Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Equipe de secours

Invité
avatar
Invité
Equipe de secours - Sam 19 Jan 2013 - 1:11

Equipe de secours

Ordre de postage: Modrus Hemrod; Salvatore Doni; Ruden Oblivion; Arsen Icum; Ben Iblis

L'équipe se forme, le début d'une grande aventure

La journée était à son commencement, et pourtant, malgré l'heure bien matinale, Modrus Hemrod, professeur de stratégie et détestable sadique en proie à de violentes pulsions destructrices envers ses élèves et autres créatures de l'académie divine était déjà se ses deux pieds, éveillé depuis bien longtemps. Il avait reçu une convocation de la part de l'un des membres de l'équipe de pistage pour ce matin là. Il était encore trop tôt pour savoir de quoi il en retournait, mais il était clair qu'on ne le convoquait pas sans aucune raison, surtout pas de si bon matin. Comme tous les jours, son regard rougeoyant était posé sur le miroir, il observait son reflet alors qu'il tentait par tous les moyens de garder une hygiène correcte malgré son train de vie épuisant et bien remplis depuis son arrivée ici. Passage sous la douche, brossage intensif des dents, et rasage personnalisé afin de garder toujours cette petite barbe caractéristique du personnage. Les deux rubis qui lui servaient d'yeux étaient désormais tournés vers ses habits, qu'il ne tarda pas d'enfiler avant de se délecter d'un bon jus d'orange fraichement pressé et de deux tartines grillées, un bon petit déjeuner comme il aimait les prendre lorsqu'il en avait encore le temps. Il profitait de son réveil fort matinal afin de prendre plus de temps à flâner à d'autres occupations avant de se rendre vers la salle de l'équipe de pistage. Aujourd'hui était une journée dépourvue de cous, et il était donc naturel pour lui de passer un peu de temps à martyriser ses pauvres élèves, qui n'avaient malheureusement pas la chance de pouvoir suivre ses cours ce jour-là. qu'importe, il ferait acte de présence pour eux tout de même, afin de leur rappeler qu'il n'était pas leur professeur préféré -ironie bien sûr- pour rien. Il passa calmement devant les chambres où tous se reposaient encore, profitant de pouvoir faire une grasse matinée dûment méritée avant de se mettre aux nombreux travaux qu'il leur avait délégué comme à chaque fois. Ce n'était pas vraiment méchant dans le fond, c'était juste pour faire en sorte qu'ils soient meilleurs. Bon d'accord, pour dire la vérité, c'était plus par méchanceté c'est vrai. En quelques minutes, il avait mis en place un dispositif relié à l'une des portes de chambre, celle où il entendait déjà du bruit, où certains élèves étaient déjà réveillés. Il frappa à cette porte avec calme, pour n'attirer aucun soupçons. L'un des résidents vint ouvrir alors que le professeur était déjà partit se cacher derrière un mur au bout du couloir. La porte s'ouvrit lentement, puis finit par être totalement ouverte. Personne n'était présent derrière la porte. Le dispositif s'activa, et dans tout le couloir, d'énormes bruits d'explosions se firent entendre dans tous les sens, réveillant en sursauts tous les élèves du couloir. Satisfait de sa farce abjecte, le sombre stratège n'avait plus qu'à partir pour son rendez-vous avec l'équipe de pistage, après avoir très certainement été insulté de tous les noms par les élèves qui avaient reconnus en cette attaque de sons d'explosions le sadisme de leur professeur de stratégie.

Il se déplaça très vite à travers les bâtiments, à travers les halées et couloirs, ne prenant jamais le temps de s'arrêter pour regarder qui l'entourait. Il n'avait point le temps pour cela, trop occupé à se hâter vers cette salle où il avait été convoqué. Devant cette salle, il se stoppa, serra une nouvelle fois son habituelle cravate, et frappa. Une voix l'invita à entrer, et il s'exécuta, tournant la poignée et poussant la porte vers l'intérieur afin de pénétrer dans la pièce où se trouvaient assis quatre personnes toutes très différentes mais avec pourtant de nombreux points en commun, surtout dans leurs domaines qu'étaient le pistage et la recherche. On l'invita à prendre place à l'une des chaises faisant face aux quatre personnages limite stéréotypés des séries télévisées actuelles. L'un d'eux, semblant être le plus important de tous au sein de l'équipe lui déposa un dossier sur le bureau, le faisant glisser vers lui d'un geste de la main. Modrus l'attrapa et le stoppa, le soulevant et finit par l'ouvrir afin d'en sortir des feuilles où toutes gardaient inscrites les deux mots les plus étranges à ses yeux: "Top Secret". Si c'était si secret, pourquoi montrer cela à une personne telle que lui ? Et bien, il n'allait pas tarder à le savoir lorsque l'homme au centre prit la parole.

- Vous avez été convoqué ici pour une mission de sauvetage. Vos dernières actions pour sauver les élèves disparus lors d'une retenue en extérieur ont fais échos jusqu'ici, et nous requérons votre aide afin de partir chercher l'un de vos collègues disparus dans les montagnes Tibétaines. Toutes les informations nécessaires sont inscrites dans ces fichiers, veuillez en prendre connaissance.

Modrus s'exécuta, tournant les pages les unes après les autres, lisant à voix basse et parfois à voix haute le contenue de ces fichiers. Rien de très rassurant dans tout cela. Le professeur Gin Rachi, enseignant de l'art du combat à distance avec armes à feu, mais également chercheur et excellent pisteur, a disparu dans les montagnes Tibétaines alors qu'il exécutait une mission de recherche sur les apparitions de plus en plus nombreuses et étranges de monstres dans les parages. Aucune équipe n'est parvenu à le ramener depuis sa disparition, mais les récentes enquêtes poussent à croire que ce dernier est toujours en vie. C'est dans cet espoir que ces gens avaient fais appel à Modrus, afin qu'il ramène cet homme à l'académie, en un seul morceau. Après quelques minutes de discussion, on tendit d'autres blocs de feuilles à Modrus, lui expliquant que ces dossiers contenaient les noms de toutes les personnes vivants dans l'académie, et lui indiquant qu'il pouvait sélectionner qui il voulait ainsi que le nombre de personne qu'il le désirait pour aller rechercher cet homme aux compétences si nécessaires pour l'avenir de certaines sections de l'académie. Ce fut avec un grand sourire que Modrus fit signe de quatre doigts avec sa main droite avant d'ajouter sereinement quelques mots.

- Je n'ai besoin que des 4 personnes en plus de moi-même pour cette opération. Plus serait trop dangereux car nous pourrions facilement nous faire repérer, et ce serait la fin pour notre groupe. Je veux donc 4 personnes, des élèves de préférence, car ils m'obéiront juste pour mon rang de professeur, ce qui m'évitera de perdre le contrôle de l'équipe. Parmi ces 4, je veux Ben Iblis, pour lui faire comprendre ce qu'est le monde extérieur pour des êtres tels que nous, et lui montrer que je ne suis pas abjecte avec eux juste pour le plaisir Ce qui était faux, mais il ne fallait pas le dire, il devait passer pour un gars sympathique devant ses collègues pour le moment. Je veux une fille, qui puisse soutenir le groupe en cas de vraie baisse de moral, et deux autres mecs, qui seront capables de tenir la distance et qui n'auront pas peur du danger. Je vous laisse choisir cette fille et ces deux garçons, je ferais avec ce qui me sera donné.

Il se leva, passant sa main dans sa chevelure brunâtre, avant de plonger son regard rubis dans le blanc des yeux du collègue pisteur assit de l'autre coté du bureau. Avec calme, il ouvrit la porte, et partit s'asseoir dans la pièce qui se trouvait juste à coté de celle où il avait été convoqué et où seraient également convoqués les élèves. C'était là qu'il les recevrait, et c'était là qu'elle allait commencer, cette fameuse mission sauvetage. Pourvu que tout se passe bien surtout.

Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Dim 20 Jan 2013 - 21:39
Une magnifique journée ensoleillée, la chaleur d'un jour d'été avait envahi la Deus academia, enfin, si on pouvait parler d'été ici.

