Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Depuis quand faut-il payer? [Yukisa]

Invité
avatar
Invité
Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Lun 18 Fév 2013 - 1:04
Où étaient mes serviteurs? Mes suivantes? Les eunuques? Depuis quand devais-je me préparer toute seule? Ne pouvant seulement me mettre que 3 malheureux bijoux, rescapés de ma mort... j'étais tombée bien bas. Bien que j'ai appris la nouvelle de ma resurrection avec une grande joie, je n'imaginerai pas que je côtoierai les roturiers. Je m'attendais à rencontrer les Dieux créateurs et pas à me trouver dans...cet endroit dont j'ai encore oublié l'intitulé. Heureusement mon sang froid me permet de prendre tout ceci sous un bon angle. Mais il y avait toutes ces choses nouvelles dont les noms sonnaient tous aussi disgracieusement à mes oreilles... J'avais toujours eu une certaine facilité à apprendre mais là, il me fallait admettre intérieurement que les choses me dépassaient. Et pourtant ils voulaient que j'aille apprendre. Que j'aille m'asseoir au milieu d'êtres communs comme eux pour écouter quelqu'un prétendre en savoir plus que moi et avoir de surcroît autorité sur ma personne? C'était impensable, parfaitement impensable. Plutôt donc que me rendre à ces..."cours" je flânais dans ces nouveaux lieux à l'architecture fort étrange, espérant y rencontrer une personne ayant un tant soit peu d'esprit.

Après avoir trouvé de quoi me restaurer, je decidais de me rendre au quartier marchand y trouver des vêtements convenables et d'autres parures. Si on m'avait dit un jour que je me rendrai moi même marchander mes vêtements... Depuis mon arrivée, j'avais pu remarquer le genre de vêtements que portaient les êtres vivant ici. Et rien ne m'a autant choquée... C'était à se demander s'il n'y avait pas pénurie de tissu dans ce monde. Toutes ces robes si courtes, laissant la peau exposée au soleil et à la vue de tous...quelle décadence. Ne voulant pas toutefois trop me démarquer de cette foule modeste et encore moins revêtir les mêmes frapes qu'eux, je m'habillais avec un sari noir et rouge, brodé avec des fils noirs et d'argent et de perles. Il s'agissait d'un ancien cadeaux d'ambassadeurs du temps où mon époux était encore en vie. Etant donné que je gouvernais déjà à sa place, on m'envoyait directement des cadeaux pour avoir mes faveurs. Et avec celui-ci, ils avaient réussi à l'obtenir. Pour la Cour où je vivais, c'était une tenue trop légère pour que je puisse la mettre lors des rencontres officielles mais je la portais souvent le soir dans mes appartements. Mes parures d'argent sciaient parfaitement à cette riche tenue.

C'est donc ainsi habillée que je partis à la rencontre des marchands qui ne sauraient probablement pas qui ils avaient devant eux. Nul ici ne savait encore qui j'étais réellement, ou plutôt qui j'avais été. Mais je ferai fi de leur basse extraction tant qu'ils me donnent ce que j'exige. Mes cheveux noirs étaient juste relevés, de sorte qu'ils tombaient en cascade dans mon dos jusque mes hanches. Seules deux mèches libres et lisses encadraient mon visage et tombaient librement. Mes ongles étaient manucurés et on pouvait y voir des fleurs de cerisiers peintes dessus. Des bracelets d'argent tintaient également à mon poignet droit, seuls bijoux que j'avais pris pour cette sortie. En me regardant dans un miroir, je constatais aussi qu'on voyait mon tatouage de phénix à travers le sari mais qu'importe, il s'agissait là du symbole de ma position et ne l'enlèverais pas.

J'arrivais enfin à l'endroit tant convoité mais les premiers étalages ne me satisfaisaient pas. C'était trop...pauvre pour moi. Où étaient les pierres? L'argent, l'or? Ne serait-ce que du nacre... N'y avait-il pas une seule perle, un seul pendentif de jade? Ne parlons pas des tissus... je n'avais jamais vu une aussi piètre qualité et étant donné qu'il s'agissait de vêtement trop "de ce monde" pour moi, je ne les approchais même pas. Mon oeil finit par trouver quelque chose d'interessant. Il s'agissait d'un pendentif dont les fils d'argent tenait une perle de turquoise. Un pendentif à côté était semblable mais c'était un rubis cette fois.


Mademoiselle est interessée par ces bijoux? Vous m'avez l'air charmante, je vous ferai un bon prix.

Je manquais de m'étrangler en entendant cela. Quelle vulgarité. Et dire que nul mortel n'était censé poser les yeux sur moi et tous devait s'incliner à mon passage. Alors là ce "vous m'avez l'air charmante"... si ma garde avait été là, je l'aurai fait attaché au pilori sur le champ après avoir ordonné qu'on lui crève les yeux. Heureusement, là encore, ma maîtrise d'elle même m'empècha de laisser transparaitre quoique ce soit.

Il faut payer quelque chose? Ne pouvez-vous pas envoyer vos frais...là bas?

Je désignais d'un geste vague l'endroit d'où je venais. Croyait-il vraiment que je me baladais avec une bourse remplie de pièces d'or sur moi? Que j'allais le laisser effleurer ma peau pour lui donner ces pièces? Il me répondit en rigolant, me méprisant ouvertement.

