Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé]

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Mer 26 Déc 2012 - 18:29

Akalie venait de pénétrer dans le Quartier des repentis pour la première fois. C'était lugubre, sombre mais étrangement, elle aimait bien cet endroit. On aurait dit qu'il n'y avait personne dans les parages pour l'instant. Aucun bruits ne se faisait entendre. *J'espère qu'elle est là*, pensa Akalie. Mais évidemment, elle l'avait vue partir par ici. Cet endroit aurait besoin de luminosité. Mais étant donné qu'Akalie a un instinct animal et qu'elle peut prendre des aspects physiques de ceux-ci. Ses pupilles dilatées comme celle du chaton qu'elle avait guérit il y a peu de temps l'aidait à voir où elle allait. Elle continua son chemin sans s'arrêter.

La jeune rouquine n'avait qu'une idée en tête. Retrouver son amie Lyra. Elle avait un service à lui demander et pas rien qu'un petit. C'était toute une demande. Probablement était-ce une idée complètement folle et dangereuse. Mais peu-importe le moyen, elle y parviendra. Akalie n'a pas peur du danger, elle sait qu'elle prend des risques et elle est prête à tout. *S'il ne faut pas abandonner dans la vie, pourquoi faudrait-il abandonner dans la mort ?*

Tout en continuant son chemin, elle aperçut une silhouette féminine non loin d'elle. Était-ce Lyra ? En regardant plus attentivement, elle vit une longue chevelure brunes et étincelante. Oui, c'est bien elle. Mais par timidité, Akalie hésita à aller l'interpeller. Après tout, elle lui avait spécifiquement dit de faire de son mieux pour ne pas aller la voir. Et quelques heures plus tard, elle fait tout le contraire. Très obéissante cette Akalie. Mais Lyra est la seule et unique personne qui peut l'aider. Elle était là pour son réveil au grand temple et depuis, Akalie s'avait malgré elle beaucoup attachée à elle. Même avec sa froideur envers la jeune fille, elle ne pouvait s'empêcher d'être reconnaissante envers elle. Et puis, elle comprenait que si Lyra n'avait pas eu une vie facile, c'était difficile pour elle d'être toujours enjouée aussi. C'était compréhensible.

Akalie marcha vers elle, et lui tapa doucement l'épaule.

"Salut Lyra ? Désolée de te déranger. Je sais que tu m'avais dis de ne pas venir, mais j'ai un gros service à te demander. J'imagine que tu te doutes de ce que c'est."

Akalie se sentait nerveuse, elle n'était même pas certaine de si elle avait le droit d'être ici en ce moment. Elle ne connait personne à part Lyra et si elle la rejetterait, elle aurait l'air bien idiote ! Surtout qu'elle n'est pas dans son coin, elle est dans le Quartier des repentis. Elle avait eu de la chance, pour l'instant personne ne rôdait. Même si Akalie était d'une nature sociable, sa timidité lui jouait des tours. Oui elle était habitué de se faire rejeter, mais c'est jamais agréable. Elle croisait les doigts simplement pour que Lyra soit heureuse de sa "visite" et qu'elle ne lui demande pas de repartir... Ce qu'Akalie s’apprêtait à lui demander était très gros. Ce ne serait pas surprenant qu'elle refuse de lui accorder son aide. Elle voulait revoir sa petite sœur, Naky. C’était son vœu le plus cher. Mais pour se faire, il fallait aller dans le monde des vivants et à ce qui paraîtrait, c’est dangereux. Je ne vois pas en quoi, après tout nous sommes déjà morts non ? Que pourrait-il nous arriver ? Mourir à nouveau ? Est-ce qu'il y a des Dieux encore plus puissants et maléfiques qui surveillent le monde des humains ou je ne sais quoi encore ? Et bien si ils existent, qu'ils prennent garde. Personne n’empêchera Akalie de revoir la personne qu'elle a le plus aimer dans sa vie, la seule qui le comprenait, qui la soutenait, qui était la pour elle lorsqu'elle souffrait à cause des autres. Oui, c’était à présent son but et elle fera tout pour l’atteindre.




STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 


Dernière édition par Akalie Shemany le Mer 30 Jan 2013 - 19:56, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Jeu 27 Déc 2012 - 17:33
Impossible de fermer l’œil de la nuit. Lyra avait eu beau se retourner dans tous les sens dans son lit, renversant les couvertures par moment, elle n’arrivait pas à trouver le sommeil. Tout ça à cause de cette petite vermine d’Akalie. Elle n’était pas méchante non, mais cette môme semblait avoir un don prononcé pour les ennuis. Elle n’aurait jamais dû lui parler du monde des humains, elle n’était pas folle ; elle avait bien vu cette drôle de lueur s’allumer et danser dans le fond de ses yeux dès qu’elle avait commencé à évoquer ce sujet. Cette élève venait de mourir, il était normal qu’elle ne songe qu’à une chose : retrouver son ancienne famille. Et elle, stupide repentie qu’elle était, il avait fallu qu’elle lui en parle. Pis, elle lui avait dit où la trouver. Il n’y avait plus qu’à prier pour que cette idée lui soit sortie de la tête.

La Russe se leva et opta pour une sortie nocturne. Pas que longer les couloirs du quartier des repentis soit très intéressant mais au moins marcher lui permettrait-elle peut-être de trouver le sommeil. Chemise de nuit, elle sortit dans les couloirs, portant une banale bougie l’aidant à se repérer dans ces sombres corridors. Elle savait que ses collègues repentis rôdaient en pleine nuit, veillant à ce qu’aucun garnement ne sorte de son lit, bravant le couvre-feu pour faire une nouvelle connerie. Quelqu’un surveillait aussi le quartier des repentis, de jour les élèves n’avaient aucun droit d’y accéder, de nuit encore moins.
Lyra sursauta. Quelque chose avait frôlé son épaule. Non, plutôt tapé. Elle se retourna, pensant avoir affaire à un autre repenti tout aussi insomniaque mais fut surprise de découvrir le faciès d’Akalie. Non en fin de compte, elle n’était pas si étonnée que ça. Ce serait même le contraire qui l’aurait subjuguée : qu’elle ne vienne pas. En tout cas, elle n’avait pas perdu de temps.

- Salut Lyra ? Désolée de te déranger. Je sais que tu m'avais dit de ne pas venir, mais j'ai un gros service à te demander. J'imagine que tu te doutes de ce que c'est.

Oui, elle s’en doutait et c’était une folie. Elle était à deux doigts de s’énerver mais les pas approchant l’en dissuadèrent. Inutile qu’elle hurle pour se faire repérer. Le pion qui surveillait le quartier semblait arriver près d’eux. La brune attrapa la jeune fille et la força à rentrer dans sa chambre. Elles avaient eu chaud. Lyra ferma aussitôt la porte à clef pour éviter d’être dérangée même si elle doutait fort que d’autres visiteurs viennent frapper à sa porte à une heure si tardive.

Elle fusilla Akalie du regard. Stupide, stupide, stupide môme ! Elle n’aurait pas pu venir à une heure plus décente où les risques étaient moindres ? Ou ne pas venir du tout ? Elle savait que la faute lui revenait, elle aurait dû tenir sa langue et ne rien dire à propos du monde des humains ! Mais c’était trop tard pour se lamenter désormais. Elle était au courant et rien ni personne ne pourrait changer cela.

- Putain, mais qu’est-ce que tu fous ici ? Tu ne pouvais pas te sortir cette satanée idée de la tête ? Non mais vraiment…

Lyra vint s’asseoir sur son lit. Il fallait qu’elle trouve une solution à ce problème se nommant Akalie. L’aider était hors de question mais la mioche ne semblait pas prête à abandonner. Il allait pourtant falloir qu’elle s’y résout. L’archiviste n’était pas ici pour aider les élèves en manque d’affection se pointant à sa porte sitôt la parole adressée. Qu’ils se démerdent tout seuls, oui ! Elle l’avait pourtant prévenue, elle l’avait mise en garde et lui avait interdit de venir la déranger mais non, son interdiction avait davantage alimenté son envie de venir ici !
Elle observa Akalie de haut en bas. Elle semblait désespérée. Il lui avait fallu du courage pour braver ses interdictions, plus encore pour oser venir ici alors que le couvre-feu était tombé depuis bien longtemps. Davantage pour venir en terre inconnue. Mais cette escapade n’avait rien de comparable avec ce qui l’attendait dans le monde des humains si elle persistait à vouloir y mettre les pieds.

- Rappelle-moi de t’offrir un cerveau pour Noël, persifla-t-elle. Quand je t’ai dit de ne pas venir me déranger, j’déconnais pas, c’était pas la peine d’y voir un sens caché ou quoi que ce soit !

Lyra se leva et approcha de la porte. Le surveillant semblait être parti. Tant mieux. C’était le moment ou jamais pour qu’Akalie reparte d’où elle venait. Elle serait davantage en sécurité dans son lit qu’aux côtés de Lyra. L’archiviste ouvrit la porte et tendit la bougie que Lyra avait tenu quelques instants plus tôt dans ses mains à l’élève. Ce serait mieux ainsi. Elle n’avait pas envie de s’embarrasser de cette enfant et aller dans le monde des vivants avec elle ne ferait que la mettre davantage en danger.

- Maintenant va-t-en. Et que je ne te revois plus traîner par ici.

Mais Akalie ne semblait pas avoir envie de partir. Qu’elle le veuille ou non, il allait falloir qu’elle regagne sa chambre et qu’elle oublie toute cette histoire. D’accord, apprendre qu’on venait de mourir et qu’on avait été choisi pour devenir une future déesse avait de quoi être choquant, vouloir retrouver ses anciens repères dans l’ancien monde pouvait être compréhensible mais elle devait se rendre compte que c’était impossible et dangereux. Il fallait mieux qu’elle oublie son ancienne famille et qu’elle se consacre uniquement à l’académie. Lyra elle-même avait été déjà tentée de retourner là-bas, juste pour pouvoir revoir Kôta, mais s’en était interdit. Les premiers jours, c’est difficile mais on finit par s’y habituer. Et puis, Akalie est jeune, elle finirait bien par trouver sa place au sien de l’école. Avec le temps, elle finirait par ne plus beaucoup penser à sa famille ou à ses amis, du moins l’espérait-elle. Mais à en voir la mine déterminée de la petite, elle n’en était pas si sûre. Non mais dans quoi allait-elle s’embarquer ?
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Ven 28 Déc 2012 - 19:57

Akalie avait senti que quelqu'un s'approchait. Probablement un autre repenti. Lyra lui avait prit le bras et l'avait entraîné dans sa chambre. Cela confirmait parfaitement ce qu'Akalie pensait. Elle n'avait pas le droit d'être ici en ce moment et elle n'aurait pas dû venir. Mais au fond, ce n'est pas de sa faute. Elle avait un objectif précis et elle l'attendra peu importe ce qu'elle devra affronter. Et puis, si personne n'a le droit de venir rôder par ici, pourquoi n'y avait-il aucune affiche ou écriteau pour le mentionner ? Il faut vraiment être stupide pour oublier ce genre de détail ! Akalie n'y est pour rien. En regardant Lyra, la jeune apprentie vit qu'elle avait l'air furieuse et inquiète. Bon, c'était compréhensible puisque je ne devrais techniquement pas être ici en ce moment. D'autant plus que le service que j'allais lui demander était assez énorme.

"Putain, mais qu’est-ce que tu fous ici ? Tu ne pouvais pas te sortir cette satanée idée de la tête ? Non mais vraiment…"


Attends, ça sortait d'où ça ? C'était plutôt arrogant, oui ! Quel air bête ! Akalie comprenait qu'elle avait désobéi en venant ici, mais quand même ce n'est pas une raison pour dire ça comme ça. Elle ne répondit pas, resta simplement sous le choc de la réponse.

