Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Ennemi au chocolat, amis pour la vie ?

Invité
avatar
Invité
Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Lun 31 Déc 2012 - 19:36
Le ciel d'une nuit étoilé, c'est la plus belle chose que l'on puisse voir pour moi un ciel remplis de ténèbres mais toujours assaillis par la lumière comme si elle voulait lui prouver qu'il ne dominerait jamais le ciel... Cela faisait la quatrième nuit que j'allais dormir à la belle étoile, je n'arrivais pas à dormir dans la chambre, entouré de gens... J'avais garder cette habitude de dormir seul, avec une lumière étoilé pour me tenir compagnie, la seule lumière que j'acceptais, en tout cas, que je pouvais permettre de m'atteindre, la raison à un pouvoir que je considérerais de très peu sociale, voire carrément antipathique...

Un bruit... sourt et dur, quelle horrible son. J'ouvris au bout de quelques secondes, pour essayer de trouver d'où pouvait bien venir un telle son, et là, une chose me perturba : J'avais atterri dans la chambre. Mais comment ...?

- Tu as dormi tout le temps là mon grand, tu as du rêver.

- Quoi ? Fais chier... Et pourquoi il sonne ce réveil ?! J'ai pas cours là !

- ... Ils ont fait passer un mot, une nouvelle professeur est arrivé, tu as cours ce matin avec... Ou plutôt tu aurais dû
avoir cours avec. Cela se voit que tu es passionnés parce ce que tu fais...


Huit heures du matin... Oh mais je suis en retard ! Pas possible tout ça !!!! Je me leva a la vitesse de l'éclair et m'habilla tout aussi vite, la salle était dans un autre bâtiment, il fallait faire vite. Je passa le mur a la vitesse du son, je mangea les escaliers deux par trois, maintenant la cours : Courage, courons ! Et là... La cafétéria. L'hymne au chocolat au lait. Malheureusement, le dilemme entre le chocolat ou les cours du se prendre rapidement, et ce fut les cours qui primèrent... Bordel, ce cours à intérêt d'être génial ! Sinon... Elle va comprendre la douleur d'avoir un Shaad Princeton comme élève...
Arrivé à la salle de cours, essoufflés, j'entra, sans même frapper, la fatigue me faisant oublier les bonnes manières. J'alla m'installer à une place tranquille, exprimant mes plus sincères excuses et considérations et patati et patata, les imbécillités habituelles, m'enfin, ça passe toujours, donc...


HRP : Désolé du temps pour sep
Invité
avatar
Invité
Re: Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Mer 2 Jan 2013 - 12:36
Premier cours. Enfin, un des premiers si on comptait ceux où elle avait observé histoire de comprendre comment ça fonctionnait. Elle avait cependant déjà sa propre idée de comment organiser son cours, surtout le premier. En réalité, ce qui lui "faisait peur" était la capacité des élèves à se croire imbattables juste parce qu'ils ont des dons... Mais don ou pas, ce ne sont pas des gamins qui allaient lui faire peur. En gros, le premier à sortir des clous lui servirait de cible mais que les bambins se rassurent, utiliser une arme à feu, de poing surtout, n'avait aucun secret pour elle.
Sören était tranquille pour une fois. Il attendait se cours avec impatience en fait mais impossible de savoir pourquoi... Qu'importe. Ah oui... il y avait ça aussi. Les élèves la prenaient déjà pour une folle. Faut dire qu'à force de parler à voix haute à...baa au vide en fait, on finit forcément par se faire remarquer. Mais cela lui permettrait au moins de les juger. Qui sera assez sage pour la boucler et attendre de voir comment ça se passe et qui voudra faire son malin en la défiant.

Avant de se rendre dans la salle de cours, Sibylle alla prendre son matériel. Autant dire pour le coup, pas grand chose: stylos, feuille d'appel, feuilles blanches et l'arme en question, chargée évidemment. Elle était même en avance ce qui lui laissa le temps de s'installer et de mettre les balles dans le chargeur. Pour le premier cours, pas la peine de mettre une arme dans chaque main de ces bambins ou ça finira en hécatombe.


