Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un antre de paix. (libre)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Un antre de paix. (libre) - Lun 10 Déc 2012 - 20:38
La grande bibliothèque méritait son nom.... Jamais Anaelia n'avait vu autant de rayonnages remplis de bouquins s’emboîter les uns à la suite des autres. Et pourtant elle en avait côtoyé entre la réserve des livres de l'hospice et celle de son maître. Mais jamais d'aussi imposantes. C'était à se demander si cet endroit ne renfermait pas tout le savoir du monde.

Elle se mit à marcher le long des étagères en laissant courir ses doigts sur le dos des livres alignés. L'odeur de papier remplissait magnifiquement l'air. Elle ferma les yeux. Il n'y avait pas de doutes.... Elle passerait tout son temps libre ici, au milieu du savoir. Elle rouvrit doucement son regard sur ce qui l'entourait, puis se remit en marche en direction de l'allée portant le titre "SCIENCES". Arrivée là, elle s'arrêta et leva la tête. Les étagères s'élevaient plus haut que le point culminant de son regard. Au delà, une lumière venant d'on ne sait trop où embrumait sa vue. Un peu perdue, elle appela un documentaliste. Il arriva tout sourire.

*Mer**. C'est un homme.* pensa Anaelia.

Mais tan pis. Elle ferait avec.

"Que puis-je pour vous? dit-il d'une voix mal assurée, sentant l'aura menaçante de la jeune femme.
- N'importe quel ouvrage qui blablaterai de médecine ou d'anatomie, humaine ou animale je m'en branle.
- Heu.... bien. Quelle langue je vous prie?
- De l'italien de préférence. Et bougez vous, je n'ai pas que ça a faire."

Il parti précipitamment à la recherche de l'article demandé. Il revint avec un pavé d'environ 3000 pages. Elle le pris et adressa un vague merci au jeune homme qui l'avait aidée.

Elle se remis à tourner en rond avant de trouver un coin assez accueillant pour s'asseoir et bouquiner.

Son visage libéré de toute tension paraissait angélique au faire et à mesure qu'elle lisait. Elle était calme et paraissait accueillante.

Le savoir venait à elle. Cela lui suffisait.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Sam 22 Déc 2012 - 1:43
Cela faisait à présent quelques jours que le jeune homme était passé de vie à trépas et au lieu d'atteindre le repos éternel ou de se réincarné, il se trouvait là dans une bibliothèque que les têtes pensantes de certain pays tueraient pour avoir.

Et maintenant qu'il avait l'occasion de devenir un dieu il ne la laisserait pas passer, après tout sa vie à été dédiée à trouver un moyen efficace d'aider les autres et il en est même décédé, il faut donc comprendre le fait qu'il ne rate pas la chance que lui offre la mort pour atteindre son objectif.

Mais malheureusement, une école pour dieux reste une école comme les autres et donc on y retrouve toujours toutes ces matières chiantes tel que les langues vivantes ainsi que les scientifiques.
Et comble du malheur en tant que dieux des héros Akared se sent obliger d'exceller dans tous les domaines et donc entre deux livres de stratégie ou de tactique de combats, se trouve des livres plus "scolaires".

En effet sur la table devant le jeune homme se trouve une pile importante de livres, la plupart en japonais et d'autre en anglais et contre toutes attentes c'est avec un livre traitant de maladie cardio-vasculaire que se trouve actuellement l'élève.
Mais a à l'air perplexe et médusé de son visage il n'est pas difficile de comprendre que le jeune homme ne cale pas grand-chose à ce qu'il est en train de lire.

Un soupir quitte alors doucement ses lèvres alors qu'il referme le livre en gardant sa page à l'aide de son index, le couverture de cuir du livre lui apparaît alors comme très rappeuse après l'effet néfaste que ce dernier viens d'avoir sur son cerveau.

* Il semblerait qu'il va me falloir quelqu'un capable de m'expliquer cela... Bon je suis sur que quelqu'un ici sera en mesure de m'aider... au pire je pourrais aller voir les profs.* Pense le jeune homme tout en haussant les épaules avant de quitter son siège.

C'est donc avec un livre sous le bras et les mains dans les poches qu'Akared commence sa recherche et il finit très vite par tombé sur une jeune fille enfin la question était quand même en suspend, car de la où il était il n'était pas facile de savoir si ce n'était qu'un mec efféminé ou si il s'agit bien d'une fille.