Bien sur qu'il faut payer! C'est pas en offrant ma marchandise que j'vais vivre! Et puis c'pas à l'académie de payer pour vous mademoiselle.

Je n'en pouvais plus. Tant d'irrespect... c'était insupportable. Me détournant un peu de son étalage, j'avisais une demoiselle qui venait par là et qui semblait de cette époque.

Vous là bas, j'ai besoin de vous. Veuillez payer cet homme pour ses marchandises, je vous ferai un billet plus tard.

La prochaine fois j'enverrai quelqu'un à ma place pour ne plus avoir affaire à ces rustres. En attendant je comptais bien m'aider de cette demoiselle pour obtenir ce que je voulais et dés que j'aurai de quoi la rembourser, je la paierai. Devoir quelque chose envers quelqu'un n'était pas une chose que j'appréciais, loin de là mais je mettais un point d'honneur à toujours tenir mes promesses quelles qu'elles soient.
Cette jeune femme ne devait pas être plus âgée que moi, elle était en âge d'être mariée du moins mais à ce que je constatais les règles du mariage n'étaient pas les mêmes ici. Il était donc normal qu'une femme aussi "âgée" ne soit donc pas mariée à son âge. Ce que j'oubliais, c'était que j'avais le même âge ici. Bien que je sois morte à 83 ans de maladie, ici je me retrouvais à même pas 20 ans. Mon corps avait retrouvé toute sa jeunesse, sa force, ma peau était redevenue aussi blanche que la porcelaine, mes lèvres avaient repris leur couleur pleine de vie, je ne m'en plaignais pas. Mais comment faire comprendre à quelqu'un d'autre que malgré mon apparence jeune je pouvais diriger un pays seule?



Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Lun 18 Fév 2013 - 18:07
*Il fait chaud…*

Yukisa avançait à la vitesse d'un escargot malade dans les allées du marché remplies de monde. Elle était armée d'un grand chapeau de paille qui cachait presque toute la moitié supérieure de son visage mais qui était tout de même impuissant face aux rayons de soleils. La jeune fille, épuisée, passa sa main devant son visage, se protégeant du mieux qu'elle pouvait face à toute cette lumière et finalement, à bout de souffle décida de faire une petite halte sous les différentes tentures de couleurs dressées au-dessus des marchandises.
Elle s'adossa ainsi contre un mur de pierre et enleva son chapeau afin de s'en servir pour s'éventer en faisant ainsi virevolter sa longue chevelure d'un doux châtain.

*Ohlalala… je vais fondre….*

Yukisa transpirait malgré sa fine robe blanche d'été, un simple vêtement qui l'avait séduit par sa simplicité. Les volants se terminaient par plusieurs couches de dentelles tandis que le buste était simplement agrémenté d'un grand ruban rose. Une robe qui arborait un air certainement enfantin mais qui était bel et bien destinée aux adolescentes tel que Yukisa.

*Si j'avais su… j'aurais planifié ça demain*

La jeune fille avait en effet reçu la clé de sa chambre le matin même et avait décidé en fin d'après midi de passer au marché dans l'espoir d'y trouver des accessoires et fournitures pour sa toilette. Il s'agissait par ailleurs de sa première visite dans un "bazar" et mis à part la chaleur, elle était enchantée par cette image singulière et pourtant si traditionnelle qu'elle s'en était faite.
Ce grand endroit avait par ailleurs été intelligemment fractionné en plusieurs divisions tout en conservant une diversité effarante. Il y avait vraiment de tout, de la nourriture comme des accessoires, des vêtements, des parures, des bijoux, tout était coloré et tellement magnifique, Yukisa se sentait réellement comme une enfant dans un magasin de friandises.

*Allez… courage ! ….Oh ! J'y pense, et si je ramenais des cadeaux pour mes coloca..*

Un coup de vent souffla brusquement coupant court à ses pensées et soulevant les volants de sa robe, les faisant onduler en plusieurs vagues blanches. La jeune fille eu juste le temps de plaquer ses mains ainsi que son chapeau contre le bas de sa robe afin de l'empêcher de dévoiler plus haut que ce qu'elle n'aurait dû. Elle entendit cependant les tentures gronder sous les plaintes des commerçants. Enfin, quand le vent cessa sa course, Yukisa attendit plusieurs secondes et retira ses mains avant de relever prudemment la tête. Ce fut à ce moment qu'elle vit un long et majestueux voile noir danser sous ses yeux, un voile transparent d'une sombre teinte mais qui était rehaussé par de nombreuses décorations argentées. La propriétaire de ce drapé semblait être tout aussi impressionnante, Yukisa ne la vit que de dos mais la majesté et la grâce avec laquelle cette inconnue se déplaçait ne pouvait que la pousser à imaginer un visage à la hauteur de toute cette élégance. Par ailleurs, elle pouvait voir les regards plus que satisfaits de certains hommes qui croisaient son chemin, ce qui avait pour conséquence de la rendre encore plus curieuse.

*Est-ce que j'ai le temps pour ça..?*

La jeune fille leva le nez et observa le ciel en protégeant ses yeux marrons d'une main, elle étudia ainsi le grand astre de lumière et remarqua que celui-ci veillait encore paresseusement dans le ciel à mi-chemin de l'horizon.

