deuxième fois. On voyait dans son regard et ses gestes qu'elle voulait fuir les alentours du jeune homme tout en hésitant à demander s'il désirait quelque chose, au final elle partit sans avoir réussi à laisser échapper un son. Ma main droite se saisit de la tasse de thé dont le décor était loin de celles auxquelles j'avais été habituées. Autrefois j'avais dans les mains des tasses dont la seule valeur aurait pu permettre la construction d'un ou plusieurs greniers voire fermes. Tout en sirotant mon thé, je me demandais ce qu'allait faire l'autre pour l'occuper.
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Mar 26 Fév 2013 - 16:30
Bon bah ce fut rapidement réglé apparemment. Ouaip, cette femme en tenue de soubrette s'était maintes fois excusée auprès de sa cliente au timbre de voix des plus désagréables. Enfin, j'aime tout ce qui est désagréable et à voir de plus près ces belles griffes dorées, je commençais à m'imaginer tout pleins de trucs torrides. Dans le même, je tâtais à travers le vêtement la cicatrice que "cette" femme m'avait faite. D'ailleurs elle me dévorait du regard, ça se voyait grave. Tournant la tête à gauche à droite, j'échangeais mon regard avec le sien. Aucun détachements. Oh gosh, elle se rapproche de moi, son nombril, son petit ventre qui remue. Ça me ferait presque frétiller la queue, wouaf ! Manger par terre ? ON mange par terre, c'était une invitation à venir à sa table alors. Je lui ai bien tapé dans l'oeil dis donc. Ainsi donc, pendant que la serveuse remettait tout son bordel en place, je dégainais une chaise et posait mes fesses biens sculptées dessus. Cette chaise aurait au moins eut le sublime honneur de supporter mes fesses.

« Est ce que je pourrais ravoir mon éventail? Sauf si vous souhaitez encore vous en servir pour dénuder la première qui passera - Elle mâte les alentours et rabat son attention sur moi - N'avez vous donc pas autre chose à regarder ? »

Ah oui, je l'avais oublié, je tenais encore ce machin à faire du vent dans ma main. Je lui souriais alors doucement - pour ne pas trop la choquer le jour où je lui ferai un grand sourire - et me mis à jongler avec l'éventail. Main gauche, main droite, mai gauche, je me mis à soupirer pour finalement lui répondre :

« Hum... Ça dépend ma poulette, tu me paies combien pour récupérer ? Un petit rendez-vous dans les toilettes du coin ? Ou plutôt, tu peux répondre à quelques questions ? T'as pas trop l'air conne par rapports à ceux qui n'entourent ! » m'esclaffais-je en brassant du vent sous les jupes des passantes serveuses.

Tiens, l'autre revenait pour remettre à jour notre commande. Le regard craintif à mon égard comme je les aime et ce même regard baissé sur son plateau. D'une main tremblante, elle étala toute sortes de choses puis commençait à reprendre la route. Une petite idée me vint à l'esprit :

« Oye, petite serveuse de mes deux ! Reviens par ici steuplait ! »

Elle s'arrêta avec un sursaut et hésitante. Finalement, elle se retourna auprès moi, chouette, je me levais donc de ma chaise et posa une main sur son épaule. Rapprochant mes fines lèvres de son oreille, je lui chuchotais quelque chose :

« Rapporte moi de la bouffe et une bouteille de saké, tu vois ce que c'est du saké ? - Elle hocha positivement la tête - et grouille-toi sinon je m'occupera de t'enlever ta petite culotte rose tout à l'heure, t'as captée ? »

La pauvre, elle en tremblait encore en se dirigeant vers les cuisines. J'avais même pu voir quelques larmes couler le long de ses joues. C'était chouette ! Même après ma décapitation, je pouvais encore faire de l'effet. Je me rasseyais pour reprendre la petite discussion et la renseigner de ce que je voulais savoir :

« Bon, je viens de crever, tu vois et là, une rouquine vient me voir et me balance une feuille à la con. Tu peux me dire en quoi quelqu'un comme moi fout ici ? C'est écrit que je suis barman, je dois taffer où ? Y à des bars ici dans cette...hum, Deus Académia et puis, j'ai un domaine divin c'est ça ? J'hérite de pouvoirs dignes des supers-zeros alors ? »

* Bordel, j'ai faim et l'autre qui revient toujours pas... *

« Désolé ma biche, je me sers » disais-je d'un ton morphalou en saisissant une poignée de pâtisseries sur la table.