En s'approchant, il se rendit compte que la silhouette était clairement féminine bien que recouverte par des vêtements très masculins, elle semblait plongée dans sa lecture et Akared hésita une seconde à la déranger, non pas qu'il avait peur, mais plutôt que la bienséance aurait voulu qu'il ne la dérange pas.
Malgré tout, poussé par l'empressement d'apprendre, Akared s'approcha de l'inconnu tout en se raclant la gorge afin d'affirmer sa présence.


- Bonjour, est-ce que je peux vous déranger quelques instants ? Déclara alors le jeune homme en s'inclinant légèrement devant son interlocutrice, comme le veux la politesse dans son pays d'origine
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Sam 22 Déc 2012 - 15:47
Il était légèrement incliné ne laissant au regard d'Anaelia qu'une tignasse noire geais insondable. Cette position tout à fait ridicule et inutile donnait envie à la doctoresse de lui dire d'aller voir d'aller voir ailleurs. Elle n'avait pas besoin des manières d'un homme qui venait de la sortir de son idylle comme excuse pour la simple et bonne raison qu'il était impardonnable. Elle allait le lui dire lorsqu'il se mit à parler:

- Bonjour, est-ce que je peux vous déranger quelques instants ?

Il avait le culot de lui demander la permission alors qu'il avait déjà commencer son méfait!

Elle soupira bruyamment en fermant son livre puis se leva l'ouvrage sous le bras. Elle prit un grande inspiration, prête à dire ses quatre vérités à son interlocuteur lorsqu'elle aperçut le pavé que transportait ce drôle de gringalet.

Son visage jusque là fermé et froid s'illumina d'un sourire béat et enfantin. Cette bibliothèque renfermait-elle tout le savoir du monde? Si oui, elle devait tout lire, s'instruire encore et encore. Elle avait l'éternité pour cela.

Puis elle fit l'erreur de remonter ses yeux sur le jeune homme qui tenait le livre.

Ses sourcils se renfrognèrent aussitôt, son sourire se dissipa. Mais elle s'était levée, était face à lui et ne pouvait pas partir sans rien dire. Non pas qu'elle se souciait de la politesse mais si elle faisait ça, elle se ferait passer pour une faible femme encore plus que son sourire na l'avait fait. Et ça, elle ne pouvait pas se le permettre.

Elle soupira de nouveau avant de jeter à la figure de son auditeur:

-Je peux savoir ce que tu me veux? Je te le dis tout de suite, tu me gonfle brillamment alors fait vite.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Sam 22 Déc 2012 - 16:42
L'air calme de la bibliothèque tranchant à présent par rapport à l'aura de la jeune femme, en effet depuis qu'elle semblait avoir remarqué la présence du dieu des héros il semblait émaner d'elle une menace constante contre le gamin.
Ce dernier le sentit bien sûr, mais vu que la jeune femme ne semblait pas armée et que dans le pire des cas il pourrait certainement courir assez vite pour s'enfuir, il décida de ne pas céder à la tension de l'air.

Garder le sourire dans ces conditions est quelques choses d'assez délicat, mais Akared ne faiblit pas et garda son sourire naturellement accueillant sur les lèvres, tout en gardant ses yeux braquer sur la jeune fille devant lui, car elle avait beau émaner quelque chose de déstabilisant il faut le reconnaître elle est très belle à regarder.

Mais pour le moment le jeune homme à autre chose en tête, car si cela n'a duré que quelques instants il a clairement vu à quel point son caractère avait changé lorsqu'elle avait aperçu le livre.


* son comportement me rappelle celui des rats de bibliothèque de mon collège, toujours dans un livre et du genre asocial ou bipolaire.*

Comprenant alors qu'il ne pourrait lui parler que de son livre, Akared décida d'entrer directement dans le vif du sujet prenant donc dans les mains le livre de science et l'ouvrit à la page des maladie cardio-vasculaire puis montra le contenue à la jeune femme tout en se plaçant à côté d'elle.

- Voila mon problème, C'est pour le prochain devoir de science et à vrai dire je n'ai jamais étudié ça sur terre, aussi je ne comprendre rien au fonctionnement du coeur et surtout les effets que les maladie que l'on doit voir a sur celui-ci.
J'ai pensé que tu pourrais m'aider à y voir plus clair.
Termina sa phrase en tournant la tête vers son interlocutrice, puis il lui tendis le livre afin qu'elle s'en saisisse et puisse voir exactement de quoi il parle.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Sam 22 Déc 2012 - 22:35
Il venait de lui demander de l'aide? De l'aide à elle, une frêle femme? Ça n'était pas logique.

