Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

un abricot pour soigner les blessures....

Invité
avatar
Invité
un abricot pour soigner les blessures.... - Dim 3 Fév 2013 - 21:22
Bon, tournes à droite puis à gauche. Tout droit et tu ne pourras pas le manquer.

C'est ce que lui avait dit la jeune femme qu'elle avait croisé un peu avant. Et oui il était assez difficile de ne pas laisser son regard se tourner vers ce petit espace vert. Non pas qu'il soit imposant ou quoi que ce soit de ce genre. Il était juste incroyablement accueillant.

Les cheveux de l'élève étaient lâchés dans son dos et le vent s'amusait à les faire voler devant les yeux de la doctoresse. Celle-ci ne semblait pas en tenir compte et laissait l'élément vaquer à sa guise. Elle portait l'uniforme masculin qui étrangement lui seyait assez bien et avait ornementé sa chevelure lisse d'une casquette de marin mise de travers vers le côté droit.

Elle avait comme à son habitude un livre sous le bras mais ne semblait pas vouloir le lire. Elle avait même l'air de se moquer éperdument de cet ouvrage: elle n'était pas là pour pouvoir s'adonner à la lecture.

Elle était là pour une chose bien plus personnelle.

Elle se mit à marcher doucement sur l'herbe sentant son tapis moelleux sous chacun de ses pas. Elle avançait doucement puis elle s'arrêta tournée vers le ciel. Les nuages passaient, lents et puissant, impassible. Elle se déchaussa et continua sa marche pieds nus, yeux fermés et visage tourné vers le haut. Elle progressait de manière si douce et lente qu'elle semblait glisser. Quand elle ne su plus du tout dans qu'elle direction elle allait, elle ouvrit les yeux et choisit un arbre assez robuste pour l’accueillir. Elle rangea son bouquin dans son sac qui pendait nonchalamment sur sa hanche avant de se diriger vers le plus gros arbre qu'elle avait repéré.

Elle se posa en dessous et sauta légèrement pour attraper la branche la plus basse. En s'aidant du tronc elle atteint le premier noeud que le branchage proposait. Cela lui convenait. Elle s'y installa et se mit à penser à lui. Il y avait longtemps qu'elle ne l'avait pas fait. Elle ferma les yeux et laissa son esprit courir à travers ses souvenirs.

Le visage de son maître lui revint. Beau et impassible. Ouvert et sage. Magnifique et attirant. Elle était morte pour lui. Elle ne le reverrait jamais. Sa mains alla dans un réflexe vers son médaillon.

Elle se mit à murmurer quelque chose qu'elle ne comprenait pas elle même. C'était doux, silencieux et bruyant, harmonieux (bien qu'incroyablement faux, comme à chaque fois qu'elle essayait de chanter) et reposant. Cela dura plusieures minute avant que son souffle ne soit brusquement brisé.

Sans qu'elle s'en soit rendue compte, les larmes lui dévoraient les yeux.

Pour la première fois depuis qu'elle était morte, elle pleurait.

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Mar 5 Fév 2013 - 21:53
La matinée était déjà bien avancée lorsqu'elle trouva enfin le parc. Elle était assez agacée d'avoir autant tourné en rond et de s'être perdue pour la énième fois depuis son arrivée à l'académie. Après avoir laissé un chapelet de jurons bien sentis elle prit la décision irrévocable d'établir un plan détaillé et ce peut importe le temps que ça lui prendrait.

Le parc 'étendait là, paisible, les feuilles des arbres agitées par un légère brise, le chant joyeux des oiseaux... Rien ne troublait ce calme apaisant. Arsen sourit et s'installa sous un de ces abricotiers qui faisait la renommée de ce parc. La tiédeur de cette belle journée avait poussée la jeune fille à se délester de son long manteau. Elle l'avait roulé et posé délicatement à côté d'elle, la laissant vêtue d'une chemise trop grande pour elle, d'un simple pantalon et d'un gilet d'homme ajusté d'où pendait une vieille montre à gousset cabossée.
Biensur on lui avait remit un uniforme mais elle n'en voyait pas l'intérêt. Comment pouvait-on porter une jupes aussi courte? Comment pouvait-on porter une jupe tout court d'ailleurs?

