Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Dim 30 Déc 2012 - 15:33
Trois semaines après la mission à la Gare.
Après plusieurs semaines, notre cher Directeur avait des choses à faire mais là, c'était pour quelque chose de plus personnel. Il n'y aura pas de pertes humaines pour cette fois-là en sachant que le lieu visé était secret et peu connu des membres de l'académie et des humains. Quel lieu ? Un hôtel abandonné où moult élèves ayant tentés un "test de courage" auraient disparus. Isanagi n'était pas venu pour ça, pas pour enquêter la-dessus, non, ce qu'il voulait faire ? Entrer dans le "Tartare" afin de récupérer un autre artéfact. En effet, il avait adressé une mission à l'élève Nikolas Cimeries qui lui avait rapporter la moitié d'un item. Il manquait l'autre et d'après le grimoire, l'autre moitié serait situé dedans. Ainsi vêtu de sa longue veste ténébreuse, il marchait sur la route menant à l'Hôtel. Fidèle cigarette à ses lèvres, il prit plusieurs bouffées qui le décontractait encore plus qu'il ne l'était. Depuis la dernière mission, il avait changé, une soif de puissance, de pouvoir, d'être plus fort s'était installé. Pour un Dieu, il avait fait pâle figure aux yeux de son élève Léa Dolce. Douce jeune demoiselle au caractère bien trempé mais qu'il aimait bien.

Et c'est ainsi que la mine réjouie il s'arrêtait devant la porte de l'hôtel, un petit sourire au coin. Voudriez-vous savoir pourquoi ? Car le sournois directeur avait adressé une lettre de mission à Léa afin qu'elle l'accompagne dans cette quête, encore une fois. Allait-elle accepter ? Son coude, son bras, avaient subit de graves lésions, ils seraient sans aucun doute guéries, ça c'était sur, la santé d'un apprenti-Dieu n'étant pas la même qu'un simple humain. Et depuis, Isanagi saurait faire face à d'éventuelles blessures, allant jusqu'à de petites à intermédiaires, il avait su comprendre son domaine. Ayant approfondis cette partie, il pouvait guérir les blessures des apprentis-Dieux, chose qu'il n'aurait jamais pu penser lors de cette mission à la Gare. Pour le coup, c'était idiot voir con de sa part. S'approchant de la porte, il admirait ce lieu épouvantablement effrayant.

Volets vétustes qui tapaient contre les murs violemment à cause du vent. Fenêtres pour la plupart éclatés, brisées. Murs décrépis aux teintes sombres, légèrement tendances sur le vert rouillé. C'était vraiment un lieu glauque et effrayant, il comprenait mieux ceux qui tentaient de tester leurs courages ici. D'après quelques informations, il y aurait même un petit fantôme qui s'amuserait à les effrayer, cela devait être assez drôle. Isanagi s'avançait donc et se posait contre la porte, dos contre elle. Prenant la pose, il expira une nuage de fumée vers le ciel, croisant les bras, attendant patiemment si sa "gentille" élève allait venir. Et surtout ce qu'elle pourrait lui dire quant à leurs dernières rencontres. Observant sa montre d'un coup d'oeil, il mima quelques mots.

Allez, je lui laisse un bon quart d'heure, après je filerai sans elle...
Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Lun 31 Déc 2012 - 11:20
Comment on dit à un directeur, qui plus est un dieu, d'aller se faire voir ? Heureusement qu'il n'y avait personne autour d'elle lorsque Léa reçut le mot d'Isanagi. Les jurons qu'elle enchaîna aurait fait pâlir un routier américain. Il se foutait d'elle, là c'était sûr ! La dernière fois lui avait pas suffi ? Elle avait fini avec un bras pratiquement arraché et une migraine de colosse, et s'était révélée totalement inutile durant toute la foutue mission, mais non, il lui en refilait une. Qu'est-ce qu'il avait derrière la tête ? Il pouvait pas choisir quelqu'un qui gérait son pouvoir ? Un type qui lançait des boules de feu par exemple ? Ou même Ion, capable de tuer un prof juste en parlant de coeur ? Pourquoi elle didju ? Qu'est-ce qu'elle lui avait fait ?

La jeune fille avait bien mis une heure à se calmer, et avait passé ses nerfs sur la missive. Est-ce qu'on pouvait refuser une convocation de ce genre ? Est-ce qu'on avait le choix ? Parce que dans ce cas, sa décision était prise : Isanagi irait se faire déglinguer tout seul, comme un grand ! Mais est-ce que c'était vraiment possible... S'il s'agissait d'un professeur normal, peut-être qu'elle aurait pu l'envoyer chier comme elle en crevait d'envie, et aurait pris à partie un des directeurs en démontrant par A + B que c'était une tentative d'assassinat déguisée en mission à l'encontre de sa personne. Mais là... il n'y avait pas de supérieur au dessus d'Isanagi. Sauf peut-être Deus. Mais, s'il était efficace pour répondre aux prières des pouvoirs, elle doutait qu'il fasse autre chose. Il aurait pas nommé ces gens à la tête de son académie pour la gérer à sa place sinon.

Que risquait-elle maintenant si elle envoyait bouler le directeur... un renvoi ? Est-ce que ce serait si horrible que ça ? Après tout, elle galérait ici, autant avec les cours, son pouvoir que ses relations. Certes, elle avait réussi à se lier un peu avec deux personnes, trois si on comptait Ion, mais ça n'était pas le paradis. Un renvoi signifiait la mort ? Ou le retour au cycle de la vie et ses réincarnations ? Mais ça serait synonyme d'échec... et ça, Léa ne pouvait pas l'admettre. Mais... elle voulait paaaas y alleeeeeer-euuuuh ! Elle allait encore finir en morceaux ! Apparemment il fallait "juste" retrouver un objet, mais avec Isanagi c'était JAMAIS "juste". Yavait forcément un truc qui clochait et qui allait l'esquinter.

Au final, Léa avait beau cherché une faille, elle savait très bien qu'elle n'avait pas le choix. Kss... la prochaine fois elle demanderait un pouvoir de soin à Deus, ça devenait vital. La mort dans l'âme, elle défit son ruban bleu autour du cou et l'utilisa pour attacher ses cheveux en queue de cheval, puis quitta la chambre et partit en quête de son Nemesis. Un hôtel abandonné, super le lieu de rendez-vous. Devait-elle se sentir rassurée qu'ils restent dans l'académie ? Pas sûr... tiens c'est marrant, elle n'avait jamais fait attention à cet énorme bâtiment délabré. Pourtant il était bien visible... ce devait être un des ces lieux cachés que seuls quelques personnes pouvaient voir. Remarque vu l'état du coin, elle devrait y venir plus souvent, c'était très calme. Elle ne capta qu'une seule provenance de pensées et, montant ses barrières psychiques, elle aperçut vite son tortionnaire.

Avec sa clope - toxicooooo - et sa longue veste noire, il faisait méchant de film. Ou détective louche. Ou l'homme à la cigarette dans Maigret tiens. Dans tous les cas, c'était Isanagi et un gros sadique. Ignorant l'aspect lugubre des lieux - après tout elle avait affronté une armée de gobelins dans une baraque abandonnée en dehors de l'académie alors ici pouah fastoche - elle s'approcha du directeur, la mine clairement morose et le regard glacial. Elle se planta devant lui, les bras croisés sur le gilet en jean qu'elle portait. Cette fois, elle avait pris autant de précautions possibles : pas de robe gênante, non, un simple pantalon noir, des baskets grises, un débardeur bleu nuit et par dessus la veste en jean. Le tout était assez moulant pour éviter tout soucis dans les mouvements. A défaut de finir entière, elle espérait bien esquiver un maximum de problèmes et mettait toutes les chances de son côté. Au moins, elle avait un autre pouvoir depuis la dernière fois, le contrôle des limites, qui pouvait lui être utile dans ce but de survie.