Et pourtant...

Il était là, à côté d'elle lui tendant le livre un sourire ineffaçable aux lèvres. Il fallait qu'elle réagisse mais tout lui semblait figé. Un homme, un être masculin, le complément biologique de la femme se tenait là, acceptant de lui confier le savoir et la connaissance sans une hésitation? Il affirmait ne pas savoir, ne pas comprendre devant une représentante du sexe faible? Cela cachait quelque chose. Il ne pouvait pas en être autrement!

Elle l'observait, incrédule. Son regard cheminait de l'homme au livre, du livre à l'homme. Elle hésita longuement avant de saisir délicatement l'ouvrage.

La couverture de cuir épais s’effritait un peu sous ses doigts et l'odeur du papier ravissait ses narines. Machinalement ses ongles tapotaient le pavé. Elle jaugeait l'édifice, se préparant à l'affronter, le dominer. A le vaincre. Elle attendait d'être prête à l'engloutir tout entier, à pouvoir l'enregistrer d'une seule traite pour le graver à jamais dans sa mémoire. Ses yeux étaient farouches et fuyant. Puis l'éclat du désir d'apprendre de l'élève insatiable passa dans ses iris qu'elle avait plongée dans celle de l'autre. Elle baissa les yeux sur les feuillets cornés, un sourire plein de défi aux lèvres.
Elle lisait. Elle lisait à toute vitesse retenant tout, s'abreuvant de la connaissance.

Lorsqu'elle était morte, les recherches de son maître sur le coeur n'étaient qu'à leurs débuts mais toutes ses hypothèses étaient confirmée dans ces lignes.

C'était merveilleux. Magnifique. Inimaginable.

Elle se rassit brusquement en tailleur par terre, ses mèches soyeuses suivant doucement le mouvement.

Sa tête décrivait un mouvement de balancier léger qui rivalisait avec le rythme insoutenable de ses yeux. En quelques dizaines de secondes elle avait lu, mémorisé et compris la page. Le jeune homme en face d'elle pouvait lui poser toutes les questions qu'il voulait, elle lui répondrait.

Cependant, il avait déclenché quelque chose d'instopable.

Il avait réveillé son envie irrépressible d'engloutir de nouveaux savoirs. Encore et toujours plus. Et elle ne s'était pas rassasiée. Du moins, pour le moment.

Il allait devoir lui offrir quelque chose pour étancher sa soif.

Elle leva la tête.

-Je marche. Pose moi tes questions et je te répondrais. Par contre, en échange, je veut que tu m'enseigne quelque chose. Quelque chose que je ne sais pas. Quelque chose qui ne concerne pas la médecine. Un truc nouveau.

Elle souriait. Pas un sourire spécialement sympathique. Elle ne voulait pas réconforter l'élève.

Elle le défiait.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Dim 23 Déc 2012 - 19:20
Elle semblait aller de surprise en surprise depuis leurs rencontre, du moins c'est clairement l'impression qu'il se dégageait de cette jeune femme et qui ne manquait pas d'être noté par le jeune homme qui se demandait si c'était une si bonne idée que cela d'avoir demander de l'aide.
Mais à présent que le livre dont il avait besoin est entre les mains de la jeune femme elle possède à présent un certain pouvoir sur lui car oui posséder l'information c'est avoir du pouvoir sur ceux qui en ont besoin.

Aussi pendant qu'elle lisait la page que le jeune homme ne parvenait pas à déchiffrer, ce dernier pris une chaise et s'installa juste devant la femme de science qui elle s'installa à même le sol afin de lire ce qu'elle avait entre les mains.


- Toi au moins tu as l'air de comprendre ce que tu lis... Chuchota doucement le jeune homme alors qu'elle levais la tête vers lui avant de lui faire sa proposition.
Le garçon fronça alors les sourcils, si elle pense qu'un mec comme Akared à quelques chose à lui enseigner, mais si ce dernier ne voyait pas quoi il avait bien comprit qu'il s'agissait plus d'un moyen de paiement qu'autre chose, cette devait être une divinité du savoir ou autre chose.

