Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki]

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 8 Jan 2013 - 16:38
Je marchais dans l'internat, une cigarette au coin de la bouche, triturant l'objet que j'avais dans la poche. Mes pas me dirigeaient lentement vers le quartier des Repentis, un lieu que je n'avais que rarement eu l'occasion de fréquenter. Les Repentis étaient des êtres à part au sein de l'Académie, plus connu pour leurs crimes de leur vivant que pour la fonction qu'ils occupaient ici même. Pour ma part je voyais des gens comme les autres, avec un passé peu glorieux, mais, moi qui connaissait la vie de tout être, j'appris à de nombreuses reprises que le comportement de certaines personnes étaient plus dû à un environnement défavorable qu'au caractère même. Les Repentis étaient au final, pour la plupart, des personnes en quêtes de rédemption. J'aimais à parler avec eux afin d'apprendre à les connaitre et même les aider si c'était dans mes cordes. Quoiqu'il en soit ce soir-là je m'avançais dans le couloir du quartier des repentis, non pas pour apporter de l'aide ou quoi que ce soit, mais parce que je devais rendre quelque chose à quelqu'un.

Pour tout vous expliquer je venais de passer la soirée à la Cafétéria discutant avec un petit groupe d'élèves au sujet de la vie secrète de certains grands personnages historiques. J'amusais la galerie avec des anecdotes assez croustillantes sur les manies et les tics de Jules César, Gengis Khan, Alexandre le Grand, Christophe Colomb, John Fitzgerald Kennedy, Joseph Staline, Mahatma Gandhi, Albert Einstein, Marie Curry et bien d'autres. Inutile de préciser que la soirée fut ponctuée par un débit de boissons assez important, que ce soit pour ma part mais aussi des élèves. En fin de soirée sur les coups de 22h, lorsque le dernier élève s'en alla en titubant légèrement je restais là, commandant un café décaféiné, dernière boisson avant d'aller moi-même me coucher. Une ravissante jeune serveuse vint m'apporter ce café, me souhaita une bonne fin de soirée et s'en alla. Tandis que je terminais mon café, cette même jeune femme quitta la cafétéria, tenant son sac à main sous le bras. Cependant, en discutant avec le patron de la cafétéria, elle bouscula son sac qui déversa son contenu sur le sol. Je ne manquais pas de remarquer ça, et la regardais ranger ses affaires...je trouvais d'ailleurs qu'il était assez incroyable qu'un si petit sac puisse contenir tant de choses.

Puis elle s'en alla, je la regardais s'éloigner, profitant assez honteusement de la vision d'une aussi belle personne. Je buvais la dernière gorgée de mon café puis me levais enfin pour rejoindre ma chambre. C'est là que sous ma table, je trouvais une agrafeuse...objet plutôt étrange dans un lieu pareil. Puis une pensée me vint, elle était certainement tombée du sac de la demoiselle. Il fallait la lui rendre, mais elle était déjà partie. Je pouvais très bien attendre de la recroiser à la Cafétéria...mais c'était risqué, je risquais moi-même d'oublier que j'avais ceci à lui rapporter, et peut-être que je n'allais pas la recroiser de sitôt. C'est pourquoi je décidais de m'occuper de cette tâche aussitôt. J’utilisais donc mon pouvoir, mon esprit remontant dans le temps, me ramenant au moment où elle s'en allait. Elle prit la direction de l'internat, c'est donc là que je me rendis.

Arrivé à l'internat, et plus précisément au quartier des repentis, je n'avais pas la moindre idée de quelle pouvait-être sa chambre, du coup j'utilisais à nouveau mon pouvoir. Mon esprit s'égara dans le passé et je vis que cinq minutes plus tôt, la demoiselle en question était arrivée ici et qu'elle était entrée dans la quatrième chambre sur la droite et n'en était pas ressortie depuis. J'allais donc jusqu'à la porte, triturant la fameuse agrafeuse dans ma poche. Avant de frapper à la porte, j'écrasais mon mégot sur la semelle de ma chaussure et le jetais au loin. Je levais ma main et frappais assez fort à la porte attendant que la jeune serveuse se manifeste.
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 8 Jan 2013 - 21:29
Miki travaillait tard ce soir elle devait faire la fermeture, étant donnée qu'elle avait eu sa journée pour la tombola de Noël. Mais cela ne la dérangeait pas tant que ça. Au début travailler dans un bar et servir des gens était quelque chose qu'elle ne se voyait pas faire, enfin elle avait travaillée déjà au bar de son beau-père pour remplacer sa mère malade. C'était un bar à ivrogne, ou les hommes avait les mains les plus baladeuse et une odeur répugnante. Elle avait donc un très mauvais souvenir du service et puis elle n'était pas non plus du genre serviable faut avouer. Mais ici, les gens semblaient plus zen, voir même respectueux. Alors au début Miki était vraiment sur ses garde et montrait les crocs à la première personne qui essayait de blaguer un peu, mais maintenant c'est tout autre chose. Elle se surprenait même à aimer venir travailler. Le patron était sympa, un mec stricte mais avec un bon fond, Miki préféré les gens franche. Les clients étaient des étudiants ou des professeurs, des gens respectable et pas ces ivrognes infecte. D'ailleurs ce soir il y avait plus d'animation que prévu, un des professeur était en train de boire un verre avec quelques uns de ses élèves. Il racontait des histoire sur des personnes que Miki ne connaissait pas ou certains de nom. Elle avait été très peu à l'école et était un peu inculte, d'ailleurs elle devait bosser deux fois plus en cours pour rattraper son retard.

23h30, l'heure de la débauche. Il restait que trois personnes dans le bar mais son patron lui avait donné l'accord de partir étant donné qu'elle avait bien travaillé. C'est toujours agréable de s'entendre dire que l'on travaille bien, se faire caresser dans le sens du poil c'est sympa. Pressée de prendre une bonne douche après une telle journée elle sortit à la hâte en heurtant malencontreusement son patron. Elle s'excusa rapidement pendant que celui-ci l’engueulait en disant qu'elle devait regarder où elle marchait, que si elle était maladroite elle n'était pas la bienvenue ici. Elle ne disait rien, car elle savait comment fonctionné ce genre d'individu, c'était sa façon à lui de s'inquiéter pour elle. Elle est un peu comme ça alors elle sait y faire. Elle ramassa tous ce qu'elle avait à ses pieds et partit vers l'internat. Il faisait froid dehors et ne rêvait que d'une chose une bonne douche bien chaude, d'autant plus que sa tenue de serveuse n'était pas des plus chaude.

Arrivée dans sa chambre elle jeta son sac sur le lit, enleva sa robe en même temps que ses chaussures, laissa tout par terre et se dirigea vers la salle de bain. Elle se regarda un instant dans le miroir, manie de fille, et se déshabilla complétement pour rentrer dans la douche. Qu'elle bien fou, elle avait l'impression que tout son corps se détendait en un instant. Elle repassait sa journée dans sa tête en laissant couler l'eau tout le long de son corps. Elle aimait bien refaire un petit résumé de sa journée, se rendre compte de ce qu'elle avait gagné en venant ici, de ce qu'elle avait perdue également. Elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce que devenait sa mère, son ex, s'il culpabilisait de l'avoir laissé là, s'il avait retrouvé quelqu'un d'autre. Surement, c'était un beau parleur il aurait pu raconter n'importe quoi à n'importe qui, et même si Miki le savait elle n'aurait jamais pu le quitter. Elle était addict, une toxico accroché à son dealer, il lui vendait du rêve et à cette époque juste lui promettre un meilleur avenir l'aurait fait suivre n'importe qui. Des coup à la porte la sortit de ses pensées. Elle ne bougea plus pour voir si elle avait rêvé ou si c'était bien ça, mais ça frappa une deuxième fois.