Léa resta plantée là, sans un mot, bras croisés. Son regard doré parlait de lui-même : elle était en rogne. Résolue à subir une autre mission d'Isanagi, certes, mais en rogne quand même. La missive ne disait pas qu'elle était obligée de sourire et d'avoir l'air ravie d'être là. Quand bien même, là, même en la menaçant de renvoi ou pire, elle n'aurait pas pu.


Dernière édition par Léa Dolce le Mer 2 Jan 2013 - 12:04, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Mar 1 Jan 2013 - 15:57
Le chant du silence résonnait lentement tandis que notre cher Directeur s'attelait à faire le plein de nicotine, quoique c'était bien inutile pour un fumeur comme lui. Dix minutes passaient rapidement lorsqu'il voyait enfin sa chère et favorite élève arriver, vêtue d'une tenue différente de la dernière. Plus garçon manqué à première vue, avec sa veste en jean et son pantalon se mêlant à l'obscurité des lieux, il souriait à sa venue. Oh, drôle d'allure, bras croisé, mine boudeuse, elle semblait déjà énervée, rien que de voir son cher directeur favori ! Ce même grand gaillard ténébreux laissait échapper une pensée :

* Qu'elle est mignonne cette petite quand même ! *

Il souriait doucement et se redressait un peu plus vers elle. Levant sa main pour lui adresser un bonsoir, il expira un dernier nuage de fumée. Par où commencer donc ? Qu'il était désolé pour la dernière fois ? De lui demander comment elle allait en cette soirée si mystique ? Oui, maladroitement comme jamais, il commençait son petit discours, toujours aussi familier avec cette élève et en la tutoyant.

Bien le bonsoir toi ! Hum...euh...j'imagine que tu vas bien puisque tu es là ce soir ! - Il se frottait énergiquement l'arrière de sa chevelure - Par où commencer ? Bien, ce lieu est un hôtel abandonné, ça se voit un peu, comme tu t'en doutes, on vas se faire un peu d'exploration afin de découvrir un petit lieu en particulier.

Il ouvrait légèrement sa longue veste, dévoilant son imperturbable cravate noire et blanche chemise, d'un sérieux implacable. Il se retournait d'un geste vif vers la porte, main sur la clenche et l'ouvrait rapidement. Un courant d'air passait rapidement, balayant leurs cheveux et une odeur de renfermée vint à leurs douces narines. S'engouffrant dans cette douce obscurité, il usait de son briquet pour allumer une sorte de chandelle accroché au mur. Soudain, toute les autres s'allumaient en même temps, c'en était mystique. Le Dieu continuait alors la discussion, presque en monologue.

Le lieu que nous recherchons s'intitule le Tartare, nous y rencontrerons des choses effrayantes d'après le grimoire mais rien de bien méchant si on ne compte pas les quelques monstres ridicules. C'est pour récupérer la moitié d'un artéfact, l'autre m'avait été rapporté par un élève du nom de Nikolas, tu t'en souviens j'imagine ?

* Je ne vais pas lui dire en tout cas que le Tartare renferme les plus dangereuses créatures, enfermés pour leurs crimes atroces, plus atroces que les repentis. Sans parler de mes desseins prévus. *

Les murs étaient vêtus d'une tapisserie plutôt médiocre qui se décollait à certains endroits. Quelques tableaux sans aucunes valeurs ni même de descriptions, Isanagi ne s'attardait pas la-dessus et ouvrait la voie pour Léa. Premièrement, pas de fantôme dans ces lieux, deuxièmement, trouvons la porte du Tartare, celle qui possédait une conscience bien propre à elle. C'était d'ailleurs pour ça qu'il avait demandé à Léa de venir, afin qu'il puisse déceler l'entrée du Tartare mais aussi pour autre chose...









Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Mer 2 Jan 2013 - 17:54
Dire qu'il souriait... ce sale psychopathe sadique souriait ! Il se foutait d'elle oui ! Didju le jour où elle serait une véritable déesse, il allait souffrir. Sa vengeance serait imparable, longue et aussi malsaine que ce qu'il la forçait à subir. Heureusement pour lui elle avait monté ses barrières psychiques, sinon elle aurait vraiment laissé de côté le détail de son titre et lui aurait balancé une bonne réplique cinglante totalement irrespectueuse.

Elle garda son regard mauvais sans lui rendre son salut. Prout pour la politesse, ya des limites. Il faisait son maladroit et tout, mais elle ne se ferait pas avoir. Autant la première fois elle avait pu à peu près lui pardonner, il la connaissait pas, il savait pas qu'elle était nulle et ne savait pas se battre, autant là il était au courant et n'avait donc absolument aucune excuse. Genre... si elle allait bien... la bonne blague.

- A merveille, j'suis sur mon petit nuage, ça se voit tant que ça ?

Son ton ne laissait guère de doute sur l'ironie mordante de sa réponse. Mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. Il espérait qu'elle allait sauter de joie peut-être ? Mouarf ! Elle attendit la suite, est-ce qu'il allait encore lui sortir un démon surpuissant et sanguinaire ? Oui l'hôtel abandonné elle avait compris, fallait être stupide pour pas le voir. Mais encore ? Un lieu particulier à l'intérieur du bâtiment ? Ca sentait mauvais...

Léa n'était pas du genre à utiliser son pouvoir volontairement. Elle en souffrait trop pour faire ça, comprenant très bien que les autres puissent avoir peur d'elle, voire la détester, n'appréciant pas que leurs pensées soient connues d'une autre personne qu'eux. Mais là, il en allait de sa survie. Sachant que la dernière fois Isanagi avait mis un bon moment avant de révéler le but de la mission, elle comptait bien savoir aussi tôt que possible pour éviter de finir en morceaux. Et puis de toute façon, s'il l'avait appelée elle, c'était forcément pour son domaine divinatoire, alors autant l'utiliser tout de suite hein ! Elle avait donc une bonne excuse pour jouer aux fouineuses. Pas de sa faute si elle ne pouvait pas isoler les pensées qui l'intéressaient et ne pas entendre celles des autres.

Alors que le directeur ouvrait la porte de l'hôtel, elle baissa ses barrières. Il lui semblait ne capter que lui comme être vivant, mais vu le lieu étrange ce n'était peut-être qu'une impression. Elle le suivit, méfiante, et ce n'était pas la lumière subite qu'il alluma qui allait la rassurer, loin de là. Un lieu plein de choses effrayantes... pas méchantes soit disant. Ok donc ils allaient morfler. Ou en tout cas elle, c'était sûr, mais pas étonnant. Elle secoua la tête en guise de réponse, non elle ne se rappelait pas de ce Nikolas, le nom ne lui disait absolument rien.

Une moitié d'artéfact... ouais, fastoche. Limite elle regrettait la mission du professeur psychopathe, Yuri Dragunov. Et à en juger par les pensées qu'elle captait d'Isanagi, ça allait devenir une certitude. Au moins elle savait à quoi s'en tenir avec l'autre. Ici... le directeur donnait ses informations au compte-goutte, et encore il essayait d'en garder le plus pour lui ! Les plus dangereuses créatures, des crimes atroces, génial... et en prime il manigançait d'autres trucs... Elle s'arrêta net et attendit qu'il s'en rende compte et se retourne pour parler froidement, son regard déterminé.

- J'vous préviens, directeur ou pas, j'm'en fous, je me casse si je sais pas ce qu'on est censés faire ici exactement. J'ai déjà donné pour les bestioles sanguinaires et je compte pas découvrir au dernier moment qu'il y en a là où vous voulez aller. Si vous me baratinez encore, vous vous trouverez quelqu'un d'autre pour faire l'appât.