Haussant alors les sourcils et rassemblant surtout toutes les connaissance inutile mais peu connue qu'il possède, le jeune homme se releva pour éloigner la chaise sur laquelle il était installer pour s’asseoir en tailleur en face de l'inconnue.


- Très bien j'accepte, alors première question, pourquoi certaine maladie du coeur provoque des arrêts cérébrale ?

C'est l'une des première chose que le jeune homme ne parvenait pas à saisir et donc de faire ce devoir sur le sujet, mais maintenant le problème est de trouver un sujet sur lequel elle ne sait rien et donc pouvoir lui donner des informations qu'elle ne pourra pas déjà posséder.

- Et pour l'échange d'information... la première série qui créa le genre du super sentai est Himitsu sentai Goranger, crée en 1975 par Shotaro Ishimonori.

Bien que le sujet aborder est d'un ridicule consommer, Akared ne perdit pas son sang-froid et balança ses information comme le ferai un dictionnaire vocale et d'un côté il remplissait sa part du contrat car elle n'a jamais demandé à ce que les information qu'il devait lui donner soit utile.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Lun 24 Déc 2012 - 11:46
Pour Anaelia, le problème n'était pas qu'il ne lui donnait que des informations qui n'était pas utiles, ça elle s'en moquait tout ce qu'elle voulait s'était apprendre. Non, ce qui la dérangeait c'est qu'elle ne comprenais rien. Et ça, c'était la première fois que ça lui arrivait...

Pourtant, elle n'avait pas étudié que la science. Elle avait aussi appris la religion, les lettres, le peinture, la pictographie, l'histoire, la géographie et d'autre chose que son maître lui avait enseigné et bien qu'elle aie été bien moins douée pour ces choses là que pour l'anatomie elle les maîtrisait un peu et elle devrait donc être apte à comprendre... Alors pourquoi elle n'y parvenais pas? Elle essaya de traduire ce qu'avait dit le jeune homme en grec, en latin et même en turc ( les trois langues qu'elle avait du apprendre pour travailler avec son maître) mais cela ne voulait encore rien dire.

Elle était frustrée. Soit elle était une mauvaise élève, soit il était un mauvais professeur, soit il le faisait exprès.

La lueur de défi et d'amusement avait disparu de ses yeux pour laisser place à une trace de détresse, presque d'affolement.

Elle ne comprenait pas et cela n'était pas concevable!

Mais il avait rempli sa part du contrat (mal certes mais il l'avait rempli) et elle devait remplir la sienne. Elle se calma, repris son air grave, son regard froid et commença.

- Bon alors, premièrement... Comment t'expliquer... Voilà. Le sang transporte tout ce dont l'organisme à besoin: l'oxygène, le glucose, etc, etc...
Pour circuler dans les vaisseaux, il faut qu'il y soit envoyé: ça, c'est le coeur qui s'en occupe. Sauf que si le coeur s'arrête momentanément, le sang ne circule plus. Et tous ce dont ton corps à besoins avec.
Et l'organe le plus sensible à cela, c'est le cerveaux. Donc, comme un feu qui sans combustible ne peu pas brûler, un cerveau sans énergie ne peut pas fonctionner. D'où son arrêt. Cet arrêt peut aussi être provoqué par des bouchons, saignements ou deviantions du sang dans les artères.
Ça, c'est valable pour presque toute les maladies, il suffit que le sang n'arrive plus ou de manière insuffisante au cerveau. Ça va, t'as compris?
Si oui, tu voudrais pas me ré expliquer ce que tu as dit tout à l'heure, j'ai rien compris?


Anaelia le regardait avec un regard presque suppliant. Elle lui avait expliqué ce qu'il lui avait demandé, maintenant c'était son tours de lui faire comprendre.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Mar 25 Déc 2012 - 21:42
La jeune femme changeait de regard comme de chemise, du moins c'est l'impression qu'en avait le jeune homme à la veste trouée, car peu après l'information qu'il lui avait donnée, elle semblait perdue, bien qu'elle remplit elle aussi sa part et pris le temps d'expliquer de façon simple et claire la raison pour laquelle le coeur influe sur le cerveau.

Hochant doucement la tête, le jeune homme sorti alors son bloc note et un stylo afin de noter ce qu'il venait d'apprendre, non pas qu'il pensait l'oublier, mais autant commencer à prendre des notes pour son exposer dès maintenant, mais le plus drôle c'est qu'apparemment si elle semblait choquée c'est parce qu'elle ne comprenait pas de quoi je lui parlais.