Arsen avait sortie un gros livre de sa besace et défit les boucles qui entravaient en les pages. L'ouvrage qu'elle trimbalait partout était en réalité bien plus léger que son volume le laissait penser. La jeune fille s’affaira à répertorier toutes les plantes qui croisaient sa route et en coinça un spécimen de chaque entre les pages de son précieux livre.

Au bout de quelques heures elle sentie ses paupières se faire lourdes. Était-ce le sentiment du travail accompli ou bien simplement la douce chaleur du soleil qui la berçait ainsi? Elle n'aurait su le dire mais toujours est-il que lentement Arsen sombra dans les affres du sommeil, blottie au pied de son arbre, l'herbe tendre sous elle.

Un drôle de bruit la réveilla. Une sorte de murmure, un son lointain.. C'était quelqu'un qui chantait lui sembla-t-il et qui, de toute évidence chantait faux. Mais il y avait quelque chose d'émouvant dans cette mélopée de mots sans sens, quelque chose qui vous remue de l'intérieur sans toute fois vous être destiné.

Arsen l'écouta un moment avant d'ouvrir les yeux. Cette petite sieste avait été une vraie cure de jouvence pour la jeune fille dont les nuits étaient si souvent agitées. Elle se leva lentement et regarda autour d'elle pour trouver l'origine du son. Il s'agissait d'une silhouette juchée dans un arbre non loin de la jeune fille. On aurait pu la prendre pour un jeune homme en uniforme mais ses hanches ne mentaient pas, ce ne pouvait être qu'une femme. Elle ne semblait d'ailleurs pas avoir remarqué sa présence ce qui paru bien étrange à notre jeune albinos étant donné le caractère peu discrèt de sa chevelure de nacre.

Arsen se rapprocha en silence, à la manière d'un félin sur le point de bondir sur sa proie. C'est alors qu'elle aperçu les perles d'eau salé qui couraient sur ses joues. Elle pleurait. Oh biensur Arsen avait déjà vu quelqu'un pleurer et ce bien trop souvent. Elle s'était forgée une carapace et le malheur de gens ne l'atteignait plus ce qui pouvait s’avérer très utile quand votre métier est de livrer à des âmes désespérées de la mort en bouteille. En temps normal elle se serait contentée de passer son chemin, mais rien n'était "normal" depuis sa mort et quelque chose chez la jeune fille la touchait. Peut-être lui ressemblait-elle trop?

Elle s'approcha jusqu'à capter le regard embué de la demoiselle et lui tendit un mouchoir d'un blanc immaculé, sans prononcer le moindre mot.
Invité
avatar
Invité
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Ven 22 Fév 2013 - 10:41
Elle releva la tête. Ou plutôt, la baissa. Une jeune femme lui tendait un tissu blanc, un mouchoir visiblement. La doctoresse ne savait si elle devait accepter. Elle était troublée: cette élève lui ressemblait. Trop.

Pas physiquement, bien au contraire. Mais quelque chose se dégageait de la jeune fille, venant sans doute de son habillement plutôt masculin. Mais c'était une femme. C'était évident. Les traits de son visage, ses formes (bien que discrètes), la souplesse apparente de son corps. Ses cheveux d'un blanc immaculé rivalisaient avec ses yeux magnifiquement rouges. Une enfant du diable. Une albinos.

Bien qu'à son époque les gens n'étaient pas particulièrement cléments envers ces "défauts de la nature", Anaelia était quand à elle irrémédiablement attirée par eux. Elle les trouvait fascinants, hypnotique et incroyablement majestueux.

Cette déesse n'échappait pas à la règle. Elle était fascinante, il n’existait pas d'autre mot. Ou bien, s'il en existait un, il ne vint pas à l'esprit d'Ana.

