Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Nuit mouvementée

Invité
avatar
Invité
Nuit mouvementée - Jeu 10 Jan 2013 - 23:23

Nuit mouvementée

Labeur nocturne

Il faisait déjà nuit noire depuis bien une heure désormais, et comme à son habitude, Modrus Hemrod, professeur de stratégie à la Deus Académia, sortait pour sa chasse quotidienne alors que les yeux de presque tous les résidents de l'académie divine étaient fermés pour se plonger dans le doux monde des rêves de Morphée. Il avait toujours cette habitude de sortir sous les étoiles afin de chercher toujours plus de serviteurs à appeler en cas de nécessité. Il cherchait à accumuler la plus grande quantité possible d'âmes de victimes de ses propres mains, afin de remplir Martyrs, son livre démoniaque et s'offrir ainsi le luxe de recevoir l'obéissance de nouveaux serviteurs contraints par la mort de lui vouer une totale écoute. Aucune lumière ne provenait de la chambre de sombre stratège, qui enveloppé dans une cape d'un noir intense ne laissait rien paraitre de son être hormis les deux rubis d'un rouge puissant qui lui servaient d'yeux. Ces derniers ressortaient de l'obscurité procurée par la capuche de cette cape qui touchait ses chevilles. Tel un démon, seule la lueur de ses yeux malveillants brillerait dans la nuit. Le jour simple professeur légèrement agressif, il devenait la nuit un terrifiant chasseur d'âme, détruisant toute vie sur son passage et s'emparant de tout espoir de futur à ces sur qui ses serres venaient à se fermer. Dans le calme le plus grand, il ferma la porte de sa demeure, reculée dans l'internat, à double tour, et logea avec attention la clé de cette dernière dans la poche intérieur de sa veste. Cette nuit, personne ne surprendrait l'homme démoniaque dans son labeur irrespectueux de la vie, du moins pas à cause de son indiscrétion. Son pas était silencieux et inaudible, aucun son ne provenait de son déplacement, et même la plus fine des oreilles ne pourrait être alertée de la fuite nocturne du jeune homme. Une nouvelle fois, il allait être le meurtrier d'innocente créature afin de se délecter de leur bien le plus précieux, leur vie, leur âme de vivant. Cette fois encore, il allait se diriger tout droit vers les terres inexplorées, qui malgré leur nom n'étaient plus si méconnues que cela du sombre professeur, qui avait déjà visité une grande partie de la frontière de ces dernières. Il est vrai qu'il ne s'était jamais aventuré très loin, mais bien assez pour déguster ce pour quoi il se déplaçait jusqu'à ce lieu. Prenant garde de ne croiser aucun des surveillants de nuit, il sortait enfin de l'enceinte de l'académie divine sans être repéré, et se dirigeait un sourire malsain au visage, vers ces terres regorgeants d'âmes n'attendant plus que sa venue.

Il lui faudrait environ une heure à pas tranquille pour arriver jusqu'à ces lieux, et ce serait très certainement durant ce temps, qu'il préparerait son mental à observer une nouvelle fois les pires scènes qu'il pouvait imaginer. Entre le sang qui allait être déversé dans toutes les directions, les corps meurtris dont les extrémités seraient peut-être coupées, et pourquoi pas les cris stridents des monstres dont il allait arracher la dernière larme de vie, il était certain que le spectacle ne serait pas délicieux à observer, mais pour un ancien meurtrier tel que lui, ce ne serait rien de bien nouveau. Après tout, il avait déjà de sa vie d'humain mortel fait preuve d'un sadisme hors du commun dans certains de ses meurtres, et depuis son arrivée ici, les monstres avaient déjà bien souvent été pris dans de grands fléaux de destruction malsains de la part de cet homme obscure et aux ambitions encore méconnues depuis qu'il avait posé le pied ici. On savait simplement qu'il n'avait pas les idées amplies d'amour et d'idéaux chevaleresques. Le vent soufflait légèrement alors qu'il marchait tranquillement, sereinement vers le peloton d'exécution d'un bon nombre de nouvelles créatures dont la nécessité de s'aventurer hors de leur cachette la nuit les emmènerait vers les bras de la mort qui ne les lâcheraient plus jamais. Son accoutrement pouvait d'ailleurs quelque peu rappeler celui d'une faucheuse qui vagabondait à travers les halées afin d'emmener avec elle les âmes des meurtris. A bien y réfléchir, plutôt que d'être surnommé un dévoreur, pourquoi Modrus ne s'auto-proclamait pas simple faucheur ? Après tout, il emmenait avec lui les âmes des morts, même si c'était lui le meurtrier de ces derniers. Cette pensée fût vite interrompue, alors que Martyrs, ce livre démoniaque et vivant se mettait à gigoter dans la main de son propriétaire. Il avait faim, et les proies n'étaient plus loin, en effet, il entrait enfin dans ces territoires hostiles qu'étaient les terres inexplorées.

La température était basse cette nuit là, et Modrus ne s'attendait pas à rencontrer quelqu'un d'autre que lui et ses futures proies ici. Il ne s'attendait certainement pas à tout ce qui allait se dérouler ici. Mais pour le moment, il était inutile de penser à tout cela, il dégainait déjà son katana, cette lame meurtrière dont l'immaculée couleur cachait pourtant bien des crimes. Quelques fines gouttes de pluie venaient s'ajouter à la scène, et tandis qu'il s'enfonçait dans cet hostile lieu dont il avait déjà visité les terres durant bien des nuits, il n'imaginait rien, pas même un instant ce qui allait lui tomber dessus cette nuit là. S'en réjouirait-il, cela restait à voir. En attendant, Martyrs grognait, il avait faim !

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Ven 11 Jan 2013 - 5:03

"A cette heure là? Tu es trop imprudente, ou stupide pour aller sur ces terres mais ça me plait cette idée. M'enfin... moi ce que j'en dis... tu sais que j'adore te voir une arme à la main mais j'ai pas envie non plus que ton si joli minois soit abîmé, on sort à peine de l'infirmerie." Voilà la réaction de Sören lorsque, exaspérée par son attitude, Sibylle avait décidé d'aller se lâcher là où elle n'avait jamais été encore: les terres inexplorées. Ce choix était déjà contestable mais quand on voyait qu'il faisait nuit c'était pire. Seulement qu'il fasse jour ou nuit était le dernier de ces soucis, il fallait qu'elle sorte. Aujourd'hui, Sören avait voulu faire son malin en prenant le contrôle de son corps pour cette tombola de Noël. Il s'était tellement bien débrouillé que son bras droit était bandé du poignet au coude à cause de tout les éclats de verre qui s'y étaient logés quand il était tombé sur les conserves qu'il avait brisés. Quel maladroit...dernière fois qu'il y avait accès. Rajoutez à cet accident son humeur massacrante des derniers jours et fallait que ça pète à un moment ou un autre.
Sibylle avait somnolé un peu dans l'après midi mais le sommeil définitif ne venant pas, elle s'était relevée. Comment en était-elle venue à vouloir aller dans les terres inexplorées? Tout simplement pour ne pas que les coups de feu soient entendus. Avant de partir, elle avait prit les clefs de la réserve pour prendre deux armes chargées et s'était dirigée vers les portes de l'académie après avoir pris soin de tout refermer derrière elle. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait deux armes aux hanches sauf que pour calmer sa fureur, de simples cibles en carton ne seront pas suffisantes d'où son choix des terres inexplorées.

La lune éclairait les reliefs du paysage et suffisait à guider ses pas. Elle était habillée tout en noir, histoire d'être la plus discrète possible, bottes en cuir noires, pantalon noir, chemise blanche certes mais les températures n'étant pas très chaudes, elle avait revêtu un long manteau noir juste fermé par une ceinture, les armes étaient dissimulées en dessous. L'esprit dans sa tête restait sous silence mais observait tout les alentours au cas où une chose surgisse de la pénombre. Qui viendrait ici à cette heure? Déjà de jour il ne devait pas y avoir grand monde mais de nuit... Toutefois, elle aurait bien troqué Sören contre le pouvoir de nyctalopie...c'était négociable?
Elle ignorait où elle se rendait mais qu'importe, tout les chemins menent à Rome comme on dit. Mais il fallait admettre que pour une citadine comme elle, se trouver seule ici relevait de l'insolite. La professeur continuait sa progression, prenant soin de faire le moins de bruit possible tout en restant attentive aux sons extérieurs. C'était loin d'être le genre à sursauter au premier hululement mais cet endroit n'était pas connu non plus pour être le plus sûr de ce monde.