*Mmmh… Ça devrait aller ! de toute façon je dois aller de ce côté-ci !*

Yukisa enfonça avec énergie son chapeau sur le dessus de sa tête et courut avec entrain pour rattraper la belle inconnue dans l'espoir de la devancer. Elle fit claquer ses talons contre les dalles du marché, faisant par la même occasion virevolter les volants de sa robe en tentant d'esquiver les nombreux passants qui la regardaient d'un air amusé.
La jeune fille expérimenta ainsi la première filature de toute sa vie et y prit beaucoup de plaisir, elle suivait aussi discrètement possible la jeune femme traversant ainsi les commerces d'épices, puis de teintures avant de se retrouver dans la division des tissus et des étoffes. Elle se retrouva finalement cachée derrière plusieurs chariots de marchandises comme une enfant et observa la belle inconnue admirer des drapés de soie aussi magnifiques que hors de prix.

*Ohlala j'en étais sûre, ça doit être une grande dame, peut être même une princesse ?*

Et voilà, la jeune fille partait dans ses délires romanesques, avec toute sa culture sur les princesses, les chevaliers, les dragons. Mais à bien y regarder, l'inconnue devant elle semblait différente de toutes les illustrations qu'elle avait pu voir dans ses livres.

*Non, elle est différente... une princesse asiatique ?*

Le soleil avait dû annihiler une bonne partie de ses pauvres neurones pour qu'elle ai ainsi réussi à omettre la magnifique cascade de jais (et les vêtements orientaux) qui s'écoulait le long des hanches de cette étrange princesse. Yukisa passa une main sur son front et plissa les yeux dans l'espoir de voir un peu plus clairement, en vain. Cet échec poussa la jeune fille à s'avancer de quelques mètres, elle s'approchait bien trop dangereusement de sa cible mais cela lui donnerait tout de même assez de temps pour un simple et furtif coup d'oeil.

*Allez… Allez, plus que 3 mètres…*
Malheureusement pour elle, juste au moment où Yukisa arrivait à un bon angle qui aurait pu lui permettre d'enfin apercevoir ce visage oriental, la princesse pointa brusquement le bâtiment de la Deus Academia, ce qui eu pour conséquence de la faire pivoter de 90°, juste assez pour sortir du champ de vision de la jeune stalkeuse. Déçue mais si proche du but, Yukisa se risqua encore un pas, un pas de trop… La belle princesse combla ainsi sa curiosité en se retournant délicatement vers elle dévoilant ainsi un magnifique visage de nacre rehaussé par des traits si fins que la jeune fille se retrouva à rougir sans savoir pourquoi.

Princesse inconnue: Vous là-bas, j'ai besoin de vous. Veuillez payer cet homme pour ses marchandises, je vous ferai un billet plus tard.

Oh… la voix de cette princesse était étonnamment... autoritaire ?
Perdue dans ses pensées, les regards du commerçant et de la jeune femme ramenèrent Yukisa à la réalité, assez brusquement.

Marchant de tissu : Alors ? Vous allez régler la note de votre amie ?

Il avait dit cela tout en emballant les parures que la princesse avait choisi, comme si cela avait déjà été pris pour argent comptant.

Yukisa : Q-quoi ? Je… euh… c-c'est à dire que c'est…

*trop cher ? hors de prix ? complètement fou ? plus qu'impossible ? totalement suicidaire ?*

Les mots se bousculaient dans sa tête, il était absolument improbable qu'avec la maigre pension que l'académie avait mis à sa disposition qu'elle puisse se payer un tissu aussi onéreux.
Et malgré cette situation plus qu'embarrassante, le soleil s'entêtait à projeter toute sa lumière sur la pauvre Yukisa qui ne se rappelais pas avoir connu une pareille chaleur.



Dernière édition par Yukisa Tsukemi le Mar 26 Fév 2013 - 18:45, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Mer 20 Fév 2013 - 1:17
Le rustre de cet homme me faisait bouillir. J'hésitais même à le corriger moi même mais ma peau était si fragile qu'elle marquerait et je ne voulais pas me retrouver avec des bleus. Quelle galère pour deux bijoux... A ce qu'il parait ici on allait devenir des dieux...fort bien, dans ce cas ce coin aux commercants sera la première chose que je changerai tout comme les codes qui s'appliquent envers ma personne. En attendant, je fixais la demoiselle qui devait m'aider. Enfin... la pauvre créature semblait totalement débordée par cette interpellation soudaine. D'un autre côté, au vu des modestes vêtements qu'elle portait, il aurait été étonnant qu'elle puisse régler la somme demandée. Fort bien, je me contenterais encore de mes vieux bijoux. Je signifiais d'un geste de la main au marchand que je laissais tomber l'affaire. Seulement, cela ne sembla pas lui plaire d'être...Délaissé d'une manière si désinvolte. C'est donc tout naturellement qu'il m'interpella de sa voix si rugueuse qu'elle était insupportable à mes oreilles.

Parce que vous croyez partir comme ça? En balançant presque ma marchandise?

Vu la qualité de votre marchandise et la manière dont vous traitez ceux qui vous permettent de vous nourrir, je n'aurais même pas du m'arrêter ici.

