Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un peu d'eau dans les couloirs. [PV Ai]

Invité
avatar
Invité
Un peu d'eau dans les couloirs. [PV Ai] - Lun 7 Jan 2013 - 23:21
Pouvait-on faire pire ? Je ne crois pas. Comment est-ce que je pouvais être aussi distrait ? Moi-même je ne le savais pas. Certainement à cause de mon pouvoir qui occupait presque constamment mes pensées. Mais ce n'était pas une excuse pour autant, j'étais vraiment à côté de mes pompes. Et à cause de tout ça j'étais en train de courir dans les couloirs. Pour tout vous dire, on était au milieu de la matinée et j'avais fini de donner mon premier cours depuis dix minutes. Je m'étais ensuite rendu dans ma prochaine salle de classe, à l'autre bout du bâtiment. Toute la classe arriva bientôt, les élèves s'installèrent et je commençais normalement mon cours. Cependant au bout de cinq minutes de cours je me rendais compte que j'avais oublié des documents que je devais leur distribuer...et ce dans la salle où je me trouvais l'heure précédente. Ces documents étaient assez importants dans la mesure où ils constituaient une base importante de révision pour le prochain devoir qui aurait lieu la semaine suivante. Je voulais leur donner ces papiers au plus vite pour ne pas les pénaliser, d'autant plus que je ne revoyais pas leur classe avant l'examen. C'est pourquoi je m'excusais auprès d'eux et quittaient la classe en trombe.

Et donc voilà que je courais dans les couloirs, pourquoi diable avait-il fallu que les deux salles soient aussi éloignées l'une de l'autre ? Heureusement j'étais seul, pas un chat dans les couloirs, tout le monde était en cours. Je croisais bien un collègue professeur de musique, mais ne lui adressais pas le moindre mot et continuais ma course. Enfin j'arrivais à ma salle et poussait la porte...sans vérifier avant si quelqu'un était dedans. Par chance, il n'y avait personne...ça aurait fait tâche de faire éruption dans le cours d'un collègue. J'entrais donc, ne fermant pas la porte derrière moi, je n'en avais que pour quelques secondes. Je fonçais vers le bureau et ouvrait le premier tiroir, ils étaient là. Je pris les documents, les tassaient sur la table pour en faire un petit tas compact et bien droit. Je le glissais sous mon bras, fermais le tiroir, et toujours aussi pressé retournais vers la porte.

Il fallait que je fasse au plus vite, pas envie de faire attendre mes élèves pendant dix ans. Je fermais la porte et me remis à courir comme un fou, tenant fermement les papiers sous mon bras. Peste soit de mon pouvoir qui occupait tant mon esprit...surtout que depuis quelques temps il avait évolué. Autrefois je ne voyais que ce qui se passait sur Terre, mais j'avais, depuis quelques jours à peine, fait l'expérience d'avoir des visions de ce qui se passait sur la Deus Academia. Ce changement soudain, cette augmentation de ma perception me rendait je dois l'avouer assez nerveux, et je n'étais plus vraiment concentré sur ce que je faisais depuis ce jour. Mais pas là, là j'étais uniquement concentré sur le fait de retourner à ma classe et de m'occuper de mes élèves comme je me devais de le faire. J'avais une image de bon professeur sympathique à entretenir.

Le couloir fit un virage en angle droit sur la droite, si bien que je ne pouvais pas voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Cependant je ne diminuais pas ma vitesse pour autant. Je tournais précipitamment dans le couloir et l'accident arriva. Je n'eus que le temps de le voir, en aucun cas de m'arrêter. Sortant d'une salle de classe, une femme poussait un chariot avec des balais et une serpillière, une poubelle pleine et un grand seau d'eau bien rempli. Ma jambe gauche fut la première à taper dans le chariot qui chuta aussitôt, et je chutais avec lui. Le vacarme fut total, les balais tombèrent leur manche claquant contre le sol, la poubelle s'éventra et répandit son contenu, le seau d'eau se renversa, la ferraille du chariot fit un bordel monstre. Pour ma part je me fis très mal au tibia de ma jambe gauche, manqua de m'empaler sur le manche de la serpillière, tombait à plat ventre dans l'eau, lâchant ma pile de document qui s'éparpillèrent un peu partout...la plupart finissant eux aussi dans l'eau ou furent tachés par les ordures.

Je me relevais, ma colère m'ayant fait oublié toute douleur, je me relevais, jurant tout un tas d'ignominie en Italien et je martelais le chariot de coups de pieds. Ce dernier qui n'en demandait pas tant passa en quelques secondes de l'état de chariot à l'état de masse informe de ferraille en morceaux. J'en avais oublié la puissance de mes coups de pieds, je dois dire que je n'y pensais pas du tout. Puis, après m'être massé le tibia je regardais le vacarme aux alentours. Mes documents étaient tout simplement inutilisables. Et moi, le pantalon et les chaussures n'avaient pas trop morflés...mais ma chemise blanche elle était détrempée si bien qu'elle collait à mon corps et n'en cachait plus le moindre détail. Encore une fois peu importait ce détail...je fouillais dans la poche sur mon torse, sortant mon paquet de cigarette. Aucune n'en avait réchappé, elles étaient toute imbibées d'eau. Rageur, poussant une dernière insulte dans ma langue natale, je jetais le paquet au sol et restais là quelques instants, les mains sur les hanches. J'avais oublié la présence de la femme avec tout ceci...
Un peu d'eau dans les couloirs. [PV Ai]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chassé-croisé et potins de couloirs.
» ça se bouscule dans les couloirs (PV Charlie)
» Bousculade dans les couloirs [LIBRE]
» Une rousse armurée flane dans les couloirs du Louvre
» Quand on flâne dans des couloirs désert ou presque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page