Elle arrêta la douche, prit la première serviette devant elle, cacha les parties les plus gênante de son corps et se dirigea à la porte encore mouillée. Elle ne tarda pas trop à ouvrir car de temps en temps les surveillant s'amusaient à frapper aux portes pour voir si les étudiants étaient réellement dedans elle n'allait pas leur laisser cette joie de la coller. Elle ouvrit la porte croyant que c'était l'un deux.

- Pas de chance je suis là !!!!

Elle s'arrêta se sentant terriblement bête en voyant que ce n'était pas l'un des surveillant mais le professeur qui était au bar ce soir. Mais que pouvait-il vouloir ? Miki le regarda alors bizarrement.

* J'espère qu'il ne pense pas que je suis ce genre de fille .... celle que l'on retrouve le soir avec quelques petits billets ... si c'est le cas je vais vite lui faire passer l'envie moi !!! *

Elle s'appuya contre la porte, aucune pudeur concernant sa tenue et regarda l'homme droit dans les yeux.

- C'est pour ?
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 8 Jan 2013 - 22:27
Elle devait être occupée à l'intérieur, ou bien ne m'avait pas entendu frapper parce qu'il me fallut frapper une seconde fois. Pourtant je savais bien qu'elle était à l'intérieur. Peut-être étais-je en train de la déranger, ou alors elle s'était endormie à une vitesse ahurissante. J'en étais là de mes suppositions lorsque j'entendis du mouvement dans la chambre. Elle allait enfin répondre. Elle ouvrit et me fit reculer tandis qu'elle annonçait fièrement qu'elle était là. J'ouvris de grands yeux, et la vit quelque peu se décomposer. Apparemment elle n'attendait pas à me voir moi. Cependant son expression changea assez rapidement et elle me regarda d'un air suspicieux.

J'eus le temps de la regarder, au moins j'avais la réponse à mes questions. Elle ne s'était as manifestée plus vite parce qu'elle était sous sa douche, comme pouvait le témoigner ses cheveux trempés et la serviette lui entourant le corps. Mon pouvoir s'activa soudainement, me montrant la vie de cette nouvelle rencontre en l'espace d'un instant. Elle s’appelait Miki Watz. Née d'une mère d'une grande beauté, elle se considéra elle-même comme un fardeau. Une enfance difficile et une adolescence peu enviable. Un beau-père infréquentable, une vie où elle cherchait à fermer les yeux sur son entourage. Une scolarité en demi-teinte, bien vite mise de de côté lorsqu'elle rencontra un certain Yuishi, un petit caïd des rues. Tous deux se vouaient un amour beau et franc, mais firent pas mal de bêtises. Elle alla jusqu'à mourir pour lui. Et voilà qu'elle se tenait presque nue devant moi.

Elle me tira dans mes pensées lorsqu'elle me demanda le but de ma visite. Je remarquais que son expression avait encore changé, elle semblait me prendre un peu de haut. Une fille qui avait un sacré caractère. Je triturais l'agrafeuse dans ma poche. Connaissant la vie de Miki, je savais que ceci n'était pas, entre ses mains, un simple ustensile de bureau, mais véritablement une arme. Je répondais à son regard assez dur par un sourire des plus sympathiques et sortais l'agrafeuse de ma poche.

- Je t'ai vu faire tomber ça à la cafétéria, je suis simplement venu te le ramener.

Je lui tendis l'agrafeuse, soutenant son regard. Elle ne m'impressionnait pas le moins du monde, au contraire, je la trouvais même intéressante. La nature lui avait bien entendu donné un corps de rêve, et tout homme normalement constitué devait y être sensible. Mais bien qu'elle soit face à moi aussi peu vêtue ce n'est pas ça qui attirait le plus mon attention. En réalité, ayant vu sa vie, je connaissais son caractère et ça la rendait certainement encore plus plaisante. Enfin, je n'étais là que pour lui rendre son arme...puisque s'en était une. Devais-je rester ici, trouver un moyen d'engager la conversation. Non, je n'étais pas vicieux à ce point-là. Et après tout, c'était sa chambre, son agrafeuse, son domaine en quelque sorte. Je n'étais que l'invité si on allait par-là, et c'était à elle de décider de la suite des évènements.
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 8 Jan 2013 - 23:03
Cet homme ne semblait pas être impressionné par la jeune fille, ce qui l'amusa encore plus. Les hommes généralement en la voyant, d'autant plus dans cette tenue, sois prenne peur et partent la queue entre les jambes, façon de parler biens sur, ou la regarde avec des pensées lubrique tel le loup de Tex Avril la langue en bas des pieds. Mais lui ne laissait paraître aucune de ces expressions. Elle ne n'arrivait même pas à savoir si elle lui plaisait ou pas. Situation un peu frustrante pour la jeune fille mais qui éveilla sa curiosité. Elle vit alors le prof sortir son agrafeuse de sa poche pour la rendre à la jeune femme. Il avait fait le trajet jusqu'à l'internat pour lui rendre son agrafeuse. Bon pour Miki c'est quelque chose de très important, mais pour une personne lambda c'est tout simplement un accessoire de bureau non indispensable. Elle se sentit doublement plus bête de l'avoir accueillit ainsi et de l'avoir jugé trop vite. Elle était tellement habitué au genre d'homme macho et obsédé que ça frôlait la paranoïa. Bon en même temps un homme qui frappe à la porte d'une jeune fille à une heure pareille ça peut porter à confusion d'autant plus qu'il aurait pu la ramener le lendemain. D'ailleurs comment savait-il qu'elle habitée ici ?! Il l'intrigua de plus en plus et son goût pour le danger et la découverte prit le dessus. Il fallait qu'elle en sache un peu plus sur lui, après tout s'il était venu jusque ici c'est peut être pour autre chose que pour l'agrafeuse.

- Merci beaucoup de vous être déplacé pour me la rendre, surtout à cette heure de la nuit ... Pour vous remercier je peux vous offrir un dernier verre, de ce que je sais vous n'êtes plus à un verre prêt.

Elle se mit à rigoler doucement, il est vrai qu'il avait enfilé pas mal de verre ce soir, mais ne semblait pas tituber pour autant. Elle laissa la porte ouverte comme une invitation à rentrer puis retourna dans la salle de bain.

- Faites comme chez vous je finis ce que je faisais et j'arrive, il y a des verres et de quoi boire sur le buffet à gauche !


Elle avait un petit privilège c'est d'avoir une chambre seule contrairement aux étudiants. Elle était spacieuse, une grand lit sur la droite avec un bureau, à gauche un buffet déjà dans cette chambre à son arrivée. Elle l'avait aménagée en y mettant toute sorte de produit de beauté ainsi que de quoi boire. Non pas qu'elle avait un penchant pour l'alcool mais elle aimait boire une verre de temps en temps, tout comme fumer une cigarette, c'était ces petits moments qui lui rappelait qu'elle était en quelque sorte vivante. Et puis de toute façon elle pouvait faire tous les excès qu'elle voulait elle était déjà morte. Devant ce buffet il y avait un fauteuil, au pied de celui-ci la robe de la jeune fille qu'elle avait laissé tomber en arrivant.

Elle alluma l'eau pour finir de se laver, on entendit la porte se rouvrir puis Miki crier.

- Au faite je m'appelle Miki.
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mer 9 Jan 2013 - 0:45
Elle me dévisagea quelques instants, comme si elle m'analysait, me jaugeait. Cela ne dura que quelques secondes mais fut suffisant pour marquer un certain blanc au milieu de tout ceci. Si j'avais été de nature timide je pense que j'aurais été particulièrement gêné par tout ceci. Mais je ne l'étais pas et sa réponse vint assez vite. Son visage s'adoucit de manière très frappante lorsqu'elle me remercia. Comme elle le fit remarquer, il était tard pour lui ramener cet objet, on approchait minuit. Mais comme je l'avais expliqué plus tôt, je n'aimais pas mettre ce genre de choses au lendemain. Elle m'invita à boire un verre, rigolant apparemment du fait que je n'étais plus à ça prêt. Elle avait raison après tout, c'est elle même qui était venu nous servir, les élèves et moi, à de nombreuses reprises. Je n'étais pas complètement saoul, j'avais toujours été de nature a bien encaissé l'alcool. Mais je sentais cependant dans ma tête une sorte de léger brouillard. Cet état second qui vous délie la langue, qui vous fait faire des choses que vous ne vous seriez pas permis de faire en temps normal. Mais cet état était encore gérable du fait que l'on avait encore un parfait contrôle de ses mouvements et de ses paroles.

