Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Jeu 14 Fév 2013 - 23:37


Au final tout se passait plutôt bien depuis son arrive en réfléchissant, mais une chose tracassait le chevalier. Jusqu’à maintenant il n’y avait pas vraiment prêté attention mais là, pendant que les élèves étaient littéralement en train de mourir d’épuisement pendant son cours spécialement fait pour la saint-valentin. Tient d’ailleurs en parlant de cette fête des couples … il fallait qu’il aille rendre visite à la personne qui l’avait interviewé lui donnant une idée pour ce cours d’ailleurs, pour le remercier … Et aussi prendre des nouvelles vis-à-vis de son dos en effet….

Bref pendant que les élèves mourraient à la tâche sous ses yeux, lui réfléchissait à ce manque qui grandissait chez lui, progressivement.
Le déclic n’est pas venu pendant le cours, il est venu devant une scène qui causa instantanément un flash back. Et quel retour sur le passé …
Le moment n’arrivait pas pendant le cours mais plus à la fin lorsqu’il demanda le rassemblement de fin de cours que le flash eut lieu … il revit son dernier instant sur terre, devant ses écuyers. Il ne put s’empêcher de ressentir un pincement au cœur … Ce qu’il aurait voulut être présent pour combattre aux coté de ses élèves, et de succomber en les protégeant … Mais ce ne fut pas le cas.
Il avait compris ce qu’il lui manquait, l’adrénaline du combat, il était enfermé dans la torpeur depuis qu’il était dans l’académie. Il avait besoin de se changer les idées.


- Bon… vous avez bien travaillé aujourd’hui je vous laisse partir en avance pour vous féliciter. N’y prenez pas goût !

Il fallait voire la tête de élèves, mêlant fierté et soulagement, peu être aussi avec une pointe de joie car le cours supplicieux était terminé ?

Le chevalier s’en alla rapidement dans une autre salle du complexe sportif, pas pour s’isoler, dans cette salle il avait entassé épées, boucliers et mannequins d’entraînements pour ce moment précis. Un entraînement musculaire ne demandait pas énormément de concentration, il réfléchissait trop pendant, en revanche une simulation de combat … la il serait focalisé sur le mannequins.

Il installa le premier mannequin en bois articulé au milieu de la salle, saisissant alors une épée et un bouclier en bois il commença un échange de coup avec le mannequin. Les articulations souple de ce dernier faisait répliquer cet êtres bois de façons désordonné, parfaite pour tester les réflexes du blond et demander toute son attention pour ne pas être frapper de plein fouet.


- Tu sais que t’es pas mauvais toi ?

Voila qu’il parlait à un mannequin … Alexander redoubla d’effort, frappant, parant avec toujours plus d’entrain et de vigueur. De temps en temps le mannequin dans un mouvement spectaculaire frappait son opposant, qui sans armure pour le protéger gémissait faiblement.
Mais son degré de concentration était tel qu’il ne s’arrêtait plus, ses pensées étaient vides, fixant seulement les mouvements du mannequin pour mieux réagir.
Dans cette salle assez exiguë au final, seul le bruit de choc des armes d’entraînements raisonnait dans un rythme effréné. La sueur se percevait facilement sur le visage du chevalier mais il continuait, si jamais il s’arrêtait il savait qu’il allait réfléchir d’avantage.





Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Ven 15 Fév 2013 - 23:34
Arsen déambulait au hasard dans les couloirs déserts faisant rouler une grosse clé d'argent être ses doigts fins. C'était la clé de sa nouvelle chambre parce que oui, maintenant elle avait une chambre. La petite étiquette qui y était accrochée portait la mention
"the Hell's Door, Bienvenue en Enfer"

L’Enfer... ce lieu où probablement beaucoup de personne s'était retrouvées à cause d'elle mais ça elle s'en fichait pas mal à vrai dire. Elle ne connaissait ses colocataires à part ce jeune homme qu'elle avait rencontré en salle d'étude, Shaad Princeton.
Mais pour l'heure elle avait faim et comptait bien se sustenter au plus vite. Malheureusement la jeune fille était incapable de se repérer dans l'académie et à part le parc aux abricots dans lequel elle avait un peu séjourné il lui était impossible de se souvenir où était quoi. Même chose pour la cafétéria donc.

Arsen errait depuis près d'une heure quand elle tomba sur le laboratoire de Chimie. La porte était entrouverte et après une petite vérification elle pu affirmer qu'il n'y avait personne aux alentours. La jeune fille ne pu résister à l'envie d'aller y faire un petit tour, voir si elle pouvait pas trouver quelques choses utiles. La belle albinos fila tout droit dans la réserve où était rangé la verrerie, regardant les fioles, les erlenmeyers, les ballons chauffants etc.. totalement fascinée. Soudain elle entendit un bruit dans le couloir, en une fraction de seconde, muée par son instinct et des années de conditionnement elle se glissa dans l'ombre d'une haute étagère. Son cœur commençait à battre la chamade et mieux valait pour elle ne pas trop s'attarder ici. Arsen attrapa quatre petites fioles, une bouteille où elle pu déchiffrer l'inscription "Éthanol" *toujours utile ça, mieux vaut en avoir un peu en cas de besoin* et trois baguettes métalliques et fourra le tout dans son sac avant de déguerpir sans demander son reste.

Une fois dehors, l'albinos ressortit les baquettes pour les examiner. Elles étaient en acier, longues d'une trentaine de centimètres et très fines, on aurait dit des aiguilles à tricoter en bien plus pointues. Arsen faisait courir ses doigts pales sur la surface brillante de l'acier tout en marchant, elles ferait une arme parfaite et même l'une des plus grande empoisonneuse de son époque avait besoin d'une arme. Surtout dans ce monde.I il ne lui restait qu'à les enduire de poison et d'apprendre à s'en servir.

Sans qu'elle s'en rende compte ses pas l'avait menée devant le gymnase au moment même où une tripotée d'élèves exténués en sortait. Par pur réflexe, elle se cacha dans l'ombre attendant que la nuée passe. Elle remonta ses longs cheveux de nacres qui commençaient à la gêner sur sa nuque et les maintint en place avec ses nouvelles aiguilles. Elle entra dans le gymnase à présent vide. Cependant un léger "tchac tchac" résonnait, lointain. Curieuse, Arsen se dirigea aussi silencieusement qu'un souffle d'air en direction du son et arriva dans l'arrière salle. Elle y vit un homme se battant à l'épée contre un mannequin. Ses cheveux blonds virevoltaient autour de lui tandis qu'il "dansait", faisant pleuvoir les coups. La jeune fille le regarda un moment , adossée contre le mur, sans un mot.


♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Dim 17 Fév 2013 - 0:49


Alexander n’avait qu’une seule chose qui retenait son attention, et c’était le mannequin d’entraînement devant lui.
L’échange de coups se prolongea, cinq minutes, dix minutes, quinze minutes, pendant vingt minutes encore, les coups pleuvaient entre lui et le pantin articulé.
C’était un vrai bal de coup en rythme, même si à force le pantin devenait prévisible. Alors le chevalier variait les coups. Donnant des coup de pommeau, de genoux, ou de bouclier, dans les nombreuses ouvertures qu’il avait. Par moment grâce à cette méthode il se mettait suffisamment en difficultés pour recevoir un coup de son adversaire. A la fin il finit par prendre un coup au visage. Énervé à cause de son erreur, il frappa de l’épée en bois le mannequin si fort qu’il déforma ce dernier avant de voire l’épée d’entraînement se briser.

Soupirant il s’écarta du mannequin qui tout doucement cessait de s’agiter car il ne recevait plus d’énergie. Jetant un coup d’œil au reste de l’arme en bois qu’il tenait en main, il jeta celui-ci dans une poubelle se demandant ou l’autre morceau avait bien pu partir. Même si il savait qu’il le chercherait avant de partir dans l’immédiat il n’en avait pas envie. Et soyons en certains, il n’allait pas quitter la salle, cela serait surprenant qu’il en soit autrement.


- Le problème du bois … mais si je prend mon épée en acier je vais détruire le mannequin …

En fait il n’avait pas vraiment le choix en somme … Le blond faisait donc avec ce qu’il pouvait faire. Ce qu’il donnerait pour avoir un autre chevalier en face de lui … ou même une créature imposante qui lui ferait relever un vrai défi ! Le matériel d’entraînement c’est bien pour ne pas perdre la main mais rien ne vaut la situation réelle et l’adrénaline du combat !

Sentant alors quelque chose suinter en traversant sa joue il y passa sa main avant de regarder cette dernière légèrement rougit. Certains aurait déjà paniqué le chevalier se contenta de rire avant de tomber assis au sol. Il avait vu tellement plus horrible et subit bien pire que ça ne le choquait pas, même si son corps répondait encore à ce genre de coups.


- Je le savais ! Ce coup allait laisser une trace !

Un coup sur la tête ça désoriente toujours la victime, c’était déjà bien qu’il ne soit pas inconscient. Après un coup comme celui-ci beaucoup de personnes se retrouveraient gisant à terre. Comme quoi un bon entraînement ça aide toujours.
D’ailleurs le saignement le chatouillait légèrement, il saisit son mouchoir dans sa poche et l’appliqua sur la légère plaie en essuyant sa joue. Le mouchoir rougit très légèrement tandis que le chevalier commençait à regarder autour de lui pour s’occuper.
Il savait qu’il valait mieux attendre un petit peu avant de se redresser, et ça n’arrangeait pas ses affaires, il était là pour s’occuper pas pour contempler les murs sombres de la salle dans la pénombre.
D’ailleurs en parlant de pénombre, le chevalier était persuader d’avoir rassembler tout les pantins, mais il distinguait une silhouette. Il plissa légèrement les yeux dans cette direction, intrigué. Soit le coup était un peu plus grave qu’il ne le pensait, soit il avait fait un oubli. Après tout il était pressé alors pourquoi pas la deuxième solution…





Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mer 20 Fév 2013 - 22:42
Arsen observait l'homme de loin, il frappait toujours le pantin avec acharnement. Ses coups était puissants et féroces pourtant ça n'altérait en rien la grâce qui le muait. En le regardant les pensées de la jeune fille s'envolèrent pour un temps beaucoup plus lointain.

C'était sa première mission en solitaire, elle était alors âgée de 10ans. Enfin approximativement
car ni elle ni personne d'autre ne connaissait le jour de sa
naissance. Monsieur lui avait confié le soin d'aller livrer elle-même la commande d'un petit cirque installé pour quelques temps en périphérie de Londres. Un vieux sabreur refusait de tirer sa révérence et de quitter le devant de la scène ce qui contrariait fortement les projets de directrice. On appartient à la grande famille du cirque toute sa vie, il fallait donc pour qu'il la quitte qu'il parte les pieds devant et ce le plus naturellement possible d'où son appel à ses services quelques peu particuliers. La fillette s'y était donc rendu mais malgré toutes ses précautions pour ne pas être vue elle s'était fait encercler par un trio de clown tous plus horribles les uns que les autres. Terrorisée et au bord des larmes, Arsen s'était réfugiée sous le chapiteau, derrière une grosse malle. C'est là qu'elle le vit. Le sabreur était en train de répéter pour son numéro du soir, pourfendant des ennemis invisibles, sautant, embrochant l'air.. La jeune albinos entendait vibrer les sabres, regardant le vieil homme totalement médusée. Malgré son grand âge il virevoltait avec une telle aisance, une telle habilité.. Ses gestes n'étaient que grâce et majesté. Mais une mission était une mission et elle devait la mener à bien quel qu’en soit les conséquences.

L'homme frappait le mannequin avec une hargne peu commune. *en voilà un qui a quelque chose à oublier* Il s'acharna tellement que le pantin lui porta un coup au visage qui lui laissa une légère entaille. Dans un accès de colère il le frappa avec une force immodérée, déformant son adversaire fictif et brisant son épée dont un morceau atterrit aux pieds d'Arsen.

-Le problème du bois … mais si je prend mon épée en acier je vais détruire le mannequin …

S'apercevant de la blessure, l'homme sortit un mouchoir et l'appliqua sur sa joue.

-Je le savais ! Ce coup allait laisser une trace !

Et il regardait à présent dans sa direction sans paraître la voir. La jeune fille soupira et sortit de l'ombre, avançant vers lui.

-On n'a pas idée de s'acharner comme ça sur une marionnette désarticulée, dit-elle d'une voix calme et légèrement éraillée en secouant la tête. Tenez, ça vaudrait mieux pour vous mais après moi ce que j'en dis hein..

Elle désigna sa joue du bout du doigt et après avoir fouillé dans la besace qui pendait à son côté Arsen lui lança la bouteille d'éthanol qu'elle avait piqué l'après midi même.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Dim 24 Fév 2013 - 22:51


La blessure ne saignait pas beaucoup, et il avait déjà vu tellement pire. Mais il fallait l’admettre qu’il se blessait plus souvent depuis qu’il était revenu à la vie ….
La solution la plus évidente était pourtant rapide à déterminé, il n’avait plus son armure cette dernière apportait une protection non négligeable qu’il n’avait plus.

