Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ]

 
Invité
avatar
Invité
La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Mer 6 Fév 2013 - 13:02
Seigneur, qu'en est il de ta miséricorde.


L'obscurité allait bientôt la surprendre. Quelle heure était il ? Les vêpres ? La messe de midi ? Les Laudes ? Non. Certainement pas. Quand diable allaient ils trouver un moyen de mesurer le temps aussi précisément que les évènements au long de l'année ! Au cours de la journée il n'y avait aucun moyen d'aucune sorte de trouver a quel moment de la journée il était. Alors certes certains repères ne trompent pas : la luminosité déclinait légèrement et le ciel se paraît de rose. Certainement que la nuit n'était pas bien loin. Et pourtant, elle n'y avait pas prêté attention tant la sensation au niveau de ses jambes la troublait. C'était trop. Beaucoup beaucoup trop. Comment donc pouvait on se laisser en arriver là. Où diable était sa jolie robe ! Cette jolie robe verte que sa mère lui avait récupéré avec fierté et offert pour une nuit spéciale dont elle n'avait pas retenu le nom. Elle se frappa le front.

«Suis-je bête. C'est un miracle que j'en sois sortie, pourquoi en aurait il été de même pour mes vêtements..hein ? »

Elle poussa un profond soupir. Tout cela la dépassait. La pauvre enfant n'était pas faite pour son temps et elle ne semblait pas l'être pour ce nouveau non plus. Il y avait tellement de détails troublants. Tellement de choses qu'elle ne concevait même pas. Tellement de choses nouvelles a apprendre. Et peut être si peu de temps ? Mais au moins, ce ne serait pas si désagréable que la première fin. Du moins fallait il l'espérer. Ce ne serait vraiment pas de chance. Elle avait à peine terminé de crier que son horizon s'obscurcit légèrement. Elle n'était plus seule. L'avait elle vraiment été depuis le début de sa vie, grande question. Il était là. Très grand. Et aux cheveux d'ébène. Ils avaient au moins ça en commun. C'est bien maigre pour se raccrocher au vu de la hauteur de la falaise d'où on l'avait précipitée. Elle avala sa salive de manière plutôt sonore mais il était encore bien loin.

Manque de chance-encore- ses nouvelles capacités avaient décidé de se joindre à la partie. La pauvre demoiselle sentit une douleur se réveiller à l'arrière de son crâne pour ne plus y mourir. Elle se prit la tête dans les mains un bref instant et se concentra pour essayer de chasser la douleur. Aucune plante à portée. Rien, juste le silence, et cette douleur atroce. Il n'en sortit qu'une chose. Une voix qui ne lui appartenait pas et ce mot. Ce mot qu'elle connaissait bien. Ce mot qui avait causé sa perte, le dernier mot qu'on lui avait hurlé au visage avant qu'elle ne périsse dans d'atroces souffrances,

**SORCIERE**

D'où ça lui venait ? Aucune idée, mais cette voix était masculine. Elle ne saurait que plus tard qu'elle avait capté une bribe de pensée à son égard provenant de ce garçon la. La douleur disparut aussitôt que le mot en fut sorti et elle secoua légèrement la tête pour le chasser. Comme on enverrait paître un mauvais rêve. Il s'était approché pendant ce temps. Et elle n'avait même pas pensé à établir en lien entre tous ces éléments. La panique, et la douleur qui disparaissaient la troublaient. La pauvre demoiselle était à bout de nerfs, ses réactions seraient certainement désordonnées.

