Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Regretter ou ne pas regretter

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 843

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Regretter ou ne pas regretter - Sam 19 Jan 2013 - 1:12
Agglow Motashi
/
Jennifer Suzerland
/
Maya Tensho

- ... mal au ventre dis-tu ?
- Depuis plusieurs jours, oui.

Agglow et Maya sont debout au fond de la classe, à papoter. Dans les premiers rangs, avec leur professeur, quatre autres apprentis dieux s'entraînent à la matérialisation d'objets divers et variés. Maya devrait également suivre ce cours, mais elle a fait appel à son médecin attitré pour un mal de ventre gênant. Excuse bidon, elle souhaite simplement s'entretenir avec le guérisseur travesti.

- Je crois que je peux mettre la douleur en relation avec le début des entraînements et les nombreux coups que je reçois dans les côtes...
- Tu es une comique Maya. Et tu m'appelles pour ça, franchement ? fait l'homme, désappointé.
- Ouais... rétorque Maya, déçue. C'était aussi pour te dire que j'avais pris la décision de m'entraîner dorénavant... je pensais que tu serais enchanté par la nouvelle, toi qui me l'a si souvent demandé...

Ils n'auront finalement pas le loisir de terminer cette conversation. La porte de la classe s'est ouverte brusquement et un intrus a fait son apparition. Un intrus très particulier que Maya reconnaît du premier coup d'oeil... puisqu’il s'agit de la désormais célèbre Jennifer Suzerland, alias Jenny. Amie d'un jour, ennemie de toujours. Tout ça à cause d'une jalousie perverse envers une fille simplement plus sociale et plus intéressante qu'elle. Il serait si simple de ne plus penser à Atios et de l'oublier, mais pour cette femme-là, cela semble impossible... même si le dit nommé ne souhaite plus la voir ni en entendre parler.
Jenny se tient là, dehors, les bras croisés, cherchant quelqu'un du regard. Elle trouve rapidement ses cibles, Maya et Agglow, au fond de la classe. Que doit-elle penser en voyant Maya avec un autre homme ? D'après son regard, elle ne doute à aucun moment qu'Agglow soit une femme... situation amusante pour le concerné, mais pas beaucoup plus rassurante pour la déesse. Mademoiselle l'intruse leur adresse un doigt d'honneur et leur intime de s'approcher en pliant et dépliant son majeur.


- Dehors. Maintenant. On a un compte à régler.
- … Je vois que tu as appris qu'Atios était absent quelques jours...
- Tu ne devrais même pas avoir le droit de prononcer son nom.
- Atios.
- Hey... c'est ni le moment ni l'endroit, les filles...

Les deux femmes n'écoutent déjà plus les conseils du guérisseur. Elles se regardent, yeux dans les yeux. Il y a comme de l'électricité dans l'air. Les autres apprentis et le professeur les regardent également, tour-à-tour, en se demandant ce qui peut bien se passer... mais sans chercher à intervenir, bien entendu. Les affrontements n'étant pas autorisé dans les salles de classe et durant les cours, elles sont priées de quitter les lieux. Ce sera encore un cours en moins pour Maya... décidément, ce n'est pas comme ça qu'elle réussira à progresser dans l'utilisation de son pouvoir ! Soit... régler ce problème une bonne fois pour toutes et la meilleure chose à faire. Adviendra que pourra ensuite.






Au centre de la cour, les deux femmes se font de nouveau face. Jenny semble totalement hors d'elle, difficilement maîtrisable et particulièrement stupide. Maya, de son côté, est sereine. Elle pose une main sur son ventre douloureux et se masse doucement quelques instants. Elle regarde Jenny d'un air particulièrement hautain et dédaigneux... ce qui n'est pas sans affoler davantage le guérisseur qui préférait que tout se passe dans la joie et la bonne humeur. Lui non plus ne tente pas de s'interposer physiquement entre les deux ennemies... il essaye simplement de les convaincre.