Enfin bon il s’occupait de sa blessure superficielle quand soudainement l’ombre qu’il fixait sortit de l’obscurité pour se révéler. En lui adressant la parole, non sans le critiquer pour son travail.
La personne qui sortait de l’obscurité pour se révéler était une femme, une jeune femme à première vue. Elle avait une longue chevelure blanche et des yeux rouges. En fait les yeux rouges qui l’avaient tant impressionné chez Calliste n’étaient pas si rares, ou alors il avait un certain talent pour les attirer à lui ? En tout cas il ne l’avait jamais croisée, que ce soit en cours ou dans un couloir, alors il ne pouvait pas être certains de son rang dans l’académie. En plus elle ne s’était même pas présenté, qu’elle impolitesse.

Il attrapa la bouteille qu’elle avait lancé, d’un geste bref mais efficace et la regarda un instant. Une bouteille d’éthanol ? Pour quoi faire ? Il n’était pas du genre de personnes qui avait besoin de se traiter une si petite blessure. Il avait d’autres choses à faire …. Enfin non …
Il regarda un instant la jeune femme avant d’enlever le mouchoir, la petite plaie ne saignait déjà plus.


- Il vaut toujours mieux s’acharner sur un pantin que sur le premier venu je pense.

Le blond se décala, allant rechercher le morceau chuté au sol à coté de l’albinos qui venait d’apparaître dans la salle. En arrivant à coté de celui-ci, et donc naturellement à coté de la jeune femme, il se pencha pour reprendre ce dernier. Lui adressant la parole pendant ce temps.

- Je ne sais l’utilité de ce produit, mais je ne pense point en avoir le besoin, vous pouvez le reprendre.

Il lui tendit la fameuse bouteille du produit avant de faire une brève révérence, l’heure des présentations sonnait. Et son sang aristocratique l’obligeait naturellement à être aussi formelle avec toute ses nouvelles connaissances.

- Mais permettez moi de me présenter, Monsieur Urmanis Alexander. Ravi de vous rencontrez.

Il n’était pas certains de devoir effectuer le baise main, il parait que certaines personnes le prenaient assez mal, il valait mieux que la personne en face de lui ait des origines aristocratiques ou nobles pour être certains de ce protocole … antique.
Enfin bon, maintenant qu’elle était ici, il n’avait plus vraiment besoin de se déchaîner sur un mannequins pour ce changer les idées, non rien ne valait une bonne conversation à cet effet.





Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mar 5 Mar 2013 - 17:51
- Il vaut toujours mieux s’acharner sur un pantin que sur le premier venu je pense.

Arsen haussa les épaules.

- Certainement.. Ce ne serait pas très raisonnable, vous risqueriez de tomber sur plus fort que vous. Mieux vaut choisir son adversaire.

Il arriva jusqu'à elle et se pencha pour récupérer le morceau de bois à coté d'elle. La jeune fille ne bougea pas d'un centimètre.

- Je ne sais l’utilité de ce produit, mais je ne pense point en avoir le besoin, vous pouvez le reprendre.

*Peu importe, s'il n'en voit pas l'utilité moi je ne vois pourquoi j'insisterai. Il m'en reste plus pour moi.*

La jeune fille tendit une main pale aux doigts fins pour récupérer sa bouteille faisant au passage briller l'espace d'un instant la bague en argent à son doigt. L'éclat rouge du grenat disparu en une fraction de seconde, happé par les ombres environnantes. Arsen prit soin de ne pas le toucher et prit fourra la bouteille dans son sac.

L'homme se tenait bien droit devant elle à présent et la dépassait d'une bonne tête. En vu de son âge et de ce qu'elle avait apprit dernièrement, la jeune fille aux cheveux de nacre pouvait sans peine affirmer qu'il s'agissait d'un professeur.

- Mais permettez moi de me présenter, Monsieur Urmanis Alexander. Ravi de vous rencontrez.

Arsen opinia respectueusement du chef. On lui avait apprit les règles de l'étiquette. Pour ne pas se faire remarquer, quand par malheur on croise quelqu'un, mieux vaut n'offusquer personne par une impolitesse sans pour autant en faire trop. Rester vague pour ne pas en dire long sur son statut social, son intelligence car ce genre de détail peuvent souvent lui nuire, il est donc dans son intérêt de choisir de montrer ce qui l'arrange le plus au vu de la situation.

Elle hésita un instant, pas l'habitude de se présenter sous son vrai nom. De son temps et avec son métier il aurait inconscient de la donner à un inconnu et puis le messager de la Mort se présente rarement avant de livrer son présent létal.

- Arsen Icum. De même.

La jeune fille sursauta, muée par un soudain besoin irrépressible. Quelque chose de viscéral qui la remuait de l'intérieur. Elle empoigna la vieille montre à gousset qui pendait à son gilet et l'ouvrit. Cinq heure pile.

- Excusez moi mais je dois vous laissez, c'est l'heure du Thé.

Et sans autre explication elle tourna les talons et marcha jusqu'à la sortie. La jeune fille s'arrêta à quelques centimètres de la porte, la main sur la poignée et se revint sur ses pas. Son visage ne reflétait aucune émotion.

- Dites moi, sauriez vous où je pourrais trouver de l'eau chaude par hasard ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mer 6 Mar 2013 - 2:48


La jeune femme semblait assez sur d’elle, rien qu’à voire sa tenue droite, presque militaire, ou peut être aristocratique. Peut être avait-elle une éducation noble, il aurait peu être dut lui faire le baise main ? Non, trop de risque, mieux valait être certain avant de le faire dans l’académie, il valait mieux qu’il attende leur prochaine rencontre pour le faire, la réponse viendrait probablement au cours de leur conversation.

Le chevalier ne put s’empêcher de rire intérieurement lorsqu’elle lui répondit. Choisir son adversaire n’était possible que pendant un entraînement, sur le terrain ce dernier s’imposait en face de soi, ne laissant absolument pas le choix. Un ennemis venait sans prévenir vous affronter, et de temps à autre, oui, ce dernier était plus fort et ça laissait des marques si on arrivait à survivre. Il se toucha nerveusement le dos dans la main gauche à cette pensé tandis qu’il tendait du même temps le flacon. Qu’elle récupéra, non sans une sorte d’excès de prudence, un peu vexante. Le professeur se sentait comme si il était porteur d’une maladie, comme si il subissait les effets de la peste … Il se faisait sûrement des idées …


- Si on choisissait son adversaire le combat n’as d’autre intérêt que de s’entretenir les articulations, c’est en affrontant des personnes que l’on ne connaît pas que l’on s’améliore rapidement.