*C'est vraiment classe cet endroit... On aurait du venir plus tôt.
Je t'en prie boucle la, fais toi oublier.
D'accord mais fait gaffe on est pas seuls.*

Sibylle s'immobilisa, cherchant à distinguer dans la pénombre une silhouette en mouvement. Ca aurait été plus pratique de préciser de quoi il s'agissait: humain, gobelin, autre créature? Sören avait certes la faculté de voir ce qu'il y avait aux alentours, surtout dés qu'il s'agissait de l'ouïe, mais ça ne le rendait pas plus utile pour autant et encore moins supportable. Ses yeux finirent enfin par le repérer. Lui aussi faisait tout pour se déplacer silencieusement...Quelle probabilité y avait-il franchement pour qu'ils se croisent ici en plein milieu de la nuit?
La jeune femme se déplaca furtivement pour se retrouver derrière la silhouette. C'est là que l'éclat de la lune se refléta sur un long objet métallique et il ne fallait pas être une lumière pour deviner qu'il s'agissait d'une arme. Ouvrant doucement son manteau, elle sortit une de ses armes de son étui et attendit le moment propice pour intervenir. C'était tout de même louche de se promener à cette heure ci. Bon ok, elle était sur place aussi mais en tant que professeur ça ne posait pas tant de problèmes. Or, malgré son arrivée récente à l'académie, la jeune femme avait pu constater la tendance de certains élèves à se trimballer avec des armes pour un rien et se risquer un peu partout. Après tout, ils sont morts et n'ont donc pas à craindre une seconde mort, c'était logique mais sa fonction lui indiquait qu'elle devait protéger les élèves. La garantie qu'il s'agissait bien d'un élève? Aucune d'où qu'il fallait s'en assurer.
Se rapprochant de l'homme, enfin c'est ce qu'elle supposait vu la taille et la carrure de la silhouette, elle ôta le cran de sureté et...bordel ce que cette vacherie faisait comme bruit en fait quand tout était plongé dans le silence. Avant que la personne ne se retourne, si elle avait entendu, la demoiselle posa une main sur son arme à la hanche, le doigt sur la détente. Quelques gouttes vinrent doucement marteler son visage. La pluie? Manquait plus que ça.


Il y a des endroits plus rêvés pour une sortie nocturne.

Sa voix était calme, presque doucereuse. Il faut dire que dans cet environnement chaque son prenait une proportion démesurée. Ne restait plus qu'à découvrir les véritables intentions de cette personne désormais.
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Ven 11 Jan 2013 - 15:05

Nuit mouvementée

Délicieuse rencontre

Les gouttelettes d'eau qui touchaient Modrus ruisselaient lentement le long de sa cape d'un noir intense. Il continuait d'avancer en faisant le moins de bruit possible, il était passé maître dans l'art de la discrétion, du moins quand on ne le suivait pas forcément. Il ne sentait pas dans son dos la présence de cette jeune femme qui comme lui, errait dans les terres inexplorées afin de se défouler et relâcher ses nocturnes et meurtrières pulsions que même les apprentis-Dieux ne semblaient pas pouvoir éviter. Même lorsqu'un être divin vient à vous conférer pouvoir et immortalité, le sentiment de colère et l'envie d'ôter la vie à un corps animé ne s'évanouit pas dans l'air. Son regard rougeoyant restait figé, cherchant à trouver son hors d'oeuvre et se délecter de l'âme de ce dernier en offrant son premier repas de la journée à Martyrs, qui grognait toujours plus sous le poids omniprésent de la faim qui l'enveloppait presque chaque soir. Fort heureusement pour le sombre professeur, ce train de vie ne changeait pas de son passé de meurtrier, où il ne dormait que très peu chaque nuit. Son corps était désormais habitué à ne pas trouver de long repos très souvent, et à passer de nombreuses nuit à vagabonder, sous la lune, les étoiles, et à arracher au monde des vivants des innocents qui se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment. Un homme tel que lui, n'avait jamais vraiment eu l'occasion de connaitre la beauté de l'amitié et le bien être que d'aimer ou d'être aimé en retour. Vivant depuis plus de deux siècles en grand solitaire, il s'était habitué lui-même à ne jamais compter sur personne, à ne jamais offrir sa confiance à qui que ce soit, et à ne recevoir jamais quelconque gratitude ou preuve de confiance en retour. Peut être tout cela allait-il bientôt changer avec les évènements qui s'enchainaient, tout d'abord, sa rencontre très spéciale avec Shaad et Pietro, un élève et l'un de ses collègues du corps professoral, puis, cette nuit, peut-être, allait il à nouveau découvrir une personne intrigante, intéressante, qui aura le mérite de faire s'éveiller en lui assez de curiosité afin de tenter une approche qui le mènerait peut être vers la découverte de ces deux sentiments qu'il n'avait jamais auparavant touché, ni même frôlé.

Il commençait enfin, à sentir la présence d'une autre personne dans son dos, mais était-elle hostile ou amicale, il n'en savait absolument rien. Martyrs était bien trop affamé pour tenter de percevoir quoi que ce soit de ce qui entourait le duo démoniaque, livré donc à lui-même cette fois pour tenter de savoir s'il risquait une quelconque offensive ou s'il pouvait continuer ce qu'il avait commencé. Les quelques sons d'armes à feu qui s'armaient n'évoquaient chez lui rien de bon, puisqu'on n'arme pas ses fusils lorsque l'on approche de quelqu'un en ami. Juste devant lui, sans que la personne qui se tenait derrière lui ne puisse le remarquer, deux piques se formèrent, prêtes à être lancées à vive allure sur cet inconnu afin de lui arracher toute vie et toute envie de s'attaquer à lui. Cependant, quelque chose d'autre gênait le sombre dévoreur, qui sentait ou plutôt entendait les mouvements d'une autre entité non loin de là. Devait-il feindre de ne pas sentir cette présence dans son dos et avancer vers cette entité située un peu plus loin, ou devait-il jouer la carte de la sécurité et d'abord régler ce petit problème qui se trouvait derrière lui ? Il n'avait pas vraiment le temps d'y songer, et se tourna vers l'inconnue, puisqu'il savait désormais qu'il s'agissait d'une femme, seul son regard rubis transperçait l'obscurité. Il rangeait son katana dans son fourreau, histoire de feindre une possible approche amicale, et se mit à avancer lentement vers cette dernière sans émettre le moindre son, ni prononcer le moindre mot. C'était toujours dans ce silence mortuaire qu'il allait en sa direction.

Les deux piques flottaient dans son dos, et alors qu'il approchait, une ombre menaçante sautait en direction de celle vers qui il venait de se tourner. D'un ample mouvement du bras, les deux piques meurtrières, foncèrent droit vers la demoiselle, à une vitesse telle, qu'un simple humain n'aurait pas été capable de percevoir le déplacement de ces dernières. Passant à raz du visage de l'inconnue, les deux piques s'enfoncèrent, dans le corps d'une bête abjecte, un autre de ces gobelins, de plus en plus présents dans la zone malgré les multiples expéditions du sombre stratège. Le sang qui s'évada de ce dernier éclaboussa peut être la dame, c'était impossible à savoir de là où il se trouvait. Il savait que deux fusils pouvaient lui assener une balle à tout moment, mais il avait pris le risque de sauver cette femme malgré tout, dans quelques secondes, peut-être sentirait-il la douleur d'une balle qui traverse la chaire, mais il était prêt, il avait fait un choix, et il ne le regretterait pas même s'il devait en souffrir. Pour ce qui était de l'âme de la créature, cette dernière, dans une aura verdâtre, s'arracha au corps, et dans ce mouvement habituel, cette aura se dirigea sous la cape du professeur de stratégie, dévorée par Martyrs, qui commençait son nocturne festin.

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Sam 12 Jan 2013 - 16:14
Pour une première sortie dans les terres inexplorées, elle ne l'oublierait pas sans doute. Certains diraient qu'on a pas idée de s'y rendre de nuit et seule mais la jeune femme répondraient qu'ils ne sont que des trouillards. L'inconnu se doit d'être exploré, aussi parfois surmonter ses peurs ne fait pas de mal. Du temps de son vivant...Que ça lui faisait toujours aussi étrange de dire ça. "De son vivant"... Elle était vivante mais pas au même sens que ceux de "l'autre monde". Raaah cet enfer ne finirait jamais. Autant certains jours ça se passait bien, c'était presque normal, que d'autres jours elle se retrouvait exactement comme au moment de son arrivée et c'était pas vraiment beau à voir. Et dire qu'à l'époque, la jeune femme passait ses nuits soit avec son frère, au casino ou avec les autres membres de la mafia souvent des anciens amis de son père. Aaah le casino, ça lui manquait, autant que sa moto. Son noir mat, ses jantes, ses compteurs, le ronronnement de son moteur, son 240 à l'arrière. AAAAH y avait-il pas moyen d'en amener une ici? Si seulement... Mais même si elle retournait sur Terre, il est peu probable qu'elle la retrouve, vu l'état dans laquelle elle a du être retrouvée, elle aura sans doute finie à la casse. Une si belle bécane...

