Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'art de la survie pour les petits scouts (pv)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: L'art de la survie pour les petits scouts (pv) - Lun 24 Juin 2013 - 18:19
Il y a un temps où l'on débute dans un domaine, pour lui ce doit être la première fois qu'il pêche de cette façon, incapable d'attraper un seul poisson, pourtant il est très simple de pêcher et plus rapide, cependant je veux bien comprendre qu'il n'a pas vécu dans un monde comme le mien. Ce jeune homme sait au moins la prudence et je reconnais au moins ça, néanmoins il doit apprendre mon art s'il a envie de progresser, enfin j'espères avec sa volonté sans faille il évoluera à travers les échecs et atteindre son objectif. Nous avons passé un certain temps seul à continuer de pêcher ce que l'on pouvait, quoi que c'est lui qui doit le faire et non moi, bien que de temps en temps je lui montre la bonne façon de faire et je constates qu'il évolue petit à petit, même s'il n'a pas réussi à toucher quoi que ce soit avec sa lance, je sais qu'il progresse. Maintenant que j'y pense, ils sont bien lents ces deux là, que font-ils ? Je pense qu'il est temps d'aller les voir et de m'assurer qu'ils vont bien. J'ai prévenu Akared que je vais aller chercher les deux autres et qu'il continue l'entrainement jusqu'à mon retour. 


J'ai donc marché en pensant ce que font ces jeunes, c'est un boulot assez simple pourtant, même si je leur ai dit d'aller les chercher à la frontière de la forêt... Je pense beaucoup trop et puis il y a Léa avec le petit, je suis sûr que tout va bien se passer. Lorsque j'arrive à peu près l'endroit où sont sensés êtres mes deux élèves j'entends déjà du bruit et par dessus tout il y a juste un rugissement que je n'ai pas eu du mal à identifier, un ours. Je leur ai pourtant dit de ne pas aller s'enfoncer dans la forêt sans ma présence! Attendez... Ce rugissement provient en fait derrière moi ? Je me retourne pour observer avec stupeur mon élève se faire charger par un ours qui a l'air d'avoir très faim. Je devais agir très vite si je veux le garder entier, j'aurai des ennuies si il lui arrive quelque chose. Je n'ai pas perdu un instant pour agir, heureusement que mon contrôle sur mon corps a atteint à son paroxysme, mais à cette distance je doute pouvoir arriver à temps. D'un bond surpuissant, je me suis propulsé vers l'ours qui lève déjà sa patte en l'air, près à lui cogner sévère, malheureusement pour le jeune garçon, il n'a pas pu lui échapper étant donné qu'il a trébuché dans l'eau. A peine j'arrive juste devant lui et mon point près à lui frapper dans son ventre que l'ours a déjà donné un coup violent à Akared, volant comme s'il venait de pêcher un poisson à grand coup de patte. Une fraction de seconde plus tard et c'est au tour de mon poing qui frappe sévèrement dans la fourrure de la bête avant de faire un envol que l'on pourra inscrire dans  le livre des records du premier mammifère à faire un vol plané. (Ce que je ne sais pas, c'est que cet ours, ayant subit un coup très violent, continue de voler ainsi en direction de Léa et Eden, comme par pure hasard il tombe sur le prédateur embusqué qui allait les manger tout cru)


Je me suis précipité vers mon élève, trempé dans l'eau, tenant dans mes bras pour l'emmener sur la terre ferme, une fois déposé sur le sol verdoyant, j'ai commencé à analyser son état. Bon, il respire toujours, par contre il s'est pris une sacrée baffe, ne semblant pas se réveillé pour le moment, il a dû se cogner sur de la roche quand il est tomber. Je ne peux me permettre de le garder ici, ça ne servirait plus à rien à part de faire un peu plus attention sur ce qui l'entoure, moi y compris. (soupir) Je vais devoir l'emmener à l'infirmerie, mais avant, je dois laisser des instructions pour le reste du groupe. Prenant Akared sur mon épaule et les poissons que j'ai pêchés dans l'autre main je me suis dirigé vers le campement, une fois sur place je l'ai laissé dans un coin et le repas près du feu de campement, enfin là où est censé se trouvé. J'ai pris un bout de bâton qui traînait à côté et dessiner sur la terre fertile, assez simple, chaque dessin représente une chose, le feu de camp, les poissons, et à la fin écrivant en message: STAY HERE, I'll BE BACK.


