Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Douceur sucrée.

 
Invité
avatar
Invité
Douceur sucrée. - Mer 16 Jan 2013 - 17:17
Je me rappel du froid envahissant mes membres.
Du froid venant a pétrifier lentement mes muscles, raidir petit a petit mon corps.
La vie est un long fleuve tranquille que l'on disait.
Je dirais plutôt que le passage de la vie a la mort est un long fleuve tranquille.
Sur une sorte de petite barque, quelques brins de roseaux dépassant a peine de l'eau, je rame lentement vers ce qu'il s'apparaît être un passage vers le paradis. Quelques musiques angéliques sont présentes, relaxantes, mes muscles ne se fatiguent pas de l’effort que je suis en train de fournir et mon corps semble presque en train de s'endormir.
Tout bascula au moment ou l'une voix vient a déranger les chants angéliques.

- " Comme d'autres et parmi les plus vertueux êtres vivants, tu as été choisie, Eléanore Bonnie Dregth, pour t'élever au rang de Dieu. Ton parcours sera long, difficile et semé de pièges que seuls des alliés de poids et une volonté de fer pourront surmonter. "

- " De.. De quoi... ? Quel est cette voix ? Qui êtes-vous ? Laissez moi, je veux maintenant aspirer a mon repos. "

Tout semblais si bien, j'étais aux anges si je pouvais dire ! Mes blessures ne me fessaient plus mal, mon cœur battait normalement, mes sensations internes étaient parfaites, j'étais repue. Je n'avais pas soif, le bonheur était vraiment a son comble parfait ! Mais tout fût troublé une sorte de tourbillon commença a se former dans ce long fleuve. Lentement la barque commença a tourner d'elle même, rectifier un tir était maintenant impossible. J'étais comme aspirée par ce trou commençant a descendre de plus en plus profondément. Un tourbillon m'aspirais. Je vais aller en enfer donc ? Pourquoi.. Cette voix me parlais de devenir un dieu. Est-ce vrai ? Ce tourbillon avait maintenant complétement engloutis la barque. Alors que je hurlais sans que voix ne sorte, je me retrouvais debout, avec des bagages a coté de moi devant les portes d'un gigantesque temple d'un coup sec, un homme inconnu au bataillon vint a me tendre une feuille. Je pris la feuille, complétement perdue par ce qui était en train de se passer.

- " Bienvenue dans la Deus Academia, âme errante. Il ne tient plus qu'à toi de te surpasser... "

J'étais il y a deux secondes prête a franchir les portes de ce que je croyais être un enfer, et maintenant je suis debout, des bagages a mes cotés a parler avec un total inconnu qui m’accueille dans ce qu'il pourrais être une académie pour dieu ? Mais c'est quoi ce gros bordel ?! Ce mec viens maintenant de disparaître me laissant seule comme une énorme cruche avec tout ce que j'ai, c'est a dire des bagages et UNE FEUILLE ?!

- " RAAAAAAAH ! "

Tapant du pied d'un énorme coup sec, je me rendis compte par la suite que ce n'était plus la même sensation qu'un pied humain. Le bruit frappant le sol venait plutôt de faire une sorte de " CLOP " assez lourd, comme si le sabot d'un cheval venait de taper le sol d'un coup. Stupéfaite de ce bruit, regardant avec peur sur le visage de ce qu'il pouvais y avoir, je vis avec surprise que mes jambes avait complètement changé d'anatomie. Oui, étant donné que j'avais perdu une jambe durant mon fameux hum.. Combat ? Non, raclée avec Fenrir, dieu se montra d'humeur joueuse et me remplaça mes jambes par celles d'une créature de type équidé. En gros j'me retrouve avec des sabots a la place des pieds et de lourdes jambes de cheval ou poney, du moins un truc du style. Encore heureux que le tout était caché avec une sorte de botte mais qui ne prends juste pas de semelle, on ne peux le voir que si je soulève mon... sabot ? Ouép.. Je dois dire sa maintenant. Ou alors a la limite par le bruit. Les " clop " s'entendent quand même assez fort.

Suite a cette surprise je décida de regarder mes mains, mon corps.. Rien ne semblait avoir changé. Fort bien.

Toujours est t'il que je regardais maintenant bêtement cette feuille. Les inscriptions ne disait pas grand chose..

Eléanore B. Dregth.
23ans..
Admise a la Deus-Académie.
Déesse de la traque.
Professeur de Survie/Stratégie.

Un silence se fit.

- " PROFESSEUR ?! "

Je... Je crois rêver.
Oui, c'est un rêve.


Dernière édition par Eléanore B. Dregth le Jeu 31 Jan 2013 - 20:10, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Jeu 17 Jan 2013 - 0:01
Yukisa avait été abandonnée dans cette étrange endroit avec pour simple cadeau de bienvenue un morceau de papier qui volait au gré du vent. "Abandonnée" était un grand mot mais c'était bien le sentiment qu'elle éprouvait. Elle n'avait aucun point de repère dans cette place baignée de sombre lumière, rien ne lui était familier et cela l'effrayait. Il était vrai que même avec des indications voire même un GPS, elle aurait tout de même réussi à se perdre car Yukisa faisait partie du cercle très fermé des éternels-nés-sans-orientation. Il lui arrivait même parfois de se perdre dans sa ville natale, chose presque incroyable étant donné qu'elle vivait dans un petit village où chaque maison était unique.
Et maintenant abandonnée dans un endroit encore plus grand, elle se sentait comme les enfants qui découvrent que l'univers ne s'arrêtait pas simplement à leur porte. Elle sentit les souvenirs envahir peu à peu son esprit embrumé et s'efforça à arrêter ce flot d'images qui la conduisait à nouveau vers cette fin qu'elle savait dramatique.

