Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé]

Invité
avatar
Invité
Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 15:03
Un garçon aux cheveux blancs était apparu au milieu d’une allée, ses yeux fermés avec force s’ouvrirent doucement, hésitants. Ilden tremblait, ce jeune homme savait que, peu de jours auparavant, il avait succombé au froid au milieu d’un désert glacé au Groenland, et avait perdu toutes ses sensations, mais tout à coup, maintenant que son corps avait été réduit à un tas de cendres, il sentait quelque chose sous ses pieds. Un vent agréable caressait ses cheveux. Il sentait que quelque chose avait changé en lui, Ilden, le garçon de dix-neuf ans à la timidité magistrale et incurable, non, il n’avait pas changé. Il réalisa soudain quelque chose : la neige.
Le sol était recouvert de neige, et lui, il était en pantacourt, ses pieds-nus enfoncés dans dix bons centimètres de cette première neige de début d’hiver qui se trouvait toujours immaculée de la nuit précédente. Avouons qu’il était tôt, sept heures du matin à tout casser, et que personne n’avait eu le temps de souiller ce manteau froid.
Oui, si froid, mais pourquoi pas pour ce jeune homme ? Il ne sentait absolument pas le froid de la neige. S’accroupissant, curieux, il attrapa une poignée de neige poudreuse qu’il laissa doucement glisser entre ses doigts, les sourcils froncés. Son poignet s’était affiné, tout comme ses longs doigts, sa peau avait pâlie, et certaines zones de sa peau étaient rougies, au travers de sa peau, il pouvait distinguer quelques veines bleues diffusant son sang au travers de son corps.
Tournant ses yeux, il vit un bâton au sol, accompagné de bagages. Son long bras gauche atteint sans soucis le morceau de bois à la forme étrange qu’il avait trouvé en se baladant dans la rue après une tempête de neige. L’ayant apprécié et pour aucune autre raison précise, il l’avait emporté et gardé dans un coin. Que faisait-il ici ? Et ces bagages étaient bel et bien à lui.
Se servant du bâton pour se relever doucement, il regarda devant lui et fronça à nouveau les sourcils, intrigué.

Une silhouette masculine se dirigeait doucement devant lui, une cigarette en bouche, un sourire, Ilden se demandait de qui il s’agissait. Mais cette personne tendit une feuille au nouvel arrivant qui, après une seconde d’hésitation, la saisit de sa main gauche non occupée par le bâton qu’il gardait précieusement, pourquoi ? Parce que pour lui, ce morceau de bois représentait la personne qu’il était, et son appartenance au monde des vivants. D’un regard vers la veuille, il capta une liste d’éléments qu’il n’eut pas le temps de lire car l’homme, qui devait avoir environs son âge, lui demanda de le suivre.
Bof, de toute façon, où est-ce qu’il pouvait aller ? Et Ilden faisait confiance à cet homme, bien qu’il ne pourrait certainement pas lui adresser la parole.
Une porte gigantesque s’ouvrit devant eux tandis qu’ils se dirigeaient vers les murs, Ilden leva la tête vers le haut de cette porte, la bouche entre-ouverte, les sourcils froncés, mais qu’est-ce qu’il faisait là ?
Son guide, une fois la porte passée, se tourna, et dit en souriant :
« Bienvenue dans la Deus Académie, à toi de poursuivre ta propre route, d'assurer les cours et de te surpasser ! »
« Hein ?! »
Dans un écran de fumée, l’homme à la cigarette disparu et le groenlandais se retrouva posté là, comme un imbécile, au milieu d’une place blanchie par la neige au bout de laquelle se trouvaient de grands bâtiments surplombés d’une horloge. De nombreux adolescents marchaient, certains jouaient avec la neige en riant. Ilden inspira profondément et avança, priant pour que personne ne lui adresse la parole. Il croisa une fille dont le regard s’attarda sur lui, le mettant encore plus mal à l’aise. Il détestait marcher comme ça, au milieu d’une allée, seul. Ca l’effrayait. Son bâton par-dessus l’épaule droite, il tentait de contrôler le tremblement de ses jambes. Arriver dans un lieu totalement inconnu était pour lui, une épreuve terrifiante. Il passa devant une vitre affichant son reflet et s’arrêta, les yeux écarquillés. Qui était ce jeune homme devant lui ? Il lui ressemblait, le physique était le même, mais ses cheveux étaient blanchis, laissant ses sourcils marrons, comme ils l’étaient avant. Il passa à nouveau sa main dedans et sentit quelque chose de dur sur sa peau qu’il retira sans peines afin de l’observer. Du givre. C’était du givre, dans ses cheveux, et sur sa peau pâle…Son reflet croisa son regard, un regard à l’origine de couleur noisette, maintenant bleu clair. Il ne pigeait rien à ce qu’il se passait, mais il continuait d’observer son reflet. Un simple hoodie bleu foncé recouvrait ses bras, et du givre s’était aussi posé dessus, de même pour son pantalon fin et marron.