Hum, c'était pas dégueulasse comme truc, des macarons non ? Bwarf, tant que ça me remplit le ventre, tout me va. Je croisais alors virilement les jambes et admira la robe ultra-classe de mon interlocutrice. Ce se faisait encore ces machins là ? Pourquoi les autres portaient tous des tenues d'élèves à qui on aurais fait un lavage de cerveau ? Bordel, c'est quoi de cet endroit !
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Mar 26 Fév 2013 - 19:11
Comme si j'accordais plus d'importance à mon éventail qu'à moi... Contente-toi par tes moyens car même si par le plus grand des hasards j'avais été une fille de joie, j'aurai été bien trop chère pour toi.

Avais-je vraiment l'air de n'être qu'une prostituée faisant les cents pas dans les bas quartiers, espérant qu'un homme veuille de moi pour payer le proxénète à qui j'appartenais? Jamais je ne me rabaisserais à ça... J'aurais du hériter d'un pouvoir permettant de torturer les autres à distance ou de les soumettre à ma volonté par la simple pensée.
Quoiqu'il en soit, j'avais presque pitié pour la serveuse qui devait subir les pulsions de ce numéro ambulant. Malgré moi mes yeux ne le quittaient pas. Etait-il obligé d'être toujours aussi provocateur? D'habitude, ce genre de personnes font plus d'esbroufe qu'autre chose et fuient dés que quelqu'un de plus sérieux leur font face. Lui par contre, n'avait pas l'air d'être de ceux qui fuient... C'était bien ma veine.
Je le laissais prendre dans mes pâtisseries...que pouvais-je faire d'autre? Lui balancer mon thé à la figure? Ca serait du gâchis. Et puis au final il tenait son engagement, il m'occupait l'esprit. Par contre j'ignorais ce qu'était un "bar" dont il parlait, j'esquivais donc la question.


Tu n'as pas à te plaindre. Au moins tu n'es pas destiné à rester enfermé dans une classe pour suivre des leçons inutiles et t'ennuyer ici.

Mais encore une fois, je fus impossible de répondre à sa question sur les pouvoirs. 'Dignes de super-zéros"? Quelles expressions bizarres... Enfin, j'allais tenter une réponse quand même quand un homme assez âgé, rondouillard mais bien habillé, se présenta à nous en tant que responsable des serveurs.

Je suis désolé mais au vu de votre attitude il me faut vous demander de quitter les lieux.
C'est hors de question, en quel honneur? Je n'ai même pas eu le temps de manger quoique ce soit.
C'est que l'attitude de votre compagnon dérange.

Oui bon, ça il fallait s'y attendre mais hors de question que je parte avant d'avoir fini car ça n'avait rien à faire avec moi. Même ici ce n'était pas possible d'avoir un moment tranquille? Et puis, "mon compagnon"... sans commentaire. Je posais ma tasse de thé qui allait finir par être froide depuis le temps puis m'approchais du responsable. A mon tour de murmurer des choses mais pas n'importe quoi juste une sorte d'ancienne chanson que je connaissais, pendant à peine quelques secondes. Je me rassis ensuite et croisai les jambes avant de prendre une voix calme et laisser apparaitre un doux sourire sur mon visage.

Il faut excuser à mon compagnon, ça ne fait même pas une heure qu'il est arrivé en ce monde, il n'est pas encore habitué.
B...Bon très bien, je vous apporte ce qu'il a commandé mais je vous prierais de ne plus faire de vagues.