Yukisa : Je ne veux pas... me souvenir

Elle posa une main sur sa tempe et força les mots ainsi que les couleurs à disparaître. Ce fut en baissant la tête qu'elle remarqua alors le sac déposé près d'elle. Yukisa le reconnaissait, c'était ce même sac qu'elle portait contre elle le jour où elle s'était faite renversée... et voilà, les images avaient à nouveau refait surface. Elle fronça les sourcils et ses mains expertes défirent le ruban qui attachait le rabat bleu marine. Rien de ce qu'elle ne se rappelait avoir pourtant soigneusement rangé dans son cartable n'y figurait. À la place, elle y découvrait ses vêtements préférés, propres et repassés ainsi que les affaires personnelles auxquelles elle tenait le plus, comme si elle s'était préparée à ce voyage depuis longtemps. Ses sourcils se froncèrent de plus belle tandis qu'elle se relevait et scrutait l'obscurité à la recherche d'une quelconque caméra cachée en vain, elle soupira. Elle sentait que l'obscurité rongeait peu à peu sa raison, ses nerfs allaient certainement lâcher avant qu'elle ne meure de solitude.

??? : PROFESSEUR ?!

Cet étrange cri mêlé d'indignation et de surprise la fit sursauter, il y avait quelqu'un dans cette obscurité ? Quelqu'un susceptible de l'aider... Ses mains tâtonnèrent le sol et enfoncèrent toutes les affaires qu'elle venait d'enlever dans son cartable, elle se releva ensuite vivement et s'enfonça dans l'obscurité vers l'endroit d'où provenait les échos.
Ce fut à cet endroit qu'elle vit une grande silhouette de dos, baignée d'une lumière bleue qui n'illuminait qu'une longue chevelure azurée.

*Je suis sauvée... sauvée ! Il y a quelqu'un !*

Yukisa se précipita vers cette étrange silhouette et posa sa petite main sur son épaule. La chaleur qu'elle ressentit sous ses doigts la fit sourire, un grand sourire béat qui signifiait que le cauchemar allait prendre fin. Mais aussitôt, sa salvatrice se retourna avec une expression clairement désemparée sur... un visage qui était à mi-chemin entre un bisounours maléfique et un poney. La jeune fille resta paralysée dans la même position pendant plusieurs secondes devant cet étrange personnage, un sourire encore stupidement béat dessiné sur les lèvres tandis que son cerveau se demandait si elle arriverait à encaisser le coup ou bien s'il fallait tout simplement couper le courant et s'évanouir.
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Ven 18 Jan 2013 - 17:12
Qui y'a t'il de mieux que de dormir à la belle étoile ? Bah faire une sieste sur le même arbre que d'habitude, il n'y a rien de mieux. J'étais posé là, au calme, tranquillement allongé sur cette branche, au calme, et comme je ne l'ai jamais été depuis que je suis ici, apaisé. Il faut dire que depuis mon arrivée ici, je n'ai rien fais que me battre ou des cours assez sportifs va t'on dire. Mais là, les bras derrières la tête, à imaginer ce que je pourrais faire ce soir. Un sourire pourrait presque apparaître sur mon visage. M'enfin faut pas rêver, il était de circonstance. Ce n'est pas demain que je sourirais par bonheur. Bien que ceci en était un aperçu.

- Tu es content de rien foutre ? Ca m'étonne pas...

- Tu peux dire ce que tu veux, rien ne m'énervera aujourd'hui, je suis bien...

Et là, un énorme bruit se fit sentir, comme un coup sur le sol qui me fit sursauter et perdre l'équilibre, ce qui mis en place le théorème de Newton sur la gravité. Vous savez le fait que toute chose est attiré vers le sol. Oui, je le dis mal, m'enfin, vous m'avez compris quoi. Et donc je fini ma course vers le sol la visage face au sol, mais heureusement, l'herbe amortis la chute. Je me releva en secouant la tête bien que cela ne servit pas à grand chose. Mais là, on me retrouvai sous mon vrai jour : Colérique.

- C'est qui l'abruti qui...

Et là, mon regard me fit défaut, et me nettoya les yeux. Mais la vision resta la même : Un cheval humain.

- On dit un centaure...

Ce n'est pas un centaure ça. Un centaure tient sur ses quatre pattes, là, sur deux. J'étais un peu perdu dans mes pensées par la vision que j'avais, mais je revins sur terre lorsque celui ci se fit rattraper une jeune fille blonde qui posa sa main sur son épaule. Ils se connaissent ? Je ne l'ai ai jamais vu ici tout les deux. Il y en avait des nouveaux d'un coup dis donc. Mais sur le coup, pas question d'être plus gentil. Je m'approche d'eux avec un air assez grave.