Et en fait... elle espérait bien qu'il ne répondrait pas vraiment. Parce que mine de rien, elle sentait quelque chose d'autre que lui dans le coin. C'était encore assez loin, elle ne distinguait pas bien de quoi il s'agissait, mais le peu qu'elle sentait lui fichait la trouille. Ca ressemblait ni à un humain - ou dieu - ni à un animal... c'était totalement nouveau, très bizarre et ça semblait trop puissant pour qu'elle s'en réjouisse. Au contraire, ça lui confirmait qu'elle allait en baver une nouvelle pour cette mission.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Mer 2 Jan 2013 - 22:33
L'intérieur de l'hôtel était d'une humidité déconcertante, Isanagi en éternuerait presque ! Bref, sa charmante élève, très caractérielle soit-dit en passant, lui avait répondu par un doux sarcasme. Il n'en tenait pas rigueur et se contentait juste de tirer des bouffées de sa cigarette. Peut-être devrait-il lui donner un nom tant nous la citons dans ses rps. Ils continuaient leurs chemins quand soudainement, Léa, ronchonneuse, s'arrêta promptement. Elle lui fit un discours très coléreux, emplis de ressentiments à l'égard du fourbe directeur. Il se retournait vers elle, le visage impassible à cette remarque et lui répondit :

Jamais je ne te baratinerai chère Léa, tu ne pourrais donc pas faire confiance à ton cher directeur ? Penses-tu que, pour ma part, je n'ai pas confiance en toi et ton domaine ? Si ça aurait été le cas, j'aurais appeler un autre élève mais comme je t'aime bien, je me devais de t'inviter.

Niveau honnêteté, c'était peu crédible et légèrement discourtois, toutefois il y avait un fond de vérité. Il avait confiance en son domaine. Avançant de quelques pas, il hésitait à lui expliquer le but de cette mission. Une minute de réflexion et le directeur finissait par lui rajouter :

L'Académie a besoin de récupérer la moitié de cet artéfact afin qu'il ne tombe pas entre de mauvaises mains. Et pour s'y faire, nous devons rentrer dans le Tartare, lieu où moult créatures pourraient y vivre mais pour cela ne t'inquiètes pas, ça ne se passera pas comme la dernière fois, même parmi les Dieux, nous pouvons faire des découvertes et depuis la dernière fois, j'ai changé. La porte d'entrée du Tartare est comment dire, d'après le Grimoire, assez spéciale. Elle possède en effet une personnalité propre et un pouvoir particulier, je n'en sais pas plus. Juste qu'avec ton domaine, tu pourras la trouver.

Son souffle était en manque, une longue réponse comme celle-ci était chiante à faire. Comme on peut s'en douter, le directeur n'aimait guère parler, privilégiant la stratégie, l'action et les résultats. Il continuait donc son chemin, même si il ne savait pas par où commencer. Egalement, Léa pourrait-elle accepter son discours peu fameux et le suivre ? Lui faire confiance malgré sa rancune pour la dernière fois ? Peut-être, il fallait toujours se méfier et observer, analyser la situation. Isanagi se posait donc devant un tableau décrivant une scène tout à fait captivante, en attendant que sa douce et gentille élève prenne sa décision. Ce tableau décrivait un homme à la chevelure verdâtre, plus sombre que celle de Kym son éventuelle promise et au regard jaune perçant, fourbe et sournois. Il se dressait sur un siège, croisant les bras et les mains devant lui, fixant un éventuel amateur de peinture. Le Directeur en souriait presque.

*Bien, j'imagine que c'est toi sur cette peinture*










Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Jeu 3 Jan 2013 - 10:44
Il continuait à se foutre d'elle ma parole ! Deus qu'elle regrettait de ne pas avoir gagné les armes à la tombola du principal... quoi que, attaquer un directeur serait sûrement très mal apprécié, et de toute façon elle ne savait pas comment l'exploser en toute sécurité. Mais l'envie ne lui manquait pas. Lui faire confiance ? Elle ricana. Qu'est-ce qu'il l'espérait en lui sortant un discours complètement creux et dénue de sens ? Qu'elle tombe dans le panneau ? Elle était peut-être nulle en combat, mais elle compensait un minimum par son intelligence.

- Vous faire confiance ? Jamais. Et ça m'aurait absolument pas dérangée que vous demandiez un autre élève. Pas du tout.

La jeune fille ne broncha pas. Si elle n'avait pas ses réponses, peu importait les retenues et autres punitions. Peu importait même l'échec et le renvoi. Elle préférait retourner dans le cycle normal des réincarnations que subir toutes les misères du monde avec ce sadique de directeur. Ya des limites à l'orgueil, même si elle en avait un assez conséquent. Elle attendit donc qu'il continue de noyer le poisson ou qu'il se mette enfin à table. C'était clair qu'il hésitait et ça la confortait dans son opinion : il préparait un truc monstrueux tellement horrible pour elle qu'il voulait pas vraiment lui détailler la chose.

Il finit par cracher le morceau, et Léa n'était pas certaine de le croire. Ouais, trouver un artéfact pour qu'il ne se retrouve pas dans les pattes de délinquants ou de mauvais dieux - ça existait ça ? - pouvait être crédible. La porte dotée de conscience... oui ça passait aussi, ça devait être le truc bizarre qu'elle captait et qui lui foutait la trouille. Quant à ses promesses que ça irait mieux que la dernière fois, ça, elle n'en croyait pas un mot. Ce type avait un don pour qu'elle termine en morceaux, elle en était sûre, et même s'il avait tous les pouvoirs de Deus ça ne changerait rien.

Cela dit, l'apprentie déesse était loin d'être stupide. Elle avait bien vu qu'Isanagi lui avait certes répondu sur quelques points, mais qu'il avait "oublié" de préciser son propre but. Il faut croire qu'elle n'avait pas été assez clair dans sa question. Ou qu'il essayait encore de noyer le poisson. Il avait soit disant confiance dans son domaine, et il croyait qu'elle ne capterait pas sa volonté d'agir pour son propre compte ? Tss. Raison de plus pour se méfier.

Elle se remit en marche en décroisant les bras, mais lentement, presque à tâtons. Elle sentait la conscience de cette soit disant porte qui grandissait à mesure qu'elle s'en approchait, et ça ne lui plaisait vraiment pas. Elle aurait bien remis ses barrières en place, mais du coup la trouver se serait révélé impossible pour elle. Cela dit, elle n'en oubliait pas pour autant les manigances d'Isanagi.

- Je pense que je l'ai déjà trouvée votre porte, à peu près. Mais vous dites pas tout. L'artéfact, c'est l'excuse officielle. Vous comptez faire quoi ici, vous ?

Elle avait bien insisté sur le second "vous". Pas de place pour jouer à celui qui ne comprend pas. Et s'il essayait encore, elle lui sortirait ses propres pensées. S'arrêtant un peu en retrait du directeur, elle leva les yeux sur la peinture qu'il observait et fronça les sourcils. Ca lui faisait penser à Kym Mäss, la professeur de combat rapproché et alcoolique. Mais en version mec. Un frère jumeau ? En tout cas Isanagi semblait le connaître à en juger par ses pensées et son sourire.

- Ca a un rapport avec cet espèce de Mäss version homme ?

Peut-être qu'il n'y avait absolument aucun lien. Mais bon quand on est parano, qui plus est en présence d'Isanagi, on en met partout.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Jeu 3 Jan 2013 - 15:19
Le Directeur continuait de contempler ce tableau d'un hypothétique personnage tandis que Léa se rapprochait, toujours aussi sur les nerfs. Une nouvelle bouffée de cigarette avant de s'en reprendre plein la tronche par elle. Sa persévérance était tout à son honneur de vouloir découvrir ce que tramait Isanagi mais il n'en fit rien et se contenta de lui répondre, le regard sévère.

