Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Découverte des petits monstres verts

Invité
avatar
Invité
Découverte des petits monstres verts - Lun 28 Jan 2013 - 21:45
Salvatore marchait tranquillement à travers l'académie, ne prêtant pas attentions aux quelques personnes suspecte traînant dehors à cette heure si tardive, après plusieurs longues minutes, il atteignit finalement sa destination, un grand portail en fer, Doni s'arrêta un instant et ferma les yeux, profitant de la douce brise effleurant son visage, lui apportant ainsi la fraîcheur nocturne, il resta quelques instants immobiles, à savourer la clémente nuit, finalement, revigoré par cette courte pause le jeune blond se tourna vers Ben qui l'avait suivi jusqu'ici, souriant de façon nonchalante comme à son habitude.

« Nous y sommes. » accompagnant le geste à la parole, il désigna avec sa main le vieux portail en fer couvert de plantes rampantes qu'il avait emprunté le jour de son arrivée.

« Ho, juste au cas où, reste près de moi, la première fois que j'ai emprunté ce portail j'ai failli y passer... » malgré la gravité de son aveu, son sourire ne disparut pas, au contraire, il s'accentua, passant d'un sourire frivole à un sourire carnassier accompagné d'une pointe de folie.

Se concentrant de nouveau sur ce qui se trouvait devant lui, le jeune épéiste fit un pas en avant et posa ses mains sur le métal rouillé, repoussant les battants du portail, révélant ainsi le large territoire en friche a leurs yeux, d'immense forêt s'étendait à perte de vue, des herbes, bonnes ou mauvaises mélangées à des ronces jonchaient le bord de la route, enfin le bord du chemin tortueux en terre plutôt. Lors de son dernier passage, il n'avait pas franchement fait attention aux détails, mais c'était vraiment une terre abandonnée par les hommes et les dieux, c'est à se demander pourquoi un monde aussi grand avait été créé alors qu'une si petite parcelle était utilisée.

*Normalement, le territoire Gobelin devrait se trouver au nord... C'est où ça déjà ?* L'italien vint se frottait l'arrière de la tête avec sa main, comme à son habitude, il avait agi sans réfléchir, mais bon, on ne s'attend pas à autre chose quand il est question de lui.

Doni se mit à scruter l'horizon vigoureusement à la recherche d'un endroit ou les petites créature hideuses (dont il ne savait absolument rien) pouvait vivre, une grande montagne à plusieurs heures de marche retint son attention, ses yeux se mirent à brillait, sa curiosité piquée vivement par cette imposante masse de pierre.

« C'est là-bas que nous nous rendons. » tentant vainement de garder une façade sérieuse, le jeune blondinet pointa la montagne du doigt pour son camarade, espérant fortement qu'il ne se remarquerait pas qu'il ne savait pas où ils se rendaient.

C'est ainsi qu'il s'engagea sur ce sentier accidenté, traversant la frontière entre l'académie « civilisée » et le monde sauvage, à la recherche cette fois-ci des fameux gobelins.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte des petits monstres verts - Jeu 7 Fév 2013 - 10:08
Il y a seulement quelques heures, je mourrais percuté par un camion pour sauver la vie d'une femme enceinte. Quelques heures ? Non... Surement plus mais à vrai dire, je n'en avais aucune idée et celà m'importait peu. Je me faisais doucement à l'idée que je pouvais réellement être passé de vie à trépas mais j'étais loin de l'accepter. Ne sachant que faire dans ce "monde post-mortem", j'avais décidé de suivre le blondinet. Doni... Depuis que l'on avait commencé à discuter, il ne me parlait que de faits trop énormes pour être vrai. En effet, il m'avait apprit que certaines âmes de mortels étaient repêchées dans la mort pour en faire des apprentis dieux aux pouvoirs divers et variés. Il est vrai que je trouvais ça complètement fou mais l'hypothèse que moi, je puisse maitriser un pouvoir, m'électrisait. Il s'avérait en plus que je puisse maitriser la foudre, comme Pikachu... LA CLASSE !!! Tel un gosse, j'étais tout fou à l'idée de pouvoir de tester mon nouveau "jouet", c'est d'ailleurs pourquoi j'avais décidé de suivre Doni. Pour ça et parce que je n'avais rien à faire.