Il devenait tout rouge mais qu'importe, j'avais déjà tourné les talons. Quand avais-je jeté sa marchandise? Si j'avais bel et bien menti en laissant entendre que sa marchandise était de piètre qualité, alors que ce n'était pas le cas pour ce que je convoitais, je ne l'aurais certes pas traitée ainsi. Peut-être devrais-je rester avec cette demoiselle? Elle pourrait sans doute m'aider et pour avoir vécu au milieu de femmes pendant des années, je pouvais supposer que cette jeune femme n'était pas une menace. J'allais donc à sa rencontre et m'arrêtais à son niveau.

Excusez mes manières tout à l'heure mademoiselle.

Moi en train de m'excuser... c'est assez inhabituel, très inhabituel même. Les seules fois où j'ai du le faire sincèrement étaient lors de mes prières aux dieux, pour me permettre de continuer à apporter la prospérité à mon pays. Et qu'importe ce qu'on dit sur ce dieu unique, mes prières continueraient à aller aux dieux qui m'ont aidé lors de mon règne et de ma vie.

Je suis arrivée ici récemment et je n'ai pas encore l'habitude avec vos us et coutumes. Comment fonctionne les commerces ici? Avec quoi puis-je obtenir ce que je désire?

J'espérais que je ne l'intimidais pas trop. Dur à faire étant donné que c'était ce que j'avais fait quasi toute ma vie pour affirmer ma position. Peut-être que la convenance exigeait que je me présente? Mais sous quel nom? Mon nom de concubine, d'impératrice, mon nom post-mortem? J'y songerai plus tard, je ne voulais pas trop la submerger d'informations.

[J'ai vu que dans ton post tu parlais d'étoffes mais c'est sur des bijoux que Lian s'arrête, mais bon c'pas grave.
Comme tu vois aussi mon post est pas très grand cette fois-ci mais j'dois bosser mes cours alors j'ai fait vite ><]
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Sam 2 Mar 2013 - 2:59
Spoiler:
 

Yukisa tortilla les pans de robe, elle le faisait certes à la manière d'une enfant mais ce simple geste suffisait à montrer tout son désarroi, elle n'avait aucune idée de la réaction à adopter.
Ce fut la princesse qui réagit avant chacun, elle semblait agacée mais résignée à abandonner son butin, d'un geste, elle balaya le vent d'un revers de la main vers le marchand, donnant presque l'impression qu'elle lui ordonnait de disposer.
Les yeux de Yukisa passèrent ainsi rapidement de la princesse au gros homme. Celui-ci semblait vraiment très très mécontent, il était devenu rouge en une fraction de seconde, presque sur le point de l'asphyxie, c'était réellement impressionnant.

Marchand : Parce que vous croyez partir comme ça ? En balançant presque ma marchandise ?

Ça s'annonçait mal, il était vraiment en colère et pas commode, Yukisa s'avança de quelques pas en cherchant les mots qui auraient pu l'apaiser, mais elle fut aussitôt devancée par la belle inconnue.

Princesse inconnue : Vu la qualité de votre marchandise et la manière dont vous traitez ceux qui vous permettent de vous nourrir, je n'aurais même pas du m'arrêter ici.

Très cinglant, et bien envoyé mais ça n'allait certainement pas arranger la situation. Yukisa était inquiète contrairement à la princesse qui indiquait qu'elle ne prenait guère ses réactions en considération, elle avait déjà tourné les talons en faisant virevolter les volants de sa robe devant le visage du marchand.
Ayant perdu son intérêt pour ces marchandises, elle se dirigea vers Yukisa qui recula instinctivement, intimidée par cette étrange femme.

Princesse inconnue : Excusez mes manières tout à l'heure mademoiselle.


La jeune fille secoua vivement la tête en signe de négation, elle était légèrement décontenancée face à ce changement de comportement aussi soudain. Sa voix était devenue aussi douce et monotone que Yukisa l'avait imaginé, elle arborait également un visage très calme, inexpressif mais qui conservait une sérénité presque envoûtante. Ce soudain changement lui montra ainsi que la princesse maîtrisait ses émotions à la perfection.

Princesse inconnue : Je suis arrivée ici récemment et je n'ai pas encore l'habitude avec vous et vos coutumes. Comment fonctionnent les commerces ici ? Avec quoi puis-je obtenir ce que je désire ?


Yukisa sourit discrètement, elle avait eu faux sur toute la ligne pour cette fois. La princesse semblait tout aussi nouvelle qu'elle. Se reculant, elle enleva le gigantesque chapeau qui recouvrait sa tête et le glissa derrière son dos en le maintenant entre ses mains. Cette position plus amicale avait pour but de mettre plus à l'aise la jeune étrangère.

Yukisa : Je m'appelle Yukisa Tsukemi, je suis élève à la Deus Académia, enchantée !

Elle se présenta avec le plus de politesse possible, agrémentant ses présentations d'une légère courbette usuelle. Elle avait désormais une identité aux yeux de la belle étrangère et la pensée de pouvoir laisser une trace aussi légère qu'elle soit dans l'existence d'un autre être humain l'enchantait toujours autant.
Ce joyeux moment fut tout de même interrompu par le long soupir d'agacement du marchand qui avait fini par remettre toutes ses marchandises, il continuait tout de même à observer la princesse d'un regard désapprobateur et ruminait dans sa barbe.