"Rappelle-moi de t’offrir un cerveau pour Noël. Quand je t’ai dit de ne pas venir me déranger, j’déconnais pas, c’était pas la peine d’y voir un sens caché ou quoi que ce soit !"

Alors là elle n'allait pas se laisser insulter ainsi ! La jeune rouquine avait beau être naïve et innocente, elle n'était pas stupide. C'était la goûte d'eau qui faisait déborder le vase. Les poings serrés, elle se retenait. Elle savait bien que si elle commençait à dire tout ce qu'elle pensait, cela ne pourrait que lui nuire dans son cheminement. En plus, à chaque fois qu'elle insulte quelqu'un, elle a des remords par la suite. Il fallait qu'elle se contrôle.

"Non mais, pour qui tu t'prends ? Tu sais pas quel courage ça m'a prit pour venir ici, dans un endroit que je ne connais pas, je ne savais même pas si je pouvais pénétrer dans ces lieux et je l'ai fait. Oui, c'était peut-être stupide de faire ça. Mais j'ai de bonnes raisons ! Me dire que je suis idiote n'arrangera pas les choses."

Akalie s'était retenu. Elle avait gardé son calme. Même si cela ne paraissait pas. Elle avait peut-être haussé le ton, mais quand elle se laisse emporter, cela peut devenir encore pire. Elle ne se fâche pas souvent, en fait c'est très rare. Alors lorsque ça arrive, ça explose.

"Maintenant va-t-en. Et que je ne te revois plus traîner par ici."
"Mais c'est toi qui m'a dis de venir ici si j'avais besoin de toi ! Si tu voulais pas que je vienne, pourquoi me l'a tu dis ? J'ai l'impression que tu ne m'aimes pas, que je t'énerve mais je ne sais pas pourquoi. Je suis désolée d'être venue ici sans permissions, mais au risque de me répéter, j'ai de bonnes raisons."

C'est à n'y rien comprendre ! Lyra avait-elle un problème de changement d'humeur ? Un moment elle me dit que je peux venir la voir si j'ai besoin d'aide, et à un autre elle m'envoie promener. Faudrait savoir à la fin. De plus, Akalie tient absolument à revoir sa petite soeur Naky. Elle ne pensait qu'à ça et elle ne réussira pas à s'endormir tant qu'elle n'aura pas réussie. Elle se posait plein de questions. Comment sa famille avait-elle réagit à sa mort ? Combien de personnes sont venu à ses funérailles, qui était là ? Ses funérailles avait-ils eu lieux ? Est-ce que les gens qui lui ont fait du mal le regrettent à présent ? Elle voulait des réponses. C'était essentiel. Mais Lyra avait l'air décidé à ne pas vouloir l'aider. Mais elle n'aura pas le choix, elle seule pouvait l'aider. Akalie l'avait décidé.

"Je ne sais pas si tu le sais, mais je suis morte assassinée. dit-elle directement. Je suis morte en protégeant ma petite soeur d'un meurtrier. À la place, c'est moi qu'il a tué. J'ai tout fait ce qui était en mon pouvoir pour la sauver et c'est moi qui a payé. Mais au moins, ma soeur est toujours en vie. La dernière chose que j'ai vue avant de fermer les yeux, c'est le regard de Naky en larmes. Mon souhait le plus grand, c'est de la revoir. C'est compréhensible je pense. Et j'y parviendrai, peu-importe le moyen."

Elle avait les larmes aux yeux en repensant à sa soeur. Lorsqu'elle en parlait, ça la touchait droit au coeur. Elle espérait que Lyra comprenne ce pourquoi elle tenait plus que tout à aller dans le monde des humains. Même si le danger les menacerait, elle y ferait face. Elle est prête à tout. Il ne manquait plus que l'accord de Lyra. Et si jamais Akalie n'arrive pas à la convaincre, même si elle n'a pas le droit, elle ira sans elle.




STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 


Dernière édition par Akalie Shemany le Mer 2 Jan 2013 - 23:12, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 29 Déc 2012 - 18:18
« À tes yeux qui salivent
À ces choses qui arrivent
Aux horizons du soir
Pourquoi pas à l'espoir »


Lyra poussa un profond soupir. Mais dans quel merdier s’était-elle encore fourrée ? Elle aurait dû tenir sa langue et ne jamais parler du monde des humains à cette enfant. Elle aurait dû se douter qu’elle ne penserait qu’à une chose : revoir sa famille dans le monde des vivants. Si au moins elle s’était abstenue de lui dire où la trouver, elle n’aurait sans doute plus jamais entendu parler d’Akalie mais non, il avait fallu qu’elle lui offre le moyen de la revoir. En vérité, elle était heureuse d’avoir la rouquine devant elle mais il était hors de question qu’elle le lui montre. Elle resta donc impassible, le visage défiguré par la fureur. Il est vrai qu’elle lui avait sciemment donné une partie des clefs pour aller retrouver sa famille : il fallait qu’elle soit accompagnée d’un professeur ou d’un repenti. Un élève seul y était interdit d’accès.
Il ne fallait pas oublier que le couvre-feu était tombé depuis longtemps déjà, si l’élève était attrapée, elle aurait de gros ennuis tout ça à cause de la repentie ! Lyra ne se le pardonnerait jamais. Elle commençait à apprécier Akalie même si elle ne le montrait pas encore et que les insultes restaient ses louanges préférées à propos de la rouquine. Mais qui aime bien, châtie bien, non ?

- Baisse un peu le ton, tu veux vraiment te faire repérer, ma parole ! T’as pas encore compris que t’as failli te faire choper par un autre repenti ? Alors énerve-toi en silence !

Oui, elle était vraiment stupide. N’avait-elle pas retenu la leçon ? Le pion était loin certes mais la porte était grande ouverte et voilà qu’elle se mettait à gueuler pour se défendre. Il valait mieux ça plutôt qu’elle se laisse insulter sans rien dire mais toujours est-il que gueuler en silence aurait été davantage approprié en vue de la situation.
Elle croyait vraiment l’impressionner en haussant le ton ? Non, vraiment, elle en avait vu d’autres et ce n’était pas cette petite minette qui allait la faire changer d’avis. Savait-elle donc à qui elle s’adresser sur ce ton hautain et présomptueux ? Nouveau soupir. Mieux valait se taire ou cette fois-ci l’archiviste ne se contenterait pas de la rabaisser ou de lui faire savoir à quel point sa connerie était grande.
Alors que la jeune fille était en train de tempêter à propos du comportement étrange de son aînée, un courant d’air s’engouffra et vint éteindre la bougie. Etait-ce une signe ? Devait-elle laisser une chance à Akalie ? Tout en l’écoutant d’une oreille distraite, elle referma la porte. Allez, elle pouvait rester. Juste pour cette fois.

Le couplet sur sa sœur attira à peine son attention. Ces histoires de famille ne la regardaient pas. Elle-même mourait d’envie de revoir Kôta mais ce n’est pas pour autant qu’elle commettait la folie d’aller l’épier pendant des heures durant dans le monde des humains juste pour voir ce dont il était advenu. Etait-ce par peur de découvrir des choses lui faisant horreur qu’elle ne le faisait pas ? Sans doute car rien ne l’empêchait de s’adonner à ce jeu pitoyable peut-être mais au combien synonyme de réconfort.
Lyra posa la bougie sur la commode et lança un mouchoir à Akalie. Elle n’avait pas envie de la voir chouiner. Pleurer un être cher était compréhensible mais peu importe, les larmes restaient des larmes, elles ne ramenaient ni les morts mais davantage les vivants dans ce cas présent. Alors pleurer ne servait à rien si ce n’est à vous casser les tympans.

- Faut jamais écouter son cœur, c’est ça qui nous mène tous à la tombe, fit Lyra, songeuse. On a tous notre propre histoire, si j’allais demander à d’autres élèves pourquoi ils sont morts, j’aurais des versions plus ou moins semblables à la tienne. Car vois-tu, on est beaucoup à avoir voulu aider quelqu’un qui était cher à nos yeux. Et pour quoi ? Pour quel prix ? Pour crever comme des chiens sans même un merci !

Elle devait se calmer. Elle allait se mettre hors d’elle-même si elle continuait sur cette lancée. Elle alla s’asseoir sur son lit, faisant signe à Akalie de la suivre. Ces mots qu’elle venait de prononcer devaient être durs à entendre mais ô combien vrais. C’était toujours l’amour qui conduisait à mourir. Un amour étrange parfois mais c’était l’amour de sa mère qui l’avait conduite à sa tombe. Ils l’avaient traquée jusqu’en Europe, ces enflure et l’avait abattue là, non loin de Kôta. Mais elle ne devait plus y songer. Tout cela appartenait au passé, même sa mort.
Son couplet quant à la vie d’Akalie n’avait en rien influencé Lyra, il ne faudrait pas s’y méprendre. Si tel était le cas, la Russe aurait sans doute partagé son passé mais il n’en était rien. Elle gardait pour elle ce jardin secret qu’elle était la seule à pouvoir fouler ici. Et c’était bien suffisant.

Malheureusement, si elle venait à accompagner Akalie, ses vieux démons risquaient de revenir la hanter. La tentation de revoir son ancien amour serait sans doute trop forte et elle ne saurait y résister. Le simple fait qu’elle pense à tout ceci prouvait bien qu’elle ne détestait pas Akalie contrairement à ce que cette dernière avait l’air de croire. D’ailleurs, qu’elle continue de penser ainsi, ce serait plus facile pour Lyra si l’enfant ne s’attachait pas trop, même pas du tout, à la Russe. Elle avait horreur des adieux et même si au premier abord leur destinée semblait être liée à celle de l’académie, rien n’était moins sûr. Qu’est-ce qui l’assurait qu’un jour ou l’autre, elle ne serait pas séparée de la rouquine ? Elle n’avait pas envie de lui faire de la peine alors mieux valait lui laisser croire qu’elle ne l’appréciait pas.

- Tu sais te battre au moins ? Car là-bas, c’est pas avec tes oreilles de chaton ou je ne sais quoi que tu vas pouvoir te défendre. Tu ne vois peut-être pas le danger qu’il y a dans cet autre-monde car tu as toujours été habituée à une belle vie.

La balle était dans son camp. Elle refusait d’emmener une mauviette là-bas ; les emmerdes seraient pour elle si jamais il arrivait quoi que ce soit à cette élève. Alors mieux valait être sûr de soi avant de prendre la moindre décision. Mais Lyra doutait quant aux talent de combattante de l’apprentie. Elle venait de lui dire qu’elle s’était sacrifiée pour sa petite sœur, non pas qu’elle l’avait réellement défendue. Les balles perdues, ça existe.