Au cours de la séance de présentation, le chevalier nota une certaine tenue, et des habitudes qu’il ne croisait plus souvent dans l’académie. L’avancé du temps avait vu disparaître certaines politesses, mais d’un coup il ne se sentait pas le seul dépassé par les époques.
Pourtant presque immédiatement après s’être présenté il ouvrit, ce qui lui semblant être une petite horloge et prit la parole, comme si une attaque était imminente, ou que quelque chose d’important allait avoir lieu.


- Excusez moi mais je dois vous laissez, c'est l'heure du Thé. Il ne fallut pas longtemps avant qu’elle n’enchaîne quelque chose, elle avait fait à peine deux pas vers la porte qu’elle s’arrêtait et se retournais pour poser une dernière question au chevalier. - Dites moi, sauriez vous où je pourrais trouver de l'eau chaude par hasard ?

D’abord il ne connaissait pas le thé, encore une chose qu’il allait découvrir dans cette nouvelle vie. Mais la question sur l’eau chaude le laissa perplexe, chaude comment ? Boullit ? Tiéde ? Elle aurait put être un peu plus précise, mais il chercha tout de même un moyen à proximité.
Tandis que dans un premier temps il ne pensa à rien dans le gymnase et se disait qu’il fallait aller à la cuisine pour trouver une cheminée, une image lui revint soudain en tête. Il revoyait clairement un collègue ressortir des vestiaires des professeurs une boisson fumante de chaleur en main, mais il n’y avait pourtant pas de cheminé, cela signifiait qu’il y avait un autre système pour chauffer.


- Il me semble qu’il y a dans le vestiaire des professeurs quelque chose capable de chauffer des boissons, si vous pensez trouvez l’outil que mon collègue à utilisé nous pourrions sûrement chauffer de l’eau de l’évier.

Il se demandait bien comment son collègue s’y était prit pour faire ce miracle, le chevalier se grattait le menton tendit qu’il se dirigea directement vers le porte du vestiaire des professeurs, jetant au passage le morceau d’épée dans une poubelle à l’entrée du vestiaire, directement à gauche en entrant par la porte.
La salle était longue, composé de deux pièces, séparés par une cloison épaisses. La porte de la cloison intermédiaire est le seul accès à une large salle d’eau, tandis que la pièce principal elle comportait une rangé de casiers assez spacieux collé à un mur, une table entouré de chaise au centre, et, à l’opposé des casiers, une table sur la quel trônait divers accessoires électroménager, comme une cafetière, un micro-onde, et la fameuse bouilloire. Mais le chevalier oubliait toujours complètement l’utilité des ses objets, si bien qu’il les ignorait toujours en entrant dans la pièce.


- Entre, n’hésite pas !




Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Jeu 14 Mar 2013 - 22:03
Le vestiaire des professeurs avait il dit? en temps normal Arsen serait entrée sans hésiter mais là c'était un peu différent. La hiérarchie, ici comme ailleurs, était très importante. D'abord les directeurs puis les professeurs, les repentis et le personnel de l'école et enfin les élèves. De son vivant elle n'avait jamais respecté la hiérarchie, seulement son maître. Mais c'était parce que peu importe ce qu'il arrivait, elle trouvait toujours une échappatoire. A l'académie la jeune fille ne se sentait pas en position de force, elle ne saisissait pas tout à fait les subtilités de son nouvel environnement ni comment et par qui était tirées les ficelles. L'albinos préférait donc jouer la carte de la prudence et respecter les règles imposées, même si ce n'était que pour un temps.

-Êtes vous certain que je sois autorisée à y accéder? Vous comprendrez certainement que je ne veuilles pas avoir d'ennuis..

Mais le thé c'était toute sa vie.. et sa mort aussi. C'était comme un amant qu'elle avait rencontré et apprit à découvrir avec le temps, qu'elle avait aimé pour ses charmes tendres, ses saveurs subtiles... Et il l'avait trahi. Mais Arsen était revenue vers lui et n'avait fait que l'aimer plus fort encore.

Entre, n’hésite pas !

La question était réglée, elle passa la porte. La pièce dans laquelle la jeune fille pénétrait n'avait rien d'extraordinaire, elle était coupée en deux par une simple cloison, vestiaire d'un coté petite salle de repos de l'autre. Elle fut cependant étonnée par sa couleur, en un coup d’œil à travers la salle l'albinos pouvait distinguer six teintes de vert différentes sur les murs. Un peu comme s'ils avaient oubliés de peindre d'abord un tuyau, un radiateur, puis un pan de mur entier et s’apercevant de leur erreur avaient pris la première peinture verte qu'ils avait trouvée pour la rectifier. L'effet était des plus étrange mais il semblait qu'on s'y habitue facilement étant donné que personne ne s'était donné la peine de repeindre l'intégralité de la pièce.

Arsen chercha du regard de quoi faire bouillir de l'eau pour son thé mais la jeune fille ne reconnaissait aucun des appareils d'électroménager qui étaient installés là. Pas de gazinière, pas même de cheminée... quelques peu désorientée, elle les passa en revu uns à uns, commençant par le micro-onde. Ce placard futuriste ne pouvait décemment pas chauffer son eau alors elle poursuivit son manège jusqu'à tomber sur la bouilloire. Voila enfin quelque chose qui ressemblait un tant soit peu à ce que la jeune albinos connaissait. Elle la prit dans ses bras et la posa sur la table, enfin c'est ce qu'elle voulu faire car la bouilloire était branchée et son fil n'était pas assez long pour lui permettre d'arriver jusqu'à la table. Agacée par cette soudaine résistance, Arsen tira en direction de la table et manqua de tomber à la renverse quand l'appareil se débrancha brusquement. Sans rien laisser paraître de son agacement, elle s'assit à table et entreprit d'explorer la bouilloire à la recherche d'un moyen de l'ouvrir. La jeune fille aux cheveux de nacre trouva enfin comment actionner le système d'ouverture du couvercle, alla jusqu'à l'évier pour la remplir d'eau et la referma. Maintenant il lui fallait découvrir comment la faire fonctionner et ça ce n'était pas une mince affaire cependant elle aperçu vite le bouton de marche/arrêt.

Arsen croisa les bras sur la table et posa son menton dessus, observant la bouilloire. Elle attendit, une dizaine de minutes s'écoulèrent, attendit encore mais rien ne se passa. Désespérée l'albinos interpella le professeur.