Ma chère Léa, j'aime beaucoup ta personnalité tu sais ? Mais là, veilles à respecter le supérieur que je suis, avec un minimum de politesse. Ce que je veux faire ici ? Je te l'ai clairement expliquer, tu n'as pas besoin d'en savoir et si tu persistes, je devrais prendre des précautions.

A cette phrase, il claquait des doigts, levant une barrière de pierre contre la porte d'entrée. Elle fut scellée pour le moment, juste le temps que les deux protagonistes terminent leurs missions. Ce n'était pas vraiment un procédure que le Directeur aimait faire mais il n'avait pas le choix s'il voulait réussir. De plus, il n'avait jamais été méchant avec Léa, lui octroyant même le terme de favorites parmi certains élèves alors s'il devait hausser le ton, ce serait fort désagréable. Une autre remarque lui arrachait aussi un large rire, la ressemblance du personnage sur le tableau avec la prof Kym Mäss. Bien entendu, il n'y avait aucun rapport, le Dieu lui apportait une autre réponse quant à ce mystérieux personnage :

On le nomme Jhoken. Son nom est inscrit sur le grimoire de Deus mais il n'y à pas eu plus amples informations sur lui, enfin, d'après ce que m'a rapidement décrit Colombe.

* Sans compter qu'il se fait appeler le maître des Âmes *

Cette pensée était un petit test pour Léa afin de voir si elle farfouillait dans les pensées d'Isanagi. Il fallait qu'il se méfie de ce domaine aux doubles-tranchants. Il retira une "latte" et reprit son chemin vers la porte du Tartare, enfin, si sa jeune collaboratrice souhaitait bien faire lui dévoiler la position. Pour la porte du Tartare, on disait qu'elle ressemblait à celle des Enfers. Des ornements vivants décoreraient la porte, avec des serpents entre-lacés, des araignées galopantes entre les creux du bois massif. Une poignée de porte peu convaincante taillée en forme de gueule de loup qui soit-dit se refermerait sur votre main, vous l'arrachant des phalanges jusqu'au poignet. Pas très belle description de la part du Grimoire mais c'était les seuls indices qu'Isanagi avait en sa possession. Sans compter que cette porte leur adresserait sans doute une sorte d'épreuve encore inconnue jusque là.

Bien, chère Léa, pourrais-tu nous y emmener à présent ? T'ais-je assez informer sur la situation ?

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Jeu 3 Jan 2013 - 16:08
Il faut croire que ce qu'Isanagi avait en tête n'était pas du tout anodin, vu la façon dont il finit par répondre. C'était bien la première fois qu'il faisait allusion à son rang de directeur. Bon Léa ne le connaissait pas des masses, mais pour le peu qu'elle avait vu il semblait peu enclin à utiliser sa position ni à en prendre avantage. C'était louche. Prendre des précautions ? Comme ? Lui lobotomiser la cervelle afin qu'elle obéisse ? Ou la menace de se faire éjecter de l'académie ? Au moins, elle serait encore en vie et en bon état. Et puis d'abord elle n'avait pas été vraiment impolie non plus ! Elle avait juste demandé ce qu'il comptait faire ici précisément. Elle ne l'avait pas traité de tous les noms pour l'avoir "invitée" ici, alors que l'envie ne lui manquait pas. Tsss quelle ingratitude.

Cela dit, elle eut vite sa réponse. Ah le sale [censuré] ! Est-ce qu'il s'imaginait que l'enfermer dans un hôtel abandonné potentiellement rempli de monstres allait la motiver davantage pour sa fichue mission ? Là c'était plutôt l'inverse. La jeune fille ne se considérait pas comme une favorite ou une chouchou, d'abord parce qu'elle n'imaginait même pas ce genre de trucs possibles envers une élève banale qui avait des notes plutôt lamentables en cours, mais ensuite parce qu'à son sens quand on est la préférée, on finit pas dans ce genre de situations ! On est censé être bien aimé et donc écarté du danger, pas embarqué dedans !

- C'est de la séquestration ça vous savez ? Et après vous espérez que je vais vous faire confiance ?

C'était poli. Glacial, mais poli. Limite on s'attendrait à ce que du givre se répande autour de Léa. Deus s'était planté, il aurait dû lui filer le pouvoir de Jack Frost. Elle n'appréciait absolument pas qu'on lui force la main, et encore moins sachant que ça puait les ennuis. Elle eut droit à un semblant de réponse sur le Mäss du tableau. Mouais en fait ça aidait pas spécialement. Un truc dont on parle dans un bouquin mystique mais sans détails précis à part "Maître des Âmes", ça craint. Ca ne lui plaisait pas dès le départ, mais là ça s'arrangeait pas.

Cela dit... elle n'avait pas des masses de choix. Elle pouvait bien sûr laisser tomber et aller bouder devant la porte bloquée en attendant qu'Isanagi libère le passage et qu'elle puisse sortir. Ou alors explorer l'hôtel pour chercher une issue, comme une fenêtre par exemple, au risque de tomber sur quelque chose de dangereux. Ou bien sûr continuer la mission en ayant une vague sécurité avec le directeur. Aucune solution n'était vraiment sûre ni joyeuse... pourquoi ça n'arrivait qu'à elle ce genre de trucs franchement ?

Alors qu'Isanagi reprenait sa route, Léa jeta un coup d'oeil derrière elle. Vu la taille de la barrière de pierres, elle ne risquait pas d'arriver à la détruire facilement, même avec le contrôle des limites. D'autant qu'elle n'utilisait ce pouvoir que sur son agilité la plupart du temps, et qu'elle ne le maîtrisait pas très bien. Soupirant, elle n'eut pas d'autre choix que d'emboîter le pas à son persécuteur, en veillant tout de fois à garder ses distances, des fois qu'il tombe sur une bestiole dangereuse ou, pourquoi pas, un piège. Et puis... elle n'aimait pas du tout ce qu'elle captait de la porte. S'avancer signifier se rapprocher donc capter de mieux en mieux ces espèces de pensées obscures. C'était plus des sensations que des mots, et contrairement aux animaux il n'y avait guère d'images pour aider à comprendre la chose. Si encore ça avait été de la joie ou de l'apaisement, ouais, mais là c'était bien plus négatif et Léa ne cherchait pas trop loin, n'ayant guère envie de découvrir précisément de quoi il s'agissait.

Morose et clairement là contre sa volonté, la jeune fille marmonna dans la barbe qu'elle n'avait pas avant de répondre aux questions du directeur.

- Non, mais les pions ont pas besoin des détails de toute façon. J'peux, mais elle sent vraiment mauvais votre porte. Respect ou pas, je passe pas devant.

Il pouvait bien lui ressortir son discours sur la politesse envers un supérieur et blablabli et blablabla, c'était mort. Peut-être que sans la porte elle aurait pu faire un effort, mais là, non. Léa était en rogne contre Isanagi, cependant ce qu'elle ressentait de l'objet commençait sérieusement à lui faire plus que peur, et risquait bien de prendre le pas sur le reste. Il lui fallait tout son self contrôle pour ne pas mettre les voiles et se planquer dans un coin, à défaut de pouvoir sortir. Inspirant un bon coup, elle indiqua la direction qu'elle pensait juste au directeur afin qu'il continue et qu'elle le suive. Bien vite elle ne put s'empêcher de frissonner, c'était tellement... malsain ce qu'elle sentait.