Plus il s'approchait, plus il semblait gagné par un mal étrange. Le pauvre se recroquevilla légèrement et elle jura même l'avoir vu trembler. Aurait il peur lui aussi du mythe même de la sorcière ? Comment pouvait il savoir de quoi on l'accusait dans l'autre monde ? Voudrait il également la mettre au feu ? Il se voulait..Rassurant ? Mais il tremblait encore plus qu'elle. Ruse ? La pauvre demoiselle ne savait plus vraiment quoi en penser. Le pire fut encore lorsqu'elle remarqua ce qui dépassait de ses cheveux. Les cornes du ...Malin ? Elle paniqua donc une seconde fois -légitime- et poussa un second cri.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Je n'ai rien fait pour mériter tout ça ! Seigneur protège moi. Adversus satanam, omnesque alios imundos spiritus, qui ad nocendum
humano generi animasque perdendas pervagantur in mundo !
 »

Voila qu'elle s'essayait à l'exorcisme, elle, la sorcière. Paniquée, elle laissait les nerfs la guider. Mais nul doute que s'il ne réagissait pas trop brutalement, elle se rendrait compte de son erreur, et s'excuserait aussi sec. Après tout, ce voyage la secoue tout le monde.
Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Sam 9 Fév 2013 - 5:47
Cela faisait maintenant une demie heure que j'avais ouvert les yeux dans cet endroit qui m'était inconnu. Perdu au milieu des constructions qui doucement se faisaient bordées par les lueurs rosées du soleil couchant, j'étais assailli de questions concernant ma situation actuelle, l'accident... Bref, je voulais connaitre le pourquoi du comment je m'étais retrouvé là, à la "Deus Academia". Alors que mon esprit tentait vainement de trouver des réponses à ces questions, mon attention avait été attirée par un cri strident aux résonances très féminines. Piqué par la curiosité, j'étais parti à la recherche de ce bruit. C'était en revenant sur mes pas, vers "l'église ?" que je la vis. Une magnifique jeune femme tout de noir vêtue se tenait là, poussant son cri. Elle ne semblait souffrir d'aucun mal physique et pourtant, sa plainte continua encore un bref instant. Le problème venait donc de "l'intérieur". Traumatisme psychologique peut-être ? Cette pensée me fit m'intéresser brièvement à mon cas. Je pensais à ma "mort" et au fait que mon "réveil" avait fait naître des doutes en moi. Cependant, ces doutes m'avaient permit d'éviter un choc psychologique..; Enfin je le pensais. Il s’avérait enfaîte que je traversais la phase de déni de la réalité pour un mensonge qui me plaisait plus. Fidèle à moi-même, je menais encore avec mon moi intérieur un débat dans ma tête quand je vis la jeune femme se frapper le front. Elle ne semblait pas aller bien et il était de mon devoir de faire tout ce qui m'était possible de faire pour l'aider. Après tout, je manquerais à mon devoir d'homme et à ma ligne de conduite si je n'avais rien fait pour elle.

Je me décidais donc à avancer vers elle pour engager la discussion quand je me sentais défaillir. Mon corps tout entier tremblait, j'étais comme paralysé. Les filles étaient mon talon d'Achille. J'étais prêt à tout pour elles, amies comme ennemies, mais malheureusement je souffrais d'une timidité maladive à leur égard. Après en avoir longtemps discuté avec mon meilleur ami, nous en étions arrivé à la conclusion que cela était du à un râteau que je m'étais prit et qui avait fait naître en moi une peur de rejet par la gente féminine. Soudain, je la vis regarder dans ma direction. Cela m’effrayait encore plus mais l'adrénaline que j'en tirais me donnait le courage de surpasser ma peur et de faire le premier pas. Alors que je m'avançais doucement pour ne pas l’inquiéter ou pour ne pas passer pour un gros psychopathe, je ne pus m'empêcher en la détaillant de l'assimiler à une sorcière telle qu'on en voit dans les jeux vidéos bien que celle-ci était terriblement plus jolie. Soudain, elle se prit la tête dans la main comme gagnée par un mal innommable.Cela ne dura qu'un instant. Instant pendant lequel je m'étais précipité vers elle, ignorant ma peur des femmes car je m’inquiétais de son état de santé. Je m'arrêtais, tremblant plus encore, alors qu'elle me regardait à nouveau. N'étant maintenant qu'à portée d'homme, elle devait pouvoir voir que je tremblais. Cela me gênait mais ce n'était pas important ou moins important que ce qu'elle subissait et qui lui avait arraché un cri.J'osais levé doucement mes bras vers elle comme pour lui faire signe de se calmer et lui montrer que je ne tenais rien alors que je me présentais. Cette manœuvre était souvent utilisée dans les films lorsqu'un policier voulait aider quelqu'un en proie à un problème psychique. Montrer patte blanche et se présenter étaient deux règles fondamentales pour établir la confiance.