- Eh vous, au risque de vous paraître ridicule je dois vous avouer que c'est la première fois que je vois ces engins ! Un peu d'aide ne serait pas de refus.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Ven 15 Mar 2013 - 17:14


Il avait décidément le don pour tomber sur majoritairement des élèves timide, il allait falloir qu’il s’y résigne à un moment il faut croire … Le premier avait été … un certains Nakamura, oui c’est cela Koyomi Nakamura ! Il l’avait repéré pendant un cours car il s’isolait mais avait réussit à faire ressortir son coté motivé et déterminé après une course d’endurance en forêt. Ah il y en avait aussi deux autres pendant un autre cours … Fiora et Shaad ! Ils n’avaient pas put vraiment approfondir avec ses deux là, mais la demoiselle avait faire preuve d’une grande ténacité qui l’avait impressionné.

Enfin elle avait demandé la confirmation pour entrer, par timidité ou pas politesse, il ne savait pas trop en fait. Mais le chevalier la lui donna sans vraiment attendre, il était certain d’avoir besoin d’aide pour trouver le fameux objet pour chauffer l’eau.
Tandis que Arsen s’adonnait à l’analyse des appareils électrique poser sur la table le long du mur, le professeur lui cherchait dans les casiers, comme si il espérait au font de lui de trouver une cheminée dans l’un d’eux … Mais ce ne fut pas le cas, et arriver au dernier casier, le sien, il savait qu’il ne trouverait qu’une tenue de rechange et une serviette à l’intérieur.
Mais un bruit l’interpella, il se retourna pour voir la jeune albinos chuter au sol en tentant de déplacer un cylindre de plastique, un câble le reliait à la cloison, sûrement un système pour éviter le vol. Il s’apprêtait à vouloir l’aider quand dans un dernier effort elle arracha la sécurité et posa la bouilloire sur la table centrale. Il la laissa s’en charger, allant directement observer le système de sécurité, enfin ce qu’il croyait être ça.
Il ne comprenait vraiment pas cette époque, ce système devait à la limite servir à empêcher une rotation mais certainement pas l’arrachage. L’extrémité du fil avait deux pointes et une ouverture, tandis que le mur avait deux ouvertures et une pointe, ils auraient pu au moins plier les pointes avant … Poussant sa curiosité plus loin le chevalier parcourut du doigt le dispositif prit dans le mur, glissant son index dans une ouverture puis l’autre tandis qu’une idée germait dans sa tête.


*Et si le système demandait de contenir quelque chose dans chaque ouverture ?*

Aussitôt pensé, aussitôt fait, l’index et le majeur allèrent chacun d’un coté, lui offrant une puissante décharge qui ébranla légèrement l’équilibre du chevalier. Il s’empressa de retirer ses doigts et alla s’asseoir sans dire mot face à l’élève. Elle semblait avoir compris la fonctionnement il y a avait de l’eau à l’intérieur et elle semblait attendre. Il attendit avec elle, plusieurs minutes, après environs une dizaine de minutes silencieuse elle parla. Et il sourit soudain en découvrant qu’elle était dans la même situation que lui.

- Au moyen âge il n’y avait pas tout cela, je suis bien incapable de t’aider …

De fil en aiguille il réfléchissait, et si la sécurité n’en était pas une ? Avait-elle une autre utilité ? Il devait sûrement lui en faire part, mieux valait deux têtes qu’une pour réfléchir sur la technologie. Elle aurait peut être une suite logique à proposer.

- Mais je suis intrigué par la protection que tu as enlevé, elle était dans quelque chose qui m’as comme foudroyé.




Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mer 17 Avr 2013 - 20:15
Foudroyé? mais elle n'avait vu aucun éclair! Et puis de quelle sécurité parlait-il?! Le jeune fille n'y comprenait rien, rien de rien. Et puis elle s'acharnait à comprendre plus l'agacement la gagnait.

Arsen n'aimait pas les nouvelles technologies et elle savait pertinemment pourquoi. Parce qu'elle ne comprenait pas le "comment de ces choses. Le "pourquoi", la raison des choses lui importait peu, ce que voulait savoir la jeune albinos s'était comment elles fonctionnaient, la matière même des chose, ce qu'elle étaient. Elle ne comprenait la plupart du temps pas comment marchaient les nouvelles technologies et elle se sentait impuissante à ne pas comprendre.

La fille au cheveux de nacre était vraiment énervée à présent. Elle voulait boire du thé, elle ne pouvait pas; elle voulait comprendre, elle n'y arrivait pas. Elle tenta de se raisonner et de retrouver son calme.

Ses doigts se figèrent sur la bouilloire, sans se crisper. Arsen n'était plus libre de faire ce qu'elle voulait pour la simple raison qu'elle n'en était pas capable. Son corps tout entier devint de marbre, muscle après muscle, fibre après fibre. L'albinos exécrait cette impuissance, comme celle de ce jour là, devant l'homme de sa vie que l'arsenic consumait à une vitesse affolante. La jeune fille vida tout doucement l'air de ses poumons et l'espace d'un instant, cessa de respirer.

Le sang battait contre ses tempes. La jeune fille bouillait de rage, elle voulait du thé mais ne pouvait rien faire pour avoir de l'eau chaude, ce foutu appareil refusant toujours de fonctionner. Et il y avait cet homme là, Alexander Urmanis, qui contemplait son impuissance en déblatérant des choses incompréhensibles sans rien faire pour lui venir en aide.

La jeune fille aux yeux rouges comme le sang constata dépitée qu'elle ne parvenait plus à se concentrer aussi bien qu'avant et cette pensée ne fit qu'accroitre sa colère. Son visage était encore plus fermé et inexpressif qu'à son habitude mais son regard lui était plus glacial et tranchant que l'acier. Elle aurait bien hurlé, tapé du pied, casser tout ce qui l'entourait... mais non, Arsen n'était pas comme ça. L'albinos se contenta de prendre la bouilloire du bout des doigts et dans un mouvement sans précipitation aucune, elle l'écarta de la table et la lâcha. L'appareil vint heurter le sol sans se briser dans un fracas de plastique. Le bouchon s'ouvrit et l'eau gicla en se déversant sur le sol. Arsen la regarda se répandre sur le lino jauni par le temps et se sentie apaiser. La colère avait disparue instantanément.

*cette technique a déjà de nombreuses fois fait ses preuves mais il faut vraiment que j'arrive à m'en passer. je n'aurais pas toujours un objet à casser et ma théière a déjà assez donnée...*

La jeune albinos tourna ses grands yeux rouges vers l'homme en sa compagnie et s'inclina légèrement.

-J'exècre les nouvelles technologies, mais j'imagine que vous l'aviez remarqué.

Arsen observait la bouilloire sans la moindre intension de la ramasser. L'éclat tranchant qui avait parcouru ses pupilles embrasées quelques instants plus tôt avait totalement disparu.
Elle prit le gros volume qu'elle avait elle même placé sur la table et le rangea dans son sac.

