Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'alcool est mon pire ennemi.

Invité
avatar
Invité
L'alcool est mon pire ennemi. - Ven 18 Jan 2013 - 17:01
L'alcool est mon pire ennemi
Mission 2, partie 2 - ramener Mjolnir Titania


Partie 1 :

Quand l'embarcation sortit des nuages d'une façon familière, la première pensée d'Atios fut consacrée à la température extérieure : saint deus qu'il faisait super froid. Ils étaient foutus de lui, les météorologues de l'académie ! Bon, la partie haute de l'atmosphère y était sûrement pour beaucoup, mais bon. En dessous de lui, la mégalopole tokyoïte fourmillait, comme à son habitude. Des milliers de points se déplaçaient, se bousculaient, évitaient des voitures et d'autres obstacles. Les airs étaient déjà pris d'assaut par les avions de ligne, pleins de touristes et d'hommes d'affaires en voyage. Et lui ? Il était au-dessus de tout ce petit monde qui n'observait pas le ciel. De toute façon, ils l'auraient observés, il ne l'aurait pas vu. Quelque part, c'était un peu triste. Quelque part, il aurait préféré paraître moins invisible. Mais pour qu'un dieu soit visible parmi les hommes, il lui fallait beaucoup de magie. Chose que lui n'avait pas, hélas pour lui.

Mais chaque chose en son temps. Et ici, il se devait de chercher une amie d'Isanagi, qui déprimait sur terre. Ah ces profs ... Ils ne faisaient jamais cours et passaient leur temps à faire tout et n'importe quoi : les rumeurs de profs psychopathes étaient extrêmement élevées, les cours utiles l'étaient beaucoup moins ... En bref, les professeurs étaient inutiles, en quelque sorte. Ils étaient égoïstes, ils abusaient de leurs pouvoirs... Mais ça changerait. Il trouverait bien un moyen pour calmer ces pompeux abrutis. Et puis, il devait bien y avoir des cas moins extrêmes. Mais il avait réussi à fuir le contact avec les professeurs de l'académie, jusqu'à maintenant. Mjolnir Titania serait la première à avoir le droit de discuter avec Mister Deus.

Le jeune homme solitaire - encore une fois, il était parti seul en mission - allait devoir encore sauver une demoiselle - ou plutôt une dame, cette fois-ci - en détresse. D'ailleurs, sauf le fait qu'elle était dans Tokyo, il ne savait pas du tout où elle était, ni comment la trouver. Et Tokyo, bordel, c'était grand. Vraiment super grand, pantoufle de lutin. Mettant son casque sur les oreilles, il se fit passer un peu de musique alors que l'embarcation se posa sur le toit d'un gratte-ciel. Encore un ... Cela lui rappelait son escapade avec Miss Deus. Elle avait commencé un peu de cette façon. Et ils avaient débarqués sur le toit d'un gratte-ciel, en se crashant contre le toit. Et il avait réussi à les sauver tous les deux. Heureusement pour lui, la magie de la lumière était polyvalente. Protections, sort de renforcements ... Sorts de déplacements et d'attaque plus commun.. Bon, il n'était pas très bon, mais au moins, il savait se débrouiller suffisamment. Assez pour qu'ont l'envoie en mission.