Elle semblait m'observer sous toutes mes coutures ce qui avait le don de me mettre particulièrement mal à l'aise. Elle posa ensuite son regard sur mes cornes. J'en eus un léger sourire car toutes les nouvelles personnes que je rencontrais avaient ce même réflexe. Je me rendais bien compte que cela n'était pas normal de voir ça et cela m’amusait toujours beaucoup. J'eus un sursaut quand la ravissante demoiselle se mit à avoir une crise de panique en implorant Dieu et en prononçant des paroles en ... Latin ? Cela devait faire... quatre ans que je n'en avais pas entendu. Je connaissais un peu cette langue car au collège, j'avais pris cette option pour avoir des points au brevet et parce que la fille pour qui mon cœur battait en faisait. N'ayant pas pratiqué depuis longtemps, je ne pus comprendre que quelques mots comme "Satanam" pour Satan ou encore "Nocendum" pour Mal. Satan... Mal ... ? Elle en avait appelé à la protection de Dieu pour la protéger du diable?! Le problème devait sans doute être bien plus grave que je ne l'avais imaginé. Puis, l'image que je me faisais de Satan me sauta aux yeux. Les cornes ! Je me rendais compte que c'était à la vision de mes cornes qu'elle s'était mise à paniquer. Ainsi, elle me prenait pour le roi des enfers ? Bien que je me sentais extrêmement flatté, je me devais de dissiper le mal-entendu et rétablir la sérénité dans son esprit perturbé de la sorte par mes signes de marginal fascinateur. Je me reculais donc d'un pas tout en gardant mes mains tremblantes en évidence. Pour la rassurer, je réfléchissais à une phrase en latin pour lui parler. C'était peut être une idée à la c*n puisqu'elle s'était exprimé en français (ou tout de moins ce que je crois être du français puisque je le comprend ! xP ) mais l'hypothèse qui me motivait à parler latin était que le diable ne pouvait pas s'exprimer par la "langue sainte" ! Après un effort incroyable pour me souvenir, je me lançais.

Im... Im 'non satanam. Et homo sum ! Respice !

Joignant le geste à la parole, je saisissais doucement mes cornes avant des les enlever de ma tête et de lui montrer de la où j'étais. J'essayais de retenir au mieux mes tremblements pour ne pas lui montrer que j'avais peur et ainsi lui inspirer confiance.

Tu scias ?

Si mes souvenirs n'étaient pas trop mauvais, j'avais su m'exprimer en latin et pour ça, je n'étais pas peu fière. Cependant, ce n'était pas le moment de s'extasier sur ma performance puisque je devais encore convaincre cette magnifique demoiselle de me laisser l'aider. Je replaçais alors mes cornes avant de replacer mes mains en évidence.

Ce... Ces cornes ne sont là qu'en guise d'ornements parce que je trouve que ça donne un certain style.


J'esquissais un sourire gêné à l'égard de la demoiselle ici présente devant moi pour cacher ma peur.