Il tourna les talons ensuite. A mon avis, on ne verrait plus aucune serveuse autour de cette table le temps que nous y serions mais soit. Prenant une des petites pâtisseries rondes et brune, je me félicitais quand même d'avoir un aspect de mon pouvoir qui était utile dans la vie de tout les jours. Certes, il s'agissait juste "d'apaiser" les autres avec ma voix mais le responsable n'étant pas furieux, je n'avais pas eu besoin de lui chanter une sérénade pour le calmer et avoir ce qu'on voulait.

J'ignore ce que sont ces "super-zéros" mais voilà à quoi peut servir un pouvoir. Enfin, c'est juste un aspect du mien en tout cas.

Croisant les jambes, je finis enfin le thé qui était encore tiède par miracle et dégustait un autre de ces petites choses rondes et colorées tandis que l'homme revenait avec la commande de l'énergumène.

Et sinon t'as un nom mon chou?

Jamais je n'aurais pensé dire ça mais vu les appellations qu'il me donnait, je pouvais bien lui en donner à mon tour.
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Mar 26 Fév 2013 - 22:34
Les pieds placés sur le bord de la tableau, je posais admirais mes magnifiques chaussures de cuirs. Finalement, j'avais bien gardé mes vêtements d'avant ma mort, le paquet de clopes mais pourtant, mon canif précieux n'était plus là. Pourquoi donc ? Je n'en savais rien et c'était con. J'aurais bien voulu charcuter le visage de cette chère demoiselle. D'ailleurs, son tatouage bizarroïde m'intriguait pas mal aussi. Ce serait une question pour ensoleiller cette discussion réciproque. Puis un homme vint à notre table, un grassouillet aux lunettes et au costume plutôt propre. Qu'est-ce qu'il voulait ? Ah...hum...j'étais trop turbulent avec la serveuse tout à l'heure ? Ils appellent ça turbulent ? C'est des mauviettes ou quoi ? J'ai juste tirer des cheveux et demander mon dû. J'étais prêt à choper une fourchette qu'était pas loin pour lui planter dans le crâne mais je fus coupé dans mon élan. C'était à son tour de chantonner quelque chose à l'oreille du gros tas. Je me frottais donc le menton en attendant et fus surpris par la suite :

« B...Bon très bien, je vous apporte ce qu'il a commandé mais je vous prierais de ne plus faire de vagues. »

Euh...bon, j'ai pas capté mais je veux quand même ma bouffe ! Qu'est-ce qu'elle foutait de conne de serveuse ? Le gros tourna les talons et reparti donner sans doute des ordres dans les cuisines. Je rapportais donc mon attention sur cette demoiselle, rabattant mes pieds sur le sol. Alors comme ça, elle chantonne et les mecs enragés deviennent tout doux ? J'allais lui demander plus de détail quand elle me demanda mon petit choux de nom :

« Macky...macky pierce ! Enchantée de te connaitre belle demoiselle que tu es. T'sais, y en à pas mal qui aimerait t'avoir dans leurs bras. Avec ton corps, ton visage, tes cheveux noirs de jais. Tu viens d'où ? T'appelles comment ? De Corée ? de Chine ? En tout cas, t'es vachement bien foutue. » disais-je en essayant de la complimenter sur son physique qui me plaisait énormément.

Voilà, j'avais donné mon nom, mon prénom. C'était à son tour de se présenter, avec ses habits de princesse royale issue de nuls parts. D'un coup, la serveuse revint avec son plateau légèrement tremblante mais accompagné de deux gros gorilles. Elle semblait tituber d'un coté à un autre mais elle parvint tout de même à me l'apporter et tout déposer sur la table.

« Merci ma poulette, merci les gorilles. Dis-voir, tu te sens pas bien ? Je t'ai pas drogué pourtant... »

« J'...j'ai mal à la tête...Arrêtez, je vous...prie... »

Ah ? Et là, elle s'écroula devant nous. Pour le coup, j'étais carrément embarrassé, je comprenais rien de ce qu'elle m'avait dit et puis d'abord, pourquoi cela devait être de ma faute !? Bwarf, de toute façon, je m'en branlais un peu de sa petite nature fragile. Une serveuse pareille, fallait la foutre à la poubelle. L'un des deux gorilles prenait alors la jeune serveuse dans ces bras tandis que le deuxième se craquait les doigts comme s'il voulait se fighter contre moi.