- Hé ! Vous pouvez aller gueuler plus loin ?! Y'en a qui cherche la paix ici !
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Mer 30 Jan 2013 - 18:17
Toujours le regard rivé sur cette feuille comme une imbécile, ne sachant absolument pas ce qu'il se passait, on peux dire que cette " réincarnation " me laissait dans un sens sans voix.
J'étais il y a quelques temps en train d'agoniser seule dans une grotte depuis des jours avec une jambe presque arrachée et le visage en sang, et je suis maintenant, du style une heure après, en vie, pleine forme dans un institut pour devenir un dieu dans le rôle d'un professeur de stratégie et de survie avec qui plus est, une partie de mon corps, c'est a dire mes jambes transformées en sorte de patte de poney ou de cheval. Mais c'est super ! J'adore l'après vie ! Non sérieux, c'est une blague s'te connerie ?
C'est... C'est trop soudain ! Tout arrive trop vite ! J'ai du mal a m'y mettre sérieusement. Et puis sérieusement, personne est la pour m'expliquer ? PERSONNE ? Nan mais on me lache ici avec une simple feuille !

Mes pensées furent interrompues par une petite main posée sur mon épaule, douce au touché, elle me tire légèrement comme si je devais me retourner. Je vis la alors en tournant ma tête une jeune fille, aux premiers abords désemparée, mais heureuse de voir quelqu'un finalement. Jusqu'au moment ou je sais pas.. elle eut comme une sorte de choc.. Je serais pas expliquer pourquoi mais c'est comme si le temps s'arrêta pour elle. Elle resta stoique. Comme déconnectée.. La bouche légèrement ouverte, le regard vide, elle ne parla plus, ne dis pas un mot, et reste de marbre. Je me demandais vraiment ce que me voulais cette jeune fille, passant ma main devant son visage pour voir si ses pupilles bougeaient ou non, rien ne changea. De marbre. Stoique.

- " Tu sais, tu peux parler si tu veux hein... Youhou... ? Quelqu'un ? "

Rien du tout. Je ne savait vraiment pas ce qu'il se passais mais elle semblait.. déconnectée du monde ou nous étions. Et pendant que je m'interrogeais sur ce qu'il pouvais autemps pré-occuper, une autre voix, cette fois-ci plus grave s'approcha d'un pas désigné énervé.

- " - Hé ! Vous pouvez aller gueuler plus loin ?! Y'en a qui cherche la paix ici ! "

Super l'acceuil. Manque de respect total, sa commence déja super bien. Pas un bonjour. Rien du tout, direct en venir aux mots. Très bien, si il veux jouer comme sa, je vais m'amuser. Poussant légèrement la fille en lui chuchotant un " Excuse moi " dans l'oreille, j'avança vers le jeune homme en fessant bien exprès de poser de lourds pas sur le sol afin d'en ressortir un claquement un peu plus fort. Arrivant devant lui, presque collant mon visage prêt du sien, je le regardais avec une sorte de regard des plus froids. La main dans le dos, voulant dégainer mon arbalète, j'oublia complètement ma " réincarnation " m'enleva mes objets les plus précieux pour les mettre dans un sac. Mon arme quand a elle, était toujours posée sur le sac. Je me retrouvais donc comme une conne a agiter le bras dans le vent essayant d'attraper quelque chose qui n'existait pas. L'homme semblais ricaner de cette situation.
N'aimais pas qu'on se foute de ma gueule, soufflant par le nez d'un coup, je releva la tête, fière et décida de lever un de mes pieds pour aller l'écraser sur le pied de l'autre qui se prenait pour le chef du lieu.
De quoi inculquer le respect des le départ.
Se faire imposer, c'est le bien.
Faut juste pas se faire remarquer et le faire discrètement.

- " Sa t'apprendra a ne pas dire bonjour la prochaine fois avant de m'engueuler. "

Je lui tourna le dos, suite a cela, repartant vers mes bagages, la tête haute.


-----------

HRP : Voila, vraiment vraiment désolée, suite a ma dent incisée, j'ai eu de grosses migraines et en plus de cela, le médicament que l'on m'as donné pour calmer la douleur m'as provoqué presque un ulcère, parce que j'ai oublié de préciser certaines choses a mon médecin. Donc cela m'as valu de grosses grosses douleur m’empêchant de RP corrèctement. Vraiment désolée encore de vous avoir fait attendre.
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Mer 30 Jan 2013 - 20:31
*Une goutte... de l'eau?*

L'esprit brumeux, le son à peine audible des mécanismes qui cliquetaient dans la salle, le bruit lointain des voix calmes et posées pourtant incompréhensibles. Et ce bruit. Ce bruit d'eau qui goutte, ou était-ce un morceau de métal qui cognait sur quelque chose? Difficile à dire.