Quoiqu'il en soit c'est cet état second qui me poussa à agir par la suite. Miki s'écarta de la porte et se dirigea de nouveau vers la salle de bain en laissant la porte ouverte pour ponctuer son invitation. Je restais sur le palier tandis qu'elle s'éloignait. Depuis la salle de bain elle m'incita à faire comme chez moi, me donnant même la position des boissons puis referma la porte de la salle de bain derrière elle. Cet état second pour revenir à lui me fit entrer dans sa chambre et fermer la porte derrière moi. Si je n'avais pas vu, je l'aurais certainement simplement remercié et je serais allé me coucher. Mais mon débit d'alcool dans la soirée me donna envie d'entrer, motivé aussi par la curiosité de voir comment la soirée allait tourner. Une pensée furtive me rappela que j'avais des cours à tenir le lendemain. Mais ce n'était qu'un détail, j'allais assurer ces cours, peu importe l'heure matinale, peu importe la gueule de bois. Mais pour le moment, l'heure était au plaisir, la décontraction et au vidage d'esprit.

Le mobilier était assez simple quoique tout à fait suffisant. Il régnait une ambiance assez féminine à en juger simplement par cette robe posée négligemment sur un fauteuil. Dans ma chambre ça aurait été une chemise, un jean, un boxer. Mais le constat le plus frappant était l'odeur, j'y discernais des effluves de parfum, de linge propre, de cigarette le tout enveloppé dans une certaine chaleur, le genre d'odeur qui faisait tourner la tête. Tandis que je m'approchais du buffet je l'entendis rallumer l'eau et parler assez fort depuis la salle de bain. Elle se présentait, Miki Watz, mais bien entendu je le savais déjà. Alors que j'attrapais un verre je faillis lui répondre naturellement "Je suis déjà au courant", mais je me mordis la langue pour ne pas commettre cette erreur. Je parlais à mon tour assez fort pour qu'elle puisse m'entendre malgré les pièces différentes et le bruit de l'eau.

- Enchanté Miki, moi c'est Pietro, professeur d'histoire...mais tu as dû le deviner en écoutant des bribes de ma conversation tout à l'heure avec les autres...

Ceci fait je me penchais sur le buffet, ouvrant les placards pour voir ce que la demoiselle avait à me proposer. Il fallait croire que son travail de serveuse déteignait sur elle vu la multitude de bouteilles qui s'étalait devant mes yeux. Il y avait un large choix mais aucune n'était vraiment entamée. J'avais à faire à quelqu'un qui buvait un petit verre occasionnellement et non pas une ivrogne. Tant mieux, j'aimais bien ce style de vie. Je vis un shaker et mes yeux firent vite le tour de ce qui se présentait à moi. Pourquoi serais-je le seul à en profiter, et j'avais du temps à tuer en attendant qu'elle termine de se doucher. J'attrapais donc ce dont j'avais besoin, le shaker et sorti deux verres. Je posais le tout sur le buffet et rempli à moitié le shaker de Gin, je complétais aux trois quart avec de la liqueur d'abricot puis terminais de remplir le shaker avec du jus d'orange. Je refermais le récipient et secouais le shaker un petit moment, entendant toujours Miki sous la douche. Le cocktail terminé, je versais le contenu dans les deux verres et je jugeais que j'en avais préparé suffisamment pour que l'on ait trois verres chacun.

Je pris mon verre et vint m'asseoir sur la chaise du bureau. Je goûtais mon mélange, il n'était pas mal du tout, manquait peut-être un peu de Gin. Mais après tout le but n'était pas de se mettre minable. Je restais là quelques instants, entendant toujours l'eau couler. Je goûtais à la sérénité du moment, car après tout j'avais de la chance. J'étais dans la chambre d'une très belle jeune femme, un verre d'alcool à la main, attendant que cette dernière me rejoigne. Tout ceci avait un parfum très particulier qui me rappelait ma jeunesse. J'avais été un vieil homme, mais ici j'étais de nouveau jeune et plein de vie. Ça avait du bon, un plaisir incalculable. J'élevais à nouveau la voix pour l'interpeller.

- On se sent très vite à l'aise ici...
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mer 9 Jan 2013 - 1:21
Miki était donc à nouveau dans sa douche petit détail qui change tout, un homme, ou plutôt un professeur l'attendait dans sa chambre. Du moins c'est ce qu'elle supposa quand elle entendit la porte d'entré se fermer. Sa savonnant le corps elle se demandait bien ce qui avait bien pu lui passer par la tête. Elle n'aimait pas les cours et elle n'avait trouvé rien d'autre que d'inviter un prof dans sa chambre. Et puis ce n'est pas contre le règlement cette chose ? Bof après tout à cette heure-ci aucun surveillant ne passera et puis dans le dortoir des repentis c'est plutôt calme. On est majeur quand même alors si on doit être fliqué comme des gosses de quinze ans ça ne va pas aller. Mais de quoi allait-elle parler, elle qui était si inculte, s'il la lancé sur des sujet d'histoire elle ne connaissait rien du tout. Elle passa sa tête sous l'eau pour reprendre ses esprits, ce n'était vraiment pas son genre de ce poser autant de questions. Elle va boire un verre, essayer d'en savoir un peu plus sur lui car il est intriguant. Il semble savoir des choses qu'il ne devrait pas savoir, du moins pas aussi rapidement. Espionnait-il Miki depuis un moment ? Il est peut être dans le salon entrain de l'attendre avec une arme, il va peut être la séquestrer et faire d'elle son jouer sexuel !!!? Décidément Miki avait regardé trop de film. Il est vrai que quand elle sortait avec Yuishi elle allait voir beaucoup de film, sans payer bien sur, en passant par la porte de secours. Ils ne faisaient rien de leur journée fallait bien s'occuper.

Le prof se présenta également, il s'appelait Pietro, un nom qui sonnait bien Italien. Un mafieux peut être ? Mais que lui voudrait-il ? Il était prof d'histoire, ça elle avait pu s'en douter avec tous les noms de personnes qu'il avait cités et qu'elle ne connaissait que vaguement. Elle finissait de se rincer quand Pietro et au moment de couper l'eau elle entendit le prof ajouter qu'on se sentait vite à l'aise dans cette chambre. Miki était d'accord la dessus, elle aimait passer du temps ici c'était reposant, personne ne criaient, cela lui changeait de son ancienne demeure. Elle se sécha avec la serviette posée sur le lavabo, s'observa dans la glace puis se rendit alors compte qu'elle n'avait pas prit de vêtement. Son armoire était dans la chambre et dans la chambre il y avait Pietro. Bon elle n'allait pas non plus sortir nue de la salle de bain, elle aurait pu s'enrouler dans la serviette mais comment faire si elle tombe ? Elle n'était pas pudique mais pas non plus prête à se montrer nue devant le premier venu. C'est alors qu'elle vit une robe noir toute simple posée sur la panière à linge sale. Elle se rappelle de cette robe, elle l'avait mit juste un soir, elle pourrait la remettre pour la soirée. Elle enfila une culotte, la robe et voilà. Elle se sentit obligé de mettre un peu de parfum au cas où sa robe sente la cigarette froide.

La voila prête et sortit de la douche une serviette à la main pour finir de se sécher les cheveux. Elle chercha Pietro du regard qui était confortablement installé sur la chaise de son bureau. A ça il avait l'air totalement à l'aise ce qui laissa échapper un léger sourire à la jeune femme. Décidément elle en avait jamais rencontré des garçons comme lui. Elle vit qu'il avait un verre à la main et un autre verre était posé sur le bureau. Elle se rapprocha du verre, donc du prof, posa sa serviette sur le lit et prit le verre en main.