Il n'aimait pas se rendre dans le monde des humains. La désagréable sensation d'être un fantôme de ne l'aidait pas à se sentir à l'aise. Personne ne pourrait être à l'aise dans un univers où personne ne vous remarque directement. Où les gens passent au travers de vous sans aucune forme de réticence. Atios se balada librement dans les locaux de l'entreprise où la barque de voyage l'avait déposé. Les gens travaillaient tous très durs et étrangement, Atios, assis sur un bureau, balançant les jambes, sentait à quel point les humains irradiaient d'émotions. Cela rendait la situation un peu moins insupportable. Il sourit. Même si personne ne le voyait, il était bien là! S'avançant vers l'ascenseur, celui-ci s'ouvrit et deux employés entrèrent dans l’ascenseur avec lui. La mauvaise surprise fut de se rendre compte que le monsieur en profita pour vilement reluquer le décolleté de la pauvre demoiselle, qui, grâce à ses dossiers, tentait de masquer un maximum. Atios soupira et claqua des doigts tirant en arrière la jambe de l’hurluberlu, pour qu'il soit forér de reculer et qu'il ne puisse pas s'avancer. Ce dernier, ne comprenait ce qui lui arrivait, car une de ses jambe était coincée en arrière et le jeune homme se mit à lentement siffloter en attendant que l'employée s'en aille. Décidément un peu joueur, il décida de coincer l'employé avec lui jusqu'au rez-de-chaussée. Le pauvre était devenu pâle comme un linge et il était clairement effrayé par la situation, ne comprenant pas pourquoi il n'arrivait plus à bouger et d'où venait cette soudaine force. Le jeune homme mit fin à son sort en sortant de l’ascenseur, considérant qu'il avait déjà abusé de sa petite blague.

La rue était froide. Pleine de gens. Et eux ils irradiaient de chaleurs. Salarymen, tout comme lycéens, pullulaient dans ces rues pleines de vies. Et Atios n'eut d'autres choix que d'avancer, que ce soit à contre-courant ou non.. Pour la première fois sa phrase fétiche allait évoluer pour s'adapter à la situation.

On peut-être seul même en étant entourer par des milliers d'êtres humains.
Et là, c'était d'autant plus vrai que les aiguilles de sa montre et les secondes, s'écoulaient, immuables, en même temps que les gens s'avançaient, ignorant sa présence.... Il soupira. Peu importe comment on pouvait le voir, cette sensation était horrible. Il avait envie de crier. Il avait envie de hurler. Mais sa voix ne raisonnerait que pour lui. Personne ne l'entendrait. Même s'il criait de toute son âme. Il ne pouvait même pas toucher les gens ici, sans utiliser sa magie. Atios soupira, avança en plein milieu de la route et regarda le ciel, emplies de larmes cristallisées par le froid. Une voiture passa au travers de lui, alors qu'il se rendait compte de sa condition éthérée.

Il rit en versant une larme et en faisant apparaître Excalibur dans sa main. Même elle ne pouvait plus briller pour les hommes, en ses mains. Il avait envie de tout casser. De prouver qu'il était là. Même si ce serait contraire aux règles de l'académie. Même si c'était contraire à ses idéaux.

Il avait l'impression d'être vide. Invisible. Seul. Il n'avait rien à faire sur un monde aussi triste. Il avança, le regarda porter vers, jusqu'au mur le plus proche et se laissa tomber contre le mur, fourguant son visage entre ses genoux... Il comprenait mieux pourquoi il était interdit de venir ici. Traumatisant. Voilà les sensations d'être seul, parmi les vivants, en étant soi-même plus qu'une larme parmi l'océan de la destinée. Serrant son épée entre les genoux et ses bras, ses larmes coulèrent le long de la lame qui brillait encore et toujours d'or.

C'était trop dur. Trop dur. Vraiment trop dur. Bien que la plupart des règles de ce monde ne s'appliquaient plus exactement à lui, il avait l'impression d'être totalement compressé par la gravité de l'univers. Il aurait pu s'allonger au milieu de la route que ça n'aurait rien changé. Lentement le monde perdit de ses couleurs. Les gens devinrent plus flous au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. La lumière disparut. Et il fut soudainement englouti par les ténèbres. Ah... Il venait de comprendre. Il refusait de voir le monde des hommes. Alors il avait détourné sa conscience de celui-ci, même s'il y était toujours. Un calme plat et froid vint l'enlacer.

Il avait une idée de ce pour quoi la prof était venue ici. Briser l'illusion d'une vie douce et chaleureuse à l'académie, regarder en face la mascarade de leur existence ... Ou simplement, la prolonger en jouant l'humaine. Il se mordit la lèvre. Pouvait-il vraiment rester-là, à s'effacer ? Non, aussi horrible soit ce constat, le monde continuerait de tourner, le temps de s'écouler et les épreuves, à être relevées. Avec ou sans lui.

