Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma]

Invité
avatar
Invité
Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma] - Mar 4 Déc 2012 - 20:02
Un marché. C'est beau les marchés. Et Aelys ne pouvait qu'être d'accord. Les objets sur les étals colorés, le bruit ambiant, les gens souriants, ronchonnant, marchandant la moindre parcelle de bien qu'ils possédaient, bref, un mélange éclatant de couleurs, de bruits et d'odeurs qui lui ravissait les sens en une cacophonie délicieuse.

Si elle avait du décrire en deux mots le désordre ambiant mais incroyablement fascinant, elle aurait dit que tout ceci avait une odeur de symphonie orangée. Elle se baladait, insouciante, dans l'allée bondée d'élèves, de professeurs et de repentis. Elle voulait tout voir, tout sentir, tout savoir, l'avalanche d'informations et de sensations la submergeait. Elle adorait flâner dans le marché, elle y trouvait tout son soûl de vêtements bizarres, d'objets, qu'elle troquait avec ceux qu'elle possédait déjà, et renouvelait ainsi de manière efficace sa garde robe. Elle saluait au passage quelques élèves qu'elle connaissait, son grand sourire toujours accroché aux lèvres.

Elle portait ce jour là des atours tout aussi étranges que ceux des autres jours. Un jean clair, un débardeur orange, des mitaines violette à pois bleus et des ballerines. Et sa tête était ornée d'un de ses magnifiques chapeaux, comme toujours. Ce jour là, c'était un béret noir, auquel était épinglé plusieurs Pin's colorés, à l'image de quelques personnages de dessins animés, Pinkie Pie, Bulle (des Supers Nanas) ou encore Harley Quinn pour ne pas les citer. Elle était heureuse, c'était un jour habituel, mais toujours remplit de surprise, comme ce Pin's de Scooby-Doo qu'elle venait de dénicher à l'étal, là bas, et qu'elle avait troqué contre un autre de Bulle qu'elle n'aimait plus.

Son fluide, son énergie, son aura, appelez ça comme vous voulez, s'était déployée autour d'elle, comme pur fureter un peu partout. Elle faisait attention à ne pas se laisser emporter par des émotions fortes pour éviter que son pouvoir ne fasse trop de dégâts. C'est vrai que le tableau noir de mathématiques avait une bien étrange allure après avoir subit les assauts de son fluide incontrôlable.

Pourtant elle le trouvait bien plus joli en rose bonbon. Mais ça n'avait pas l'air d'être du goût dub professeur, qui avait viré au rouge. Enfin... Elle continuait sa balade, insouciante, sifflotant un air joyeux, son regard posé tour à tour sur les marchandises, les gens, le ciel, le sol...

Elle s'amusait bien ici, elle y reviendrait surement.
Invité
avatar
Invité
Re: Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma] - Sam 8 Déc 2012 - 14:39

Janma venait de faire un rêve atroce. Il était, seul, devant les deux directeurs de l’Académie. Enchaîné comme du bétail, la tête basse, le souffle court, empoisonné par de la fumée. Les membres endoloris, salis par des plantes qui l’avaient presque écartelé. La lèvre fendue, le regard apathique, il se sentait à deux doigts de mourir, encore. La sentence était sans appel. Il devait payer. Payer pour avoir joué avec le cœur d’une jeune fille. Encore une fois. Il avait embrassé Octavia sans partager aucun sentiment avec elle, et cela s’était su. En tant que repenti, on le lui avait fait payer. Chèrement.

Il s’était réveillé en sueur, cherchant quelque chose pour se raccrocher, et avait calmé sa respiration sous une longue douche brûlante. Quel rêve affreux. Et le souvenir de Judal, de son regard déçu. De cette haine dans ses pupilles. De son rire moqueur, cruel. Brr.