Voila, tout est près, maintenant je vais prendre le petit avec moi jusqu'à l'infirmerie. Pratique quand on est administrateur de cette salle, je peux sortir quand je veux en faisant juste apparaître la porte de sortie, d'ailleurs la voila la porte, juste devant moi, planté, sans aucun mur. J'ai franchi la porte pour rejoindre la réalité, une fois refermé elle disparaît. J'ai marché dans les couloirs avant de rejoindre l'extérieur et me diriger directement vers l'infirmerie. Je n'ai pas mis énormément de temps, pour pénétrer à l'intérieur de ce bâtiment qui ressemble plus à un hôpital. J'ai confié le petit à une infirmière qui s'en est chargé par la suite et j'ai patienté dans la salle d'attente, en espérant que tout va bien pour lui. En tant qu'enseignant, je suis responsable de mes élèves et mes actes ne doivent pas être pris à la légère, mais là... J'ai négligé mon jugement, grosse erreur de ma part, peut-être que j'ai trop sur-estimé le garçon, en espérant trouver un âme de guerrier en lui, j'ai eu tort... Le temps passe et je ne sais plus combien de temps je suis resté ici, les bras croisés et à attendre que l'infirmière se pointe, j'ai mes deux élèves à gérer aussi il faut que je dois retourner au plus tôt que possible à la salle d'entrainement, qui sait ce qui va se passer sans moi. 
Invité
avatar
Invité
Re: L'art de la survie pour les petits scouts (pv) - Lun 29 Juil 2013 - 0:32

...

Léa se demanda sérieusement comment on pouvait les qualifier de dieux, même apprentis, s'ils n'étaient pas fichus de s'écouter ? Non mais franchement... Le professeur avait bien précisé qu'il ne fallait pas s'enfoncer dans la forêt, et elle avait elle-même prévenu que ça craignait, qu'il y avait quelque chose, mais non... Eden quitta l'abri précaire des plaines pour filer sous les arbres. S'imaginait-il qu'elle viendrait l'aider s'il y avait un problème ? Aucune chance. Autant si ça avait été un accident, oui, elle serait venue, mais là il était hors de question qu'elle mette les pieds dans la forêt. Si cet imbécile avait foncé là-dedans, c'était son problème à lui. Elle ne voulait pas se faire dévorer par un prédateur. Peut-être irait-elle prévenir Yuri à la limite.

En attendant, la jeune fille continua à récupérer du bois, se faisant un bon petit tas qui devrait suffire à alimenter un feu basique toute une nuit ou presque. Restait à le ramener au camp. Une autre pensée hostile lui parvint, plus ou moins lointaine. Ca ressemblait à quelque chose qui s'éveillait et trouvait matière à gronder. Eden était-il tombé sur une bestiole qui dormait tranquillement ? La bonne blague. Mais le rugissement que ses oreilles captèrent ne venait pas de la forêt. Elle tourna la tête et aperçut au loin un ours énorme qui s'attaquait à la forme d'Akared. Le professeur semblait venir vers elle mais fit demi-tour aussi sec pour aller l'aider.

Léa aurait bien donné un coup de main, encore que ça ne se serait sûrement pas révélé utile, mais une autre pensée hostile lui parvint, ainsi que celle d'Eden. L'imbécile était effectivement tombé sur un prédateur, un gros chat apparemment, et allait se faire croquer tout cru. Bon sang... et le professeur qui s'occupait de l'autre élève et de son ours... elle ne pouvait même pas l'appeler à l'aide. Dieu ou pas, il ne pouvait pas se trouver à deux endroits en même temps. Est-ce qu'il l'engueulerait si elle attendait simplement son retour et laissait l'autre se faire bouffer ? Peut-être. Tsss.