« Ha...Ha...Ha » des halètements bruyants accompagnés du bruit de pied frappant le sol à plusieurs reprises, au milieu de cette fournaise, la figure de quelqu'un en train de courir se dessinait, torse nu, sans chaussure, portant un pantalon retroussé jusqu'aux genoux et des lunettes de soleil pour protéger ses yeux, de grosses gouttes de sueurs perlaient sur tout son corps alors qu'un long sac noir se balancer de droite à gauche sur son dos, il s'agissait de Salvatore faisant son entraînement matinal.

Pourquoi courir ainsi malgré le climat ? Est bien la raison était simple, Contrairement à la plupart des gens ici, Doni ne possédait aucun talents en ce qui concernait la magie, les seuls pouvoirs qu'il pouvait utiliser avait pour base ses capacités physiques et ses compétences à l'épée, de ce fait, il était forcé de s'entraîner perpétuellement et ceux même en dehors des heures de cours prévus à cet effet par l'emploi du temps, c'était l'une des raisons pour lesquelles il séchait les cours, enfin, la principal raison restait qu'il n'aimait simplement pas s'y rendre...

« Pfiuuuu, je mérite bien un rafraîchissement moi... » voyant un banc, le jeune homme décida de prendre une pause, cela faisait maintenant plus de deux heures qu'il courait autour de l'académie, pied nus, sur le pavé chaud, il commençait à en ressentir les effets.

« Hummmm, Depuis que je suis arrivé ici, j'ai la vague impression de perdre de mon humanité chaque jour... » assis les jambes écarter et les bras en arrière, il repensait à tous les entraînements et affrontements qu'il avait vu jusqu'à aujourd'hui, L'épéiste ne pouvait que constater que ces derniers jours dans la mort avait été à un niveau complètement différent de celui qu'il avait eu durant sa vie dans ces deux domaines.

« Bah, tant que je peux progresser, peut importe que je devienne un dieu ou un monstre...» c'était la le fond de ses pensées, après tout, il était un guerrier qui désirait la force de vaincre n'importe quoi avant d'être un dieu, démon, monstres, autres dieux et pourquoi pas Deus un jour, il voulait tous les surpasser. Un léger sourire apparu au coin de ses lèvres alors qu'il sortait un jus de fruit, et baissait la tête pour le savourer, se servant de la paille pour percer le fin film d'aluminium qui le séparait du précieux liquide, il s'apprêtait à boire quand...

« Monsieur Salvatore Doni ?» … Une voix monotone qu'il ne connaissait que trop bien l'appela, levant la tête pour voir de qui il s'agissait, ses craintes se confirmaient, deux hommes portant un uniforme entre policier et militaire se tenaient devant lui, comparant la tête son visage avec celui du dossier qu'ils avaient dans les mains.

*J'ai comme une impression de déjà vu...* la scène était étrangement similaire à celle qu'il avait vécu quelques jours auparavant lors de sa première mission sur le monde des humains.

« veuillez me suivre s'il vous plaît, on vous demande en salle des professeurs. » Pas bon, pas bon du tout, depuis son arrivée, L'épéiste avait séché un certains nombres d'heure, les professeurs avait-il finalement décidé de lui faire la leçon ? Ce remémorant la force de la lionne verte, un diffèrent type de sueurs vint s'ajouter à celle de l’effort, il se mit à chercher désespérément une porte de sortit, au bout de quelques instants, l'un des hommes s'approcha de lui.

« Hey, on t'a dit de nous suivre ! » l'inconnu tendit sa main vers lui et lui saisit le bras gauche, une erreur, sur les nerfs, la main droite de Salvatore vint instantanément s'enfoncer dans la mâchoire de l'individu, faisant s'envoler celui-ci, le bruit distinct d'os qui était broyé pouvait être entendu alors que des dents tombaient au sol, le garde finit sa course dans l'herbe, inconscient.

« Qu-Qu'est-ce que tu à fais ? » celui qui restait semblait choqué et il avait toute raison de l'être, après tout, un élève venait tout juste de frapper un surveillant...

« Heu...réflexe ? » reprenant ses esprits, le jeune guerrier tenta de trouver une explication convenable...en réponse de quoi l'inconnu dégaina une matraque de police.

« Ré-réveille toi ! » Paniqué, le dernière individu restant essaya tant bien que mal de réveiller son camarade en lui donnant de petits coups de pied, au bout plusieurs minutes, il regagna difficilement connaissance.

« Hahaha... Je... je suis vraiment désolé.» Doni tenta tant bien que mal de s'excuser, agitant frénétiquement les mains devant lui, il ne tenait pas spécialement à être pris pour un criminel.

« Tfoi ! Tfu fa foir !!! » se tenant la joue, l'homme qui venait juste de se relever semblait assez énervé, alors qu'il sortait une matraque à sa tour, la pointant vers le jeune Italien.

*On dirait que c'est mal parti...*

-
-
-
-
-
-
-

Une bonne heure plus tard, le jeune épéiste, menotté, couvert de bleu et de traces de coup était amené dans une salle inconnue où se trouvait déjà une personne, assise sur un fauteuil confortable, au vue de son état, il ne fut pas capable de le distinguer correctement, ses pieds traînaient par terre alors que les surveillant le placé sur un siège, son visages et tout son corps le faisait souffrir, son nez saignés, ses lèvres étaient éclatés et ses joues boursouflées, on pouvait entendre des craquements provenant de son corps alors qu'un mince filés de sang s'échappait du coin de sa bouche, les gardes qui l'accompagnaient n'étaient pas dans un bien meilleur état, ils boitaient et semblaient avoir plusieurs os fracturés, enlevant les menottes, ils quittèrent la pièce rapidement tout en pestiférant, laissant à un professeur qui entrait par une porte à l'autre bout de la pièce l'honneur de présenter le jeune délinquant , l'enseignant, était un homme aux traits fort et à l'hygiène négligée, un peu comme... un peu comme un trappeur, bref, il ouvrit un dossier et se mit a lire à voix haute.

« Salvatore Doni, récemment admis à la Deus academia, lors de son premier jour ici, il a affronté une goule dans le bâtiment abandonné et à faillit y perdre la vie, le jour suivant, il est partit en mission dans le monde humain pour défaire des créatures démoniaque et plus tard dans la même journée, il a combattu des gobelins aux côtés de Ben Iblis, dans les terres inexplorées, hummmm, il y aurait aussi des rapports sur une autre excursion en terre inexplorées, mais on manque de détail. »
Il lève la tête et regarde l'homme inconnu. « Bien que son taux de présence en cours soit inférieur à 10%, on le suspecte de posséder une force plus ou moins équivalente à celle d'un professeur basique... »



Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Mar 22 Jan 2013 - 0:32
L’ennui…la fatigue….l’envie de faire un truc, n’importe quoi…. plutôt que de rester enfermer à écouter des trucs utiles, certes, mais tellement chiant que s’il avait eu un nœud coulant à ce moment-là, il s’en serait servi volontiers. Il était à peine 8H26, et pourtant la journée s’annonçait déjà comme une journée de merde, comme celle la toute première qu’il avait passée lor de ça résurrection.
Mais à peine commençait-il a trouver la paix-en un sommeil profond dans un position confortable, c’est dire- qu’un homme étrange entrât dans la salle de classe.
-L’on réclame monsieur Oblivion en salle 39.
Ca n’avais pas pu tomber avant, au moment ou il débordait d’énergie, ni même après, au moment où l’on doit sortir de la salle de classe de toute façon, non. C’était tomber pile au moment où il commençait enfin à bien se sentir

Une belle journée de merde s’annonçait, c’en était presque confirmé.

Presque

Il se levât-non sans peine- de sa chaise et rejoignit l’homme qui l’accompagnât jusqu’à devant une porte sur lequel il était bien inscrit « salle 39 ».
Son accompagnateur toquât, un « entrez » se fit alors entendre et il ouvrit donc la porte.
Là, un autre homme entouré de paperasse se tenait sur une chaise, les pieds nonchalamment posés sur son bureau, un dossier à la main.
Le pion c’était éclipsé, Ruden s’avançât, s’asseyant sur une chaise avec la permission de « hôte ».