La jeune albinos semblait émue mais ne le montrait pas. Elle était là, silencieuse à lui tendre son mouchoir. Anaelia sourit et pris le mouchoir des mains de sa propriétaire. Elle ne dit rien mais ses yeux dispensait le merci qu'elle adressait à l'autre à la place des mots. Elle s'essuya doucement le visage avant de laisser tomber ses bras. Elle se sentait sans force et se détendit tout d'un coup.

Elle n'aurait pas du. Elle roula sur le côté et tomba de son perchoir en lâchant un cri de surprise. Elle resta un moment à terre (la branche était plutôt basse, donc tout allait bien) puis se mit à rire de bon cœur. La frayeur momentanée et la présence de sa camarade avait dissipé sa peine.

Elle se redressa et s’appuyant sur l’arbre.

- Scus' moi. Pas fait exprès. Je m’appelle Anaelia. Et toi ?

C'était définitif, elle ne la connaissait pas encore mais Anaelia aimait bien cette gamine.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Mar 5 Mar 2013 - 12:24
La jeune fille la fixait étrangement, comme fascinée. Son regard courait sur son corps, décryptant la moindre de ses courbes, glissait sur ses longs cheveux blancs qui flottaient dans la brise légère et vint se noyer dans la profondeur incandescente de ses yeux rouges. Arsen ne savait plus où se mettre, elle n'avait pas l'habitude d'être scrutée ainsi, avec admiration.

Habituellement les marcheurs frôlaient les murs pour l'éviter craignant elle-ne-sait-quoi, qu'elle leur jette une malédiction ou qu'elle les mange peut-être... Certains laissait parfois échapper un petit cri d'effrois, d'autre plus courageux lui lançait des petits regards curieux espérant passer
inaperçu. Mais jamais elle n'avait croisé quelqu'un la regardant ainsi. A part Perle.

Arsen se balança imperceptiblement d'un pied sur l'autre, le bras toujours tendu. Cet instant lui paru être une éternité quand le jeune fille prit enfin le mouchoir. Elle essuya son visage avec quelque chose dans le regard qui n'était pas totalement étranger à notre albinos. Elle en avait vu dans de rares cas, en apportant la fiole létale à quelqu'un qui la désirait ardemment. De la reconnaissance.

Elle fixa la jolie fille aux cheveux châtains, toujours aussi mal à l'aise. Celle ci se détendit et en
instant bascula dans le vide pour atterrir sur les fesses. Arsen la regarda avec des yeux ronds, sa chute inattendue lui avait tiré un petit cri de surprise mais elle riait à présent de bon cœur. Un rire spontané.Plein de vie.

La brune se releva et s'adressa à la jeune fille qui l'observait toujours.

- Scus' moi. Pas fait exprès. Je m’appelle Anaelia. Et toi ?


La jeune albinos hésita un instant. Monsieur lui avait apprit à ne jamais donner son nom, règle élémentaire si on veut survivre dans ce métier. N'importe qui d'un peu habile et sachant s'informer pouvait vous retrouver uniquement grâce à votre nom. Cependant c'était vrai dans son monde, maintenant les règles avaient changées.

- Arsen Icum. C'est comme ça que je me nomme.

Sa voix plutôt grave était comme à son habitude légèrement éraillée, usée par les nuits froides de Londres et les poussières toxiques.

Arsen s'assit en tailleur dans l'herbe, sortie son précieux volume de son sac et le déposa précautionneusement à coté d'elle. Elle sortie également une vieille théière en porcelaine usée, jaunie par le temps et son utilisation répétée, présentant même à certains endroits quelques fissures.

- tu es une personne bien étrange...