Laissant Yuri avec son ami poilu, l'apprentie déesse entra dans la forêt en sortant le couteau à la Rambo. Quitte à finir en morceaux, autant vendre chèrement sa peau. Utilisant son contrôle des limites, elle sauta entre les branches et les racines volumineuses pour rejoindre aussi vite que possible son imbécile de camarade, et le trouva à moitié écrasé par un énorme félin. Dont il mordait une patte... ? Ok... pas chercher, pas chercher.

- Imbécile...

L'animal était joyeux, même s'il avait un peu mal à la patte il venait de se faire livrer un repas facile à découper. Tout à Eden, il ne faisait guère attention au reste, alors la jeune fille se faufila rapidement derrière lui et lui planta le couteau dans le haut de la cuisse droite. Le prédateur gronda, d'où sortait cette piqûre ?!

- Je sais pas ce que tu fous Eden mais lâche ce machin et barre-toi !

Est-ce qu'il allait l'écouter ? S'il continuait à faire l'andouille, là c'était sûr, elle s'en allait pour sauver sa peau, tant pis pour lui ! Mais la providence vient toujours de façon surprenante et par là où on ne l'attend pas... en l’occurrence sous la forme d'un ours qui s'écrasa de tout son poids sur le pauvre chat géant.

- ...

Pas chercher. Non, non, pas chercher à comprendre. Mauvaise idée. Plutôt en profiter pour filer, ça oui ! Ne demandant pas son reste, Léa fit demi-tour, abandonnant sans remords son couteau Rambotesque dans la cuisse du félin. Si Eden était encore un minimum malin, il suivrait, sinon tant pis pour lui. Elle n'avait pas envie de rester près d'un ours et d'un chat géant jusqu'à ce qu'ils reprennent leurs esprits. Filant aussi vite que possible, elle sortit de la forêt et souffla un peu dans les plaines. Bon sang, pourquoi tous les profs la mettaient dans des situations pas possibles ? Elle allait finir par laisser tomber la défense et se contenter des cours de maths... vraiment...

Léa jeta un coup d'oeil derrière elle, vers la forêt. Est-ce qu'Eden avait pu filer aussi ? Elle écouta les pensées que ce monde artificiel recelait. Y avait-il un abruti d'élève dans le tas ou se retrouvait-elle seule - pour changer - dans une panade monstrueuse ?
Invité
avatar
Invité
Re: L'art de la survie pour les petits scouts (pv) - Mer 4 Sep 2013 - 10:05
Pendant ce temps, alors que mes deux élèves se trouvent encore dans la salle d'entraînement, je me trouve toujours a l'infirmerie, assis sur l'une des chaises et a attendre impatiemment que l'infirmière arrive pour apporter la bonne nouvelle. En même temps que je patiente dans le couloir, je réfléchissais, non, je songeais à mes cours, est-ce-que je suis trop sévère comme enseignant? Suis-je un mauvais professeur ? J'ai peut-être sur-estimé les petits, mais ça reste des enfant qui n'ont peu d'expérience et aucun point fort physique, si ce n'est que pour courir, mis à part ça ils ne feront pas mal à personne. Je voulais les éduquer pour qu'ils puissent apprendre à se défendre seul, comme un grand, combinant avec leur pouvoir ils sauront survivre dans les terres inexplorées, bien entendu je ne vais pas les laisser aller là-bas, mais juste au cas où s'ils arriveraient à passer à travers nos surveillances.

Il n'y a pas beaucoup d'élèves qui participent a mon cours pour une raison très simple, très peu de personnes possèdent une arme et qui veulent apprendre à l'utiliser correctement, pour les autres ils ne s'intéressent pas. Ceci n'est pas encore la cause pour que je sois connu, ils me connaissent comme étant sadique et trop stricte pour ces élèves, j'inspire la peur à cause de mon comportement étrange "en effet, j'ai bien rigolé". Quoi qu'il en soit, il faut que je revois mes cours, faire baisser les difficultés et me montrer moins agressive envers les nouveaux, ça va être difficile. Je ne sais même pas si je vais y arriver en fait "si tu ne le fais pas, c'est moi qui vais m'en occuper", surtout pas toi, hors de question de te laisser en liberté! "Tsss, t'es pas drôle comme mec"