La neige recommença à tomber, s’accrochant sans fondre, à sa peau. Il réalisa soudain l’existence de ce papier que l’homme lui avait donné et le lu. Il avait des…pouvoirs ? Et il était dans une académie de dieux ? Un pouvoir de givre…pourquoi ça ? Pourquoi avait-il changé de la sorte ? Son physique, sa température corporelle, qu’est-ce qui lui était arrivé ? Pourquoi lui ?
Les questions martelaient son crâne, il appuya son bras droit sur le bâton de marche et ferma les yeux, tentant de se calmer, de rationaliser.
Rationaliser…Il était mort, définitivement, et Pia aussi, mais lui, était là, dans cette académie, et pour une raison inconnue, il savait que Pia n’y était pas. Cette chance de la revoir s’était envolée et il était perdu sans cette amie et petite amie qui l’avait toujours aidé à garder la tête haute malgré sa timidité.
Des larmes commencèrent à glisser sur ses joues froides, se transformant instantanément en diamants de glaces se détachant et s’écrasant sur le sol enneigé. Il pleurait la perte de sa vie, et de sa fiancée. Il pleurait tout simplement, il pleurait parce que à partir de maintenant, il était seul. Le visage baissé et appuyé sur son bras, il pleurait en silence.


Dernière édition par Ilden Sørensen le Mer 5 Déc 2012 - 21:16, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 16:47
Reese ouvrit les yeux. Non, elle ne se trouvait pas dans son lit douillet au cœur des bras d'Alex. Elle s'était réveillée dans ce lit moelleux dans sa nouvelle chambre celle de l'internat, qu'elle partageait avec d'autres personnes décédées comme elle, mais pourtant vivants, avec un pouls, une vie et une conscience. Elle les entendait de toute façon, tous, ses deux colocataires dormaient encore, après tout il devait être six heures et demie, et elle percevait leur respiration, les battements de leur cœur, les frottements de leur peau contre le tissus. Elle avait compris pendant la nuit qu'elle possédait maintenant certains pouvoirs, mais elle n'avait toujours pas compris de quoi il s'agissait. Avait-elle développé de super sens ? Elle en doutait encore, sa vue restait inchangée, mais le toucher, l'ouïe et l'odorat était devenu très sensibles, si bien qu'elle ne savait plus trop quoi penser.
Mais bon, elle se leva et farfouilla dans son sac de fringues, ne sachant pas trop quoi prendre. Elle leva la tête un instant pour regarder par la fenêtre, tout était blanc. Les arbres presque nus étaient recouverts de neige, le sol également, c'était éblouissant. Nan, vraiment, Reese avait mal aux yeux. La brunette replongea silencieusement dans sa valise, le sourire aux lèvres. Elle ne savait absolument pas ce qu'elle devait faire aujourd'hui, mais elle avait compris qu'elle était dans une académie, qui dis académie, dis cours. Donc elle devait avoir un emploie du temps. Décidée à aller le chercher au bâtiment principal, elle s'habilla d'un jean large simple et d'un t-shirt vert sur lequel était dessiné un dinosaure entrain de dévorer une carcasse d'antilope, réfléchissant où pouvait bien se trouver ce foutu bâtiment. Elle avait toujours un sens de l'orientation pourri, mais lorsqu'elle avait une idée en tête, elle ne l'abandonnait pas avant bien longtemps. Même sans savoir où chercher, elle trouverait se foutu truc !