La jeune fille parvint à guider son sadique de directeur dans un couloir très large. Au fond, une double-porte aux dimensions improbables affichait ses décorations lugubres. Elle avait beau être dorée, de nombreuses tâches de sang séché la parsemaient trop pour qu'on ne les remarque pas. En s'approchant, on notait vite la présence des gueules de serpents aux crocs acérés qui mordaient dans des parties de la porte, d'où s'écoulaient de minces filets de sang sur une petite distance, avant de sembler absorbé par le métal. Plusieurs insectes aux pattes poilus parcouraient la chose, mais trop rapidement pour qu'on les distingue clairement. Dans la partie inférieure, des scènes avaient été gravées dans la matière, représentant des tortures aux Enfers, âmes damnées qu'on offrait à des cerbères et autres joyeusetés. Les poignées, elles, étaient au nombre de trois, et chacune semblait représenter non pas la gueule d'un loup mais une des trois têtes du fameux Cerberus, gardien des Enfers. Leurs yeux luisant donnaient l'impression de suivre les mouvements.

Charmante décoration, et encore. Léa ne prit pas le temps d'examiner en détails les autres parties de la porte. Elle préféra regarder derrière eux, dans le couloir, espérant que sa mission était terminée. Après tout, Isanagi voulait qu'elle trouve ce machin, c'était fait, maintenant elle pouvait filer ! Non ?

- Voilà j'ai fini, vous avez plus besoin de moi, bon courage.

Ca coûtait rien d'essayer. Elle n'arrivait même plus à prendre un ton mauvais contre le directeur. Non, elle n'avait qu'une envie : se barrer. Dès qu'elle avait vu la porte, elle avait remis ses protections psychiques en place, soulageant vite une partie de son malaise, mais elle sentait tout de même toujours les "pensées" émanant de cette chose. Si c'était aussi maléfique à ce niveau-là, qu'est-ce que ce serait de l'autre côté ? Elle ne voulait pas le savoir.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Sam 5 Jan 2013 - 14:34
Ils finissaient par se mettre en route, une nouvelle fois, et le Dieu ne prenait pas les sarcasmes de sa chère élève. C'était normal après ce qu'elle avait subit à la dernière en date mais pour le coup, le Directeur avait largement les moyens de la protéger. Elle ne risquerait pas de finir en morceau, avec un bras cassé ou une jambe ou autre chose ! Main posée sur sa cigarette, l'autre dans la poche, il écoutait attentivement ses paroles et passait devant sans dire un mot. La porte du Tartare était devant, majestueuse et sanguinolente. Il souriait à sa vue, le début de la mission allait véritablement commencée.

Désolé Léa mais tu ne peux pas partir avant qu'on ne termine cette mission, toi et moi. Ai confiance en moi, tu ne regretteras pas.

Il s'approchait alors de la porte, sans être effrayé par les amas de serpents et d'araignées. Plus il se rapprochait de la porte, plus les serpents sortaient de leurs creux pour tenter de l'attraper. Leurs jetant un regard acerbe ceux-ci reculèrent devant Isanagi, comme étonnement effrayé. Il se rapprochait tant qu'il n'était plus qu'à un mètre de celle-ci. Lentement, des yeux s'ouvrirent sur la porte aux dorures ensanglantées, des yeux injectés d'un jaune perçant, qui vous fouillerait de fond en comble. Une voix surgissait de nuls parts, rauque et tranchante. Une odeur de souffre commençait à fortement émaner des trois poignées en gueules de loups.

Toi, Dieu de la Création, que viens-tu faire ici !? Souhaites-tu rentrer dans le Tartare ?

Oui, nous souhaitons y rentrer pour retrouver quelque chose, peux-tu nous ouvrir ?

Il y eut un silence pesant. Durant une minute, rien ne se passait et Isanagi se tournait vers Léa afin de lui demander de se rapprocher un peu plus, sans qu'elle puisse avoir crainte. Soudainement, les araignées s'en allèrent, rampant à toute vitesse sur le sol, passant sous leurs pieds et s'enfuyant dans l'hôtel abandonné. La voix reprit la parole avec une demande plutôt particulière :

Oui, je peux vous l'ouvrir à une condition. Ton élève, là, doit choisir la poignée de porte et enfoncer sa main dans l'une des trois gueules et trouver la bonne. Si elle n'y arrive pas, sa main sera broyé et l'accès vous sera à toujours refusé.

Dans chaque gueules, une lumière distinct apparaissait. De gauche à droite : Une lumière violette, rouge & jaune. Isanagi adressait une pensée pour son élève, d'un ton rassurant, enfin, il essayait afin que cette histoire puisse lui être bénéfique.

* Vas-y Léa, essaie un truc avec les pensées, trouve une faille, je n'ai pas été choisi, sans doute a-t-elle vue un truc en toi, bref, je suis de tout coeur avec toi ! Je sais que tu y arriveras !*

A cette pensée, le directeur recula et se mit derrière Léa. D'un sourire étrange, il poussait légèrement celle-ci pour la mettre en face de la porte aux yeux glauques à souhaits.

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Dim 6 Jan 2013 - 17:16
Mouais. Léa se doutait bien que ça serait trop beau pour être vrai. Rien qu'à voir le sourire d'Isanagi elle pensait bien qu'elle ne s'en tirerait pas aussi facilement. Yavait qu'un psychopathe pour être content de voir une porte pareille. Et elle était encore entière. Ca serait un immense déshonneur pour le directeur si elle pouvait sortir d'une de ses missions de suicidaire en un seul morceau, et sans même avoir été blessée voyons ! Alors bien sûr elle tira la tronche, enfin un peu plus qu'avant si c'était possible, et garda ses distances. Avoir confiance en lui ? Même pas en rêve. Sauf quand il s'agissait de finir en pièces détachées peut-être.

La jeune fille ne bougea pas, laissant le directeur s'approcher de la porte et la dévisager. Elle regardait résolument ailleurs, le bruit des serpents et des araignées lui suffisait amplement, sans compter les pensées malsaines qui cognaient contre ses barrières psychiques. La voix venue de nulle part la fit sursauter et frissonner, brrrr ça n'arrangeait rien, et l'odeur bizarre qui s'installait non plus. C'était quoi ça encore ?

...

Comment ça "NOUS" souhaitons y rentrer ? Absolument pas ! Léa voulait pas, mensonges, calomnies ! Est-ce que ça ferait tout foirer si elle le disait ? Ca serait peut-être bien... mouais ou pas, elle n'avait pas non plus envie de finir en morceaux sous la colère d'Isanagi. Elle avait bien vu ce que ses invocations pouvaient faire, et ne voulait pas spécialement tester sur elle-même leurs compétences. Elle ne broncha pas donc, même quand le directeur lui fit signe de se rapprocher. Faut pas rêver, à moins qu'un monstre pire que la porte n'apparaisse dans son dos, elle ne ferait pas un mouvement.

Enfin presque... Léa bondit sur place en sentant plein d'arachnides lui passer entre les baskets, yiiiirk ! Bon elle n'avait pas spécialement peur des araignées en temps normal, mais là, le contexte, le nombre, les pensées mauvaises... elle ne pouvait rester de marbre ! Et puis ça faisait trop les rats quittant le navire, ça n'augurait rien de bon. Elle les aurait volontiers suivi. Et son envie s'accentua à la réponse de la porte. D'où elle devait faire le boulot ? C'était la mission d'Isanagi, pas la sienne ! Pourquoi elle ? Autant pour son domaine divinatoire elle avait fini par accepter le problème et arrêter de se lamenter sur son sort, autant là... ça risquait de prendre beaucoup plus de temps.

- Et si je refuse ? Pas que je tienne à ma main mais un peu quand même, et je suis pas maso moi.

Autant parler dans le vide, évidemment. Soupirant, elle n'eut pas vraiment d'autre choix que de descendre ses protections. Sa seule chance de gagner cette stupide... épreuve, dira-t-on, c'était de capter la bonne réponse dans les pensées de la porte. Sa réaction ne se fit pas attendre cela dit, et elle frissonna dès qu'elle sentit à nouveau l'esprit de cette chose. Si elle s'en sortait encore, là c'était sûr, la prochaine missive du directeur resterait sans réponse. Et ce n'était pas ses encouragements mentaux qui allaient la faire changer d'avis, bien au contraire. Une porte avait vu un truc en elle ? Didju mais elle avait rien ! Ni l'envie qu'on lui en trouve un !