-Pourrai-je connaître la (où les) raisons de ma venue en ces lieux ?
-Monsieur Ruden Oblivion, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer que vous avez été retenus pour une opération de sauvetage
-Hein ?? Mais euh….pourquoi ?
Tout en chantonnant un petit aire improvisé à base de ‘’pom’’ et de sifflement, l’homme sortit un dossier d’un tiroir et en lut le contenus à voix haute dans les moindre détails, de l’âge de Ruden jusqu’à l’état de sa dentition, il finit par pousser un ‘’Ah ! ‘’ que l’on pousse lorsque l’on est enfin tomber sur quelque chose d’intéressant.

-Donc…Ruden Oblivion, âgé de 17 ans, anciennement Ronin -Samouraï déchus- avant ça réincarnation, élève d’un maître alcoolique mort lors d’un bataille. Vos capacités dans le maniement du sabre, en particulier le Katana, ont fait de vous l’un des candidats idéaux pour cette mission. De plus, vous serez en terrain connu là où vous allez.
-En terrain connu ?
-Oui, votre mission se déroulera en Chine, au Tibet plus précisément.
-Mais je suis Japonais…
-Ouai, c’est pareil.
-Mais….

Une journée de merde je vous dit…


Dernière édition par Ruden Oblivion le Jeu 24 Jan 2013 - 0:41, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Equipe de secours - Mar 22 Jan 2013 - 23:53
Ce matin Arsen se réveilla une fois de plus en nage. Un énième cauchemar, le énième mais il ai des choses auxquelles on ne s'habitue jamais. Elle passa une main tremblante sur son visage puis se leva.

Il était encore tôt mais le soleil était étincelant dans le ciel et la chaleur insupportable pour la jeune femme. Elle n'avait presque jamais connu telle température à Londres. Elle préféra se réfugier dans un couloir, bien au frais à l'intérieur et s'installa dans un recoin où personne ne passait jamais et où elle était sure de ne pas être dérangée.

Elle s'assit sur le sol et sortit de sa besace une dizaine de fiole qu'elle aligna devant elle. Arsen en choisi trois, deux vides et une autre qui portait une étiquette jaunie par le temps où il était inscrit: "cyanure". Elle rangea soigneusement les autres avant de verser quelques gouttes de cyanure dans un des flacons vides. Elle le remplie ensuite d'eau et l'agita délicatement avant de répéter l'opération dans la fiole suivante. La jeune femme regarda le contenu du flacon avant de le boire d'un trait. Elle sourit en reconnaissant le goût d'amande amère si caractéristique. Ce n'était pas la première fois qu'elle prenait sciemment du poison, loin de là. Le poison commençait à faire effet et Arsen dû alors réprimer une furieuse envie de vomir.

Quand elle était plus jeune, Monsieur lui avait dit en riant qu'il aurait été dommage qu'un empoisonneur, si talentueux soit-il, mourut de la main même de son art à cause d'une ridicule caractéristique du genre humain. Ce pourquoi elle devrait dès à présent boire d'infimes quantité de chacun des poisons qu'elle connaissait pour mieux s'en prémunir. La jemme femme avait passé des heures entières à l'agonie, son corps brulant parcouru de spasmes, pour une chimère: l'immunité absolue.

Arsen se roula en boule, ses jambes contre sa poitrine et les serrait un peu plus fort à chaque convulsions pour ne pas se fracasser la mâchoire contre ses genoux. Mais en quelques minutes à peine la douleur se calma et elle cessa totalement de trembler. C'était fini. C'était comme ça depuis sa mort: une agonie vingt fois moins longue pour vingt fois plus de poison que de son vivant.

"les choses changent. Ce n'est parfois pas si mal..."

La jeune femme rangeait ses fioles quand elle entendit un bruit derrière elle.

- Monsieur Arsen Icum?

Elle sourit pour elle-même, il était aisé de la confondre avec un jeune homme assise ainsi avec son long manteau.

- Qui la demande?

Elle enleva son capuchon, plongeant son regard rouge sang dans celui de son interlocuteur.

- Euh pardon, Mademoiselle, on vous demande en salle des professeurs. Suivez moi.

Arsen suivit distraitement le surveillant, toutes ses pensées tournées vers Monsieur. Quelle ironie pensait-elle, lui qui lui avait appris à supporter l'agonie du poison, qui s'était sciemment empoisonné toutes ses années... Il était mort d'un empoisonnement à l'arsenic.

On l'a fit rentrer dans la salle et s'asseoir devant un homme assez grand, un dossier dans la main. Il lui parla mais ses paroles ne l'intéressait guère.

-..............mission de secours..................trois autres élèves et un professeur...........................montagne............................................vos connaissances en herboristerie et vos compétences un peu particulières auraient la possibilité de s'exprimer librement.

Arsen se redressa sur sa chaise. Sa y est, il avait toute son attention.
Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Lun 28 Jan 2013 - 10:41
La journée avant mon affectation à ma première mission avait été un véritable fiasco. Je faisais mes premiers pas "douloureux" aussi bien physiquement que mentalement à la Deus Académie. "Douloureux" car après m'être cassé la main et le nez durant la soirée où j'ai rencontré Doni, je me suis heurté à un prof' psychopathe qui a tout naturellement fait usage de son katana pour trancher, bien que partiellement, mes chaires abdominales parce que j'avais eut le "malheur" de dire que son cours était aussi utile qu'un cour de philosophie dans le cursus du Bac scientifique.J'avais décidé de sécher les cours l'après-midi, restant sur la déconvenue du matin. J'en avais profité pour visiter un peu l'intérieur du bâtiment. Ok... Je ne pouvais expliquer le tour de passe-passe dont j'avais usé contre le prof' pour qu'il me lâche mais je n'acceptais toujours pas leur version tout simplement parce que je trouvais ça trop gros pour être vrai.

La nuit arrivait enfin et apportait avec elle l'espoir d'un sommeil réparateur qui m'aiderait à repartir sur de meilleurs bases. C'était donc perturbé et en proie aux maux qui me tiraillaient de ma main, mon nez et mon torse que je m'endormais. Enfin... Que j'essayais. En effet, je me tournais, me retournais, sortait de la couverture ou y rentrait ou... Que sais-je encore, mais il était certain que j'avais du mal à trouver le sommeil. Il s'avérait que le lit était nettement plus confortable que le sol sur lequel j'avais dormi la nuit d'avant et que donc, quand j'arrivais à ne plus penser à autre chose qu'à me reposer, je me laissais aller dans les bras de Morphée. J'avais oublié la sensation de bien-être qui nous gagne lorsque l'on passe une bonne nuit. Cette nuit, je rêvais... Je rêvais que j'étais avec tous les êtres qui m'étaient chers sur Terre. Sans doute, on aurait pu m'entendre rire dans mon sommeil ou voir sur mon visage un sourire qui s'étendait jusqu'à mes oreilles.

Le réveil devait sans doute être le moment le moins agréable du sommeil, surtout pour moi qui n'étais décidément pas quelqu'un du matin. Réveillé qui plus est par des tambourinements à la porte de ma chambre, c'était l'esprit embrumé et la tête dans le pâté que je jetais un coup d'œil à l'heure. 10h36 ?! Pour le cours du matin, c'était mort. Alors que je réfléchissais à ma future excuse pour justifier mon absence, j'entendis mon nom derrière la porte. Ah oui c'est vrai... On toquait à ma porte. J'allais ouvrir portant simplement sur moi mes cornes, mon collier et un boxer blanc. J'ouvrais donc la porte sur un homme qui m'expliquait que je devais le suivre au plus vite étant déjà très en retard. Je répliquais que moi le matin, fallait vraiment pas me presser. Il poussa un soupir puis claqua des doigts ce qui eu pour effet de faire venir deux montagnes de muscles. J'émettais un sifflement d'admiration.

"La classe !"

Alors que je rigolais bruyamment, un des deux types m'attrapa tandis que l'autre prenait mes vêtements. J'eus beau me débattre comme un diable ou essayer d'utiliser mon pouvoir, rien ne se faisait et je restais prisonnier de leur étreinte. Nous nous arrêtions devant une salle. "L'émissaire" qui était venu me chercher, toqua à la porte puis entra. Je le suivais contre mon gré toujours entrain de me débattre et à pousser ma gueulante sur l'épaule du garde qui me tenait fermement tel un prisonnier dans les vieux western. La porte se ferma et je fus poser à terre, toujours en boxer, ainsi que mes vêtements. Je jetais un regard pour voir où j'étais tombé. Il y avait dans cette pièce, en plus des deux gros balaises et de l'émissaire, une femme et trois hommes... Je reconnaissais Doni mais pire que tout, je reconnaissais aussi mon prof' de stratégie. En caleçon devant tout ce monde, je regardais l'émissaire qui se tournait vers l'enseignant.