- Maya... Jenny... vous feriez mieux de laisser tomber... franchement, se battre pour un homme...
- Quoi ? Quoi ? C'est quoi son problème la minette ?
- Il veut dire que tu es stupide de te battre pour quelqu'un qui ne veut pas de toi.
- Maya... ! fait-il pour lui ordonner de ne pas provoquer davantage sa rivale, ce à quoi la concernée répond par un haussement d'épaule.
- T'as raison salope, il ne voudra pas de moi tant que tu seras là. C'est cool, parce que ça peut se régler rapidement.
- Maya, il faut que tu appelles Atios ! Envoie-lui un message, quoi que ce soit, mais fait le venir !
- …

L'amante du « Mister Deus » ouvre la bouche pour répondre, mais se rétracte. La seule personne qui pourrait résoudre cette situation « pacifiquement » n'est pas dans l'académie. Il est parti en mission sur Terre après avoir déposé un mot sous la porte de la chambre de sa cohabitante. "Je suis en mission officielle pour l'académie, je serais absent les prochains jours. Atios."

- … il est à plusieurs heures d'ici et il m'a implicitement demandé de me débrouiller toute seule. dit-elle finalement.
- Je suis sûre qu'il n'a pas dit ça !
- C'est ce qu'il voulait dire et c'est en tout cas ce que j'ai compris.
- N'essaye pas de te mentir à toi-même ! Il t'a demandé de l'appeler à chaque fois que tu aurais des problèmes ! Imagine la tête qu'il fera quand il rentrera et qu'il apprendra la nouvelle !
- Il n'est pas nécessaire qu'il sache ce qu'il s'est passé... d'ailleurs, je compte sur toi sur ce point.
- Mais bon sang, Maya... !

De tous ces échanges, jamais Maya ne regarde Agglow dans les yeux. Elle fixe son adversaire, fin prête à se défendre et à attaquer si nécessaire. En réalité, elle n'essaye même pas de trouver une stratégie de combat : tout est déjà décidé. Depuis un bon moment déjà... l'apprentie déesse souhaite rejoindre les étoiles. Ce serait une excellente occasion de s'y rendre à deux. Tout seul, ce doit être assez frustrant et ennuyeux... non ?
Remarquez, certaines personnes font bien des voyages de plusieurs jours sans prévenir. À peine le temps de dormir que le lendemain matin, alors qu'on pensait se réveiller et voir ce même visage charmeur et réconfortant auprès de nous, il n'y a plus personne. Parti en laissant un mot... mais sans laisser de trace. Le plus abominable dans ces cas-là, c'est quand personne n'a de nouvelle... personne ne sait rien et tout le monde devient aussi inutile que des téléphones portables sans batterie. La vie perd de sa saveur. On n'est même pas sûr que la personne revienne un jour.
Tout un voyage... absolument seul... il faut vraiment être un Kurokami pour envisager ça.
Il porte bien son nom.


- Ça y est ? Les truies ont fini de jacasser ?
- Non... !
- Ça y est, oui.



D'un geste du bras, Agglow est écarté. Il soupire en hochant la tête plusieurs fois, résigné. Il ne tentera plus de s'interposer. Les deux femmes s'avancent maintenant l'une vers l'autre en dégainant leur arme : une lance pour l'une, des ailes pour l'autre. Pour Maya, il ne fait aucun doute que Jenny va tout miser sur sa force pour attaquer... elle doit avoir atteint un haut niveau maintenant. Le dépassement des limites, la force suprême d'un dieu en pleine mesure de ses possibilités... ce sera difficile à combattre, pas de doute possible. Les ailes pour la défense ne résisteront pas longtemps. Mais Maya ne s'en fait pas, elle sait exactement comment ce combat prendra fin. Elle l'a déjà accepté.
Plus rien ne peut empêcher le duel à mort.


- Maya.
- Jenny.