Et lui, il voulait être le meilleur, pour les autres. Alors, soudainement, son regard, se remplit de ce que les gens aiment qualifier de "réalité". Il sécha ses larmes - étaient-elles réelles, d'ailleurs, si personne ne pouvait les voir ou les contempler ? - et se remit à avancer, à contre-courant d'un monde qui l'ignorait. Où chercher, sérieusement ? Il n'en savait rien. Il allait devoir regarder tous les bars de Tokyo, il en avait peur. Avec un peu de chance, elle émettrait de l'énergie magique assez forte pour qu'il puisse la détecter. Et une alcoolique, ça ne prenait pas soin de camoufler ses traces. C'est ainsi, que la journée passa, Atios vadrouillant dans toute la mégalopole nippone, fouillant les bars les plus famés aux plus douteux, sans parvenir à trouver celle qu'il était venu chercher. Aurait-elle bougé depuis qu'il serait parvenu jusqu'à la mégalopole Japonaise ? Ou alors, les informateurs d'Isanagi étaient aussi miteux que la dégaine du directeur.... Son portable... Son portable pouvait peut-être lui servir à contacter l'académie depuis le plan terrestre pour obtenir plus amples informations.

Mais quel numéro faire, sérieusement ? Il n'en savait fichtrement rien. Ralalah. Au moins, la journée était passé plutôt vite et il n'avait pas cherché à réfléchir à l'horreur de la situation qu'il vivait. Il composa un numéro au pif et murmura une complainte du genre "allez, décroche, au nom de Deus!". Et là, miracle, on le mit en correspondance avec un des standardistes repenti de l'académie. Un secrétaire momifié, sûrement, au vu de la difficulté à s'exprimer de celui-ci. On lui passa un supérieur avec qui Atios s'entretint plusieurs longues minutes au terme duquel on lui apprit que détecter la trace des autres n'était pas dur et qu'on aurait dû lui apprendre ça en cours...

SOIT. Il avait séché pas mal de cours aussi, alors c'était fort probable que la détection des autres divinités dans les environs n'était pas une connaissance acquise, autant en théorie qu'en pratique. Et ce n'est pas les quelques mots que lui avait dit son interlocuteur au téléphone, qui allait lui faire rattraper un cours, mais il n'avait pas d'autre choix que de faire preuve de ruse et de talent, s'il voulait que Mjolnir Titania revienne plus ou moins vite à l'académie.

Il se rendit au sommet d'un immeuble. Quelque part, si cela fonctionnait comme une sorte de géolocalisation façon satellite, il aurait besoin de s'éloigner d'un maximum d'interférence pour avoir la meilleure portée possible. Dieu qu'il faisait froid, en haut... Mais il se prépara mentalement à se mettre à méditer en seiza et à trouver sa "cible". Il y passa une heure. On sent que ce n'était pas son truc, les recherches comme ça. Mais il parvint à trouver une piste, après avoir passé de longues minutes à trier les plus faibles odeurs de magies - les humains les plus normaux, sûrement - et quelques odeurs qui n'étaient pas très fortes ou humaines.

Courant à pleine vitesse en retournant dans les rues, il s'accrocha à la piste qu'il avait, l'entraînant dans une folle élancée nocturne à travers un Tokyo lumineux et enneigé. Du coin de l’œil, il pouvait contempler la conclusion d'une journée, où couples s'avançaient, où les travailleurs rentraient, où lui, n'était rien de plus qu'une existence invisible. Mais il se concentra sur sa tâche. Ruelles et avenues s'enchainèrent, dans une tempête de bruits et de sons différents, dans un capharnaüm humain où lui était muet. Quand enfin, il se planta devant la petite baraque qui servait de trompe la déprime à la femme en face de lui, en train de picoler. Quoi dire ? Elle devait sûrement l'avoir déjà remarqué.