Yukisa : Huumm… et si nous avancions un peu ? Je pourrais vous montrer comment les échanges se déroulent ?

Yukisa fit quelques pas en lançant tout de même un sourire gêné vers le commerçant, après tout, il y avait beaucoup de chance pour qu'elle revienne souvent faire ses emplettes dans ce marché et se faire un ennemi qu'elle serait susceptible de recroiser à chaque fois ne serait agréable pour personne.

La princesse suivit son mouvement tout en faisant totalement abstraction du regard mécontent que lui lançait le marchand, elle semblait même avoir oublié jusqu'à son existence. Une fois éloignées, Yukisa se tourna légèrement vers la jeune femme et lui sourit tout en entamant la conversation.

Yukisa : Je dois aller acheter quelques fournitures et… hum… je serais heureuse de pouvoir disposer de votre présence plus longtemps !

Elle avait tenté d'utiliser des mots assez soutenus pour ne pas choquer ou égarer la princesse par des manières ou un vocabulaire peut être trop insipide pour elle.

Yukisa : Hum… Si je puis me permettre, comment vous appelez-vous ?
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Mer 6 Mar 2013 - 19:41
[Comme je te l'ai dit, c'pas grave t'inquiète x) ]

Rencontrer quelqu'un qui faisait preuve d'autant de politesse était toujours agréable. J'esquissai même un sourire quand la demoiselle se présenta. Ces sonorités ne m'étaient pas inconnues tiens... Elle devait venir surement d'un pays frontalier au mien avec lesquels j'avais entretenus des accords commerciaux ou autre. Toutefois, je n'oubliais pas qu'en moyenne 1000 ans me séparait du reste des personnes présentes ici.
Ne préférant pas trop parler pour le moment pour la laisser se faire à mon interpellation de tout à l'heure. Et puis j'étais conscience que mon apparence aussi sortait de la normale de ce monde, autre élément perturbateur. Mais elle était tellement aimable que je ne voulais pas trop l'embarrasser non plus. Sa candeur et sa timidité me rappelait même une suivante que j'avais eu lors de mes premières années d'impératrice. Toujours à sa place, elle savait toujours prévoir ce qui me ferait plaisir et elle était même de très bon conseil. C'est pour cette raison que je l'avais éloignée de la Cité Interdite avant qu'une femme jalouse ne s'en prenne à elle pour m'atteindre moi. C'est bien pour ça que je lui répondis volontiers.


Lian-Hua Shen. Je suis également élève ici bien que ce statut ne me plaise pas. J'estime avoir assez vécu pour pouvoir me passer des leçons qu'on donne ici.

Au début, j'avais pensé un autre nom. Pas forcément à elle mais à tous ceux que je croiserai suivant s'ils m'inspiraient confiance ou non. Mais dans ce huis-clos, au final tout finirait par se savoir alors autant donner mon vrai nom tout de suite. Et par "vrai nom" j'entendais: celui que j'avais à mon entrée dans la Cité Interdite car suivant les statuts, on nous donne d'autres noms. J'avais celui donné par ma famille, celui que j'avais eu en devenant concubine impériale, celui de mon statut d'Impératrice, et celui post-mortem. Un peu compliqué pour celui qui n'a pas l'habitude de ce système, d'où que je m'étais arrêtée sur Lian-Hua.

Alors, ça marche par échange? Et qu'est ce qu'y a de la valeur ici? Quel type de monnaie utilise t-on? A vrai dire, les seules choses que j'ai et qui ont de la valeur sont actuellement sur moi et j'y suis attachée, je n'ai pas vraiment envie de les perdre.

De toutes les richesses que j'avais pu avoir, il ne me restait que ça alors il était hors de question que je m'en sépare. Et puis, toutes ces choses avaient une signification et on ne se sépare pas facilement des choses auxquelles on était attaché. Cette demoiselle semblant prête à m'aider, je me permettais toutes ces questions en espérant que je ne la dérange pas trop tout de même. Connaissant très probablement mieux les lieux que moi, je la laissais me guider.

Si je puis me permettre, vous êtes de cette époque non? Mais de quelle région venez vous? La sonorité de votre nom ne m'est pas inconnue, même si je viens du passé je voudrais retrouver son origine.

Parfois faire des liens entre le présent et mon époque ne faisait pas de mal. Je n'avais d'ailleurs fait aucune recherche en ce qui me concernait si toutefois mon nom avait été conservé à travers les âges. Une femme empereur n'étant pas apprécié, qu'on efface toute trace de mon existence à ma mort ne m'aurait pas étonné. Je profitais toutefois d'avoir quelqu'un d'agréable avec qui parler pour en apprendre un peu plus, ça me serait sans aucun doute profitable.
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Mar 12 Mar 2013 - 14:44
Lian-Hua Shen : Je suis également élève ici bien que ce statut ne me plaise pas. J'estime avoir assez vécu pour pouvoir me passer des leçons qu'on donne ici.

Yukisa lui lança un regard espiègle, ses lèvres se retroussèrent également en un sourire qu'elle ne camoufla pas cette fois. "Lian-Hua Shen", un beau nom pour une belle personne, cela va de soit. Mais ce qui lui fit le plus plaisir ce fut d'entendre que cette jeune femme était également une élève de la Deus Academia, une camarade qui pourrait devenir une alliée. Lian-Hua n'était peut être pas heureuse de se retrouver dans cet endroit mais ce n'était pas le cas de Yukisa qui se réjouissait de pouvoir se faire amis pour la toute première fois.