- Merci pour le verre. C'est une de vos créations, je vois le shakeur de sortit ?

Elle sentit le verre pour essayer de deviner ce qu'il avait mit dedans, elle reconnue l'odeur de l'abricot mais difficilement l'alcool. Elle leva son verre comme pour trinquer et trempa ses lèvres. Elle ne connaissait pas ce cocktail mais il était vraiment très bon. L'abricot adoucissait le goût ça se buvait comme du petit lait.

- C'est une grande réussite, et croyez moi venant de moi c'est un grand compliment !

Elle s'assit sur le lit en face de lui, croisa les jambes ce qui fit remonter légèrement sa robe sur ses cuisses et fixa Pietro. Il fallait qu'elle aille dans le vif du sujet et qu'elle en sache un peu plus sur lui. Dans son ancienne vie, elle était plutôt douée pour récolter des informations auprès des membres des autres gangs.

- Dites-moi, qu'est ce qui motive un professeur à ramener une agrafeuse à une serveuse aussi tard dans la nuit ?
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mer 9 Jan 2013 - 17:54
Tandis que j'attendais son retour mon regard s'attarda sur le mobilier, sur le lit si bien fait, sur une armoire qui devait cacher de beaux vêtements féminins, de la belle lingerie. Je pensais à la ravissante fille qui était certainement nue dans sa salle de bain et qui n'allait pas tarder à sortir. Mais à quoi j'étais en train de penser franchement ? Ce n'était pas le genre de choses que le vieillard de 78 ans que j'étais en réalité devait penser. Mais étais-je vraiment encore ce vieil homme qui avait vécu une pleine vie. En arrivant sur la Deus Academia je retrouvais le corps de mes 25 ans, et je me rendais compte avec le temps que j'avais retrouvé aussi ma mentalité de jeune homme...additionné à ma sagesse d'ancien. Je n'étais plus vraiment le même, en réalité je me sentais plus jeune que jamais, plus en forme que jamais. La boisson n'aidait pas, elle renforçait ma confiance en moi qui était déjà un trait de caractère dominant chez moi. L'eau avait cessé de couler et je m'attendais à voir Miki revenir d'une seconde à l'autre. Je pris une toute petite gorgée de mon verre, voulant attendre la demoiselle pour boire plus franchement.

Elle arriva enfin, plutôt ravissante dans cette petite robe noire qui la mettait en valeur. Comme quoi il n'y avait pas vraiment besoin de faire dans l'excentricité et dans la couleur. Une robe noire de ce genre avait de quoi rendre n'importe quelle femme bien plus charmante qu'elle ne l'était. Dans le cas de Miki qui était déjà naturellement plus que ravissante, l'effet était saisissant. Elle vint prendre son verre et me remercia de lui en avoir servi un...c'était la moindre des choses. Elle me demanda ce que c'était ce à quoi je répondais aussitôt.

- Ce n'est pas de moi non, c'est un cocktail qui s'appelle Paradise.

Et j'en restais là, je ne pouvais pas vraiment en dire plus sur ce breuvage, ça aurait fait mauvais genre. De mon vivant je servais souvent ce cocktail à mes diverses conquêtes au temps de ma jeunesse. On disait ce cocktail aphrodisiaque, mais il donnait lieu à des scènes d'amour plutôt parce qu'il saoulait rapidement plutôt que parce qu'il était aphrodisiaque. Je n'avais plus fait ce cocktail depuis, quarante ans au moins. Une preuve de plus à mes yeux que j'étais vraiment redevenu un jeune homme dans tous les sens du terme. Puis après avoir fait un geste pour trinquer elle trempa ses lèvres dans son verre. Je l'imitais en prenant moi-même une première vraie gorgée sur le mien. Elle me complimenta pour ceci et j'inclinais la tête en avant pour la remercier.

Puis elle s'assit sur son lit, croisant les jambes, faisant de ce fait remonter sa robe. Je ne sais pas si c'était l'alcool ou mon caractère mais je ne pus m'empêcher de regarder ses jambes superbes avec un soupçon d'envie. Mais quoiqu'il en soit je gardais toujours mon calme et mon maintien, j'avais toujours été comme ça. Pas la moindre émotion de trop, ni de rougissement ou autres futilités. Je n'avais jamais été du genre démonstratif, en particulier quand on en venait aux affaires charnelles. Quoiqu'il en soit je relevais très vite mon regard vers le sien, voyant qu'elle me fixait et je soutenais ses yeux tandis qu'elle me posait une question. Pourquoi j'étais venu lui ramener son arme à une telle heure, c'est vrai qu'il y avait de quoi surprendre. Je m'allumais une cigarette sans demander la permission, la chambre avait une légère odeur de fumée froide, preuve que ce geste était tout à fait autorisé dans sa chambre. Après avoir inhalé et expirer une première bouffée je lui répondis.

- Je pense que n'importe qui serait venu te ramener ton agrafeuse, mais la plupart aurait au moins attendu le lendemain...je ne suis tout simplement pas de ce genre-là, je n'aime pas remettre les choses au lendemain.

C'était la plus stricte vérité après tout, je n'avais pas eu d'autres buts que de simplement lui ramener. Le fait est que, maintenant que j'étais là, un verre à la main, si confortablement installé, Miki assise là aussi charmante, et surtout l'esprit embrumé par la boisson, je commençais à entrevoir d'autres scénarios. Je tirais à nouveau sur ma cigarette et expirais tranquillement en la regardant dans les yeux. Je ne m'en rendais pas vraiment compte, mais je savais que mon visage, mes yeux, mon sourire, tout tendait progressivement à faire du charme. Je levais alors mon verre et lançait cette tirade.

- Mais sans ça je ne serais pas là en ce moment en si charmante compagnie, et je trinque donc à cette fin de soirée qui je l'espère sera aussi agréable pour toi qu'elle ne l'est déjà pour moi.

Quelle envolée, quel relâchement. Quelque part je me disais qu'il fallait peut-être ne pas boire d'avantage...mais j'avais vraiment envie de profiter de la soirée. Un jeune de 25 ans, c'était ce que j'étais redevenu, ni plus ni moins...
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mer 9 Jan 2013 - 19:33
Miki était plutôt d'humeur taquine ce soir. Elle avait décidé de connaître un peu mieux ce professeur, qui faut l'avouer était très charmant. Elle avait ce petit côté de sa mère, elle aimait savoir qu'elle plaisait aux hommes, mais avec lui c'était différent. C'est vrai qu'il ne présente aucun signe apparent d'attirance et cela intrigué au plus au point la jeune fille. Il avait de temps en temps en petit regard sur son corps mais elle n'arrivait pas à savoir si ce qu'il voyait lui plaisait ou pas. Elle se replaça un peu plus en arrière pour mieux le regarder tout en buvant son verre. Elle avait soif après une telle journée et ce verre comblé parfaitement cette soif. Ce qu'elle voulait à ce moment c’est fumer une cigarette, mais elle ne savait pas si la fumée le dérangerait. Au boulot elle ne peut que très rarement fumer et Miki aime fumer pour se détendre alors 5 min juste pour une cigarette ne lui convenait pas. Elle Vit Pietro prendre une cigarette et l'allumer, qu'elle soulagement elle pouvait faire de même.

Elle se leva en direction du buffet pour récupérer son paquet. Elle chercha son briquet qu'elle ne trouvait nulle part. La cigarette à la main elle attendait sa réponse et remarquait qu'il semblait un peu perplexe. Il devait se rendre compte et trouver une excuse bidon. Mais à la plus grande surprise de la jeune femme, il répondit le plus naturellement possible. Cette réponse laissa d'ailleurs la jeune fille s'en mot elle ne s'attendait pas à ça. Elle pensait qu'il allait trouver une autre explication comme le fait qu'il était intrigué par elle et qu'il voulait la revoir, ou qu'il avait flashé sur elle à la cafétéria. mais non rien de tous ça ! Elle ne pu s'empêcher de rigoler devant tant de spontanéité.