Elle enfila de grandes bottes noires, fourrant son pantalon à l'intérieur, puis son manteau qu'elle laissa ouvert, empoigna son écharpe verte foncé et une paire de mitaines avant de partir tranquillement, confiante.
Le froid l'entourait de ses bras fins, lui murmuraient de douces paroles. Même si sa veste était ouverte, elle n'avait pas froid, la température de son corps avait anormalement chuté pour se stabiliser aux alentours de 30°C environ, mais elle ne se sentait pas malade, elle se sentait parfaitement bien, marchant lentement dans la neige fraîche et croustillante, ses pieds bien au sec. Ses bottes l'avaient toujours bien protégé du froid, elle lui arrivait sous les genoux, c'était parfait. Un sourire de bonheur se dessinait lentement sur les lèvres de notre petite poulette. Même si elle savait qu'elle était morte, qu'elle ne reverrait certainement plus jamais ses amis et son petit-ami, qu'elle ne pourrait plus vivre comme avant, les vieilles habitudes étaient restées, et elle était heureuse comme avant.

Par contre, malgré sa foutue joie, elle ne savait pas du tout où aller pour trouver ce bâtiment principale à la noix, et ne faisait que suivre différents chemins, la ramenant au même endroit, la portant sur une autre route, elle trouvait l'endroit agréable à regarder, mais à force de se perdre, elle commençait à, eh bien, perdre son sang froid. Le soleil était levé, il devrait bientôt être sept heures, et toujours aucun signe de l'endroit recherché. Bon, Reese accélère le pas, de plus en plus énervée, son tempérament refait surface, elle s'énerve pour pas grand chose dans le fond.
Alors qu'elle courrait sur un chemin qu'elle était sûre d'avoir déjà empruntée, elle déboula sur une grande place, deux ou trois groupes de personnes se promenaient, se battait à coup de boules de neige ou ne faisaient que passer, levant la tête vers le haut du grand bâtiment, ah oui, une horloge. Il était sept heures dix en effet. Il commença alors à neiger doucement, de gros flocon, les premières neiges.
Légèrement essoufflée, Reese remonta ses manches et posa ses mains sur ses hanches. Bon, elle n'avait pas vraiment envie de le faire, mais elle allait devoir parler à quelqu'un, et lui demander son chemin. Pourtant dès qu'elle voyait quelqu'un qui serrait digne de connaître l'endroit, ses jambes refusaient de bouger, ses lèvres ne se mouvaient pas. Elle n'avait pas peur de tout ces gens, elle avait seulement peur de les déranger, elle était gênée, comme toujours en présence d'inconnus.
Donc un peu perdue au milieu d'une grande place, la brune cherche quelqu'un qui ne semble pas trop pressé ou occupé. Au bout d'une dizaine de minutes, son regard finit par se poser sur un homme, il semble à peu de choses près avoir son âge. Appuyé sur un bâton, elle ne le distingue pas très bien de loin, mais décide de s'approcher pour le questionner. Il semble avoir de la neige dans les cheveux, et c'est le cas, mais en fait, sa tignasse est blanche avant d'être recouverte de givre et de flocons. Ses épaules aussi sont enneigées, oh pas beaucoup mais c'était bizarre que la neige ne fonde pas pour mouiller le tissus. Reese remarqua qu'il était pieds-nus. Eh ben, il ne devait pas avoir froid celui-là ! Sans doute une sorte de pouvoir de neige ou je-ne-sais-quoi. Enfin bon, ce n'était pas très important, il saurait peut-être où trouver ce que la jeune femme cherchait depuis près d'une heure. Elle ne remarqua qu'il pleurait, même si moi je le sais, mais non, elle ne l'a pas vu, de toute façon ça ne se voit pas trop, elle s'avança lentement vers lui et lança d'une voix hésitante.
