Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Le dévoreur: The beginning

Invité
avatar
Invité
Le dévoreur: The beginning - Dim 6 Jan 2013 - 0:12

Le dévoreur: The Beginning

Mystérieux présent

Il faisait déjà nuit noir ce jour là, il n'y avait plus personne dans les couloirs, et le vent s'était déjà immiscé au travers des obscures halées de l'académie. La plupart des élèves étaient très certainement déjà couchés afin de se reposer pour la prochaine journée de cours qui allait bientôt commencer. En effet, l'heure était si avancée dans la nuit, que le matin s'approchait à grand pas, et pourtant, ce professeur errait là, sans réel but, sans motif quelconque. Il observait le calme et écoutait le silence qui s'était depuis bien des heures installé un peu partout. L'unique son venant perturber l'harmonie de ce silence était le bruit des pas du stratège. Modrus avait réfléchit toute la nuit, et comptait bien être absent le lendemain ou plutôt le jour même pour donner son cours. Cela ravirait les élèves, du moins jusqu'à ce qu'on vienne leur annoncer qu'il avait déjà préparé du travail pour tout le monde, et que cette activité en intérieur serait bien entendu surveillée par un collègue et cotée par le détesté pédagogue. Ses qualités de professeur étaient multiples, mais ses défauts également bien nombreux. D'un sadisme pur et dur envers ses étudiants, il faisait passer l'apprentissage par des actes malsains et insupportables pour ceux qui assistaient à ses cours. Beaucoup d'entre eux séchaient désormais toutes les leçons, non pas par ennui ou dégout de la matière, mais bien par peur de celui qui la donne. L'ancien meurtrier de génie n'avait vraiment pas la cote auprès de ceux à qui il était censé apprendre la totalité de ce qu'il savait sur les stratégies, et pourtant, il faisait son possible pour rester calme et correct pendant les heures de classe. Sans quoi, il aurait déjà tué plusieurs de ces insupportables et idiots d'adolescents divins qui ne comprennent rien à rien et qui ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont d'avoir une seconde chance et surtout dans un tel endroit. Modrus se rendait compte de ce cadeau fait par Deus, et bien qu'il détestait son poste et le lieu où il se trouvait, il s'efforçait de voir le bon coté des choses, peut être trouverait-il une échappatoire pour profiter pleinement de cette bénédiction. Après tout, l'académie n'était pas une prison, et ses allés et venus n'était guère surveillés. Il avait donc la possibilité une fois qu'il serait pleinement prêt, de s'évader d'ici afin de laisser libre cours à ses envies dans cette nouvelle vie d'apprenti-Dieu qu'on lui avait gracieusement offerte. Le professeur de stratégie ne s'attendait cependant pas à ce qui allait suivre cette nuit là, les évènements qui allaient venir perturber le début de sa nouvelle vie, et influencer l'avenir entier de celle-ci n'étaient pas prévus dans les projets du jeune homme, et pourtant, il allait devoir faire avec, sa nouvelle vie serait parsemée d'embuche, et il devrait faire avec. Cela commençait cette nuit là.