- Faudrait lui acheter des lunettes alors à cette pauvre porte.

Léa marmonnait pour elle-même, et grimaça quand Isanagi vint derrière elle. Jusque-là, elle avait regardé ailleurs, mais maintenant elle n'avait plus le choix et elle vit très bien les yeux flippant de la porte. Ca y est, si elle sortait de là elle aurait des cauchemars pour toute l'année suivante. Et en plus il la poussait... limite elle préférait le démon de la gare tiens.

- Ca va j'sais encore marcher ! Et arrêtez vos pensées, ça m'aide pas au contraire ! Sauf votre respect !

Sa colère manquait quand même de conviction. La peur était bien plus forte maintenant, et sa voix tremblait autant que son corps. C'était un coup à finir chez un psy cette histoire... en supposant qu'il y en ait un dans l'académie. Léa observa la porte, souhaitant de tout son coeur se carapater. Ces yeux... et toutes ces gravures peu agréables... sans compter ces trois énormes poignées à tête de chien. Et elle devait y mettre la main ? A la limite la voir broyée lui faisait moins peur que de toucher à la porte.

Se mordant les lèvres, la jeune fille fit de son mieux pour occulter tout ce qui n'était pas important et se concentrer sur les pensées de la porte. Elle ne comprenait pas un seul mot, ça semblait être une autre langue. Génial. Du coup elle ignora les paroles de l'esprit pour se focaliser sur les images. Comment trouver ce qu'il lui fallait... elle ne pouvait pas fouiller dans la tête des autres, elle ne captait que ce qu'ils pensaient sur le vif. Elle approcha une main de la première poignée, mais sans la toucher, au cas où. La violette... Elle sentit une pensée sur le sujet, mais impossible de savoir si c'était bon ou mauvais. Elle fit de même pour les deux autres mais rien... didju son pouvoir ne servait encore à rien apparemment !

Elle devait trouver autre chose... mais quoi... Ramenant sa main vers elle, l'apprentie déesse fit de son mieux pour se concentrer un maximum sur la porte. Elle ne comprenait pas les mots, mais il lui semblait sentir une certaine déception. Hum... peut-être qu'elle avait une idée... Elle recommença son manège, plus lentement, prenant le temps de bien hésiter sur chaque poignée. Elle eut l'impression que la violette suscita une certaine excitation chez la porte. La rouge elle lui sembla transformer l'émotion en une certaine impatience malsaine, une hâte à pouvoir goûter sa chair et son sang. Yerk... et quand elle passa à la jaune, l'impression devint agacée, ou quelque chose s'en approchant. Maintenant... si la porte connaissait son pouvoir, elle pouvait sans doute feinter. Alors sur quoi se baser réellement...

Oh et puis crotte. De toute façon, au pire elle perdait une main, elle gagnerait des nuits de cauchemars mais au moins ils ne pourront plus continuer cette fichue mission. Elle avait fait de son mieux, si ça ratait tant pis. L'infirmerie l'aidera à récupérer son bout de membre. Tout plutôt que de continuer à sentir cette satanée porte dans sa tête. D'ailleurs elle isola son esprit, remettant en place de solides barrières. Elle inspira un grand coup, puis, fermant les yeux, elle faufila sa main dans la gueule du chien à la lumière jaune. Advienne que pourra, Inch Allah youpi, comme dirait Bénabar.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Lun 7 Jan 2013 - 22:03
Quelle situation fantastique que de voir cette querelle entre le directeur et son élève, en pleine mission en plus. Que dire du sourire narquois mais confiant du directeur sur Léa ? Sans doute qu'il savait ce qu'il faisait et qu'il avait toute confiance en elle. Se grattant gentiment la tête, trouvant le temps légèrement long, il hésitait à lui prendre la main et la mettre dans l'une des poignées, totalement au hasard. Néanmoins, le Directeur ne pouvait pas dire qu'il ne s'ennuyait pas avec elle et qu'il n'y avait pas non plus cette monotonie si oppressante de son bureau. Avec Léa, c'était comme un jeu où chacun tentait de provoquer l'autre, c'en était presque hilarant. Il fut enguirlander à cause de ses pensées mais il n'en tint pas rigueur et, bras croisés, il souriait, tirant des bouffées de sa clope de temps à autre. L'odeur de souffre commençait vraiment à être dérangeante, était-ce l'excitation de la porte en proie à de la chaire fraîche ? Sans doute. D'ailleurs Léa s'amusait étrangement à agiter ses mains devant les poignées, une par une. Serait-elle devenue folle, complètement hystérique à cause des missions du Dieu de la Création ? Encore une fois, sans doute.

Soudain ! Etant prise d'un courage instantané, elle "enfila" sa main dans la gueule d'où une lumière jaunâtre surgissait. La gueule descendit soudainement ! Pour s'arrêter in-extremis au poignet de Léa. Finalement, cette petite avait réussit son coup. La mâchoire emplie de dents acérés se releva aussi sec et les yeux disparaissaient. Un grommellement retentissait dès lors, signe de la frustration de la porte à l'issue sauve de Léa. Elle fit d'une voix rauque "Je vous ouvre...". Comme si elle boudait comme une enfant devant un jouet que ses parents ne voudraient pas lui acheter. Le jouet ? La main de Léa, dommage. Du sang commençait à couler le long de la porte jusqu'à repeindre la totalité de la dorure de celle-ci. Et d'un automatisme, les battants s'ouvrirent, dévoilant un lieu totalement surprenant.

Une plaine au ciel rouge sang. De l'herbes cramoisies et des arbres démunies de leurs feuillages jonchaient une route aux pavés mousseux. Le Directeur s'avança, souriant, et prit la main de Léa.

Un grand bravo à toi Léa, je savais que tu pouvais y arriver, j'en étais certain ! Maintenant allons-y ! Nous devons récupérer cet artéfact, toi et moi !

Sans même que l'élève ait eu le temps de s'en apercevoir, emportée par le Directeur, Léa était passée de l'autre coté. Pour le coup, il avait un peu forcé la main, sans doute ne voulait-elle pas venir mais étrangement, on pouvait sur le visage du Dieu un petit sourire narquois. Un bruit retentit ! La porte s'était refermée juste derrière eux, bloquant sans doute le retour jusqu'à ce qu'ils aient terminer leurs missions. Le Directeur laissait échapper un "oups" peu innocent. Il avait lâcher la main de l'élève et avait déjà précipiter le pas de quelques mètres. Le ciel laissait éclater quelques tonnerres lointains, signe qu'un orage pouvait arriver. Le Directeur n'osait pas imaginer un orage avec un ciel aussi rouge. Leur cible à présent ? Il n'en savait pas vraiment grand chose, juste qu'ils devaient continuer sur le chemin pavé.

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Mar 8 Jan 2013 - 12:37
Situation fantastique, situation fantastique, ça dépend pour qui ça ! Des gouttes de sueur plein le front, Léa attendit en serrant les dents, prête à sentir des crocs lui déchiqueter la main. Est-ce que ça serait pire que son épaule déboîtée de l'autre fois ? Difficile à imaginer. C'était quand même une sacrée douleur que le démon lui avait infligée, sans compter l'épuisement et la migraine de son cher domaine divinatoire. Elle entendit la poignée bouger, la gueule descendre, lentement en plus, sale sadique de porte. Elle pourrait au moins la lui gnaper d'un coup, que ça soit fini !