Elles se saluent d'une révérence comme au bon vieux temps, puis reprennent leur position de combat. Toutes deux à vocation offensive. Bizarrement, le geste précédent les fait sourire, comme si elles avaient gardé leur complicité intacte... à moins que ce ne soit par plaisir d'en terminer une fois pour toutes. Et finalement, Jenny lance les festivités. Elle s'élance et fend l'air avec son arme d'un geste net et précis. Maya ne bouge pas le moindre cil et laisse la lame lui effleurer le visage. Une légère entaille apparaît sur sa joue droite et un filet de sang s'y échappe immédiatement. Les deux femmes sourient à nouveau, pas pour les mêmes raisons cette fois... aucune d'elle ne sait réellement ce que l'autre est en train d'imaginer, mais une chose est sûre : elles sont sur la voie de la victoire.
Second assaut de Jenny plus franc et plus brouillon, facilement esquivé par Maya qui réplique d'un brusque battement d'ailes. Jenny, repoussée à plusieurs mètres, se relève plus haineuse que jamais. À son tour, elle invoque l'aide de Deus pour bénéficier des forces divines le temps d'en finir avec son adversaire.



Lors du troisième assaut, tout est décuplé : vitesse, force, précision... Maya se fait entailler profondément cinq fois avant même d'avoir pu lever le petit doigt. Elle s'écroule et se fait transpercer la main gauche. Douleur, gémissement... mais la déesse profite de la maladresse pour attraper l'arme de Jenny. Inutile... la femme ailée se fait projeter par la force incommensurable de son adversaire. Elle atterrit 10 mètres plus loin et roule sur 10 autres mètres avant d'enfin s'arrêter. La peau de ses bras et de ses jambes est râpée contre le sol... la douleur est difficilement soutenable. Mais ce n'est pas terminé. Allongée sur le ventre et tentant de se relever, Maya sent une pression sur sa cheville droite. Elle sert les dents alors que la pression se fait de plus en plus forte. Compressée, comprimée de l'intérieur jusqu'à ce que l'os cède dans un affreux craquement...

Poussant le vice plus loin encore, Jenny marche maintenant sur la cheville meurtrie de sa camarade. Elle prend plaisir à l'écraser davantage, exaltant sous les plaintes déchirantes de Maya qui rampe pour tenter d'échapper à son triste sort. Peine perdue. Elle reçoit un coup de pied en plein estomac et vole de nouveau sur plusieurs mètres. Ça n'en finira jamais...
Hasard ou préméditation, Maya se trouve aux côtés d'Agglow. Elle relève la tête, une unique plaie sur la joue et du sang sur les lèvres coulant le long de son menton. Triste spectacle pour l'homme féminin.


- Soigne-là.
- Pardon... ? questionne Agglow en regagnant espoir.
- Soigne-là pour que je puisse la torturer plus longtemps encore.



L'homme grimace, mais ne peut refuser d'aider son amie. Il sait parfaitement que le pouvoir du dépassement des limites est temporairement très limité... si Maya peut survivre encore quelques minutes, elle pourrait reprendre l'avantage. Alors, il se penche sur Maya et fait ce qu'il a à faire... tout du moins, il essaie.

- Ne fais pas ça, laisse-moi tranquille... j'ai un plan. chuchote la blessée.

Maya repousse ses mains guérisseuses. Agglow insiste, mais si le patient ne coopère pas, il ne peut rien faire. Il tente de la convaincre avec des arguments très persuasifs. Elle refuse à nouveau. Il la supplie. Ça n'apporte rien... absolument rien. Qu'a-t-elle en tête ? Un plan ? Dans cet état ? Ne serait-il pas plus intelligent d'être soigné pour augmenter les chances de réussite ?
Jenny perd patience. Elle écarte Agglow et relève Maya en la soulevant par le col de sa chemise. Toutes deux sont déterminées... cependant, Jenny ne va pas apprécier ce petit sourire en coin que lui adresse Maya. Elle la provoque, encore une fois. Comment peut-elle sourire ? Comment ose-t-elle être amusée par la situation ? Est-ce que ça l'amuse tant que ça de souffrir ? Est-ce qu'elle est attirée par la mort ? Ce serait ridicule, elle qui a tout ce qu'il faut pour être heureuse...