« Et toi, la jeune chinoise, t'peux pas me filer un coup de main, histoire que tu me montres une nouvelle fois ton petit "pouvoir" si tu fais, je te ferais un truc en échange... »

Oh oui, je m'en souviendrai toujours quand je parlais d'un truc en échange, en général, ça finissait au lit, puis dans la ruelle d'à coté, trucidé et découpé comme je les aime mais bon..je sais pas si on a le droit de découper des gens ici...Faudrait que je songe à demander...Et puis, si je ne peux pas, rien ne m'empêcheras plus tard, dans un coin sombre de cette Deus Académia.



Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Ven 1 Mar 2013 - 0:21
[Après maints problèmes de connexion, je parviens enfin à poster! Je me suis permis quelques trucs, j'espère que ça te va sinon je modifie ._.]

"Maki pirsse" Quel nom étrange...je me demandais comment ça s'écrivait. En tout cas, il était évident que je lui plaisais et ça me contrariait. Oh si bien sur, j'adorais qu'on m'admire, mais pas avec ce genre de réflexion qui me donnait l'impression de n'être qu'une fille de joie qu'on choisit derrière des vitrines. Et tant de questions... C'est moi qui pose les questions et on est autorisé à me parler que lorsque je le demande. Seulement c'était avant, à mon grand regret. Plus le temps passait plus la contrepartie pour ma résurrection me semblait lourde mais soit, je ferai avec.
Quoiqu'il en soit je n'eus pas vraiment le temps de lui répondre, il faut dire aussi que j'aime prendre mon temps. Je dus même retenir un rire lorsqu'il remercia les "gorilles". Peut-être aurait-il du se voir quand il est arrivé ici avec son filet de bave avant de parler... c'était lui le gorille. Et la suite ne s'arrangea pas quand la serveuse revint avec des...Gardes du corps pour une pauvre serveuse? Je détournais le regard. C'était réellement invraisemblable... Et cette petite nature de roturière qui tombait dans les pommes en plus. C'était bien ma veine... Je ne prêtais pas attention à la réflexion du dit Maki jusqu'à ce qu'il m'interpelle. "Jeune chinoise", un peu plus et on aurait pu m'entendre grincer des dents.


Voilà ce qui arrive quand les roturiers ont leurs propres gardes du corps.

Utiliser de nouveau mon pouvoir pour apaiser? Sans façon. Il me prenait pour sa serveuse? J'avais une autre idée en tête qui ne favoriserait aucun des deux. Mais déjà je me rapprochais de l'énergumène pour lui reprendre mon éventail, avant qu'il ne soit tâché par la moiteur de ses mains sales. Je l'ouvris d'un coup sec et m'éventais tout en regardant tour à tour le gorille et l'autre qui faisait office de crevette à côté. Je devais faire tout aussi pâle figure cela dit mais pour une femme c'est moins choquant. Je fixais 'Maki' de mes yeux verts.

Lian-Hua et oui, je suis bien chinoise... du Xème siècle.

Le choc quand j'avais appris que près de 1000 ans s'étaient écoulés entre ma mort et ce monde, pas étonnant que tout me soit étranger. Je sentais toutefois que malgré le temps, j'aurai toujours une préférence pour mon pays natal. En attendant, cette fois-ci le choc ne me concernait pas mais frappait les deux hommes. En plus de ma métamorphose en phénix, je pouvais maîtriser le vent dans une certaine mesure et pour une fois que j'étais en plein air, c'était l'occasion rêvée pour m'entrainer un peu. La première bourrasque toucha la crevette pour le faire reculer et la seconde souleva la table qui alla droit sur la tête du gorille pour le sonner, me laissant le temps d'aller choper le bras de l'autre pour le tirer à l'écart.