La jeune femme planta son intense regard rouge dans le sien. Elle ne lui était absolument pas hostile mais savait néanmoins que ce regard en aurait déstabilisé plus d'un.
Invité
avatar
Invité
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Mer 6 Mar 2013 - 12:08
Arsen Icum... Arsenic autrement dit. Malgré le côté macabre de la chose, ce nom lui seyait assez bien. Tout chez elle était immaculé (sauf ses yeux qui semblait refléter l'âme de quiconque y plongeait son regard) tout comme ce poison meurtrier pour certain et libérateur pour d'autre. Elle était magnifique et effrayante à la fois... Ce n'était pas ses iris ou bien le blanc immaculé de sa peau ou de ses cheveux qui la rendait redoutable mais l'histoire qu'elle semblait avoir eu. Derrière ses yeux se cachait un masque qui empêchait à n'importe qui de lire ses émotions. Elle même semblait s'être dressé une carapace d’indifférence ou quelque chose de semblable. Qu'avait-elle donc vécu ?

Elle semblait si proche de la doctoresse et en même temps tellement lointaine...

Les nuages passait dans le ciel à une vitesse vertigineuse, rendant le moment encore plus immuable, plus éternel qu'il ne l'était déjà. Pendant cet instant, qui n'était en réalité composé que d'une poignée de seconde, Arsen s'assit puis sortit diverse chose de son sac avant de faire part à Anaelia de son étrangeté. Anaelia, une personne étrange ? Surement. Mais elle aussi l'était. tout autant qu'elle.

La jeune fille planta fermement son regard dans celui de la doctoresse. Beaucoup aurait fuit en se sentant observé ainsi. Pas la jeune déesse. Beaucoup avait déjà agi de même avec elle. Des lépreux, des mourant, des gens dont le regard était mille fois plus déroutant que celui-ci. Par contre, aucun n'avait jamais atteint un tel degré d'intensité. Ana avait l'impression de se noyer dans les profondeurs carmins des yeux de la jeune albinos.

Elle s'assit pour se retrouver à la même auteur qu'elle, sans dévier son regard.

- Toi aussi tu es étrange. Tu n'es pas la première albinos que je vois. Par contre, tu es la première à qui j'ai l'impression de ressembler à ce point. Je ne sait pas pourquoi.

Elle marqua une pause mesurée puis repris.

- Je peux juste savoir quelle déesse tu es ?

Peut-être cette question pourrait l'éclairer sur le rapprochement qu'elle ne pouvait s'empêcher de faire entre son interlocutrice et elle.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Mer 20 Mar 2013 - 19:57
La jeune femme la regardait dans les yeux, sans détourner le regard. Arsen pouvait lire dans ses yeux qu'elle était nullement impressionner par la jeune albinos. Elle la regardait simplement comme un être humain, un semblable. Qu'avait donc bien pu voir ces prunelles mordorées pour ne pas être effrayée par « le démon blanc » qu'elle était ?

La belle brune avait éveillée sa curiosité. Elle plissa un peu les yeux pour mieux l'observer et commença son examen par ses mains, c'était toujours une très bonne source d'information. Elles étaient pales comme le reste de sa peau, au longs doigts fins mais malgré toute la féminité qu'elle dégageaient on voyait qu'elles avaient travaillés durs. Des ongles coupés courts par soucis de praticité et d'hygiène et la peau sèche d'avoir trop souvent été récurée. Elle avait une petite bosse accompagnée d'un petit creux sur le majeur pour avoir énormément utilisé un petit instrument. Une écrivain peut-être ? Non, ses mains n'étaient pas tachées d'une encre qui avec le temps devient indélébile. Autre chose alors... Une chose était sure, elles avaient soufferts.

La jeune fille aux yeux rouges jeta un coup d’œil à ses propres mains, elles étaient semblables aux siennes. Abîmées, avec de légères taches brunes et verdâtres aux bouts des doigts à force de manipuler certaines plantes. Oui, c'étaient indéniables les deux jeunes filles se ressemblaient.