"Monsieur Hemrod... Voici comme vous nous l'avez demandé Ben Iblis, le dernier étudiant qui composera votre équipe pour cette mission."

Ensuite, il se tourna vers moi.

"Monsieur Iblis, votre professeur de stratégie a exigé votre présence pour cette mission. N'ayant plus le temps, je lui laisse le plaisir de vous mettre au courant en cours de route. Vous devriez le remercier de vous affilier aussi rapidement à une expédition chez les "vivants" !

*Mais quel c*nnard... Il en a pas eut assez hier ?*

Je lançais un regard plein de mépris à mon prof' qui avait tout le loisir d'observer la cicatrice sur mon torse qu'il avait lui-même tracé à la pointe de sa lame. L'émissaire et ses deux gardes quittèrent la pièce nous laissant en "équipe". Je songeais enfin à m'habiller avec les vêtements qui avaient été déposés pour moi. C'était les mêmes qu'hier sauf que mon T-shirt avait été grossièrement rapiécé. Une fois couvert, je me grattais la tête, eus un sourire bête et me mit à rire bruyamment.

"Désolé pour le retard les mecs, je pionçais !"


Dernière édition par Ben Iblis le Mar 19 Fév 2013 - 19:34, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Lun 4 Fév 2013 - 15:49

Equipe de secours

Je me permet dans ce post de vous amener tous dans la salle où je me trouve, puisque vous n'êtes apparemment pas tous venus me rejoindre. Libre à vous de décider comment vous entrez (D'où le fait que ne mentionnerai ici rien quant à l'entrée d'Arsen et Ruden. Je ferai en sorte dans ce post de vous laisser champ totalement libre pour votre incursion en salle).

On road to Die

Modrus restait fixe, assit sans faire le moindre mouvement sur son siège. Le dos droit contre le dossier de son fauteuil, les mais et les bras déposés sur les accoudoirs, il regardait la porte, puis l'horloge au mur, attendant tranquillement que les quatre membres de son équipe n'arrivent afin de leur exposer la situation, mais également les mettre en garde sur les dangers qui allaient les attendre. Il croisait ensuite lentement les jambes, faisant passer son mollet droit par dessus sa cuisse gauche, et l'y déposant. Il fermait les yeux dans une dernière expiration, ne sachant pas trop que faire pour tuer le temps, en patientant sagement jusqu'à l'intrusion dans la salle de ses futurs coéquipiers, qu'il pourrait sans doute caractériser comme souffres douleur ou martyres. Après tout, les chances que les trois autres personnes en dehors de Ben Iblis qui allaient participer à cette aventure, ou que dis-je, cette mission de la plus haute importance, seraient des élèves. Non comptant de devoir sauver son collègue professeur piégé dans le fin fond des montagnes Tibétaines, il devait aussi prendre en compte l'étroite protection qu'il allait devoir octroyer à ces quatre adolescents tout au long du voyage. Ce ne serait pas une quête simple, et bien des périls risquaient de se mettre sur le chemin du sombre stratège tout au long du chemin. Il venait seulement d'y penser, il allait devoir trainer plusieurs boulets avec lui, à moins qu'on ne lui assigne des gamins qui en valent vraiment la peine. Il connaissait déjà la fougue et le courage du jeune Ben, mais ignorait tout des autres qu'on allait lui offrir comme accompagnants. Il lâcha un soupir supplémentaire en repensant à ces quelques heures qu'il avait passé lors de sa dernière mission de sauvetage, mettant toujours plus sa vie en danger pour celle d'élèves un peu trop ignorants. Il relevait ensuite ses mains jusqu'à ce que ses doigts s'enlacent, et déposa son menton sur ses deux pouces tout en continuant à réfléchir silencieusement les yeux désormais fermés après un dernier coup d'oeil porté sur les aiguilles du cadran. Bientôt le premier d'entre eux devraient entrer dans la salle. Oh mais ce ne serait sans aucun doute pas le jeune Iblis qui entrerait le premier, il serait très certainement le dernier à entre dans la classe, n'étant jamais à l'heure. Enfin, pour une fois que lui l'était, il n'allait pas critiquer ... Professeur totalement non ponctuel qu'il était.

Il réfléchissait à bien des choses, concernant les adolescents que l'on pourrait bien lui amener. Il espérait ne pas s'être trompé en demandant quatre compagnons pour l'accomplissement de cette quête, mais il n'avait désormais plus le temps d'y songer. La porte s'ouvrait avec force, et le sombre professeur rouvrait les yeux, ses paupières se décollant, laissant son regard de rubis voir pénétrer dans la pièce une jeune homme porté par deux gorilles bien amochés, au moins tout autant que celui qu'ils portaient. C'était le premier arrivé. Ils eurent à user de la force pour amener ce dernier jusqu'ici, et la lutte fût rude à voir l'était de ces derniers. Il devait être quelqu'un au fort caractère et à la force convenable, ce qui plaisait déjà au sombre adulte. Sa satisfaction s'afficha en un sourire voilé par ses doigts qui cachaient toujours la moitié inférieur de son visage. Malgré les bosses et autres bleus qui parsemaient le corps du jeune homme, il parvint à discener les traits de ce dernier, mais ne le connaissait pas. Alors que le silence s'était à nouveau installé dans la pièce, un autre collègue entrait dans la pièce, son identité n'était pas nécessaire, aux allures de trappeur, il portait en ses mains un dossier au nom de l'adolescent, Salvatore Doni. Il écoutait son comparse, sans pour autant détourner son regard du jeune homme, n'écoutant qu'avec peu d'attention, mais parvenant à capter une phrase, ou du moins un fragment de ce qui semblait en être une. << Force semblable à celle d'un professeur basique. >> Cela renforçait encore la satisfaction du professeur de stratégie, qui saurait trouver et comprendre les atouts et autres capacités de l'élève, afin de les utiliser au mieux tout au long de la mission qui leur était donnée. La faible présence en cours de ce garçon ne lui importait guère, seul comptait les capacités de ce dernier, ainsi que la manière dont Modrus pourrait user de ces dernières afin d'en tirer un atout pour l'équipe de secours qui se composait lentement, mais surement.

De la même manière, il resta fixe lorsque les deux autres élèves furent amenés à lui. Un jeune homme, une jeune fille, Ruden Oblivion et Arsen Icum. Il espérait que ces deux derniers seraient de la même trempe que semblait l'être Salvatore, ainsi la mission ne pourrait que se dérouler de la meilleur des manières mais cela serait également un plus pour le groupe lors des moments de repos. Une bande de tempéraments puissants était plus agréable qu'une bande de trouillard qui passeraient leur vie à se pisser dessus durant toute l'avancée de la troupe. Soupirant une nouvelle fois, c'était le tour du dernier du groupe à faire son entrée, également amené jusqu'ici par deux autres brutes épaisses, et sans cervelle, Ben Iblis, encore en retard, bien qu'aucune heure n'avait été fixée au départ était là. Le haut de ses vêtements était toujours dans le piteux état dans lequel il l'avait mis la veille à l'aide son katana. Quoi qu'il en soit, il était temps de s'y mettre, premier tour, les explicatifs, c'était primordial pour que les adolescents ne se retrouvent pas totalement perdus. Il se levait de son siège bien que très confortable et s'en allait pour faire face à l'une des fenêtres de la salle. Il regardait l'horizon, lâchant un nouveau soupir, si caractéristique de sa personne presque blasée perpétuellement. D'une voix grave, pour une fois dépourvue de toute hostilité, il s'adressait aux quatre élèves de l'académie.

- Les présentations ne sont pas très utiles, mais sachez néanmoins que je me nomme Modrus Hemrod, professeur de stratégie. Vous avez tous les quatre été sélectionnés afin de participer à une mission de sauvetage consistant à ramener mort ou vif l'un de mes collègues, le professeur Gin Rachi. Pour cela, nous allons devoir nous rendre dans les montagnes Tibétaines et passer tous les obstacles qui se mettront en travers de notre route.

