Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ?

Invité
avatar
Invité
La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? - Lun 7 Jan 2013 - 18:42
* Avoir miraculeusement survécu à une maladie rare pour finir percuté par un camion... Quelle genre de mauvais blague la vie me jouait-elle ? Je trouvais ça injuste de devoir mourir si jeune... ! *

C'est avec ces pensées en tête que je m'apprêtais à être sèchement frappé par le véhicule poids lourd. Le temps semblait suspendre sa course comme pour que je puisse "apprécier" pleinement l'ironie de la situation. Moi, qui était un lâche très imbu de sa personne, j'avais fait preuve d'un acte de bravoure. Acte que je commençais à regretter malgré que j'avais sauvé la vie d'une femme enceinte et celle de son futur enfant. Le temps n'était plus à la plainte, je n'étais plus maître de ma propre vie. Elle me glissait entre les doigts pour venir s'écraser sur le pare-choc du camion dont je sentais le souffle chaud du moteur sur ma joue. Je fis un clin d'œil du droit à la futur mère qui venait d'avoir une seconde chance pour profiter de sa vie. Je sentais l'engin de mort contre mon épaule avant même d'avoir pu rouvrir mon œil. Des crissements de pneus puis un bruit sourd. La suite se résumait pour moi à l'impression de passer dans une machine à laver en phase d'essorage remplie de briques. Je ne pouvais pas bouger. Tel un pantin désarticulé, j'attendais impuissant que ce manège sordide s'arrête. Le mal que je craignais insurmontable fut aussi brève qu'indolore. La vie me quittait déjà alors que je continuais de rouler au sol.
Je m’immobilisais enfin.

* Le ciel... Est si bleu aujourd'hui ! *

Alors que le bruit de l'agitation ambiante commençait déjà à laisser place au silence peu engageant de la mort, c'était la vue qui me faisait défaut en premier en faisait de cette image de beau temps un simple souvenir dans ce monde devenu noirceur. Un par un, mes sens me quittaient en me laissant seul avec un peur grandissante. Je me raccrochais à mes trois derniers sens. D'abord l'odorat, qui avant de disparaître à son tour, diffusait dans mes narines une odeur de vêtements et de chaires brûlées en plus de celle du sang. Le sang, ce liquide chaud et acide, qui me dérangeait de moins en moins alors qu'il s'écoulait dans ma gorge et sous ma tête. Cette fois, c'en était fini. Je restais seul dans les limbes avec pour seule compagnie ma pensée. Maintenant que plus rien ne me rattachait à la réalité, de doux souvenirs venaient dissiper la peur l'espace d'un instant dans mon esprit avant que des questions existentielles ne surgissent. Qu'allais-je devenir ? Éprouverais-je encore des sentiments là où je vais ? Où vais-je d'ailleurs ? ... Tant de questions sans réponses que je ne m'étais jamais posé. J'avais peur. Je ne voulais pas ne plus exister.
Le pire dans cette histoire était mon sentiment d'impuissance face à une telle situation.

Mes pensées même commençaient à disparaître. Une sensation de bien-être me gagnait au fur et à mesure que mes pensées, et donc mes peurs, me quittaient.

"Un nouvel apprenti, une nouvelle âme avide de pouvoirs. Tu as été choisis, Ben Iblis, pour devenir un Dieu, et c'est dans cette académie que tu pourra parvenir à ton but. Saches que le chemin pour y arriver sera difficile mais avec les enseignements, les chances d'y arriver sont grandes."

* Une ... Une voix ... ?! Il y a quelqu'un ? *

Mes pensées revenaient. Il y avait cette voix qui me semblait lointaine... Très lointaine. Elle me semblait provenir du fond d'une caverne. N'étais-je pas... Mort ? Comment avais-je pu l'entendre ?

"Un nouvel apprenti, une nouvelle âme avide de pouvoirs. Tu as été choisis, Ben Iblis, pour devenir un Dieu, et c'est dans cette académie que tu pourra parvenir à ton but. Saches que le chemin pour y arriver sera difficile mais avec les enseignements, les chances d'y arriver sont grandes."

Encore cette voix... Je ne comprenais pas ce qu'elle me disais mais une sensation étrange me parcourait le corps. Mon système nerveux me transmettait de faibles signaux. Je reprenais conscience de mon propre corps.

* J'ai... J'ai survécu ?! *

"..."

Encore et toujours la même voix... Elle s'apprêtait à parler alors je tentais de me concentrer au maximum pour comprendre ce qu'elle me disait.

"Un nouvel apprenti, une nouvelle âme avide de pouvoirs. Tu as été choisis, Ben Iblis, pour devenir un Dieu, et c'est dans cette académie que tu pourra parvenir à ton but. Saches que le chemin pour y arriver sera difficile mais avec les enseignements, les chances d'y arriver sont grandes."