-Je crois que le thé sera pour une prochaine fois. Si vous voulez bien m'excuser, je m'en retourne d'où je viens et vous laisses à votre entrainement.


La jeune fille se dirigea vers la porte en enjambant d'une démarche souple la bouilloire qui gisait la gueule béante sur le lino.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Ven 19 Avr 2013 - 2:11


La technologie … s’y adapter lorsque l’on ne l’a jamais continue est un vraie supplice. Et ici la règle ne faisait pas exception, d’autant qu’apparemment il n’est pas le seul à qui cela fait défaut, la jeune albinos avait visiblement un problème d’adaptation similaire au chevalier. D’un coté cela le soulageait de ne pas se savoir seul dans cette situation, mais dans un autre cela n’aiderait pas l’eau à chauffer dans le conteneur plastique. Le professeur manquait d’idées, plus rien ne lui venait en tête pour résoudre le problème, alors il allait bien falloir admettre que si aucun des deux protagoniste ne savait la faire marcher, et bien jamais le résultat désiré ne viendrais. En plus il n’y avait même pas de manuel ! L’ordinateur en avait bien un ! Enfin si pour la bouilloire ce devait être aussi épais … le chevalier aurait sûrement eu plus facile de proposer directement de l’eau froide pour le thé …

Mais la donne allait soudainement changer, il l’observait quand elle décida de jeter la bouilloire au sol et la fixer se vider. Si elle tentait de faire du mal au récipient pour se venger de ne pas lui chauffer son eau, il y avait de meilleur moyen de s’y prendre … Mais le chevalier ne bougea pas vraiment lui non plus, fixant avec à peu prés autant d’insistance qu’elle l’objet se soulager de son contenu sur le sol.
Il finit par se décider à se déplacer pour la remettre trôner au centre de la table tandis qu’Arsen retirait tout ses accessoires, lui répondant d’ailleurs par la même occasion.


- Sûrement autant que moi je dirais, il ne faut pas être devin pour voire que nous sommes visiblement des délaissé de la technologie. Dites moi donc, qu’elle était votre époque ?

Le chevalier la regarda commencer à s’éloigner pour partir, se demandant si son dernier geste n’était pas peut être aussi dut à de la colère. Si cela était le cas il valait mieux qu’elle se change les idées …
Tient, d’ailleurs elle avait les allures d’une élève, mais il n’avait aucun souvenir de l’avoir déjà croisé quelque part, que ce soit dans un couloir ou bien dans un de ses cours. D’ailleurs il avait remarqué depuis quelques temps que certains élèves évitaient comme la peste les cours de sport. Voila qu’il se remettait à pester contre les incapables élèves ignorant le sport, ruinant les idéaux chevaleresques de leur professeur. C’est là qu’il décida de changer un peu de routine, un cours à l’improviste ! Et si elle était professeur ou repentit ? Et bien un entraînement entre collègue, simplement. Il saisit une épée en bois dans chaque main et prit parole juste derrière la porte tandis qu’elle s’en allait doucement à travers la salle d’entraînement.


- Hey ! Arsen ! Attrape !

Après s’être assurer qu’elle avait remarqué qu’il lui avait parlé et qu’elle se retourne, il lança l’épée d’entraînement vers elle. Pas comme si il voulait l’empaler, plutôt de sorte qu’elle arrive à son niveau, pommeau en l’air et pointe vers le bas, enfin pointe … pour une épée d’entraînement c’est assez arrondi.

- Échangeons quelques coups ! Faisons un petit entraînement ! Ensuite je t’accompagnerais à la cafétéria pour ton eau chaude.

Il espérait bien qu’elle accepte son offre, et puis sinon, il la contraindrait ! Le chevalier se mit alors en garde et attendit une réaction.




Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Dim 21 Avr 2013 - 20:26
- Hey ! Arsen ! Attrape !

La jeune Albinos se retourna, étonnée. Elle n'était pas tout à fait habituée à se faire appeler par son prénom. Par son nom non plus d'ailleurs. A vrai dire, depuis sa renaissance les gens qu'elle avait pu rencontrer l'avait effectivement appelée par son nom mais jamais dans son ancienne vie on ne l'avait fait. Monsieur la nommait "mon garçon" et Perle elle ne la nommait pas.

Le professeur lui lança une arme en bois qu'elle rattrapa aisément. La jeune fille nota néanmoins un tutoiement qui était nouveau de sa part. Peut-être avait il comprit qu'elle n'était qu'une élève? Comment aurait il pu croire qu'elle soit autre chose? Certes elle ne portait pas l'uniforme en vigueur et n'avait jamais assisté à l'un de ses cours (Arsen n'assistait presque jamais à aucun cours d'ailleurs) mais son âge aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. La jeune fille devait avoir aux alentours de dix neuf ans mais en paraissait quatorze. Petite, maigrichonne et avec un réel déficits de poitrine pour une jeune fille de son âge. Il fallait dire que l'albinos n'avait commencé sa puberté que très récemment, avant les décoctions amères de son maitre l'empêchait de grandir normalement, lui permettant de continuer à se faire passer pour un garçon. Mais ce temps était révolu, elle avait grandie et ses cheveux de nacre tombant en cascade sur ses reins dissipaient la plupart des doutes.

- Échangeons quelques coups ! Faisons un petit entraînement ! Ensuite je t’accompagnerais à la cafétéria pour ton eau chaude.


La jeune fille ouvrit la bouche et la referma sans un mot. Elle ne savait que penser de cette proposition tout d'abord car, tout de bois soit elle faite, elle n'avait jamais manipulé une épée. Et puis elle ne savait pas vraiment ce qu'était un entrainement. un coup d'essais, qui ne compte pas, pour mieux se préparer à affronter une situation réelle? oh biensur Monsieur l'avait déjà entrainée mais rien qui "me compte pas". A chaque fois elle avait réellement couru pour échapper à des policiers, elle avait escaladé de vrais murs pour apporter des fioles et le coup de tromblon qu'elle avait pris était réel lui aussi. Douloureusement réel même, la jeune fille en portait encore de légère trace sur le flan. On ne pouvait donc pas vraiment dire que tout cela fut un entrainement.

-je me vois dans l'obligation de décliner votre proposition. Je n'ai jamais tenu une arme de ma vie, de ma mort non plus d'ailleurs, et je ne sais me battre.


