Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Des ingrédients très particulier [Quête passage de niveau] (terminé)

Invité
avatar
Invité
Des ingrédients très particulier [Quête passage de niveau] (terminé) - Jeu 6 Déc 2012 - 0:34
Aaaaaaaaaaaaaah... Et encore, ça fait trop longtemps que j'attendais ça, que l'on me donne une mission et sur terre qui plus est, rien de mieux qu'une récompense alors qu'au début je bronchais sur ce genre de demande. En fait oui vue que je me suis préparé le bon directeur a eu la bonté de me donner une quête, pour l'académie bien entendu. Je dois rendre service à ces cuisiniers qui doivent préparer des repas chauds et ce que l'on me demande est quelque peu... Habituelle. En ces temps froids, l'hiver en fait, la neige tombe lentement, mais quelques jours ont suffit pour recouvrir le sol, les toits et le lac de neige, vous savez, j'aime voir ce paysage, car cela me rappelle de ce que j'étais avant, de ce que j'ai vécu avant, tout ces vieux souvenirs que j'ai eu avant que je meurs bêtement, et encore je ne sais même pas si j'ai bien fait. Non non non non! Pas besoin de se casser le crâne pour ça, ni de savoir si ma décision a été la bonne, ce qui est fait est fait, point, mais j'ai envie de revoir mes camarades et d'avoir leur nouvelle, s'ils vont bien sans moi, s'ils s'en sortent bien. C'est malheureux quand j'y pense maintenant, même mort j'ai la possibilité de me rendre sur terre, mais personne ne me verra et ça m'énerve, il faut que je deviens plus fort, encore plus puissant pour qu'on me voit, sauf que ce jour est encore loin, très loin.

Je ne vous ai pas parlé de ces ingrédients, vous pensez que je vais les trouver ? En tout cas là où ils m'ont envoyé ils ont assuré qu'il y en a et aussi des créatures terrifiant, ba voyons comment je vais faire pour trouver des canines de Yetis, oui vous avez bien lut, des Yetis je dois chasser. Je ne savez pas que ça existait réellement. Bon ok ils m'annoncent que cet endroit n'est pas comme les autres et que c'est le seul endroit que l'on trouverait ces ingrédients. Bon très bien, me voici donc, au pied de la montagne, avec... un transport très pratique que l'on appellerait le portail, une brèche qui relie les deux points éloignés, que ce soit d'un bout à l'autre d'une planète ou d'un monde différent. J'ai sur moi la carte me permettant de trouver ces ingrédients et à ce que je vois je me trouve bien bas par rapport ce qui est indiqué dessus. Bon une petite promenade ne va pas me tuer, même s'il ne fait pas beau aujourd'hui, aller, c'est parti. Je me lance dans la marche lente, tentant de profiter du mieux que je peux avec ce temps pourri, pas de chance hein ? En tout cas il y a de la neige de ce côté là, bon je ne sais pas si je vais dire que c'est normal ou non, car je ne sais absolument pas sur quel coin du globe je me trouve là, tant pis, le décors ne me déplait pas, non au contraire, c'est quelque chose de plus chaleureux en fait, de nostalgique, le froid, le bruit que j'entends à chaque pas foulé dans la neige, la texture et la sensation du bout de mes doigts et l'odeur apaisant de ce paysage tout blanc.

Bien que je ne prenne que peu de temps a regarder cette splendeur qu'est la nature, je me concentre à nouveau sur ma mission, je vous ai parlé d'abord des canines de Yetis, oui, il m'en faut, je ne sais pas comment ils vont les cuisiner, puis Les pissenlits hivernales, je les reconnaitrai facilement, les pétales sont bleus tout simplement. Les patates volcaniques, ça existe ? Vraiment ? Je vais faire quoi de ça moi ? Des patates volcaniques, ça pousse où ces trucs ? C'est comestible ? Ils me sortent des trucs hors du commun, en fait je ne devrais pas être étonné, je suis mort, je revis et on m'annonce que je suis un dieu, bon il y aune chose qui est sûr dans cette histoire, je crois en tout, même les plus infimes des choses ridicules je crois que oui j'y croirai, une fois que je l'aurai vue, après qu'on me sort des dragons et tout le tralala ça me fait peur des fois, vous voyez ces créatures surgir de nulle par sur terre, c'est la guerre mondial, sauf que là rien ne s'oppose entre humain, c'est contre les êtres sorties tout droit des comptes de fée, j'imagine que ce serra épique, mais bon voila à mon jugement je trouverai ça ridicule, bon au moins mon énorme sac dans mon dos va faire l'affaire, j'espère.