* Un dieu ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire farfelue ? Qui est là et comment connaissez-vous mon nom ? *

" ... "

Pas de réponse... Néanmoins, je sentais quelque chose de dur sous mon corps... De la pierre ? Pris de panique, j'essayais d'ouvrir les yeux. Tout était flou autour de moi. Je tentais de me relever mais je n'y arrivais pas. Mes muscles étaient tétanisés. Mon sommeil avait donc été si long ? Je décidais d'y aller par étape. D'abord... M’asseoir ! Je me redressais difficilement à cause de mon oreille interne qui me provoquait des vertiges mais au fur et à mesure ils s'estompaient et ma vue redevenait claire. J'étais dans un lieu assez sombre éclairé à la bougie. On aurait dit une sortie... D'église ? Le sol en marbre me faisait froid. Étais-je nu ? Je jetais un coup d'œil rapide pour voir que je portais les mêmes vêtements que le jour de mon accident à la différence près qu'ils étaient intacts. Étrange... J'avais conservé tous mes effets personnels en passant des cornes de vaches que je potais sur la tête jusqu'à mes vêtements et mon collier. Malgré que j'étais surpris d'avoir été laissé là, je pensais à mes sauveurs... D'ailleurs peut être étaient-ils dans les parages ?! Je criais mais personne me répondit. Je me levais alors difficilement et observais autour de moi. Soudain, je vis un homme s'approcher. Cigarette au bec et grand sourire, il m'invitais à le suivre. Sans que je ne sache pourquoi, je lui emboîtais le pas sans me poser de questions. En chemin, il m tendait une feuille que je saisissais. Il y avait écrit des tas d'informations sur moi dont une mention "domaine divinatoire" remplie du mot foudre. Je demandais à cet individu ce que cela signifiait et où nous étions mais il ne me répondait pas. Enfin, il poussa deux portes gigantesques avant de se retourner vers moi avec son grand sourire.

" Bienvenue dans la Deus Académie, à toi de poursuivre ta propre route, d'assurer les cours et de te surpasser ! "

Sur ces mots, il disparut me laissant ainsi seul. Complètement désorienté, je ne savais ni quoi faire, ni où aller au milieu de ces bâtiments et de cette nature qui s'élevait derrière ces ... Enceintes ? En plus... Il m'avait bien parlé de cours là ? De cours comme à l'école ? Pu... Sur qui étais-je tombé moi ? Je lui devais peut être la vie mais il me devait bien quelques explications à son tour ! Je fulminais dans ma barbe en cherchant quelqu'un qui pourrait m'indiquer où trouver cet énergumène !


Dernière édition par Ben Iblis le Jeu 10 Jan 2013 - 19:03, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? - Jeu 10 Jan 2013 - 14:36
Seigneur, pourquoi m'as tu abandonné. Ais-je été un agneau si mauvais ?


Les agneaux de Dieu sont souvent sacrifiés sur des autels qui les dépassent de beaucoup. Cela avait très certainement été le cas pour Katharina. Destin ou fruit du hasard ? Coup dur ou coup de pouce ? Cela ne serait clair que passé les premiers mois dans cet univers tout à fait nouveau pour cette demoiselle des temps passés. Seulement, avant de parler des murs du temple, il est nécessaire de faire un bref retour en arrière.

« Maman. Diis, pourquoi ça fait autant de fumée ? Pourquoi ca sent bizarre ?»
« C'est l'odeur de la sauge mélangée au clou de girofle Katharina. »
« Le quoi ? »
La petite était près de ce grand chaudron sous lequel le feu ronronnait bonhomement. Tant que sa mère préparait ces petites décoctions contre le rhume, les inflammations ou la colique, elles auraient du lard pour le souper.
« Le clou de girofle. C'est très utile si tu te fais mal . Souviens toi, si tu as une plaie, applique du clou de girofle et tu éviteras la gangrène.»
« oooooh .»

Une mère aimante. Son plus gros défaut certainement. Celui qui causerait sa perte. Mais pour le moment, ça avait seulement réveillé la curiosité de son enfant, vive et espiègle-ce qui causerait également sa perte-. Certes il y avait une partie en lien avec la nature, mais ce n'était certainement pas la sauge qui donnait ces petites étincelles verdâtres à la préparation. Il y avait d'autres choses la dedans. Des choses étranges. Le petit plus du chef. Mais revenons à nos moutons.