*C'est fou quand même que je puisse me sentir aussi peu rassuré aux côtés d'une si charmante personne...*
Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Dim 10 Fév 2013 - 4:33
« Abraham leva les yeux,
et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes (Qeren);
et Abraham alla prendre le bélier,
et l'offrit en holocauste à la place de son fils »

Agneau de dieu jusqu'au bout des ongles non pas par conviction personnelle mais par éducation, elle avait jugé que c'était la meilleure chose a faire. C'était simple a comprendre. Pour que le malin existe il avait besoin de l'existence de Dieu. Sans Dieux, pas de magie. Et si la magie n'existait pas, pourquoi donc brûlait-on les sorcières ? Pour supporter cette abomination elle avait besoin d'y poser un processus logique. Quelque chose de rationnel a quoi se raccrocher en cas de besoin. Les hommes ont désormais la science, ils n'avaient que la religion. Pauvre fille. Morte en vain pour une religion en laquelle elle ne croyait qu'a moitié. Mais la était son destin, et certainement qu'un plus grand l'attendait. Mais pour le moment, ce n'était que chaos et confusion totale. Il y avait cet homme dans une tenue étrange, ce papier qu'elle n'avait même pas pris le temps de lire, et celui la qui avait des..Qeren. Des cornes étranges sur la tête. Et il avait la beauté du Diable. Quelle malchance tout de même de mourir pour le Démon et de tomber nez a nez avec lui si peu de temps après. Elle se préparait à cette seconde mort, commençant déjà a se signer avec ardeur. Elle répétait mentalement le plus rapidement possible

*Agnus Dei
qui tollis peccata mundi
miserere nobis,Agnus Dei
qui tollis peccata mundi
miserere nobis,Agnus Dei
qui tollis peccata mundi
dona nobis pacem*

Suivant qui il était en réalité, cela ne servirait qu'a la ridiculiser. Mais que ne ferions nous pas pour le salut de notre âme mortelle ! Elle était complètement paniquée et les jambes prises au piège dans le tissus et l'esprit encore embrouillé, tout autant que ses sens qui ne s'étaient pas encore remis du brasier dans lequel on l'avait précipitée. Elle était curieuse de découvrir les merveilles de ce nouveau monde mais encore fallait il qu'il daigne se laisser découvrir. Comment pouvait il être a la fois le Démon et un de ses détracteurs. Il y avait quelque chose de plus étrange que sa tête dans l'histoire et elle devrait découvrir ce que c'était. Il tremblait bel et bien, elle n'avait rien rêvé. Etais-ce ses yeux qui lui jouaient un vilain tour ? Ou simplement qu'il n'était pas si assuré qu'on veut bien le dire dans les litanies. L'ange préféré de Dieu, son plus gros chagrin, si tremblant ? Avait-il enjolivé son histoire pour le rendre grandiose aux yeux des hommes ? Les voies de ce dernier sont Impénétrables, a n'en point douter.

Il avait avancé ses mains. Elles tremblaient. Cela n'avait pas empêché Katharina de commencer a réciter sa prière d'exorcisme tout en remerciant sa mère d'avoir eu la bonne idée de la lui enseigner. Le pauvre avait sursauté devant la force de son propre assaut. Il ne s'y attendait pas, et pourtant s'il était ce qu'elle pensait qu'il était, il aurait du s'y attendre, on ne doit pas souvent lui faire bon accueil. Elle continuait a réciter, elle répétait avec force et conviction -c'est comme ça qu'on doit s'y prendre avec Lucifer- encore et toujours ; Lui semblait a contrario complètement paniqué. Il reculait ! VICTOIRE ! Elle avança d'un pas pour bien marquer sa domination nouvelle. Elle avait le dessus sur lui, merveilleux ! Elle sauverait son âme ! Et..Il se passa quelque chose d'étrange. Elle en laissa tomber son signe de croix fait a la main avec application et ses yeux s'écarquillèrent grandement avant que sa bouche ne s'entrouvre sous l'effet de la surprise. Il avait répondu en latin. Et il n'était qu'un homme. Il ôta ses cornes, l'ovale formé par sa bouche s'agrandit. Elle rougit sous la méprise et ses bras s'enroulèrent presque aussitôt autour de son buste. Repli. Elle recula d'un pas.