Enfin je devrais pouvoir les trouver, on m'avait dit que c'est au alentour du refuge qui se trouve un peu plus loin de là, il y a moyen que je tombe sur l'un des trois. Au fur et à mesure que j'avance je me rapproche de ma destination et avec mes yeux observateurs j'ai pu dégoter l'une des trois ingrédients indiqués, le pissenlit, plein en fait, un tapis de pissenlits et avec des pétales bleus, bon ba ça c'est fait, je trouve que c'est facile. J'ai commencé à m'approcher et avec mon sac que je passe devant moi afin de me préparer à les cueillir, mais, oui il y aura au final et tout le temps un mais, il y a un hic, il y a un sacré bestiole qui dort en plein milieu de ces herbes et ça ronfle, tout bleu que c'est et en plus moche, rien que la façon dont il ronfle et la posture qu'il prend c'est un stupide animal, bien que je n'en ai jamais vue. Là encore je me demande ce que je pourrai faire, m'approcher doucement et lui égorger net avec mon couteau et comme ça on est sûr qu'il ne va pas me faire chier ou alors je lui tire dessus avec une balle bien placé et comme ça je n'ai pas de risque d'avoir des surprises. Hmmmmmm... Après mure réflexion je pense que je vais le laisser tranquille et de cultiver les fleurs.

J'ai commencé à approcher ma main d'un pissenlit d'un bleu particulier et dès l'instant où je coupe, ce qui laisse légèrement le bruit paraitre dans l'oreille de l'animal et comme par hasard il se réveille, d'un oeil ouvert et qui me regarde vers moi, à cet instant personne n'a bougé, on s'est regardé pendant longtemps alors qu'en réalité cela a durée que trois secondes, juste le temps que le vent fasse son passage entre nous deux. L'animal ouvre son deuxième oeil et se lève enfin et là il regarde ma main avec le fleur arraché, là je vois très bien qu'il me regarde méchamment et pour bien montrer qu'il est furieux, il ou elle ? Enfin rien à foutre, là son corps est en train de s’illuminer avec de l'électricité qui sort de partout, il ouvre sa grande gueule avant de hurler de colère et s'apprête à me rentrer dedans. Quoi ? J'ai pris juste ce bout de plante de rien du tout, c'est pas ça qu'il va le tuer, ok je vais en prendre vingt de plus, mais ce n'est pas une raison, je vois bien que c'est ton territoire aussi et alors ? Tu veux bien partager avec tout le monde non ? Au fait pourquoi je parles tout seul dans ma tête ? Je me fais un monologue maintenant. -Oui oui je t'écoutes- Toi la ferme! -Ok j'ai compris, j'aille me faire en*****- Voila, maintenant cet animal est vraiment furax, il est surexcité le con, je ferrai bien mieux de reculer doucement, voila, un, deux, trois pas, je garde toujours le fleur dans ma main devant moi et mon autre main aussi, si jamais il me rentre dedans je l'attends avec mon uzi et le transformer en passoire.