Tenant fermement Maya, Jenny se dirige vers le bâtiment le plus proche et bloque sa rivale contre un mur. Là, elle va lui signifier sa frappe prochaine en pliant et dépliant les doigts de sa main forte. Elle prend bien le temps d'échauffer toutes ses phalanges. De son autre main, elle caresse le front de sa victime et replace correctement ses mèches de cheveux lui tombant devant les yeux. Elle aurait souhaité voir la peur dans ces derniers... mais Maya est obstinée. Dommage. Jenny recule donc d'un pas, resserre son poing, lève le bras vers l'arrière pour prendre le maximum d'élan et frappe le corps de Maya de toutes ses forces. Elle lui explose l'estomac et défonce le mur avec. Le tout s'écroule dans un fracas assourdissant et un immense nuage de fumée.

Derrière, il y avait une chambre d'apprentis. Meubles, lits, vêtements, appareils électriques... tout est sens dessus dessous. Jenny entre dans la chambre par la nouvelle entrée en faisant des grands gestes avec ses bras pour écarter la fumée. Elle retrouve Maya allongée sur une pile de strings et culottes en tout genre. La bougresse est toujours vivante, consciente... et même souriante. C'est parfaitement impensable... comment cette petite minable peut-elle résister à la force d'une véritable déesse ? Aurait-elle Deus à ses côtés, bénie par le plus puissant des dieux ? Jenny reprend sa lance et lui inflige un nouveau coup fatal en lui transperçant le ventre et en allant jusqu'à enfoncer son arme très profondément dans le sol. Maya grimace et crache du sang qui s'agglutine dans ses poumons... puis, après plusieurs plaintes étouffées, elle laisse tomber sa tête sur le côté et cesse de bouger.
Jenny, elle, semble essoufflée par ces derniers efforts. Persuadée d'en avoir enfin terminé, elle arrache sa lance du sol et s'agenouille devant le corps de son ennemie jurée en tentant de reprendre sa respiration. Elle est à bout : trop utiliser ce pouvoir revient à faire plus d'efforts encore que pour terminer un triathlon Ironman... c'est dire. Elle ne pourra pas s'en remettre en un instant à moins d'appeler un guérisseur à la rescousse. Et justement... Agglow entre à son tour dans la chambre complètement détruite. Voyant le corps inerte de son amie couvert de sang, les larmes lui montent aux yeux. Apprendre à se battre, hein ? Maya n'aura même pas porté un seul coup à Jenny... comment pouvait-elle croire une seule seconde remporter cet affrontement ? C'est absurde... quelque-chose a dû merder au niveau de son cerveau. À moins que ce ne soit le manque de pratique, le manque d'expérience. Elle a sans doute cru qu'elle pourrait résister à des assauts répétés d'une déesse ou que cette dernière finirait par s'arrêter... une erreur qui lui aura coûté la vie.
Les combats entre dieux ne pardonnent pas... elle comprendra mieux la prochaine fois.




Maya ouvre brusquement les yeux. Elle tourne sur le côté et se jette sur son adversaire pour la ceinturer. Déployant ses ailes, elle décolle et sort du bâtiment en emportant Jenny avec elle, puis commence à prendre de l'altitude. Monter verticalement en flèche, sans laisser le temps à son acolyte de comprendre ce qui lui arrive...


- Je t'ai eue... lui chuchote-t-elle à l'oreille.






Distance du sol : 1 km.
Elles montent rapidement. Maya pousse sur ses ailes pour prendre le plus de vitesse possible malgré le poids supplémentaire de Jenny... d'habitude, elle est seule quand elle vole. Monter à la verticale n'est pas chose aisée non plus compte tenu des paramètres de gravité. Mais depuis le début du combat, Maya a conservé toutes ses forces. Elle a préservé ses ailes des attaques de son adversaire. Le plan a fonctionné... personne ne s'est douté de rien.
À cette hauteur, Jenny commence à essayer de se débattre. Un kilomètre, c'est déjà très haut... et le vertige, la peur de la chute, se font déjà ressentir. Rapidement Jenny va comprendre ce qui se passe : un allé simple pour les étoiles. Ce n'était pas à prendre au figuré...

Distance du sol : 2 km.
La vitesse de croisière est atteinte : environ 60km/h, soit un kilomètre par minute ou 17 mètres par seconde. Deux minutes de montée auront suffit pour faire abandonner Jenny. Abandonner ? Non... juste cesser de se débattre avec la force.