Une déesse disait elle ? Arsen ne se considérait et ne se considérerait sûrement jamais comme telle. La jeune fille voyait plutôt sa « renaissance » comme une chance de rencontrer de nouvelles personnes, des occasions de perfectionner son art. D'ailleurs c'était sûrement de son art que parlait Anaelia.

- Mon art est des plus vénéneux, si c'est bien de ça que tu veux parler. Je m'explique, je suis.. enfin j'étais empoisonneuse de mon état. Et toi ?

La jeune fille au regard mordoré suscitait un certain intérêt chez notre chère albinos et rare était ceux qui l'intriguait comme ça. Elle lui retournait la question non pas pour obtenir des informations qui pourrait lui être utile, non, elle voulait savoir par pure curiosité. Voila qui changeait de son habituelle indifférence.
Invité
avatar
Invité
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Ven 22 Mar 2013 - 10:45
Empoisonneuse ? Étrange. Ces iris rouges ne dégageaient pourtant rien de maléfique ou de meurtrier. Elle n'avait pas non plus l'air d'être une repentie. Elle n'avait donc pas manié la mort par choix, mais par obligation sinon les marque de ses meurtre réapparaitrait ici, dans cette académie divine. Empoisonneuse? Vraiment, cette description d'elle même était assez peu satisfaisante. Pas satisfaisante du tout. Non pas qu'elle ne croit pas ce que la jeune femme disait, mais elle était persuadée que leur ressemblance ne venait pas de là. Ou, en tout cas, il pouvait y avoir un rapport mais des plus éloignés et ambigu. Non, il y avait autre chose. Dans le regard, dans le passé. Dans le poids des fantômes que chacune tirait. Dans leur manière d'être, ni masculine ni féminine, complètement asexuée.

- J'ai été médecin. Et maintenant, je ne sais pas trop. Je crois que se suis restée dans mon domaine et que je suis déesse de la médecine ou un truc dans ce rayon.

Poser une question pour en savoir plus ? Non, ça ne semblait pas être une bonne idée. Le genre de questions qui germaient dans l'esprit d'Ana était du genre: "Comment es-tu morte ?" "Qu'as tu vécu", bref, des questions indiscrète qu'elle ne pouvait pas se permettre de poser comme ça. Elle réfléchit donc à comment elle devait procéder pour en apprendre plus sans non plus être complètement bourrue ou désagréable.

- Juste une question. ton nom est.... Des plus équivoques. Pourquoi Arsen Icum ?

Voila. Juste la limite de ce qu'elle pouvait se permettre de demander.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Dim 21 Avr 2013 - 15:33
La jeune femme semblait septique. Peut-être ne croyait-elle pas ce que Arsen venait de lui dire? Pourtant l'albinos ne mentait jamais. Oh biensur elle oubliait volontiers certains détails mais jamais elle ne transformait sciemment la réalité. Tout ce qui sortait de sa bouche était vrai et à vrai dire elle parlait peu ce qui lui donnait peu d'occasions de mentir. La jeune fille s'en tenait au silence, elle n'avait pas le gout du mensonge, des phrases tordues et alambiquées et de la rhétorique, ce n'était seulement pas dans sa nature.

Ah oui, la médecine.. La jeune fille se serait douté que le "domaine" de la brunette ressemblait au sien. Pour tout dire, elles étaient les deux faces d'une même pièce. L'une prônait la vie tandis que l'autre servait la mort. Pour Arsen cela ne signifiait pas que l'une était gentille et l'autre méchante ou bien même qu'elles représentent le Bien et le Mal.. C'était des notions bien abstraites pour elle, non c'était juste que chacun avaient choisi une voie diamétralement opposées et pourtont si proche..
La jeune albinos avait choisi la voie qui lui permettrait de survivre, la voie de son maitre. oh biensur elle aurait pu en changer à sa mort mais la mort était déjà bien trop encrée en elle et en poursuivant sa voie, elle rendait une sorte d'hommage à l'homme de sa vie.

- Juste une question. ton nom est.... Des plus équivoques. Pourquoi Arsen Icum ?