Reposant alors doucement le bloc note qu'il avait entre les mains sur la table à côté de lui, il se mit à réfléchir à la façon d'aborder le sujet, puis finalement il haussa les épaules.


- Et bien je parle d'une série téléviser pour enfant, tu sais ce que c'est une série télévisée ?

Il avait fini par lui demandé cela, car il se demanda soudain si le problème ne venait pas d'un truc comme l'époque ou autre, car si elle vient d'un temps ou la télé n'existe pas il va en avoir des choses à lui raconter et donc pouvoir remplir aisément sa part du contrat.
Voyant que son interlocuteur semblait toujours pédaler dans la semoule, le jeune homme pris cette fois-ci un air un peu plus sérieux puis osa poser une question qu'il n'aime pas en temps normal.


- Pourrais tu me dire en quelle année tu es morte et si possible sur le calendrier chrétien. ?

Dire ses paroles avaient presque eu le même effet que de cracher une boule de poils et quelque part Akared n'en était pas fier, rappeler aux gens qu'il sont morts pour venir ici est une chose que le jeune dieu n'apprécie guère, bien que lui rappeler la sienne ne le dérangeait pas particulièrement.
Bref il garda le contact avec les yeux de son interlocuteur tout en gardant un air sérieux et en ayant mis mentalement de côté son devoir, le sujet abordé actuellement est nettement plus sérieux et moins chiant pour tout vous dire.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Mer 26 Déc 2012 - 10:37
-Une série quoi? Bon, si tu te fout de ma gu**e, je te préviens tout de suite que sa va mal se passer pour la tienne! Je comprends pas pourquoi je comprends pas! Et ça me fait chi** tu peux même pas imaginer à quel point! Jusqu'à maintenant ça ne m'était jamais arrivé et...

Elle se tue. Elle venait d'hurler et tout les élèves qui passaient s'étaient arrêtés et la regardaient avec les yeux ronds.

-Et bien quoi? Y a un problème? Je m'explique avec le monsieur, ça ne vous regarde pas.
Donc DÉGAGEZ!


Elle fulminait et son aura jetait des éclairs. Elle était en colère contre sa propre incompétence. Si son maître la voyait... Il rirait sûrement.

Lui, il était toujours calme.

En même temps il comprenait toujours tout. Mais même quand un plan, un croquis ou un cadavre lui résistait il gardait un sang froid exemplaire. Elle non.

Elle respira un grand coup, se passa machinalement la main dans les cheveux qui dépassaient de son bonnet avant de se rendre compte que c'était une réaction typiquement féminine et d'arracher les noeuds pour dégager ses doigts de sa chevelure.

- Bon, et pour répondre à ta question, je suis morte en 1512. Et t'as pas intérêts à te foutre de mon ignorance! Tout le monde à le droits de se tromper ou de pas savoir et c'est pas parce que je suis une femme et toi un homme que tu peut tout te permettre! Il est hors de question que je laisse à nouveau un homme me dicter se que je dois faire, j'ai assez souffert de ça!

En disant cela, elle pensait à l'homme qu'elle avait été. Elle était au bords des larmes mais le cachait habilement. Il ne fallait surtout pas qu'il la pense faible car s'il pensait ça il ne lui expliquerait jamais.

Et elle avait besoin de savoir.

Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Mer 26 Déc 2012 - 20:38
Je me demande si cela sera toujours ainsi, je veux dire, rencontrer dans des gens qui peuvent venir de tous les horizons et de toutes les époques amène forcement à un conflit, pas d'ordre politique, mais plutôt d'ordre moral.
Certain sont élever dans des cadres qui font que certaine personne sont plus tolérante que d'autre et là je suis dans le cas typique d'une personne qui semble avoir certain préjugé et qui n'imagine pas que la personne en face d'eux ne sont absolument pas concerné.

Je le voyais bien que cette fille se retrouvait rapidement mal à l'aise hors de son élément, il suffit de voir comment elle s'emporte sur moi et les élèves qui passaient, d'ailleurs j'accorde un ces derniers un geste de la main leurs indiquant que tout vas bien et qu'il peuvent s'en aller avant de se prendre un livre dans la tronche.
Si quelqu'un doit en prendre un, ça doit être moi, après tout si elle est dans cet état c'est par ma faute.