Il reprenait légèrement son souffle, ayant besoin d'un peu d'oxygène avant de continuer. Cela laissait également par la même occasion le temps de réfléchir et de faire tournoyer quelques interrogations dans la tête des quatre jeunes gens. Bien entendu, il était hors de question de refuser cette quête, et il semblait bien nécessaire de le souligner, ce qu'il allait s'empresser de faire.

- Précisons le fait qu'il est bien sûr défendu de refuser cette mission, c'est un honneur pour des élèves d'être envoyés sur le terrain pour un tel accomplissement. Et puis, passer pour des lâches devant vos camarades ne serait pas le bienvenu non plus n'est-ce pas ?

Alors que quelques secondes s'écoulaient encore, il ouvrait la fenêtre, s'appuyant sur cette dernière, sortant de sa poche un paquet de ces tubes qu'il faisait lui-même. A base de plantes, et totalement sans danger pour la santé, à des fins visant uniquement à lui éviter des crises de nerfs inutiles et dangereuses pour tout son entourage -Ben en ayant déjà fait les frais-, il fumait enfin ces cigarettes que l'on pourrait caractérisées de thérapeutiques. Expirant la première bouffée de fumée, il restait dos tourné aux adolescents, et rajoutait quelques lignes.

- Avez-vous des questions ? C'est le moment ou jamais !

Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Mer 6 Fév 2013 - 18:46
Le professeur à l'allure négligé, dernier arrivé dans la pièce, récitait d'un ton monotone à l'individu en face de Salvatore, un dossier sur ce dernier.

*j'en ai fait des choses en si peu de temps*
cette pensée arracha un petit sourire en coin au jeune homme encore à moitié conscient, ses yeux placides continuant toutefois de fixer le sol

Une fois sa présentation terminée, l'enseignant se retira, déposant les fiches concernant l'épéiste sur une table basse situé à la droite de l'inconnu, les deux étranges individus se retrouvèrent alors seuls dans la salle, un silence absolu, seulement perturbée par le tic-tac de l'horloge s'installa, la situation resta telle quelle plusieurs minutes, Doni ne savait pas pourquoi l'homme qui semblait être à l'origine de sa « convocation »ne disait pas un mot, l'observait t'-il ? Était-il intrigué par le curriculum de notre jeune héros ? Autant de questions qui ne traversèrent pas l'esprit de l'Italien, qui pour sa part avait une raison on ne peut plus simple de ne rien dire, il ne souhaitais seulement pas être mêlée à des histoires ennuyeuses, être collé, ou même... torturé ? Possible à la Deus Academia et puis, s'il pouvait échapper aux sermons, il ne s'en porterait que mieux. Pour toutes ces raisons, il appliquait une technique similaire au « faire le mort » utilisé lors d'une rencontre infortuné avec un ours, technique qui, soit dit en passant, n'avait jamais marché par le passé. Repensant au niveau de présence cité par le trappeur, un frisson lui parcourut le dos, la punition allait être sévère.

*Et s'ils décidaient de m'interdire toute sortie de l'école ? Hum, je préfère pas y penser...*le seul fait de s'imaginer être enfermé dans l'enceinte de l'académie lui donnait une forte envie de bâiller.

*Une après vie sans aventure, quels beau gâchis se serait. *laissant ainsi filer le temps, perdu dans sa réflexion, ou plutôt, dans son imagination, le jeune homme ne remarqua pas l'entrée de deux autres personnes dans la pièce, tirée de ses pensées uniquement lorsqu'un mouton dont il avait fait la connaissance auparavant, Ben Iblis, s'écrasa presque nu sur le bout de sol qu'il scrutait passionnément.

« Hm ? » Sortant de sa fausse léthargie, l'épéiste leva finalement la tête, ses yeux balayant pour la première fois la pièce dans son entièreté, à part ce boulet de pull-over, une jeune fille(?) albinos, assez maigre et de petite taille et un jeune asiatique vêtu d'un kimono se trouvaient ici, il y avait aussi un homme étrange aux pupilles rouges perçante qui survolait la fine équipe du regard, vêtu avec goût, le dos droit sur sur le dossier de son fauteuil, les jambes croisées, il possédait une prestance, une élégance, que nulle ne pouvait nier, d'une certaine façon, le personnage lui rappelait son maître qui, malgré la violence dont il faisait preuve à son égard, était un assassin renommé pour sa capacité à infiltrer toutes les strates de la société, lorsque la situation le demandait, il pouvait avoir une allure sans égales.


"Désolé pour le retard les mecs, je pionçais !" Ben s'excusa tout en se relevant.

* En retard ? Tout ça était prévu ? Maintenant que j'y pense, pourquoi d'autre élèves sont là alors que je suis ici pour être punit ?* Déstabilisé par les paroles du jeune Iblis, un nombre anormal de question considérant sa personnalité lui vinrent à l'esprit.

«Les présentations ne sont pas très utiles, mais sachez néanmoins que je me nomme Modrus Hemrod, professeur de stratégie. Vous avez tous les quatre été sélectionnés afin de participer à une mission de sauvetage consistant à ramener mort ou vif l'un de mes collègues, le professeur Gin Rachi. Pour cela, nous allons devoir nous rendre dans les montagnes Tibétaines et passer tous les obstacles qui se mettront en travers de notre route. » Alors que Salvatore se posait toute ces questions, le professeur Modrus s'était placé face à la fenêtre, et avait commencé à parler, répondant ainsi aux interrogations du jeune homme et dévoilant son identité par la même occasion

*Les montagnes tibétaines ? Ça fait longtemps depuis mon dernier passage dans cette partie du monde*se plongeant un instant dans ses souvenirs, il se rappela les nombreux duels contre des maîtres martiaux reconnus qui avait prit place au Tibet.

«Précisons le fait qu'il est bien sûr défendu de refuser cette mission, c'est un honneur pour des élèves d'être envoyés sur le terrain pour un tel accomplissement. Et puis, passer pour des lâches devant vos camarades ne serait pas le bienvenu non plus n'est-ce pas ? » les lèvres de l'Italien formèrent un rictus carnassier, l'idée ne lui avait même pas traversé la tête, après tout, notre jeune héros était un guerrier né qui ne vivait que pour le plaisir de la bataille. Le professeur quant à lui s'était accoudé au rebord de la fenêtre qu'il venait d'ouvrir, savourant tranquillement une cigarette.

«Avez-vous des questions ? C'est le moment ou jamais ! » 

*Soupir* Doni laissa s'échapper un long soupir, les paupières fermées, évacuant toutes les questions superflues tout en chassant l'air présent dans ses poumons, finalement, son sourire féroce s'accentuant, il rouvrit les paupières, révélant des yeux excités à la perspective de nouveaux combats, ainsi qu'une pointe de folie distinct brûlant au fond de ses pupilles. Seul deux questions subsistaient, mais il n'en poserait qu'une seule.

« Quand est-ce qu'on part ? »

Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Ven 8 Fév 2013 - 23:02
Après s’être fait décrire son caractère et raconté son histoire à lui-même (cherchez l’erreur), l’homme qui l’eût accueillit l’emmenât jusqu’à son ’’employeur’’ (quelque part ce n’était pas si idiot de l’appeler ainsi). Durant cette courte ‘’traversée’’, plusieurs question lui taraudait dans la tête.
"Quels vont êtres mes compagnons d’armes ??" "Quant la mission commencera-elle ?" "n’est-ce pas un peu risqué d’envoyer de simples élèves pour ce genre de mission ??’’ ‘’Quel rapport en un Chinois et un Japonais ??’’ Voilà en gros les questions qu’il se posait, et dont il ne tarderais sûrement pas à obtenir la réponse.

Il continuât ainsi à ce questionné lui-même jusqu’à ce que son guide l’amène devant une grande porte qu’il ouvrit. La se tenait un homme, sûrement un professeur, ainsi qu’un jeune garçon à peine plus âgé que lui, ayant l’air néanmoins d’un épéiste confirmé (et peut-être aussi soi d’un souffre-douleur soi d’une racaille passant son temps à ce bagarrer à en juger par les trace de coups qu’il avait au visage). Le surveillant fît alors une brève description du nouveau venu et prit congé sur la demande du professeur. Vint alors deux autres énergumènes, une fille apparemment albinos (peau blanche, yeux rouges, vous saisissez…) ainsi qu’un autre garçon qui avait…des cornes sur la tête. A croire que lui et le blondinet étaient les plus normaux ici, même le prof ayant l’air d’un gros taré).