Alors que le vent soufflait encore un peu plus fort à l'intérieur de l'académie, une fine pluie s'invita à la fête, laissant le choix au professeur de rester dehors et être trempé, ou rentrer se coucher, et profiter de ce qui lui restait de la nuit afin de se reposer un minimum. Surprise ou non, Modrus s'avança en direction de l'internat, là où se trouvaient les chambres des élèves et celles des professeurs, là où se trouvait son propre lieu personnel, où seul lui avait normalement le droit de pénétrer. Il poussa la grande porte d'entrée de l'internat, et s'y engouffra, sentant derrière lui le vent s'intensifier, et entendant la pluie, qui puissante, frappait les murs et fenêtres extérieurs de la bâtisse. En silence, il traversa les couloirs, rencontrant un surveillant qui passait par là et ne gardant que pour unique compagnon de marche le silence et le calme le plus complet. Il n'adressa même pas un regard à ce repenti, ne visualisant même pas si c'était un homme ou une femme. Son regard rouge et froid se posa ensuite sur la porte droit devant lui, menant aux couloirs où se trouvaient les chambres des élèves. Il se décidait à faire un long détour afin de veiller au calme chez les adolescents et ensuite rejoindre ses appartements personnels. Le plancher grinçait sous le poids de son corps, et malgré le calme plat qui émanait du couloir, on pouvait entendre le bruit qu'émettaient les gouttelettes de pluie qui tombaient de la cape du professeur sur le sol. Ses chaussures laissaient à chacun de ses pas la marque humide de son passage, rajoutant un peu plus de travail à ceux en charge du ménage et de la propreté des bâtiments. Cela lui importait peu, au moins, ils ne passeraient pas leur temps à ne rien faire, et ferait réellement ce pour quoi ils sont là, travailler à la tâche qui leur incombe !

Son avancée continua, et au dehors, alors que la pluie frappait et que le vent battait, le tonnerre gronda à son tour, comme offrant à Modrus l'ambiance nécessaire à ce qui allait suivre. Non, il ne faisait pas de rechute, et n'allait pas pénétrer l'une des chambres des élèves afin d'y ôter la vie d'un élève et se délecter de son âme agonisante, ni même tenter d'arracher à l'innocence l'une de celles qu'il devait protéger et voir apprendre et évoluer. Il allait vivre l'expérience la plus sombre et effrayante qui avait jamais touché un homme tel que lui. Peu de choses pouvaient l'apeurer, mais la finde cette nuit serait effroyable pour lui. La foudre déchirait l'atmosphère comme pour prévenir de la suite. Modrus quitta enfin le paisible couloir des apprentis-dieux en cette sombre et affreuse nuit noire. Il se dirigeait vers les couloirs des professeurs où il rejoindrait son lit après avoir ôté ces vêtements détrempés qu'il portait en ce moment. Il ne lui fallut que quelques minutes avant de rejoindre ses appartements, dont la porte vieillissante grinça jusqu'à être refermée. Un de ces quatre, il devrait penser à la faire huiler afin de ne plus entendre ces bruits désagréable. Il ferma cette dernière à double tour, afin d'être tranquille. Il se tourna, contemplant ce qui lui appartenait, cette chambre spacieuse, luxueuse dans laquelle il était censé trouver son bonheur en dehors des heures de classe. Peut être un jour y amènerait-il une superbe collègue aux courbes délicieuses.

Sa chambre était pour le moment très vide, manquant de personnalisation, et même un idiot sans aucun sens de l'analyse aurait facilement compris que Modrus venait de s'installer dans la pièce. En terme d'espace, la chambre de Modrus aurait facilement pu s'apparenter à un loft. Un grand lit de deux personnes, aux draps de soie luxueuse se trouvait placé dans le fond de la pièce. Plus proche, une petite table, entouré de quatre chaises pour les repas avec les collègues amicaux était disposée. Un canapé était également présent, mais rien pour l'accompagner. Puis, dernier meuble déjà sur place, un bureau avec une chaise très confortable. C'était tout ce qu'il y avait actuellement dans la chambre, c'est à dire, exactement la même chose que le jour de son arrivée. Cependant, quelque chose s'était ajouté à la pièce. Sur le bureau, un étrange document noir était posé, couplé à une enveloppe blanchâtre, non collée, entrouverte et contenant une lettre rédigée à la main à l'encre noir. Pliée en six, la feuille fût dépliée par le professeur, qui se mit à lire dans le silence le contenu du papier. Ce livre était un présent d'un "ami", qui invitait le jeune homme à profiter de sa nouvelle vie avec un bonus, ce livre, à l'unique titre de "Martyrs" serait un allié puissant dans sa seconde vie. Il était libre à lui de l'utiliser à sa guise. La lettre se terminait en invitant le jeune homme à ouvrir le livre à la première page blanche et de toucher du bout des doigts le papier qui s'offrait à lui.