« J...je... »

Il ne pouvait pas l'être en effet. IL ne pouvait pas parler Latin. Et..Quelle sorcellerie donc lui avait octroyé des cornes amovibles ? Il y avait bien plus de mystères dans ce garçon qu'elle n'y aurait cru en le songeant ange déchu. Elle en perdit toute son assurance. Elle fit la moue. Elle cherchait un repère. Elle hocha la tête au « tu vois »

« quum scias , jam non is es qui fuisti » 

Il remit ses cornes pendant ce temps là. Elle cherchait ses mots dans sa langue natale.

« Lorsque tu sais, tu n'es plus le même que tu as été..Je..je suis vraiment désolée..Je...Oui, ça te va ...bien...je ...enfin... »

Et voilà que le trouble avait changé de camp. Elle peinait a le regarder dans les yeux. Elle tenta la plaisanterie.

« Tu..Tu fais toujours cet effet aux gens? »
Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Mer 13 Fév 2013 - 2:12
Parce que j'avais entendu son cri, j'étais venu jusqu'à elle en courant. Ce n'aurait pas été correct de ma part de laisser un demoiselle dans la détresse. Peu importe son problème ou qui elle était, je devais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour l'aider. Ne semblant pas souffrir physiquement, c'était par le dialogue que j'allais pouvoir me rendre utile ou tout du moins je l’espérais. C'était donc doucement et avec précautions que je m'étais approché de la magnifique demoiselle sans pour autant la brusquer de quelque manière que ce soit. Apparemment déjà sujet à un choc psychologique important je ne devais pas être la cause d'un nouveau traumatisme. Hélas, ces cornes de "vache" que je portais fièrement depuis des années et qui étaient sans doute devenues comme une vraie extension de mon propre corps à mes yeux allaient pour une fois me desservir

En effet, cet "accessoire de mode" comme certains les qualifiaient avait provoqué chez la ravissante jeune femme la réaction la plus excessive qui m'avait été donnée de voir jusqu'à ce jour. Elle avait commencé à signer une croix tout en en appelant à l'aide du seigneur pour la protéger du diable en latin. Surpris et n'étant pas serein de base avec la gente féminine, je fis un bond en arrière. Plus que sa réaction disproportionnée, c'est l'idée d'être "chassé" tel un indésirable par la première personne que je croisais depuis mon réveil qui faisait naître un certain mal-être en moi. La crainte que je pouvais alors lire jusque-là dans ses yeux avaient disparut pour laisser place à une certaine assurance. Assurance qui accompagnait sans doute ce revirement de situation où j'étais devenu le craintif ! Elle s'avançait d'ailleurs d'un pas vers moi tout en continuant son "exorcisme" ... Exorcisme ?! Ne serait-ce pas l'image que véhiculent mes cornes qu'elle essayait de chasser plutôt que moi ? Je devais m'en assurer ... 

Prenant une profonde inspiration, j'allais essayer de gagner sa confiance. D'abord, je cherchais mes mots en latin pour lui expliquer que je n'étais pas le diable mais bel et bien un homme. Pour illustrer mes propos, je décidais d'ôter les cornes de ma tête un instant qu'elle puisse se rendre compte que je n'étais pas Satan malgré ce que laissaient penser mon apparence. Tout comme elle, j'étais un Homme et non la personnification du Malin. La demoiselle se mit à rougir quand elle le comprit. Rougissait-elle de honte ou "craignait-elle" de m'avoir froissé? Je n'en savais rien mais quoi qu'il en soit, je me donnais pour devoir de détendre l'ambiance en faisant de ce moment gênant une source de plaisanteries.