- Lâche-moi tout de suite !
- J'ai envie de voir les étoiles...
- Tu as vu ton état ? Tu saignes, tu laisses un ruisseau de sang coulant en dessous de nous ! Tu n'y arriveras jamais !
- Alors... tu me raconteras...
- Lâche-moi espèce de folle ! Fais-moi redescendre !

Qu'est-ce qu'un apprenti dieu qui tombe de 2500 mètres sans parachute ? Un être humain. Aussi fragile que la plus faible créature terrestre, il termine éclaté en milles morceaux sur le sol. C'est la théorie de Maya... mais sans doute peuvent-ils tomber d'encore plus haut sans mourir immédiatement...

Distance du sol : 3 km.
… c'est pour cette raison qu'elles montent toujours toutes les deux et qu'elles dépassent une première hauteur symbolique : le mont Paektu. Jamais Maya n'était monté si haut au-dessus du niveau de la mer de son vivant... encore moins après la mort.


- Maya ! Arrêtes avec tes histoires d'étoiles et redescend sur Terre !
- Je fais exactement la même chose qu'un autre apprenti dieu que j'apprécie énormément... Tu sais, je te considère comme mon amie, Jenny...
- Bordel, tu fais chier ! Je vais te tuer !

Maya tient solidement Jenny, il lui est impossible de mouvoir ses bras et ses mains. Pourtant, cette fille a une cheville détruire et une main et le ventre transpercés... Comment peut-on avoir autant de force en étant si mal en point ? En ayant perdu autant de sang ?

Distance du sol : 4 km.
Malgré la vitesse, il commence à faire froid. En comparaison, en bas, le climat était aride... D'ici, l'académie n'est plus qu'un petit point à l'horizon, mais qu'importe... Maya a les yeux fixés vers le ciel. L'espace, les étoiles en plein jour... à quelle hauteur faut-il encore monter pour y arriver ? Elle n'en a aucune idée. Si seulement il pouvait y avoir des cours d'astronomie, un prof parviendrait sûrement à piquer sa curiosité. Mais ce n'est pas le cas et la jeune femme fonce vers l'inconnu, espérant y trouver monts et merveilles.

Distance du sol : 5 km.
Elles ont dépassé la montagne la plus haute d'Europe. Comment s'appelle-t-elle, cette montagne ? Aucune idée. Ce doit être rattaché à la France ou à son proche voisin la Grèce. Ou est-ce l'Italie ? Maya n'est pas bonne en géographie non plus. Bon sang, mais dans quel domaine surpasse-t-elle les autres ? Dans le domaine du suicide ? Ce n'est pas vraiment là-dedans qu'on attend les apprentis...

Distance du sol : 6 km.
Maintenant, ce sont les nuages qui sont en dessous. Elles se trouvent dans la troposphère, là où la température chute de 6°C tous les 1000 mètres additionnels. Elles doivent approcher du -50°C et l'air se raréfie, évidemment. Mais elles sont toujours conscientes, admirant plus ou moins le panorama qui s'offre à elles.


- Je te promets de ne plus jamais te faire de mal. Au diable Atios...
- Pareil... Je te promets la même chose une fois qu'on sera en bas.
- On peut entamer la descente... ?
- Non...

Distance du sol : 7 km.
- Pourquoi ? Tu n'as plus rien à me prouver, je te dis que j'ai compris !
- J'ai envie de voir les étoiles... et je ne veux pas être seule.
- Putain, redescends espèce de salope ! T'es folle à lier !

Qu'elle fasse semblant ou qu'elle soit sincère, ça ne changera rien : elles iront là où Maya l'aura décidé, soit au plus haut des cieux. Elles sont ensemble, l'une contre l'autre, depuis 7 minutes maintenant... et ce ne sont pas 7 pauvres minutes qui changeront l'attitude de Jenny. Quoique... il est dit que face à la mort, un être peut changer du tout au tout. Reste que Jenny est Jenny, une femme totalement aveuglée par amour d'un autre. Qu'est-ce qui pourrait la faire changer ?