*Par la lumière de la grande montagne. Qu'est ce qui m'est arrivé? Les Mü-han... ils sont entrés... Il est là... je me souviens. Sa lance... SA LANCE*

D'un bond, Lin' se retrouva sur son postérieur, assis dans une grande salle fourmillante de colonnes qui montaient vers un plafond de pierre. De gigantesques vitraux baignaient de lumière multicolore le ventre à l'ambiance feutrée de ce qui semblait être un temple. Quelle folie. Il y a quelques instants, Lin' venait de subir une mortelle blessure d'un adversaire à la puissance incroyable. Et le voilà à présent dans un endroit totalement différent. Entouré d'un silence un brin loquace, de cette lumière chaude et piquante qui semblait effleurer le moindre grain d'une poussière légère soulevée dans le bâtiment, traçant les lignes fugaces des rais de lumière qui frappaient le sol.

Il passa sa paume sur sa poitrine à l'endroit où la lance du Mü-Han s'était plantée. Rien. Il n'avait pas la moindre blessure ni même de cicatrice. Il dégoulinait de sueur, son corps était meurtri, mais son esprit était carrément dans un état vaporeux qu'il ne s'expliquait pas. Il ne savait ni où il était, ni ce qu'il faisait là. Il n'était même pas sûr de se souvenir réellement de qui il était. Cependant, il y avait quelque chose de positif dans cette situation. Déjà, il ne semblait pas être mort, et ensuite il se sentait en sécurité ici.

Les pierres autour de lui émanaient d'une bienveillante vibration qui le faisait s'apaiser peu à peu. Bien qu'il ne comprenait pas pourquoi, il avait presque l'impression que la roche et les pierres taillées qui l'entouraient l'enlaçaient de leur présence et tissaient autour de lui une délicieuse atmosphère de paix. Ce qui n'empêcha pas ses jambes de trembler sous le colossal poids du corps du jeune combattant. Il dut s'y reprendre à trois fois pour arracher du sol sa carcasse aussi lourde d'une roche de montagne. Sa tête tournait, sa bouche était pâteuse et ce fichu goût de métal dans la bouche lui rappela ce vieux relent de sang gluant et poisseux qu'il avait eut à son dernier souffle.

Cherchant appui sur les colonnes, il se mit à progresser en direction des voix qui se faisait tranquillement entendre dans le léger brouillard sonore qui ouatais les oreilles de Lin'. Il cru un instant qu'il allait vomir, pas moyen de garder l'équilibre. Il lui fallait progresser doucement, sa stature a toujours été pour lui un atout. Mais à présent, son imposante carrure levée sur son bon mètre quatre-vingt lui jouait plutôt le tour de l'entrave insoulevable. Qu'à cela ne tienne, avec l'aide des colonnes, il parviendrait à se maintenir debout et à progresser. Petit à petit, en passant sur son visage son énorme main, il reprenait ses esprits.

Il avait décidé de se diriger vers les voix qui résonnaient dans cet univers cotonneux. Il devait savoir où il était.


Dernière édition par Linmeno Ash'gur Sala Sala le Lun 4 Fév 2013 - 20:38, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Sam 2 Fév 2013 - 15:10
Yukisa avait l'impression de vivre un abominable cauchemar, bien trop réel à son goût. Les yeux vides, elle ne prenait même plus la peine de réfléchir, la jeune fille s'était perdue dans les abysses de l'incompréhension. Mais ce dont elle était persuadée en ce moment même était que ce monde n'était pas réel. Cet endroit devait provenir d'un monde parallèle qui aurait fait une brèche dans l'espace temps… Eh oui, la jeune fille avait lu trop de livres de sciences fiction de son vivant et toutes ces notions de physiques étaient en train de prendre son pauvre cerveau en otage.

Jeune homme impoli : Hé ! Vous pouvez aller gueuler plus loin ?! Y'en a qui cherchent la paix ici !

Une voix rauque et très en colère résonna dans son dos, la faisant sursauter elle et l'étrange inconnue mi-cheval. Yukisa se retourna lentement, priant de toute son être que cette voix très impolie appartienne à quelque chose ressemblant à un humain. Ses grands yeux marrons rencontrèrent le regard perçant d'un jeune homme, un très grand garçon avec de longs cheveux qui redescendaient en une gigantesque cascade ébène. Cette vision humaine la fit presque pleurer de joie, sentiment qui semblait pas tout à fait partagé du côté de sa salvatrice. L'impolitesse de ce nouvel arrivant semblait l'avoir irrité assez violemment, assez du moins pour le fusiller d'un regard désapprobateur rempli d'hostilité.

Salvatrice : Excuse-moi..

Sur ces mots, elle repoussa doucement Yukisa et s'avança déterminée vers le jeune homme en faisant claquer ses "sabots" sur le sol provoquant ainsi de grands éclats qui résonnaient en échos. Cette stratégie d'intimidation ne semblait cependant pas effrayer la bonne personne ; Yukisa était morte de trouille tandis que l'autre inconnu arborait encore son air arrogant pas le moins du monde impressionné, peut être presque trop sûr de lui. Une fois sa salvatrice face au jeune impudent, elle plongea ses yeux dans ceux du jeune homme. Puis il y eu ce long silence rempli d'hostilité. Aucun des deux ne semblait vouloir engager la conversation, communiquant simplement avec de longs et insistants regards.
Soudainement, la jeune femme/cheval brisa cette immobilité en agitant férocement la main dans son dos, plus précisément en direction de Yukisa, comme si elle interpellait la jeune fille.