Je reste donc assis devant elle, l'écoutant attentivement et ne cherchant pas spécialement à la calmer, elle le fera toute seule quand l'orage sera passé, du moins je l'espère.
Elle semble perdue dans ses pensées alors que son état d'énervement semble se calmer au fur et à mesure puis finalement elle prend un grand souffle avant de répondre à ma question.

À ce moment-là je hoche la tête machinalement, car je comprendre enfin le problème et aussi probablement le fait qu'elle se sente obliger de s'affirmer en tant que femme, il est vrai que ces dernières n'ont pas toujours été égales aux hommes, pour elle c'est un futur improbable, mais pour moi une réalité bien ancrée dans mon cerveau et mon éducation.

Lui souriant alors gentiment je m'exprime.


- Ne t'en fais pas, je n'ai nullement l'intention de me moquer de toi, après tout c'est moi qui suis venu te voir à la recherche de réponse.
Écoute, je suis mort en 2008 presque 500ans après ton époque et à mon époque les hommes et les femmes sont égaux en droits et en devoir.
Alors, ne me compare pas aux hommes de ton époque et ce dont je te parlais un peu plus tôt est issu de la technologie de mon époque il est normale que tu ne comprennes pas tu as cinq siècles de retard et je ne dis pas cela pour me moquer.

Par contre, on peux chercher dans cette bibliothèque des livres qui en parle comme ça je pourrais te l'expliquer avec des exemples et des textes pour appuyer mes dires, tu es d'accord ?


J'espère sincèrement qu'elle ne va pas mettre ma parole en doute, normalement elle devrait savoir que nous ne venons pas forcement tous de la même époque et à mon avis dans cet endroit il doit y avoir toutes la documentation sur la technologie de mon époque.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Ven 28 Déc 2012 - 14:16
Anaelia se méfiait certes mais elle était restée bloquée sur les mots "cinq siècles de retard" et "je pourrais te l'expliquer".

Elle ne l'avait pas mal prit. Pas du tout. Elle jubilait. Cinq siècles de connaissances et de savoir inédits qu'elle ne connaissait pas. Cinq siècle pour lesquels elle avait l'éternité. Cinq siècle à découvrir.

Et elle s'était trouvé un professeur. Un professeur qu'elle n'avait pas eu à chercher, à convaincre, à soudoyer. Un professeur qui s'était désigné de lui même.

Soit elle était dans un rêve, soit elle était chanceuse, soit il se moquait d'elle.

Oui, malgré tout les efforts du jeune homme elle était persuadée qu'il n'y avait pas que de bons sentiments derrière cette proposition.

Enfin, pas exactement. Elle se persuadait de cela. Bien qu'elle commençait à comprendre que les différentes époques où ils étaient tout deux mort entraînait différentes cultures elle ne voulait pas comprendre car elle ne pouvait pas concevoir que son époque n'avait pas été éternelle.

Pourtant, elle avait haïs ce temps où elle était née. Elle l'avait haïs pour tous ces démunis, tous ces abandonnés qui le peuplait. Elle l'avait détesté pour ses guerre, pour ses atrocités.

Mais elle l'avait aussi profondément aimé. Pour lui. Pour son maître. Pour Da Vinci.

Bref, elle voulait accepter mais n'y parvenait pas. Elle se mordit la lèvre, cherchant désespérément une solution pour accepter sans avoir à rendre la monnaie de la pièce. Bon, le plus simple c'était d'accepter tout court et tant pis.

Cinq siècles quand même. Ça n'était pas rien. Et tout ce savoir à porté de sa main... Dans cette bibliothèque.

Elle ne pouvait pas laisser passer une telle occasion. Elle ne se représenterait sans doute jamais! De plus, cet homme avait l'air sincère.

Elle pris sa décision. Plantant fermement son regard dans celui de son nouveau maître avant de s'incliner comme il l'avait fait lorsqu'il l'avait interpellée elle se mit à déclamer avec conviction:

-Je m’appelle Anaelia Portegiani. Je suis l’apprentie déesse la médecine et l'anatomie ou un truc du genre et mon but principal est d'apprendre. Je suis née pour la connaissance, j'ai vécu avec, je suis morte en l'ayant plus ou moins obtenue. Vous me proposez d'acquérir de nouveaux savoir, j'accepte avec honneur Maître.