Depuis le début, Akalie ne semblait pas l’avoir prise au sérieux quant au réel danger que recelait le monde de vivants. Elle semblait s’y jeter la tête la première, elle courait droit vers un danger invisible à ses yeux, aveuglée par son désir de revoir sa sœur. Ah l’amour. Une bien belle connerie. Ou plutôt une saleté de maladie. L’amour se lisait dans ses prunelles. Ce sentiment si rare, fuyant – ou fuit – par la plupart des êtres humains. Pourtant, il subsistait quelques personnes ayant eu l’honneur d’éprouver une telle sensation. Le palpitant battant la chamade, les bouffées de chaleur, les mots bafouillés à l’égard de l’heureux élu ou les joues rougissantes. Tous ces symptômes – et d’autres encore – se retrouvaient chez les personnes ayant contacté cette étrange maladie. Guérir d’un tel virus est tout bonnement impossible. Beaucoup pensent que la conséquence de cette plaie est le bonheur. Pures foutaises. Dans les épilogues les plus tristes, oui, le bonheur peut être à porté de main, mais l’on ne voit une telle fin que dans les films ou dans les contes pour enfants. Les adultes, eux, se doivent d’affronter la réalité, aussi morne soit-elle. L’amour. Ce sentiment incertain basé uniquement sur des « Et si… » ayant pour seul but de faire souffrir les détenteurs d’un tel cancer. Une émotion fourbe, n’ayant de cesse de faire verser encore et encore des larmes aux pauvres hères ayant eu le cœur brisé. Les raisons sont nombreuses : refus, rupture ou, la pire de toutes ; la mort de l’être cher. Alors mieux vaut profiter de l’instant présent car tôt ou tard, le Seigneur les rappellera tous vers lui. À ce moment-là, il en sera fini des accolades affectueuses, des étreintes amoureuses, des baisers langoureux… Alors chacun se dit qu’il a toute la vie devant lui. Voilà ce qu’il faudrait penser même si cela ne serait qu’un mensonge de plus. Le pire de tous, sans aucun doute. Le plus terrifiant, aussi.

- As-tu déjà seulement combattu entre les murs de l’académie ? Un duel ? Ou bien te défendre tout simplement contre les monstres errant non loin ?

Elle ne semblait pas taillée pour le combat, ses mains frêles paraissaient n’avoir jamais tenu la moindre arme, son corps n’avait rien à envier à l’un des maîtres d’armes. Elle ne semblait ni taillée pour la souplesse ni pour l’agilité. Pourtant, elle possédait les attributs des animaux qu’elle rencontrait si la mémoire de Lyra était bonne. Au moins son domaine divinatoire lui permettrait-il de se sauver de nombre de mauvaises passes. Mais cela ne suffira pas. Il faudrait être bien plus fort et compter sur davantage de qualités pour espérer revenir vivante.
Lyra n’était pas bonne professeur en matière de combat mais au moins avait-elle su garder en vie durant dis-huit longues années. La chance ? Non, ce facteur n’avait rien à voir là-dedans. Elle avait été traquée pendant tout ce temps et ne devait sa mort qu’à une poignée d’hommes fourbes l’ayant prise par surprise. C’était tout.
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Jeu 3 Jan 2013 - 15:41

[Changement de personne, première personne du singulier.]

Je savais que je n'avais pas le droit d'être ici en ce moment. Mais c'était plus fort que moi, il fallait que ça sorte. Il est évident que Lyra a voulu me protéger des griffes d'un autre repenti. Comme si j'avais vraiment besoin de quelqu'un pour me défendre. Bon, peut-être un petit peu. Je ne sais pas si Lyra tient vraiment à moi. Si c’est le cas, pourquoi refuserait-elle de m’aider ? Je ne me suis pas énervé tant que ça, j’ai seulement haussé le ton pour bien me faire comprendre. Même si tout le monde s’en fout de mes histoires. J’en ai plus que marre d’être la petite fifille innocente que les gens laisse sur le bord du chemin. Pourquoi les gens sont si cruels ?

Je voulais à tout prix revoir ma sœur. Elle était la seule qui me comprenait sur cette Terre. La seule en qui je pouvais avoir confiance. Il me semble que c’est une bonne raison pour vouloir la retrouver, non ? Elle me manquait terriblement. Je voulais lui faire savoir que j’allais bien et que je l’aimais plus que tout.

"Faut jamais écouter son cœur, c’est ça qui nous mène tous à la tombe. On a tous notre propre histoire, si j’allais demander à d’autres élèves pourquoi ils sont morts, j’aurais des versions plus ou moins semblables à la tienne. Car vois-tu, on est beaucoup à avoir voulu aider quelqu’un qui était cher à nos yeux. Et pour quoi ? Pour quel prix ? Pour crever comme des chiens sans même un merci !"

C’est vrai que l’amour nous donne des idées complètement absurde, mais quand on veut protéger quelqu’un qui compte plus que tout à notre cœur, on ne peut s’en empêcher.

"L’amour est un sentiment puissant. Même si on s’entête à le repousser, on ne le peut pas. C’est comme ça. Je suis certaine que pleins d’élèves ont des histoires similaires à la mienne. Mais est-ce une raison pour l’ignorer ? Ce n’est pas parce que je ne suis pas la seule à m’ennuyer d’un être cher que je vais renoncer."

Lyra semblait se noyer dans l’inquiétude. Mais qu’avait-il de si dangereux et effrayant dans le monde des vivants ? Après tout, c’était le monde dans lequel nous habitions avant de mourir…

"Tu sais te battre au moins ? Car là-bas, c’est pas avec tes oreilles de chaton ou je ne sais quoi que tu vas pouvoir te défendre. Tu ne vois peut-être pas le danger qu’il y a dans cet autre-monde car tu as toujours été habituée à une belle vie."

Me battre ? Je me débrouille. Je ne suis peut-être pas experte en matière de combats et arts martiaux ou je ne sais quoi encore. Mais quand on me cherche, on s’en sort rarement avec le sourire au visage.

Mais moi j’adore mes oreilles de chaton ! C’est trop mignon ! J’ai pu remarqué aussi que dans mon pouvoir, je peux prendre les aspects physiques de n’importe quels animaux vivants et aussi mythiques comme les dragons, les griffons etc. J’adore mon pouvoir. Moi qui a toujours adoré les animaux. Mais elle avait raison, ce n’est pas simplement ça qui allait m’aider à me défendre si le danger était aussi grand que ce qu’on dit.

"As-tu déjà seulement combattu entre les murs de l’académie ? Un duel ? Ou bien te défendre tout simplement contre les monstres errant non loin ?"

Des monstres errants ? Mais c'est quoi cette académie ? Je n'avais jamais vu de telles bestioles. Peut-être parce que je ne suis jamais été plus loin que l'Internat. Ça me paraissait l'endroit le plus sécuritaire ici. Peut-être je me trompais mais ce n'est pas vraiment de ma faute, je n'en suis qu'à la fin de ma première journée dans ces lieux.

"Tu sembles oublier que je suis nouvelle. Je n'ai pas encore eu le temps de faire quoi que ce soit. Mais si c'est nécessaire, je veux bien apprendre."

Tout ceci n'était pas prévu dans le contrat. Je dois maintenant me former au combat et apprendre à me défendre. Lorsque j'étais en vie, je n'était pas du genre violente. J'étais plutôt pacifique même si au fond de moi j'aurais voulu éclater la tête de quelques personnes. Mais cette idée me plait bien. C'est une bonne opportunité pour m'endurcir, me rendre plus forte et plus... menaçante. Pourquoi pas. Si cela peut m'aider dans mon cheminement ici, je ne vois pas pourquoi je m'y opposerais. Mais maintenant, il fallait tout de même que Lyra accepte de m'aider. J'entendais des pas se rapprocher de nous dans le couloir et je croisais les doigts pour que le ou la repentie ne nous ait pas entendu placoter. Et par chance, les pas se sont éloignés. Quel endroit stressant !

"Les repentis n'ont pas le droit d'aller dans les chambres des élèves je suppose ?"



STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Ven 4 Jan 2013 - 18:11
Lyra écouta ce discours touchant sur l’amour. Akalie ne savait pas de quoi elle parlait. Elle n’avait jamais aimé, cela se voyait. Si tel était le cas, elle connaîtrait les souffrances encourues à céder son cœur à l’autre, à ne rêver que de l’être aimé, à sentir son palpitant s’agiter en sa présence, les joues s’empourprer et les doigts flageolants juste par peur de commettre une erreur en sa présence. Mais ses paroles étaient vides, dépourvues de tout cela pour la simple raison qu’elle n’avait jamais aimé, la Russe en aurait mis sa main à couper. Elle la laissa toutefois finir, elle allait la reprendre bien assez tôt pour lui expliquer la vision de ce sentiment abject. Et dire que des divinités représentaient ce sentiment. On aura tout vu. Heureusement qu’elle n’en était pas une des représentantes, il y aurait de quoi avoir des envies de suicide.

- Quand je parle d’amour, je parle d’amour véritable et non pas des étroits liens de sang qui t’unissaient à ta sœur ou aux autres membres de ta famille. Je parle d’un amour unique où tu aurais pu mourir ou vivre pour l’autre. Je parle d’un amour où dans ce cas précis, l’addition de un plus un donne véritablement trois.

Silence. Elle savait de quoi elle parlait. La solution de cette addition s’était trouvée dans son ventre durant quelques mois avant que la mort ne l’emporte avec elle. Cette fichue mort qui n’avait pas emporté un mais deux êtres. Elle serra les poings à la pensée de son enfant perdu. Elle aurait pu devenir mère si seulement ces vieux conflits ne l’avaient pas rattrapée. Elle aurait pu se montrer plus discrète pour éviter l’ombre de la mort mais elle avait besoin de ces risques, c’était sa raison de vivre. Sans cela, elle n’aurait plus aspiré à quoi que ce soit. Mais la grande Faucheuse avait eu raison d’elle bien avant qu’elle ne puisse être totalement heureuse. Il y aurait toujours ce vide au fond d’elle désormais, elle le savait. Elle devait apprendre à vivre avec. Mais ressasser le passé ne l’aiderait pas davantage. Elle devait aller de l’avant. Ici et maintenant.

Contrairement à ce qu’elle pensait, elle n’était pas la seule à s’ennuyer d’un être cher, d’un ami, d’un frère, d’un amoureux. Ils étaient beaucoup dans ce cas-là. Lyra elle-même faisait partie du lot. Cette excursion dans le monde des humains pourrait être la solution à ses problèmes ? Ainsi, elle ferait d’une pierre, deux coups. D’un côté elle aiderait Akalie à revoir sa chère sœur et de l’autre, elle pourrait revoir Kôta. Mais sans la rouquine. Il n’y avait aucune raison pour que cette élève assiste à ses retrouvailles, cela ne la regardait pas. Elle devrait déjà s’estimer heureuse d’avoir pu revoir sa cadette, inutile que la curiosité ne l’emporte et qu’elle souhaite s’immiscer dans la vie privée de la repentie. Oui, c’était une solution. Elle n’avait pas encore dit son dernier mot. Elle allait y réfléchir. Mais n’était-ce pas une connerie que de retourner là-bas pour revoir le jeune blond ? Cela sentait étonnamment mauvais, cette idée.

- Tu n’as jamais connu ça, n’est-ce pas ? C’est écrit au milieu de ton front. Alors sois gentille et ne viens pas me faire la morale avec tes beaux discours tissus à partir de mensonges. Tout est faux dans tes paroles. Tu le saurais si seulement tu avais déjà aimé et été aimé en retour.

Ces mots pouvaient être durs mais ce n’était que la vérité. De toute façon, l’archiviste ne lui apprenait rien.
La réponse quant aux combats ne l’étonna guère. Il est vrai qu’elle était nouvelle et que c’était Lyra elle-même qui avait assisté au réveil de la jeune apprentie. Quelle connerie elle avait fait là. Si elle avait tranquillement passé son chemin, elle ne serait pas aux prises avec cette adolescente capricieuse ! Mais pouvait-on réellement qualifier de caprice le simple envie de revoir un être cher à nos yeux ? C’était normal que les nouveaux arrivants aient de tels désirs mais beaucoup arrivaient à les oublier ou du moins à les refouler et ainsi évitaient d’y songer.

Mais au moins avait-elle le désir d’apprendre à se battre. Si sa mémoire était exacte – euphémisme – des cours de combats, stratégie et autres bêtises du genre étaient dispensés dans l’académie. Akalie ne manquerait pas de connaître d’ici peu les joies des combats, des armes s’entrechoquant ou des cris de souffrance résonnant dans l’arène. Personne ne pouvait mourir ici mais la douleur, elle, était bien réelle.