Mjolnir Titania, je présume.

La femme ne répondit pas et hoqueta bruyamment en reposant son verre. Atios alla s'asseoir à côté d'elle et rajouta :

Je suis venu vous chercher sur ordre du directeur de l'académie, Isanagi Tensho.

Elle le regarda pendant de longues secondes et se refit servir à boire... Elle l'ignorait littéralement. Grande & fine, elle possédait un teint très pâle. Elle était sûrement aussi, voire légèrement plus grande que lui - ce qui était rare, chez les femmes - et autour d'elle, siégeait ce que l'on appelle communément, une aura de mystère... Où était-ce cette odieuse fumée qui sortait de cette pipe qu'elle tenait, qui en était la cause ? En tout cas, Atios, assis à ce bar, semblait pris dans une brume aux airs de valse. Il se sentait soudainement engourdi et fatigué.

Presque naturellement, un verre fut déposé devant-lui et fut rempli. De quoi, il ne le savait pas. Mais il le but. Tacitement, elle venait de communiquer avec lui. La bouche pâteuse, la gorge en feu, il ajouta alors :

Pourquoi ne pas vouloir rentrer ?

Encore un beau silence. Et un verre se vida à nouveau, alors que le sien fut rempli à nouveau. Il se remit à boire, alors que son esprit était de plus en plus embrumé. Il ne tiendrait pas longtemps, à ce rythme-là. Il allait devoir se servir de ses pouvoirs pour résister à l'alcool. Il se concentra deux secondes, malgré la difficulté à rester conscient. Et son esprit devint alors plus clair, alors que son corps se mit à traiter avec plus de facilité l'alcool. Un échange de verre eut à nouveau lieu. Finalement, après une dizaine de minutes.

Pourquoi devrais-je rentrer, honnêtement ?
Parce que vous êtes professeur. Des élèves ont besoin de vous.
Professeur ... Aha. La bonne blague.
Vous êtes dépressive ?

Un rire franc, cristallin éclata alors. Son interlocutrice lui fit un sourire. Un sourire de velours.

Depuis quand Isanagi envoie des puceaux venir chercher les vielles filles ?
Tout aussi direct que moi, à ce que je vois... Dit Atios, amusé, lui aussi. Mais même si je n'en ai pas l'air, je ne suis ni puceau, ni jeune. Enfin, sauf d'apparence.

Elle le jaugea, alors, amusé, en dégustant son verre.

Qu'il est bon d'être jeune. Ton corps a quel âge ?
19 ans.
C'est bien, d'avoir 19 ans...
Oui... On ne les a qu'une fois.
C'est une année de rêve. Où l'on apprend à croire en tout.
Hélas, oui.
Tu as quel âge, en vérité ?
Hum... Quelque chose comme environ 1500 ans.
Aha, donc en fait, je suis ta cadette, petit ?
Eh oui, il semblerait que je sois un jeune-vieux.

Les deux compères éclatèrent de rire ensemble et vidèrent de nouveau un verre.