A peine je foule mon quatrième pas en arrière et le voila qu'il passe à l'attaque, il rampe le sol à très grande vitesse à travers les herbes, bon uzi dans ma main et feu à volonté! Mon arme hurle à grand battant alors que les balles fusent en direction de ce gros lézard, humfff j'ai du mal à viser, il est camouflé et il s'approche trop vite de moi là que je devais reculer en vitesse, mais ça ne sert à rien parce qu'il est déjà à mes pieds et là il saute sur ma face, inconsciemment je me baisse pour l'esquiver et là je vois plein de flash derrière ma tête, j'en ai vue là car ça éclairait le sol avec mon ombre, si je me l'aurait pris en pleine face j'aurai pris de sacré décharge et je sais même pas si je resterai debout, ou pire conscient. J'aurai dû lui tirer dessus pendant qu'il dormait, ça m'apprendra à être trop gentil. Maintenant il fait demi-tour et se prépare à refaire la même chose, ok, maintenant je sais comment ça va se passer, je t'attends saleté! Il fonce sur moi, toujours pareil, aucune tactique à ce que je vois, toujours aussi con à vouloir me choper au visage et c'est là qu'il va perdre. Dès qu'il se trouve à mes pieds je me prépares déjà à me pencher en arrière, le voila qu'il saute, s'approche dangereusement de mes yeux illuminé par ses décharges bleutées et HOP! En arrière toute! Rien à foutre que je me fracasse au sol, c'est que de la neige, je me penche violemment en arrière et le lézard passe devant moi, avant qu'il ne me dépasse complètement mon uzi déjà pointé directement sur son ventre et mon doigt qui presse sur la gâchette, lâchant une grosse rafale. Sur le coup je n'ai pas vue si je l'ai touché ou pas, mais je me suis remis sur le ventre avec mon arme pointé sur cette chose, ma foi, il ne bouge plus, je me relève avec prudence, m'approchant lentement et dès que je vois qu'il y a plein de trou dans son corps et son sang qui tâche la neige je crois qu'il ne bougera plus jamais. Celui-là il m'a bien surpris, encore s'il était intelligent j'aurai passé un sale quart d'heure, me voila rassuré, je vais pouvoir cueillir autant de pissenlits qu'il me faudra, comme un jardinier, sauf que je le fais ça comme un gitant. Voila qui est fait, passons à l'étape suivante.

Pendant quelques minutes je n'ai pas arrêté de surveiller chaque arbre, chaque buisson, je n'ai pas envie d'avoir des surprises là, c'est stressant des fois quand on marche en plein milieu de nulle part qui regorge de cachettes pour des embuscades ou encore mieux poignarder par derrière, ce qui est pas assurant là-dedans c'est le silence, trop, pas un seul bruit, même pas un seul chant d'un oiseau, généralement c'est pas bon signe. Maintenant je commence à voir la surface dégagé, oui il y a une maison, une maison de prairie, placée au centre et recouverte de neige, par contre il n'y a pas de fumée qui sort par la cheminée, c'est étrange, mais ça ne coûte rien de jeter un coup d’œil. A quelques pas du refuge je peux voir clairement chaque détail et la porte en bois qui devrait être fermé est complètement éclatée, c'est plus une porte maintenant c'est un passage libre entrant et sortant, pourquoi ? Bon je me rapproche encore plus, vérifiant quand même par la fenêtre s'il y a rien de suspect à l'intérieur. Ce que je vois, c'est trop le bordel, des meubles sont tous retournés, écrasés, explosés, ce que vous voulez, rien est intact, comme si deux ou trois ours sont passés par là et bien rageux de ne rien trouver à manger, sauf que ce ne sont pas des ours là, ces empruntes de pas marqués à l'intérieur ne ressemblent pas du tout aux pattes, mais à celui d'un gorille, quoi que c'est bien plus petit que ça, attendez... C'est bien la trace du... Yétis ? Et pas qu'un seul, il y en a trois! J'ai envie de sortir des jurons, mais en tant que dieu je penses que c'est plus possible, j'ai trois Yétis en cavale là, je dois me faire les trois d'un coup ? Je ne sais même pas quel genre de créature je vais faire face, mais rien que de voir la taille de l'emprunte ce doit être des géants! Je devrais sortir mes plus puissants armes de ma collection contre eux.

Je devrais supposer le chemin que ces créatures ont pris à tout les indices qu'ils m'auront laissé, mis à part les traces de pas, la neige les a effacé, donc ça ne datte pas d'aujourd'hui ou même de quelques heures. Je vais faire quand même un tour à l'intérieur du baraque, histoire de regarder d'un peu plus près ce que je pourrai trouver. A ce que je vois et a ma plus grande surprise j'ai comme l'impression que ce maison est en fait un refuge, il n'y a que le stricte nécessaire à la survie par le temps froid, par contre il n'y a pas de nourriture, il est possible que les Yétis en ont pris. J'ai fait le tour et fort heureux il n'y a pas de victime, je suis soulagé, maintenant il ne me reste plus qu'à inspecter les alentours. Il est dommage que je n'ai pas mon Dragunov avec moi, une bonne chasse aux gibiers, ça ne ferrait pas de mal à personne, pour une occasion comme celui-ci, j'ai besoin juste de son oeil, le lunette de visé a grossissement, j'aime observer minutieusement chaque détail qui me frappe à l'esprit, quelque chose qui m'aide à avancer dans la chasse. Je ne dispose pas de tel arme et tout ce que je peux faire c'est de faire apparaitre que les armes de poing et armes de mêlé, je vais me promener vite fait dans le secteur, trouver des indices, une possible passage et aussi de retour vers sa tanière. A peine j'ai mis quelques minutes à tourner autour du refuge que je trouve aisément leur trace de passage, les arbres m'ont révélé, les branches cassés, toujours relié ou bien arrachés grossièrement, il y a aussi une marque de coup, non, de main, oui il y avait une main posé à cet endroit et du bout des doigts il fait pression dans le tronc, ce qui montre bien sa force inhumain, rien que de poser ma main dessus je devine déjà comment il se tenait à cet instant, il regardait comme ça, debout et regardant vers la refuge à une vingtaine de mètres de là. Je me retourne pour observer encore d'autres marques et de traces de leurs passages, m'offrant à moi le seul possibilité de chemin à suivre, la plus sûr pour les trouver.