- On vous a déjà dit que vous étiez quelqu'un de bizarre !! Mais plutôt marrant dans votre genre !

Elle se rapprocha de lui, se pencha, lui prit délicatement la cigarette qu'il avait dans la main. Il n'eut pas vraiment le temps de réagir, effet secondaire d'une consommation trop importante d'alcool. Elle approcha la cigarette de Pietro prêt de la sienne pour l'allumer. Une fois faite elle tendit la cigarette à son hôte pour qu'il la reprenne. Elle inclina la tête pour le remercier et s'assit à côté de lui sur le bureau. Entre quelque bouffée de cigarette elle regardait Pietro assis à côté. C'est alors qu'il se dévoila bien plus que Miki l'aurait pensé. La jeune fille leva son verre avec lui pour trinquer.

- Cela ne tient qu'à vous qu'elle soit plus agréable sensei !

Jambes croisées, regard de braise, bien sur que non Miki n'était pas entrain de faire du gringue à Pietro. Où allez vous chercher des idées pareilles ! Elle finit son verre d'une traite peu habituée à boire aussi vite elle sentait déjà sa vue s'embrumer. Mais elle avait envie de profiter ce soir après tout ce n'est pas tous les jours que quelqu'un venait lui tenir compagnie tard dans la nuit. Elle se leva avec sa façon bien à elle de se déplacer, prit le shaker en main se servit un verre et amena le shaker pour remplir celui de Pietro.

- Je te ressers !

Elle venait de tutoyer un prof, et cela ne la dérangeait pas plus que ça! Ce deuxième verre pour une jeune fille non habituée à la quantité était-il quelque chose de vraiment raisonnable ?
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mer 9 Jan 2013 - 20:28
Au moins ma réponse eu pour effet de la faire rire, c'était déjà ça de gagner...et puis c'était tellement charmant une belle jeune femme en train de rire. Puis elle me qualifia de bizarre, mais de marrant. Je me savais bizarre, ou plutôt non, c'était ma façon très naturelle d'être. Je n'avais aucun mal à me dévoiler aux gens, à leur parler toujours très franchement, à réagir sur des coups de têtes, à foncer tête baissée sans me préoccuper du lendemain. J'étais ainsi, c'était ma façon de faire. Ensuite, je savais que j'avais de l'humour, tout du moins on me l'avait dit souvent, mais ce n'était pas forcément quelque chose dont j'étais vraiment conscient. Je n'étais le genre à faire des blagues, à toujours avoir le bon mot. Au sein d'un groupe j'étais rarement le rigolo de service, mais je savais que parfois, je savais placer la bonne réplique au bon moment et que j'allais faire mouche. Et force m'était d'avouer que le temps que je ne passais pas à parler sérieusement, à séduire ou à parler de cours...je le passais à dire des conneries.

Elle s'était levée un peu plus tôt, une cigarette à la main, cherchant certainement son briquet. La voyant peiné à la trouver je fus sur le point de lui proposer le mien lorsqu'elle revint vers moi et se pencha. Elle me piqua ma cigarette pour allumer la sienne, mon regard se perdit une demi-seconde sur son décolleté généreux mais je fus aussitôt plus attiré par son regard profond planté sur moi tandis qu'elle allumait sa cigarette. Elle me la rendit, me remerciant d'un simple geste de la tête. Elle s'installa juste à côté de moi sur le bureau, réduisant encore un peu l'espace entre nous. Elle trinqua, déclarant que ça ne tenait qu'à moi de rendre la soirée agréable. Je ne pus m'empêcher d'avoir un furtif sourire en coin en fantasmant quelques secondes sur tout ce quoi ce genre de répliques pouvait me mener. Je levais mon verre et buvais avec elle.

Ainsi installée elle me regarda d'une façon toute nouvelle. Ce n'était pas du désir, ni de l'amour, non loin de tout ça. Mais même le plus sombre des idiots pouvait voir qu'elle me regardait avec un air plutôt séducteur qui, je dois l'avouer, m'émoustilla quelque peu, mais je gardais mon calme habituel. Je terminais mon verre en même temps qu'elle sans la lâcher des yeux. Elle alla chercher le shaker en se déplaçant plutôt sensuellement il fallait bien l'avouer. Elle se servit d'abord un verre puis s'approcha de moi pour re-remplir le mien. Je lui tendais volontiers et, oh joie, elle venait de me tutoyer, je comptais justement lui dire bientôt qu'elle n'avait pas besoin de me tutoyer mais elle l'avait fait elle-même. J'aimais cela, prendre soi-même l’initiative d'entrer dans un rapport plus intime avec quelqu'un en supprimant cette stupide barrière du "vous". Mais je ne pus m'empêcher de la taquiner. Levant mon verre à hauteur de visage, j'étendais mes lèvres en un sourire en coin, mes yeux se firent légèrement critique...mais l'ensemble rendait compte que je m'amusais.

- "Tu" ? C'est que tu prends des libertés...

Je bus la première gorgée sur ce deuxième verre. Je pensais qu'après ça il n'y aurait plus qu'un verre chacun. Je n'avais qu'à en refaire dans la foulée si elle me donnait la permission. Après tout, selon la tournure des évènements je pouvais même le faire sans demander la permission. Elle m'avait bien pris ma cigarette ! A propos de cigarette je la portais à mes lèvres et en inhalaient une longue bouffée avant de recracher la fumée dans un long souffle faible. Puis je replongeais mes yeux dans le siens.

- Alors, tu invites souvent des gens comme ça que tu ne connais absolument pas...ou alors je suis juste un heureux chanceux pour pouvoir être ici en ta compagnie ?
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Jeu 10 Jan 2013 - 12:03
Miki avait mit en avant son potentiel séduction et ce n'était pas pour la déplaire. Elle avait même réussit à tutoyer Pietro sans qu'elle s'en rende vraiment compte. Elle vouvoie les prof pour mettre une distance entre elle et eux et non pas pour une quelconque forme de respect. Elle n'avait rien à voir avec eu d'après elle, mais lui, ce prof d'Histoire sexy, ne la laissait pas indifférente. Il n'avait pas ce petit air hautain qu'ils ont tous étalant leur science comme on étalerait de la confiture sur une tartine. De toute façon son beau-père disait " la culture moins tu en a plus tu l'étale, alors n'essaye pas de passer pour une fille cultivée ça ne t'apportera rien ! " Il ne disait pas toujours des choses très censées mais quand cela lui arrivait ça marqué la jeune femme. Pietro un petit ton malicieux ne se retient pas de signaler que la jeune femme prenait des libertés. Elle n'allait pas rougir d'une telle situation non plus, s'il ne voulait pas plus d'intimité il ne serait pas là en train de boire un verre. S'il avait voulu jouer le prof et rester à sa place il aurait replacé la jeune femme quand elle lui avait proposé de passer la fin de soirée avec elle. Elle comprit donc qu'il jouait également avec elle, il se prenait au jeu et non pas pour déplaire Miki. Mais jusqu'où ce petit jeu allait-il aller ?

Sans lui répondre juste par un petit sourire voulant en dire long sur la malice de cette femme, elle entama son deuxième verre. Décidément ce cocktail passait à la perfection, elle ne sentait pas l'alcool, cela se buvait comme un jus de fruit. Ce genre d'alcool allait être traitre pour Miki et elle le savait, mais elle avait envie de se risquer au jeu voir jusqu'où tout ça allait aller. Peut être Pietro repartirait après ce verre en remerciant poliment la jeune femme ou peut être restera-t-il un peu plus curieux d'en connaître d'avantage sur cette jeune serveuse ? Qui sait ! Miki buvait et fumait tranquillement profitant de cet instant. Elle se rendit alors compte qu'elle n'avait pas le cendrier à porté de main. Elle se leva à nouveau ( dis donc elle à la bougeotte ! ) pour aller le chercher. Un cendrier en terre cuite de couleur bleu nuit orné de dessin doré. Elle avait acheté ça dans une petite brocante elle trouvait les couleurs magnifiques. Elle le déposa sur le bureau prêt du prof. Quand Pietro brisa ce petit silence pour questionner la jeune femme. Il voulait savoir s'il était un chanceux d'être ce soir dans la chambre de Miki ou si elle invitait régulièrement des inconnus le soir tard. Décidément il se laissait aller il voulait vraiment la taquiner ou pensait-il que Miki était le genre de fille facile ? Car c'était tous le contraire, elle aimé appâter les hommes dans son filer et les laisser sur place. Elle ne se donna qu'a peu d'homme.