Nous sortîmes donc de "l'église ?" où quelques instants plus tôt, j'étais venu réveiller mon camarade blond. Nous traversions le "campus ?". Ne sachant vers où se diriger, je marchais un peu en retrait pour pouvoir suivre Doni. La lumière pâle de la lune enrobant d'un joli contrast noir/blanc les bâtiments à l'architecture très... médiéval ? M'oui pourquoi pas ! La dernière fois que j'avais vu pareilles choses, c'était lorsqu'avec ma "famille", nous avions visité la ville d'Aigues-mortes. Nous croisions des gens mais eux comme nous, nous nous ignorions. N'étions-nous pas censé être des camarades ? Pourquoi tant de froideur entre nous ?

* Plutôt spécial comme ambiance ! *

Soudain, je fus tiré de mes rêveries par Salvatore. Il me désignait quelque chose du doigt tout en m'apprenant que nous étions arrivés à destination ou tout du moins à l'endroit où les choses intéressantes allaient commencer. Vous connaissez le proverbe : "Quand le génie montre la lune, l'abruti regarde le doigt !" ? Venant de reprendre conscience de ce que nous faisions, cela ne manqua pas et je regardais stupidement le doigt de mon camarade bien que ce ne soit pas un génie... Ou il savait bien caché son jeu. Je me grattais la tête et rigolais bêtement quand je réalisais la bêtise de mon acte. Je levais alors les yeux vers un portail. Tout de fer rouillé qui indiquait qu'il n'était pas tout neuf ou alors pas entretenu, ce portail était parcouru de lières et de mousse. Apparement, il était très peu utilisé. Doni me mettait en garde quant à la dangerosité des lieux au délà de cette limite matérielle. Je jétais un regard taquin à mon camarade.

Failli... Tu as raison de ne pas abandonner Sal' parce que cette fois c'est la bonne !

Courageux me direz-vous ? Hé bien non, juste inconscient. Je ne prenais pas du tout attention aux mises en garde de Doni ni à son air malsain. Il pivota enfin sur lui-même pour ouvrir le portail. Un bruit métallique s'éleva dans les airs pour aller se perdre dans le champs couleur émeraude qui s'étendait maintenant devant nous. Le terrain qui s'offrait à nous était laissé en friche. Apparement, ce portail séparait la "civilisation" de la nature sauvage qui s'étendait tout autour des murs. A ce moment là, je me croyais plongé dans un GN (Rpg grandeur nature pour les non-vertis ! :3). Tant de souvenirs vinrent m'assaillirent à la suite de cette pensée. Les quêtes, les énigmes et surtout les combats épiques, tout cela me procurait une sensation d'adrénaline. Je sentais l'excitation montée en moi. Alors que j'étais prêt à suivre Doni pour botter le c*l à je ne sais quelle créature mystique, je le vis se gratter la tête. Oulala... C'était un mauvais signe s'il se mettait à réfléchir tout de suite notre Rambo blond les muscles en moins... L'excitation retombait d'un coup. Mon camarade ne semblait pas savoir par où nous devions nous diriger. Quel blaireau... C'était bien ma chance d'être tombé sur quelqu'un qui avait l'air d'avoir un sens de répérage aussi inexistant que le mien. Il m'indiqua ensuite une montagne qui semblait à des "années lumières" de marche...

* Rah p*tain j'en ai déjà marre ! *

Nous nous mettions en route, faisant un chemin à travers les ronces et autres s*loperies. Tout était silencieux, calme... Trop calme même. Il y avait entre Doni et moi un silence trop pesant. Je me devais de le faire disparaitre. Après tout, pourquoi ne pas sympathiser? Soudain il me vint une idée.

"Salvatore Doni... Il sonne très italien ton nom ! Tu viens d'où ? Tu es scicillien ? Dis... Si tu es italien, comment se fait-il que l'on puisse comprendre ce que dise l'autre étant donné que moi, je suis français et que j'ai jamais pratiqué l'italien ?

Je posais des questions banales bien que la réponse m'intéressait pour instaurer un dialogue entre le blondinet et moi-même.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte des petits monstres verts - Mar 12 Fév 2013 - 19:35
Il s'ennuyait ferme, même s'il avait l'habitude de faire de long trajet, la dernière fois qu'il s'était retrouvé à voyager seul remontait à aux moins cinq ans, voire six, mais je sais déjà ce que vous vous demandez, pourquoi dire seul alors que Ben se trouvait avec lui ? La réponse est simple, tout simplement parce que mit à part le bruit que faisaient ses pieds en battant la terre du sentier tortueux, il n'était pas exactement d'une compagnie très distrayante.