Se mordant les lèvres, elle patienta, puis sursauta vivement en sentant la morsure froide du métal sur son poignet. Et puis plus rien ? Elle ouvrit les yeux, se rendant alors compte qu'elle les avait fermés et serrés plus que fort. Rien ? Vraiment ? Ou alors elle était devenue insensible à la douleur ? Non pourtant, sa main était toujours là. La froideur métallique disparut avec la gueule qui se relevait et la porte annonça le verdict. Elle leur ouvrait... oh bordel... La jeune fille ne savait pas si elle devait être contente d'avoir réussi ou désespérée de voir la mission se continuer.

L'ouverture ne pouvait pas être simple, non. Du sang partout, charmant. Léa recula un peu, souhaitant de très loin finir tâchée par le liquide écarlate. De l'autre côté... ça n'avait pas l'air mieux. C'était surprenant, elle s'attendait à une pièce ou un couloir, pas à une plaine au ciel aussi infini que sanguinaire. Raison de plus pour rester en arrière. Mais Isanagi le tortionnaire ne l'entendait pas de cette oreille et lui agrippa la main pour l'embarquer avec lui.

- Hey !

Elle n'eut même pas le temps de protester ni de lui dire qu'il avait plus besoin d'elle. La porte était ouverte, c'est bon, elle avait fait sa job. Elle allait le tuer... si le prochain obstacle consistait à choisir entre avancer ou exploser le directeur, son choix était déjà fait. Elle trébucha dans l'herbe et tenta bien de s'échapper mais elle entendit alors le claquement bref qui ne signifiait qu'une chose... tournant la tête, ses yeux lui confirmèrent ce qu'elle craignait : la porte s'était refermée, coupant toute retraite. Isanagi en rajouta une couche avec son exclamation absolument pas convaincante. Elle allait l'égorger de ses petites mains.

Laissant le directeur s'amusait à avancer, elle revint près de la porte, cherchant une serrure, une poignée, une gueule, n'importe quoi. Mais il n'y avait rien... Elle avait une grande envie de cogner dessus en lui hurlant de la laisser sortir, cependant vu ce que c'était... elle préférait éviter. Sa main était sauve pour le moment, elle ne voulait pas risquer de changer cela. Dépitée, elle se retourna vers Isanagi, le fusillant du regard. Heureusement, elle n'avait que son dos à voir, parce qu'elle sentait qu'elle était bien capable de développer subitement un pouvoir de meurtre par yeux interposés.

Léa sursauta en entendant le tonnerre. Il allait quand même pas pleuvoir ? Elle n'allait pas devoir subir en plus de tout ça une tempête bizarre et probablement malsaine hein ? Fallait pas exagérer non plus ! Peu désireuse de rester près de la porte seule - et qui sait ce qui traînait dans le coin - elle n'eut pas d'autres choix que de rejoindre son bourreau, sans non plus oublier de le tuer de mille façons cruels dans son regard.

- J'ai fait votre fichu boulot, vous pouvez bien récupérer votre truc tout seul ! Vous êtes un vrai dieu vous après tout ! Je vois pas ce que je peux faire de plus et j'ai pas du tout envie de savoir. C'est trop... malsain ici.

L'apprentie déesse maintenait résolument ses barrières en place, histoire de conserver un semblant d'esprit, mais elle sentait quand même très bien l'ambiance mauvaise des lieux, les murmures de pensées étranges qui n'avaient pas de source. Elle captait de moins en moins la porte en s'éloignant, mais elle n'était pas sûre d'y gagner au change... pas du tout même.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Mer 9 Jan 2013 - 20:53
Une douce bouffée descendait le long de la gorge du Directeur, lui faisant un bien fou, détendant ses nerfs. Oui, ses nerfs car Léa semblait de mauvaises humeurs depuis qu'elle l'avait rejoint. Il se demandait ironiquement pourquoi elle était ainsi. De l'humour sans doute. Bref, le Directeur marchait sans vraiment attendre la jeune élève qui semblait dépitée et restait près de la porte, c'était plutôt dangereux quand même. Les oreilles tendues vers l'arrière, comme un chat, le Directeur entendit les bruits de pas de l'élève et souriait sournoisement.

* Et bien, elle est marrante quand même cette petite même si elle ne risque rien si elle reste avec moi tout du long, mieux vaut pas lui dire que les démons, prisonnier tués viennent ici, des enfers comme ceux du monde humain et que du coup, Incubus pourrait très bien être là, mais bon, vu la dernière fois, ça m'étonnerais*

Le temps était agréable, plus d'odeurs de souffres, même pas de vents alors que pourtant un orage semblait se pointer à l'horizon rougeâtre. Le Directeur semblait perplexe à l'idée que cet orage pouvait symboliser une autre sorte de Démon, ou un prisonnier dont la colère aurait tellement grandie qu'il aurait prit la forme d'un orage. Hypothèse plausible. Se retournant d'un coup sec vers Léa, essayant de la faire sursauter ou de lui susciter une quelconque réactions, il lui balança :

Rapproches-toi ! Au lieu de traîner, tu es plus en sécurité avec moi qu'avec une porte démoniaque et puis t'es une élève bon sang ! Je suis un Dieu, tu comprendras que ce n'est pas en restant avec des simples élèves que tu pourras améliorer tes aptitudes. Profites de cette chance de m'accompagner pour en apprendre le plus possible bordel, il faut avancer et progresser, crois-moi, tu es la seule qui soit venue avec moi en mission, soit pas si ingrate !

Etonnant. Le Directeur qui était si calme et qui gardait son sang-froid d'ordinaire s'était légèrement lâché. Chose rarissime d'ailleurs, il fronça légèrement les sourcils. C'était bien la première fois qu'il se dévoilait autant avec quelqu'un, mise à part Kym avec qui il avait eut de fabuleuse aventure, même avec sa fille Maya, il n'avait jamais montrer un tel coté de sa personnalité, se laissant aller à une colère impromptue. Bref, ils avaient du chemin avant d'atteindre le vrai Tartare qui d'après le grimoire était une bâtisse situé tout au bout du chemin sur lequel ils étaient. Grommelant à Léa il lui fit le geste de se dépêcher.

Bon, on se dépêche si tu ne veux pas que ce nuage rapplique, la prison était encore assez loin j'imagine et vu le lieu dans lequel on est, ça ne m'étonnerai pas que cet orage soit une sorte de Démon. Alors faisons vite et plus de ronchonnement d'accord !?

Invité
avatar
Invité
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Jeu 10 Jan 2013 - 12:22
Heureusement que Léa gardait ses remparts dressés. Si elle avait capté ce que se disait Isanagi, elle aurait vraiment craqué et piqué une crise de fou. Revoir cet Incubus ? Didju, elle avait été assez traumatisée comme ça ! La mort dans l'âme, elle suivait le directeur sadique sans trop l'approcher. Elle observait le ciel et n'appréciait guère l'orage qui semblait s'approcher. Vu le lieu, ça ne risquait pas d'être normal, et ça ne lui plaisait pas. Avec sa chance, ça allait forcément lui tomber dessus. Peut-être une armée de démons qui s'approchaient pour leur faire la peau... ou des gardiens ? Après tout, c'était censé être une espèce de prison ici si elle avait bien compris, et qui n'avait pas une population de petits choristes. Il devait bien y avoir un système de sécurité ou de surveillance. Et techniquement... ils étaient des intrus non ? Oh bonne mère...

Plongée dans ses pensées, la jeune fille sursauta violemment quand Isanagi se retourna, et elle manqua de peu de s'étaler par terre. Mais il était vraiment barjot !

- Ca va pas la tête ? Vous trouvez que j'ai pas assez la trouille comme ça ?!