- Tu insinues que je serais une sorte de fille facile qui passe ses nuits avec toutes sortes d'hommes? Saches que je ne suis pas ce genre de femme qui à besoin de passer à l'acte pour attirer l’intérêt des hommes. Si je t'ai invité à venir boire un verre c'est que tu m'intrigue et que je voulais en savoir plus sur toi .

Assise en face de lui sur le lit elle se rapprocha un peu plus, passa son doigt le long de sa cravate et dit d'une voix plus basse.

- Après si c'est une chance d'être en ma compagnie je ne sais pas ... Peut être ais-je une idée derrière la tête qui ne te plaira pas, peut être que mieux me connaître n'est pas une bonne chose ...

Elle se recula, inspira doucement la fumée de sa cigarette pour la souffler tout en soutenant le regard de Pietro.
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Jeu 10 Jan 2013 - 17:56
Elle s'éloigna pour aller chercher un cendrier, bonne initiative. Je voyais la cendre s'accumuler au bout de ma cigarette et je craignais qu'elle ne tombe. Quand elle vint s'asseoir je tapotais la cigarette et me débarrassais de la cendre gênante. Elle sembla plus sévère lorsqu'elle répondit à ma question, et cette teinte sérieuse sur son visage lui donnait beaucoup de charme. Quoiqu'il en soit elle haussa le ton, m'accusant de la prendre pour quelqu'un qu'elle n'était pas, chose que je n'avais imaginé une seule seconde. Pour connaitre sa vie je connaissais aussi ses travers, et celui-là n'en faisait pas parti. Elle dit qu'elle n'avait pas besoin de la chose pour susciter l'intérêt et je la comprenais. Dans sa vie elle avait su jouer de son physique, mais surtout de son intelligence, de ses paroles, de son attitude pour obtenir ce qu'elle voulait. Maintenant qu'elle était là face à moi je devais bien avouer qu'elle était en effet très douée. J’appelais ça une femme fatale. Elle n'était pas vraiment très studieuse pour ce que j'avais vu de sa vie, mais à lui parler, à la voir agir en ce moment même, il ne faisait aucun doute qu'elle avait un esprit très bien constitué et qu'elle était malgré tout d'une grande intelligence. Tout ceci ne la rendait finalement qu'encore plus intéressante.

Puis elle continua en expliquant pourquoi elle m'avait invité. Enfin elle crachait le morceau. Si tout à l'heure c'est moi qui avait dut répondre de mon acte, c'est à dire venir lui rapporter un objet à cette heure tardive, il fallait avouer que décision de m'inviter était tout aussi étrange. Miki voulait donc en savoir plus long sur moi, elle était intriguée. Je suppose que ce fût normal, je n'avais pas la conduite d'un prof, et certainement une conduite différente de la plupart des hommes qu'elle avait rencontrés dans sa vie. Peut-être même qu'elle se posait d'autres questions à mon sujet, mais là je ne pouvais faire que de simples suppositions. Amusé, un sourire en coin, je trempais mes lèvres dans ma boisson tout en soutenant son regard.

Assise sur le lit elle se rapprocha de moi et, assez provocatrice passa le bout de son index le long de ma cravate. Un simple geste après tout, un doigt qui passe sur un vêtement ce n'était pas la mer à boire...et pourtant, dans cette situation le geste devenait bourré de connotations. Je ne m'attendais pas vraiment à ça et manquait d'avaler ma fumée de travers. Seule mon expérience me permis de garder la fumée dans ma bouche et de l'aspirer calmement sans laisser transparaître le moindre signe de trouble. Ce geste accompli elle se teinta d'un air mystérieux qui lui allait diablement bien, à croire que Miki ne devait pas souvent sembler autre chose que belle et attirante. Elle sembla ironiser, sur le fiat qu'elle avait peut-être quelque chose derrière la tête, que ce n'était peut-être pas une bonne idée de la connaitre. Elle ne lâchait plus mon regard et je ne lâchais plus le sien. L'imitant en prenant une bouffée sur ma cigarette je prenais le temps de trouver les mots pour lui répondre.

- Je ne lis pas dans les pensées, mais je ne pense pas que tu prépares un sale coup...

Elle avait joué avec moi, j'allais jouer avec elle. Me levant brusquement de ma chaise je me penchais vers elle, si bien que nos visages se trouvèrent à seulement quelques centimètres. A cette distance je pouvais apprécier chaque petit détail de son iris. Puis, de la même façon qu'elle avec une voix basse et mystérieuse je continuais sur ma lancée.

- Peut-être que je te connais déjà mieux que tu ne le crois, peut-être je peux me montrer bien plus effrayant que tu ne saurais l'être...

Nos visages toujours aussi près, je fermais mes yeux et souriais de joie, comme un gamin amusé par sa propre farce et je m'écartais lentement. J'allais vers le bureau et attrapais le shaker, remplissant mon verre que je trouvais un peu trop vide même si il restait encore de la boisson dedans. Sans lui demander si elle en voulait ou nous je me penchais à nouveau vers elle, ma main se referma doucement sur la sienne, l'empêchant de bouger son verre. Je complétais aussi le niveau de son verre. Ceci fait, sans lui lâcher la main je la regardais, d'un air bienveillant, les yeux attendris.

- Pour finir, je pense vraiment avoir de la chance.

Enfin, après tout ceci je retournais enfin m'asseoir, et pour fêter en quelque sorte mes petites folies je buvais une belle gorgée sur mon verre rempli et prenais une bouffée sur ma cigarette. Si avec ça elle n'était pas encore plus intriguée à mon sujet, c'est que j'avais très mal joué mon jeu.
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Jeu 10 Jan 2013 - 20:52
Miki avait apparemment éveillée la curiosité du prof et aussi son côté taquin. Il avait d'abord répondu calmement aux dires de la jeune femme qui pensait l'avoir laissé sans voix. Je pense que c'st se tromper sur le personnage, qui subitement se leva de sa chaise pour se retrouver nez à nez avec la jeune femme. Elle fut surprise par cet acte et rougit quelques seconde de cette proximité avant de reprendre ses esprits. Qu'allait-il faire ? Elle était tellement prêt de lui qu'elle pouvait sentir le souffle de sa respiration, sentir son odeur qui était des plus agréable et réconfortante. Il semblait appartenir à un autre monde que celui de la jeune femme. Il était classe distingué tous le contraire des hommes qu'elle avait pu rencontrer dans le passé. Il prit un timbre de voix mystérieux et terriblement sensuel qui déclencha un frisson dans tout le corps de la jeune femme, mais elle resta le plus calme possible. A quoi jouait-il ? Je dis bien jouer car il sembler prendre un malin plaisir à faire ça. Peut être avait-elle trouvé son double masculin, un homme qui aimait jouer de ses atouts et qui savait s'en servir à la perfection. C'était parfait, elle savait que ce soir elle n'allait pas s'ennuyer avec un hôte comme lui.