Distance du sol : 8 km.
Perte de vitesse, l’ascension commence à poser problème. Les forces de Maya la quittent inéluctablement, mais les deux femmes montent toujours. Ses ailes sont robustes, elles tiendront également. Tout n'est plus qu'une question de volonté, ce dont déborde notre chère apprentie. Elle ira au plus haut qu'elle pourra, c'était signé d'avance.


- Je ne veux pas mourir une seconde fois...
- Moi... J'y étais préparée... Grâce à toi...

Distance du sol : 9 km.
Plus haut que le mont Everest. A-t-on déjà entendu parler d'humains grimpant le mont Everest sans masque à oxygène ? Cela prouve que les apprentis leur sont supérieurs dans beaucoup de domaine... et qu'il ne tient qu'à eux de découvrir chacune de leurs limites.


- Pourquoi tu as résisté ? Comment ?
- J'avais une meilleure raison que toi de me surpasser...
- Meilleure raison ? Pourquoi la pensée d'Atios te donnerait plus de puissance qu'à moi ?
- Parce qu'il nous rejette toutes les deux... mais que j'accepte qu'il s'éloigne de moi alors que toi non... Tu n'essayes pas de te surpasser avec tes propres moyens, tu demandes de l'aide à Deus... Tu crois trop en tes pouvoirs...
- Toi non ?
- Je n'ai aucun pouvoir... je donne simplement l'illusion d'en avoir...

C'est cette hauteur qui perturbe Jenny... et pourtant, elles la vivent toutes les deux. Elles savent qu'elles monteront à l'aide des ailes de Maya et qu'elles finiront en chute libre. Ce moment s'approche, il n'est plus question que de quelques minutes.

Distance du sol : 10 km.
L'altitude de croisière des avions avec tout ce que cela comporte : froid, vent, trous d'air... Qui pourrait survivre à cela sans équipement adéquat ? Parait-il qu'au plus haut niveau, des ailes divines peuvent faire monter jusqu'à 200'000 pieds. Est-ce que cela signifie que les deux jeunes femmes pourraient éventuellement respirer jusqu'à 60 km d'altitude ? C'est tout de même fou... et intéressant à la fois.


- Tu as le pouvoir de nous ramener sur la Terre ferme.
- Non... je n'ai pas ce pouvoir, malheureusement.
- Le pouvoir de retourner là-bas, voir ton amant.
- …
- Si tu le vois dans tes pensées, tu peux y arriver. Il te suffit simplement d'y croire autant que tu y as cru pour monter jusqu'ici.
- … Faux. Mon envie de nous ramener en-bas est bien moindre que celle de nous faire monter.
- Tu ne souhaites pas le revoir... ?
- On nous ramènera à la vie...
- Et on reprendra ce combat ? On tourne en rond...
- Non. C'était la dernière fois... Je ne ferais rien de plus.

Elles se regardent dans les yeux. Jenny baisse la tête la première, ne supportant pas le regard touchant de Maya. Est-ce que leur rivalité se terminera aujourd'hui ? Maintenant ? Est-ce utile de continuer de se taper dessus pour un homme ? Un homme est un homme, comme il en existe des milliards. Même parmi les dieux, il doit y avoir une centaine d'individus attendant l'âme sœur. Faire une fixation toutes sur le même homme... Pourquoi font-elles ça ?
Point de vue de Maya, ces autres femmes ne sont qu'admiratives d'un physique ou d'un personnage. Peut-on réellement aimer dans ces conditions ? Maya ne regarde pas le physique... jamais. Jamais elle ne se moque de quelqu'un pour ses défauts, et jamais elle ne lie une amitié en se basant sur les qualités d'un physique. Les autres femmes devraient faire comme elle et commencer à chercher celui qui les aimera pour ce qu'elles sont. Atios d'ailleurs... n'est pas le genre de type à aimer ou à être aimé. Les groupies de « Mister Deus » sont dans l'erreur, mais elles ne sont peut-être pas les seules. C'est au nom d'une union que Maya entraîne Jenny aux enfers. L'amour est aveugle... mais également mortel.