Une fois la fine équipe au complet, l’homme s levât et commençât à les briefer sur la situation actuelle concernant la mission, et en profitât pour se présenter (apparemment ce n’était pas très utile). La personne à aller chercher se nommait Gin Rachi et était professeur, tout comme lui. Comme le surveillant l’avait dit un peu avant, la mission se déroulerais au tibet et ne serat pas de tout repos.
- Avez-vous des questions ? C'est le moment ou jamais !
*Quand parton-nous ?** On ut aller se changer ou pas?**Quel est pour vous la différence entre un Nem et un Sushi ???*
- Par où allons-nous débuter nos recherches exactement ?
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
nt - Lun 11 Fév 2013 - 22:51
L'homme la conduisit dans une autre salle où siégeait deux hommes. Le premier était assis, les mains sous le menton. Son apparence soignée en faisait un très bel homme mais ce qui attira l'intention de la jeune fille était ses mains. Les mains étaient toujours ce qu'elle regardait en premier chez quelqu'un, elles indiquaient tellement de choses.. l'âge, la profession mais surtout la santé de la personne. Détail essentiel pour une empoisonneuse comme elle.
Elle reporta son attention sur la deuxième personne présente dans la pièce. Il s'agissait d'un jeune homme blond d'à peu près son âge lui sembla-t-il, son visage était tuméfié et couvert de bosses. A en juger l'état de ses mains, il avait dû rendre autant de coups qu'il en avait pris.
Arsen fixait le regard pénétrant de celui qu'elle avait déduis être le professeur et dont les yeux étaient étrangement aussi rouges que les siens quand la porte s'ouvrit.

Un jeune homme entra dans la pièce. Rien de bien intéressant en soi, quatre personnes réunies dans un but encore plus ou moins obscur pour tous et le silence. Seul le tic tac de l'horloge accrochée au mur troublait ce silence. La jeune femme observait ses aiguilles se mouvoir inlassablement dans le même sens, à la même cadence. Elle sortit sa propre montre de la poche de son gilet, sa carcasse était toute cabossée et partiellement roulée mais elle fonctionnait comme au premier jour. Elle suivit ses aiguilles du bout du doigt, caressant le verre. Cette montre n'était pas comme toutes les autres montres ni même comme l'horloge suspendue au mur, elle égrainait les secondes, les minutes et les heures à reculons.

Un troisième jeune homme déboula dans la pièce mais la jeune fille ne s'en formalisa pas. Le professeur était à présent devant la fenêtre et soupira.

«Les présentations ne sont pas très utiles, mais
sachez néanmoins que je me nomme Modrus Hemrod, professeur de stratégie.
Vous avez tous les quatre été sélectionnés afin de participer à une
mission de sauvetage consistant à ramener mort ou vif l'un de mes
collègues, le professeur Gin Rachi. Pour cela, nous allons devoir nous
rendre dans les montagnes Tibétaines et passer tous les obstacles qui se
mettront en travers de notre route. »

Les montagnes tibétaines? elle n'y avais jamais mis les pieds mais la simple idée de sortir enfin en pleine nature l'excitait. Quelle flore allait-elle trouver sur place? Y aurait-il des animaux vénéneux dons elle pourrait extraire des poisons?


- Précisons le fait qu'il est bien sûr défendu de
refuser cette mission, c'est un honneur pour des élèves d'être envoyés
sur le terrain pour un tel accomplissement. Et puis, passer pour des
lâches devant vos camarades ne serait pas le bienvenu non plus n'est-ce
pas ?

Elle n'avait pas l'intension de refuser une telle opportunité. Mais quelque chose la tracassait: aurait-t-elle seulement le temps de ramasser ces spécimens rares? les temps de les examiner?
Un fin sourire s'étendit sur ses lèvres. Elle prendrait le temps, peu importe ce qu'on lui dirait.

- Avez-vous des questions ? C'est le moment ou jamais !

- Quand est-ce qu'on part ?
- Par où allons-nous débuter nos recherches exactement ?

Elle s'en fichait et se contenta de fixer le professeur. Elle était prête.
Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Mer 13 Fév 2013 - 1:03
En me levant ce matin là, je ne m'attendais pas à apprendre mon affectation sur une mission. En effet, c'était une véritable surprise car je n'étais arrivé à la Deus que depuis avant-hier mais en plus de ça, c'était le psychopathe m'ayant servi de prof' la veille qui avait demandé à m'avoir dans son "équipe". Que cherchait-il vraiment ? Était-ce une punition ? Je haussais les sourcils et le levais les yeux aux ciels comme quelqu'un que l'on exaspérait. Sentant néanmoins le regard de l'enseignant sur ma cicatrice, je songeais à m'habiller alors que l'émissaire et ses gardes nous laissaient en "équipe". Il devait jubiler à la vue de mon t-shirt déchiré et maculé de sang par ses soins... Je lui ferais payer un de ces jours ! Une fois que je portais quelque chose de plus "décent" que mon caleçon, mon attention se recentra sur les gens qui étaient avec moi dans cette pièce.

Doni était là. Toujours armé de son grand sourire, le blondinet présentait quelques ecchymoses, bosses et autres traces de coup. Malgré mon effort de mémoire, je ne me souvenais pas qu'il ait été blessé à certains de ces emplacements lors de notre petite escapade au delà de la grille qui séparait l'académie et un territoire désolé. Petite escapade bien sympathique qui, malgré les dangers qu'elle présentait, nous a permit de faire connaissance. Ce n'était peut être pas réciproque mis après ce que nous venions de traverser, je considérais Sal' comme mon premier vrai ami dans "ce monde". Ayant eut l'occasion de faire les frais de son comportement... Impulsif, je souriais quand je compris qu'il avait dut se battre avec ces "gardes" si comme moi, il avait été amené ici de force.

Ensuite, il y avait cet autre adolescent. De taille raisonnable, ce mec aux cheveux châtains clairs typé asiatique portait comme arme un katana. Mon sourire s'élargissait encore plus. Un asiatique avec un katana... Non mais on était dans un film ou quoi ? Je trouvais ça vraiment trop cliché malgré que plus rien ne devait me choquer après les révélations qui m'avaient été faites ces deux derniers jours. Après tout, peut être venait-il du Japon féodal, ce qui était fortement possible étant donné que la charmante Kat' venait, elle, du Moyen-Age. Non, non et non. Mourir puis arriver dans une académie où des gens de toutes les temps et horizons se retrouvaient pour devenir de dieux... Tout cela n'était qu'une immense blague ! Je ne voulais toujours pas accepter ma mort comme un fait accompli ce qui me provoquait un petit coup de flippe de ce genre de temps en temps jusqu'à ce que la réalité me rattrapait un jour. Mis à part ça, je le vis me détailler. l s'attardait sur mes cornes... Tout comme Kat'. Aurait-il la même réaction disproportionnée que la demoiselle bien qu'elle s'expliquait facilement étant donné ses "croyances"? J'en souriais. Finalement, il haussa les yeux comme désespéré. Je croyais rêver... Il me prenait de haut. Je me contentais à mon tour de le snober en poussant un soupir comme pour le provoquer mais pas trop non plus si nous devions coopérer.

Mon regard fut ensuite attiré par la seule demoiselle présente dans la salle. Elle avait la peau incroyablement blanche qui mettait très en valeur ses yeux d'un rouge envoûtant. L’aspect de cette jeune femme m'intriguait tout autant qu'il m’inquiétait. Rachitique et pâle, j'avais l'impression qu'elle était atteinte d'une maladie pouvant l'emporter à tous moments ! Nous n'allions quand même pas prendre le risque de l'emmener avec nous peu importe la mission... Elle avait besoin de repos ! Alors que je m’inquiétais de l’état de santé de ma camarade, je la vis n'esquisser qu'un bref regard vers moi. Elle aussi avait décidé de se la jouer hautaine ? Bonjour l'ambiance...