La silhouette se tourna vers elle. Respectant l'ordre de se taire, Sören ne sortait pas un mot mais la jeune femme percevait une sorte d'angoisse. Tiens, de l'angoisse, c'était nouveau chez lui...Il fallait s'en inquièter? Mieux valait ne pas prendre de risques. Et quels yeux... Ca lui rappelait les cauchemars quand elle était enfant et qu'elle avait encore peur du monstre sous son lit... Il fallait toujours que Noah regarde avant d'aller se coucher. Même s'ils avaient le même âge, il avait toujours été plus courageux qu'elle.
Mais l'inconnu rangeait son arme... ami alors? Avec de tels yeux... Sibylle resta méfiante, l'arme toujours en main. Malgré la pluie, la lune parvint à percer les nuages, laissant la demoiselle voir deux piques en... en... bonne question mais ça ne présageait rien de bon. Un pas de plus et elle pointerait son arme entre les deux yeux de l'inconnu, et n'hésiterait pas à appuyer sur la détente. Ces choses ne devaient venir que d'un pouvoir et le sien n'étant ni offensif, ni défensif -enfin ça dépendait du point de vue- le seul moyen de remédier à cette menace était de s'en prendre à l'auteur lui même.


*DERRIERE TOI!*

Sibylle se retourna et n'eut que le temps de voir une silhouette s'effondrer et sentir une chose visqueuse et chaude l'eclabousser. Elle ne faisait aucun mouvement. Nan... ce n'était quand même pas... Cette simple perspective la révulsait... Mais ce n'était rien face à cette...chose verdâtre qui sortait de la créature et qui rejoignit l'inconnu. La professeur ne la quittait pas des yeux et la suivit jusqu'à l'encapuchonné.

Et bien, on me l'avait jamais faite celle là encore...

C'est vrai, depuis son arrivée à l'académie, c'était la première fois qu'on l'éclaboussait de sang et qu'on faisait sortir un truc vert d'un corps. Un corps de quoi d'ailleurs? On lui avait parlé de gobelins mais il n'y avait pas que ça. Des gobelins... ce monde était vraiment surréaliste et elle devait se sentir à l'aise ici? Gardant son arme en main, elle sortit une mini lampe de poche pour mieux distinguer la créature. Sauf que lorsque la lumière fut, on ne peut pas dire qu'ils se trouvaient devant une vision de rêve. Elle éteignit la lampe rapidement non sans avoir jeté un coup d'oeil à ses fringues rapidement et le bilan n'était pas glorieux. Ce n'était pas possible ça! Ses fringues étaient impeccables et il fallait qu'un... je-ne-sais quoi l'éclabousse de sang. Même sur du noir c'était hyper chiant à laver! Et avec cette pluie ça allait se fixer...merci bien Mr l'inconnu!

*Il t'a juste sauvé la vie hein...*
Y a pas de vie vu qu'on est déjà mort...

Zut...elle l'avait dit à voix haute. Foutus réflexes... Rabattant la capuche de son manteau sur ses cheveux dorés, la demoiselle se tourna vers l'encapuchonné aux yeux rouges.

Pas toi j'parlais à... ...peu importe.

Une clope... elle avait soudainement envie d'une clope mais ce n'était pas perdu au milieu de l'obscurité qu'on allait lui en vendre ou lui en donner. Mais Sören lui indiquait déjà une autre présence derrière. Au tour de Sibylle cette fois. Elle se retourna et dés qu'elle vit la silhouette de cette créature se diriger vers eux, elle leva son revolver et pressa la queue de détente qui libéra la balle. La créature s'effondra et la demoiselle elle savait qu'elle ne l'avait pas loupée. Mais elle n'était qu'à moitié satisfaite...

Si avec ça les autres se ramènent pas... Ca vous dérange pas j'espère?Bon... continuons.

Une fois elle le tutoyait, après elle le vouvoyait... De toute manière, que ça le dérange ou pas, ça n'avait que peu d'importance car vu le boucan provoqué par l'arme, d'autres créatures allaient sans doute rappliquer. Elle sortit le chargeur de son arme pour vérifier qu'il restait des balles. Elle le savait déjà mais c'était un réflexe. Puis elle enleva le cran de sureté de l'autre qui était toujours dans son étui pour le moment, on n'est jamais trop prudent. La demoiselle continua ensuite son chemin, passant à côté de l'inconnu que Sören surveillait au cas où. Inutile de rester sur place, autant en profiter pour explorer d'autres coins.
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Dim 13 Jan 2013 - 17:49

Nuit mouvementée

Alliés d'une nuit

Alors que le festin de Martyrs commençait seulement, Modrus se devait de trouver plus d'âmes à lui fournir afin de lui remplir cet estomac démoniaque. Il exigeait de plus en plus d'âmes, ressentait à chaque instant plus la nécessité de dévorer des âmes dont la force était supérieure aux précédentes victimes. Bientôt, si les choses ne changeaient pas, Modrus devrait peut être passer à des adversaires plus coriaces afin de contenter cet être démoniaque, son identique physique, son jumeau. Ils étaient mentalement très différents, avaient chacun leur enveloppe, mais étaient voués à vivre ensemble jusqu'à ce que la mort les sépare. La mort ? Mais n'étaient-ils pas immortels ces êtres qu'ils étaient censés être ? Jusqu'à la dernière nuit de cet univers, ils allaient devoir se supporter et s'entraider sans jamais attirer l'attention. Après tout, qui pouvait bien savoir quelle serait la réaction des directeurs s'ils venaient à apprendre que Modrus avait en sa possession un livre qui ne renfermait rien d'autre qu'un démon, qui lui aussi, dévorait des âmes, non pas pour augmenter sa puissance, mais bien pour survivre. C'était la seule différence entre eux, le professeur de stratégie dévorait des âmes pour augmenter sa puissance et ainsi être plus efficace au combat, tandis que Martyrs lui, se devait de se nourrir de ces dernières afin de ne pas tressaillir et tomber les abysses de la mort. N'est-ce pas paradoxale de dire "Mourir de faim" pour un être qui doit logiquement être doté de la vie éternelle et être voué à s'éteindre uniquement le jour où l'univers tout entier viendra à rendre son dernier soupir et sombrer en sa compagnie ? Amusante réflexion qu'ils pourraient ensemble avoir, un de ces jours, lorsque l'estomac du démoniaque habitant du livre serait remplit à raz-bord, frôlant la remontée. Mais trêve de bavardages, revenons-en à la situation initiale de cette nuit là, alors qu'il pleuvait de plus en plus fortement.

Cette demoiselle, dont Modrus venait peut-être de sauver la vie, n'avait pas dégainé ses armes afin de planter une balle dans la chaire divine du stratège, par manque de réaction, ou par compréhension du fait qu'elle n'était pas la cible de ces deux fusées propulsées par le professeur. A la place, elle eut une toute autre réaction, comprenant par il ne savait quel miracle, qu'une autre bestiole allait lui bondir dessus. Ses deux armes à distance s'avérant fort bien utiles, elle se défaisait avec grande facilité de ce prédateur qui ne se transformait qu'en vulgaire proie. Le corps, retombait lourdement au sol, sans vie. Contrairement à l'habitude, aucune aura verte ne s'évada du cadavre, Modrus n'extrayant pas les âmes des vivants qu'il ne tuait pas lui-même. Après tout, il soulignait souvent le fait qu'il n'était pas un rapace, simplement un prédateur qui aimait dévorer les proies qu'il avait lui-même chassé. La demoiselle avait parlé, toute seule en fait, sans s'adresser au sombre stratège. Il n'avait pas relevé les paroles de cette dernière, trop occupé à écouter les mouvements alentours. Elle s'était avancée vers lui, d'un pas semblant peut-être trop certain. Qu'est-ce qui pouvait bien lui faire croire qu'ils allaient être amis et qu'elle n'allait pas recevoir un violent, précis et rapide coup de katana, lui tranchant l'abdomen d'un coté à l'autre ? Une intuition sans aucun doute. Il y avait fort à parier que le fait qu'il avait rangé sa lame très rapidement en apercevant une silhouette humaine avait renforcé la confiance de la jeune femme, même s'il ne pouvait pas affirmer qu'elle le prenait pour un véritable allié ou plutôt comme la possibilité de se distraire en tuant bien plus facilement un certain nombre de créatures bien dérangeantes. Il allait faire comme si de rien n'était, et allait simplement répondre, d'une voix tout à fait neutre à la remarque qu'elle lui avait faite.

- En effet, il vaut mieux se mettre directement en route. Cependant, nous sommes dans le territoire de la tribu du pic de l'aurore, et à environ 2km d'ici se trouvent les grands nids kobolds de la tribu des Bwar. Alors, sachant que cette tribu de gobelins est énorme, il vaudrait mieux si vous souhaitez explorer ici tenter de rejoindre les territoires Kobolds afin d'être plus tranquille en surface. Ici, notre présence n'est pas désirée, et les assauts ennemis seront très nombreux. En terrain kobolds, nous n'auront qu'à éviter de tomber dans un de leur trou.

Sortant une nouvelle fois sa lame du fourreau, il s'avança vers les hautes herbes et tourna ensuite la tête vers la demoiselle. Ôtant l'espace de quelques secondes sa capuche afin de montrer son visage puisqu'il avait vu le sien, montrant ainsi qu'il était comme elle, un humain, il lui adressa quelques dernières paroles.