« Euh, excuse-moi, je-tu sais où c'est le bâtiment principal ? »
Elle ne rougissait pas encore, c'était plutôt bon signe, mais bon, elle savait très bien que dès qu'il se mettrait à parler, ses joues rosiraient sûrement un peu.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 17:16
Même si, de manière générale, les larmes gelées se détachaient de sa peau, il fallait de temps à autres qu’il détache les plus insistantes en sortant sa main gauche de sa poche de hoodie et en se frottant la joue. Mais là, il était complètement détaché du monde extérieur à ses pensées, caché dans son désespoir, il mit quelques secondes avant de comprendre que quelqu’un s’adressait à lui.
« Euh, excuse-moi, je-tu sais où c'est le bâtiment principal ? »
Levant doucement la tête, il sursauta et fit un pas en arrière, un geste rapide, il ne s’y attendait pas. Par un automatisme inconnu, il avait choppé son bâton par les deux mains et l’avait mis devant lui, comme pour se protéger d’une lame invisible se dirigeant vers a poitrine. Mais il se ressaisit rapidement, rougissant, ses joues avaient repris une couleur normale, contrastant magnifiquement avec le reste de sa peau pâle. Il détestait quand les gens venaient lui parler. Il détailla la fille du regard : ses cheveux étaient longs et bruns, et ses grands yeux étaient de couleur bleue, mais bien plus foncée que ceux d’Ilden. La fille portait une écharpe verte, une veste, enfin bref, tout le nécessaire à Hiver que Ilden ne portait pas. Elle portait même des chaussures… Le garçon se surpris à penser qu’elle devait avoir sacrément chaud avec cela, mais il réalisa soudain que si il n’avait pas froid, c’était parce que son corps était aussi froid que la neige, et que si il n’était pas mouillé, c’était parce que la neige ne fondait pas au contacte de sa peau.
Une larme glissa à nouveau au coin de son œil, parcourant une courte distance sur sa joue droite avant de se geler doucement mais surement et de s’arrêter au niveau de ses lèvres fines. Puis, elle se détacha et s’écrasa au sol, comme toutes les autres, faisant un petit trou dans la neige fraiche.
Ce n’était pas que la fille qui tentait de lui adresser la parole lui faisait penser à Pia, mais elle le rendait encore plus triste. Elle aussi, était morte, et elle avait aussi son âge environs. Il était difficile pour Ilden de se rendre compte que toutes les personnes qui l’entouraient étaient mortes, que leur corps avait disparu de la surface de la terre, et qu’ils avaient tous perdu quelque chose. Les larmes qu’il avait réussi à contrôler après quelques minutes revinrent. Ses jambes se mirent à trembler jusqu’à céder.
Accroupis par terre, les jambes rapprochées de son torse, les bras entourant ses jambes et sa tête dans le creux de ses bras, il laissait les larmes givrées tomber comme elles le voulaient, et la neige se poser sur son corps glacial et s’y accrocher jusqu’à ce qu’il daigne les retirer de lui-même.

Les sanglots silencieux secouaient son corps à intervalles réguliers, il posa sa main gauche dans ses cheveux, faisant tomber une petite avalanche de flocons au sol ; son visage toujours dans le creux de son autre bras qui tenait son bâton de marche, il était désolé de montrer une telle scène à cette fille qui semblait désespérément chercher le bâtiment administratif, mais il ne pouvait pas exprimer les excuses qu’il avait en tête, il était bien trop timide, et il n’avait jamais été seul.
Malgré une absence d’amour paternel, Ilden avait toujours eu sa sœur ou Pia pour le soutenir, ce qui n’était maintenant plus le cas, et il le sentait, il le savait, et le redoutait, qu’il allait finir seul, le garçon mystérieux, froid comme la glace, toujours seul pour une raison inconnue.
« Je suis pathétique » murmura-t-il pour lui-même, trop bas pour qu’un être humain ne puisse l’entendre.
A ce moment précis, il se détestait pour sa faiblesse. Son cerveau s’était calmé, les pensées ne l’agressaient plus, mais il était maintenant bien conscient de sa condition : une âme destinée à devenir un Dieu, dieu de quoi ? Du froid ? A quoi bon ? Franchement !