Il était prêt à le faire et à découvrir ce que lui réservait ce fameux "ami" qui n'avait même pas signé sa lettre. Il ouvrit le livre, tournant les pages une à une, passant les informations déjà rédigées jusqu'à arriver à la page dite dans la lettre. Des lettres apparurent, une à une, jusqu'à former un mot, un nom. Les yeux du jeune homme s'écarquillèrent face à ce nom si familié ... La nuit ne faisait que commencer ...



Dernière édition par Modrus Hemrod le Dim 6 Jan 2013 - 22:08, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Le dévoreur: The beginning - Dim 6 Jan 2013 - 1:09

Le dévoreur: The Beginning

A travers les pages

Alors que les lettres finirent de s'afficher, le nom était présent dans sa globalité. Les yeux écarquillés, Modrus n'en revenait pas de ce qu'il était en train de lire. Dans une encre d'un noir profond, sans l'intervention du professeur ou d'une autre personne, le nom de Nerym Hemrod venait de s'écrire sous ses yeux. Ce nom était celui de son défunt frère, le premier à qui il avait ôté la vie lorsqu'il avait perdu la raison dans sa vie de mortel et où le meurtre et les autres crimes qu'il avait commis étaient comme sa raison de vivre. D'autres noms s'affichèrent, un à un, apparurent l'identité de toutes ses victimes durant sa vie d'humain, tous écrits dans la même encre noirâtre et avec le même automatisme à chaque fois. Aucune lettre n'était irrégulière par rapport à ses semblables, c'était comme être présent face à une police de caractère sur un ordinateur. Presque effrayé, le stratège ferma le livre violemment et recula de quelques pas, ne sachant trop que faire, ni comment se comporter face à ce genre d'objets étranges. Il n'était pas très à l'aise, avalant sa salive, qui descendait difficilement dans sa gorge asséchée. Pour le première fois depuis des années, non depuis plus d'une siècle et demi, l'effroi s'empara du corps de l'ancien meurtrier, qui déjà, sentait queqlues tremblements envahir ses jambes. Continuant de reculer, il finit très rapidement collé au dossier d'une des chaises qui accompagnait sa table. Le livre ne bougeait pas, et le silence resta intense dans la pièce, jusqu'à ce que par mégarde, Modrus expire avec force, comme dans un soupir, venant briser ce silence de mort qui régnait. C'était sans aucun doute la pire des choses qu'il pouvait faire en cet instant effrayant. Dehors, la pluie battante ne s'était pas arrêtée, le tonnerre grondait avec toujours plus de violence, et le vent s'engouffrait dans les branches des arbres qui venait frapper à intervalles irréguliers les fenêtres de la chambre du héros de cette histoire. Ce soupir fût de trop dans la scène, et en réaction à cela, le bouquin commença à s'illuminer, devenant lentement mais surement très rouge. Dans un claquement puissant, il se rouvrit exactement à la page où le nom de la dernière victime de Modrus s'était affiché. Rien de plus ne se passa, les cinq mètres qui séparaient l'homme du livre n'étaient pas suffisants pour lui, qui s'agrippait au dossier, comme prêt à attaquer le livre de son siège si ce dernier venait à se mouvoir.