*Eh…?! Elle…me fait signe ? P-pourquoi ?*

Yukisa recula avec hésitation en secouant doucement la tête en signe de désapprobation : aucune chance qu'elle intervienne dans ce conflit, au meilleur des cas, elle serait hors jeu en un coup, au pire, elle servirait de bouclier humain. Ces deux solutions si peu alléchantes la firent reculer de plus belle, sa fuite sembla cependant faire ricaner l'inconnu, un petit rire qui l'arrêta net. Se moquait-il de sa lâcheté ? Si c'était le cas, il devait être plutôt confiant pour réagir de cette manière. Cette minuscule pensée lui fit également réaliser que si elle s'enfuyait, sa salvatrice finirait peut être blessée parce que personne ne l'aurait aidé, surtout pas cette pauvre fille qui reculait en tremblant devant chaque difficulté.

Jeune homme impoli : OWW !

Le jeune homme venait de crier de douleur, faisant à nouveau sursauter Yukisa qui ne comprit cependant pas cet élan de détresse si soudain qui faisait contradiction a la seconde d'avant. Elle ne comprit pas, du moins pas avant de remarquer un gros sabot qui écrasait avec jubilation le pied de cet impudent. Ça avait l'air douloureux, tellement douloureux, qu'elle se surprit même à plaindre cet inconnu qui ne devait certainement plus sentir ses orteils. Comme subjugué par cette scène si improbable, Yukisa était restée plantée au même endroit, ne sachant plus quel parti prendre ou que choisir entre rire nerveusement ou s'enfuir discrètement. Elle ne remarqua pas non plus le géant qui s'était dressé derrière elle, sa simple vision de ce colosse fut une gigantesque ombre qui se dessinait lentement sur le sol devant elle, dévorant sa propre ombre.

??? :

Yukisa sentit tous ses poils se hérisser d'un seul coup et ressentit également un filet de sueur froide glisser le long de son dos. Elle entendit ensuite tout près une respiration régulière et comprit que quelqu'un de sûrement très imposant était derrière elle. Avec tout le courage dont elle était capable, elle se retourna le plus lentement possible. Ses yeux rencontrèrent alors une immense silhouette, un gros tas de muscle avec un visage super effrayant ponctué par le jeu de lumière qui lui conférait un effet absolument terrifiant.

Yukisa : Ah…AAAAAAAH !!

La jeune fille venait de hurler aussi fort qu'elle le pouvait et avait à son tour fait sursauter toute l'assemblée. Ses bras avaient réagis avant même qu'elle ne mesure la violence de son geste, et aussi brutalement qu'elle avait pu, elle avait balancé son sac sur la frimousse d'un géant tout aussi surpris qu'elle.


Dernière édition par Yukisa Tsukemi le Sam 16 Fév 2013 - 2:36, édité 4 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Lun 4 Fév 2013 - 15:09


Il faut croire que mes mises en gardes avaient fini par être entendu. Mais ils n'ont pas vraiment eu l'effet escompté. Autant sur ce qui semblait être un hybride, ma remarque eu l'air d'une déclaration de guerre, et le fait qu'elle s'approchait de moi à vive allure ne put que me donner raison. Par contre, la réaction de la personne, qui était une fille aux cheveux d'un marron extrêmement clair, était très bizarre. Elle semblait presque heureuse de me voir, alors qu'il n'y a pas trente secondes je lui hurlé dessus, qui a dit que c'était normal ?

- Moi, tu veux pas t'avouer que t'es un gentil tout mimi, donc il te force à le voir en face.

Impossible. Je ne suis pas gentil. Je suis le pire des élèves. Depuis que je suis ici, pas une journée se sait sans que je n'aille fait une connerie. Alors il n'y a aucune chance que je sois gentil. J'accepte le fait que je suis plus facilement abordable, mais jamais je ne changerais mon caractère. Ses deux phrases allaient être très vite reprise par des actes. Ma copine centaure, n'ayant que très peu apprécier ma gueulante. Elle avait foncé vers moi après avoir dis je ne sais quoi à la fille qui me retourna son regard vers moi. Qu'avait t'elle pu lui dire ? Une stratégie pour m'attaquer ? Je n'eus pas le temps d'y réfléchir, elle venait juste d'arriver à ma taille. Elle leva la tête pour me regarder de près avec un regard furieux. J'esquissa un léger sourire narquois, la voyant faire de grand signe dans ton son dos. Les faisait elle pour l'autre fille où... Aïe ! Cette garce venait de me donner un coup de sabot. C'est que ça fait mal ce genre de truc. J'attrapai mon pied pour le soulager un peu, puis courus après ma rival d'une après midi pour avoir des explications.

- Hé ! Qu'est ce qui t'as pris ? Tu te prends pour qui à me frapper comme ça !? Excuse toi tout de suite !