La demoiselle fit une moue adorable avant de s'exprimer à nouveau en latin. Certes j'en avais fait au collège mais il ne fallait pas trop m'en demander non plus. Déjà qu'il m'avait fallut produire un effort de mémoire presque surhumain au vue de mes compétences en langue pour lui répondre... Cette fois-ci, je n'avais pas compris le moindre fragment de phrase. Ce fut donc à mon tour de faire la moue. N'ayant pas un visage sérieux, je devais sans doute ressembler à un enfant qui boude plus qu'à un adulte qui tente d'exprimer un léger mécontentement. La charmante brune se mit alors à s'exprimer en "français" ou plutôt à ce que je pensais être du français étant donné que je la comprenais clairement. Malheureusement même dans une langue clairement identifiable, je ne comprenais pas sa phrase. Je me grattais la tête.

* Je dois être plus débile que ce que je m'imaginais ! *

Puis, elle s'excusa. Je riais doucement, presque gêné, en lui faisant signe avec les mains que ce n'était pas un problème. Elle m'adressa ensuite un compliment. Et pas n'importe quel compliment... Elle venait de me dire que les cornes m'allaient bien. Extravagant comme j'étais, c'était sans doute la plus merveilleuse des remarques qu'elle pouvait me faire sur mon apparence. Je lui aurai bien sauté dans les bras pour l'embrasser si seulement je n'étais pas aussi timide. Cependant, je n'étais pas le seul à être gêné à ce moment là. Je voyais bien que la jolie jeune femme souffrait des mêmes maux que moi étant donné qu'elle avait du mal à me regarder. Elle me demanda alors si je provoquais toujours cet effet aux gens. Encore une fois, je ne pus m'empêcher de rire. Je me redressais, le menton relevé et les mains sur les hanches bien décidé à essayer de la faire rire.

J'avais déjà eu des menaces de mort mais ça, c'est la première fois qu'on me le fait ! HAHaha...

* Sérieusement Ben... ? Tu as rien trouvé de mieux à lui dire pour la faire rire ? Non parce que là... Ça craint !

Mes rires se stoppèrent et mon sourire ne s'étendait plus jusqu'à mes oreilles. Je me frottais la tête frénétiquement cherchant un moyen de faire s'envoler le supposé mal aise. C'est alors que j'eus une idée.

Ça ne te dirait pas qu'on visite les lieux ? Je suis nouveau ici donc on pourrait en profiter pour faire connaissance tout en marchant qu'en dis-tu ?
Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Sam 20 Avr 2013 - 16:22
 « Eheu fugaces labuntur anni »


Les années fuient et on ne peut rien faire contre leur écoulement. Une machie cruelle et inexorable. Et pourtant il semblait que quelque chose lié à cette école avait ce genre de pouvoirs. Une vie après une autre, et peut être encore plus qui sait. Il suffit de bien moins que ça pour troubler un être humain. Et voila qu'elle devait faire face aussi bien au changement de vie, que d'époque, que d'espoirs. Elle était certes forte et avec assez de caractère, mais sans plus aucun soutien d'aucune sorte, ça ne pouvait absolument pas se passer en douceur. Et pourtant, grace a des rencontres comme celle ci, ça pouvait se passer bien mieux que ça devait le faire initialement. Cet homme n'avait rien de démoniaque, et semblait même bien plus gentil que bien des humains. Et pourtant, Dieu que ces cordes étaient troublantes. Comment donc céder à l'appel de ces excentricités. Elle ne pouvait plus vraiment en détacher les yeux.

Elle ne pouvait pas être au courant de tout ce qui se passe dans ce monde si particulier. Les choses se passent, différemment. Peut être même qu'il y en aurait pas mal d'autres comme ça, avec des cornes de bélier, ou des sabots de bouc -pourquoi pas!- ou même de doux pelages ou de grandes et robustes peaux à tanner pour obtenir de quoi écrire. Il y aurait peut être de quoi faire une affaire rentable en revendant ces bouts une fois qu'ils auraient été brûlés vifs. Cela devait encore se pratiquer tout de même ! Comment occupaient ils leurs dimanches une fois les vêpres passées ? Non, quelque chose clochait, quelque chose bien plus gros que deux excroissances ajoutées de son propre chef. Elle devrait se renseigner. Après tout, il devait rester une once de logique ici, comme toujours la logique de Dieu fait foi dans le monde et restaure la loi perdue. Ô Seigneur, aidez moi dans votre miséricorde. Dans votre grande miséricorde.