Lian-Hua : Alors, ça marche par échange ? Et qu'est ce qu'y a de la valeur ici ? Quel type de monnaie utilise t-on ? A vrai dire, les seules choses que j'ai et qui ont de la valeur sont actuellement sur moi et j'y suis attachée, je n'ai pas vraiment envie de les perdre.


Yukisa sursauta légèrement, elle souriait encore stupidement mais se rappela aussitôt qu'elle ne remplissait pas correctement son rôle de guide.

Yukisa : Oh… oui, attendez, j'ai...

Elle se saisit d'une petite besace qu'elle gardait dans sa poche camouflée sous les dentelles et ouvrit le fermoir argenté dans un petit bruit. Elle y glissa ses doigts à la recherche d'un petit objet et une fois qu'elle l'eut saisit, elle le montra à la lumière du soleil devant Lian-Hua.

Yukisa : Il y avait cette perle dans une enveloppe, je l'ai trouvé dans mon sac. Je crois que l'Académie en procure une à chaque élève, du moins, c'est ce qu'un commerçant m'a dit.

Yukisa fit rouler la petite sphère dans sa paume avant de la ranger dans la sacoche, maladroite comme elle était, elle aurait vite fait de la perdre. Lian-Hua acquiesça simplement, le regard sombre et remit d'un geste élégant le long drapé noir qui tentait de s'échapper sous la brise d'été.
Il n'y avait plus de sujet de conversation, ainsi, pendant que les deux jeunes femmes avançaient en silence, Yukisa recherchait désespérément un point de repère tout en tentant de conserver un visage composé et serein face à Lian-Hua pour ne pas avoir à avouer que ce qu'elles faisaient en ce moment s'avérait être plus une promenade improvisée qu'une visite guidée.

Lian-Hua : Si je puis me permettre, vous êtes de cette époque non ? Mais de quelle région venez vous ? La sonorité de votre nom ne m'est pas inconnue, même si je viens du passé je voudrais retrouver son origine.

Yukisa se retourna légèrement vers son interlocutrice et répondit tout en souriant malgré la gêne qu'elle ressentait à évoquer sa vie de mortelle.

Yukisa : mmh… de cette époque ? Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé depuis… Le monde extérieur m'est un peu étranger désormais.

Quelques secondes de silences passèrent avant qu'elle ne se rende compte que sa réponse n'en était pas une.

Yukisa : Euh.. oui ! Enfin, je veux dire oui si vous voulez dire que je suis de cette époque, et d'après les mentalités et moeurs de cet endroit, je suis même un peu en avance.

Elle agrémentait ses explications de gestes saccadés, à la fois excitée de pouvoir renseigner une personne aussi charmante mais gênée de ne pas être complètement sûre de ce qu'elle avançait.

Yukisa : Je vivais au Japon, ce n'est pas réellement ma terre natale étant donné que je suis née dans une ville un peu perdue aux États-Unis mais je ne vais pas vous ennuyer avec ce genre de détails, surtout que je ne pourrais pas réellement vous situer exactement la position, je suis nulle en géographie… Et qu'est ce que vous aviez demandé ? Mon prénom ? Huumm… C'est… simplement un assemblage de syllabe qui ne sonne pas très bien… enfin, je veux dire c'est un mix entre le japonais et l'anglais pour ne pas totalement appartenir à un… pays.

Il fallait s'y attendre, Lian-Hua la regardait bizarrement, elle semblait être étrangement perturbée par ce défilement de mots incompréhensibles mais également par cette explication très bancale. Yukisa pu seulement lui sourire tout en rougissant de ne pas avoir pu lui expliquer tout simplement qu'elle était née d'une mère japonaise et d'un père américain, expliquer ce genre de choses est très compliqué quand on n'utilise pas les bons mots et peut être encore pire quand on à pas l'habitude de parler autant à une inconnue. Yukisa était bien conscient d'avoir abandonné tout le jargon soutenu qui sied à la noblesse, impossible qu'elle tienne la cadence, cela faisait décidément trop maniéré et ne collait pas aussi bien à son image qu'à celle de Lian-Hua.
Elle remit son grand chapeau sur la tête et l'enfonça autant qu'elle le pu afin de cacher son visage qui devait virer au rouge tomate mais voilà, déjà qu'elle se perdait en tentant de repérer les lieux, avancer sans regarder devant n'est jamais une bonne idée. Ce n'est après quelques secondes de marche que Yukisa se rendit finalement compte qu'elle ne savait plus du tout où elles étaient.
Maintenant, il était absolument impossible pour elle de le nier : elles étaient perdues.
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Ven 5 Avr 2013 - 17:17
[Je m'excuse du retard encore >< Avec Sib en modo je me penche déjà pour le fow et j'oublie un peu mes rps ^^' Et je sais pas si t'as vu dans les absences mais je vais être absente deux semaines, donc t'étonne pas si je me co pas pendant cette période ^^'.]