Et oui, ce double personnalité craint, c'est difficile de le gérer, des fois il vient et m'emmerde, sinon la plupart du temps il me laisse tranquille, mais ça ne dure pas longtemps. Puis revenons en sur mes cours particuliers, je pense que ceux qui sont passé part là en ont bavé, parce que dans un cour qui ne fait pas partie de notre quotidien je prends l'élève plus au sérieux, voir même que je le considaire comme un soldat, avec une volonté forte et inébranlable, je les mets a l'épreuve dans des exercices que j'ai pratiqué dans le passé, à ma façon. Peu d'élèves ont réussi à terminer mon cours et ces élèves là ont sû combiner mon art avec leur pouvoir, des adversaires plutôt forts. Puis pour ce cours particulier, je pensais un peu différemment, disons que je voulais instruire les élèves a survivre dans les zones inconnues et qu'ils doivent se d'emmerder pour survivre, je voulais faire incarner cet art de la survie dans l'esprit de ces élèves, mais je les ai mal jugé et je crains qu'en çe moment même qu'ils y aient des problèmes en mon absence.

Puis l'infirmière arrive enfin dans le couloir, me réveillant par la même occasion dans mon tourment indécis, elle s'approche de moi, je me lève donc pour être présentable. La bonne nouvelle c'est que le jeune Akared n'a pas subis des dégâts trois lourd et il va s'en remettre en un rien de temps. Je devrai être soulagé qu'il ne soit pas cloué sur son lit pendant une semaine, mais j'ai d'autre affaire a régler et je m'excuse devant l'infirmière avant de me diriger vers la sortie et rejoindre la salle de simulation.

Je suis bien décidé a faire arrêter cette simulation plutôt dangereuse pour les novices, je devrais revoir mes cours, oui, revoir les difficultés en baisse. Je devrai rester encore sur mes cours de combats et attendre un peu pour les cours de survies de haut niveau. 

Maintenant que j'ai atteint la salle de simulation, j'entre à l'intérieur et j'observe un peu ce qui se passe autour de moi, ça a l'air d'être calme, mais, grâce au commande holographique qu'offre cette salle en tant qu'administrateur, je peux voir mes deux élèves en difficulté, quoi qu'il en soit je ne change pas de décision. Sur l'écran se trouve l'énorme bouton écrit dessus arrêt, c'est ainsi que mon index enfonce ce bouton puis la salle, avec tous les décors, la nature, la jungle, une ville en ruine, tous s'efface en quelques instants, revoyant donc une salle vide illuminée par une lumière provenant de partout, un blanc, entouré de blanc, mais qui n'eblouie pas nos yeux. Je m'avance donc vers mes élèves en leur annonçant la triste nouvelle.

"Navré, mais je décide de faire arrêter ce simulation, après que votre camarade se trouve à l'infirmerie m'oblige a faire cesser ce cours que je considère trop dangereux pour les novices, même si ce n'est qu'un commencement, la suite est encore plus effrayant, pardonnez moi de mon manque d'indulgence, mais vous devez quitter la salle, le cours est terminé"

C'est alors, dans un sentiment d'échec plutôt humiliant, je quitte en premier la salle, je me décide d'aller dans la salle des professeurs pour faire un rapport et prendre noté de ce qui s'était passé aujourd'hui, afin d'éviter que cette tragédie ne se reproduise.
Invité
avatar
Invité
Re: L'art de la survie pour les petits scouts (pv) - Ven 6 Sep 2013 - 10:41
Un cours qui ne commençait pas si mal, dommage que des participants aient disparu avant la fin. Mais franchement, les profs vont avoir une vraie sale réputation à ce rythme, à croire qu'ils aiment martyriser leurs élèves. Enfin, l'essentiel c'est que tout le monde soit vivant, même si c'est sérieusement amoché. ^^

Yuri : 475 xps
Léa : 390 xps
Eden : 270 xps
Akared : 250 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: L'art de la survie pour les petits scouts (pv) -
L'art de la survie pour les petits scouts (pv)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» L'art de la survie pour les petits scouts (pv)
» La mafia c'est pas pour les petits gars!
» Petit scénario pour les débutants
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» EUTHANASIE POUR CES PETITS DE BETHUNE URGENT 62

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page