Voilà. Elle avait fait une demande on ne peut plus formelle. Dans son regard qu'elle cachait à son professeur il y avait une nouvelle lueur qui n'était plus apparue sur ses iris depuis sa mort. Un renouveau. Il possédait tout un savoir, une somme considérable d'information que même son ancien maître ne possédait sans doute pas. C'était incroyable. C'était effrayant aussi. Elle ne pouvait s'empêcher de le respecter. Même plus...

Elle l'admirait.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Mer 2 Jan 2013 - 8:56
Que ce soit sur terre ou dans l'au-delà on peut rencontrer tout type de gens et ces derniers temps j'ai l'impression de collectionner les cas particuliers.
Il est possible que ce soit la condition pour être admis ici, d'un côté si nous sommes censés chacun représenter un domaine il n'est pas étonnant que nous soyons extrême à notre façon.


Et la fille que j'ai devant moi l'est d'une façon qui aurait pu paraître saine soi je ne voyais pas le côté négatif de trop en savoir sur ce qui nous entoure, mais d'un côté je peux comprendre l'envie de vouloir savoir ce qui composera le futur, d'autant que si nous devons aller sur terre pour nos études il vaut mieux qu'elle sache où elle va mettre les pieds.

Aussi j'ai écouté son monologue silencieusement et en hochant légèrement la tête, le seul problème dans ce qu'elle dit est le fait qu'elle me considère comme son maître et cela je ne le souhaite pas.
Sans vouloir faire mon modeste, je n'ai pas les qualifications nécessaires pour recevoir un tel titre, mais au moins elle s'est présentée et il faut dire que son nom lui va très bien il est aussi jolie qu'elle.


- Et bien enchanté Anaelia, moi c'est Akared Yusha.
Appelle moi juste Akared, je ne suis pas ton maître, mais juste un autre étudiant.


Je me redresse alors doucement et lui tend alors la main, le geste sers aussi bien pour la présentation que pour la tirer de sa position assise afin que nous nous dirigions vers les livres d'histoire, car avant de parler nouvelle technologie il va falloir parler histoire du monde.

- Dans tous les cas je te propose de commencer tout de suite à faire la découverte du futur de ton monde et pour moi de revoir le passé du mien. Je lui souris de plus belle, d'un sourire gentil et accueillant, je pense que tout se passera bien avec elle maintenant.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Jeu 10 Jan 2013 - 12:36
Anaelia était tout d'un coup en proie à un doute énorme... Ne s'était-elle pas emportée un peu vite ? Parce que vu sa réaction, il y avait des questions à se poser.

Et puis réflexion faites, s'il avait le même âge qu'il paraissait avoir alors il ne pouvait pas posséder dans son esprit plus de cinq siècles d'histoire. Sans compter que maintenant la jeune femme se souvenait parfaitement qu'il lui avait dit quelque chose comme "aller chercher des livres dans la bibliothèque" ce qui voulait dire qu'il avait besoins d'un support autre que sa parole pour lui expliquer.

Et d'après ce qu'il lui avait dit, la société avait beaucoup évoluée et il était envisageable que tout le monde ai eu accès au savoir à l'époque où ce jeune homme était mort ce qui expliquait qu'il sache lire. Donc, non Anaelia n'était pas en train de parler au nouveau Léonard de Vinci...

Mais ça, elle venait juste de s'en rendre compte. Quelle courge ! Elle avait été jusqu'à donner à tors de l'admiration à quelqu'un d'autre que son maître !

Enfin, à tors, il restait tout de même encore la possibilité qu'il soit plus que centenaire ou bien qu'il soit le Dieu du savoir ou une conne*** dans le genr...

Et mer... zut.

Elle recommençait à être vulgaire et présentement il fallait qu'elle garde son calme. Enfin bref, il restait encore la possibilité qu'il possède vraiment ce savoir. D'autant plus qu'elle ne pouvait pas passer à côté d'explication même si elle venaient d'un novice. Donc, elle continuerait ( en faisait semblant cette fois) à être sympathique.