- Les repentis n'ont pas le droit d'aller dans les chambres des élèves, je suppose ?

À vrai dire, le règlement n’était pas très clair quant à ce sujet mais Lyra ne se souvenait pas avoir lu une clause interdisant aux repentis de pénétrer dans les chambres des élèves. Elle ne se rappelait pas avoir déjà vu des repentis aller dans les chambre des apprentis mais mieux valait ne pas prendre de risques. De toute façon, Lyra était bien ici. Elle haussa simplement les épaules pour lui donner sa réponse. Akalie, elle, devait s’inquiéter des bruits de pas qu’elle venait d’entendre. N’avait-il toujours pas fini sa ronde ? Sortir maintenant pour retraverser les couloirs était bien trop risqué. Faire des allers-retours tout au long de la nuit risquait de devenir suspect. Mieux valait rester planqué ici.

- Tant que tu ne te remettras pas à crier comme tout à l’heure, tout ira bien. C’est pas un gueuloir ici mais une chambre alors fais-le en silence si jamais t’as un truc à dire ! J’ai pas envie qu’on te surprenne dans ma chambre, les rumeurs iraient bon train !

Sûr qu’être découverte en compagnie de cette future déesse n’arrangerait pas les affaires de Lyra. La plupart des adultes ici-présent se nourrissaient des ragots, déformaient la moindre information pour ensuite la diffuser par bouche à oreille dans toute l’école.
Nouveau soupir. Elle n’avait toujours pas pris de décisions quant à la proposition d’Akalie. Il est vrai qu’elle était tentée de l’accompagner, non pas par altruisme mais juste pour pouvoir revoir Kôta. Mais elle pressentait qu’elle allait faire une énorme connerie si elle venait à en arriver là. Que verrait-elle là-bas ? Elle allait se faire du mal pour rien, elle en était certaine. Pourtant, il allait falloir qu’elle y retourne si elle voulait tourner la page de cette histoire une bonne fois pour toute. Pour ne plus vivre dans le passé.

- Si jamais j’acceptais de t’emmener avec moi, tu m’écouterais au doigt et à l’œil ? Car j’ai pas vraiment envie de devoir te courir après si jamais tu n’en fais qu’à ta tête à vrai dire.

Elle n’avait pas encore tranché quant à sa réponse. Ainsi avait-elle formulé une hypothèse car rien n’était sûr. Aller dire bonjour aux humains en compagnie d’Akalie n’était pas pour lui déplaire mais elle allait devoir la supporter elle, ainsi que ses retrouvailles avec sa petite sœur. C’était une folie d’aller là-bas, elle courait droit aux ennuis et pourtant elle ne réagissait pas. Après tout, elle ne pourra s’en rendre compte par elle-même qu’une fois qu’elle y sera allée et revenue. Peut-être n’est-ce pas si cinglé que ça, finalement ? L’avenir le lui dira.
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 5 Jan 2013 - 17:10

Lyra semblait complètement sceptique pendant que je lui disais ce que je pensais de l'amour. Pourquoi ? Avait-elle connue sa famille ? L'avait-elle perdue ? Je ne connaissais rien de sa vie, mais à voir la haine et la tristesse dans ses yeux, je me disais que sa vie avait été incroyablement dure. J'irais même jusqu'à dire un Enfer. Cela m'intriguait, il fallait que je sache ce qui s'était passé.

"Quand je parle d’amour, je parle d’amour véritable et non pas des étroits liens de sang qui t’unissaient à ta sœur ou aux autres membres de ta famille. Je parle d’un amour unique où tu aurais pu mourir ou vivre pour l’autre. Je parle d’un amour où dans ce cas précis, l’addition de un plus un donne véritablement trois."

Je m'en doutais. Elle parlait de l'amour entre homme et femme, un amour d'une vie, un âme soeur. J'avais déjà aimé un garçon. Je l'avais aimé plus que tout au monde, il faisait battre mon coeur comme personne d'autre auparavant. Pendant des mois il me disait qu'il me trouvait jolie, spéciale, différente des autres et dans le bon sens. Je ne pensais qu'à lui, à lui seul. Mais un jour il m'avait poignardé dans le dos et j'ai appris que tout ce qu'il me disait était faux, il était simplement heureux que quelqu'un le désir. Un vrai salaud, quoi. Depuis ce jour je n'ai plus jamais fait confiance aux hommes, pas étonnant. La seule personne qui a réussie à me remonter le moral, à m'aider et me réconforter pendant ces longues semaines à pleurer à chaudes larmes, c'était ma petite soeur. Elle faisait partie de moi et même si ce n'était que ma soeur adoptive, elle était comme ma jumelle cosmique. Je l'aime tellement... Il y avait un silence dans la pièce après que Lyra aie terminé de parler. Je fis donc taire le silence.

"Il existe plusieurs sortes d'amour. J'ai déjà été amoureuse, passionnément. Je n'aurais jamais dû, dis-je en lâchant un petit rire ironique. Après je n'ai plus jamais voulue m'attacher à qui que ce soit. Tu dis qu'aimer véritablement pousse à mourir pour une personne, c'est ce que j'ai fais. Je suis morte pour elle et même si ce n'est que ma soeur adoptive, jamais encore je n'ai aimé de personne comme elle. C'est difficile à expliquer, il faut le vivre pour le comprendre."

J'avais peur de demander à Lyra son histoire car si elle avait été aussi pire que ce que je m'imaginais, elle aurait probablement beaucoup de difficulté à en parler. Mais il fallait que j'en aie le coeur net.

"Dis moi, je ne sais pas si tu as envie d'en parler mais... comment a été ta vie ? Si tu ne veux pas en parler, ce n'est pas grave je comprendrai."

Puis, quelque chose m'alluma. Elle avait dit "l’addition de un plus un donne véritablement trois". Est-ce que cela signifiait qu'elle avait été enceinte ? Bon, je ne vais tout de même pas lui poser cette question. C'est un peu trop. Et puis, si elle a envie de le mentionner, elle le fera d'elle même.

Il y avait encore des repentis qui passait près de nous et ils me stressait. Dans ma chambre, ce serait probablement plus sécuritaire. Mais Lyra avait raison, si on prenait le risque de sortir d'ici et de se faire prendre, j'aime mieux ne pas savoir ce qui se produirait. Pour l'instant, j'étais prise ici et je ne pouvais sortir. Au moins j'étais avec Lyra. Bizarrement, je l'aimais bien. Quelque chose en elle m'intriguait. Je ne sais pas si elle m'apprécie aussi, mais quelque chose me dit qu'elle ne me déteste pas non plus. Je ne sais pas si une amitié pourrait se créer entre nous, mais cela ne me déplairait pas. Par contre, pas question d'en souffler un seul mot. S'il fallait qu'elle pense tout le contraire, je passerait pour une parfaite idiote !

"Tant que tu ne te remettras pas à crier comme tout à l’heure, tout ira bien. C’est pas un gueuloir ici mais une chambre alors fais-le en silence si jamais t’as un truc à dire ! J’ai pas envie qu’on te surprenne dans ma chambre, les rumeurs iraient bon train !"

Elle n'a pas tort. Pourtant je n'ai pas crier très fort. J'ai simplement haussé le ton un tantinet. Mais nous sommes les seules à parler ici alors c'est plus facile de nous entendre. En plus, je n'ai pas envie que des fausses rumeurs à mon sujet surviennent déjà alors que je viens à peine d'arriver dans l'académie. Ce serait chiant. Alors il y a encore des gens détestables, même morts ? Des gens qui partent des rumeurs ou qui se la joue supérieurs ? Cette pensée ne m'enchantait pas du tout.

"Désolé." est tout ce que j'ai trouvé à dire.

"Si jamais j’acceptais de t’emmener avec moi, tu m’écouterais au doigt et à l’œil ? Car j’ai pas vraiment envie de devoir te courir après si jamais tu n’en fais qu’à ta tête à vrai dire."

Est-ce que c'était un futur oui ? Je n'ai pas pu m'empêcher de lui faire un petit sourire. L'écouter au doigt et à l'oeil, bon ce n'est pas ma maîtresse quand même ! Fallait pas exagérer ! Bon, il est vrai qu'elle en connait plus que moi à ce sujet. Je n'ai pas vraiment le choix de toute façon.

"Bien sûr que je t'écouterais, je ne suis pas idiote. Tu connais beaucoup plus que moi les dangers d'un voyage dans le monde des humains. Je te fais confiance aussi. Mais si le monde des vivants est si dangereux, il faudra que je m'entraîne un petit peu aussi. Accepterais-tu de m'aider ?"

J'ai vue dans son regard que l'idée de retourner chez les vivants lui tentait mais qu'elle s’efforçait de le cacher. Peut-être voulait-elle revoir quelqu'un de cher aussi. Son homme ? En avait-elle un au moins ? Je ne sais rien de sa vie, mais une chose est sûre. Elle voulait y retourner, et j'étais son opportunité.




STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 5 Jan 2013 - 19:03
Alors finalement Lyra s’était trompée, cette gamine avait déjà aimé. Mais un amour d’enfant, cela n’était pas comparable. Lyra lui répondit par un sourire plus par politesse que par réelle envie. En amour, le risque est de se faire repousser ou de perdre l’être aimé. Ce doit être pour ça que ce sentiment est vu par beaucoup comme une maladie. Une putain de maladie, un satané virus traînant dans l’air et pouvant être attrapé à tout moment. Une saloperie de cancer qui vous ronger de l’intérieur, qui vous pourrit le cœur et qui ne laisse de vous que l’ombre que vous étiez autrefois.
La demoiselle aurait pu discourir longuement sur ce sujet, évoquant les bonheurs d’être aimé, d’être en parfaite harmonie avec l’autre, prenant son cas pour exemple mais elle n’avait guère envie de raconter sa vie à une inconnue. Inconnue, oui, elle connaissait à peine Akalie et même si elle l’appréciait, ce n’est pas pour autant qu’elle allait lui déballer sa vie soudainement même si l’élève s’était plus ou moins exprimée sur sa propre vie. Cela ne la regardait pas. De toute manière, Lyra n’était pas femme à faire des confidences.

- Dis moi, je ne sais pas si tu as envie d'en parler mais... comment a été ta vie ? Si tu ne veux pas en parler, ce n'est pas grave je comprendrai.

Elle ne manquait pas d’air, c’était le moins qu’on puisse dire ! N’avait-elle toujours pas compris que Lyra évitait de parler de son ancienne vie ? Les souvenirs étaient encore trop présents, les regrets aussi. Elle s’endormait le soir en faisant des cauchemars, se réveillait en sursaut et ne pouvait que se dire que ce n’était qu’un rêve, rien de tout cela n’était vrai. Si ce n’est qu’elle était morte, loin de celui qu’elle aimait.

- Ce ne sont pas tes affaires, lui répondit-elle sèchement. Toi peut-être que tu aimes te confier aux autres sur ton ancienne vie mais ce n’est pas mon cas. Alors à l’avenir, évite de me poser ce genre de questions personnelles.

La curiosité est un vilain défaut. Même si tous en étaient pourvus ce n’était pas une raison pour laisser libre court à ses interrogations. Croyait-elle réellement que l’archiviste allait lui répondre sous prétexte qu’elle s’était confiée en partie à elle ? Elles n’étaient pas suffisamment proches pour de telles choses et se connaissaient que depuis la veille. Akalie semblait être du genre à accorder sa confiance à la première personne croisée dans la rue, pas étonnant qu’elle regrette d’être tombée amoureuse. Les scénarios quant à sa rupture avec ce garçon inconnu pouvait être multiple et Lyra préférait ne pas trop laisser son esprit s’aller et vagabonder sur les chemins de l’imagination. Après tout, cela ne la regardait pas.