Malgré ses efforts, ses pleurs ne se calmaient pas, et de nombreux petits cristaux de glace salée s’étaient déposés sur ses vêtements, et il sentait de nombreux regards se poser sur lui. Est-ce que la fille perdue était encore là ? Malgré le fait que la personne chez qui elle était allée chercher une assistance, était clairement un incapable, mentalement démonté, et trop timide pour lui adresser la parole ?
Par peur que cette théorie se confirme, le groenlandais n’osait pas lever la tête, mais ses orteils sur lesquels tout le poids de son corps reposait, commençaient à être douloureux, et il ne tarderait pas à tomber en arrière.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 18:08
Le garçon sursauta, Reese aussi, mais lui recula d'un pas en brandissant son bâton devant lui alors qu'elle ne bougea pas. Il rougit et se reprit, la regarda un instant, elle, le fixa dans les yeux, fascinée. Ce garçon était intriguant, elle commençait à se perdre dans son regard quand céda et s'accroupit au sol, il … pleurait oui. Elle avait enfin remarqué. Le visage de la jeune femme s'emplit de compassion. Elle était sûrement plus apte que quiconque pour comprendre ce que ressentais le jeune homme, car elle entendait son corps tout entier. Son cœur battait la chamade, il était effrayé, il tremblait, et vu comment il était habillé, il tremblait de peur.
Reese resta un instant comme ça, sans rien dire, elle n'osait rien dire, rien faire, de peur de lui faire du mal. Elle ne voulait pas le laisser, mais ne savait quoi faire, il était après tout un parfais inconnu. Debout, elle repensa à tout ce qui lui était arrivé ces derniers mois. Première catastrophe, Geoff, un de ses meilleurs amis, était mort dans un accident de la route. Le choc fut très dur pour elle, car elle devait normalement travailler avec lui. Après son enterrement, elle était allée voir ses parents, son père lui annonça alors qui avait un cancer en phase terminale, la mort l'attendait dans quelques années. Elle passa alors quelques mois dans une semi-dépression, disons qu'elle n'avait pas le moral. Mais malgré tout, elle continuait à avancer, comme elle l'avait toujours fait, son sourire un peu moins présent qu'à l'accoutumée. Et puis elle était mort, comme ça. Mollement, elle avait quitté son corps. Puis elle avait quitté son monde, juste quand elle regardait son amour dans les yeux.

Elle tressaillit lorsqu'une petite phrase vint se loger dans le creux de son oreille pour la tirer de ses pensées. Il avait parlé, pour lui-même, très doucement, comme un murmure. L'anglaise s'énerva un peu. Il n'était absolument pas pathétique. Il était tout à fait normal de perdre ses moyens devant une inconnue, surtout après sa propre mort. Reese est quelqu'un de fort, elle se remet vite des drames, mais au fond d'elle elle est toujours choquée. La majorité des gens n'est pas comme cela et ne se remet pas tout de suite de la mort de quelqu'un, voire de sa propre mort dans son cas. Mais il ne fallait pas se sentir faible pour autant, elle s'accroupit lentement devant lui, qui pleurait toujours. Peu importe qui il était, il avait du souffrir. De cette manière, Reese, qui avait beaucoup souffert en peu de temps, se sentait proche de lui, assez pour le tutoyer. Elle tendit sa main droite et releva le menton du garçon, afin de le regarder dans les yeux lorsqu'elle prit la parole. D'une voix rassurante mais ferme, elle lui dit doucement.
« Ce n'est pas vrai. Tu es triste, tu as peur, mais cela ne te rend pas pathétique. Reprends-toi et relève la tête, même si, comme moi, tu es mort, nous sommes là, nous avons quelque choses à faire. Tu ne crois pas ? C'est comme ils l'ont dis, nous avons été choisis. »
Et là, elle ne sait pas ce qu'il lui a prit, sa nature impulsive peut-être, mais elle s'est rapprochée de lui et l'a pris dans ses bras, sans rien dire de plus. Un geste sincère, qui la surprenait elle-même. Un peu trop en avant, elle tomba sur les genoux dans la neige, son pantalon se trempait, youpie. Mais ce n'était pas grave, elle avait la sensation que plus rien n'avait d'importance sauf ce garçon. Elle sentait quelques regards se poser sur eux, mais qui s'en souciait ?