Le chevalier se mit en garde, ne laissant plus place à la moindre défilade. De toute évidence il ne la laisserai pas refuser son offre. Arsen lut une détermination sans faille dans son regard bleu ciel et étant donné qu'elle n'avait pas le choix, la jeune albinos devait transformer cette expérience qui allait surement s'avérer douloureuse en une bonne occasion d'apprendre à se défendre. Elle avait remarqué que dans l'académie que la plupart des élèves, des repentis et même des professeurs, se baladait armés. Et ils savait certainement s'en servir. Ils représentaient donc tous une menace potentielle à ses yeux, et ce sans compter les créatures étrange et terrifiante qui apparaissaient ça et là, ce qui constituait finalement une bonne raison d'apprendre à se défendre.

Arsen posa l'épée de bois à terre et commença à ôter son long manteau, il la gênerai dans ses mouvements, le plia et le déposa sur la première marche des gradins qui cerclait le gymnase.

-Vous m'avez demandé tout à l'heure de quelle époque je venais, et bien je suis née dans l'hiver 1884 ou bien 1885 je ne sais pas.

La jeune fille entreprit d'enlever son gilet noir qui portait sa précieuse montre à gousset et le posa sur son manteau avant de remonter les manches de sa chemise. Arsen reprit l'épée en bois qu'elle avait laissé au sol et se positionna en face de son adversaire. Par mimétisme, elle calqua la posture de ses mains sur le manche de l'épée sur la sienne et se campa fermement sur ses appuis.

-Je vous préviens Mr Urmanis, je ne sais ni manier l'épée ni combattre. On m'a seulement appris à fuir ou quand c'est impossible à tuer. Je risque dons d'être une fort mauvaise compagne d'entrainement.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mar 23 Avr 2013 - 0:08


Il n’était absolument pas question d’éviter l’entraînement qu’il lui avait proposé, alors lorsque la jeune fille lui dit, certes très poliment, qu’elle refusait son offre le chevalier se mit tout de même en garde, impliquant implicitement le fait que la chose était inévitable et sans négociation possible. Il sourit un instant prêt à se lancer sur elle pour entamer les hostilités quand elle posa l’arme au sol.
Non elle ne comptait tout de même pas renoncer ? Mais qu’elle genre de déesse se défilerait de la sorte ? Enfin ce fut sa première pensé, mais au final il fut plutôt soulagé en s’apercevant qu’elle prenait ses aises en prévisions du combat, il se redressa et pointa l’épée vers le sol, cela ne servait à rien de rester en garde pour le moment. Bien que se tenir en garde ne fut guère fatiguant sans armure ou arme en acier, mais s’économiser lorsque cela était possible au cours d’un combat ou avant était toujours appréciable.
D’ailleurs elle retirait un nombre impressionnant de vêtements, il comprenait vraiment pourquoi elle faisait une chose de la sorte, après dans un autre sens il ne comprenait pas complètement aussi, combattre dans une armure forgeait l’habitude de combattre en étant gêné, et donnait d’ailleurs une sensation d’aise et de puissance lorsqu’il s’agissait de combattre sans armure.


-Vous m'avez demandé tout à l'heure de quelle époque je venais, et bien je suis née dans l'hiver 1884 ou bien 1885 je ne sais pas.

Il fit rapidement le calcul dans sa tête, cela donnait environs six cents années d’écart par rapport à lui et un peu moins de deux cents par rapport à l’époque actuel, voila qui justifiait donc qu’elle soit aussi ignare que lui sur la technologie. D’ailleurs il se rendait compte aussi qu’il n’était vraiment pas le seul cheveu dans cette soupe de gadgets électrique et automatique qu’était l’époque moderne. Mais bon, il fallait croire que Deus avait vraiment choisit au hasard …
Enfin elle avait finit de se préparer alors il se remit en garde tandis qu’elle en fit de même face à lui. Les choses sérieuses pouvaient donc commencer, il serra sa prise sur le sabre d’entraînement et ajusta légèrement ses appuis au sol. Avant de soudain se déraidir à la remarque d’Arsen.


-Je vous préviens Mr Urmanis, je ne sais ni manier l'épée ni combattre. On m'a seulement appris à fuir ou quand c'est impossible à tuer. Je risque dons d'être une fort mauvaise compagne d'entrainement.

Elle devait certainement avoir copié sa posture alors, voila pourquoi il semblait remarquer un peu d’hésitation dans sa tenue, le manque d’expérience, et surtout l’épée normal n’était peut être pas le plus adapté à son style. Il laissa alors tomber pour se diriger vers une caisse ou s’entassait les armes d’entraînement qu’il avait réclamé il y a quelques jours.

- Allons nous allons transformer cet entraînement en cours, commençons par le choix de l’arme alors … et aussi du style de combat.

Il finit par revenir devant la jeune fille, et déposer en ligne de nombreuses armes, par moment une paire, si jamais elle voulait combattre à deux armes. On pouvait distinguer une épée longue, un sabre, deux épées courte, une rapière, deux couteaux de combat et une étoile du matin.

- Prends les a tour de rôle en main, simple ou par paires, joue un peu avec pour vérifier si le poids te conviens. J’ai volontairement choisit ses armes car je pense qu’elles te conviendrais un peu mieux.

Il sourit ensuite brièvement et se releva en regardant ce que Arsen allait bien pouvoir choisir, car dans un souci d’équilibre il s’équiperait de la même façon. Dans un certains sens elle allait donc lui faire la surprise aussi, même si elle ne le savait pas encore.




Invité
avatar
Invité
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Mer 24 Avr 2013 - 14:45
L'épée de bois était lourde entre ses mains et la jeune fille doutait sérieusement de sa capacité à la manipuler correctement. Surtout après avoir vu l'habilité avec laquelle son adversaire faisait danser la sienne Arsen ne pensait pas pouvoir tenir plus d'une fraction de seconde face à lui, juste le temps pour lui de fondre sur elle.

- Allons nous allons transformer cet entraînement en cours, commençons par le choix de l’arme alors … et aussi du style de combat.

Pourquoi pas. Elle risquait d'en avoir besoin vu qu'elle avait beau tenir son épée le plus fermement possible pour sauver la face elle se rendait bien compte que le chevalier n'était pas dupe. Le professeur étala de nombreuses armes, toutes vaguement familières pour Arsen. Elles les avait toutes déjà aperçu dans une armurerie et aux mains d'escrimeurs mais elle ne les avait jamais touchées. La jeune albinos s’accroupit devant les armes et les détailla les une après les autres en les touchant du bouts de ses longs doigts pâles. L'épée normale et l'étoile du matin était trop lourdes à son goût. Elle examina ensuite la rapière avec sa tenue élégante et sa garde magnifiquement orné, elle trouvait l'arme très belle mais elle n'était pas faite pour elle, trop longue tout comme le sabre. Elle se pencha sur les armes doubles, prit les deux épées courtes, les soupesa, les fit tourner... Avoir une arme dans chaque main lui donnait une sensation d'équilibre et lui paraissait plus naturel que de tenir une seule arme. Mais elles restaient encombrantes et peu discrètes. La jeune fille avait beau se dire qu'ici elle n'avait pas besoin de dissimuler quoi que ce soit, que tout le monde se baladait avec ses armes apparentes dans le dos ou au coté, elle n'arrivait pas à se départir de cette vieille habitude.