Je l'ai suivi, marcher dans le froid, pendant un long moment, le temps n'est plus calculable maintenant, je ne penses plus au temps qui passe maintenant, néanmoins, avec mes yeux de lynx, je gagne du temps dans mon parcours à repérer les indices et de continuer à marcher sans s'arrêter et ma route touche à sa fin. Je ne me suis pas rendu compte que je foule déjà sur une autre partie de la montagne, la partie la plus haute en réalité, là où il n'y a que des rochers et des pierres et là une grotte, le voila enfin. Je me rapproche lentement, essayant de minimiser les bruits que je pourrai produire lorsque je pose mes pieds sur ces cailloux instables, arrivant devant l'entrée bien sombre je me prépare déjà à entrer, armé de mes deux mp7 avec une lampe torche. Avançant lentement à l'intérieur, observant à l'aide de la lumière artificiel le sol, des os, beaucoup d'ailleurs et c'est là, un peu plus loin, que je trouve avec surprise deux Yétis! Ils dorment, ouf, ils sont étalés au sol et tournés vers le mur, j'ai de la chance, je vais pouvoir les pulvérisé, je vais en faire de la viande haché ce soir. Par contre... Il est où le troisième ? Oh ? Ooooh... Je sens comme un souffle régulière juste au-dessus de moi, est-ce-que c'est bien ce que je pense ? Je lève ma tête lentement et petit à petit je découvre cette face hideuse, si moche, aussi farouche qu'un gorille, je fais nez à nez direct avec le troisième Yétis en ce moment là. J'avais pas trop de choix à ce moment là quand je vois qu'il a le bras levé en l'air avec un espèce de gourdin au bout, je n'aime pas qu'on me prend pas derrière. Au même moment qu'il l'abaisse vers moi j'ai dû me plaquer au sol comme à l'entraînement, se laisser tomber et à terre on se retourne et on a déjà notre arme braqué sur son ennemi, sauf que moi j'ai du gros gibier à abattre à ce moment là et pas avec un pistolet en plastique et pour celui-là... PAS DE QUARTIER! Ouvrant le feu à plein battant le Yétis hurle de douleur et n'arrivait pas à faire quoi que ce soit, car la douleur est si intense et ça continue encore, une pluie de balles qui transperce sa fourrure, sa chaire, ses os, ses entrailles et à cette distance il paye cher et donc en prime, sa vie. Le colosse ne gémis plus, j'ai cessé de tirer, son corps inerte s'écroule en arrière, laissant entendre un bruit assourdissant, je peux dire que celui-là j'en ai tiré des balles. Là j'entends des grognements derrière moi, Oh non, ne me dites pas que ces deux là se sont réveillés hein ? Je tourne ma tête en vitesse et, comme je le craignais, ils sont réveillés et bien furax, tu peux pas trouver mieux, en rage!