Alors, pourquoi tu picoles ici ? Il y a ce qu'il faut pour ça, à l'académie, pourtant.
Ouais mais ... Regarde l'académie ... T'imagine le nombre d'élèves bargeots que je croise ? Certains se prennent pour des héros. Certaines passent leurs vies à draguer des élèves... J'ai même eu affaire à un élève de 56 ans analphabètes...
Et vos collègues? J'ai entendu parler d'un professeur d'histoire dragueur, d'une autre prof alcoolique et de tas de gais lurons.
Aha, ça, des collègues ? Bordel, ils se prennent tous des airs de professeurs, mais combien savent ce que c'est, d'enseigner ? Nan, sérieux ... Putain, tu t'appelles comment ?
Atios.
Atios... Atios ... Pas mal... J'en étais où, moi ? Ah oui. Tu peux pas savoir comment les élèves peuvent être plus matures que certains de mes "collègues". Et attend, certains sont softs, mais t'en as ... C'est des vrais psychopathes.
Je savais que certains étaient graves, mais à ce point ...
J'ai l'impression que Deus, il recrute ses profs dans un hôpital psychiatrique, par moments, je te promets...
Oh, je te crois, je crois.. Mais bon, je comprends que ton cadre de travail est pas super.. Mais je vois pas en quoi vous êtes déçu. Vous en avez rien à foutre, d'eux, non ?
Oh, c'est juste que ... Elle prit une gorgée de son verre et ajouta : que je n'aime personne parmi tous ces fous.
Ah bah ... On peut très bien vivre sans aimer ..
Tu es bien un mec, toi... T'aimes personnes ?
Je ... Je sais pas. Je connais bien une fille que j'aime vraiment beaucoup, mais je ne suis pas sûr que ce soit la fille que j'attends.
C'est dommage pour elle .. Mais au moins, ta vie, c'est pas le désert de Gobi, en ce qui concerne l'amour...
J'imagine que c'est vrai. Mais même si l'amour est un sentiment magnifique, il est aussi horrible, par moments.
Je me doute... Mais l'absence de celui-ci est simplement ... Insupportable.
Ce n'est pas en picolant ici que tu vas trouver quelqu'un à aimer. Et l'alcool, ce n'est pas quelqu'un..
D'ailleurs ... Tu tiens super bien l'alcool, toi ..
En vérité, non .. Mais il faut remercier Deus pour ça.
Je vois ...

Le silence s'installa à nouveau. Atios n'aimait vraiment pas l'alcool où la situation et contrairement à lui, son professeur semblait de plus en plus alcoolisé.

Vous allez revenir à l'académie ?
Pas le choix, je dirais... Sinon, ils enverront des gens moins sympathique que toi pour venir me chercher... Mais ... J'ai une faveur...
Oui ?
Restes avec moi ce soir. On rentrera demain.
Hmm... D'accord, ça me va.
T'es un gentil, toi...
Pas vraiment.
Aha... Et toi, qu'est-ce que tu penses de l'académie ?
Je pense que Deus devrait se réveiller. Son académie finira par échapper au contrôle de ses directeurs. Les professeurs autant que les élèves ont tendance à être trop libres.
Pas faux. Tu as des amis ?
Je pense. Un qui ne m'aime pas beaucoup. Une qui me trouve trop altruiste. La fille qui m'aime, enfin, je crois. Peut-être son père, aussi.. Quoi que. Je ne sais pas quoi penser de lui. Après, j'ai été élu Mister Deus, il y a peu. Et j'ai postulé pour rejoindre le conseil des élèves.
Aha, rien que ça. Tu es populaire, alors... Monsieur Mister Deus.. M'enfin, ça ne m'étonne pas de toi.
Vraiment ? Je ne vois pas pourquoi ce n'est pas étonnant.
Fausse modestie. Tu es de ceux qui plaisent aux filles et qui les servent fidèlement. Et je pense peut-être même que tu es le fidèle serviteur de tous ceux que tu rencontres... Tu ne peux que plaire aux gens et briller..
Peut-être.. Je suis juste ce que je suis. Et je fais ce que je pense être juste.
Jolie réponse. Tu penses que répondre positivement aux caprices d'une vieille fille alcoolique est juste ?
Sa présence est agréable, elle est jolie et elle a le droit de me demander quelque chose d'aussi futile que lui tenir compagnie le temps d'une soirée.
Aha, tu ne l'es sûrement pas, mais il est clair par contre que tu es naïf. Mais c'est mignon.
De quoi ?
Laisses donc, laisses donc, jeune chevalier servant. Tu es mieux ainsi. C'est ainsi que tu dois être.
Tu as déjà eu ma réponse par rapport à ce que je suis.
Il est vrai, il est vrai. Ouh ... Tu vas m'aider à marcher ? je tiens plus debout, moi ...
Forcément, si tu as bu et fumer la pipe toute la journée ... En espérant qu'elle ne contenait que du tabac..
Pourquoi, ce serait dommage si elle avait pu contenir autre chose ?
Je préfère encore qu'elle n'eût rien à contenir.
Aha, plus vieux et plus sage que moi ?
Physiquement, non, je suis plus jeune que toi..
Ce n'est pas un problème.. Ni le problème.
Moui .. Je vois pas où il y a un problème, mais mettons-nous en route.