Durant quelques secondes, Modrus continua à fixer le livre sans bouger le moindre cil. La couleur de ce dernier redevint lentement de son noir d'origine, et une forme de sérénité reprit possession de Modrus qui commençait à se dire qu'il ne risquait rien face à un livre. Il ne savait pas à quoi il allait être soumis dans les minutes qui allaient suivre. Et dans le silence nocturne de la chambre, des bruits de pas commençaient à se faire entendre tout autour du professeur de stratégie, quelques ricanements devinrent audibles, et la chaise sur laquelle s'appuyait le jeune homme se souleva d'un coup, repoussant ce dernier vers l'avant, le contraignant à se rattraper à son bureau pour ne pas tomber, le visage désormais à moins d'une vingtaines de centimètres du bouquin qui l'effrayait tant. Il se redressa, tournant sur lui même, se frottant le front, essuyant ainsi la sueur qui venait d'y couler. Il regardait dans la totalité de la pièce, cherchant avec hâte d'où venait les bruits et ricanements, mais ne trouva point. Une voix résonna dans la pièce, délicate et familière, c'était une femme, que Modrus connaissait très bien, sa mère: Mon enfant, comment as-tu pu devenir ainsi ? Comment as-tu pu nous faire cela ? D'autres voix résonnaient également, son père, ses frères, ses soeurs se joignirent également à la partie. Ainsi que tous les inconnus à qui il avait ôté la vie sans aucune once de remords. Derrière lui, le livre tourna une nouvelle page, et un autre nom s'afficha, celui de Modrus Hemrod, c'était donc son tour de mourir n'est-ce pas ? Il n'était pas prêt à se faire détruire par un vulgaire livre, et, se saisissant de son katana, planta ce dernier dans le centre du bureau où se trouvait le bouquin. La lame traversa l'objet sans même l'égratigner, et l'arme se fendit en deux parties, l'une tombant au sol, l'autre restant dans la main de son propriétaire. Un grand vent se leva dans la pièce, et poussa le jeune homme vers les pages, vers son propre nom. Puis, au moment où sa main toucha la feuille, son nom, ce dernier s'effrita, et disparu, avant qu'une voix ne s'échappe du livre, pour se moquer, avec un "Je t'ai bien eu", qui ne fit point rire le futur Dieu du tout. Puis, soudain, alors qu'il ôta sa main, le livre se souleva, et, en l'espace d'une seconde, Modrus disparu, le livre tombant au sol, et se refermant pour ne laisser que le titre apparaitre "Martyrs".

Aspiré à l'intérieur d'un livre sans aucun doute unique, le professeur ne savait que faire pour s'en sortir. Il était dans un lieu sombre, où aucune lumière ne semblait passer, comme filtrée par les ombres omniprésentes. Il le sentait, tout autour de lui voltigeaient les âmes de ceux qu'il avait ôté à la vie, ceux à qui il avait donné un aller simple pour le royaume des morts. Que faisaient-ils ici était un tout autre mystère. Peut-être cherchaient-ils à se venger, où simplement se trouvaient-ils retenus ici par une autre personne qui souhaitait faire répondre de ses actes le pauvre Modrus qui venait à peine de se voir offrir cette seconde chance. Alors qu'il restait immobile, d'autres pas devinrent audibles, manifestant le fait qu'il n'était pas le seul vivant ici. Rassurant ou non, il balançait entre la peur et l'espoir de croiser un allié pour sortir d'ici. Dans l'horizon, au fond de ces ombres, se dessinait une silhouette, celle d'une étrange créature, qui semblait changer d'apparence toutes les dix secondes. Tantôt ressemblant à la mère du stratège, tantôt à son frère en passant par son père et toutes les autres personnes dont l'identité était apparue sur les feuilles d'abord vierges. Il s'approcha de Modrus, qui ne bougea pas, puis prit l'apparence de ce dernier, une copie parfaite, comme l'image reflétée par le miroir. Une voix puissante et grave sonna, celle de l'entité qui lui faisait face.

- Je ne suis pas ton ennemi, je suis plutôt même ton allié.
- Qu'es-tu donc ? Rétorqua alors Modrus d'une voix tremblante et hésitante. Déboussolé par ce qui était en train de lui arriver.
- Je suis ton identique. Je suis celui qui te permettra d'atteindre la puissance ultime. Dès l'instant où tu m'as touché, j'ai enregistré en moi ton passé, j'ai absorbé tes maux et tes erreurs du passé. Désormais, je suis toi.
- Je ne comprends pas, que se passe-t-il donc ici ?
- Lorsque tu es arrivé, tu as reçu un pouvoir, je suis l'objet qui te permettra d'user de ton pouvoir à sa puissance maximale. Tu as besoin d'âmes pour utiliser ton pouvoir, et je suis une réserve. J'absorbe les âmes de ceux que tu tues, à condition que leur nom soit inscrit dans mes pages.