Distance du sol : 11 km.
La limite. Les secondes qui viennent seront décisives. Fatales. Plus Maya tient, plus la chute n'en sera que renforcée.
C'est bizarre... à cette distance, il n'y a plus beaucoup de repère. Montagnes, nuages, avions... qu'est-ce qui va plus haut ? Les ballons météo sont encore trois plus haut, mais entre les deux, difficile à dire.

Distance du sol : 11380 m.
Les ailes et le pouvoir disparaissent en même temps qu'elle perd connaissance. Toutes les deux montent encore une bonne cinquantaine de mètres avant de freiner l'ascension définitivement. Maya n'est pas parvenue à atteindre ces étoiles qu'elle désirait tant apercevoir. Ce sera pour une autre fois... ou pour jamais.

Maya lâche prise. Les corps commencent à chuter et à s'éloigner l'un de l'autre comme des vulgaires pommes attirées par le noyau de la planète. La vitesse de la chute devient rapidement supérieure à la vitesse de l'ascension. Si elles ont mis un quart d'heure pour monter jusqu'ici, elles ne mettront que trois minutes pour effectuer le chemin inverse.
Alors que Jenny est enfin libre de tout mouvement, elle virevolte dans les airs pour tenter de rejoindre le corps inconscient de Maya. Elle flotte, se bat contre les éléments et finit par attraper et enlacer sa rivale tendrement.


- Ascension ensemble, descente ensemble.

Jenny colle la tête de Maya contre sa poitrine, telle une mère pour sa fille. Il a toujours été démontré que Maya était une tactile en manque de câlins en tout genres... en manque d'affection. Elle appelle au secours les gens qui l'entourent... mais rares sont ceux à l'avoir entendue. Son adversaire était l'une d'entre unes... et c'est la raison qui lui faisait extrêmement mal de la perdre. Malheureusement, Maya a atteint le pays des rêves, elle n'est plus dans le même monde pour apprécier ce geste de réconciliation... ou non.
L'académie est de nouveau visible au loin... et elles s'y dirigent tout droit, telles des étoiles filantes, guidées par Jenny. À chacun son tour d'avoir une idée derrière la tête : il reste Agglow. Agglow est en bas à attendre qu'elles reviennent pour les soigner. Évidemment, personne ne pourra stopper la chute et la souffrance qui va avec... mais il est probable que leur corps divin ne connaisse pas la mort pour cette fois. L'espoir fait vivre... alors, elles vivront.
Il ne reste plus qu'un kilomètre, l'affaire d'une dizaine de secondes... et c'est l'instant où Maya se réveille et rouvre les yeux. Elle voit le visage de Jenny embelli par les larmes...

… et à nouveau, Maya sourit en refermant les yeux. Elle est bien avec elle. Est-il simplement possible d'apprécier d'être avec une ennemie ? Sûrement pas... ce qui signifie que sa vision pour Jenny n'a jamais changé. À jamais, elle la considérera comme son amie.







Les corps s'écrasent à l'endroit même où ils étaient partis, au centre d'une cour. Ils provoquent un cratère de 5 mètres de large et d'un mètre de profondeur... pas mal pour deux corps plutôt mous. Leur colonne vertébrale est brisée, ainsi que la plupart de leurs os, mais elles restent vivantes, conscientes et en un seul morceau. Leur dos est brûlé, leurs vêtements déchirés... et leur esprit est meurtri. Elles ne ressent aucune douleur, ne peuvent plus effectuer le moindre mouvement... ni gémir le moindre son. Elles ne sont plus que poupées désarticulées regardant le monde qui les entoure...
Agglow arrive sur les lieux en quelques secondes à peine, comme espéré par Jenny. Naturellement, ne sachant rien de ce qui s'est passé les 20 dernières minutes, il se dirige dans un premier temps vers sa patiente de cœur. Voyant ses yeux ouverts briller de mille feux, il s'agenouille près d'elle et tente de la rassurer en posant ses mains sur les siennes.


- Maya ! Je ne vais pas te laisser mourir, tiens bon !
- Jenny... occupe-toi d'elle avant...
- Concentre-toi sur ta guérison au lieu de t'inquiéter pour elle !
- Jenny...