Il avait sa matinée de libre, et n’était de service que pour la soirée. Le regard rougi par le manque de sommeil, il ouvrit ses volets, et fut envahi par le froid et la blancheur. Il neigeait, là dehors. Tout était recouvert d’un épais manteau blanc, glacial, majestueux. Lui qui avait vécu marchant sur des pierres et du sable sec resta de longues secondes, le visage exposé au vent humide et froid qui entrait dans sa chambre. Il eut un sourire épanoui. Celui d'un enfant croisant son plus grand rêve.

Il ouvrit son armoire et en sortir ce qu'on lui avait décrit comme étant des vêtements chauds. Une paire de chaussettes de ski, un pull irlandais blanc, et un trenchcoat en laine grise. Troquant son turban habituel pour un bonnet à pompon jaune moutarde, il se tordit dans tous les sens pour enfiler ses bracelets d'or, son collier fétiche et quelques bagues. Il prit ses babouches à la main, se dévisagea dans le miroir. Il avait l'air d'un... cliché homosexuel. Ou bien d'un homme d'affaire particulièrement efféminé. Enfin. Il ne pouvait pas se permettre de sortir en sarouel et robe blanche, ou ses extrémités auraient paru rapetisser sur place.

Il devait trouver un cadeau pour Octavia. Quelque chose qui lui permette de s'excuser. De lui dire qu'il avait fait ça par défi, pas pour elle. Qu'il regrettait son geste, et qu'il aurait bien voulu la revoir, mais en dehors de tout ça. Il n'aimait pas les femmes. Et c'était cruel que de lui avoir fait croire le contraire. Mains dans les poches, décidé à trouver quelque chose à troquer, il attrapa quelques pièces d'or qu'on lui avait donné comme paye, et se dirigea vers le marché, le dos droit.

Les étals étaient sans doute très beaux. Mais son don de pie voleuse lui donnait mal à la tête. Trop de choses brillaient. Il avait l'oeil attiré par les couleurs, les choses brillantes, les bijoux, les miroirs, les paillettes. Un stand de pins luisants et glossy le fit plisser les yeux tandis qu'il s'approchait, se faisant bousculer par quelques jeunes élèves excités. Apparemment il était de coutume de porter des broches de basse qualité comme signe d'appartenance à un groupe. Pour montrer son soutien à une idée, un groupe, de la musique, un objet, s'exposer, en quelques sortes. Est-ce que c'était là le genre d'Octavia ? Il n'avait jamais fait de cadeau à une femme. Et il doutait qu'un tour de cou en or massif soit de son goût. Voire même qu'il ait les moyens de se l'offrir.

Son oeil fut attirer par un bonnet particulièrement flashy. Ou plutôt par ce qui y était accroché. Une multitude de petits pics brillants. Des pins de toutes les couleurs et de toutes les formes. Il laissa ses pieds le mener dans la direction de cette tête si décorée, et sentit son rythme cardiaque monter légèrement. La pie voleuse lui susurra des mots d'amour. Il mourrait d'envie de la dépouiller, de lui arracher tous ces objets de valeur et de les enfermer dans une cache, pour s'y vautrer. Où une fille pouvait-elle cacher son porte-feuille ?

C'était mal.

Il était en rédemption.

Il ne devait pas se laisser aller, pas céder à la tentation. Mais elle était juste là, à porté de main. Et ses babioles luisantes lui semblaient être le plus précieux des trésors. Ses lèvres se pincèrent, il grimaça, ferma les yeux.

Oh, et puis tant pis.

Sa main partit comme un ressort, avec la dextérité et l'expérience du Roi des Voleurs. Son pouce et son index fins entrèrent dans la poche arrière de la jeune fille, juste au moment où elle bougea. La paume de sa main rebondit brusquement contre le fessier de l'inconnue, y appliquant une claque qui sonna à ses oreilles comme un coup de tonnerre. Il fixa sa main, le béret, puis la frimousse de la jeune fille. Nonchalamment, avec l'habitude du fieffé menteur qu'il était, il lui offrit un sourire aimable, et se pencha en avant.

Janma : Mes excuses, on m'a bousculé, et j'ai trébuché.