Atios l'aida à se relever, légèrement titubant lui aussi. Elle était vraiment grande. Et légère. Il la mit sur ses épaules.

Wouuuuuuuhou !! Je vois super loin !
Possible. Mais je vois que t'es bien murgée, surtout.
Rabat-joie...
Cramponne-toi bien.
D'accord, mais dans ce cas, laisse-moi te guider.

Elle lui mit les mains devant les yeux et il s'avança selon les directions du professeur capricieux. L'entraînant dans une ruelle pas très loin, Atios soupirait légèrement en avançant. Quelque part, il n'avait pas confiance en les directions qu'elle lui demandait de prendre. Finalement, elle lui permit de voir. Ils étaient désormais dans un couloir d'un hôtel. Ah non .. Quand même pas ? Bouarf. Il devait faire confiance en son "amie". Il ouvrit la porte et déposa celle qu'il avait porter sur ses épaules, sur le lit. Puis, il alla se mettre dans un coin de la pièce.

Oh, on est timide?
Et vous, vous êtes bourrée.
Oui, mais moi, j'assume, héhé...

Atios sourit. Elle se leva et se dirigea dans les douches. Quant à Atios, il alla s'asseoir sur le lit, profitant de l'absence de son professeur pour s'asseoir sur celui-ci et se détendre un peu. Bordel, il était fatigué. Vraiment. Mais ce n'était pas étonnant. En vadrouillant dans tout Tokyo, pendant une journée ... Cela semblait presque logique. Et puis, il n'était qu'un apprenti-dieu, après tout. Et le contrôle des limites de son pancréas l'avait légèrement fatigué. Il se laissa partir en arrière et sombra dans l'inconscience.


Dernière édition par Kurokami Atios le Sam 19 Jan 2013 - 3:16, édité 12 fois
Invité
avatar
Invité
Re: L'alcool est mon pire ennemi. - Ven 18 Jan 2013 - 17:55
Les femmes sont le pire ennemis des Hommes !
Mission 2 partie 2.5 - ramener Mjolnir Titania


Atios se réveilla en sursaut. Il ne s'était pas senti partir. Mais quelque chose l'avait réveillé de son sommeil de plomb. Dommage pour lui, il avait mal à la tête, même s'il avait filtré entièrement l'alcool. Saleté de mal au crâne. Qu'est-ce qui se passait pour qu'il se soit réveillé ? En lui, son cœur grondait et crachait. Quelque chose de désagréable ou de dangereux se produisait en ce moment. De longs cheveux noirs - ce n'était pas les siens - vinrent se déposer sur son visage. Au-dessus de lui, Mjolnir Titania, se tenait au-dessus de lui dans une tenue légèrement un peu trop dévêtue à son goût... Qu'est-ce que c'était que ce bordel ? Il la savait légèrement en mal d'amour, mais au moins de se taper un élève endormi ? Ouh .. Et il avait toujours mal à sa pantoufle de tête. Quelque chose lui déplaisait grandement, dans cette situation. Quelque chose lui échappait.

Qu'est-ce que tu fais ?
Eh bien ... ça me semble évident..
Ouais bah ... Atios écarta son professeur et s'éloigna vers le coin de la pièce qu'il avait quitté plus tôt. Je vais me mettre ici, si tu veux bien.

Mais dans son dos, il sentit soudainement un danger. Un couteau allait lentement se planter dans son dos. Mais il réagit rapidement para avec Excalibur.