La demoiselle s’excusa de sa fougue. Enfin des excuses. Un peu tardive mais qu’importe, c’était toujours ça de pris. Lyra croisa les bras alors que les yeux de l’enfant s’illuminaient dès que l’archiviste avait fait l’hypothèse de l’emmener Ce n’était qu’une hypothèse, elle n’avait aucune raison de s’emballer. Mais une joie si pure, si vivante, c’était tout de même beau à voir. L’espoir est un beau sentiment, déchirant peut-être mais magnifique à observer dans les prunelles des autres. C’est cette même lueur qui brillait au fond des iris d’Akalie alors que Lyra supposait sa future balade dans le monde des humains accompagnée de l’apprentie. Son sourire faisait tout autant plaisir à voir.

- T’emballe pas de sitôt, j’ai pas encore dit oui. Ce serait bête que tu te fasses de faux espoirs, non ?

Elle apprit qu’elle pouvait faire confiance à Akalie, du moins en ce qui concernait le monde des vivants. Mais pour ce qui était du fait qu’elle en savait plus qu’elle sur le monde des humains, c’était faux. Elle non plus n’y avait jamais les pieds, ce serait une première pour tus les deux. Out ce qu’elle savait de cet autre-monde en tant que future déesse était ce qu’elle avait su dénicher dans les tréfonds des archives. Ces vieux papiers possédaient un secret qu’il ne tenait qu’à elle de faire éclater. Faire parler d’anciens documents n’était pas chose facile, surtout lorsque ces documents en question étaient illisibles ou déchirés en plusieurs morceaux éparpillés aux quatre coins de la pièce. Mais elle avait tout de même réussi à apprendre quelques trucs à propos de ce monde.

Pour ce qui était de l’entraînement, Lyra ne serait pas meilleure professeur que ceux enseignant le combat, la stratégie et toutes ces matières auxquelles la Russe ne comprenait pas même l’intitulé. Etait-ce vraiment utile ? La demoiselle avait toujours vécu avec un poignard à la ceinture, au cas où. Elle avait appris à s’en servir sur le tas, n’ayant que faire des règles d’usage. Tuer ne s’apprenait pas, il fallait le vivre pour pouvoir comprendre un tel acte. Alors pourquoi ces futurs dieux devaient-ils suivre de tels cours ? Mais elle était repentie et non élève alors les cours était la dernière de ses préoccupations.

- T’entraîner, hein ? J’peux peut-être t’apprendre deux ou trois trucs. Mais j’me débrouille juste aux poignards alors si tu souhaites devenir une fine lame à l’épée ou une archère d’élite, ne compte pas sur moi. J’peux aussi te donner les bases en matière de corps à corps aussi, je pense.

Lyra sortit l’un de ses poignards et le tendit à Akalie. Puis elle s’approcha d’elle, lui montrant comment tenir la lame. Cela se voyait qu’elle tenait une telle arme pour la première fois entre les mains. Une arme tout court. On croirait qu’elle prenait cet objet pour un couteau à pain ou pour le beurre. Mais la lame était affûtée, tranchante et aurait de quoi couper un doigt.

- C’est pas un jouet, ça. Ça coupe vraiment. Tu comprendras que j’peux pas te le laisser mais j’suis sûre que tu en auras un d’ici peu si la pratique du poignard t’intéresse vraiment.

Dénicher des armes dans l’académie revenait à chercher une aiguille dan une botte de foin. Mais dans le monde des humains, là où la haine et l’horreur étaient omniprésents, elle n’aurait aucun mal à dénicher une arme si tel était son désir. Il suffisait juste d’aller dans les bons endroits. Et ces mêmes endroits, Lyra était du genre à les fréquenter ardemment de son vivant. Certes, ce n’était pas une bonne idée d’emmener une élève dans un repère de brigands mais si elle venait à le désirer, elle n’allait pas s’y opposer. Au contraire.
Lyra observa la position d’Akalie. Là aussi, tout était à revoir. Mieux valait commencer par là avant de vouloir lui apprendre à se servir d’une arme. Furtivement, Lyra glissa sa jambe derrière celle d’Akalie, la puissance de son coup et la surprise la firent tomber à la renverse. Il fallait qu’elle soit à l’aise sur ses appuis et non pas qu’elle soit aussi molle qu’une gelée gluante et visqueuse.

- Ta position ne va pas. On croirait une vieille boiteuse manquant de tomber à chacun de ses pas ! Tu dois être ancrée dans le sol pour éviter de te casser la gueule au moindre faux pas ou au moindre choc.

Lyra aida la jeune fille à se relever. De la moquette recouvrait la chambre, elle n’avait pas dû se faire trop mal. De toute façon, elle allait tomber nombre de fois avant d’apprendre à bien se positionner. Lyra elle-même avait travaillé dur dans son enfance, guidée par la vengeance. Son objectif lui avait permis d’avancer. Mais quel était celui d’Akalie si ce n’est revoir sa sœur ? Une fois qu’elle aurait revu sa cadette, qu’allait-elle faire ? Il fallait qu’elle se prenne en main. Maintenant.
Elle avait l’opportunité de vivre non pas la suite de son ancienne vie mais une toute nouvelle existence. À quoi bon répéter les erreurs de la précédente ?


Dernière édition par Lyra Vilkas le Dim 6 Jan 2013 - 16:28, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 5 Jan 2013 - 19:55

Je n'ai pas aimé le regard de Lyra lorsque je lui ai demandé ce qui s'était passé pendant qu'elle était vivante. Mon objetctif n'était pas de la rendre mal à l'aise ni de lui demandé des informations personnelles afin de lui faire rappeler des évènements choquants ou quoi que ce soit. Je voulais simplement en apprendre plus sur elle, sur pourquoi elle était une repentie, pourquoi avait-elle la haine accrochée à ses pupilles, je mourrais d'envie d'en apprendre davantage sur cette archiviste. Elle n'était encore qu'une presque étrangère pour moi, je ne connaissais que son nom et sa personnalité. Et encore pour la personnalité, ce n'est qu'un début.

"Ce ne sont pas tes affaires. Toi peut-être que tu aimes te confier aux autres sur ton ancienne vie mais ce n’est pas mon cas. Alors à l’avenir, évite de me poser ce genre de questions personnelles."

C'est bien ce que je me disais. En fait elle avait tort, rare était le moment où je me confiais à quelqu'un. La seule personne à qui je racontais mes problèmes et ce genre de trucs c'était à ma soeur. Mais maintenant que je suis morte, je n'ai plus personne à qui me confier.

"Je ne voulais pas te rendre mal à l'aise, j'avais juste envie d'en apprendre plus sur toi. Mais je respecte ton choix de ne pas vouloir en parler." lui dis-je en m'efforçant de rester calme.

Peut-être n'était pas prête à se confier étant donné qu'on ne se connais pas beaucoup. Ce qui est compréhensible. Un jour peut-être elle apprendra à me faire confiance. Moi je lui fais confiance, mais je vois qu'elle n'a pas l'air de quelqu'un de maléfique... ou quoi que ce soit. Peut-être cela a un lien avec mon instinct animal ? On dit que les animaux se fient à leur instinct pour voir si quelqu'un est bon ou mauvais. Cet atout peut m'être très utile dans certain cas.

Lyra a vue que j'étais excité d'entendre que peut-être elle allais m'accompagné dans le monde des vivants. Je ne pouvais le cacher, j'étais heureuse. Je savais que ce n'était pas un oui officiel, mais je l'espérait. Une petite partie en moi me disait qu'elle allait accepter. Mais évidemment, il ne fallait pas que je me fasse de faux espoirs. Mais je savais que Lyra avait envie d'aller là bas aussi, je le sentait. Elle ne voulait pas le dire, mais elle ne peut le cacher.

"Je sais que tu as envie d'y aller aussi, je ne sais pas pour faire quoi, mais je le sais. Ne lui laissant pas le temps de me couper, j'ai continué. Tu n'as pas à en parler, mais ne le nie pas non plus. Ne t'en fais pas, je ne me ferai pas de faux espoirs."

Je voyais dans ses yeux qu'elle savait que c'était vrai, mais elle ne voulait pas le montrer. Par contre, elle m'a montré ses poignards disant qu'elle pouvait m'aider à m'entraîner avec ces armes. Des poignards. Je n'avais jamais combattue avec ça. J'étais habitué avec mon Katana. J'ai déjà manié l'athamé, j'adorais cette arme, et elle ressemble beaucoup à un poignard. Probablement que je n'aurai pas de difficulté avec ça. Mais il y a longtemps que j'ai tenu un athamé dans ma main.

Je n'étais pas trop certaine de ce que je devais faire avec ça dans les mains. Comment ça se tient, comment je dois m'en servir. Mais je vais faire de mon possible.

"C’est pas un jouet, ça. Ça coupe vraiment. Tu comprendras que j’peux te le laisser mais j’suis sûre que tu en auras un d’ici peu si la pratique du poignard t’intéresse vraiment."

"C'est que je suis habitué avec mon Katana. Le poignard ressemble à un athamé. Est-ce que ça se manie de la même façon ? Je fais que très rarement mumuse avec des armes." blagua-t-elle pour revenir à la comparaison de Lyra avec une arme et un jouet.

J'ai essayé quelques trucs pas très concluants, mais avec un peu de pratique je vais m'y habituer.

Ensuite Lyra a décidé de me faire une jambette. Je ne m'y attendais évidemment pas alors je suis tomber par terre. La belle affaire ! J'avais maintenant l'air d'une parfaite idiote qui ne sait pas se tenir debout !

Au moins elle avait eu la politesse de m'aider à me relever. Je sais qu'on ne prévient pas un adversaire qu'on le fait tomber, mais quand même. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle fasse du corps à corps dans un entraînement d'arme blanche. J'me tiendrai mieux la prochaine fois. J'ai soudain sorti mon Katana et engagé le combat d'armes. La lame de mon épée à fait tombé le poignard de Lyra. Je sais bien que ce n'était pas le but de l'entraînement, mais c'était une petite vengeance personnelle.

"Tu devrais tenir ton arme plus fermement. ais-je annoncé en lâchant un petit sourire. Bon, désolée, c'était bête." puis j'ai ramassé son poignard en lui rendant.

Hé ? Moi aussi j'ai le droit de faire des attaques surprises ! J'espère qu'elle ne m'en veut pas.



STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Dim 6 Jan 2013 - 17:51
Un excès de curiosité. Lyra avait remis Akalie à sa place. Elle n’était pas son amie alors pourquoi s’efforçait-elle à agir ainsi ? L’archiviste avait pris en affection la rouquine mais ce n’était pas une raison pour dépasser de telles limites.
Le sujet était clos. Elle espérait que l’élève ne ferait plus d’allusions à son passé de sitôt. Elle ne savait rien et mieux valait qu’elle ignore tout de sa vie d’antan. Elle savait déjà qu’elle était repentie, n’était-ce pas suffisant ? Maintenant, elle n’avait qu’à nourrir son imagination pour trouver pourquoi elle avait accédé à ce poste. Mais inutile de compter sur la Russe pour lui fournir ces réponses ou l’accueil réservé serait le même. Glacial. Elle avait toujours été ainsi depuis son enfance. Sauf lorsqu’elle trouvé l’amour. Enfin. Malheureusement, son bonheur avait de courte durée, la mort l’ayant rattrapée. Mais au moins lui restait-il ses souvenirs, ces si douloureux souvenirs. Elle pouvait repenser à lui quand la solitude devenait trop dure à supporter même si ce mode de vie avait été choisi par Lyra.