Crois-tu que je vais être à ta botte, crevette? Ca intimide une pauvre serveuse incapable de tenir un plateau droit et ça finit par demander de l'aide à une femme en échange d'une piètre récompense? Je me demande bien si tu as seulement une chose qui pourrait m'intéresser parmi ces...pauvres haillons.

Il avait intérêt à ne pas me mettre au même niveau que les roturiers ou il se prendrait aussi une table sur la tête avec ce qu'il y avait dessus et les chaises. Dire que j'avais été Impératrice ne lui ferait sans doute ni chaud ni froid...ou au contraire ça ne ferait que "l'intriguer" d'avantage. Et s'il savait pour mon âge? Il s'en ficherait royalement sans doute, du moment que j'étais "bien foutue". Je sentais d'ailleurs venir les allusions douteuses à propos de mon corps. Il allait me faire regretter de mettre ces saris que j'adorais tant. AH! Voilà que je me mettais à agir suivant les propos d'un pauvre homme... Il était temps que je me ressaisisse. Ou que je me défoule sur lui, au choix.

Ohé, vous êtes encore là? Barrez-vous.

La goutte d'eau qui faisait déborder le vase, je ne voyais pas d'expression plus appropriée. "Vous"..."vous" comme si j'étais de mèche avec cet imbécile! Je calais mon éventail dans un des plis du sari et me retournais pour frapper l'inconnu qui avait tenté de faire son petit chef. Ca n'avait été qu'une "simple" gifle mais avec mes faux ongles longs et leur gravure, ça laissait quand même quelques belles marques rougeatres.

Qu'est ce qu'il y a gamin? Tu veux entrer dans la cour des grands? Hors de ma vue avant que tu ne reçoives à ton tour une table sur ton misérable visage!

Car oui, en plus ce n'était qu'un gamin. Enfin... tous ici n'étaient que des gamins à mes yeux mais ce geste que je jugeais indigne de moi m'avait toutefois défoulée en partie. Je refixais la 'crevette'.

Autre chose à suggérer maintenant?
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Ven 1 Mar 2013 - 15:00
Hum...le deuxième gorille avait récupéré la petite demoiselle dans ses bras tout poilus. N'empêche, j'me demandais bien pourquoi elle était tombée dans les vapes et qu'elle m'avait accusée..Attendez ! Mon cerveau essayait d'y réfléchir un peu plus en profondeur tandis que l'autre faisait encore craqué ses petits doigts potelés. La petite chinoise s'appelait Lian, c'était sympa et tout mignon, simple à retenir en plus. Je sentais qu'on allait être très lié avec cette Lian...désolé, je me devais de faire un truc minable...Donc, Lian + Apaisement avec une chanson = Une partie de son pouvoir enfin de son domaine divin. Donc si on fais le rapprochement avec moi...Moi + Serveuse soubrette super jolie + Mal de tête = Je donne la migraine aux gens ! Mais c'était génial ça, je saoule déjà avant même de leurs donner à boire. Je tapais mon poing dans le creux de ma main, content du résultat de mon intense réflexion quand soudain ! Une belle bourrasque de vent vint me reculer de quelques pas tandis que la brute se prit une belle table dans sa tronche, l'assommant en un rien de temps.

« What the fuck ! » pensais-je à voix haute et forte.

La jeune chinoise du X siècles vint rajouter quelque chose qui tintait à ma douce oreille. Son doux parfum me parvenait aux narines et me donnait envie de la "dévorer" sur place mais étrangement, je me retins. Alors de un, j'avais eu raison sur le fait qu'elle soit chinoise ! Bon, ce n'était pas vraiment difficile à trouver et de deux, un service de Macky valait bien tout les souhaits du monde ! Namého, elle ne savait pas de quoi j'étais capable la petite dame. Ainsi, je lui répondrais brièvement :

« Bien joué dis donc ! En plus des chansons, tu brasses du vent ? C'est pas mal, alors tu auras le droit à ! Un service Macky en personne, t'voudrais quoi ? J'peux te faire ce que tu veux pour te remercier »