Mais t'es folle ? Qu'est-ce qui t'arrive ?

Elle lui fit un sourire moqueur et lança un éclair sur lui. Atios roula sur le côté, et esquiva l'attaque de justesse. Elle ne déconnait pas avec la foudre. Mais il ne comprenait vraiment pas pourquoi elle l'attaquait. Le jeune homme comprit qu'il allait devoir se battre. Mais contre celle qu'il était venu sauver ? ... Mais était-ce bien elle ? Atios roula à nouveau sur le côté, esquivant d'être pris dans une sphère de foudre. D'un geste de main, il lança trois projectiles de lumières qui furent bloqués au moyen de sphères de foudre. S'il attaquait sérieusement, il risquait de détruire la chambre d'hôtel ... Qu'allait-il faire ?

Un pilier de foudre manqua de le frapper de peu, mais ses pouvoirs actifs, il était beaucoup plus mobile que tout à l'heure. Il allait pouvoir récupérer l'avantage sur son agresseur. Il lança une vague de lumière jusqu'à sa cible et s'approcha de celle-ci, lui flanquant un uppercut lumineux. Il ne sentit pas la force de son coup et il emplafonna littéralement sa cible. Ah bah ... Il avait eu la main lourde, dis donc... Et l'imposteur reprit sa forme, qui n'était pas celle de la fameuse Mjolnir. Il se mordit la lèvre et se dépêcha d'aller dans la pièce d'à côté. Rentrant dans la salle de bain, il ne fut pas déçu de la vue.

Tout va bien ?

Mjolnir tenait ... Un clone de lui, d'une main, par la gorge, le soulevant de terre. Et ce faux-Atios était légèrement ... Parcourue d'arcs électriques. Aha. Qu'il avait été con de s'inquiéter pour elle. Elle était prof, après tout. Elle savait se défendre... Et question se défendre, il en put s'empêcher de penser qu'elle se défendait aussi plutôt pas mal en tant que fille.

Je te pensais pas aussi audacieux..

Ah, croyez-le ou non, lui non plus ne s'imaginait pas aussi audacieux. Rouge comme une tomate, il se retourna et dit alors :

Je vois que j'interromps quelque chose, alors bon bah ... Je sors.

Il claqua la porte derrière lui et se laissa glisser le long de celle-ci. Ah bah ça. Elle n'avait pas dû être déçue, elle non plus. Il crispa les dents et se boucha les oreilles en entendant des hurlements et des bruits d'électrocutions dans la pièce derrière lui et regarda son invité, pendant dans le plafond. Le pauvre, il avait dû mourir sur le coup, avec un tel impact dans le menton. C'était donc ça, ce que l'on appelait ... "La force divine". Tu m'étonnes qu'Hercules avait pu être dangereux, s'il emplafonnait des gens à coups de poing. Il se releva, en reprenant son calme et en sentant la porte derrière lui, cogner contre son dos. Le professeur était de nouveau habillé et elle lui sourit, en voyant le doppelgänger mort, emplafonné.

Pas mal. Pas mal du tout. Désolé, c'est moi qui ai attiré ces deux doppelgänger...

Mais un hurlement attira leur attention. Et quelques grognements plus tard, ils se rendirent compte qu'une vilaine créature ravageait la rue. Atios ouvrit la fenêtre et sauta en contrebas, une capacité que Mjolnir ne possédait pas. Il était sur sa lancée, devait-elle penser. Et lui ? Eh bien... Il captiva l'attention de la créature. Et esquiva des coups de langue, qu'il entailla à plusieurs reprises, le forçant à la garder dans sa bouche. Il essaya ensuite, de lui foncer dessus, mais Atios était bien trop rapide pour la créature qui chercha à l'attraper avec ses griffes. Shlack. Atios venait de lui crever un œil. Il esquiva une rafale de tirs de matière verte, ressemblant et sentant l'acide gastrique, qui s'éffondrèrent ça et là dans la rue, s'attaquant à la matière où ils s'étaient posés. .. Atios envoya plusieurs projectiles de lumières, qui firent reculer l'horreur et c'est à ce moment-là que le professeur arriva, faisant tomber la foudre sur le monstre. Celui-ci était vraiment horrible.