- Que diriez-vous donc que nous allions jusqu'aux terres dont je vous ai parlé afin de nous sentir plus à l'aise si vous souhaitez tout comme moi chasser pour l'amusement ?

Bien entendu, Martyrs, hurlant dans la tête de Modrus montra son désaccord, lui qui était solitaire et voulait manger le plus possible, ne voyait pas de bonne augure la venue d'une personne supplémentaire. Mais le sombre homme n'entendait pas de cette oreille, et ferait équipe avec la délicieuse blonde, si cette dernière le souhaitait aussi.

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Sam 19 Jan 2013 - 3:36
Ah quelle pluie, peut-être aurait-elle du se poser la question du temps qu'il ferait avant de se lancer à l'aventure dans ces terres inconnues. Pourtant elle adorait la pluie, surtout quand l'orage l'accompagnait. Enfant elle regardait souvent les orages avec son frère, juste pour voir les éclairs. Que de souvenirs. Mais le moment n'était pas à la rêverie, l'endroit était hostile, il ne fallait pas l'oublier. Sören attendait que sa 'chérie' bouge sans quitter l'inconnu des yeux. Inconnu mais dont il ne voulait pas connaitre l'identité. En même temps cela était inutile non? A moins qu'ils veuillent se revoir à l'académie, et ils étaient loin d'en arriver là, connaitre le nom de l'autre n'était pas vital alors ils s'en passeraient. Puis bon, rien ne garantissait qu'il donne le vrai. Il n'avait rien d'un enfant de choeur, c'était évident ..et peut être qu'elle non plus d'ailleurs qui sait. Quoiqu'il en soit, l'autre évidence mise en avant était que toute seule, dans un endroit aussi vaste, la jeune femme aurait beaucoup de mal à retrouver le chemin de l'académie, surtout si des ...bestioles lui tombent dessus en plus. Oui, elle aurait pu y penser avant de partir mais on fait beaucoup de choses sous le coup de l'adrénaline, et Sibylle marchait beaucoup avec ça.
Tout ça pour arriver à l'invitation de l'inconnu. "Chasser pour l'amusement" Euuuh c'était pas son but premier mais si ces créatures débarquaient il faudra bien partir à la chasse. Seulement ce qui avait précédé l'avait plus marqué. Gobelins... Kobolds... tribu... Elle se souvenait pas avoir mangé un quelconque abricot hallucinogène pourtant. Légèrement destabilisée, son esprit mit un peu de temps avant de répondre à la question de l'homme dont elle avait enfin pu distinguer le visage. Non il ne lui disait vraiment rien, mais peut être qu'ils se retrouveront dans l'académie, ou pas.


Vous avez l'air de mieux connaitre ces lieux que moi, je vous fais confiance.

Bon, faire confiance était un bien grand mot, très grand même mais c'était plus pour dire "ok j'vous suis". Qu'est ce qu'elle aurait pu dire d'autre? L'excitation lui disait de continuer, et non elle ne confondait pas avec Sören. Ce dernier était même silencieux mais la jeune femme ressentait son envie d'aller plus loin. Cependant, il y avait des questions qui brûlaient les lèvres de la blonde.

Dites moi aussi... Les gobelins, les kobolds ok, mais on devra arriver à quel niveau et avoir combien de PV minimum pour s'attaquer au chef? Et le boss de fin ici c'est quoi? Un PNJ avec le skin de Rambo? Nan j'ai mieux... un spectre qui aspire les âmes... Quoique non...c'est peut être mal choisi.

C'était vraiment l'impression qu'elle avait quand on lui parlait de gobelins et kobolds. Ce qu'elle avait pu en tuer lors de ses parties de jeux en ligne. Mais là... il y avait une preuve tout juste en train de refroidir sous la pluie non loin d'eux et pourtant ça ne lui sonnait pas crédible. D'où que la curiosité l'incitait à aller plus loin afin d'être persuadée que tout était vrai. Rangeant temporairement ses armes, Sibylle enfila des gants fin en cuir pour garder un peu ses doigts au chaud, plus pratique pour appuyer sur la détente tout en suivant l'homme à capuche, s'assurant de l'avoir toujours au coin de l'oeil maintenant qu'il avait de nouveau sorti sa lame. Et puis elle se demandait bien ce qui avait pu attirer cette chose verte.

*Saloperie de pluie, j'entend rien avec ta capuche*

Ah, il n'était pas resté silencieux bien longtemps. Mais elle comprenait ce qu'il voulait dire. L'eau tombant sur la capuche faisait "echo" ce qui n'était pas pratique pour tenter de distinguer les bruits que faisaient les bestioles. Elle enleva donc sa capuche, au pire ses cheveux seraient mouillés et il lui faudrait une bonne douche bien chaude à son retour c'est tout. Enfin... qu'est ce qui lui garantissait qu'elle reviendrait sans problèmes? Après tout d'après ce que l'homme avait dit c'était blindé de bestioles ici. Et bien rien en fait mais ça ajoutait à la poussée d'adrénaline.

Dites on est à combien de l'académie ici à peu près? Maintenant que les nuages ont camouflés la lune je ne distingue plus rien... et j'crois que j'ai cours demain... C'est quoi votre pseudo au fait?

Bon, au final elle n'avait pas résisté, l'inconvénient des réflexes. Et pourquoi elle lui racontait sa vie aussi? Ah décidément le temps ne l'améliorait pas. Elle le suivait toujours, parlant normalement, sans tenter de couvrir le bruit de la pluie car de toute façon à coup sur ça les ferait repérer si ces choses étaient à les observer non loin. Sa main droite ne lâchait pas sa lampe par ailleurs, éteinte bien sur mais prête à être allumée pour être sur de pas louper la cible. Sibylle avait beau être une bonne tireuse, aucun don de nyctalopie s'était développée chez elle encore et Sören ne lui était pas plus utile pour ça. Ah si seulement il n'y avait pas cette pluie...
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Dim 20 Jan 2013 - 22:37

Nuit mouvementée

Différentes époques, différentes cultures

Le jeune professeur restait silencieux, toujours présent non loin de sa collègue dont il ne connaissait malheureusement toujours rien, pas même l'identité. Fort heureusement, les premières paroles de la demoiselle en réponse à son précédent monologue se faisaient très agréable, puisqu'elle admettait lui faire confiance à la vue de ses connaissances sans aucun doute bien plus précise des lieux que ne l'étaient les siennes. Après tout, il était un traqueur, pisteur et maître de la stratégie. Il passait la grande majorité de ses nuits au clair de lune à chasser bon nombre de monstres afin d'accroitre sa puissance, alors bon, des zones comme celle-ci, il en connaissait désormais un rayon. De plus, il se renseignait toujours sur les lieux qu'il allait visiter avant de s'y aventurer et ainsi éviter toutes sortes de mauvaises rencontres et ainsi rentrer intact au petit matin à l'académie divine, où il se plongeait sous ses couettes et déléguait le cours de stratégie à ses collègues ou ses assistants. Après tout, même les élèves appréciaient quand leur sympathique professeur Modrus ne se présentait pas en salle de classe, cela évitait retenues, devoirs et autres interrogations totalement hallucinantes en terme de difficulté, que même le premier de classe ne parvenait pas toujours à résoudre. C'était un somptueux mélange de stratégies anciennes avec des plus contemporaines, mais dans un contexte tellement ciblé et délicat à gérer, que cela rendait la difficulté bien supérieur à ce qu'elle ne devrait l'être en temps normal. Tout ça pour dire, que Modrus savait ce qu'il fallait faire dans des lieux comme celui où il se trouvait actuellement avec cette jeune femme qui malheureusement usait d'un type d'armes bien trop peu discret dans de telles étendues hostiles. Cependant, la suite des réponses de la jeune femme n'allait pas être de pareille appréciation pour le sombre stratège, qui ne l'oublions pas est décédé vers le milieu du dix-neuvième siècle et qui n'a donc pas connu toutes les belles inventions auxquelles a très bien pu bidouiller sa mystérieuse collègue.