*Soupir* L’Italien soupira intérieurement cette aventure n'allait peut-être pas être si passionnante après tout.

*Hm, mais j'imagine que voir sa tête au moment où il fera « face » à la réalité est une raison suffisante pour faire avec cette ennuie.* Un large sourire malicieux se dessina sur son visage, il se couvrait la bouche avec une main, retenant le petit rire malsain qui tentait de s'en échapper, Doni pouvait aussi être taquin, comme tout le monde, mais plus que par plaisir, il faisait surtout ça pour se rappeler son humanité au milieu de la spirale de carnages dans laquelle il s'était jetée de lui-même, de petites choses en apparences sans importances et pourtant cruciale dans sa vie, enfin, maintenant il n'était plus ni humain, ni vivant, mais vous savez ce que c'est ? Les habitudes ont la vie dure.

« ... » Ne supportant plus leurs inactions, l'épéiste s'arrêta et commença a analyser les alentours du petit chemin sur lequel ils se trouvaient, le mouton de compagnie choisit ce moment-là pour briser le silence.

« Salvatore Doni... Il sonne très italien ton nom ! Tu viens d'où ? Tu es scicillien ? Dis... Si tu es italien, comment se fait-il que l'on puisse comprendre ce que dise l'autre étant donné que moi, je suis français et que j'ai jamais pratiqué l'italien ? » Sérieusement ?!? Il devait ABSOLUMENT se mettre à parler au moment ou le jeune Guerrier commençait à faire quelque chose ?!?

« Oui, je suis bien Sicilien, quant à la raison pour laquelle on se comprend, j'en ai pas la moindre idée, un truc de dieu probablement... » clairement irrité par l'action du jeune pull-over l’accompagnant, notre jeune héros répondit en grognant légèrement, continuant son analyse sans tourner la tête vers son interlocuteur, il s'approcha de la bordure du sentier accidenté, passant la main sur les diverses herbes et plantes qui s'y trouvaient, amassant ainsi quelques gouttes d'eau sur le bout de ses doigts et parfois même, d'autre substance moins...agréable. Un court échange et les revoilà de nouveau plongé dans le silence, Salvatore perdu dans se recherches, au moins, cette fois, celui-ci ne perdura pas, le jeune homme remarqua très vite des empreintes dans la boue ainsi que des traces du passage d'un animal, ou autre, après tout, les animaux n'étaient pas les seuls présents dans ses bois, les branches cassés, l'écorce arrachées, les plus petits arbres affalaient au sol.

« Par ici. »Chuchotant comme un chasseur approchant de son gibier, il s'accroupit et se faufilât au travers des arbres enténébré par la fraîche nuit, pénétrant désormais véritablement dans les contrées inexplorées, faisant fit de la boue sur ses pieds presque nus, des plantes épineuses qui s’accrochaient sporadiquement à ses vêtements, de l'air humide qui agressait ses narines, ainsi que des frissons causés par le froid ambiant qui lui parcouraient le corps.

« Qu'est-ce que tu faisais de ton vivant dit moi ? » Bien loin de s'intéresser à la vie de Iblis, ou à la personne en elle-même, le jeune homme à la frivolité déconcertante pris ce coup-ci l'initiative d'engager la conversation, tentant tant bien que mal d'éclipser l'ambiance morose des lieux.