C'est un Kog'maw. Sa carapace externe est très dure, il n'est pas vulnérable aux armes tranchantes !
Oui, eh bien ... Une épée, ça perfore aussi. Alors il va s'en manger, le Kog'Zilla.

Atios profita que son alliée occupait le monstre grâce à des éclairs, l'épée sacrée, Excalibur, se mit à briller plus fort tandis qu'il fit une estafilade sur le côté de la créature. De longues étincelles se répandirent alors que l'acier se faisait pénétrer sur le côté par, par la lame de lumière. La force surhumaine du jeune homme lui permettait d'y creuser comme dans du sable. Le Kog'Maw poussa un hurlement, alors qu'Atios grimpa sur son dos et commença en lui perforer la boîte craniene. Le jeune homme se maintint encore quelques secondes.

Atios !

Ce-dernier retira l'épée et recula, pour faire face au Kog'Maw profondément enragé par les blessures qui venaient de lui être infligées. Son adversaire leva son épée au ciel et la foudre vint frapper l'arme, qui se mit à briller d'une lumière d'or parcourue d'arcs électrique. Atios, d'un bond, planta Excalibur dans la tête du Kog'Maw, qui hurla. Il devient violet, se mit à enfler dangereusement, tandis que le jeune homme se retira du crâne de la créature, en se réfugiant au loin. Cependant, Excalibur attira à nouveau la foudre, qui vint électrocuter directement Atios, cette fois-ci ... Eh oui .. Mjolnir était encore un peu ivre et son sort s'était retourné contre celui qui était censé en bénéficier plutôt que d'en souffrir.

Cet accident allait littéralement changer énormément de choses. Atios à genoux, se tint le visage et se mit à sangloter. Il avait oublié. Il se souvenait désormais. Il y avait quelqu'un qu'il aimait. Et qu'il avait perdu. Dans un ultime sanglot, il tomba sur le côté, le visage tenu entre ses mains, sous les yeux d'un professeur totalement abasourdi. Ramassant l'élève, aux yeux grands ouverts et pleins de larmes, elle le porta jusqu'à une autre chambre de l'hôtel. Elle ne savait pas quoi dire face à un tel rebondissement.

Atios pleurait. De tout son coeur. Il se souvenait de celle qu'il aimait. Il avait échoué à la garder auprès de lui .. Et maintenant, il vivait dans un monde différent. Elle continuerait de grandir. Et lui, pour l'éternité, serait condamné à rester Atios, le protecteur des êtres humains. Déjà 6 mois qu'il avait oublié... Pourquoi ? Comment ? Il ferma les yeux et s'endormit dans les bras de ce qu'elle qu'il était venu ramener. Puis, quand il reprit conscience, à l'aube, il sut ce qu'il avait à faire. Souriant de son si magnifique masque, ils rentrèrent à l'académie au petit matin... Mais arriver sur les quais, Mjolnir Titania fut la seule à débarquer.

Pardon. Je dois absolument aller quelque part.

Et l'embarcation repartit vers le monde des humains. Vers une destination que seul lui connaissait. Laissant l'enseignante dans le désarroi le plus total.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: L'alcool est mon pire ennemi. - Sam 9 Fév 2013 - 11:48
La notation est complémentaire au rp précédent mais sont notés distinctement. Et bien, franchement c'était un bon petit rp sympathique et pour une fois que l'on voit beaucoup de dialogue et que c'est plutôt agréable à lire et fluide, chapeau ~

Kurokami Atios : 200 xps

Contenu sponsorisé
Re: L'alcool est mon pire ennemi. -
L'alcool est mon pire ennemi.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Les Archives :: Les Archives :: Archives des grimoires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page