Ils sont furieux quand ils ont vue leur frère tombé à la mort, en tout cas j'attends pas qu'on me tape dessus en étant allongé au sol. Avec un saut gymnastique que je me réceptionne sur mes deux pattes je me retourne pour les faire face, mais là ils sont déjà dans la rué, j'ai reculé comme j'ai pu, sautillant comme une sauterelle et tirant comme un dingue, j'ai perdu le sang froid, je voulais qu'ils crèvent tout de suite! Je ne sais pas si je les ai touché, mais ça n'empêche pas qu'ils avancent toujours aussi vite et pas loin à m'envoyer valser dans les airs avec leurs matraques géants en bois. Un combat au corps à corps s'impose là, j'ai tenté du mieux que j'ai pu pour tourner autour de leurs jambes, jouer de mon agilité et ma dextérité, faire en sorte que leurs attaques touchent celui d'en face et tirer au bon moment dans les points clés pour ma réussite. Le combat à continué sur une minute, mais dans mon cas c'est comme si cela à duré dix minutes, mon cerveau tourne tellement vite que le temps n'est plus réelle pour moi, tellement de choses à penser, à calculer, à anticiper, à acquérir d'un nouveau indice d'attaque, voila un soldat dans le feu de l'action. Néanmoins je pouvais sentir que les munitions commençaient à se faire rare, instinctivement j'ai changé d'arme, prenant plutôt deux sabres bien tranchant pour continuer le combat, couper les ligaments, les nerfs, les muscles les plus fragiles, les tendons, j'ai continué à les trancher de toute part et d'affaiblir leur mobilité, j'ai crue que j'allais gagné, j'ai crue que ma victoire est à portée de main, j'ai tord. Dans mon angle mort j'ai pas vue sa main gifler mon visage et m'envoyer promener quelques mètres plus loin, après ce coup j'arrivais même pas à savoir où je suis, je suis sonné, je vois trop d'étoiles devant mes yeux qu'il m'est difficile de regarder à travers. -Pourtant ta plus beaucoup de temps là, il y en a un qui s'approche de toi et celui-là il va t'éclater ta tête si tu te remues pas- oui je sais JE SAIS! C'est difficile de se relever après s’être pris ce genre de coup, mais il le faut, pour ma survie! Je ne penses plus à la douleur, à l'handicap, ce que je veux c'est de me relever et me faire ces deux derniers homo sapiences des neiges! Enfin debout alors que je titubes encore sur mes deux pieds, je le vois arrivé avec la gueule ouverte et affaibli par mes attaques, je me décide alors de sortir mon 44 magnum et le pointer directement entre les deux mâchoires, qu'il goûte un peu à du plomb. D'un coup de détonation, la balle s'échappe du tunnel tel une fusée, perforant le vent sous une forme ondulatoire, en a peine une millième de seconde la balle pénètre dans l'antre du monstre et sans faire attention aux obstacles elle continue sa route et rencontre après avoir traverser la chair et l'os, un rochet. Le dernier Yétis encore debout s'écroule à son tour, soulagé, je peux respirer enfin. Pendant une, voir deux minutes je récupères mon souffle sur un rochet et de me décider à faire ce que je suis venu pour eux, muni d'une énorme pince j'ai commencer mon opération. Je passe vite fait ce passage, c'est hardcore.

Quelques minutes plus tard j'ai le sac rempli de canines, ça fait du bruit quand je le secoue, maintenant il ne me reste plus que les patates volcaniques... Je dois redescendre, d'après ce que l'on m'a dit, je dois trouver un endroit où il n'y aurait pas de neige, une zone où la chaleur dégage du sol, en réalité ces patates là sont appelé ainsi car ils sont toujours chaud, voir bouillant et ont un goût particulier, un condiment qui a le pouvoir de garder le corps chaud pendant un moment. Voyons voir ça, je penses que je vais prendre encore plus de temps pour le trouver, déjà que le dernier coup m'a bien déplacé mon cerveau que j'ai du mal à marcher droit. Pendant quelques minutes les recherches restent infructueuse, mais je ne baisse pas les bras, j'ai réussi à avoir les deux ingrédients, le dernier ne doit pas être très loin. Encore quelques minutes de recherche et je ne trouve toujours rien, où est-il bordel! Attend... Le sol, des patates chaudes, il est bien possible qu'avec la neige qui tombe et la chaleur qui monte ces flocons doivent tomber tout autour de cette zone, ce qui crée une espèce de creux, un trou dans la neige, mais le bord bien relevé alors, si c'est bien ce que je pense je dois trouver un semblant de colline, un mini-colline. En fait je suis passé à côté, c'était là, ça fait trois, voir quatre fois que je suis passé devant ça, sans savoir que s'était là!