Mais ce que notre guerrier préfère ne savait pas, c'est que les indices qu'il avait trouvés n'avaient pas été laissé par des gobelins et encore moins par un animal qu'il connaissait, la créature qui les attendaient étaient bien plus effrayante et dangereuse.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte des petits monstres verts - Sam 16 Fév 2013 - 13:58
Cela faisait un petit bout de temps qu'avec Doni, le blondinet que je venais de rencontrer, nous nous étions mis en marche depuis que nous avions dépassé le portail en fer. Ne sachant pas vers où me diriger, où alors que très brièvement, je me contentais de marcher dans les traces de mon camarade. Ce périple aurait pu me sembler distrayant si je ne voyageais pas avec un muet... Il semblait tellement concentré sur ses pieds que nous ne pouvions pas entamer la moindre discussion. Pour moi qui aimais parler, c'était une véritable tare mais qu'importe... Je profitais du silence pour observer la nature qui nous entourait. Du silence ? Non ! Salvatore ponctuait notre voyage de soupirs très désagréables. Peut-être s'ennuyait-il lui aussi. Soudain, il se stoppa net. Ne le voyant qu'au dernier moment, je tentais de l'éviter pour ne pas lui rentrer dedans. Etant quelqu'un de très "adroit", je me prenais les pieds dans le "tapis de verdures" pour m'écraser lamentablement dans des ronces. Après avoir poussé un pseudo-cri de douleur, je me relevais en rigolant à gorge déployée de ma maladresse. J'étais vraiment pas doué mais ça me faisait beaucoup rire. Pourquoi s'étai-il arrêté ? Je n'en savais rien mais je profitais de cette occasion pour entamer la conversation. Intéressé, je lui posais une question banale sur sa vie avant la Deus ! Il me répondait assez sèchement par l'affirmative en me fournissant en plus quelques explications.

*T'as qu'à me le dire si j'te fais ch**r !*

Oh... Je vois !
Il m'avait répondu sans même porter une quelconque attention à moi et en grognant légèrement comme agacé. Non mais pour qui se prenait-il ? Il semblait plus intrigué par un carré d'herbe que par la personne à laquelle il s'adressait. J'étais peut être un casse-pied mais moi au moins, je savais faire preuve de politesse ! Je décidais de ne pas en tenir plus rigueur que ça d'autant plus qu'il s'était déjà remit à faire ses recherches et autres observations. Alors qu'il prêtait attention à chaque petits détails, je suivais du regard un papillon aux ailes jaunes bercé par le souffle mélodieux du vent. Plus que du regard, je marchais maintenant vers le paillon en tendant ma main vers lui dans le silence le plus total. J'aimais bien les jolies couleurs ! Alors que j'allais l'attraper, Salvatore s'adressa à moi. Il semblait vouloir que je le suive. Je le vit se la jouer "Rambo-like" en s’accroupissant et en se faufilant entre les arbres tel un commando. Sans doute que la discrétion était-elle de rigueur c'est pourquoi, ne voulant pas l'agacer plus dans l'optique de m'en faire un ami malgré tout, je décidais de me faire tout petit. Les épines de ronces m'entaillaient les chaires mais qu'importe... Je n'étais pas une petite nature ! Alors que nous progressions difficilement, l'italien m'adressa la parole. Il me questionna à son tour sur ma vie avant la Deus. J'étais content de voir qu'il faisait "un pas" dans ma direction !

Bah écoute... J'étais un étudiant diplômé depuis peu malgré mon comportement qui rendait fou les profs'. Je faisais du paintball en semi-pro', du water-polo, de l'aikido et j'étais Quarterback dans l'équipe de football américain de ma ville !

Pendant que je racontais ma vie, nous continuons d'avancer dans un paysage de plus en plus dévasté. Alors qu'on pouvait mettre ça sur le compte d'une nature capricieuse, je remarquais bien vite des traces de pas dans la boue ainsi que des traînées. Je commençais à me montrer méfiant mais après tout, si nous étions là c'était pour étrenner mon nouveau pouvoir ainsi que notre "amitié naissante ?". Malgré tout, il fallait ne pas sous-estimer le danger. Après tout, j'étais déjà blesser et ses traces indiquaient la présence d'une... Chose, peut être de type humanoïde qui rodait dans les environs. Je chassais de ma tête les idées noires. Après tout, ça n'était pas dans ma nature d'être autrement qu'en super bonne humeur puisque je prenais tout à la rigolade. Pour le coup, je m'imaginais refaire un GN durant lequel j'avais incarné un barbare lors de mon vivant. Mon sourire benêt s'afficha de nouveau sur mon visage.

Et toi ? Elle était comment ta vie ? Et ta mort ? T'es mort comment ? Au faite... Tu es sure de où on va là ? Non parce que je sais pas si tu as vu mais on dirait qu'une grosse bestiole rode dans les parages !
Contenu sponsorisé
Re: Découverte des petits monstres verts -
Découverte des petits monstres verts
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chacun a en lui son petit monstre à nourrir [PV Elena]
» Park Hyun Jun ft. Park Hyeong Seok (Ulzzang)
» Un, deux, trois petits monstres
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Qui a crée ces monstres? Les gnbistes/ lavalas ou les deux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page