Après tout, ils n'étaient pas de la même époque, et des mots qui sonnaient tout simplement comme étant normaux pour la petite blonde ne sonnaient chez Modrus que comme des ovnis dans son champ lexical. D'ailleurs, il ne savait même pas ce qu'était un ovni, n'en ayant jamais vu ni même entendu parlé. Quelques discussions entendues de ci de là entre les étudiants dans les couloirs. Elle parlait de niveaux, de PV, de PNJ, de skin et bientôt de Rambo. Il savait très bien qui était Rambo car l'un de ses élèves étaient de son vivant un grand amateur de films de guerre bien barbares, mais pour ce qui était du reste, il en ignorait tout. S'il avait eu un jour la chance de dialoguer avec un élève fan de jeux vidéos ou même d'entendre une discussion avec comme sujet central tout ça, il aurait peut être eu l'air moins bête, mais ce n'était pas le cas, et il se retrouvait bien dépourvu face aux paroles si incompréhensible pour lui de la jeune Sibylle. Il réfléchissait quelques secondes à ce qu'il allait bien pouvoir lui répondre, mais rien ne lui venait à l'esprit, et il ne se voyait que trop peu en train de lui demander d'expliquer ce que signifiaient toutes ces lettres groupées en mots étrangers à son cerveau pourtant fournis d'un fameux bagage lexical de part sa naissance en famille aisée et proche de la monarchie Allemande et Belge des années 1800. A son grand bonheur, elle rajouta une autre question, à laquelle il aurait bien plus d'aise à répondre sans trop avoir peur de passer pour un véritable crétin des îles. Bien que le mot pseudo lui était méconnu, il avait estimé que cela signifiait prénom dans la langue de l'étrange jeune femme. D'une voix grave, mais néanmoins frôlant de l'amical, il se mit à lui répondre.

- Nous nous trouvons à moins de deux heures de route de l'académie, mais vu le temps, nous devrions compter une bonne demi heure de plus. De mon coté, je compte m'enfoncer encore plus dans ces terres et m'éloigner un peu plus de l'académie, mais libre à vous d'y retourner. Je me nomme Modrus Hemrod, et suis professeur de stratégie. Puis-je vous demander votre nom également ?

Il soupira, continuant d'avance en attendant la réponse de la jeune femme, mais puisqu'il n'était pas patient de nature, il ne resterait pas à ne rien faire en attendant la réponse. Il attendit donc une réponse, puis, continuant toujours d'avancer vers l'avant, s'exclama d'une voix redevenue moins amicale, sans doute pour garder un comportement plus neutre à l'égard de sa rencontre.

- Pouvons-nous continuer notre avancée avant que leurs amis n'arrivent ? Ou souhaitez-vous rentrer dès maintenant ? Auquel cas je ne vous retiendrai pas.

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Sam 16 Fév 2013 - 2:06
Elle avait déjà marché pendant plus de deux heures? Que le temps passait vite... Ne connaissant rien de ces lieux, son esprit était plus attiré par la topographie de ces terres que par le temps. Toutefois ça ne résolvait toujours pas le problème de trouver son chemin du retour. A force de persévérance, elle y arriverait sans doute mais quand elle s'était dit cela, ces terres n'étaient pas celles de World of Warcraft infestées de gobelins et kobolds. Sibylle voulait néanmoins continuer. Pas à cause de cette peur de ne pas retrouver l'académie, mais à cause de sa curiosité qui l'emportait. Sören était d'ailleurs très intéressé lui aussi. Il ne cessait de répéter que ça manquait d'action entre les quatre murs de leur chambre, là il ne pourrait pas se plaindre.

Je m'appelle Sibylle Alaynna Ethellan, prenez le prénom que vous voulez. Je suis professeur de maîtrise d'armes à feu depuis peu. Et l'autre à qui je parlais tout à l'heure c'est Sören, personne peut le voir et non j'suis pas folle, c'est... mon "don". Il est pas méchant, juste agaçant, pour moi malheureusement.

*Retourner à l'académie? Il se moque de nous et de tes chargeurs pleins. Tes joujous sont à peine chauds.*

Il jubilait, rêvant de tenir les armes lui même. Mais déjà la professeur suivait son collègue à travers les chemins escarpés. On pourrait croire que ses bottes ne seraient pas adaptées à une telle randonnée. Toutefois la demoiselle avait tellement l'habitude de les mettre en toutes circonstances qu'aucun terrain ne les lui ferait enlever. Bon, fallait admettre que la pluie n'arrangeait rien mais bon sang elle était pas en sucre!

Pourquoi me parlez-vous sans cesse de repartir? Vous ne me croyez pas capable de suivre le rythme?

Un sourire s'esquissa sur ses lèvres. C'était un peu provocant certes mais ce n'était pas sérieux...enfin si dans le fond mais le but n'était pas de s'attirer ses foudres. Le suivant de près, tout ses sens étaient en alerte et se préparaient à une éventuelle attaque des créatures. Sören faisait attention lui aussi, tentant de mettre de côté le bruit continu des gouttes d'eau s'abattant sur le sol. Elle avait voulu de la nouveauté, elle était servie. De son vivant, elle n'avait tenu des armes à feu que dans l'enceinte d'un centre de tir et n'avait jamais eu à se défendre avec. Quant à ôter la vie de quelqu'un...n'en parlons pas. Enfin, on ne pouvait pas dire que ces créatures comptaient vraiment en tant que "quelqu'un", on dirait plus "quelque chose".
Ses cheveux lui collaient à la peau et avaient même la fâcheuse tendance à se mettre devant ses yeux, ce qui n'arrangeait pas sa progression. Quelque chose finit toutefois par attirer son attention. Etait-ce un simple animal comme un renard ou une de ces bestioles les suivant? Sören continuait d'observer cette silhouette mais il devint vite évident que la chose était trop grosse pour être un renard. Elle arma de nouveau une de ses armes mais préféra attendre avant d'agir. L'attente fut payante car la créature partit. Soit ce n'était pas un de ces gobelin en fait, soit ils étaient arrivés en territoire kobold et les deux ne préféraient pas se mêler.


*Kh... ça manque un peu d'action tout ça. Tout ce qu'on va gagner c'est une extinction de voix et sentir le chien mouillé, allez vire de là blondasse.*

Prise d'un violent mal de tête, Sibylle s'immobilisa juste quelques secondes, juste le temps de la refourguer aux confins de son propre esprit pour laisser Sören prendre les rênes. C'était comme ouvrir la cage du tigre... Il accéléra le pas, dépassant Modrus. L'inconnu ne l'effrayait pas le moins du monde et pour une fois qu'ils étaient de sortie, autant en faire le max possible. Ses doigts trituraient les revolvers. Il les tenait enfin, il pouvait enfin les contrôler, appuyer lui même sur la queue de détente pour lâcher le percuteur qui viendrait faire exploser la poudre contenue dans la cartouche. Aah que c'était grisant cet état.

Alors c'est ça le territoire des kobolds... aussi sinistre qu'un cimetière ma parole.

Si tout à l'heure sa voix était juste taquine, désormais elle était cassante. Le collègue de Sibylle s'en apercevrait sans doute et n'y ferait peut être pas attention mais ce qui était quasi sur, c'était qu'il croirait que toutes les paroles prononcées viendraient de Sibylle et non de l'autre. Il en irait de même pour toutes ses actions et elle avait peur des conséquences qu'elles pourraient avoir.

Je croyais qu'on était venu ici pour chasser alors où sont les proies? Je compte pas jouer à cache cache toute la nuit sous une pluie battante pour de malheureuses miettes.

L'esprit de Sibylle, encore sonné par cet échange aussi brutal, ne parvint pas à arrêter le geste qui suivit: il leva l'arme vers le ciel et pressa la queue de détente, laissant le bruit du coup retentir dans les environs.

Maintenant on devrait avoir des proies à ne plus savoir quoi en faire.

[Je m'excuse pour le retard et j'espère ne pas avoir été trop loin. Si c'est le cas dit-le moi]
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Ven 22 Fév 2013 - 22:16

Nuit mouvementée

Dans les terriers

Alors que le temps passait et que la nuit continuait à défiler, le duo, qui pourrait plus être comparé à un quatuor qu'autre chose avançait à travers les territoires gobelins afin de rejoindre ceux kobolds pour entamer une partie de chasse qui s'avèrerait sans doute très excitante, à la poursuite de créatures plus malignes et surtout bien plus difficilement débusquables à cause de leur fâcheuse tendance à s'enfermer sous terre. Modrus de son coté, savait très bien comment faire sortir ces monstres sans même leur permettre de remarquer leur présence et ainsi les prendre de court, les frappant par surprise et sonnant ainsi le glas et semant la panique dans leurs lignes. Alors que la demoiselle s'était présentée, il avait eu ainsi un retour quant à sa propre présentation. Ainsi ils étaient deux professeurs dans cette nuit froide et pluvieuse à chercher une manière de relâcher leurs pulsions meurtrières sur de pauvre créatures. Mais alors qu'ils arrivaient là où ils devaient aller, Sibylle reprit la parole, d'un ton différent, avant de tirer un coup de feu perturbant le calme perturbé uniquement par les assauts de la pluie.

- Non mais ça va pas la tête ? On est dans le territoire de créatures souterraines, ce genre d'agissement ne va faire qu'une chose, leur donner un avantage certain face à nous. Si c'est vous faire tuer que vous cherchez, alors fallait le dire immédiatement, je me serai passé de vous accompagner. Quoi qu'il en soit, j'ai plus le choix maintenant, faut croire qu'ils vont arriver à un moment où l'autre, alors soyons sur nos gardes.