Par contre elle avait quand même besoins de savoir dans quoi elle s'embarquait, aussi elle demanda le plus gentiment du monde:

" Juste une question, enfin plusieurs mais... T'es le dieu de quoi et d'où tu viens? "


Elle reprenait son ancienne habitude: amadouer un homme pour mieux l'utiliser.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Ven 11 Jan 2013 - 11:35
Bon je pense que tout est réglé, je n'ai plus qu'à aller chercher quelques bouquins, parce que j'ai beau savoir expliqué comment fonctionne l'électricité, le courant et tout ça, mais le mieux ça reste d'avoir un exemple.
De plus je ne suis pas prof, aussi je ne suis pas forcement le mieux placer pour énoncer explications et autres informations utile ou non.

Bref je commence à m'éloigner, lorsque la voix d'Anaelia, me parviens, comme quoi elle à d'autres questions et à vrai dire je ne m'attendais pas à ce qu'elle me pose des questions sur moi.
Je veux dire j'ai connus quelques otakus et la plupart ne m'ont même jamais demandé mon nom, mais autre temps autre moeurs je dirais.

Haussant négligemment les épaules, je me tourne vers elle puis lui sourit.

- Je viens du Japon, le berceau de la technologie de l'époque où je viens et pour ma voie divine, je ne pense pas qu'elle t'intéressera plus que cela.
Ouai je sais, c'est pas bien de ne pas répondre, mais je crois que c'est le genre de fille qui serai capable de ne pas me faire confiance parce que je n'ai pas une voie divine qui aurait un rapport avec la recherche.
Je suis presque certain que le sien c'est un truc comme Sciences ou Connaissance.

M'éloignant sur quelques rangées, je trouve assez rapidement ce dont j'ai besoin pour mon "cours", pour le début on va commencer par les bases, voir ce qu'elle sait de l'électricité puis lui expliquer ce qu'elle ignore avec les livre pour confirmer mes dires.
Je reviens donc avec trois gros livre plus deux magazines, oui elle n'a peut être jamais vu cela de sa vie, mais on va pouvoir assimiler cela à une nouvelle forme de parchemin.

Je pose le tout sur la table.


- Bon as-tu d'autres questions avant que je ne commence ?
Et sinon, moi je te demanderai juste de me dire tout ce que tu sais de l'électricité.


Je lui sourit tout en organisant les livres, l'ordre dans lequel je vais les utiliser et mettant les magazines de côté qui sont surtout là pour les images et autre graphiques dont je pourrais avoir besoin.
Si j'ai déjà organiser des séance de révision, je nais jamais préparer un cour, j'espère que ce n'est pas si différent.
Invité
avatar
Invité
Re: Un antre de paix. (libre) - Sam 12 Jan 2013 - 21:31
Il se méfiait. C'était évident... En même temps, cela n'étonnait pas Anaelia. Il n'était pas stupide loin de là et avait flairé les conséquences d'une réponse sincère. Elle devrait donc se contenter de ces informations.

Par contre, un élément l'intriguait. Le japon.

Elle avait déjà entendu ce nom de la bouche de son maître mais à son souvenir c'était un archipel hostile envers l'extérieur et refermé sur lui même. Comment un tel pays ( enfin, pays s'il n'était pas à moitié détruit par les guerres qui sévissait à cette époque ) avait-il pu devenir le territoire de la nouvelle technologie?

Il lui paraissait impossible qu'en seulement 500 ans un pays aie autant évolué. Elle voyait elle même son pays qui avait connue plusieurs centaines d'années de stagnations alors qu'il rassemblait beaucoup de têtes pensantes et qu'il était très ouvert au connaissances extérieur à l'Europe. Alors un empire aussi clos...

Mais bon, le futur lui réservait sans doute des surprises. Surtout en ce qui concernait les inventions révolutionnaires.

Aussi la doctoresse imaginait des chevaux mécaniques fonctionnant grâce à la vapeur traverser l'Italie en seulement cinq jours, des machine volantes pouvant atteindre jusqu'à la cime des arbres et des navires si rapides qu'il pourrait relier les Indes en seulement 21 jours...

Dites-vous bien que ceci était déjà incroyable aux yeux de la jeune femme. Pour elle la télévision, les téléphones, les avions, internet et même les machines à laver étaient purement inimaginables.

Alors vous pensez bien que sa réponse à la question d'Akared fut:

" C'est quoi l'électricité? "

Elle était perplexe mais très intriguée. Bien qu'il ne soit sûrement qu'un élève, il possédait visiblement des connaissances quelque peu intéressantes.

Contenu sponsorisé
Re: Un antre de paix. (libre) -
Un antre de paix. (libre)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un antre de paix. (libre)
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Obama en chute libre ...
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page