Ah...j'aurais eu mon petit canif, j'en aurais déjà scalpé pas mal. Peut-être même cette "Lian"...faudrait que je lui trouve un petit surnom tout mignon. Je déconnectais instantanément mon cerveau pour le laisser voguer au gré de mon imagination. Le regard vide de toute expression, je trouvais finalement le surnom d'un tintement de lumière dans ma cervelle aliéné...Lianounette ! Oui, c'était ça son petit surnom ! Oh...et encore le gros tas qui revient à la charge, juste à cause d'une petite bousculade. Il se fit "griffer" en un rien de temps, laissant sur son visage rondouillard, quelques traces de sangs. Elle était balèze dis donc Lianounette ! Elle reporta son regard son mon beau visage et je pouvais admirer ces yeux d'émeraudes, des yeux magnifiques soit-dit en passant. Si j'avais quelque chose à rajouter ? Emporté comme on était, je me dirigeais vers le gros avec un sourire sadique envahissant mon visage à présent sinistre. Le gros était sur le sol et se caressait la joue comme pour se soulager de sa douleur. Il reculait de quelques pas en me voyant tandis que les autres élèves présents sur la cantine me regardait avec attention. Leurs visages reflétaient de la peur, de la stupeur, de la surprise, enfin, bref, tout plein de sentiments que j'aimais voir.

« Qu'est-ce que tu veux toi !? Dégages de là ! » priait-il avec une voix tremblante.
« Désolé mon poulet mais, avec toute cette agitation, mes pulsions un peu folle reprennent le dessus, encore désolé, gros sac ! »

Je serrais alors sa tête fortement entre mes deux mains et en un instant, je l'a fis claquer sur le coté. Un crac sonore retentissait et le corps, auparavant empli d'énergies était devenu inerte. Je me relevais lentement, content de mon acte, mon premier meurtre...ces démangeaisons s'estompèrent, mon passager noir avait momentanément disparu. Par contre, ce fut la panique, tout les "spectateurs" commençaient à parler entre eux, beaucoup fuirent sans même comprendre ce qu'il s'était passé. Je me dirigeais alors vers Lianounette et lui prit la main, les yeux pétillants d'excitations :

« Voiiilà ~ T'vois un peu le genre de service que je peux rendre hein, je suis content, mais après, je peux faire tout pleins d'autres trucs hein et en plus, je crois avoir pris conscience de mon domaine : La Folie ! Bon, même si maintenant que ça me revient, c'était marqué sur la fiche, enfin, bon...on continue de manger un bout entre toi et moi ? »

Tout les autres couraient en dehors de la cafétéria tandis que l'une des grosses brutes venaient récupérer le corps de l'éventuel "dirigeant".

« Vous vous rendez compte de ce que vous venez de faire là ? Vous venez de mettre le plus gros bordel jamais vu...on va devoir vous sanctionner pour ça...Préparez-vous à être attachés... »

C'est alors qu'une meute d'autre gorilles vinrent avec des cordes et des ficelles...Ils voulaient nous faire quoi là ? Nous attacher et nous balancer dans de la flotte avec des poids attachés aux pieds ? Je m'allumais donc une cigarette et prit une pose hautaine. Le regard dirigé vers le haut, je faisais ma pose "supérieure"...au moins, mon arrivé aura été plutôt surprenante !
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Sam 2 Mar 2013 - 2:24
[Fuala, attachés comme prévu, pas beaucoup de paroles cela dit. Mais avec ces cordes qui abîment la douce peau de Lian, tu feras bien l'infirmier pour la soigner hein? =D]

Je ne cachais pas ma surprise lorsque je vis Cheveux bleus claquer le crâne de l'homme contre le mur. Le bruit était absolument abominable et provoqua un frisson glacé qui descendit le long de ma colonne. J'avais pourtant déjà assisté à différentes mises à mort que j'avais moi même commandé parfois mais ce bruit... je ne m'y habituais pas. Surtout en ce lieux! "pulsions un peu folles", seulement "un peu". Il aurait fait un bon bourreau à l'époque mais ici je comprenais que j'étais désormais dans une situation très délicate, à moins que je prenne la fuite. Cette perspective me révoltait. Je n'étais pas faible, aussi je n'allais pas fuir bien que cela aurait été une bonne solution pour m'épargner les représailles.