Il s'éloigna alors doucement laissant la jeune femme reprendre ses esprits et faire un résumé de la situation. Elle avait pratiqué cette action de séduction sur certains hommes mais on ne lui avait jamais fait. Elle comprenait mieux pourquoi cette technique fonctionnait presque à tous les coup. Mais d'ailleurs elle n'avait rien vu dans les yeux de Pietro quand elle le toucha, ou du moins peut être un très faible instant. Arrivait-il aussi bien à contrôler ses émotions ou tout simplement Miki ne lui faisait ni chaud ni froid. Il était alors hors de question que la jeune femme se dévoile plus il fallait qu'elle retienne toutes expressions pouvant trahir ses pensées et montrer une quelconque faiblesse. Mais elle n'avait pas vu Pietro arriver lui prenant la main elle ne pu cacher sa surprise quand sa peau rentra en contact avec la sienne. Il lui versa à nouveau du cocktail dans son verre, déjà qu'elle se sentait plus vulnérable qu'avant alors si elle continuait de boire elle ne contrôlerait plus vraiment ce qu'elle allait dire ou faire. Voilà maintenant qu'il la complimentait un regard tellement doux qu'il aurait pu faire fondre n importe quel brute. Il fallait qu'elle se reprenne ou il allait prendre le dessus.

- Tu as l'art de répondre aux questions en laissant toujours planer le mystère. C'est plutôt amusant, et je suis joueuse !

Elle bu une gorgée bien plus grande que celle qu'elle prenait d'habitude, elle avait chaud. A cause de la douche peut être ? La tête commençait vraiment à tourner, elle n'était pas soul mais dans un état agréable où elle avait la sensation de flotter. Elle écrasa son mégot dans le cendrier et se laissa tomber sur le lit dans un souffle de soulagement. Les jambes tombante sur un des côtés du lit, les yeux rivé sur le plafond elle se sentait bien et surtout réfléchissait à comment faire pour un savoir plus sur lui. Elle passa ses bras au dessus de sa tête pour s'étirer.

- Première fois que je me sens aussi détendu en compagnie d'un homme. Généralement je suis sur la défensive mais là je me sens en confiance.

Elle se redressa juste pour voir le visage de Pietro et lui lança un petit sourire malicieux.

- Peut être ais-je tord de ne pas me méfier de toi, Pietro !

Elle se rallongea en rigolant. Elle s'imaginait Pietro en dangereux criminel mafieux, il avait déjà le costume mais pas assez l'accent italien pour ça. Pietro en parrain de la mafia était une image qui l'amusait beaucoup. Il avait l'air taquin, un côté sérieux également mais pas méchant du tout.

- Dis Pietro, tu joues souvent le rôle du gars potentiellement dangereux ? Personnellement on a plus envie de passer du temps avec toi que de te fuir !
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Ven 11 Jan 2013 - 17:04
Je l'avais troublé, j'avais réussi à troubler ce masque de séduction qu'était le sien, je de la battre à son propre jeu. Mais ce n'était pas grand chose, elle semblait elle aussi très bien se maîtriser, ça ne rendait la tâche que plus intéressante. Je me rendais compte alors de mon attitude, j'étais en train de jouer la carte de la séduction à mon tour. Dans quoi j'étais en train de m'enfoncer, ce n'était vraiment pas raisonnable. Ma défunte femme devait se retourner dans sa tombe et pourtant...et pourtant je savais que là où elle était elle aurait voulu me voir continuer ma vie d'une façon aussi folle que de mon vivant. Je me détendis quelques secondes après ce moment de panique. Oui, c'est ce qu'on s'était dit elle et moi, toujours croquer la vie à pleine dents. Le hasard avait fait qu'elle était partie, et que j'avais maintenant l'éternité devant moi. C'était plutôt long l'éternité, mieux valait trouver à s'occuper.

Après avoir repris tout son maintien, Miki me répondit par une phrase non moins provocatrice que les précédentes. En effet, j'avais toujours eu une facilité à parler de façon détournée à noyer le poisson. Me dire qu'elle était joueuse était presque inutile, je commençais à l'avoir remarqué. Mais insister dessus comme ça était plus une invitation à jouer qu'autre chose. L'idée me tente tellement qu'elle éveilla sur mes lèvres un fin sourire et mes yeux brillèrent d'intérêt. Elle but une gorgée et écrasa sa cigarette, je l'imitais, sentant l'alcool prodiguer un effet de plus en plus certain. Puis elle s'allongea sur son lit en poussant un soupir de satisfaction. Ainsi installée elle dit, pour moi mais aussi pour elle même qu'elle se sentait bien. Ainsi donc elle se sentait détendue avec moi...je la comprenais. Sa vie n'avait pas été des plus roses, et la plupart des hommes adultes qu'elle avait rencontrés était souvent d'un très mauvais genre. Mais quoiqu'il en soit le commentaire m'arriva comme un véritable compliment, surtout quand on connaissait son vécu.

Elle se releva, un sourire malicieux d'enfant sur le visage et se moqua un peu de la situation. Non, elle n'avait pas à se méfier de moi. Je n'étais pas dangereux, enfin tout dépendait de ce que l'on qualifiait comme étant une situation dangereuse. Quoiqu'il en soit, je rigolais doucement de sa plaisanterie et me levais, le verre à la main tandis qu'elle ajouta quelque chose. Elle me demanda si je jouais souvent le rôle du méchant. Non bien entendu, ce n'était pas dans ma nature, ni dans mes habitudes...mais la situation présente était stimulante et me faisait faire naturellement des choses quelque peu au delà de mon caractère. Tout en faisant le tour du lit je lui répondis.

- Seulement avec les jeunes femmes qui me plaise, dans le but de susciter de l'intérêt chez elles...

Arrivé de l'autre coté du lit, je m'allongeais à mon tour. Prenant pour le coup vraiment mes aises, je portais mon verre aux lèvres et le terminais d'un trait avant de le poser par terre. Ainsi installé je joignais mes mains sous ma tête en guise d'oreiller et continuais à parler en regardant le plafond.

- Je ne suis qu'un prof d'histoire jeune et en bonne santé qui croque la vie à grands morceaux, un naturel sociable, qui a envie de faire des rencontres. Mais aussi sérieux quand il s'agit de mon travail, et d'autres choses...

Je tournais ma tête vers elle, une sorte d'expression satisfaite sur le visage, les yeux légèrement plissés.

- Et en plus de ça je suis un séducteur jusqu'au bout des ongles !

Mon regard se tourna de nouveau vers le plafond, je me sentais bien, l'esprit embrumé, tout un tas d'images dans la tête. Sans compter qu'il y avait tout près de moi une présence féminine. Une jeune femme que je me surprenais à trouver aussi sympathique en si peu de temps. Une jeune femme, par ailleurs, d'une beauté qui en aurait rendu jalouse plus d'une et fait fantasmé beaucoup d'autre. Je fermais les yeux, comme pour immortaliser dans mon esprit les images de cet instant et je disais assez doucement.

- Nous sommes deux a profité de ce moment de détente, et je dois t'avouer que ça n'a plus été le cas depuis longtemps...
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 15 Jan 2013 - 12:29
Miki entendit Pietro se lever pour faire le tour du lit, tout en expliquant qu'il jouait les méchant seulement avec les femmes qui lui plaisait, pour attirer leurs attention. Cela voudrait-il dire que Pietro a de l'attirance pour Miki. La jeune femme ne pu s'empêcher d'avoir un petit sourire à cet idée, qui lui avait également traversé l'esprit. Elle se savait différente avec les hommes mais pourquoi se comportait t-elle ainsi avec lui, surement par ce que Pietro était un homme des plus charmant et qu'attirer son attention était quelque chose de voulu. Elle sentit alors le lit bouger indiquant que Pietro venait de s’allonger à ses côtés, les bras derrière la tête plutôt décontracté. Le voyant ainsi allongé à ses côtés elle remarqua son corps bien plus élancé qu'elle ne le pensait. Il sentait la cigarette mais cela ne gêna pas la jeune femme au contraire c'était une odeur qui l’apaisait. Elle se retourna pour se mettre sur le ventre et pouvoir regarder plus facilement Pietro.