Et Maya rejoint à nouveau le monde des rêves.

Elle dort paisiblement. Elle sait qu'Agllow l'aura écouté et aura fait le nécessaire. Il est important que Jenny soit soignée la première... parce que Maya ne veut pas la voir défigurée. Elle ne lui a porté aucun coup, elle n'a pas souhaité lui faire du mal, elle ne supporterait pas de l'avoir blessée ou tuée. De toute façon, aux côtés d'Agllow, il est impossible de mourir. C'est son pouvoir qui veut ça. La « transfusion de l'énergie vitale » comme il la nomme, permet de déplacer les capacités de régénération des dieux d'un point A à un point B ou d'une personne à une autre. Son rayon d'action étant élevé, personne ne peut mourir s'il se trouve dans un rayon de 5 mètres. Jenny et Maya ne peuvent mourir...
… comme prévu.




Le temps semble long, le rêve l'est tout autant. Maya rêve d'un vide noir et profond. Une chute infinie, sans repère, sans compagnie, sans bruit, sans rien... uniquement elle. Il n'y a plus qu'elle pour toucher son propre corps, plus qu'elle pour se tenir compagnie. Depuis ce soir-là avec son compagnon, ça ne lui était plus jamais arrivé. Elle sentait toujours une part de lui en elle, comme s'il était constamment à ses côtés. Ici, elle est seule... parfaitement seule, chutant dans cet espace dépourvu de toute vie. Ce rêve est horriblement long et ignoble...
Finalement, elle ouvre les yeux. Elle les referme, éblouie par le soleil. Elle sent une chaleur sur elle, probablement une couverture. Agglow n'a pas dû souhaiter la déplacer... et dans la neige, il se devait de la garder au chaud un minimum. Nouvelle tentative de retrouver le monde réel. Au-dessus d'elle, Agglow et Jenny la regardent. Ils font grise mine... surtout Jenny qui, en voyant Maya se réveiller, pose ses deux mains devant sa bouche en poussant un gémissement, comme effrayée. Vraiment ? Maya les regarde, posant tout-à-tour son regard sur chacun d'eux. C'est finalement Agglow qui va prendre la parole le premier.


- Maya... Est-ce que ça va ?
- Parfaitement bien. Ce rêve que j'ai fait était si... insupportable... J'étais seule, comme abandonnée par tous... Je suis heureuse de retrouver mes amis avec le monde des vivants ! fait-elle, totalement rétablie.

Elle sourit... mais ils ne lui rendent que des regards navrés. Maya se redresse et les observe. Qu'ont-ils ? Elle se sent tout à fait bien, Jenny semble aller au mieux elle aussi... alors quoi ?

- Maya... il faut que je te dise quelque-chose... sache que je suis désolée...
- Quoi ?
- Maya...

Il hésite alors que Jenny se relève et se retourne, ne pouvant supporter de l'entendre une seconde fois. Maya n'a pas à attendre bien longtemps avant de connaître à son tour la vérité.

- … tu as perdu ton enfant.

Agglow pose ses mains sur ses épaules et baisse la tête, compatissant.
Maya reste bouche bée, incapable de comprendre la nouvelle qu'il vient de lui annoncer. Instinctivement, elle place ses mains sur son ventre qui n'est pourtant plus douloureux...


- Je... J'étais enceinte... ?
Invité
avatar
Invité
Re: Regretter ou ne pas regretter - Sam 19 Jan 2013 - 14:00
Je suis sur le cul tout simplement, bravo !

Maya Tensho : 400 xps (350 + 50 bonus)
Regretter ou ne pas regretter
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ose m'énerver , crois moi tu va le regretter [PV Topa]
» Tu vas le regretter ! [Victoria]
» accepteras-tu un jour de me pardonner ? ㄨ Sarah & Xander (terminé)
» Je vais surement regretter ce chemin et... MAMAN?!?
» Sidka Lohana - Ne cherche pas des poux là où il n'y en a pas, tu pourrais le regretter![En cours de reconstruction complète!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page