De fait, elle était réellement effrayée et ne voulait qu'une chose : partir. Si en plus son seul compagnon de route lui faisait des coups pareils, elle allait finir par subir une attaque cardiaque. Il croyait quoi, qu'elle était une guerrière sans peur ni foi ? Apparemment il avait oublié qu'elle n'était qu'une gamine à peine majeure de son vivant et qu'elle était tout à fait capable d'être terrorisée. Peut-être que pour lui il ne s'agissait que d'une petite balade de santé, mais pour elle c'était loin d'être ça. Elle allait finir par crier ou pleurer pour extérioriser tout ça.

Ok il avait raison sur un point : elle voulait s'améliorer, ne serait-ce que pour supporter de vivre parmi des gens et avoir une existence plus ou moins sociale. Et c'est vrai qu'elle n'avait pas pensé que des missions avec des dieux pouvaient l'aider. Mais en même temps... sa dernière expérience ne lui avait pas spécialement permis de mieux maîtriser son domaine divinatoire. Seulement de finir en morceaux. Normal dans ces conditions qu'elle ait une si mauvaise opinion du directeur et de ses sorties.

Cela dit, c'était bien la première fois qu'elle le voyait avec un semblant de colère. Et c'était peut-être le pire dans l'histoire. Ca prouvait qu'il relâchait le contrôle qu'il avait sur lui-même, et donc par déduction... qu'il était sûrement stressé. Sur les nerfs. Peut-être même effrayé lui aussi ? Réflexion somme toute intéressante : Léa n'avait absolument pas imaginé une seule seconde qu'Isanagi puisse être mal à l'aise ici. Il semblait tellement si sûr de lui, tout le temps, qu'elle le voyait mal stressé, sur les nerfs, ou même effrayé. Il n'était pas un héros à ses yeux, fallait pas déconner non plus, mais il avait quand même une certaine aura imposante. C'était le directeur, un dieu choisi par Deus en personne. Il n'était pas censé avoir peur ni hésiter, encore moins péter un câble.

Finalement c'est de le voir comme ça qui refroidit le plus Léa. Il avait beau dire qu'elle était en sécurité avec lui, maintenant elle avait de gros doutes. Est-ce qu'il avait vraiment la trouille lui aussi... ? Peut-être pas, mais il devait être au moins sur les nerfs. Et l'attitude méfiante de la jeune fille n'arrangeait rien apparemment. Peut-être que sa méfiance était une sorte d'insulte : ça lui mettait la pression qu'elle montre ouvertement son manque de confiance en lui et en sa capacité à la protéger. Qui sait... finalement, il avait aussi une partie humaine en lui. Attention ça n'excusait absolument pas son côté sadique et psychopathe. Mais ça le rendait un peu moins... mauvais. Mais juste un peu. Et de toute façon, elle ne l'avouerait jamais.

Léa accéléra un peu l'allure pour le rattraper et rester à côté de lui.

- J'vous signale que, lors de la dernière mission, à part la douleur monstrueuse que provoque un bras déboîté, j'ai pas appris grand chose. Et j'me suis pas inscrite à une formation de résistance à la souffrance physique.

Son ton était moins agacé qu'avant, mais elle n'était pas non plus des plus agréables. C'était plutôt sa voix neutre habituelle, avec toujours un soupçon de ronchonnement spécial Isanagi dessous. Fallait pas non plus abuser, elle n'allait pas lui pardonner ce qu'il lui faisait subir aussi facilement. Et puis, il avait peut-être une idée pour qu'elle s'améliore après tout, on sait jamais. Elle hocha la tête.

- Ouais, plus vite ça sera terminé plus tôt je pourrai me reposer à l'infirmerie. Je promets rien pour les ronchonnements mais je vais essayer.

Elle ne pouvait pas faire mieux. Marchant au rythme d'Isanagi, un peu plus vite même pour pouvoir rester à sa hauteur - elle restait une fille de petite taille, surtout à côté d'un homme - elle jetait des coups d'oeil à l'orage s'approchant. La poisse, pour changer... Cela dit, en tournant la tête, elle aperçut au loin un bâtiment qui, malgré la distance, semblait aussi immense que malsain. Elle ne savait pas si elle préférait affronter l'orage ou ça... les deux lui paraissaient aussi dangereux l'un que l'autre.

Ah les joies des missions du directeur...
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] - Jeu 10 Jan 2013 - 17:27
Cette élève ronchonneuse s'était finalement calmée pour un ton amoindri. Tant mieux, elle marchait même plus vite que lui à présent !? S'était-elle adonné aux joies de cette mission avec lui ? Ce serait étonnant. Bref, une bouffée de cigarette, Isanagi continuait sa route avec elle en direction de la prison. L'orage laissait transparaître des éclairs rougeâtres à présent. Ils arrivèrent devant la bâtisse et d'un regard circulaire, le Dieu de la Création fit le point. Un face décrépie qui ressemblait étrangement au dehors du Tartare, à l'hôtel abandonné. Sauf en plus gros et avec des barreaux placés à un peu partout sur les fenêtres et même en dehors. En effet, des barreaux partaient du toit jusqu'à un mètre en dehors, faisant un angle, et descendaient jusqu'au sol. On aurait dit une cage à oiseaux pour le coup. Avec une simple porte grillagée comme première ouverture. Des yeux farouches fixaient d'ailleurs les deux silhouettes situées juste devant l'entrée.

Bon, maintenant chère Léa, on ne rigole plus, un pas de travers et ça risque d'être corsé, tu vois ces regards pointés sur nous déjà ? N'y fait pas attention, à l'intérieur, ils devraient être placés derrière leurs prisons, enfin normalement. Et surtout mets bien en place tes protections, leurs pensées malsaines pourraient avoir raisons de toi, crois-moi.

En effet, rien comme ça, on pouvait sentir l'aura de mauvaises intentions. Imaginons qu'elle soit envahit par les pensées de leurs atroces crimes ? Elle ne ferait pas long feu et pour le coup, le Directeur lui donnait de bons conseils. Il avançait alors vers la porte, main sur la poignée, il ouvrit d'un seul coup. Elle n'était pas verrouillée, c'en était étrange. Les yeux perfides disparurent en un instant. Isanagi rentrait alors à l'intérieur de grillage. Aucunes réactions.

Bien, suis-moi, on va se dépêcher, regarde le ciel.

D'un ton impassible, il pointait alors l'orage situé juste au-dessus de leurs têtes. Des fines gouttelettes commençaient à tomber. Des gouttelettes aux couleurs particulières, aux couleurs sanguinaires. Oui, il pleuvait du sang, pas d'artifice bien entendu, mais du vrai sang.

Isanagi précipita le pas vers l'autre porte, celle de la prison et l'ouvrit, la claquant fortement. Regardant Léa restait sur place, il lui fit des gestes pour qu'elle vienne au plus vite. Une voix dans le ciel commençait à surgir, une voix mesquine, aux obscénités plus qu'aberrantes :

Une femme, une chienne, de la chaire fraîche, viens ici que je te dépèce, te dévore, je me délecterai de tes entrailles, de ton coeur, de ta tête décapitée, une apprentie-Déesse en plus, viens par là.

Ces paroles venaient bien du ciel, et d'un seul coup, deux énormes bras surgissaient du ciel ensanglanté, lentement, ils se tendirent vers Léa. Il ne plaisantait vraiment pas cet orage ! Comment c'était possible !? Une bestiole coincée dans un nuage, cette vision cauchemardesque était vraiment glauque. Des bras gigantesques à la chaire putride qui descendait vers l'élève du Dieu, y avait de quoi se faire du soucis.

Grouilles toi Léa, viens vite à l'intérieur, tu seras plus en sécurité !

La pluie s'accentuait alors, on aurait cru à une excitation venant de la part du nuage meurtrier, était-ce bien le cas ? Sans doute...

Contenu sponsorisé
Re: Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce] -
Deuxième mission : Le retour ! [Pv Léa Dolce]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Les Archives :: Les Archives :: Archives des grimoires-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page