L’ardeur de la jeune fille à l’écoute de sa potentielle virée dans le monde des humains retombée, elle la fixa, semblant lire dans ses pensées ou du moins tenter de les connaître. Peine perdue. Elle s’était calmée, c’était déjà ça. Rien que cette retombée d’adrénaline soudaine enchantait Lyra. Pas que la joie lui déplaise mais pourquoi donc s’emballer dès cette première annonce ? Ce n’était qu’une hypothèse. Une hypothèse penchant fortement vers un futur certain mais cela, Akalie l’ignorait. Et c’était mieux ainsi. Elle ne connaîtrait son verdict qu’à la toute fin de leur discussion, lorsqu’elles se diront au revoir. Ou à tout à l’heure.

- Je sais que tu as envie d'y aller aussi, je ne sais pas pour faire quoi, mais je le sais. Tu n'as pas à en parler, mais ne le nie pas non plus. Ne t'en fais pas, je ne me ferai pas de faux espoirs.

Il est vrai que Lyra mourait d’envie d’y aller. Mais c’était une connerie que d’aller revoir Kôta, elle le savait. Que verrait-elle là-bas ? Avec qui serait-il ? Dans quel état ? Elle risquait d’être déçue. Pire, cela pourrait la détruire. Alors pourquoi courir ce risque idiot ? Pourquoi ne pas rester sagement ici, errant dans ces couloirs à la manière d’un spectre lorsque l’insomnie la gagnait ? Pourquoi vouloir des questions à ces réponses muettes ?
Elle pourrait juste accompagner Akalie. Elle au moins reverrait sa petite sœur. Et c’est tout. Cela s’arrêterait là. Elle ne ferait pas la moindre bêtise, elle ne le chercherait pas, ne penserait pas même à lui. Mais elle savait qu’elle ne résisterait pas à la tentation. C’était si difficile. Le moyen le plus simple resterait de ne pas aller là-bas du tout, au moins Lyra ne serait-elle pas tentée. Mais désormais que l’idée était implantée dans son crâne, difficile de s’en défaire. Si seulement elle avait dit non de suite à Akalie au lieu de se laisser séduire par ces douces paroles, si seulement elle n’avait pas parlé de l’ancien monde à Akalie, si seulement elle ne l’avait pas rencontrée. Mais avec des si, on pourrait refaire le monde. La vie ne se base pas sur le conditionnel. La vie est du concret et se vit au jour pour jour. Une fois une erreur faite, on ne peut revenir en arrière. Il est de même ici.

- C’est vrai, je rêve d’y aller moi aussi. Mais en même temps, je sais que ce serait une folie que d’y retourner et de revoir mon ancienne famille. Si c’est déconseillé d’aller revoir ses proches, ce n’est pas pour rien. Toi tu verras ta petite sœur mais tu seras invisible pour elle. Tu te sens prête à endurer ça, à l’épier sans qu’elle ne s’aperçoive de rien ? la questionna-t-elle. C’est un piège attirant, tu sais. Tu seras un fantôme parmi les vivants. Et c’est tout.

Mieux valait qu’elle sache où elle mettrait les pieds. Certains venaient à devenir fou tant la déception était grande. On ne communique pas avec les morts, encore moins avec les vivants. Voilà pourquoi Lyra appréhendait de revoir Kôta. Elle aurait envie de lui parler, de le toucher, de l’embrasser. Que tout redevienne comme avant. Mais c’était impossible et elle le savait.
Pourtant, une page devait se tourner ainsi. Elle devait le faire. Elle le sentait au plus profond d’elle-même. Pour avancer, pour se libérer de ce poids trop lourd pour elle, de ce fardeau qui l’entravait et la gênait à l’académie, elle devait le revoir. Une dernière fois.

- Tu comprends ce que ça signifie Akalie ? Tu ne pourras pas interagir avec elle. Tu ne pourras pas la consoler, la rassurer. Tu ne pourras rien faire si ce n’est l’observer. Elle ne se rendra compte de rien. Et ça, c’est pire que tout. Tu te sens prête à endurer ça ?

Elle voulait la réponse de la demoiselle avant de continuer. Une chose est sûre, si elle voulait aller au bout, Lyra ferait en sorte que sa rencontre avec sa sœur ne serait pas trop douloureuse. Voir sans être vu. Un rêve pour beaucoup d’humains. Un rêve accessible à la mort.
Elle ne craignait qu’une chose : que le désir de la rouquine de rester auprès de sa sœur soit plus fort que tout et qu’elle ne souhaite plus rentrer à l’académie. Sans doute était-ce pour cela que les élèves ne pouvaient pas aller seul dans le monde des humains. Déjà car les dangers étaient nombreux contrairement à ce que ces jeunes gens pensaient. Ensuite car le choc de revoir les proches pouvait être si violent que les élèves risquaient de vouloir rester auprès d’eux. Mais cela n’arriverait pas. Tant que Lyra aurait un œil sur la jeune élève, aucun danger ne pourrait survenir. Rien ne lui arriverait.

Alors que les deux filles venaient de commençaient à s’entraîner, Akalie lui apprit qu’elle possédait un katana. Elle n’aurait pas pu le dire de suite ? D’ailleurs, voir cette nouvelle arme lui donnait une idée. Elle avait toujours usé de son pouvoir dans le seul but de mémoriser des informations. Pourquoi ne pas essayer de copier les gestes de la rouquine grâce à sa mémoire eidétique ? Un sourire s’étira sur ses lèvres. Cela valait le coup d’essayer. Mais d’abord, il fallait qu’elle mette les choses au clair. Un poignard ne possédait pas les mêmes fonctions qu’un athamé. Entendre de telles bêtises la subjugua.

- Un athamé est davantage un objet symbolique qu’une arme. Je n’ai jamais vu personne tuer avec un athamé. Par contre, pour ce qui est des cérémonies, des rituels sacrés et autres horreurs mystiques du genre, on préfère l’utilisation d’un athamé plutôt que d’un poignard.

Le chose qui la marqua le plus à la fin de sa réplique fut ce « on ». Elle se mordit la lèvre inférieure. Akalie allait-elle se poser des questions quant au pronom qu’elle avait utilisé, se remémorant la secte de son enfance ? Elle prendrait ce pronom pour une généralité, elle n’allait pas le lui attribuer. Du moins l’espérait-elle. Ce pan de vie était un autre de sa mémoire qu’elle souhaitait oublier. Y arriverait-elle un jour ?

La demoiselle prit la brune au dépourvu alors qu’elle la désarma. À charge de revanche. Il lui avait suffi d’un moment d’inattention pour faire voler son poignard. Elle n’avait pas pour habitude d’être distraite mais parfois les souvenirs la blessaient tant qu’elle ne pouvait faire autrement. À mi-chemin entre la réalité et le passé, il allait falloir qu’elle fasse un choix. Le bon, de préférence.
La rouquine lui tendit son poignard, s’excusant par la même occasion. Elle n’avait pas à être désolée mais tant qu’à jouer, autant faire une petite frayeur à Akalie. Rien de bien méchant. Juste ce qu’il fallait pour qu’elle se souvienne de la différence entre un athamé et un poignard pour que plus jamais elle ne fasse l’erreur.

Lyra prit appui sur ses pieds, s’élançant en un bond, se plaçant derrière la jeune fille, poignard sous son cou. Là, elle allait s’en souvenir. La lame froide appuyait sur la peau claire de l’enfant. Elle ne voulait pas lui faire peur, juste l’effrayer.

- Le poignard est l’arme des voleurs et des tueurs, murmura-t-elle dans le creux de l’oreille de sa victime. Pourquoi ? Car invisible, facile à manier et léger. La lame aurait de quoi creuser des sillons de douleur dans n’importe quelle chaire. C’est une arme mortelle aussi. Il suffit de peu pour passer de vie à trépas lorsqu’on est ainsi menacé. Une simple pression et voilà ta jugulaire tranchée !

Lyra retira de suite la lame, libérant sa prise d’Akalie. Elle prit une cigarette posée nonchalamment sur sa table de chevet, alla près de la fenêtre et l’ouvrit, laissant le froid de l’hiver rentrait à grands pas dans la chambre. Mais qu’importe, elle préférait sentir l’air glacial de l’extérieur plutôt que de dormir avec cette fumée âcre.
Elle se retourna et avisa le katana. Oui, cela lui plairait bien d’apprendre à manipuler une telle arme. Même si ses poignards ne l’avaient jamais déçue, la fine lame de ses armes ne pouvait pas tout trancher. Le katana, lui, était bien plus résistant, il en allait de même avec sa lame. Plus tranchante.

- Ton katana, sers-t-en. J’aimerais vois comment tu le manipules. Et essayer après.

Elle allait enfin pouvoir repousser les limites de son don. De passif, elle allait pouvoir s’en servir pour agir. Elle était impatiente de pouvoir ce que ça allait donner. Elle avait bien accepté de donner un cours particulier à Akalie, cette dernière pouvait bien lui rendre ce petit service. Ce n’était pas grand chose. Juste se servir de son arme, de préférence sans rien casser.


Dernière édition par Lyra Vilkas le Dim 13 Jan 2013 - 17:28, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Dim 13 Jan 2013 - 17:25

"C’est vrai, je rêve d’y aller moi aussi. Mais en même temps, je serai que ce serait une folie que d’y retourner et de revoir mon ancienne famille. Si c’est déconseillé d’aller revoir ses proches, ce n’est pas pour rien. Toi tu verras ta petite sœur mais tu seras invisible pour elle. Tu te sens prête à endurer ça, à l’épier sans qu’elle ne s’aperçoive de rien ? C’est un piège attirant, tu sais. Tu seras un fantôme parmi les vivants. Et c’est tout."

C'était quelque chose que je craignais, le fait qu'elle ne s’apercevra point de ma présence auprès d'elle. Mais bien sûr, j'avais quelques doutes. Nous avons beau être des "dieux" nous restons des fantômes. C'est évident que d'avoir ma soeur auprès de moi et ne pas pouvoir lui parler me fera souffrir plus que tout. Mais ça, pas question d'en souffler un mot. Sinon, elle pourrait décider de ne pas m'accompagner finalement.

"Mon but premier est de savoir si elle va bien. Le fait qu'elle ne me voie pas ne me fait pas plaisir, mais je souhaite tout de même y aller. Je trouverai un moyen pour communiquer avec elle. Peut-être avec les animaux ? On dit d'eux qu'ils peuvent voir les esprits. Mais peu-importe, ce détail ne m'arrêtera pas."

"Tu comprends ce que ça signifie Akalie ? Tu ne pourras pas interagir avec elle. Tu ne pourras pas la consoler, la rassurer. Tu ne pourras rien faire si ce n’est l’observer. Elle ne se rendra compte de rien. Et ça, c’est pire que tout. Tu te sens prête à endurer ça ? "

Non, je suis loin d'être prête à endurer un tel supplice ! Mais je dois accepter ça pour pouvoir revoir Naky. J'ai senti mon coeur se serrer à cette idée, si elle pleure, je ne pourrai pas être là pour la réconforter. Je ne pourrai pas rire avec elle, je ne pourrai pas lui faire de câlins, ni lui parler. Rien de tout ça. Je ne serai qu'un ombre pour elle, une brise. Je serai complètement invisible. En fin de compte, j'y serais allé simplement pour la regarder. Mais je veux voir si elle va bien, si elle se remet de ma mort et... si elle pense toujours à moi. Je veux savoir qu'est-ce qui se passe depuis mon départ.

"Ce ne sera pas facile, mais... mais je ne change pas d'idée."

Pendant que je me débrouillais (et que j'étais plutôt mauvaise) avec les poignards, Lyra a semblé être complètement outré fasse à ma comparaison aux athamés. Ce n'est pas ma faute si je ne m'y connais pas là dedans ! Je préfère largement mon Katana argenté. Il est plus menaçant et beaucoup plus puissant. Avec un poignard, je coupe mes crêpes le matin ! Ok, peut-être pas à ce point là.