Elle hocha la tête, elle était très fière de son nom, du nom que Monsieur lui avait offert. Mais son expression parfaitement neutre s'assombrit légèrement.

- C'est le nom que mon maitre m'a offert. Arsen étant un nom mixte c'était pratique et puis il faut croire qu'il existe une certaine ressemblance entre cette poudre blanche et moi... Je ne me souviens pas de mon nom de naissance.. comme de pleins d'autres choses d'ailleurs.

La jeune fille passa discrètement les doigts sous la manche de sa chemise pour venir délicatement caresser la longue cicatrice en forme de J qui s'étendait sur les trois quart de son avant-bras. Tout un pend de son passé avait disparu de sa mémoire et il n'en restait pas d'autre trace que cette longue cicatrice et de douloureux cauchemars. Elle ne se souvenait de rien avant l'année qui précédait sa rencontre avec Monsieur, or elle était déjà en age de se souvenir. Elle devait avoir cinq ou six ans à cette époque pourtant... rien, le trou noir.

Cette pensée la mettait extrêmement mal à l'aise, l'idée de ne pas savoir l'énervait Parce que finalement la jeune fille n'avait aucunes idées de qui étaient ses parents, de là d'où elle venait, de ce qu'il s'était passé et de ce qu'elle aurait pu devenir si elle avait été encore avec eux. L'albinos se mit à jouer avec l'anneau sertit de grenat qui brillait à son doigt. C'était le dernier présent de Monsieur, son dernier cadeau à celle qu'il l'avait tué.

Mais elle n'était pas seule, la jeune fille aux longs cheveux bruns et à la casquette de marin était assise à coté d'elle et elle ne pouvait pas se permettre de laisser transparaitre quoi que ce soit. Si elle ne pouvait faire disparaitre son trouble elle pouvait toute fois occuper son interlocutrice avec une question un petit peu.. gênante.

-dis moi, ma question est peut-être un peu indiscrète mais... Comment es-tu morte?
Invité
avatar
Invité
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Sam 15 Juin 2013 - 12:56
Comment suis-je morte, songea-t-elle un instant. Et si... Elle n'avait pas envie d'en parler. Vraiment pas envie. Mais en même temps... Cette jeune femme lui semblait si proche... Si...

- Je me suis suicidée par amour.

Voilà. C'était pas compliqué à dire finalement. La problème, c'était la contrecoup. Une douleur intense au ventre qui ne voulait pas partir, qui creusait son nid sans s'arrêter, qui remontait doucement vers le cœur, vers sa gorge, vers son âme. Elle toussa. Sa respiration s'accélérait, son pouls n'en faisait qu'à sa tête. Elle pleurait.

- On change de sujet, s'il te plais ?

Oui, changer de sujet. Et vite.  

Non, continuer sur cette voix là, en apprendre plus sur elle. Prendre son temps.

Deux choix complètement opposés et pourtant insatisfaisant tout les deux. Complémentaire. Il lui fallait les deux pour se sentir bien de nouveau. Enfin bien... Mieux tout au plus.

Elle fixait le sol. L'herbe dansait doucement. C'était beau, vivant. Et eux, qu'étaient-ils? Beau, surement pas. Ils avaient tous leurs plaies, leurs fantasmes, leurs convictions, leurs religions, tout ce qui les rendaient disgracieux. Vivants? Peut-être.

Occuper son esprit à autre chose. Voilà ce qu'il lui fallait à ce moment là. Parler d'autre chose ne suffirait pas. Oh non. 

Elle se leva et alla en direction de 'arbre le plus proche. Elle cueilli un abricots et croqua dedans. C'était doux, acide, sucré, juteux, plein, duveteux... 

- C'est incroyable... Ici, on a l'impression que même un abricot peut soigner les plus profondes blessures.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Dim 7 Juil 2013 - 17:03
Arsen fixa la jeune fille. Son visage s'était décomposé en une fraction de seconde. Comment une simple question pouvait-elle la déstabiliser à ce point?