L'idée de lui griffer tout le visage me traversa l'esprit lorsqu'il saisit ma main. La Folie? Ca ne pouvait pas être mieux choisi et j'avais officiellement éveillé son intérêt. Mais sans doute valait-il mieux l'avoir de son côté avant de finir la tête claquée comme l'autre pauvre homme. Ah! comme si j'allais me laisser intimider par un pauvre homme. Qu'importe leur rang ou leur caractère, ils étaient tous manipulables, ça j'en restai persuadée. Et ceux qui pensaient que les femmes étaient faibles étaient ceux que j'abhorrais le plus. Mais lui désirait juste manger. Ah ça! Il aurait peut être fallu y réfléchir avant d'influencer cette pauvre serveuse et de s'attirer les foudres de l'autorité ici! Ce genre de service je m'en serais passé. Enfin... disons qu'en cet instant je m'en serai passé, mais un autre jour, dans d'autres circonstances, qui sait?

Et voilà que la cavalerie arrivait. Beaucoup de renforts en vue, ce n'était pas mes petites bourrasques qui changeraient quoique ce soit cette fois, ni ma voix... Enfin, je n'avais jamais essayé mais le temps que j'essaye, ils auraient tôt fait de nous encercler et nous avoir. Je regardais Cheveux bleus et...son drôle de bâton blanc entre les lèvres qui fumais. Drôle de pipe et d'encens... Je n'aimais pas l'odeur en tout.
Quoiqu'il en soit, ces hommes rêvaient s'ils pensaient m'approcher avec ces cordes. Ma peau marquait tellement facilement que juste les serrer laisseraient des traces pendant plusieurs jours et je ne le supporterai pas. Des pauvres roturiers me ligotant comme une simple esclave qu'on menait sur la place pour lui donner le fouet, ça me donnait la nausée.


Je n'ai que bousculé votre collègue, faut-il que je sois mise dans le même sac que cet énergumène?
T'as rien fait pour le défendre non plus, on t'embarque aussi qu'tu l'veuilles ou non.

Un cours d'élocution ne lui ferait pas de mal à celui là. Je me tournais vers Macky de nouveau.

Et si comme service tu te sacrifiais pour moi?

Ma réflexion n'alla pas plus car deux hommes tentèrent de m'immobiliser. Je ne me préoccupais pas du 'Macky' à côté et me défendais comme je pouvais. Un des inconvénients au final d'être impératrice, c'est qu'on vous fait apprendre par coeur tout les textes classiques des philosophes de Chine, en revanche l'auto défense... Tout est assuré par les gardes du corps, absents ici. L'un d'eux me saisit le bras alors que je bousculais l'autre avec une de mes faibles bourrasques. La sensation de la peau moite de sa main sur la mienne me révulsa.
Laissant tomber mon éventail, je pris ma forme de phénix pour me libérer et profitais de mes serres pour m'en prendre à son visage quitte à ce qu'ils soient recouverts de sang. J'aurais pu m'enfuir là encore, avec des ailes il n'y a plus de limites mais je voulais lui faire sentir la douleur, le punir pour s'en être pris à ma personne. Seulement, je n'étais pas assez mobile. Tout en se débattant, il réussit à me faire perdre l'équilibre et son collègue que j'avais bousculé juste avant en profita pour me rattraper.
Je repris ma forme humaine immédiatement après. De toute manière, de jour, c'est à peine si je pouvais rester transformée quelques minutes à cause de l'opposition du yin et du yang. Il me restait néanmoins mes ongles d'or que je répugnais à abîmer mais pour m'échapper, il ne me restait que ça. Ce que je n'avais pas prévu cependant, c'était que les dits 'gorilles' aient aussi des pouvoirs.