A peine eut-il terminé cette phrase, aussi longue puisse-t-elle être, sous ses pieds, la terre se mit à gronder, les cailloux commencèrent à bouger, et cela ne disait rien qui vaille pour le duo. Deux trous se créèrent sous Modrus, et le stratège fût directement attrapé au niveau des mollets, tiré vers le sol avec une force prodigieuse. Tout son corps passa à travers la terre, créant un trou énorme de la taille de son corps. Il n'avait pas eu le temps de voir ce qui lui arrivait, ni même de savoir si Sibylle avait subi le même sort, mais tout ce qu'il était apte à voir pour le moment, c'était la surface qui s'éloignait, et l'obscurité qui l'entourait de plus en plus, son corps frappant de tous les cotés les parois qui devenaient de plus en plus proches à mesure qu'il s'enfonçait. Au bout de quelques longues minutes de chute, il arrivait enfin au fond du trou, heurtant le sol violemment, le visage en sang et les vêtements troués de manière presque affolante. Son atterrissage avait été amorti grâce à des tonnes de feuillages semblant être là spécialement pour ce genre de mission qu'effectuaient les kobolds partant à la surface. Au moins, ça lui avait évité la mort, même si son état n'était pas des plus joyeux.

Il ne voyait pas l'autre professeur avec lui, mais voyait très bien les quelques créatures qui armées de lances faisaient face à lui, il était tombé dans leur nid, et il était certain d'une chose, c'était qu'il allait avoir bien du mal à en sortir.

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Mer 27 Fév 2013 - 21:24
[Exceptionnellement, je parle à la 1ère personne pour démarquer de Sib lorsque Sören prend le contrôle, j'espère que ça te dérange pas]

Et bien... ce 'collègue' qui paraissait si sérieux tout à l'heure était devenu bien pâle juste après mon coup de feu. Et ça jouait aux gros bras. Pourquoi se plaignait-il? J'avais apporté de l'animation au moins. De mon côté en tout cas, je n'arrivais pas à me défaire du sourire sur mes lèvres. Enfin... Celles de Sibylle mais ça revenait au même. Il fallait que je prenne le dessus, me contenter d'entendre la pluie ça allait bien 2 minutes... D'habitude je restais dans mon coin d'esprit sans bouger mais là avec ces bijoux entre les mains et tant d'espace pour s'amuser, la tentation était définitivement trop forte.
L'esprit refoulé de Sibylle se réveillait peu à peu. Kh...elle allait surement m'engueuler mais bon qu'importe, j'avais le dessus et je comptais bien le garder. Enfin...encore fallait-il que je garde le sol sous mes pieds.


Ch***...

Le sol s'ouvrit sans prévenir, cherchant à m'aspirer. Je parvins toutefois à m'agripper sur le bord à une fine racine. Il fallait que je me hisse pour sortir de là mais la plante en décida autrement et lâcha. Le choc qui suivit fut assez brutal mais sans douleur. Il faut dire aussi qu'ayant quelques problèmes à contrôler son corps parfaitement, le cerveau n'arrivait pas à ressentir la douleur quand je le dirigeais. Pratique dans bien des situations mais ça faisait toujours rager la blonde qui se plaignait qu'elle avait mal quand elle reprenait le contrôle.
De nouveau sur pied, je cherchais mes armes que j'avais lâché dans ma chute. Après le coup de feu et le bruit de l'éboulement, il était certain que je ne serai pas seul très longtemps et il valait donc mieux éviter d'avoir les mains vides. Oui tiens... il était où l'autre?


*Aaah enfoiré... t'avais que ça à fo*tre? Niveau idée débile t'as touché le fond...
Désolée chérie c'était un peu trop plat à mon goût*

Bon, elle s'était réveillée plus tôt que ce que je pensais. Tant pis, je ferai avec... Ce n'était pas elle qui allait gâcher mon plaisir, même elle ne le pourrait pas.

*'tin la chute... Je suis encore entière au moins?*

J'étais tenté de l'envoyer balader mais en y prêtant attention, je remarquais qu'en effet, il y avait quelques problèmes. Rien de cassé certes mais quelques plaies ici et là... Une à la cuisse droite, au bras gauche, aux mains, dans le cou également... Arf, ça guérirait une fois qu'on sera rentré. Du moment que je ne sentais rien, ça ne me dérangeait pas.
En attendant, la petite conversation était terminée car ça grouillait au loin. Sans aucun doute les dites créatures souterraines dont parlait l'autre. Faudrait peut être que je le retrouve tiens... Son pouvoir m'intéressait, je voulais comprendre comment il marchait. Il avait du tomber en même temps que moi et comme on était pas loin l'un de l'autre au moment de la chute, il devait pas être bien loin. Quoique...c'comme le métro, sur le plan ça parait simple et en pratique c'est merdique à souhait.

Ca grouillait encore, tout en se rapprochant, il était temps de dégager les lieux. Je choisis la seule galerie "silencieuse" qui m'était offerte et m'y engouffrais armes au poing, m'attendant à tout. Inutile de compter sur Sibylle pour me filer un coup de main, elle devait surement faire la tronche après mon 'putsch'. Arf, elle s'en remettrait la biche.
J'essayais d'être le plus silencieux possible mais vite j'entendis de nouveau les mêmes grouillements et des bruits métalliques, ça ne présageait rien de bon.


Petits, petits, petiiits, venez voir papa...

Oui d'accord...dire "papa" quand de l'extérieur on voit le corps de Sib, c'est très tordu mais ces bestioles comprenaient-elles seulement ce qu'on disait? Sans doute pas.
J'arrivais dans un autre "couloir" que je suivais totalement au hasard. Je pouvais me diriger vers la chambre à coucher de leur chef que j'en savais fichtrement rien. Je débouchais au final sur une sorte de croisée des chemins d'où venait de l'air frais, enfin! Et...hey voilà l'archiviste avec son bouquin!


Et ba, j'me souviens pas que pour moi la chute ait été aussi longue.

Le pauvre, il était dans un sale état. Peut-être que moi aussi mais comme je n'avais mal nulle part, ça ne me paraissait pas aussi grave... Seulement je n'attendis pas une réponse car mon regard tomba vite sur les bestioles à l'origine du grouillement que j'avais entendu. Sans hésiter, je levai mon arme, et tirai sur le plus proche qui s'effondra tout de suite après. Deux autres suivirent.

Je pensais pas être aussi attirante, c'est flatteur les chéris mais il me faut décliner l'offre.

Même à deux ce groupe et leurs lances allaient être gênants. Il fallait trouver autre chose, les gêner... Tester mes limites... c'était ce qu'il fallait faire mais avec toutes ces bestioles qui m'assaillaient c'était pas gagné. Rangeant mes armes, je me défendais au corps à corps pour économiser les balles mais je savais que l'utilisation de ce pouvoir finirait par vite m'épuiser.

Barre toi!

J'avais la solution pour en faire dégager une bonne partie. Quitte à être Superman, autant s'amuser. Profitant d'une ouverture, je me dirigeais vers la paroi la plus proche et assénait un puissant coup de poing qui provoqua une faille qui suivit le couloir d'où venaient les créatures. Puis le tout s'effondra sur elles. Je m'écartai rapidement pour ne pas respirer trop de poussière puis cherchais d'eventuels survivants...rien à signaler. J'epoussetais mes fringues... bon, je crois que je dois une nouvelle tenue à Sib'... Elle disait toujours rien tiens, je l'avais vraiment vexée? Bwarf, elle s'en remettrait.

Pas trop de casse? Et...on sort comment maintenant?

Là aussi je sentais encore l'engueulade arriver mais bon... au moins on avait eu de l'animation! Une bonne petite montée d'adrénaline de temps à autre ne fait pas de mal après tout. Mais bon, lorsque j'avais tiré je pensais qu'on combattrait au dehors, pas sous terre comme des taupes.
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Dim 3 Mar 2013 - 20:15

Nuit mouvementée

Crise de colère

Il était toujours là, face à ces quelques kobolds qui gardaient les yeux rivés sur lui, sa lame sur le sol, d'un simple mouvement de main, l'arme revint se placer entre ses doigts, ses âmes étaient désormais libres de s'exprimer alors que le combat allait bientôt faire rage et battre son plein. Seul, face à ces quatre créatures, il allait devoir jouer correctement de ses atouts, car il sentait que ses pouvoirs lui permettant de combattre à distance n'étaient pas encore pleinement utilisables, son énergie manquant cruellement à la suite de cette chute vertigineuse. C'était donc avec un net désavantage numérique et de portée, que le sombre stratège allait devoir jouer, mais cela ne lui faisait guère d'effet, car il était depuis un certain temps habitué à devoir combattre et faire face à de multiples périls. Entre les hordes de gobelins rencontrées lorsqu'il tentait de sauver ses élèves, ainsi que les tas de créatures qu'il a dû défaire alors qu'il rencontrait Shaad Princeton dans les détours d'autres terres reculées, il ne ressentait plus l'appréhension de tels affrontements qui étaient devenus pour lui de simples passages presque quotidiens de sa vie. Il savait dors et déjà que ce ne serait pas la dernière fois qu'il allait être confronté à la difficulté, et qu'il aurait encore bien d'autres problèmes à gérer dans le futur. Bien que ses ambitions personnelles divergeaient fortement de celles prônées par l'académie, en tant que professeur de cette dernière, il devrait faire face à bien des obstacles pour tenter de garder sa place et continuer à mener à bien ses propres projets sans se voir mettre dans bâtons dans les roues en cours de route. Il serrait désormais la garde de son katana avec force alors que les quatre monstres se jetaient sur lui dans une totale harmonie qui aurait pu faire perdre pied à n'importe quel être dénué de tout don pour la stratégie, mais malheureusement pour eux, Modrus excellait dans ce domaine, et il saurait jouer de ses connaissances pour remporter ce combat.