N'aimant pas l'atmosphère tendue qui régnait dans la pièce, je me mis à rire et à me gratter la tête en expliquant la raison de mon "retard". Rien, pas une réaction de la part de mes "équipiers"... J'avais l'impression d'avoir avec moi mes camarades de la veille, ceux avec qui j'avais assisté au cours ô combien instructif de stratégie. Je baissais les bras l'air déçu quand une voix familière brisa le silence. Ainsi, le s*lopard qui avait fait de mon thorax un steak haché et qui accessoirement me servait de prof' de stratégie répondait au nom de Modrus ! Même si j'avais du mal à l'admettre, je trouvais que ça en jetait grave ! Il nous expliquait la raison de notre présence ici et l'objectif de notre mission. Nous devions ramené des montagnes tibétaines un certain prof' Rachi "mort ou vif"...MORT OU VIF ?! Oh wait... J'étais perdu là. Pourquoi cette close apparaissait ? Si c'était une mission de "sauvetage" alors pourquoi cette formulation qui selon moi collait plus à une affiche de mise à prix était indiquée? Bon ok, je titillais la petite bête mais quand même. Les montagnes tibétaines... Non mais sans déconner, il pouvait pas se perdre plus vers la France cet incapable ? Je cherches une occasion de me barrer moi !

Alors que je pestais, Mod' continua son petit discours en nous apprenant qu'on ne pouvait refuser cette mission à moins de vouloir passer pour un couard devant ses camarades... Bof après tout, pourquoi pas. J'ai toujours voulu visiter un monastère tibétain. Étonnant me direz-vous ? Je sais... Je lis dans vos pensées mais ce n'est pas du tout ce que vous pensez. Si je voulais visiter un de ces monastères, c'était pour réussir à ruiner le vœu de silence que faisaient les prêtres. Non pas par non respect de leur religion, houla non surement pas, mais plus comme un défi à leur foi et à leur détermination. Alors que je jubilais, le prof' de strat' avait sorti une clope avant de nous demander si nous avions des questions. N'écoutant pas les questions de mon camarade le samouraï et du blondinet, j'applaudissais en m'approchant de mon prof'.

J'adore ! Non franchement, la classe ! Juste... Avez-vous réellement pensé pouvoir le retrouver ? Non parce que je sais pas vous mais j'ai déjà un mal fou à retrouver mes clefs dans ma poche de pantalon alors trouver une personne dans d'immenses montagnes... !

Après avoir prononcé cette phrase sur la ton de la plaisanterie, je me retournais vers mes camarades mort de rire. A Default de les faire rire, je me faisais déjà rire moi !
Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Mer 20 Fév 2013 - 17:59

Equipe de secours

Le temps du départ

Alors qu'il fixait toujours l'extérieur, les élèves dans son dos, Modrus réfléchissait, laissant tomber le mégot de sa cigarette vers le sol, quelques étages plus bas. Il en avait terminé de cette foutue clope artisanales, faite uniquement de plantes et donc 100% naturelle certifiée sans éléments nocifs et avec la certitude de ne pas devenir accroc. Alors qu'il offrait une dernière possibilité aux jeunes gens de lui poser des questions, il écoutait en silence, n'intervenant pas dans ces quelques instants de liberté qu'il offrait aux adolescents, ces derniers n'en aurait en effet plus l'occasion durant la mission, étant quelqu'un de très silencieux une fois qu'il se met en route pour la réalisation d'une quête, surtout d'une aussi haute importance. Il soupirait une dernière fois, et enfin, ils se mirent à lui poser leurs questions, le plus drôle, c'est qu'il le faisaient dans l'ordre de leur arrivée dans la pièce. D'abord Salvatore, ensuite Ruden, Arsen, et enfin Ben se mirent à parler. S'adossant désormais au rebord de la fenêtre, croisant les bras, il fixa les élèves d'un regard neutre, désumprunt de toute hostilité, mais aussi d'amitié. D'un ton très neutre, il s'adressa à chacun d'entre eux dans l'ordre, répondant sans prendre la peine d'énumérer à qui il répondait à chaque fois.

- Nous partirons en début de soirée, vous aurez les détails après. Nous débuterons nos recherches par les coordonnées géographiques qui correspondent au dernier endroit où le professeur Gin Rachi avait dressé un camp. Et mon très cher Ben Iblis, si nous ne retrouvons pas mon collègue, je te promet que toi non plus, nous ne te retrouverons pas. Pour ce qui est de tes clés, sois un peu malin, et attache les à un objet assez volumineux de manière à facilement les retrouver. Bon, puisque vous semblez en avoir terminé avec vos questions, passons aux choses sérieuses.

Il s'approchait des quatre élèves qui allaient l'accompagner dans cette mission non sans dangers, et au cours de laquelle, n'importe lequel des membres du groupe pourraient perdre la vie. L'objectif de Modrus était clairement de retrouver et de ramener son collègue, non pas parce que ce dernier était important pour l'académie, mais bien parce qu'il était lui, important pour le professeur de stratégie, et qu'il avait bien l'intention de se servir de ce dernier pour atteindre son but et voir ses ambitions atteintes grâce à la participation de ce professeur disparu. Déposant sa main sur la poignée de la porte, il l'ouvrit avant de s'engager à moitié dans le couloir, se retournant ensuite vers le groupe, et ajoutant quelques paroles.

- Je vous attendrait à 18h00 tapante au port des deux dimensions, si l'un d'entre vous est en retard, je peux vous jurer qu'à la fin de cette mission, il écopera de tellement d'heures de colle, qu'il n'aura plus assez de temps libre pour s'asticoter le poireau. C'est clair ? Oh et aussi, c'est bien d'avoir des capacités physiques, mais en avoir dans le crâne est important aussi, alors même si vous n'êtes que de vulgaires gamins, voici quelques petites énigmes auxquelles il faudra trouver une réponse si vous ne voulez pas que je vous abandonne au fin fond des montagnes enneigées du Tibet.

Passant désormais totalement la porte, il ajouta d'une voix assez forte quelques lignes censées être les énigmes.

- Premièrement, je suis d'eau, je suis d'air, et je suis d'électricité. Qui suis-je ? Deuxièmement, quand je suis blanc, je suis sale et quand je suis noir, je suis propre. Qui suis-je ? Enfin, quel nombre divisé par lui-même donne son double ?

Il se remit ensuite à avancer dans le couloir, disparaissant bientôt, regagnant sa chambre afin de s'y préparer. Il était 17h35, et il était déjà au port des dimensions, attendant calmement les quatre élèves qui allaient l'accompagner. Sac sur le dos, quelques vêtements adéquats à l'endroit qu'ils allaient rejoindre pour leur mission dans un autre sac qu'il tenait en main, il était prêt à partir en mission, et Martyrs aussi. Restait à espérer qu'ils retrouveraient le professeur, et qu'il saurait ramener tous les élèves en un seul morceau, car même s'il disait s'en moquer, il espérait au fond de lui savoir tous les ramener en entier à la fin de tout ceci.

Invité
avatar
Invité
Re: Equipe de secours - Sam 16 Mar 2013 - 23:29
- Snobé par un homme vache !! Je rêve !!!
C’était précisément ce qu’il c’était dit quand il remarquât l’attitude de l’hybride à corne (allez savoir pourquoi en Asie ils ont des loups, des renards et même des Serpents, là-bas ils ont des vaches wtf ??) Enfin mieux valait l’ignorer, si il aimait pas qu’on regarde ces toutes petites cornounettes trop Kawaii, c’était vraiment pas la peine de se prendre la tête pour si peu de chose (et puis quoi il était quand même marrant le mec, avec ça manière bidon de provoquer les gens).

Par contre si y’en avait vraiment une qui savait se faire discrète c’était bien l’Albinos. Alors que les trois gars c’était précipité pour poser leurs questions, elle était resté silencieuse, muette comme une carpe. A un moment il c’était demandé si elle n’allait pas s’écroulé par terre. Sérieux on aurait qu’elle avait prit un truc pas net avant de venir (même si bon c’est vrai que les albinos sont naturellement blanc, et ça serait vraiment glauque qu’il existe des gens assez taré pour boire des trucs pas net).