Une nouvelle fois, Modrus ne comprit pas, il recula de quelques pas, une nouvelle fois déboussolé. Une longue nuit d'explication allait suivre. Les ombres ne faisaient que commencer leur oeuvre.

Invité
avatar
Invité
Re: Le dévoreur: The beginning - Dim 6 Jan 2013 - 22:07

Le dévoreur: The Beginning

Allié des démons

Les spectres continuaient de voler dans tous les sens, laissant s'évader de leurs corps fais de matière spectrale des bruits dérangeants et des cris de douleur incessant. Modrus aurait voulu partir de ce lieu le plus vite possible, mais son hôte ne semblait pas du même avis, désirant continuer cette conversation encore longtemps, très longtemps. Les bruits devenaient de plus en plus insoutenables, et dans son état, un mélange de peur et d'interrogation, l'instinct de survie du professeur de stratégie s'activa. En effet, un duo de piques se forma sur la droite du jeune homme, qui les envoya directement en direction de cet hôte, son identique. Les deux armes transpercèrent, ou plutôt traversèrent l'homme, son jumeau, avant de faire demi-tour pour l'attaquer une seconde fois, espérant qu'il ne pourrait esquiver cette fois-ci. Malheureusement, en plus d'esquiver, il fit exploser les deux piques sans faire le moindre mouvement de ses membres. Un rire machiavélique s'évada d'entre les lèvres de celui qui faisait face au stratège. Puis, sa voix grave fit à nouveau échos dans ce monde constitué uniquement d'ombres et autres spectres apeurants.

- Cesse donc de me prendre pour quelqu'un qui te veut du mal, je ne désire que le contraire ... Du moins, tant que tu m'aideras également.

Toujours aussi déboussolé, Modrus tourna le dos à cet être étrange, et se mit à courir dans la direction opposée, espérant pouvoir mettre assez de distance entre eux afin d'avoir le temps de chercher un moyen de s'évader de ce lieu répugnant. Malheureusement pour lui, un bruit vint de son dos, et, une fraction de seconde plus tard, jaillissant d'une brume noirâtre sous les yeux du stratège, il était là. Cet hôte aux abords hostiles s'était téléporter, passant d'un point A à un point B de manière totalement instantanée. C'était sans aucun doute la puissance à l'état pure qui tenait dialogue, ou plutôt presque un monologue avec un Modrus désemparé pour la première fois depuis près de deux siècles. Il se sentait de plus en plus prit, cloitré dans cette prison des ombres. Puis, s'avançant vers un stratège paralysé, l'hôte déposa sa main sur l'épaule de ce dernier. Puis, d'un simple sourire fit s'envoler tous ces sentiments négatifs du corps de notre héros, qui, surprit ne put s'empêcher de laisser s'échapper une phrase stipulant sa stupéfaction.

- Qu'est-ce que ? Que m'as-tu fais ?
- N'ai-je pas déjà dis être ton allié ? Offre moi l'occasion de te montrer ce pour quoi je suis là, les raisons qui me poussent à t'aider, et l'aide que de ton coté, tu pourras m'apporter. Offre moi ton âme pour les quelques secondes à venir, et tu comprendras tout, tu sauras tout. Et toi et moi serons liés à jamais afin de devenir le duo le plus puissant de tous les temps.