Un peu en retard, elle remarqua qu'il était froid. Aussi froid que la neige elle-même. Et que ses larmes se solidifiaient au contact de sa peau blanche. Certaines gouttes de glace tombaient sur les épaules de Reese et se mettaient à fondre lentement. Ses paupières s'alourdirent, elle avait envie de dormir pendant des mois entiers, s'enterrer sous la neige et passer l'hiver tranquille. Elle s'inquiétait un peu pour elle-même, là, dans la neige, un inconnu dans les bras. Rien à foutre du temps qui passe, elle n'avait pas envie de le lâcher, pas tout de suite. Reese frissonnait doucement, mais elle se sentait bien, et aurait très bien pu s'endormir dans cette position. Elle qui n'avait pratiquement pas dormi de la nuit en plus. C'était très étrange comme sensation, l'envie de s'enterrer, de dormir pendant des jours et des jours, sans aucun contact. Pourquoi avait-elle hérité d'un tel pouvoir ? Elle se comportait comme … comme un serpent ! Trop de questions se bousculaient dans sa tête, elle n'avait pourtant jamais rien fais de spécial, pourquoi elle ? Pourquoi pas Geoff ? Lui qui avait fais tellement de choses dans sa vie, il avait toujours été quelqu'un d'attentionné, de généreux. Frissonnant un peu plus, elle se mit à pleurer elle aussi, silencieusement.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 18:44
Encore une fois, Ilden se trouvait détaché du monde, ignorant tout, absolument tout, même cette fille qui était surement allé s’adresser à quelqu’un d’autre qu’à ce nouveau complètement perdu et pleurnichard. Mais une main, qui sembla brûlante au garçon, vint relever son menton. La fille voulait le regarder dans les yeux, et il se laissa faire. Regarder les gens dans les yeux n’avait jamais été un problème pour lui, c’était surtout le fait de leur parler, il en était incapable. Comme il e faisait parfois, Ilden s’imagina les pensées des autres les regardant : deux personnes du même âge, accroupies, l’un deux, les cheveux blancs et la peau pâle, regardant dans les yeux d’une fille au teint classique et aux cheveux bruns, presque noirs …La scène devait être plutôt inédite. Mais après tout, ils se trouvaient dans une académie de dieux, peut-être y avait-il des choses bien plus singulières.
« Ce n'est pas vrai. Tu es triste, tu as peur, mais cela ne te rend pas pathétique. Reprends-toi et relève la tête, même si, comme moi, tu es mort, nous sommes là, nous avons quelque choses à faire. Tu ne crois pas ? C'est comme ils l'ont dis, nous avons été choisis. »
Comment trouverait-il le courage de lui répondre ? Franchement ? Il n’arrivait même pas à ouvrir la bouche sans trembler, alors parvenir à activer ses cordes vocales…D’ailleurs, la fille avait entendu un murmure que personne d’autre n’aurait pu entendre, elle devait certainement avoir les sens particulièrement aiguisé, et cela était surement dû à son pouvoir.
Mais ce qu’elle disait, nous avons été choisis ; pourquoi ? Pourquoi lui ? Il n’avait absolument rien en sa faveur, et il n’avait jamais voulu être choisi, jamais voulu être un dieu, cela attirait bien trop l’attention, et c’était la dernière chose qu’il voulait.