Sans la connaître ni rien savoir d'elle, il avait réussi à rassurer Katharina, inversant complètement la tendance. La pauvre demoiselle qui paniquait et se sentait investie par une puissance supérieure en vue d'une mission toute aussi importante déchantait. Elle avait simplement fait preuve d'intolérance et c'en était d'ailleurs intolérable. Elle devrait se racheter de la manière la plus noble qu'elle pourrait trouver. Finalement, il ne lui voulait pas plus de mal que bien des gens qu'elle avait croisé jusque la. Elle ne cherchait pas les ennuis, elle se contentait simplement d'appréhender ce nouveau monde si..Etrange. Et il y aurait de quoi l'occuper pendant un certain temps. Entre les filles en pantalons et tout le reste. Le monde avait avancé si vite. Elle n'avait toujours été qu'une anomalie, en ça, cette nouvelle vie ne la changeait pas tant que ça.

Il n'avait pas répondu à cette nouvelle phrase et avait finalement pris une expression qui trahissait au moins la même gêne. De toute façon elle avait appris au moins le vieux français, ils devraient pouvoir s'en servir. Si quelques « s » s'égaraient parfois dans des mots qui n'en avaient plus tant, c'était bien plus simple à appréhender que des locutions entières dans une langue tout aussi morte que vivante. Elle tenta un sourire mais elle sentait toujours le feu sur ses joues. Il ne semblait pas outré plus que ça par ses étranges manières, elle n'en redevint pas plus blanche encore mais voilà que son esprit était-lui rassuré par tout ça. Il se mit à rire à sa remarque, elle releva les yeux vers lui. Sans le regarder directement d'iris à iris elle portait tout de même ses yeux sur une partie de son corps qui n'avait aucune ambiguité : le front.

Elle haussa un sourcil légèrement à sa remarque mais finalement elle se prit au jeu et se mit à rire également. Il était adorable, il y avait de quoi rassurer le plus inquiet des animaux. Elle haussa légèrement un sourcil de nouveau, mais celui ci ressemblait plus à un air de défi.

« S'il n'y a que ça pour te faire plaisir, je peux aussi te menacer, j'ai des ressources que tu ne soupçonnes même pas.. »

Voila, la bonne humeur était revenue aussi vite qu'elle avait pu disparaître. Et puis finalement il proposa une idée qui n'avait rien pour lui déplaire. Elle sourit et fléchit légèrement son bras pour faire signe qu'il devait lui proposer le sien.

« Charmante idée ! Je te suis, au moins jusqu'au bout de ce monde. »

Elle s'accrocha alors à son bras sans vraiment demander la permission. Finalement ils commencèrent à marcher ; Et comme c'était sans but, elle en profita pour lui poser une question. Ca ne quittait pas son esprit.

« Mais...D'ou..Enfin..De quand tu viens exactement ? »
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] - Sam 21 Sep 2013 - 15:15

Drôlement sympa ce rp, j’ai beaucoup aimé le contraste entre les deux personnages et la super maîtrise des personnages et des croyances de leur époque. Rien à redire, tout me semble bon, dommage que ce rp n’ait pas pu aboutir, j’aurais aimé lire la réaction de Ben quand Katharina lui prend le bras pour se promener ^^

Katharina Dörthe : 290 xps
Ben Iblis (invité) : 170 xps

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ] -
La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? (Suite) [Iblis ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Les Archives :: Les Archives :: Archives des grimoires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page