D'un simple hochement de la tête, la réponse fût offerte, et l'hôte allait s'apprêter à montrer tout un tas de choses à Modrus. Il se dématérialisa, ne devenant qu'un simple nuage d'ombres, ombres qui pénétrèrent à l'intérieur du corps du stratège par la bouche de ce dernier, grande ouverte par la simple force mentale de son hôte. Et tout commença, un tas d'images, de sons, tout fusait dans toutes les directions, puis soudain, tout se stoppa. On pouvait voir Modrus, le livre à la main, des corps qui gisaient sur le sol, et leurs âmes aspirées par ce fameux bouquin. Des noms, toujours plus nombreux apparaissaient sur les pages vierges de ce dernier, et la puissance du stratège ne faisait qu'augmenter à mesure que les spectres des morts étaient absorbés par le duo diabolique. C'était une bien effrayante scène qui s'offrait aux yeux de l'ancien meurtrier à qui une seconde chance avait été offerte. L'image devint un peu plus floue, puis, d'autres s'enchainèrent, jusqu'à se stabiliser sur un autre moment important qui était une hypothèse du futur qu'avait retenu Martys. On pouvait voir des êtres à la force surdimensionnée aider le jeune homme au combat, qui, toujours accompagné du livre, lançait de dévastatrices et meurtrières attaques sur ses opposants de toutes les races et de toutes les époques. Un spectacle qui pourrait faire naitre en n'importe qui le désir, le besoin de cette puissance qui était offerte. Mais n'était-ce pas que simple manipulation après tout ? Qui prouve que ce futur offert n'était pas qu'une simple invention ?

Les images défilèrent ainsi durant encore une bonne heure, offrant divers spectacles toujours plus variés au stratège, qui n'en finissait plus de sentir monter en lui la satisfaction qu'il éprouverait dans le futur à s'allier à Martys en liant son âme à celle du livre. Les ombres quittèrent le corps du jeune homme, et, lui refaisant face, l'hôte qui n'était autre que Martyrs lui-même lui tendit la main, qui fût immédiatement saisie par le professeur, les liant ainsi pour l'éternité ou jusqu'à ce que la totale destruction de l'un ou l'autre ne survienne.

Une longue discussion s'en suivit, durant laquelle Martyrs promettait de ne jamais demander au jeune homme de tuer un élève ou un autre membre de l'académie. Il accepta, mais exigea en échange de recevoir régulièrement des âmes plus faibles, comme celles des créatures qui entouraient communément l'académie, comme des gobelins et autres bestioles de la même catégorie. Tout un tas de compromis menèrent donc les deux hommes, ou du moins l'homme et le livre à des accords, scellant ainsi leur union dans la volonté de puissance. Martyrs renvoya Modrus dans sa chambre, et les choses sérieuses allait commencer.

En encre noire, apparaissait sous les yeux du jeune homme le nom d'une victime, qu'il allait devoir lui-même trouver grâce à son lien avec le livre. Tout ne faisait que commencer, mais déjà, Modrus usait de son pouvoir, afin d'invoquer des spectres provenant du livre. Ses parents lui serviraient pour sa première quête de diversion, de bouclier ... Toujours plus cruel, mais il s'en délectait déjà tant ... Maître des morts, il avait en lui une puissance incroyable mais également un pouvoir des plus atroces.

Il sortit de sa chambre, laissant la porte de cette dernière claquer au moment où elle se referma. L'aube n'était pas encore là, et pourtant il se mettait déjà au travail. Après tout, il n'obtiendrait pas la puissance en restant là à ne rien faire pas vrai ?

Le dévoreur: The Beginning; FIN

♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Le dévoreur: The beginning - Lun 7 Jan 2013 - 15:18
Belle introduction et explications fantastiques de ton livre, ainsi que de ton jumeau. Comme je m'y attendais de ta part d'ailleurs !

Modrus Hemrod : 300 xps

Le dévoreur: The beginning
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» Either I'm going to kill her or I'm beginning to like her.
» Commun - Intrigue 13 - A new beginning - Earthquake
» NJPW The New Beginning in Sapporo
» The beginning of a new life [PV : Logan] terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page