- Je me suis suicidée par amour.

"Suicide".. c'était également le nom de sa mort à elle. A plus forte raison encore que l'élixir qui l'avait tué portait son nom. Elle s'était tuée elle même et elle avait emmené Perle avec elle. Mais "amour" était un mot qui lui était inconnu, enfin pas totalement inconnu, elle l'avait bien sur entendu dans la bouche d'autres mais elle ne l'avait jamais éprouvé elle même. La jeune fille avait pu constater ces symptômes pendant ses différentes missions et elle avait écrit une petite note là dessus dans son précieux livre:

Amour: confusion, trouble du langage en présence de la personne aimée, rougeur au niveau du visage, papillon dans le ventre, tachycardie, manque...

Arsen avait accompagnée Perle dans la mort car elle le lui avait demandé mais pouvait-on considérer ça comme un geste d'amour?

La jeune fille sortit de sa réflexion et observa la brunette. Elle pleurait à nouveau. Aussitôt Arsen regretta d'avoir posé la question. L'albinos était complètement paniquée, elle ne savait pas quoi faire et encore moins quoi dire pour apaiser sa compagne. Et puis elle lui avait déjà passé son unique mouchoir...

Mais elle avait au moins apprit une chose: l'amour était quelque chose qui faisait mal.

Elle regarda Anaelia se lever et prendre un des fruits mûre qui pendait à une branche de l'abricotier le plus proche et croquer avidement dedans. Pourquoi voulait elle ce fruit là tout de suite? Peut-être le sucre l'aiderai elle à se calmer... tout autre raison échappait totalement à Arsen.
Invité
avatar
Invité
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Lun 15 Juil 2013 - 12:19
Le son retentissant de la cloche posait un contraste poignant entre le vacarme qu'il provoquait et le silence qui s'était installé dans le parc. Anaelia cracha le noyau qu'elle avait gardé dans la bouche et se tourna vers Arsen.

-J'ai un cours que je ne voudrait louper à tout prix. je vais devoir te laisser, ma belle.

Laisser la jeune femme ne lui convenait pas vraiment mais le cours qui venait concernait la physique à travers les âges et elle voulait absolument comprendre ce que Akared avait commencé à lui expliquer. Elle irait donc, non de bon coeur mais avec la volonté certaine de revoir la jeune fille albinos.

-Si tu as le temps de te poser devant un bouquin, passe à la bibliothèque, il y a de grande chances que j'y sois.

Voilà. Comme ça, elle était sûre de la recroiser. Enfin... Vu la taille de l'édifice littéraire, rien n'était moins sur mais au moins, là-bas, elle aurait le temps. 

-C'était un plaisirs de te rencontrer, jeune fille.

La doctoresse ramassa sa besace et se mit en marche en direction de la sortie, laissant l'herbe folle danser sur les pans de sa tenue. Une fois sortie, elle se mis à courir en direction des bâtiment de cours.

Avec un peu de chance, elle ne serait pas en retard.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: un abricot pour soigner les blessures.... - Sam 22 Fév 2014 - 3:04

Hm… c'est bizarre que ce rp figure dans les rps sans réponse. Il a pourtant bel et bien une fin… serait-ce un oubli de votre part que de le clôturer ? Dans tous les cas, c'était une rencontre sympa, plutôt banale mais deux personnalités assez différentes qui se côtoient, c'est toujours intéressant à lire. A mon sens, ça aurait pu quand-même durer plus longtemps, parce que là, il ne s'est pas passé grand-chose à part les présentations. xD

Anaelia : 420 xps
Arsen : 360 xps

Xps attribués : Yep



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

un abricot pour soigner les blessures....
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» un abricot pour soigner les blessures....
» 1x03 : "Soigner ses blessures"
» Faire soigner ses pokémons sans payer
» Quelques conseils pour bien réussir sa présentation !
» de l'utilisation des plantes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page