Fort heureusement, la demoiselle semblait bien mieux renseignée que moi. J'avais enfin trouvé un guide, du moins quelqu'un qui m'explique le fonctionnement de ce lieu. Elle semblait toutefois un peu paniquée mais c'en était charmant. Cependant, je n'avais aucun souvenir d'une enveloppe contenant une perle, il faudrait que je vérifie une fois dans ma chambre. Cela faisait un bout de temps que j'étais arrivée pourtant... Quelqu'un me l'aurait-elle volée? Manquerait plus que ça... Quelqu'un qui ose me voler. J'avais déjà eu des précédents dans ma vie...antérieure et les coupables se retrouvaient souvent le dos fouetté à sang ou les mains coupées suivant la valeur de la marchandise.

Je n'ai aucun souvenir d'avoir reçu une perle, soit c'est un oubli de ma part ou de la leur, soit on me l'a volée. Je tâcherai de mettre tout ça au clair.

Raaah et dire que sans ce...voleur ou autre, j'aurai pu avoir ce que je voulais. Aaah une nouvelle robe, de nouveaux bijoux ou accessoires, ça m'aurait fait un bien fou de les avoir. La perle semblait d'être de bonne qualité en plus et aurait donc eu assez de valeur pour m'acheter ce que je voulais. Je trouverais le fin mot de cette histoire. En attendant, j'avais du mal à comprendre quand la demoiselle parla d'être "en avance". qu'est ce que cela voulait dire? Qu'elle venait du...futur? Enfin...du futur par rapport à cette époque et non la mienne car en fait, tout ici me paraissait être du futur. Tout l'était même vu que je venais du passé d'après certains. Un passé lointain même.
Quoiqu'il en soit, la moitié de ce qu'elle me dit ensuite m'échappa. En effet, il y avait un énorme creux entre nous. Je réfléchissais à toute allure pour donner un sens à ce qu'elle me disait, déceler ce que je connaissais déjà et ne connaissais pas. Il y en avait quand même un certain nombre. Plusieurs mois voire années me seraient nécessaires à première vue pour combler les siècles d'histoire qui me séparent de l'époque actuelle.


Le Japon ne m'est pas inconnu. J'ai souvent commercé avec eux et ai pu remarqué qu'ils avaient une forte tendance à copier nos techniques en matière d'art et j'en passe... Enfin, c'était à mon époque. Je vois pourquoi la sonorité de votre nom ne m'est pas inconnue, j'ai déjà entendu cette langue. Pour le reste, les "Etats-unis" et "l'Anglais" ne me disent strictement rien, pas le moins du monde.

C'était étrange d'ailleurs, tout le monde ici semblait se comprendre à merveille alors que tous devaient venir d'origines différentes avant de se retrouver ici. Je parlais chinois alors que cette demoiselle parlait japonais et pourtant nous nous comprenions sans qu'aucune d'entre nous n'ait un accent ou autre. Cela dit, à force de recevoir des ambassadeurs, j'avais appris certaines langues. Peut-être pas de là à parler couramment mais assez pour maintenir une conversation. Seulement là je n'avais pas conscience de parler la même langue qu'elle.
En revanche... c'était moi ou on s'éloignait sérieusement de l'académie? Il y avait toujours quelques boutiques certes mais on avait marché longtemps mine de rien. Où était la boutique avec le désagréable vendeur? Arf, la demoiselle saurait certainement comment rentrer, alors je ne m'inquiéterais pas trop. Et puis, ne me rendant jamais en cours, je n'étais pas prise par mon emploi du temps ou autre.


Parle moi de tes moeurs justement. D'après certains, je viens du passé, assez lointain étant donné que je connais rien à ce monde donc si tu n'y vois pas d'inconvénients, explique moi comment ça fonctionne ici. A ton avis les professeurs sont-ils vraiment compétents pour nous faire la leçon? Je dois dire que j'ai du mal avec cette idée.

Loin de m'inquiéter de ces lieux inconnus, je voulais avant tout mieux m'intégrer ici. Enfin...dans le sens où je ne veux plus être totalement prise de court devant chaque "machine" de ce monde moderne. Je voulais également voir si je pourrais jamais m'adapter devant le système hiérarchique de ce monde.
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Lun 15 Avr 2013 - 21:55
Spoiler:
 
Lian-Hua Shen : Parle moi de tes moeurs justement. D'après certains, je viens du passé, assez lointain étant donné que je connais rien à ce monde donc si tu n'y vois pas d'inconvénients, explique moi comment ça fonctionne ici. A ton avis les professeurs sont-ils vraiment compétents pour nous faire la leçon? Je dois dire que j'ai du mal avec cette idée.

Yukisa continuait à jeter plusieurs regards vers les ruelles et les murs de briques tout en guidant avec incertitude Lian-Hua, elle l'écoutait cependant d'une oreille distraite sans se déparer de son usuel sourire.

Yukisa : Je pourrais pas réellement vous aider, j'étais vraiment vraiment nulle en histoire, mais… il me semble que la bibliothèque de l'académie recèle de nombreux livres sur le monde des humains non ? Je crois également que les professeurs sont qualifiés pour ce travail, après tout, ils ont étés choisis pour former des dieux, Deus ne peut donc pas avoir négligé cet aspect. Du moins j'espère...