"Un athamé est davantage un objet symbolique qu’une arme. Je n’ai jamais vu personne tuer avec un athamé. Par contre, pour ce qui est des cérémonies, des rituels sacrés et autres horreurs mystiques du genre, on préfère l’utilisation d’un athamé plutôt que d’un poignard."


Elle n'avait jamais vu quelqu'un tuer avec un athamé ? D'après moi, elle ne s'en ai jamais servi dans ce cas. Parce qu'il y a des gens qui se servent de cet arme pour achever. Mais je n'ai pas trop comprit ce qu'elle a voulu dire par "on préfère l'utilisation d'un athamé..." c'est qui "on" ? Où avait-elle eu ce genre d'informations ? Elle me semblait bien informé sur ce sujet. Faisait-elle partie d'une secte ou d'un groupe de je ne sais pas quoi ? Bon, c'est pas vraiment important. Je sais aussi que si je lui pose la question, je n'obtiendrai aucune réponse de sa part. Je me suis contenté d'un petit hochement de tête.

Soudain, Lyra a décidé pour je ne sais quelle raison, de se placé derrière moi, le poignard pointé sur ma gorge. Je pense qu'elle ne comprend pas le sens du mot "dangereux". Oui, c'était simplement un entraînement, mais un simple geste de travers aurait pu s'avérer être tragique. Ce n'est vraiment pas quelque chose à faire. Peut-être avait-elle voulu m'effrayer, mais ce n'était pas le cas. Ce genre de petits tours ne m'atteint pas.

"Je ne sais pas si tu es au courant mais ton arme est dangereuse. Si tu aurais fais un faux pas, tu aurais pu me blesser. Gravement. Oui, c'est un entraînement, mais il y a des trucs qu'il ne faut pas prendre à la légère."

Elle m'a dit que c'était une arme utile aux voleurs et aux tueurs puisqu'elle était facile à camoufler et à utiliser. C'est vrai, elle a raison sur ce point. Mais je ne suis pas une meurtrière et encore moins une voleuse. Est-ce qu'elle en était une ?

En regardant mon Katana, la repentie a semblé intéressée. J'ai senti qu'elle réfléchissait à quelque chose. Je ne savais pas quoi, mais je savais qu'il y avait un plan de caché là dessous. Elle m'a demandé de faire une démonstration avec mon épée. C'est alors que j'ai allumé. Je ne suis pas certaine de ce qu'elle tente de faire, mais je vais lui jouer un tour. J'ai donc commencé à manier l'arme mais de façon complètement horrible. Bien sûr, une personne ne connaissant pas comment s'en servir ne peut se rendre compte que c'est une farce. J'ai prêté le Katana à Lyra par la suite.

"À toi maintenant."

L'archiviste a reproduit les gestes que j'avais fais à la perfection, aucune erreur. Impossible, ai-je pensé. Il y en avait trop à la fois.

"Tu as un pouvoir lié à la mémoire ou à l'art de reproduire les gestes. Un des deux. N'est-ce pas ?"

Je n'ai pas envie de me faire plagié mon entraînement de longue date avec cet épée. Surtout si la personne peut le reproduire en moins de quelques minutes. Ce serait injuste. Je me demande si elle a comprit que ce qu'elle venait d'apprendre n'était pas bon du tout. J'espérait aussi qu'elle réponde à ma question. Ensuite, peut-être pourrions nous se décider à partir dans le monde des vivants ? Avant que je n'oublie la raison de ma présence dans cette chambre !



STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Lun 14 Jan 2013 - 16:52
Si Akalie ne voyait aucun inconvénient à voir sa petite sœur sans être vue en retour ou même entendue alors Lyra ne voyait pas pourquoi elle devrait s’opposer plus longtemps au vœu de la demoiselle. Restait à le lui annoncer. Plus tard. Elle voulait s’amuser encore un peu avant. Rien ne pressait.
L’archiviste ignorait si les fantômes pouvaient communiquer avec les bêtes mais cette apprentie-déesse si. De toute façon, c’était son problème désormais. À elle de voir comment elle souhaitait entrer en contact avec sa sœur, cette partie-là ne la concernait pas. De plus, elle n’en avait pas la moindre idée. Elle, elle voulait y aller juste pour voir Kôta. Et uniquement le voir. Cela lui suffirait amplement. Du moins l’espérait-elle. Elle savait que ce pari était risqué. Elle appréhendait ses retrouvailles avec le jeune homme. Retrouvailles à sens unique, qui plus est. Mieux valait éviter d’y penser. Pour le moment, du moins.

La réponse de la rouquine était définitive, elle ne changerait pas d’avis. Bien. Qu’à cela ne tienne, elle l’emmènerait avec elle. Elle aurait un œil sur elle, à la manière d’une grande sœur car rien de mal ne lui arriverait là-bas. Deux partiront pour cet autre-monde et deux en reviendront. Elle ne l’abandonnerait pas comme elle avait abandonné tous les autres de la secte, ces pauvres jeunes gens vivant là-bas contre leur grès. Elle ferma les yeux, cherchant à balayer les images douloureuse qui lui revenaient en mémoire ainsi que les cris d’horreur lui emplissant le crâne un peu plus à chaque instant. Oublier. Si seulement c’était si facile. Jamais elle ne laisserait Akalie. Jamais.

Pourtant, on aurait pu croire le contraire lorsqu’on la voyait s’en prendre à Akalie, lors de ces joutes verbales interminables où elle avait toujours le dernier mot ou en cet instant précis. Lame contre peau, Lyra jubilait à l’idée de l’effrayer. Elle connaissait assez bien son arme pour savoir quelle pression laisser, évitant la moindre goutte de sang. Elle ne lui voulait aucun mal. Mais il fallait qu’elle grandisse. À n’importe quel prix. La Russe serait celle qui permettrait à la demoiselle de s’épanouir davantage, de se reprendre en main, de devenir une autre.

- Je ne sais pas si tu es au courant mais ton arme est dangereuse. Si tu aurais fait un faux pas, tu aurais pu me blesser. Gravement. Oui, c'est un entraînement, mais il y a des trucs qu'il ne faut pas prendre à la légère.

La peur ne s’était pas lue sur le visage de la rouquine. Lyra ignorait si elle devait s’en réjouir ou être déçue. N’était-ce pas ce qu’elle voulait, lui apprendre à affronter la vie plutôt qu’à lui tourner le dos ? Même si ce petit tour n’était en rien comparable à ce qu’elle allait devoir affronter en conditions réelles, Lyra avait trouvé intéressant de confronter l’élève à une telle situation.

- Franchement, tu me crois assez stupide pour te faire du mal délibérément ? Tss. Je sais me servir de mes armes, je les connais, elles font partie intégrante de mon corps. Il n’y aurait pas eu d’accident, ça, je peux te le garantir. Alors arrête de t’inquiéter pour rien.

Il est vrai que depuis le temps que l’archiviste possédait son premier poignard, elle avait su apprendre à le manier parfaitement. Sans, elle se sentait parfaitement nue. Sa main ne tremblait jamais, le doute n’était pas permis, la faiblesse n’existait pas lorsqu’elle avait cette arme près d’elle. Sa simple présence suffisait à la rasséréner. Alors que dire sur l’autre, celui de Kôta, celui qui semblait compléter à merveille son jumeau ?
Elle posa le poignard non loin d’elle. Assez d’entraînement avec ces armes pour aujourd’hui. Il était tard. Elle observa Akalie manier son katana, perplexe. Elle avait déjà assisté à des entraînements de ce type et son art lui semblait bien différent des leurs. Etait-ce parce qu’elle ne possédait pas le même niveau qu’eux ? Sans doute.

Elle prit le katana en main. C’était la première fois qu’elle en tenait un. Elle n’en avait jamais vu d’aussi près. Elle laissa son index s’égarer sur la lame pour finalement mettre en application ce qu’elle venait de voir. Elle connaissait désormais les bases de cette arme grâce à son don. Les passes qu’elle utilisait étaient simples et identiques à celles effectuées par Akalie.
Cette dernière s’était aperçue de sa capacité photographique. Sûr qu’à moins d’être un futur dieu, difficile de pouvoir réaliser une telle prouesse.

- C’est vrai, mon domaine divinatoire est lié à la mémoire eidétique, ce qui veut dire que je suis capable de me souvenir de quoi que ce soit tant que je me suis concentrée suffisamment de temps dessus. Idem pour la manipulation d’armes.

Elle fit encore quelques mouvements avec l’arme, elle trouvait ça amusant en fin de compte. Elle ignorait si connaître les bases de l’art du katana lui serait utile mais qui irait cracher sur les bases d’un entraînement exigeant sueurs et temps aux êtres humains ? Certainement pas elle.

- J’ai déjà vu des professeurs dispensaient un tel cours et leur maniement de l’arme était différente de la tienne. Des explications ?

Elle ne l’accusait de rien, elle avait juste des doutes. Et si Akalie s’était fichue d’elle ? Et si elle avait fait exprès de discréditer son art dans le simple fait de lui faire mémoriser quelque chose de faux ? Non, elle n’aurait pas fait ça. Elle n’était pas aussi fourbe. Pas aussi fourbe que Lyra.
Mais il est vrai que les gestes d’Akalie avaient paru gauches à première vue. Lyra avait mis ça sur le coup de la fatigue ou de son faible niveau. Mais elle avait vu le sourire traîner sur le visage de la rouquine l’espace d’u instant. Elle l’avait remarqué et n’avait rien imaginé.

- Dis-moi la vérité. Est-ce que oui ou non ce que tu viens de m’enseigner est exact ?

Elle ne pouvait pas laisser passer cela. Qu’allait-elle devoir faire pour oublier un tel enseignement ? Ne plus toucher à un katana – ce qui ne risquait pas d’être difficile - pendant longtemps ? Ou observer une nouvelle démonstration de cette arme ? Une chose est sûr,e elle devait oublier ce qu’elle venait d’apprendre. Reste à savoir comment.
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 19 Jan 2013 - 17:43

Difficile à croire, mais je pense sincèrement que je suis en train de convaincre Lyra de m’accompagner dans le monde des vivants. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire bêtement encore une fois. J’allais revoir ma petite sœur, la prunelle de mes yeux… La seule personne qui a toujours cru en moi. Par contre, je ne pourrai lui parler, la consoler, la prendre dans mes bras, rien de tout ça. C’est choquant. Mais au moins, j’allais la voir. Enfin. Je l’aime tellement. Je n’arrive pas à croire qu’elle ne sera plus à mes côtés. Mon sourire s’est estompé pour laisser sa place à un air de déception, d’inquiétude. *Non, reprend toi Akalie ! Ne laisse pas ces pensées envahir ton esprit, regarde le bon côté des choses, tu vas revoir Naky.* Ma conscience aurait-elle décidé de se montrer gentille envers moi ? Et bien, on aura tout vu ! *Faut pas rêver non plus, petite !* C’est bien ce que je croyais. Mais c’était vrai, je devais regarder le positif de la chose, et non le contraire…

Je crois que Lyra avait effectivement essayé de m’effrayer avec son poignard. Dommage pour elle. Bien que cette arme blanche soit dangereuse, je suis déjà morte. Qu’est-ce qui pouvait me faire peur à présent ? Rien. À l’exception du rejet, de la solitude et du jugement des gens. Les blessures psychologiques sont beaucoup plus douloureuses que les coupures ou les éraflures.

"Franchement, tu me crois assez stupide pour te faire du mal délibérément ? Tss. Je sais me servir de mes armes, je les connais, elles font partie intégrante de mon corps. Il n’y aurait pas eu d’accident, ça, je peux te le garantir. Alors arrête de t’inquiéter pour rien."