Quelques années plus tard, il y eut un homme dans leur vie. Un homme que Katharina ne sentait pas plus que ça. Un homme étrange qui n'inspirait pas confiance. Mais un homme charmant qui faisait sourire sa mère. -Spectacle délicieux pour un enfant qu'une mère qui sourit- Cela ne suffisait cependant pas. Mais a chaque soupçon elle était invitée à aller jouer dehors ou ramener quelques orchidées. Tant pis. Cet homme était leur destinée. Elle ne sut pas qu'il s'en était jouée. Elle ne sut pas qu'il l'avait dénoncé au clergé. Elle ne sut pas que son père avait une vieille rancoeur à l'égard de cette famille de sorcières. Elle ne connut que les accusations sans fondement -puisqu'elle n'avait pas encore eu vent de ses pouvoirs-. Pour le moment, Katharina se contentait de décoctions et d'infusions pour soigner ceux qui ne le pouvaient pas. Les seigneurs ne se soucient que du bien être des leurs. Et cette bonne âme réprouvait sa mère lorsqu'elle défendait que sans paiement on ne devait rien accorder a qui que ce soit. A ce niveau la, personne n'est l'égal de l'autre, et surtout ce n'est pas héréditaire. Du tout.

Ainsi donc, il avait parlé. Et Katharina, a cause de cette hérédité qui ne fait rien à l'affaire connut la chaleur des flammes de l'enfer bien trop jeune. Cette douleur intolérable causée par cette vie qui se détâche de son corps périssable. La douleur d'une âme mise a nu. Une douleur de la nuit des temps. Katharina dans la fleur d'un âge révolu venait en cet instant même, sacrifiée par les hommes, d'être choisie pour un autre destin. Elle serait encore en décalage avec son époque, avec son environnement, mais elle n'y risquerait pas une autre vie. Voila donc que la lumière des flammes perdit en saturation, elle devint moins chaude, lentement elle devint moins aveuglante. Katharina se risqua a entrouvrir un œil. Il faisait noir maintenant. Le vide. Elle frissonna, seule dans le vide inter-sidéral. Seule contre tous, seule contre personne.

"Un nouvel apprenti, une nouvelle âme avide de pouvoirs. Tu as été choisie, Katharina, pour devenir un Dieu, et c'est dans cette académie que tu pourra parvenir à ton but. Saches que le chemin pour y arriver sera difficile mais avec les enseignements, les chances d'y arriver sont grandes."

« Comment ? »

Elle n'était donc pas seule.

« Aidez moi ! Je vous en supplie, aidez moi ! »

Le silence. Une larme coula le long de sa joue droite. Une illusion cruelle. Elle versa une larme pour rien. Un homme était apparu dans l'obscurité, il souriait . D'un geste précis mais amical il l'invita a le suivre. Surprise, elle s'éxécuta. A ses côtés la lumière reprenait ses droits lentement. Elle ne reconnaissait rien. Il ne répondait pas a ses questions. De plus en plus étrange. Et finalement il poussa deux grandes portes. La lumière qui en sortit l'aveugla tout a fait. Elle se cacha les yeux.

Finalement, lorsqu'elle les rouvrit elle fut surprise de constater que la pièce en elle même n'était que très peu éclairée. Quelques bougies, rien d'extraordinaire. Il était encore la , il l'invita a le rejoindre. Elle s'éxécuta. Il lui tendit une feuille. Ca ressemblait tellement à la scène dont elle venait de sortir qu'elle en resta interdite.

« " Bienvenue dans la Deus Académie, à toi de poursuivre ta propre route, d'assurer les cours et de te surpasser ! " »

Les fous. Il ouvrit deux nouvelles portes, elle fut de nouveau aveuglée. Décidément ! Elle sortit de la, papier a la main, avec une petite malle avec deux trois vêtements. Seulement, il y avait quelque chose d'étrange qu'elle ne remarqua qu'une fois ses esprits repris. La sensation étrange au niveau de ses jambes. Elle avait la même tenue que les paysans, a savoir ces bouts d'étoffe qui couvrent les jambes. La panique s'empara d'elle, c'était trop, elle avait tenu avec dignité jusque la, mais elle se laissa submerger par ce cri du fond des âges. Après tout, elle était morte sur le bûcher il y a a peine quelques instants.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA »


Invité
avatar
Invité
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? - Sam 12 Jan 2013 - 6:36
Le soleil... Il se couchait. L'horloge géante indiquait 18h32. Je me réveillais dans un monde qui m'était inconnu avec comme seule donnée concrète l'heure. Ça me faisait une belle jambe de savoir qu'il allait bientôt faire nuit alors que je reprenais mes esprits pour la première fois depuis l'accident. D'ailleurs... Combien de temps étais-je resté dans le coma et pourquoi m'étais-je réveillé sur le sol de cette... Eglise plutôt que dans un hôpital ? Car oui, je ne me faisais pas d'illusion... Je me doutais bien que je n'allais pas me reposer deux petites heures puis me réveiller requinqué alors qu'un camion venait de me percuter! J'avais été plongé dans un coma dont j'ignorais totalement la durée. Je m'observais sous toutes les coutures. Je n'avais pas l'air d'avoir trop vieilli ni d'avoir trop de séquelles non plus, ce qui sur le coup ne me choquait pas le moins du monde. La seule chose qui retenait mon attention était le fait de porter des vêtements intacts et identiques à ceux que je portais le jour de l'accident. M'enfin là n'était pas mon plus gros problème. J'avais soif de réponses et personne pour l'étancher.

*Ahlala... Quelle poisse ! Il faut que je retrouve l'étranger à la clope au bec qui m'a accompagné jusque ici avant de se volatiliser comme un voleur.*

Je tombais à la renverse sur mon postérieur. Assis là, en plein milieu du passage qui relie ces immense bâtiments entre eux, je contemplais le vague en direction de la grande horloge, plongé dans des pensées toutes aussi floues! L'instant d'après, la cloche se mettait à sonner les sept heures. J'avais connu une absence d’activité cérébrale de 28 minutes. Les moqueurs diront que mon absence dure depuis ma naissance mais je venais vraiment de connaitre 28 minutes au cours desquelles, tel un zombie, je m'étais laissé aller à ne penser à rien avec le petit filet de bave caricatural qui s'écoulait de la commissure droite de ma bouche. J'essuyais le coin de mes lèvres avec ma manche avant de me relever. Je chancelais. Ce vide d'activité psychique m'avait totalement vidé. Alors que je me demandais par où aller, je fus surprit le bruit que faisaient les portes gigantesques de l'église en s'ouvrant. Je pivotais sur moi-même pour voir ce qu'il en sortait. De la fumée blanche... M'oui c'est ... original! Je tournais le dos à l'édifice dont je venais pour m'éloigner quand mon attention se reporta sur le lieu de culte dans mon dos. Une forte odeur de cigarette et un cri strident.

*Le type à la cigarette !!!*

Je me précipitais vers l'origine de ces informations sensorielles fraîchement reçues et traitées par mon corps. J'arrivais en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Ouf !" puisque je ne m'étais pas aventuré très loin. Quelqu'un était sorti de l'église avec une valise et visiblement une feuille dans la main. En s'approchant un peu plus, je distinguais une femme. Les chiffons noirs qu'elle portait comme habits juraient totalement avec son physique gracieux.
La demoiselle, visiblement gâtée par la nature dans ses formes, était de petite taille mais avait une magnifique chevelure de couleur noire.


*C'est marrant mais elle me fait fortement penser à une sorcière de jeu vidéo avec ces fringues là!*


Bien que ma timidité chronique envers la gente féminine me paralysait et m'empêchait tous mouvements, je me devais d'aller la voir pour la soulager du problème qui lui avait arraché ce cri. Je prenais alors mon courage à deux mains et m'élançais d'un pas faussement rassuré. Arrivé à quelques mètres d'elle, je rougissais et mes mains se mettaient à trembler à cause de la gène. Il n'y avait vraiment que les filles pour me mettre dans un état pareil. Elle était encore plus belle de près. Je devais me ressaisir car elle semblait vraiment paniquée. Pour preuve, elle avait lâché ce qu'elle tenait dans les mains et son corps tremblait tout entier. En plus de ça, elle avait pousser un cri qui aurait pu alerter tout le "quartier?". Quand je fus à deux mètres d'elle, je tendais mes bras comme pour lui faire signe de se calmer. J'essayais de lui parler avec ma voix qui devenait tremblante.

-Mad... Mademoiselle ? Je suis Ben... Ben Iblis. Avez-vous besoin de quelque chose ?
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? - Jeu 21 Nov 2013 - 12:04

Haha ! J’adore la vision très terre à terre de la renaissance de Ben x)
A croire que c’est une vision commune des étudiants en médecine x)

Il me semble avoir lu la suite de ce rp… Je ne sais pas bien pourquoi la suite n’était pas simplement à la suite de ce rp là, mais passons xD

Les morts de vos deux personnages sont touchantes, très joliment écrit tout ça =)

Katharina Dörthe : 80 xps

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ? -
La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La lumière au bout du tunnel froid et abyssal de la mort ?
» La lumière au bout du tunnel ?
» Au bout du tunnel
» "Si tu vois une lumière au bout du tunnel... Vas-y, c'est la sortie"
» Il faut parfois savoir se montrer déraisonnable… | Philippe d'Artagnan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page