L'empoisonneuse opta donc pour les deux couteaux de combat. Jusqu'à présent elle s'était toujours défendu avec son petit cran d'arrêt, enfin quand la situation exigeait qu'elle tue sans ses poisons. Elle caressa leur tranchant du doigt et les prit en mains . Le grip tiédi contre sa peau était un contact qui lui semblait si naturel.. Leur petite taille lui permettrait de les conserver sur elle sans être gênée et petit plus, leur lame était entièrement noire et mate ce qui empêchait tout reflet et tout miroitement qui aurait pu s'avérer fatals dans un combat nocturne. Oh biensur ce détail n'était pas important, ça tenait de la prudence et même presque de la paranoïa mais Arsen savait à quel point la survie se trouve dans les détails. La lame peinte de son cran d’arrêt lui avait déjà sauvé la vie.
La jeune fille se tourna vers l'homme blond en lui montrant les couteaux.

-Puis je prendre ceux là? Pourriez vous m'apprendre à m'en servir correctement s'il vous plait?

Le jeune fille s’aperçut en tendant les armes que ses manches relevées découvraient ses avant bras en laissant apparaitre une longue cicatrice en forme de J violacée sur sa peau blanche comme la neige. Tout en gardant une expression totalement stoïque elle laissa glisser son bras contre son corps en tournant l'intérieur de son poignet vers l'arrière de sorte que l'homme ne puisse la voir.

Cette cicatrice était le symbole de toutes les années qui avaient totalement disparues de sa mémoire. Une marque indélébile sur son corps qui n'avait laissée aucune trace sur son esprit. Pas question que quelqu'un la voit. Pas question que quelqu'un sache à quel point elle était différente et infiniment plus importante que les autres marques qu'affichait son corps frêle.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. - Ven 26 Avr 2013 - 16:07


Alexander la fixait attentivement pour juger de son raisonnement dans son choix, il ne fut absolument pas surprit de la voir se diriger directement vers des armes plus petites plus légère. Il suffisait de regarder sa carrure assez faible pour directement se dire que certaines armes étaient déjà trop lourdes pour l’albinos. Enfin il existait bien des méthodes pour permettre aux personnes faibles de les manipuler, mais cela nécessitait des techniques et un équipement bien précis, qu’il n’avait pas à disposition, et surtout un enseignement long et rigoureux, il n’avait pas vraiment le temps en fait …
Malgré qu’il soit un excellent formateur au maniement des armes de son époque, il en restait que la vitesse d’apprentissage dépendait aussi largement des élèves. Enfin elle semblait très intéressée par le cours improvisé, cela signifiait clairement qu’elle allait être à son écoute. Le professeur continua à la regarder commencer à manipuler les armes, et finalement la jeune déesse au cheveux nacré finit par faire son choix, les couteaux de combats.


-Puis je prendre ceux là? Pourriez vous m'apprendre à m'en servir correctement s'il vous plait?

Le choix était judicieux, des armes rapide et discrète, mais surtout offrant un très large éventail d’options. Le chevalier se pencha pour ramasser les autres armes et partit les ranger, revenant avec une épée classique et deux autres couteaux. Lui apprendre à se battre avec des couteaux était bien, mais il fallait qu’elle sache faire face à d’autre armes, sinon cela ne servait à rien de bien manipuler les couteaux.

- Ce ne sont que des armes d’entraînements, elles ne remplaceront jamais de vraie lame, bien qu’elles soient conçues pour avoir le même poids. Cependant garde les pour le moment, leurs présence aide toujours dans les moments difficiles et quelque fois sauve une vie, que ce soit la tienne ou celle d’un autre.

Il s’approcha d’elle, lui faisant face, sa tenue des couteaux n’était pas la plus optimisée au combat, il fallait corriger l’erreur avant de commencer, tenir les deux lames comme elle tiendrait deux épées, il ne fallait surtout pas. Il se baissa légèrement devant elle pour avoir les yeux au niveau des épaules de la jeune fille.

- Tends donc les bras vers moi, couteau en main.

Il ne s’était pas trompé, les deux couteaux pointaient vers le plafond et chaque main saisissait le milieu du manche. Il sourit légèrement, tout el monde faisait cela au début après tout, même lui. Même pour une épée selon ce que l’on en fait la tenue changeait légèrement. Il glissa ses mains autour de la main gauche d’Arsen et appuya légèrement sur la lame pour que sa main se colle contre la garde du couteau.

- Cette main doit resté contre la garde, dans un combat à deux armes, une arme défend et offre des ouvertures, l’autre attaque. Celle qui défend utilise la garde à son avantage, il faut donc protéger la main qui te défend un maximum.

De l’autre coté il retira la main et replaça la pointe vers le bas tandis qu’il remettait dans sa paume le pommeau du couteau. Cette prise avait deux avantages, étant donné une cette main alternait attaque et défense, la pointe vers le bas offrait une meilleure défense dans l’ouverture que présente la gauche, le bas, mais elle donnait aussi plus de puissance quand il s’agissait de porter un coup. Encore une fois il fallait caler les doigts contre la garde, la chose était un détail important du combat au couteau.

- De ce coté tu te défendras et attaquera, de cette façons tu gagne en puissance dans les coups portés et peux parer les coups délicat à stopper de l’autre main.

Il s’écarta et glissa un mannequin d’entraînement face à elle, il fallait bien qu’elle donne quelques coups pour se faire à cette prise légèrement différente. Bien sur le chevalier avait prit soin de bloquer le mécanisme qui faisait que le mannequin s’agitait en recevant des coups, il fallait commencer doucement. Même si il ne le laissait pas percevoir donner un tel cours donnait un énorme sentiments de plaisir perdu au chevalier, il ne l’avait finalement plus fait depuis des lustres ...




Contenu sponsorisé
Re: Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie. -
Se vider l'esprit ? Difficile dans une académie.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Epreuve 6 : la logique de l'Esprit Végétal [TERMINE]
» Velcan ► La chose la plus difficile en ce monde, c'est d'y vivre.
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Négociation Difficile dans la LNH
» Bug ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page