Rhoo t'exagères, certains ont déjà du avoir cours sur le sujet tu sais.
Et toi t'attend quoi?
Oh rien, j'observe en silence.
Ca serait bien la première fois...

Les premiers élèves arrivèrent enfin. Ils s'installèrent tranquillement, chahutant un peu entre potes. Ca lui rappelait le lycée avec son frère, quand ils étaient en internat. A la différence prèt qu'on ne dispensait pas de cours d'armes à feu dans leur lycée, ça ils l'avaient appris avec leur cher père. Souvenirs mis à part, parlons un peu de la salle. Elle était agencée comme n'importe quelle salle de classe à vrai dire, un bureau pour le prof dans un coin, des chaises pour les élèves, un tableau... mais au bout de la salle était relié à un vrai pas de tir. Ba oui, la théorie c'est bien beau mais à un moment faut passer à la pratique sinon ça sert plus à grand chose. Des élèves arrivèrent encore et quand l'heure de commencer le cours arriva, la jeune femme alla fermer la porte et prit appui sur son bureau, arme en main toujours. Tandis que les derniers arrivants déballaient leurs affaires, la professeur fit circuler la feuille de présence que tout le monde note son nom et la signe, ça serait plus rapide que de faire l'appel à chaque fois. Elle prit aussi un chocolat. Et oui, fan de chocolat, il fallait qu'elle aille en acheter à la cafétéria et c'est donc tout naturellement que la boîte trônait sur le bureau pour qu'elle puisse en prendre un de temps en temps. On ne s'oppose pas à la gourmandise! Bon maintenant fallait juste faire gaffe à pas tâcher son chemisier, blanc bien sur, avec le chocolat tout le monde sait que ça se marie bien.

Bonjour tout le monde, j'espère que vous êtes bien réveillés. Je m'appelle Sibylle Ethellan, certains ont déjà du me croiser lorsque j'assistais à d'autres cours en tant que simple observatrice.

Certains élèves hochèrent la tête, d'autres chuchotèrent mais tous semblaient attentifs. Sans doute l'arme qu'elle tenait à la main les hypnotisait tous, qui sait? Mais après tout c'était le matin, on allait pas trop les bousculer ces "petits anges".

Vous savez tous à quoi une arme ressemble n'est-ce pas. On va commencer par une arme de poing, classique, un Beretta 9mm ici. Ce genre d'arme est très tentant, n'est ce pas? Assez léger, facile à cacher, pas besoin d'avoir des bras en béton pour la tenir et le nombre de balles dans le chargeur permet de louper sa cible quelques fois.
C'est que tu te débrouilles bien.
Seulement on a tendance à ne voir que les avantages car ces petits bijoux possèdent bel et bien des inconvénients. Le premier: la distance. Quelqu'un sait-il...

La porte s'ouvrit d'un coup, laissant la silhouette d'un jeune homme épuisé dans l'encadrement apparaitre. En voilà un qui commencait bien, la demoiselle ne supportait pas d'être coupée. Elle le laissa pourtant s'installer sans un mot, après avoir reçu des excuses qui de la manière dont elles étaient dites, laissaient entendre qu'ils ne les disaient pas pour la première fois. Elle s'approcha du jeune homme.

Et bien je crois que nous avons un volontaire pour ma question. Face à un adversaire armé d'un couteau, à partir de quelle distance sortir son arme devient inutile?
Invité
avatar
Invité
Re: Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Jeu 3 Jan 2013 - 14:07
La rançon de la gloire ? Non... Une punition pour non conformiste. Cette professeur est cruelle, elle voit que je ne suis pas en état pour répondre à des questions et même me produire devant des gens, et me le demande quand même... Quoi que le fait de répondre à des questions d'un professeur ne me dérange pas plus que ça quand je suis en état, hormis si elles sont personnelles. Non, ce qui me m'énerve le plus sur le coup, c'est le fait d'être contraint de "venir au tableau". Je ne supporte pas ça, être face à une quinzaine ou vingtaine de personne. Alors certes je les connais... Mais de vue seulement ! Je leur ai jamais parler et j'ai bien l'intention de continuer dans cet voie. La plupart d'entre eux, leurs têtes ne me reviennent pas, je les aime pas et c'est tout, c'est comme ça.