Radical, je n'avais demandé qu'un peu de silence, et je suis bon à l'infirmerie ? ça n'allait pas le faire, vraiment pas. Je ne lâcha pas la fille jument du regard, jusqu'à que la fille de tout à l'heure se mirent à hurler de toute ses forces, à croire qu'ils font un concours cette après midi, pas possible ! Ou alors elles se sont liguées contre moi, elle veuille pas que je sois en paix. Qu'est ce qui pouvait bien l'avoir forcer à hurler aussi fort ? Je leva les yeux vers elle et comprit, en la voyant toute tremblante qu'elle ne l'avait pas fait pour m'embêter. Elle semblait "se battre", si l'on peut appeler ça se battre, avec une espèce de force de la nature sur patte, ou plutôt pied. Et là, je me posais une question : J'interviens ou pas ? Je laisse mes tensions avec madame de coté pour aider la pauvre fille ou pas ? Finalement, je pris la décision d'aller voir le géant pour comprendre la situation. Je ne joue pas les sauveurs ou les shérifs, j'ai horreur de ça, mais cette situation était plus drôle que la notre et moins longues que ma querelle, car à voir sa gestuelle, madame Sabot en a du caractère. Ce n'est pas pour me déplaire, mais si cette tension entre nous s’apaise ou s'attise trop, ce ne serait plus drôle.

- Excuse moi. Dis je donc à madame Sabot en la poussant un peu, pour... Ben vous savez quoi, ce que je viens de parler légèrement plus tôt. Et m'avançai avec courage vers les deux inconnus, les décryptant du regard, l'arrêtant à la fin vers la fille, comme pour lui demander si tout allez bien. Euh, excusez moi, vous pouvez faire un peu moins de bruit s'il vous plait ? J'essaye de faire une sieste, merci... Mais je vous ai jamais vu ici, vous êtes ...?

Plus gentil ? Non, juste que j'avais été plus méchant avec ma grande copine, en espérant que cela ai l'effet escompté. Et en regardant du coin de l'oeil vers elle, lâchant un sourire mesquin que seul elle pouvait voir. Après tout, c'est elle qui l'a cherché... Elle commence la guerre, elle peut être sur que ce n'est pas moi qui va signer l'armistice. Cette guerre ne s'arrêtera que lorsqu'elle aura assumer ses erreurs en s'excusant !

Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Sam 9 Fév 2013 - 20:23
[HRP: BON, puisqu'Eleanor n'est pas dispo en ce moment je propose d'avancer sur le post. Elle m'a MP jeudi pour me dire qu'elle posterait le soir même et ne l'a pas fait... j'en déduis qu'elle est partie en vacances pour sa semaine comme prévenu dans les absences. Alors.... je poste, je pense que comme ça on pourra avancer.]

Les pierres semblaient entonner une mélodie calme et paisible. Presque sensuelle. Le monde entier n’était plus que mouvement autour de Lin’, un mouvement incongru, imprévisible. Dérangeant. Sa tête, charriée comme autant de roches sur le lit d’une rivière en furie bringueboulait à gauche et à droite ne lui laissant aucun répit. Les voix qui résonnaient dans cet édifice s’approchaient de lui. A moins bien-sur que ce ne soit lui qui s’approchait d’elles. Il lui semblait bien qu’il marchait. Sans aucune consistance ni forme, le monde autour de lui se déroulait comme un infini clair obscur jusqu’à ce qu’enfin il agrippe une partie de la réalité.

A quelques pas de lui se déroulait un événement qui l’avait construit durant toute sa jeunesse, qui l’avait accompagné durant toute sa vie et qui manifestement l’avait poussé à la mort. Une bagarre. Des gens se crêpaient le chignon, du moins est-ce l’image qui lui venait en tête car, en lieu et place des cris de guerre et des hurlements sauvages, il y avait des petits gémissements et de claquements épars. Il s’appuya de colonne en colonne, recevant à chaque avancée au contact des pierres une douce onde de chaleur qui à la fois le rassurait mais participait presque à le maintenir sur ses jambes. Il y avait devant lui en effet des silhouettes, plutôt agitées. Des centaines, peut-être plus. Non plutôt une dizaine, non un millier. Il passa sa main sur son visage pour se calmer.

*Respire, Lin’. Rappelles toi de ce que Myshka le sage disait. Quand ton esprit s’embrouille… C’était quoi la suite. HE ! *

Un hurlement suraigu le tira de ses pensées. Une femme venait de crier. De peur en plus, ce hurlement typique qui ne s’arrête pas net après un coup à la nuque. Elle avait hurlé de terreur et ce cri venait d’en dessous. Serait-il possible que dans cet endroit on puisse marcher sur des gens ? Lin’ baissa les yeux et reçu de plein fouet et en pleine poitrine un projectile étrangement peu contondant. Composé de tissus et bourré de choses molles. Le projectile inefficace s’échoua aux pieds du colosse qui leva sur la personne qui lui faisait face un regard interrogateur. Du moins à l’intérieur, il se voulait interrogateur. Les personnes, car il y en avait bien deux, lui faisaient face avec un air incrédule arboré par les ignorants. Autant dire que Lin devait avoir l’air incrédule également.

- Euh, excusez-moi, vous pouvez faire un peu moins de bruit s'il vous plait ? J'essaye de faire une sieste, merci... Mais je vous ai jamais vu ici, vous êtes ...?

Le garçon qui lui faisait face était presque aussi grand que lui. Définitivement plus chétif, caché sous sa tignasse de corbeau, Lin’ resta un instant à épier ce visage avec circonspection. Non qu’il chercha à comprendre ou à reconnaître son interlocuteur. Plutôt qu’il s’assurait que la vision étrange de cette grande perche n’allait pas s’évanouir et le laisser à parler avec un mur. L’information monta au cerveau, se heurta à un mur de brouillard, redescendit vers la bouche puis au dernier moment remonta pour vérifier que tout était bon.