J'escalade cette montagne de neige et lorsque je vois ce qu'il y a derrière j'ai eu raison, voila la fameuse zone chaude, des patates volcanique, ça fume bien là, la neige camoufle la chaleur produit par cet endroit et c'est comme ça que je n'ai rien remarqué, au moins je saurai la prochaine fois. Dernier ingrédient... Et comme tous et je pense, j'espère même, dernier adversaire à butter, un putain de dragon blanc, dormant en plein dedans et le voila qu'il se réveille, il a du sentir mon odeur. Celui-là est particulièrement petit comparé aux autres dragons entendu dans la légende, peut-être un bébé dragon ? Enfin bref, n'empêche qu'il est seul, donc je devrais pouvoir m'en sortir, place à mes deux plus gros révolvers de mon arsenal, près à faire du bruit, le dragon a envie de goûter de la chair fraiche, au moins on est tout les deux sûr qu'on va s'affronter jusqu'à la mort. J'ai commencé par courir vers lui, avec mes deux armes devant, concentrant mon tir contre ce reptile, sauf que celui-ci déploie ses ailes et d'un seul coup il s'envole à plusieurs mètres du sol, agile celui-là. Il commence à prendre de la hauteur, je veux bien croire qu'il se taille pour voir ailleurs, mais je ne penses pas. Il fait demi-tour et m'attaque en pointe, rapide, très rapide, je devais me tenir près pour l'esquiver, en attendant j'ai commencé à lui tirer dessus, les balles lui effleurent la peau et les écailles, c'est là que je dois l'esquiver, avec ma force et mon agilité hors norme, je saute sur le côté en terminant par une roulade, si je n'ai pas sauté une seconde plus tôt il m'aurait bouffé le bras. En tout cas le voila qu'il reprend de l'altitude, là je vais me concentrer encore plus, je vais utiliser juste un seul révolver, avec une lunette attacher dessus et rallongeant le canon, avec mes deux mains tenant l'arme fermement, customisé pour un tir à longue porté, doté de munition perforant, avec ça il y a moyen que je lui troue ses écailles qui me semblent solide. Attendant le bon moment pour tirer, le dragon fait demi-tour et commence une nouvelle attaque. je l'ai dans le viseur, il faut attendre à présent... Encore un peu... Un petit peu plus et... maintenant! La première balle s'envole et se loge sous le cou, la deuxième dans l'épaule, la troisième dans sa patte arrière gauche, quatrième directement sur le bras qui bas son aile droit. L'animal perd le contrôle et tombe au sol comme une merde et s'étale sur quelques mètres au sol. Je m'approche alors de lui, lui qui cherchait qu'à se nourrir et moi à chasser, vous savez quoi ? La loi de la nature est bien triste. Je regarde une dernière fois son oeil de reptile qui me regarde vers moi, son crie d'agonie qui tente d'avoir pitié de lui, il ne peut plus bouger, c'est triste hein ? Je ne suis pas aussi gentil que tu ne le crois, désolé, pour ton salue et évité de te faire souffrir, voila ma réponse, mon magnum placé à bout portant sur sa tête et d'un coup de détonation, le dragon ne souffre plus, ses yeux restant encore ouverts et regardant juste le ciel nuageux.

Enfin! Dernière chose à récupérer, la fameuse patate volcanique! Il est temps de rentrer à l'académie, je commence vraiment à avoir faim. Je déterre autant que je pouvais, bordel ils sont bizarre, un drôle d'aspect et chaud! C'est bouillant ces trucs là, j'espère que c'est comestible. Maintenant que je les ai récupéré je me presse de retourner vers la portail et d'aller à la cantine.

Arrivé sur place vous voyez déjà les yeux gros ouverts en me voyant avec un sale gueule, vous savez, je pense que c'est le seul souvenir que j'ai eu de cette voyage, je leur dépose devant eux le sac bien plein et avant de partir vers l'infirmerie je leur dit:

"Garder moi une double portion! J'en ai besoin là"
Des ingrédients très particulier [Quête passage de niveau] (terminé)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un soin très particulier [Pv Ella Nicholson]
» Un cours vraiment très particulier
» Compote de pommes aux amandes
» ~#Cours n°1# « Une potion hilarante » [1-2-3-4 années]
» [Sept.] Cours de potions n°1 (Années 1 à 3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Montagnes et forêts-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page