- Le jour où tu arrêteras de jouer le ténébreux taciturne, tu verras...

*Je t'emmerde. Lâche moi un peu avec ça, je te l'ai dis, non ? Arrête de me croire plus gentil que je ne le suis vraiment. Tu es dans l'épée, pas dans mon âme... Et puis...*

- Quoi ?


*...Rien*

Je me réveilla légèrement après cette petite discussion avec ce que l'on appelait mon autre moi, cela devait faire déjà de deux -trois minutes que la prof devait avoir poser sa question, c'est ainsi que je fini par tourner la tête vers elle et avant de l'avoir dans mon champ de vision, mon regard fut capté par un objet. L'objet de tout mes désirs en cette matinée, ce que tout être au monde devrait avoir dans son ventre à huit heures trente du matin : Du chocolat. Et là, la scène on ne peut plus comique : Mon visage resta figeait sur la boite de chocolat, mais mon coup forçait le passage pour me mettre la tête face à elle. Gênant, mais comparé à ce qui suivis : Ma nuque voulant absolument sauver le peu de crédit qu'il pouvait être sauvait, elle réussit à prendre le coté physique de mon visage, une bonne chose... Enfin, si mon regard et mon système nerveux avait suivis, or il resta à l'étage chocolat, ce qui donna sur le physique de la dame à un niveau, endroit, extrêmement gênant,bien qu'agréable à la vue, je reste un homme, bien que je sois un apprenti dieu, durant de longues, trop longues secondes... Mon visage devint rouge vif et le code noir fut décrété du coté de mon cerveau, remontant le visage aussitôt vers le visage de la personne qui nous faisait cours. Heureusement, mais camarade de classe n'avait rien remarqué, mais je suppose que la personne tenant une arme à feu n'avait pas loupé ce moment extrêmement gênant...

- Heu... Pouvez me répéter la question ? J'avoue ne pas avoir tout suivis jusque là...

- Alors là, chapeau ! Franchement tu es un tueur, t'as fais fort ! Je savais que cela ne t'intéresser pas, mais à ce point là...

Si, ce cours m'intéressait ! Mais pas pour la bonne raison... J'ai honte de le dire, mais le chocolat me donnait envie de suivre ce cours...
Invité
avatar
Invité
Re: Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Mar 8 Jan 2013 - 2:28
*Là si c'était moi tu vois, je lui aurais déjà collé mon poing à la figure.
Je vais pas commencer mes cours comme ça.
Conscience professionnelle hein? On verra combien de temps elle tiendra. Les gamins sont plus difficiles à tenir que les mafiosos.
Mais moins dangereux et plus facilement...matables.*

Sibylle attendit avant de répondre et alla reprendre un chocolat. En fait elle rangea son arme à la ceinture et prit la boîte de chocolats avant de se rappuyer sur le bureau de l'élève en retard, poser sa boîte dessus et sortir un couteau d'une de ses bottes avant de baisser son regard vers l'élève inattentif.

Je vais me mettre ici pour être sure que tu entendes bien, en attendant surveille mes chocolats.
Quant à la réponse, c'est 6 mètres 50. C'est la distance que votre adversaire peut parcourir le temps que vous sortiez votre arme, l'armiez et visiez. A moins bien sur...


Elle se tourna et envoya le couteau qu'elle tenait dans les mains se planter dans le mur en face, loin des élèves évidemment.

Qu'il ne sache lancer un couteau et vous blesser avec. Tout ça pour dire qu'il ne faut pas uniquement se reposer sur son arme.

Elle repiocha dans la boîte et prit un chocolat qu'elle mit immédiatement en bouche. C'est qu'ils étaient bon en plus ces trucs là! A force de taper dedans, elle ne rentrerait plus dans son jean... Arf, qu'importe, de toute manière être ici l'angoissait tellement qu'elle pourrait manger autant qu'elle voulait, son poids ne bougerait pas. Aaah les bons petits plats de chez elle lui manquait, peut être devait-elle se mettre à cuisiner? Arf, elle n'avait jamais été douée pour cela. Tenir une arme avait toujours été plus facile pour elle que tenir un fouet pour battre des oeufs.
Ensuite, Sibylle circula entre les rangs, continuant son cours, s'attardant sur quelques élèves ayant déjà tenu une arme et qui savaient même les démonter et remonter, au moins ça faciliterait le dialogue. Et puis, guidée par l'appel de cette boîte de chocolat ouverte, elle retourna au bureau de l'élève en retard en reprendre.