Elle s'arrêta plusieurs secondes en fixant le soleil afin d'en juger la course, celui-ci déjà bien ensommeillé se dirigeait avec empressement vers son lit, entraînant ainsi dans sa course la lune et l'obscurité. Le chemin sinueux qui s'entrelaçait parmi les ruelles se revêtait lentement de noir, invitant ainsi les habitants de la nuit à se glisser hors de leur demeure. Cela n'augurait rien de bon, deux jeunes filles seules en tenues légères, sans défense et perdues, ce n'était certainement pas la combinaison gagnante dans ce genre d'endroit. Yukisa se demandait comment ces ruelles qui dégageaient presque une atmosphère chaleureuse il y avait de cela quelques minutes avaient ainsi pu se transformer en coupe-gorge.
Finalement, après quelques instants d'errance, la jeune apprentie-déesse pila net sur place, elle inspira un bon coup et prit la décision la plus sage de cette après-midi : faire demi-tour. La visite guidée s'achevait ici, elle aurait aimé se balader encore un peu mais c'était le moment où jamais pour rentrer en un morceau à l'académie et avec un peu de chance à l'heure de dîner.

Yukisa : Je crois que l'on va devoir se hâter un peu, je suis désolée. Mais promis, la prochaine fois je vous ferais faire le tour du marché !

Elle acheva sa phrase sur un mouvement de tête qui montrait toute sa détermination, elle était bien décidée à se procurer une carte voire même un guide, après tout, pourquoi ne pas en profiter ? Yukisa se retourna ensuite vers l'endroit d'où elles provenaient et commença à entamer la marche. Elle avait à nouveau enlevé son chapeau et l'avait noué à son sac, facilitant ainsi la marche qui se faisait de plus en plus rapide. Mais le trajet du retour qui était censé leur apporter la lumière sembla bientôt se colorer de noir. À chacun de ses pas, Yukisa se sentait oppressée, comme si l'obscurité cherchait à les atteindre, ce qui était plutôt étrange étant donné qu'elle n'était pas de nature peureuse ou paranoïaque. Pourtant, en ce moment même, elle avait bel et bien l'impression que que quelqu'un était là, peut être tapi dans l'obscurité, peut être dans le silence, ou même dans chacune des ruelles qu'elles croisaient. Sur la droite ? Sur la gauche ? La jeune fille secoua discrètement la tête, chassant avec anxiété ce malaise, elle jeta un oeil vers Lian-Hua qui semblait avoir également ressentit cette présence, mais de sa démarche assurée, elle donnait l'impression d'avoir depuis toujours foulé cet endroit, chassant ainsi les enfants en haillons avec leur regards remplis de malice. Si ces chatons des rues étaient inoffensifs, Yukisa se doutait bien que tapis dans l'ombre, les colosses étaient là. Mais alors, où étaient donc ces tigres ?

Yukisa : Un peu de lumière ne serait de pas trop…

La jeune apprentie-déesse positionna ses mains devant sa poitrine et les présenta vers le ciel comme pour en recueillir l'eau de pluie. Le plus lentement et paresseusement possible, des centaines de petites lumières se manifestèrent à son appel. Toutes ces petites perles se réunirent ensuite en dansant vers ses paumes, formant ainsi une chaleureuse sphère de lumière qui illuminait timidement l'obscurité. Yukisa la saisit ensuite maladroitement dans sa main et se retourna vers Lian-Hua tout en jetant cette jolie boule dorée qui s'accrocha docilement dans les bras du vent près de la princesse, servant ainsi de gardien provisoire. Elle soupira ensuite en essuyant la sueur qui perlait son front, canaliser autant d'énergie en un point était réellement épuisant pour une novice. D'un geste plus assuré, elle invoqua une seconde sphère, plus dense et plus lumineuse que la première, puis une troisième et enfin une quatrième. Autant dire qu'après cet exploit, Yukisa serait volontiers rentrée en rampant mais en ce moment-même, elle avait l'impression d'avoir accompli quelque chose d'incroyablement phénoménalement classe et juste pour ça, elle se sentait enivrée d'une fierté et puissance presque ridicule mais qui la poussait à garder le cap.

Malheureusement, toute cette bonne volonté s’évanouit dès que l'obscurité se para d'un horrible rictus, susurrant à ces tigres de nuit de quitter leur cachette afin d'étancher une soif de lumière et d'ombre aussi appétissante qu'insatiable.
Invité
avatar
Invité
Re: Depuis quand faut-il payer? [Yukisa] - Mar 6 Aoû 2013 - 23:13

Que quelqu'un lui donne une pièce pour qu'elle puisse s'acheter un bon repas chaud à cette pauvre dame /PAN/ Pour revenir au rp, j'ai trouvé amusant de voir Lian qui devait s'abaisser à faire des choses dont elle n'imaginait pas devoir faire. La façon de rédiger aussi était intéressante car le vocabulaire employée représente bien son caractère ainsi que l'époque d'où elle vient. Attention à certaines formulations, même si dans l'ensemble tout est bon o/ Oh, et Lian: Evites d'oublier d'autres rp, c'est à ça que sert le journal XD

Lian-Hua Shen : 315 xps

Xps attribués : Yep
Depuis quand faut-il payer? [Yukisa]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]
» Faut-il se passer des scrutins sur le continent noir? Est-ce l'image d'Haiti?
» A quand le second tour?
» Voyage depuis la Marelle
» L'horloge parlante : Qui que quoi quand ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page