"Je sais, je sais… mais mieux vaut ne pas prendre de risque avec les armes. Tu sais, ça aurait pu être moi, par la surprise de voir ton poignard contre mon cou, faire un faux pas et me couper moi-même. Ça n’aurait pas été très drôle…"

C’était très drôle de la voir pratiqué de fausses techniques avec le Katana. Par contre, le doute se dessinait sur son visage. Elle savait que ce n’était pas normal ce qu’elle venait d’apprendre. Oups.

"C’est vrai, mon domaine divinatoire est lié à la mémoire eidétique, ce qui veut dire que je suis capable de me souvenir de quoi que ce soit tant que je me suis concentrée suffisamment de temps dessus. Idem pour la manipulation d’armes."

"Je m’en doutais !"

Ainsi donc, elle voulait copier mes techniques. C’est inacceptable ! Des années d’entraînement et elle croit qu’elle peut me les plagier en seulement quelques minutes ! Sait-elle comment c’est difficile d’apprendre à manier une arme à la perfection ? Oui, elle devait le savoir. Alors pourquoi voulait-elle prendre mon apprentissage ? Cela ne lui serait pas très utile de toute façon…

"J’ai déjà vu des professeurs dispensaient un tel cours et leur maniement de l’arme était différente de la tienne. Des explications ?"

J’ai détourné le regard pour fixer le sol. Ce n’était peut-être pas très gentil de lui avoir apprit n’importe quoi. Mais j’avais de bonnes raisons. Je ne lui ai pas répondu, je ne savais pas comment lui dire. Elle pourrait se fâché contre moi. Bien que je trouvais Lyra assez arrogante sur les bords, je l’aimais bien. La dernière chose dont j’avais envie était qu’elle perde confiance en moi. Pourquoi je m’attachais à cette repentie ?

"Dis-moi la vérité. Est-ce que oui ou non ce que tu viens de m’enseigner est exact ?"

Non… je suis désolée. Mais comprends moi, je ne voulais pas me faire voler des années de pratique en seulement quelques minutes ! Je n’aurais pas dû t’apprendre n’importe quoi. Je peux te montrer quelques vraies techniques de bases si tu le souhaites…

Qu’est-ce que je ferais pas pour une amie. Ou plutôt, une presque amie, enfin. Je ne sais pas ce qu’elle pense de moi, peut-être ne suis-je pour elle qu’un bourreau. Peut-être avait-elle hâte de se débarrasser de moi ? Si on va dans le monde des vivants ensemble, à notre retour, cessera-t-elle de me parler ? Au plus profond de moi, cette idée me rendait triste…

"Écoute Lyra, je ne sais pas ce que tu penses de moi. Mais je ne veux pas perdre ta confiance. Je ne sais pas pourquoi, mais je… j’ai secoué la tête. Laisse tomber."

Je ne voulait pas lui dire que je l’appréciais. Si ce n’était pas réciproque, que penserait-elle de moi ?




STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Sam 19 Jan 2013 - 19:25
Akalie était vraiment trop préventive pour rien. Une coupure, une misérable coupure, qu’était-ce pour une immortelle ? L’infirmerie existait en cas de besoin mais tous savaient que la mort n’était plus un fléau ici, à l’académie, là où les âmes aspirent à devenir des dieux et où la mort semble être un banal mort utilisé à tort et à travers, ayant perdu depuis longtemps de sa fascination ou de son horreur. Dire que les vivants la craignent comme la peste et ne tarissent pas d’avertissements à son sujet. Si seulement ils savaient. Si seulement ils savaient que ce n’était que ça. Sûr qu’ils seraient déçus. Mieux valait les laisser imaginer les pires monstruosités à propos de la mort, les laisser fantasmer car rien ni personne ne doit jamais leur enlever leur imagination, aussi déplorable soit-elle parfois.
Lyra lui répondit par un haussement d’épaules. Cela commençait à devenir une habitude. À quoi bon user sa salive pour répondre à ça ? Vraiment, c’était inutile. Si ce n’est l’énerver davantage, cela ne servirait à rien.

L’entraînement au katana ne cessait de lui paraître suspect. Elle imaginait mal Akalie lui jouer un tour aussi fourbe mais après tout, pourquoi pas ? Elle la connaissait à peine. En temps normal, elle n’aurait cessé de lui mentir, attendant le bon moment pour voir si elle pouvait ou non lui faire confiance. Là, tout était si précipité. Non pas qu’elle lui ait accordé une entière confiance mais ses réflexes diminuaient, elle n’était plus la même, sa méfiance s’endormait peu à peu dans cette école. Il allait falloir remédier à cela. Ce cours d’arme semblait être le signal d’alarme. Il était grand temps.

La révélation de la rouquine l’étonna à peine. Après tout, elle était humaine. Elle aurait dû se douter de la jalousie que son domaine divinatoire provoquerait. Elle pouvait plagier grâce à sa mémoire, rien d’étonnant à ce que certaines personnes ne voient pas ça d’un très bon œil. Il fallait croire que l’élève cachait bien son jeu. Elle qui apparaissait si naïve, si timide, si gentille semblait réserver bien des surprises.
Pourtant, Akalie était prise de remords et demanda à l’archiviste si elle acceptait de recevoir les bases du maniement de katana. Les vrais, cette fois-ci. Lyra la jugea. Pas d’entourloupe, hein ?

- Vas-y, éblouis-moi !

Elle rendit l’arme à l’élève pour qu’elle puisse une belle démonstration de ce nom. Alors que la rouquine tenait en main la lame, Lyra ne perdait pas une miette de ce spectacle. Y a pas à dire, elle lui avait vraiment appris n’importe quoi. On pouvait voir la différence entre les mouvements d’Akalie et ceux de Lyra. La demoiselle avait encore du pain sur la planche. Ce n’était que les bases, mais c’était déjà ça.
La Russe reprit ensuite la lame qui commençait à lui être familière. Elle s’habituait tant bien que mal à ce poids totalement différent de ses poignards, à la pratique qui différait, à cette lame longue et tranchante qui était la première qu’elle voyait d’aussi près. On ne voit pas souvent des homes se battre à coup d’épée, en Russie. La kalachnikov est davantage prisée.
Ses mouvements furent exécutés, identique à ceux d’Akalie. C’était déjà ça. Elle reposa la lame sur le lit. À l’avenir, si un katana se présentait à elle, elle n’hésiterait pas à l’utiliser, même si elle ne connaît que les bases. C’était mieux que rien.

- Écoute Lyra, je ne sais pas ce que tu penses de moi. Mais je ne veux pas perdre ta confiance. Je ne sais pas pourquoi, mais je… j’ai secoué la tête. Laisse tomber.

La brune leva la tête. Ses sentiments quant à l’enfant ne cessaient de se mélanger. Elle-même ne savait plus trop quoi penser. Au début, elle la considérait comme un poids, c’était légitime bien sûr. La jeune fille ne faisait rien pour changer les aprioris de la Russe quant à son comportement et à son caractère. La russe avait regretté d’avoir été là lors de son réveil. Puis, elle avait eu la soudaine envie de la gifler lorsqu’elle l’avait vue dans le quartier des repentis. Non pas parce qu’elle la détestait mais parce qu’elle avait eu peur pour elle. Enfin, elle avait eu droit à une elle entourloupe de la part de la rouquine. Elle s’était trahie, abusée. C’était cela, s’attacher aux autres ?

- Malgré que tu te sois foutue de ma gueule, j’te déteste pas, si c’est ce que tu veux savoir. Mais à l’avenir, j’veux plus d’embrouilles dans ce genre. Compris ? Ou la prochaine fois, j’hésiterai pas à te couper les cinq doigts. Au moins, comme ça, tu pourras plus faire quoi que ce soit avec ton katana.

Non, bien sûr, elle ne pensait pas un mot de sa dernière tirade. Elle n’aurait jamais pu lui faire du mal, encore moins la mutiler. Elle avait vu trop de gens souffrir enfant, juste pour la beauté du geste, les doigts coupés étaient même devenus un classique de ses tortionnaires. Elle était incapable de faire la même chose, à qui que ce soit.
Elle avait préféré lui dire qu’elle ne la détestait pas, sous-entendant par là qu’elle l’appréciait bien car elle ne se sentait pas encore capable de le lui dire clairement. Elle n’avait pas l’habitude de d’attacher ainsi aux autres. Elle n’avait su accorder sa confiance qu’à une seule personne en dix-huit alors il était difficile pour elle de voir que tout changeait aujourd’hui. Tout était différent. Allez, souris !


Dernière édition par Lyra Vilkas le Dim 20 Jan 2013 - 17:56, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Patate, sushi, et parfois licorne.
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 3060

Feuille de personnage
Niveau:
14/30  (14/30)
Expériences :
1650/2000  (1650/2000)
Votre domaine: Instinct animal
avatar
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
─ Lalala ♪ n'Akalinours, Pika Sheep. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] - Dim 20 Jan 2013 - 16:58

Apparemment, ma petite combine n'a pas vraiment plu à Lyra. Bon, c'est pas étonnant. Elle n'allait pas sauter de joie parce que je venais de lui apprendre n'importe quoi. *La logique Akalie, la logique !* Par contre, lorsque je lui ai proposé de lui montrer les bases de l'utilisation du katana, elle a accepté tout de suite.

"Vas-y, éblouis-moi !"

Je ne lui apprendrai que les bases et non les techniques compliquées, mais cela pourrais lui être utile. J'ai donc commencé ma démonstration. Lorsque se fut terminé, j'ai passé l'arme à Lyra qui a répété mes mouvements parfaitement. Quand même génial son pouvoir. J'imagine comment ça peut être à son avantage lorsqu'elle est vis à vis un ennemie et qu'elle peut contrer son attaque simplement en l'analysant ! C'est tout de même impressionnant !

J'avais quand même peur qu'elle soit fâchée, que sa confiance en moi soit perdue. Enfin, si j'avais sa confiance au départ bien sûr. Peut-être attend-t-elle le bon moment pour se débarrasser de moi ? Peut-être qu'elle regrette d'être venu m'assister lors de mon réveil au grand temple ? Toutes ces hypothèses me hantaient. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne souhaite en aucun cas que Lyra me déteste. Ce n'est pas le genre de personne que je côtoyais habituellement. Mais pourtant, je l'aime bien.

"Malgré que tu te sois foutue de ma gueule, j’te déteste pas, si c’est ce que tu veux savoir. Mais à l’avenir, j’veux plus d’embrouilles dans ce genre. Compris ? Ou la prochaine fois, j’hésiterai pas à te couper les cinq doigts. Au moins, comme ça, tu pourras plus faire quoi que ce soit avec ton katana."

J'ai lâché un petit rire ironique du genre : "Ha ha..." mais je savais qu'elle blaguait. Enfin... je l'espère. Je ne m'étais pas totalement foutu de sa gueule. Enfin, peut-être un peu. J'ai l'impression que cette repentie n'a pas l'habitude qu'on se paye sa tête. Ça va lui faire du bien, je pense.

"J'suis contente que tu me déteste pas. Je ne le souhaite pas." j'ai marqué une pause. "Ah, mais t’as pas intérêt à me couper les doigts par contre." lui ai-je dis en faisant un demi sourire.

C’est alors que je me suis souvenue de la raison de ma présence dans cette chambre… j’allais presque l’oublier…

"Bon. Pour le monde des humains ?"


Il serait peut-être temps qu’elle se décide. Le plus tôt on ira, le mieux ce sera.



STORYDIARYGALLERYTHEME SONG#CC3333

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé] -
J'ai besoin de toi et seulement de toi. [Terminé]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Quartiers des repentis-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page