Alors que les monstres étaient très proches de lui désormais, il s'abaissait pour esquiver la première attaque, puis plongeait sur le coté afin d'éviter toutes les autres, se relevant très rapidement, sa main prenait au passage de quoi lancer au visage des créatures, qui reculaient et criaient comme dans une plainte incompréhensible. Se lançant sur celui qui fermait la marche, Modrus logeait sa lame dans l'abdomen de la pauvre bête qui s'allongeait sur le sol sans plus émettre le moindre bruit. D'un mouvement plus ample, il tranchait un second du bord de sa lame, qui laissait ainsi jaillir de magnifiques coulées de sang peignant et abreuvant le sol désormais rougeâtre. Le sourire aux lèvres, le professeur recula d'un simple saut évitant ainsi le coup de lance qui lui était asséné par l'une des bestioles encore vivantes. La seconde s'élança à son tour, sa lance vers l'avant, contrée rapidement par Modrus, qui d'un violent coup d'avant bras brisa le bois de l'arme avant d'attraper la partie en fer de l'arme pour la lancer droit dans la tête de celui encore armé. Modrus seul face à un monstre désormais désarmé, quel affrontement inégal, mais cela importait peu, et d'un puissant coup de poing dans ce qui lui servait de gorge, il ôtait la vie au dernier de ses opposants. Légèrement essouflé, il regardait enfin ses blessures, avant de soupirer en entendant arriver vers lui de nouvelles créatures prêtes à en découdre jusqu'à ce que la colonie au grand complet soit détruite ou que l'intrus soit mis hors d'état de nuire. C'était presque décevant de se dire qu'il allait devoir se contenter de fuir s'il ne voulait pas subir trop de dommages de la part de ces monstres qui étaient bien trop nombreux même pour un stratège de son envergure. Et alors qu'il s'apprêtait à partir, Sibylle, sa collègue arrivait à son tour dans un état tout aussi lamentable que le sien. Il ne faisait plus attention à rien en la voyant arriver, pas même aux créatures qu'elle venait de tuer, ni même aux paroles qu'elle pouvait bien lui adresser, il était trop occupé à contenir la rage qui montait en lui à la vision de cette sal*** qui venait de le mettre dans cette fâcheuse posture. Et alors que les dernières paroles de la demoiselle sonnaient dans le creux où ils se trouvaient, Modrus déposait sur elle son regard de rubis, ampli de dégoût, le poing serré, il allait peut-être la tuer qui sait ?

- Espèce de pétasse ...

Alors qu'il finissait à peine de l'insulter de la sorte, les deux fusils de la dame se soulevèrent comme suspendus dans les airs, les âmes que Modrus venait à peine de récolter entraient en action, prenant possession des armes de sa collègue, et explosant l'une de ces dernières contre l'une des parois du tunnel, la seconde voltigeait toujours jusqu'à arriver dans la main du dévoreur, qui pointait désormais l'arme en direction de Sibylle, colère au coeur, il n'arrivait presque pas à s'empêcher d'appuyer sur la gâchette, et d'un ton très hostile, rajoutant quelques paroles.

- Donne moi une seule bonne raison de ne pas tirer. Réfléchis bien, je n'aurais aucun scrupule à buter une pauvre conne dans ton genre !
- Ne réfléchis même pas, tire sur cette pauvre conne, elle t'a déjà bien amoché avec ses actions d'attardée.

Ooooh, même Martyrs s'y mettait, ça promettait d'être jouissif tout ça ...

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Lun 4 Mar 2013 - 20:17
Tout ce que j'ai à dire c'est que Sibylle va me passer un sacré savon si tu lui exploses toutes ses armes. A moins que je la laisse jamais reprendre le dessus... Enfin, on est pas là pour chasser à la base?

L'arme pointée sur moi ne m'effrayait pas. Sibylle elle, était plus réservée derrière mais bon, je m'occuperais d'elle une fois rentrés. J'allais pas me laisser être engueulé maintenant quand je m'amusais, on fera ça une fois dans la chambre. Déjà elle aimait pas trop les insultes. Elle savait que c'était pas pour elle alors elle n'en tiendrait pas rigueur à son collègue, mais c'était quand même pour sa tronche d'une certaine manière donc forcément, ça lui plaisait pas. Bon, maintenant peut-être que Modrus comprendrait que c'était pas Sibylle qui commandait mais quand on est en colère on sait rarement faire la part des choses, la pauvre allait encore s'en prendre plein la figure s'ils se recroisaient. Et tout ça par ma faute... Je m'aimais vraiment.
Il y avait juste un petit détail qui me gênait..un liquide tiède qui coulait le long de ma hanche droite puis ma jambe. J'écartais le pan de la veste... Ah ouai... j'avais une belle plaie au dessus de la hanche et je pouvais y enfoncer mes doigts que je sentais rien, sympa comme capacité. Enfin, c'est Sib qui souffrira...


Merde, Sib va me tuer quand elle verra ça.
*TU CROIS PAS SI BIEN DIRE ENFLURE!*

C'était juste des paroles pour moi et l'autre qui me criait dans les oreilles. Arf...

Bref, si tu tiens absolument à sortir après, j'pense pas que cette hauteur soit un problème, j'pourrais nous sortir de là.

Mais bon, pour ça il faudrait que je le "porte" et vu son humeur, il serait très surprenant qu'il accepte que je le touche. Qu'il me rende mon jouet pour commencer, déjà qu'il en avait cassé un. D'ailleurs... Sans me préoccuper de l'arme pointée vers moi, j'allais récupérer les balles éparpillées du chargeur explosé. Hum. Avec la terre qu'il y avait dessus ça risquait de coincer si je voulais remplir l'autre. Super... Il était content de lui au moins? Je mis ce que j'avais ramassé dans mes poches. Tout ce qu'il me restait désormais était un couteau planqué dans une botte. Pas très efficace comme arme contre une armée de kobold mais c'était une petite, très petite "sécurité" quand on arrivait à court de munitions. Je le sortis de la botte et le glissais à ma ceinture, en dessous de la chemise blanche...et rouge maintenant. Cette odeur de sang risquait pas de rameuter d'autres bestioles? De toute manière j'avais rien pour arrêter l'écoulement. Et puis c'était peut être pas aussi grave que ça.

Qu'on sorte maintenant ou non Sibylle voudrait le récupérer. Je la sentais déjà vouloir reprendre le dessus. Oh la vilaine coquine, elle ne s'en sortirait pas aussi facilement. D'habitude je m'effaçais toujours mais ce soir c'était MON soir et je restais bien ancré à ma place. Peut-être que Modrus avait envie de sortir, pour ma part, je pouvais rester ça ne me dérangerait pas. Ma 'chérie' avait voulu sortir se détendre, qu'elle aille jusqu'au bout. Arf, je le ferai à sa place.

*N'y pense même pas! Si toi t'as pas mal, cette plaie va être un véritable calvaire quand je reprendrai MON corps.
Pour ça que je vais le garder jusqu'à ce que tu sois guérie.
Sors nous de là et rend moi ce foutu corps!*

Je comprenais pourquoi elle était jamais restée en couple longtemps. Mais bon, avoir un corps qui marche qu'à moitié devait être chiant c'est sur. Mais qu'est ce que j'y pouvais? J'avais rien pour soigner sous la main. Qui se trimballe avec un kit de premiers soins sur soi franchement?
Bref! Il valait mieux que ça soit moi qui reste que Sibylle qui finirait par ne plus tenir la douleur. Peut-être qu'en fait elle le pourrait, mais on allait pas parier dessus quand d'autres bestioles risquaient de débarquer à l'improviste. D'un autre côté, c'pas comme s'ils allaient gentiment frapper à la porte pour nous demander s'ils pouvaient venir nous tabasser, ou faire la queue un à un gentiment comme dans certains jeux vidéos.