*Il te parle, Lin’ . Réagis bon sang. « Vous êtes… ? »*

- De mauvais poil. Avec la tête dans une calebasse qui arrête pas de tourner et j’ai pas bu une goutte de KamiKami. Je suis perdu, j’ai mal dormi, et j’ai faim. D’autres questions ?
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Sam 16 Fév 2013 - 2:35
Spoiler:
 
Face à une situation improbable, chaque humain réagit de manière différente mais la plupart du temps en trois grandes étapes. Il y a d'abord la confrontation au dilemme puis le déni qui conduit à la recherche d'une solution plus ou moins logique, normalement à ce stade-là si le dénouement est acceptable, le problème est résolu. Or il existe une quatrième étape pour les névrosés qui ne trouveraient pas d'aboutissement cohérent, dans ce cas-là, c'est une bonne grande vieille crise de nerfs qui les attend.
Yukisa s'aventurait déjà dans la deuxième phase, parce que oui, un cheval avec un visage humain, qui tient debout, qui est habillé, qui agresse un humain et qui parle c'est un peu dur à avaler. Le jeune homme impoli qui était apparu avait cependant réussi à atténuer légèrement les doutes malgré que son insolence et le fait qu'il ne soit pas le moins du monde impressionné par ce phénomène l'ait un peu décontenancé, mais quoi qu'il en soit, il restait tout de même humain. Et là, elle replongeait complètement dans le fin fond des abysses de l'incompréhension à la vue de ce géant qui avait bien failli mettre hors jeu son pauvre coeur. Ses mains toutes tremblantes avaient abandonné le sac qui était mollement retombé contre le torse du nouvel arrivant, celui-ci l'avait d'ailleurs regardé en haussant un sourcil comme si dans cette pièce et à ce moment, elle était la seule chose qui dénotait.
Le jeune homme aux long cheveux noirs avait quitté son champ de bataille et s'approchait désormais d'elle et du géant. Elle s'attendait à ce qu'il réagisse cette fois-ci comme une personne normale mais au contraire, il lui démontra qu'entre la femme mi cheval et le géant, il était le plus bizarre des trois.

Jeune homme impoli : Euh, excusez-moi, vous pouvez faire un peu moins de bruit s'il vous plait ? J'essaye de faire une sieste, merci... Mais je vous ai jamais vu ici, vous êtes ...?

… Une sieste ?

Géant : De mauvais poil. Avec la tête dans une calebasse qui arrête pas de tourner et j’ai pas bu une goutte de KamiKami. Je suis perdu, j’ai mal dormi, et j’ai faim. D’autres questions ?

C'était bien trop réel pour être un rêve et pas assez pour être la réalité. Son esprit était complètement embrumé, elle n'avait pas le temps pour jouer à ce jeu, il fallait qu'elle rentre, il lui restait des devoirs, un contrôle à préparer, et certainement une petite soeur affamée à nourrir. Ah, son sac, son téléphone… Yukisa s'accroupit devant son bagage et fit de son mieux pour faire abstraction aux deux voix qui résonnaient derrière elle, c'était pour le mieux. Oui, pour le mieux.
Ses mains blanches défirent à nouveau le noeud du cartable, elle ne prit pas la peine de sortir délicatement les affaires une à une et renversa directement tout le contenu qui s'écrasa au sol avec de petits bruits atténués par ses vêtements. Finalement, elle extirpa un petit appareil rose métallique et l'ouvrit dans un petit clic, l'écran s'illumina aussitôt et dévoila une photo colorée. Mais au lieu d'appeler la police comme elle le prévoyait, ses yeux restèrent rivés sur ce fond d'écran et ses doigts figés sur le clavier qui n'était plus aussi propre que dans ses souvenirs. La personne sur cette photo lui était inconnue, elle ne se rappelait pas avoir prit une telle photo et encore moins l'avoir affichée sur le menu. Et pourtant, le sourire de la jeune fille dans l'écran sous ce coucher de soleil lui était si familier, si doux, si triste…
Deux grosses larmes avaient déjà roulé le long de ses joues déjà rouges, elle commençait enfin à accepter ce flot de souvenir qui avait tenté de lui rappeler qu'elle était morte, un peu plus loin, dans un hôpital, près d'une soeur qui lui était étrangère et avec un couteau qu'elle avait connu.
Mais si Yukisa Tsukemi était morte à cet endroit, qui était-elle en ce moment ?

Yukisa : …Ça suffit…

La jeune fille lança violemment son téléphone qui connu une triste fin contre le mur de marbre, l'écran se brisa dans un grand bruit qui résonna en écho, surprenant toutes les personnes présentes. Elle se releva ensuite dans un mouvement brusque, lui causant un léger étourdissement, sa vue déjà brouillée par les larmes fut aussitôt obscurcit par un voile noir qui la fit défaillir. Elle se retourna et s'avança d'un pas déterminé vers les deux jeunes hommes qui devaient être persuadés qu'elle avait perdu la tête, ce qui n'était à vrai dire pas si loin de la vérité. Ses deux mains blanches se saisirent brusquement du col du garçon aux longs cheveux et l'attirèrent à sa taille, si elle l'avait choisit lui, c'était parce que même énervée, il était plus prudent de s'attaquer à celui qui semblait le moins dangereux.