Le seul à paraitre à-peu-près normal c’était le blondin avec son épée et ses bleus : exactement le genre de bourrin pressé de se battre qu’on s’attend à rencontrer dans ce genre d’école.

Bref

Donc apparemment le départ était prévu dès ce soir, à 18H00 exactement, et l’on savait ou l’homme en question avait dressé son camps pour la dernière fois (aaah le monde moderne…), et si ils ne retrouvaient le gars durant cette mission l'hybride bovin allait prendre cher. Pas que ça le dérangerait, mais laisse un futur compagnon d’arme dans la merde quand-même.
Puis vint le moment ou, sur le pas de là porte, le maître partageât son savoir et (surtout) ses conseils a ses élèves ignorants et démunis de toute culture et expérience de la vie :
- C 'est bien d'avoir des capacités physiques, mais en avoir dans le crâne est important aussi, alors même si vous n'êtes que de vulgaires gamins, voici quelques petites énigmes auxquelles il faudra trouver une réponse si vous ne voulez pas que je vous abandonne au fin fond des montagnes enneigées du Tibet.

Des énigmes ?? Pour savoir de quel talent il allait se priver a la fin de cette aventure ?? C’était…original. Tout en quittant là pièce, il énonçât chacune de ses énigmes, une par une :
- Premièrement, je suis d'eau, je suis d'air, et je suis d'électricité. Qui suis- je ?
Devinette posée lors du cour de physique chimie

- Deuxièmement, quand je suis blanc, je suis sale et quand je suis noir, je suis propre. Qui suis-je ?
Ah ça par contre euh…

- Enfin, quel nombre divisé par lui-même donne son double ?
HEEEEEIIIN ??

Bon au moins il avait déjà une réponse sur 3, les autres sauraient sûrement répondre aux deux autres. Il se tournât donc ver ses futurs collègues afin de leur annoncer la bonne nouvelle :
- Pour la 1ère question, la réponse c’est ’’le courant’’, après les deux autres j’en sais rien.

Un peu plus tard, 17H42 pour être précis, il retrouvât le professeur original sur les quais. Celui-ci avait l’air vêtu dans le même style que tout à l’heure, classe et bien propre sur lui, un sac sur le dos (celui-devait sûrement contenir le nécessaire de survie) et une autre qu’il portait en main (celui-là devait par-contre contenir des vêtements chaud, simple supposition de sa part).
Ruden lui portait lui aussi les mêmes vêtements que tout à l’heure, mis à part que ses cheveux était cette fois détaché afin de ne pas attraper froids au cou une fois arrivé là-bas, et qu’il portait un pantalon bien plus chaud que celui de tout-à-l ’heure, ainsi qu’une paire de bottes de montagnes fourrée. Il avait lui aussi apporté un sac, un seul par contre, dans lequel il a avait réussi à mettre son repas, une gourde plein d’eau un manteau de fourrure bien chaud ainsi qu’une petite bouteille de Saké caché bien au fond de son sac. Il y avait aussi attaché un sac de couchage et un bâton de marche dont il aurait surement l’utilité en haute montagne (un manche à balais piqué dans le placard du concierge).
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Equipe de secours - Mar 9 Avr 2013 - 23:26
Astiquer le poireau? Que venait faire un légume dans cette histoire?! Arsen ne comprenait pas cette étrange expression mais ne s'en formalisa pas. Ce n'était pas la première fois que les subtilités du langage du XXIème siècle lui échappaient mais quelque chose d'autrement plus important la tracassait: les énigmes. La jeune albinos était loin d'être idiote mais disons que son cerveau fonctionnait mieux quand sa vie en dépendait. Elle n'avais pas une seule réponse à fournir au professeur. Était il sérieux? Avait il vraiment l'intention de lui sucrer cette balade inespérée en pleine nature?! ça jamais, elle ne le permettrait pas. Néanmoins, d'après ce qu'elle avait pu observer quelques minutes plus tôt, l'homme avait l'air d'apprécier de torturer ses élèves. Peut-être s'agissait il d'une de ses combines pour traumatiser ceux qui le prenait au sérieux.. ou peut-être pas et dans ce cas elle serait bien embêtée. La jeune fille à la peau pâle comme la neige décida qu'elle tacherai de se faire oublier, comme toujours, même si avec une apparence telle que la sienne cela pouvait parfois s'avérer compliquer. Mais la chance était de son coté cette fois-ci et ses futurs compagnons de route lui avait semblé bien turbulents (surtout le jeune homme blond à en juger les divers bleus et contusions qui ornaient son visage mais les deux autres n'avaient rien à lui envier avec leurs questions pressante et leur agitation) elle ne pourrait donc que mieux se montrer discrète. Et puis il y avait ce jeune homme avec des.. des cornes de vaches! A coté de lui même une albinos rachitique, taciturne, vêtue comme un homme et dépourvue de sens moral paraissait presque normale.

Bon le rendez-vous était fixé à 18h, juste le temps pour Arsen de passer récupérer quelques affaires chaudes pour le voyage dans la pièce des objets trouvés, de se perdre pour la énième fois dans l'académie, de trouver la cafétéria pour se restaurer, de se perdre à nouveau et de rejoindre le reste du groupe au port des deux dimensions juste à temps. Elle partie donc en quête des objets trouvés.

Cette pièce était une vraie caverne d'Alibaba où on pouvait trouver tout et surtout n'importe quoi. Il y avait de vieux ballons, des pantalons,des montagnes de chaussettes orphelines, un oreiller mais aussi un boa à plume rose, une passoire, un canard en plastique, un ornithorynque en peluche... C'était à ce demander ce que les gens de cette académie avaient dans le crane pour avoir des objets pareils.
En farfouillant dans les diverses caisses entassées là la demoiselle dénicha de vieux objets attendant patiemment que quelqu'un de plus attentionné se les appropries. La jeune fille aux regards de sang prit un pull en laine gris tout détendu, un sac à dos en toile kaki qui avait très certainement beaucoup servi, de grandes chaussettes dépareillées ainsi qu'un cache-cou rose (oui c'était la pièce la moins discrète de tout son attirail mais dans les montagnes tibétaines on se fiche pas mal des couleurs, ce qui importe c'est de ne pas mourir congelé.). Pour les chaussures, ses bottes en cuirs feraient très bien l'affaire. Elle se souvenait avec nostalgie du jour où elle les avait troquées dans les bas fonds de Londres pour une unique petite fiole ainsi que tout sa discrétion concernant son contenu (sensé rendre au petit homme grassouillet la pleine possession de ses moyens pour exécuter son devoir conjugal). Avant de partir, La belle aux cheveux de nacre embarqua également la petite peluche d'ornithorynque qu'elle trouvait attachant sans trop savoir pourquoi.

Arsen courait sur les quais du port, la montre dans sa main indiquait 17h59. Son sac sur le dos, les pans de son manteau flottant derrière elle et ses longs cheveux blancs au vent, elle décomptait les secondes. La jeune fille apperçu le groupe et couru encore plus vite, elle ne serait pas en retard, jamais!

*5, 4, 3.. ils sont là.. 2.. vite, encore un petit peu plus vite.. 1..* Elle fit crisser les semelles de ses chaussures et stoppa sa course nette *18h! arrivée et juste à temps!*

un fin sourire étira ses lèvres roses pales.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Equipe de secours - Sam 8 Juin 2013 - 14:15
Quand je lis Ben et Modrus je me dis simplement que c'est fort dommage de ne plus les voir par ici. Franchement, vous avez un bon niveau tous les deux et c'est très agréable. J'aurai bien aimé voir ce que donne la fine équipe que nous avons là et surtout la suite de cette mission... Quelques fautes par ci par là, comme d'habitude, surtout chez toi Ruden, mais c'est en pratiquant qu'on s'améliore n'est-ce pas (mais par pitié, retenez que c'est ÇA quand on désigne quelque chose et non SA).

Salvatore : 175 xps
Ruden : 220 xps
Arsen : 230 xps

Xps attribués : Oui



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Equipe de secours
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Equipe de secours
» CHATBOX DE SECOURS.
» Equipe de Bloodbowl
» Au secours, un monstre !
» Equipe 4 : Yosuke, Kenji, Youso, Nara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment administratif :: Salles des professeurs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page