Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Petit creux

 
Invité
avatar
Invité
Petit creux - Ven 4 Jan 2013 - 12:13
Journal d'observation, 4e jour du mois de janvier.

Depuis ce matin j'ai une douleur désagréable entre les cotes et les hanches. J'ai eu beau dormir jusqu'à 10h ce matin, me masser le ventre, mettre des habits qui ne serrent pas, rien à faire mon mal au ventre ne part pas.

Je me suis alors dis qu'une petite visite chez l'infirmière devrait arranger mon problème. Pourtant...J'ai horreur des médecins. Toi, tu viens pour un petit rhume, tu coules du nez, rien de grave. Mais eux, ils te demandent de te déshabiller, te tripotent et ensuite ils te trouvent des dizaines de maladies graves et mortelles. Bon, je ne peux plus mourir, je suis déjà morte. Mais tout de même, juste pour un rhume, c'est inquiétant !

Bref, j'ai fait mon lit, rangé ma chambre, ouvert la fenêtre et je suis partie en fermant ma chambre à clef. Le couloir était pratiquement vide car, à l'heure qu'il était, tous les élèves suivaient des cours ou jouaient avec la neige dans la cour. Moi je n'aime pas la neige, je suis un reptile à sang froid. Je ne voudrais pour rien au monde vivre au pôle nord.
Je traversai tranquillement les couloirs, jetant des coups d’œil dans les salles de cours. Les cours, c'était barbant, je les plaignais...
L'infirmerie se trouvait au fond du bâtiment des classes, installée dans un petit coin sombre mais qui était pourtant toujours pleine de monde. En même temps, avec l'entraînement pour dieu, on se blessait vite.
Cette fois-ci, je trouvais qu'il y avait encore plus de monde que d'habitude. Je m'approchai d'un élève au hasard et lui demandai pourquoi tout ce monde.

« L'infirmière est tombée malade, elle a prit des congés de deux semaines. »

Tous ces gamins attendaient donc quelqu'un qui n'arrivera jamais... En faite, ils perdaient juste du temps plutôt que d'aller étudier. Je m'énervai, me dressant pour atteindre trois mètres de haut, je criai sur la foule :

« Hé oh les gamins ! Vous faites quoi ici ?! L'infirmière n'est pas là ! Retournez en cours, tout de suite ! »

Les élèves se retournaient et contemplaient le gigantesque serpent qui se tenait devant eux. Certains étaient effrayés, d'autres rassemblaient simplement leur affaire en se plaignant de la présence d'un surveillant. L'un d'eux m'irrita au possible, déjà que je n'étais pas dans mon assiette ce n'était pas le jour de me chauffer :

« Toi là ! Je vais t'apprendre à te moquer de moi ! Suis-moi, on va voir si tu te pleins devant les directeurs ! »

Il n'avait pas peur de moi, il se moquait, levait les yeux au ciel, tentait de se défiler mais il avait mériter sa punition. Je m'approchai de lui et lui mordis légèrement le cou pour le calmer. Mon venin était tel un somnifère, à petite dose. Puis, je lui attrapai une oreille et la tirai pour le conduire tout droit vers le bureau des directeurs, sous les rires moqueurs des autres élèves.

Le bureau était vide, comme toujours, les directeurs sont toujours occupés par des choses qui ne me concernent pas. Je regardai le gamin que je tenais par l'oreille. Il pleurnichait et son bout d'oreille avait viré au rouge sang. Je lui dis que cette fois-ci, il avait de la chance et que je le laissai partir sous la condition qu'il ne se moque plus d'un surveillant. Il hocha la tête et s'enfuit.

Et moi, j'avais toujours mal au ventre...

En passant près de la cour pour surveiller une bataille de boule de neiges, je sentis une agréable odeur de poulet rôti, mon pécher mignon. Aussitôt mon ventre parla pour me dire qu'il avait faim. Je me rappelais alors que mon dernier repas remontait à l'avant veille. Il ne m'en a pas fallu plus pour accourir dans la cafétéria et commander un énorme plat de souriceaux crus.
La serveuse m'avait regardé d'un drôle d'air, j'imagine qu'on lui commandait plus des légumes ou du poisson que de la viande. Peut-être qu'elle était végétarienne. Je ferai une petite enquête sur l'alimentation des élèves un autre jour...

La nourriture dans l'académie était gratuite, tout comme les pots de peinture et les pinceaux. J'en profitais pleinement, souris, poules, algues, tout était succulent et grillé à souhait.

C'était donc ça : j'avais faim.
♠ Petits messages : 1682
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Petit creux - Sam 5 Jan 2013 - 10:18
Tu es vraiment dangereuse comme surveillante, heureusement que je ne suis pas une élève.

Thelma : 180 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Petit creux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page