Quelque chose m'encercla la taille, brûlant ma peau et mon tatouage au passage. Des racines? Je n'eus pas le temps de m'y attarder plus. J'entendis comme le bruit d'un fouet immédiatement suivi d'un coup à la tempe. Sonnée, je m'effondrais de suite après, incapable de me redresser tellement tout semblait tourner. Je réussis juste à deviner qu'on me soulevait et qu'on m'attachait.
Invité
avatar
Invité
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Sam 2 Mar 2013 - 23:03
Ah...La sensation de tuer quelqu'un, d'avoir la vie entre nos mains et de la détruire en un instant, c'était tellement délicieux. Encore plus, peut-être, que lorsqu'on atteint le stade fatidique d'une nuit torride où l'éjaculation était prête à se produire. Bon, mon exemple n'était pas vraiment classe mais c'est ce que j'avais éprouvé à l'instant où j'avais serré le cou de ce gros lard. A présent, voilà une bande de gorilles qui se ramènent, gonflant leurs pecs pour se rendre encore plus gros qu'ils ne l'étaient. Tirant une latte sur ma fameuse et douce cigarette, je regardais un instant Lianounette qui dévisageait l'outil éphémère coincé entre mes lèvres. Qu'est-ce qui y à !? Ma tronche te revient pas princesse de mon coeur ? - Pensais-je tranquillement sans me soucier des éventuels adversaires. Serrant un peu plus ma clope, je joignis mes deux mains et contracta mes muscles pour mimer le comportement des gorilles. Je ne gonflais pas autant qu'eux avec mes muscles de crevettes en comparaison mais bon. J'étais content du résultat quand soudain, Lianounette fit un truc hyper chelou. Elle s'était transformée en monstre incroyablement beau et moche à la fois. En voyant ça, je me reculais pour culbuter l'un des musclors. Pourtant, elle semblait féroce, et tout et tout mais elle ne tint finalement la durée de sa transformation et misérablement, elle se remit en forme humaine.

* Et ben, ça valait bien la peine dis donc de te transformer ma poulette !? *

Elle se fit rapidement attrapée, sonnée et saucissonnée. J'éclatais de rire en pensant à cette femme aux allures d'impératrice chinoise qui n'avait pas pus prendre la fuite ou de débattre. Pour une apparence qui suggérait cela, c'était assez pitoyable. Soudain ! Les groupes de mâles alpha s'écartaient pour laisser place à quelque chose de beaucoup plus gros. Une phase de macaque avec une crête de coque multicolore sur la tête. Il portait un tablier rose-bonbon qui lui allait, pour dire franchement, à ravir. Tellement que je laissais tomber ma clope par terre, laissant que ma belle gueule d'ange grande ouverte. Des larmes commençaient à descendre le long de mes joues tandis qu'un rire sonore commençait à remonter d'elle.

« Ah ah ah ahahahahahaha, putain, j'en peux plus ! » m'esclaffais-je intensément !

N'empêche, ce "truc' se rapprochait dangereusement de moi et j'en tombais par terre, me tordant de rire. Ca aurait pu presque me tuer une deuxième fois ! Quoique le coup qui suivit me fit l'effet d'un coup de masse. Cette guenon avait du punch et je tombais rapidement dans les vapes en jurant une dernière fois, en laissant un soupir comique toutefois.

« Sale macaque...faudra que tu me files...ton....tabl..ier...Macaque va ! »

Un schbam plus tard, je tombais réellement dans les limbes de l'inconscience, ne me faisant pas de soucis pour la suite. Mais mon instinct me fit penser que c'était tout le contraire mais bon...osef.

♠ Petits messages : 1682
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! - Dim 3 Mar 2013 - 10:29
Un bon rp auquel j'apporte une précision : Colombe a les cheveux roses, pas orange-rousse.

Macky : 350 xps
Lian-Hua : 305 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Contenu sponsorisé
Re: Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria ! -
Folie 1 - L'arrivée directe à la Cafétéria !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page