[Court je sais mais comme ça t'as largement le temps de m'en piquer, ma vengeance sera terrible MWAHAHA]
Invité
avatar
Invité
Re: Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Ven 1 Mar 2013 - 12:00


Erf, elle tiens pas à ses chocolats celle là. Mettre ses chocolats sur ma table, et me demander de les surveiller. La pauvre, une telle naïveté à mes cotés ne peux qu'être puni par une réduction marquée du nombre de chocolat dans la petit boîte qui semblait m’appeler à dévorer ses habitants. Une vraie boîte de Pandore... Allais je succomber à l'envie ? Bah bien sur, quelle question. Attendant patiemment qu'elle se léve pour aller faire le tour des tables ou je ne sais quoi, bref l'instant parfait pour le crime parfait. C'est très difficile, il faut trouver le bon moment pour... Ah c'est bon ! Elle s'est levé et est partie faire un tour des tables des éléves. J'en profitai, que croyez vous ? Je ne suis pas du genre à laisser passer ma chance, et hop, d'un, elle n'a rien vu. Trop facile, je prenais rapidement la grosse tête pour...

- Mouais... Madame, moi personnellement, peu importe la distance entre moi et mon adversaire, dés lors qu'il veut m'attaquer, je sors mon épée pour me battre, même blesser. Je ne suis pas un rongeur... Mais un lion.

C'est vrai, je suis du signe Lion, la rage, la puissance, pour bientôt j'espére, et la paresse qui va avec. Je me demandais bien comment réagirais la professeur à ma remarque, elle semblait être blasée, mais pourquoi ? Parce qu'elle était ici ? Bof, y'a pire, elle aurait pu être morte et finir de repas pour des vers. Moi perso, je ne sais pas quoi en penser, d'un coté, je suis content, au moins, je revois pas cette famille de malheur, d'un autre, je n'ai plus aucune chance de la revoir... j'en soupirai, mais de bonheur ou de déception ?

- ...Vous devriez vous estimer heureux tout les deux, vous n'êtes pas tomber dans la Hell Académia.

*Hell Académia ? Ça existe*

- Oui, et c'est pire que l'enfer lui même, tu devrais t'estimer heureux d'être avec moi, parce que vu ton caractère et ton attitude, tu y étais tout promis.

*Pfff*

Toujours à remonter le moral celle là, ça fait plaisir d'être soutenu.. M'enfin, j'avoue que je suis curieux de voir à quoi cela ressemblerais une "Hell Académia..." M'enfin, cela ne concerne pas (plus ?), maintenant je suis partis pour être un dieu, rien que cette idée me faisait rire, mais après tout, je serais celui des ombres, une chose qui me correspond bien... Machinalement, mon bras prenait des chocolats petits à petits, tout le long du cours... Ah, la sonnerie ! Enfin ! Je pris rapidement mon sac derrière et remarquai la boîte de chocolat... Vide. Je me dépêcha de récupérer mes affaires, et passer près de la professeur en lâchant un petit "Succulent cours, je le réviserais en me délectant de chacune de ses écritures" avec un petit sourire en coin, puis quitta la salle, partant voguer à mes prochains cours...
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ennemi au chocolat, amis pour la vie ? - Dim 3 Mar 2013 - 10:23
Un rp vraiment court, dommage.

Shaad : 150 xps
Sibylle : 110 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Ennemi au chocolat, amis pour la vie ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ♪
» ∆ Nos amis pour la vie
» Tempête du Crépuscule ☼ "Solitaire en étant tout petit, avec ses amis pour la vie"
» Des nouveaux amis pour aider...ou pas [Pv: Allen K.Wilder et Mitsuki Hojitake]
» il ne suffit pas d'avoir cinquante amis pour être heureux parfois un seul peux suffir a votre bonheur. ✝ nevaeh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Salles de cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page