Yukisa : Où sommes-nous ? Qui êtes-vous ?

Elle n'en pouvait plus, sa tête était un véritable champ de bataille, elle était au bord du gouffre. Si personne ne lui donnait les réponses qu'elle cherchait, tout ça allait mal terminer, elle venait de se transformer en bombe à retardement et sa crise de nerf allait être mémorable.
Invité
avatar
Invité
Re: Douceur sucrée. - Dim 24 Fév 2013 - 6:25

De mauvais poil ? Il est pas content ? Et alors ? C'est pas mon problème, je veux dormir, et si il me gêne, il a qu'à aller ailleurs ! Premier arrivé, premier servi, et si l'un d'entre eux, parmi les trois, n'était pas content, c'était le même tarif. Je regardai de haut en bas le colosse, il avait vraiment pas une silhouette banale d'un homme de mon époque. Enfin si, mais je doute que cette personne est était un catcheur dans une autre vie... Mais il semble a peine arrivé ici, comment se pourrait il qu'il vienne d'une époque antérieur à la mienne, car honnêtement, si ce n'est pas un catcheur, cela ne peut être qu'un homme de Cro-Magnon. C'était troublant, mais mon visage ne laissait paraître aucun signe de questionnement, venant de moi, ce serait étonnant, même si je ne connais aucune de ces personnes... Après m'être retourné vérifier où en étais le femme cheval, qui faut le dire tout de même, me laissait perplexe. De quelle époque pouvait elle bien venir ? Moyen âge ? Elle aurait été brûler vive parce que c'était une jument-femme ? C'était farfelu, non, impossible, mais après ce que j'ai vécu ici... Il y a quelques semaines, je pensais que l'on finissait tous au fond d'une tombe, il y a quelques semaines, je n'avais pas imaginé être le possesseur d'une épée contenant un des plus puissants dragons du monde, toute mythologie confondus, il y a quelques jours, je pensais qu'il n'y avait rien en dehors de cette académie... Tout peut changer, comme tout peut arriver, ce qui laissa sortir un léger sourire en coin avant de me retourner une ultime fois vers eux, ce qui semblait perdus... Enfin, celui plutôt, la fille, ayant eu sans doute marre du surplus d'émotion était parti près de ce qui semblait être son sac, et en sortit... Un portable ? C'est bien une jeune fille de mon époque ! Mais euh... Je crois que elle non plus n'est pas là depuis longtemps... Cela m'étonnerait fortement que ce truc marche ici... J'avais bien essayé de la prévenir, mais son connu une fin tragique avant même que j'ai pu ouvrir la bouche, et là, ce fut le drame. Elle semblait furieuse, à la limite de la rupture de nerf, et dans ces cas là, il fallait se défouler, il fallait un défouloir... Ce fut moi. Alors pourquoi moi et pas lui ? La réponse fut simple : Un bambou fait toujours moins peur qu'une baraque à frite humaine. Mais malheureusement pour elle, si j'étais moins "effrayant", je n'en étais pas moins dangereux, méchant. C'est ainsi que après avoir entendu ses pleurnicheries, elle avait les larmes aux yeux, donc ce sont des pleurnicheries, je lui attrapa l'une de ses mains et la serra fort, assez fort pour la faire lâcher et froncer les sourcils.

- Hé ! Lâche moi tu veux ?! Tu te prends pour qui à m'attraper comme ça ? Répondis je en me dépoussiérant rapidement. Tout d'abord, vous semblez bien être des nouveaux, alors je vais vous expliquer un truc simple. Pointant du doigt ce qui resté du téléphone portable et répondis d'une voix sèche.

- Ça tu vois, tu risquais pas avoir de réseau ou quoi : Tu es morte. Comme tout le monde ici. Même toi. dis je en me tournant vers l'homme qui écoutais ce que je disais, mais je ne pris pas le temps de regarder ce qu'il faisait, et repris instantanément en me tournant vers la fille.

- Ici, on est tous mort, comme je viens de le dire, c'est une école, une école pour apprentis dieux."

Les laissant reprendre leurs esprits par rapport aux nouvelles que je venais de leurs faire découvrir, je soupira un coup, et repris simplement.

- Vous avez d'autres questions ? Non ? Merci, au revoir.

Je ne suis pas un guide. Encore moins une brochure de vacance. Si ils veulent en savoir plus, qu'ils aillent voir les personnes qu'il faillent, moi c'est pas mon job, encore moins dans mon caractère. Je pris la route vers le parc à abricot, en espérant qu'ils n'aient plus "besoin" de moi, et que surtout, il y ait moins d'hystérique qu'ici...
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6659

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Douceur sucrée. - Jeu 27 Juin 2013 - 14:07

Bon, pas de réponse, je clôture. En espérant vous revoir un de ces jours.


Yukisa : 235 xps
Shaad : 200 xps

Xps attribués : Oui



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Douceur sucrée. -
Douceur sucrée.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page