Bon, on sort de là ou la chasse continue?
*Pense à récupérer mon flingue s'te plait... Que j'en ai au moins un pour te descendre!*

Qu'elle était mignonne en colère.
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Ven 8 Mar 2013 - 18:36

Nuit mouvementée

Retour au calme, ou presque

Alors qu'il avait toujours le canon de l'arme pointé vers Sibylle, le sombre stratège avait retrouvé le silence alors que face à lui, la jeune femme continuait à se comporter bizarrement, comme si ce n'était pas elle qui contrôlait son corps ou même qui parlait. En effet, alors qu'il retrouvait lentement son calme, il se souvenait que plus tôt dans la nuit, sa collègue ne se comportait pas du tout de la sorte, comme un monde qui séparait les deux Sibylle qu'il avait rencontré cette fois-là. Clignant des yeux une fois, puis une seconde fois, c'était le sommeil qui commençait à arriver, la fatigue cherchant à prendre possession du corps du pauvre bougre qui était arrivé ici contre sa propre volonté, tout ça à cause de cette seconde Sib, qui se comportait aux antipodes de l'autre et apportait tant d'ennuis avec elle à chacune de ses actions. Alors que Martyrs lui soufflait délicatement dans l'oreille de tirer sans plus attendre pour mettre hors d'état de nuire cette pétasse qui avait osé les foutre dans un pétrin pareil, Modrus ne pouvait quant à lui pas se résigner à appuyer sur la gâchette qui délivrerait cette balle sans aucun doute mortelle pour elle, même si la douleur ne semblait pas l'atteindre. De son coté, sa collègue semblait avoir foi en ses capacités, et était certaine de pouvoir les faire sortir de là malgré la hauteur qui les séparait de la surface, chose que le dévoreur pouvait tout aussi bien faire en usant de son pouvoir divin qui lui permettrait de décupler toutes ses capacités jusqu'à parvenir à atteindre la sortie par de simples sauts ou une vulgaire ascension par escalade. Une légère ride se dessinait sur le sommet droit du front du jeune homme, qui commençait et ne plus supporter la voix ni même les paroles que pouvait bien débiter celle qui lui faisait face, c'était certain, si elle ouvrait encore une seule fois la bouche, il ne ferait aucune mise en garde, il tirerait tout simplement, à cran et bien trop exténué par l'heure et les blessures subies pour pouvoir réfléchir correctement, et Martyrs n'aidait en rien quand il encourageait le professeur de stratégie à faire feu.

Bon, on sort de là ou la chasse continue?

Voilà, elle avait à nouveau parlé, et c'était le feu vert pour Modrus qui commençait à appuyer sur la gâchette, ne supportant plus le moins du monde sa collègue. La balle prenait la direction du visage de la blonde, avant de forcément rater sa cible et s'écraser dans le mur qui se trouvait derrière elle. C'était un tir manqué, et Modrus ne marqua son mécontentement que par un vulgaire soupir avant de relever la tête et de laisser s'évader d'entre ses lèvres quelques paroles.

- T'as de la chance que je sois pas doué avec les armes à feu faut croire ...

Puis, d'un geste vif de la main, le deuxième fusil partit s'écraser contre la paroi où à son tour, il explosa en plusieurs morceau. Toutes les parties tombèrent au sol, avant que le sombre homme ne se retourne et n'avance pour s'enfoncer dans une galerie placée derrière lui avant de rajouter avec un ton très cinglant.

- Tu crois franchement qu'ils vont nous laisser partir tranquillement ? T'es vraiment une bouffonne ma parole ... Alors maintenant bouge toi, il nous reste bien des kobolds à étriper avant de pouvoir partir. Et ne pense même pas à râler pour tes stupides fusils, ou je t'égorge !

Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Lun 18 Mar 2013 - 2:00
Là c'en était trop pour Sibylle, y en avait marre... Sören était en train de tout foutre en l'air pour des conneries. Et elle, pauvre voix qu'elle était, demeurait bloquée au fond de son propre esprit dans son propre corps! Dans une telle situation on a pas idée. Et voilà qu'il réussissait à faire exploser son dernier flingue! Mais m*rde à la fin! Il voulait leur mort? Et il fallait pas qu'elle se plaigne? Qu'il aille se faire mettre. Bien sur qu'elle se plaindrait, c'était à Sören qu'il s'adressait mais évidemment, comme tout les autres, personne ne le remarquait! Et en plus, lui en vouloir pour ça serait stupide vu qu'il était pas au courant. Quelle situation à la c*n vraiment! Parce que maintenant comment elle faisait pour se défendre? Il devait se moquer royalement de ce 'détail' mais pas la professeure qui commençait sérieusement à en avoir marre aussi. S'il croyait être le seul, il faisait erreur.
Sören avait conscience de l'énervement de la jeune femme mais avait décidé de l'ignorer royalement. Le contraire aurait réellement été étonnant de toute manière. Seulement, la rage qui l'animait pourrait très bien tourner à son avantage et lui donner la force nécessaire de reprendre le dessus, qui sait? Malheureusement, même si ça arrivait et que l'autre apprenait la vérité, il n'en serait certainement pas plus aimable alors autant que le "couple" règle leur problème entre eux.
Cherchant une sortie, Sören suivait Modrus, silencieusement, ce qui était un miracle en soi, se demandant également comment il allait se défendre. Il était également persuadé que Sibylle n'oserait jamais reprendre le dessus à cause des blessures qu'elle avait et qui la ralentirait par la suite. Ce qu'il ignorait, c'était que ces blessures étaient le dernier de ses soucis et que avec l'adrénaline de toute manière, la douleur serait supportable. Enfin il fallait l'espérer.

La jeune femme, du moins son corps en apparence, s'arrêta et on put voir à côté d'elle une silhouette, la silhouette fantômatique d'une femme, semblable au corps qui s'était arrêté. Mais on eut pas le temps de l'étudier plus car elle se jetait déjà sur le corps avant de disparaitre. A peine quelques secondes plus tard, une nouvelle silhouette apparaissait, celle d'un homme cette fois. Il était plus grand que la jeune femme et se demandait ce qu'il faisait là. Aaaah, qu'il était grisant le pouvoir donné par la fureur. Sibylle, de nouveau en pleine possession de son corps, saisit le fantôme à la gorge et le plaqua contre une paroi.


Espèce d'enfoiré, cherches-tu à me tuer? Je te jure que si te tuer revenait pas à me tuer, je t'aurai déjà fait pendre haut et court à la tour de cette p*tain d'horloge à l'académie. C'est clair? Maintenant j'suis censée me démerder comment sans mes flingues piégée dans ce trou à rats? Par la grâce du Saint Esprit? Dégage!

A force d'appuyer sur sa gorge, la silhouette disparut et la jeune femme retrouva enfin son corps totalement. Elle avait débité ces paroles à voix basse mais à un tel rythme que Sören ne devait pas avoir tout compris. Mais bon, il ne fallait pas être un génie pour comprendre au ton employé qu'elle était furieuse. Ca contrastait avec le ton moqueur de sa voix quelques instants plus tôt mais l'autre devait ne pas avoir remarqué, ou il s'en moquait royalement, les deux lui convenaient. De toute manière, lui parler était la dernière de ses envies... ça leur ferait sans doute du bien à tout les deux.
Mais malheureusement, les blessures étaient plus douloureuses que prévu. Toutefois, Sib tint bon et tâchait de ne pas laisser apparaître la douleur, ça passerait, la colère l'aidait. Le silence... on ne l'apprécie jamais à sa juste valeur mais là ça changeait...Enfin... c'était sur le point de changer quand l'autre revint à la charge.


Avoue que c'est plus intéressant que supporter ces stupides élèves de l'académie. Le rouge te va si bien en plus, j'te soignerai promis.

Elle se retourna... pas de silhouette cette fois, impossible de se défouler sur lui. Quelle poisse! Il fallait qu'il ouvre encore sa grande gueule! Mais cette fois c'était différent. Sa voix était devenue plus claire, précise, plus forte. Oh non... dites-lui qu'elle était toujours la seule à l'entendre sinon c'était foutu, il suffirait qu'il l'ouvre deux fois pour qu'on la fasse taire pour plus l'entendre lui. Y avait-il pire malédiction que lui avoir collé ce "don" franchement?
Cette histoire de silhouette était nouvelle d'ailleurs. Maintenant les autres pouvaient donc l'entendre aussi? Les pauvres, ils avaient pas fini. Enfin, l'avantage était désormais, que si elle voulait, elle pouvait le frapper de manière matérielle, comme un punching ball. Or, ils étaient tellement liés que le frapper reviendrait par se frapper. Tout était contre elle décidemment. Et ce foutu dédale qui n'en finissait jamais...
Invité
avatar
Invité
Re: Nuit mouvementée - Jeu 21 Mar 2013 - 6:38
Un rp très intéressant dont la suite l'aurait été tout autant étant donné qu'à ce moment-là du rp on n'a qu'une seule question: comment vont-ils s'en sortir ? Malheureusement le rp prend fin suite à la disparition de Modrus. Sibylle, tu as un bon style de rp qui s'améliore au fil des rp, j'ai pu voir quelques fautes par-ci et par là mais rien de choquant qui a freiné ma lecture (attention aux accords et aux " ces " " ses "). Voili voilou et ce rp te rapporte...

Sibylle : 527 xps

Xps attribués : Oui


Nuit mouvementée
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Hôtel] Une nuit mouvementée.
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page