Elle l'écouta parler, expliquer sa situation. Il est vrai qu'il était sociable mais il offrait sa compagnie sans rien attendre en retour ce qui changeait des anciennes relations de Miki. Elle se sentait libre de lui parler, savait qu'elle n'allait pas être jugée. Tout en regardant la jeune femme dans les yeux il ne pu s'empêcher de lui lancer un regard de séducteur tout en lui avant qu'il aimait justement séduire. Miki ne pu s'empêcher de rigoler, la façon qu’il venait d'avouer ceci était plutôt comique. Il était difficile de savoir s'il jouait un rôle ou s'il était vraiment la personne qu'il disait être. S'il aimait autant séduire les femmes comment pouvait-elle savoir s'il était la par plaisir ou bien avait-il un but dans la tête. Miki en avait marre de chercher la petite faille chez tout le monde, mas elle ne pouvait s'en empêcher, l'homme était mauvais, qu'il le veille ou non, et ça elle le gardait en tête. Elle ne savait pas si un jour elle pouvait se livrer entièrement à un homme, mais pour le moment elle n'avait pas envie de se noircir l'esprit avec de telles idées et voulait penser que Pietro était une bonne personne et qu'il ne mentait pas sur ses intentions.

Pietro prit un air mélancolique en regardant à nouveau le plafond, il confessa qu'il se sentait bien ici et que cela ne lui était pas arrivé depuis très longtemps. Mais il était jeune il ne pouvait pas dire de chose pareil. S'il avait eu une longue vie il pourrait dire une telle phrase, Miki ne pu s'empêcher de le reprendre.

- On dirait un vieux qui parle, tu as toute ta vie devant toi alors ne commence pas à avoir des pensés si mélancolique. Je suis sure que tu as eu une jeunesse des plus agréable alors il ne faut pas penser ainsi ...

La force de Miki s'était sa capacité à se relever de tout les mauvais coup que la vie lui avait tourné. Elle a toute les raisons du monde pour se lamenter sur son sort mais ça jamais elle ne l'aurait fait. Elle veut sourire encore longtemps et ne pas donner satisfaction aux personnes lui ayant fait du mal en pleurant sur son sort. Elle était plutôt du genre à leur cracher dessus quand elle les voyait. Du moins la question ne se posera plus car ici elle ne croisera plus personne ... Même si ces personnes lui avaient fait du mal elle avait du mal à se faire à l'idée de ne jamais les revoir. Elle se ferait surement de nouvelles relations ici et surement plus saine que les précédentes. Elle regardait ce jeune homme allongé à côté d'elle, l'air songeur, elle avait d'un coup un terrible envie de se rapprocher, d'avoir un contact avec lui. Est-ce à cause de l'alcool ou bien tout simplement le fait qu'il ne la laisse pas indifférente mais Miki voulait avoir cette sensation d'être plus proche de lui. Elle se retourna posa sa tête sur son torse, tout en regardant comme lui le plafond. Elle était bien, reposée, rassurée.

- Dis Pietro, qu'est ce qui s'est passé pour que tu te retrouves ici ... Tu es mort comment ?

Cette question elle avait du mal à la poser mais elle lui brûlait tellement les lèvres qu'elle ne pouvait plus se retenir. Peut être prendrait-il mal cette proximité, mais comme on dit, qui tente rien n'a rien !
Invité
avatar
Invité
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] - Mar 15 Jan 2013 - 16:02
J'étais bien, l'esprit embrumé mais j'étais encore maître de moi. Je ne savais moi même trop depuis quand je n'avais été aussi bien. Certainement de mon vivant, lorsque Isabelle partageait encore mon lit. La sensation du couple, d'une personne qui vous aime près de vous. Mais c'était certainement trop pensé, trop réfléchir. Miki n'était pas ma femme, ni même une relation...et pourtant les évènements avaient rapidement pris une tournure plus que surprenante. Surprenante, mais agréable. Elle me rappela à l'ordre à propos de mon bien être, elle disait que je n'étais pas vieux, tout du moins que je parlais comme un vieux. C'est vrai qu'elle ne pouvait pas savoir ce que j'avais vécu, ce qu'avait été ma vie. Je voulus lui répondre mais je la senti bouger, se déplacer, et elle vint poser sa tête sur mon torse. Son visage était si proche du mien que je pouvais en voir chaque détail. Une telle vision était rare, le contact en lui même était particulier. J'eus la brusque envie de la prendre contre moi, de la serrer dans mes bras mais je me retins, gardant mes bras sous ma tête.

Elle me demanda comment j'étais mort, ce que j'avais fait pour arriver là. En somme j'étais obligé de dévoiler une des parties les plus intimes de ma personnalité, de mon histoire. Mais avais-je vraiment le choix ? Je n'avais que trop joué avec le mystère jusque là et je savais qu'elle était quelqu'un qui méritait de savoir la vérité. Plus encore, j'avais envie de lui dire la vérité. Pourquoi ? Peut-être parce que je n'avais pas envie qu'elle se trompe à mon sujet, je n'avais pas envie de lui mettre de fausses idées. J'avais envie qu'elle me connaisse moi et non le personnage que je m'amusais à jouer depuis le début. Je pris donc une grand inspiration et me lançais dans une assez longue réplique.

- Je suis né en Italie où j'ai fait mes premières années d'études et je suis parti aux Etats-Unis pour les terminer. Je suis très vite devenu une sommité en matière d'histoire, un des historiens et archéologues les plus connus au monde. J'ai rencontré une jeune femme aux Etats-Unis avec qui je me suis marié et eus deux enfants. Ma femme est morte un peu avant moi et je me suis mort de lassitude et de chagrin un mois plus tard...

Tel que je le racontais, cela faisait beaucoup de choses pour quelqu'un qui ne semblait avoir que 25 ans. Alors je prenais une nouvelle inspiration, je sentais une boule au ventre, comme si j'avais peur de l'admettre. Je n'avais pas peur pour moi, mais de sa réaction à elle. Je ne voulais pas que Miki s'en aille, ou fasse preuve de moins d'affection...ou encore me chasse de chez elle en apprenant la vérité. Pourtant je fermais les yeux un court instant, rassemblant un peu de courage et annonçais enfin.

- Le fait est que je suis né en 1934...et que je suis mort en 2012...

Je me levais soudainement, bousculant un peu Miki au passage. Je m'asseyais au bord du lit et m'allumait une cigarette que je me mis à fumer nerveusement. Je n'osais la regarder, j'avais honte d'avoir vécu si longtemps, d'être un vieil homme au fond. Surtout face à elle, jeune et pleine de vie. Qu'est-ce que j'étais, un vieux pervers, un satyre profitant d'une jeune femme. Soufflant la fumée devant moi, me frottait le front avec la paume de main, un vieux tric nerveux. Puis je continuais finalement.

- J'avais 78 ans à mort, et je me suis réveillé ici dans le corps de mes 25 ans, avec la mentalité de mes 25 ans...je suis en quelque sorte un jeune homme sur tous les plans conservant cependant en lui le vécu et les connaissances du vieil homme qu'il a été.

Je regardais d'un air las la porte d'entrée de la chambre de Miki et la voyais de plus en plus comme une porte de sortie que la belle jeune femme risquait de me faire prendre sous peu. Ca aura été bien le temps que cette soirée dure. Si je n'avais pas eu l'esprit si détourné par la boisson j'aurais put noyer le poisson, lui raconter un mensonge et continuer à profiter de cette soirée. Mais non, c'était tant mieux. La vérité était mise à nue et je préférais ça à m'inonder sous les mensonges, les fausses vérités et les phrases mystérieuses. Ce soir, plus que jamais depuis mon arrivée sur la Deus Academia, j'avais envie d'être moi même. Je ne redoutais qu'une chose, que tout ceci ne soit pas du goût de ma nouvelle connaissance. Je ne savais expliquer pourquoi, mais partir maintenant m'aurait fortement attristé. J'attendais le verdict.
Contenu sponsorisé
Re: Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki] -
Je crois que vous avez fait tomber ça. [PV Miki]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Quartiers des repentis-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page