Invité
avatar
Invité
Re: Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma] - Mar 11 Déc 2012 - 14:50
Aelys Johnson, incapable de mentir ou de détecter un mensonge. Telles étaient les premières lignes du rapport du psychologue scolaire de sa première année en famille d'accueil. Et d'ailleurs les dernières qu'il avait eu le temps d'écrire avant de lâcher son crayon. En fait, c'était la seule certitude que les psychiatres avaient sur elle : Elle ne concevait pas l'idée du mensonge. Quand on lui avait demandé, au collège, que Phil n'avait pas copié sur elle, la jeune fille avait penché la tête sur le côté, l'air surprise et curieuse, et leur avait rétorqué avec cette innocence qui lui est propre : "Pourquoi faire ?"

Ses camarades avaient eu beau lui expliquer que si elle révélait cela au professeur d'italien, Phil serait puni, elle n'avait fait que leur répéter que si Phil avait copié, il devait le dire, et qu'une punition de plus ou de moins, ça ne faisait pas un pli. Et tant pis après tout, la prochaine fois il apprendrait sa leçon. Et elle était repartie en chantonnant. Et Phil avait été puni.

Bref, un bien étrange cas que celui là. C'est ainsi que quand elle sentit la claque sur son fessier (bien vaine par ailleurs, elle n'avait pas de porte monnaie ou d'argent), et qu'elle entendit les excuses du jeune homme aux cheveux violets, elle lui offrit un grand sourire de bienheureuse.

Elle aimait bien la couleur des cheveux qui dépassaient de son bonnet jaune moutarde... Très joli bonnet d'ailleurs. Elle n'en avait pas encore de comme ça. Son regard s'y fixa une seconde puis elle passa à ses yeux, son visage, son habillement, toujours affichant un grand sourire qui lui donna au bout d'un moment un air de psychopathe ou de droguée... Voir les deux. Elle lui répondit qu'une voix enjouée, après sa courte inspection


- Ce n'est rien, tout le monde peut trébucher. Moi même, je me suis fais bousculée une fois, par une autruche. Dans un zoo. Je suis tombée la tête la première dans le sable et l'oiseau m'a arraché des cheveux. Mais ils ont repoussé depuis. Dites, vous préférez les nouilles instantanées à la tomate ou au poireau ?

Ses paroles fusaient de ses lèvres sans qu'elles paraissent pouvoir un jour s'arrêter, sans aucune hésitation, ni manque de sérieux. Cette dernière question semblait lui paraître parfaitement légitime, et elle en détailla d'ailleurs les raisons moins d'une demi seconde plus tard, sans vraiment laisser le temps à Janma de répondre

- Je ne pense pas que les nouilles instantanées au poireau existent d'ailleurs, mais vous avez une tête à manger des nouilles au poireau. A part ça, comment allez vous monsieur... D'ailleurs, c'est quoi votre nom ?


A cet instant elle s'arrêta de parler, laissant sa question en suspend, ses grands yeux curieux et son sourire toujours fixé sur le jeune homme. Elle attendit patiemment la réponse de son interlocuteur, et en profita pour ajuster son béret qui tinta quelque peu tant il était couvert de Pin's. Elle se balançait sur ses talons d'avant en arrière, et finit par ranger les mains dans ses poches, ses mitaines ne couvrant pas assez ses doigts fins et sensibles. Une bonne après midi en somme.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma] - Mar 12 Mar 2013 - 14:23
Rp clôturé pour cause de non-réponse (11 décembre - 4 mois).

Aelys Jhonson : 145 xps
Janma Urvarata : 80 xps

Xps attribués : Oui
Contenu sponsorisé
Re: Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma] -
Entonnoir ou camisole ? J'hésite encore... [PV Janma]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Yon diskisyon nan Site Solèy.
» Projet de Site: Kontre-Kulture
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Haiti : Faux coupons, un site du PAM fermé à Pétionville
» Site du GNiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page