Pourtant, il sentait que la fille qui lui faisait face avait raison, et il lui faisait confiance, elle était restée, et apparemment, s’était bien décidée à le réconforter, alors que beaucoup d’autres l’aurait laissé là. Comme réponse, il resta en contacte avec ses yeux, ce qui était sa façon de communiquer la plus courante. Puis, il sourit faiblement, retira une larme gelée de son visage et hocha doucement la tête. Il ne savait pas comment il allait faire, mais il parviendrait à passer outre sa mort et à se recréer une vie en tant qu’apprenti-dieu. Dieu du givre. Cette pensée le fit sourire encore un peu, il se demandait ce qu’allaient lui réserver son pouvoir, il trouvait que cela lui correspondait à merveilles et…
Des bras entourèrent le garçon aux cheveux blancs, il écarquilla les yeux, mais qu’est-ce qui lui prenait à celle-là ? Ses joues avaient rougies, plus que jamais. Il perdait le maigre équilibre qu’il avait mis en place auparavant, et tenta de le rétablir en agitant les bras comme un abruti. Son bâton de marche, encore dans sa main droite, cogna la jambe d’un adolescent qui le regarda d’un air meurtrier, mais Ilden n’eut pas le temps de s’excuser et tomba en arrière, sur ses fesses, dans la neige. Il était heureux, tout à coup, que la neige ne fonde pas, sinon, il aurait été trempé.
Bloqué dans une étreinte non voulue et pourtant agréable, l’apprenti dieu ne savait pas quoi faire. La peau de la jeune femme était certainement à une température normale, mais pour lui, elle était super chaude, comme quand on rentre dans un bain chaud après être rentré d’une escapade dans la neige, et c’était agréable. Par contre, ça n’était certainement pas aussi agréable dans l’autre sens, elle était déjà dans la neige, dehors, sous les flocons, et voila qu’elle se collait à un jeune homme aussi froid que le givre !
Malgré cette douce sensation, Ilden n’avait pas arrêté de pleurer, quelques larmes continuaient de dégouliner de ses yeux bleus et allaient fondre sur la petite brune qui le serrait si fort.
Assis dans la neige, le groenlandais, ne savait pas quoi faire, elle ne semblait pas vouloir lâcher Ilden, et il était trop timide pour lui dire quoi-que-ce-soit. Il ne pouvait pas la repousser et la laisser tomber dans la neige pour fuir ! Non franchement, s’il avait fait ça, il serait surement parti en courant par gène intersidérale. Le corps de la fille s’alourdit, comme si elle était en train de s’endormir, elle frissonna, et un petit cristal de glace glissa le long du pull du garçon, elle pleurait, c’était son tour, et au fur et à mesure que les larmes s’approchaient du froid généré par le corps du garçon, elles gelaient et tombaient.
Le cœur de Ilden bâtait la chamade, il voulait la réconforter à son tour, et la serra un peu plus dans ses bras pendant une seconde, puis, il perdit son équilibre et tomba sur le dos, son corps maigre s’enfonçant presque à moitié dans la neige, cette sensation lui était agréable, si agréable, et il ferma les yeux. Il avait arrêté de pleurer.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 21:33
L'anglaise sentait le cœur du garçon battre contre sa poitrine, elle se serra un peu plus contre lui, fourrant son nez dans son cou. Elle entrouvrit un peu ses lèvres et soupira. Contre le corps gelé de l'inconnu, elle avait l'impression d'avoir de la fièvre, alors que sa température était bien plus basse. En inspirant, elle remarqua l'odeur du jeune homme, à laquelle elle n'avait pas fait attention. Des senteurs de neige et de froid mêlées lui parvenaient, elle ferma les yeux, somnolente, dans une position parfaite pour l'hibernation. Elle ne dormait pas, mais elle sentait la fatigue s'emparer de son corps de manière agréable, bientôt, elle serait au pays des rêves.
Le garçon aux cheveux blancs tomba en arrière, Reese ressentit le choc dans tout son corps. Son ouïe ne la dérangeait pas plus que ça, mais en ce moment, elle aurait beaucoup aimé que le monde soit silencieux et la laisse tranquille avec son glaçon. Les larmes de la jeune femme s'arrêtèrent aux coins de ses yeux, elle ne pleurait plus. Seul deux petites gouttes restaient coincées entre ses cils.
La respiration du jeune homme, son pouls, ses mouvements, tout était amplifié, tout lui parvenait. Elle aurait voulu savoir quel était le son de ses pas. La sonorité de sa voix, celle quand il parlait ouvertement. Faire connaissance. Cette envie d'amitié ne lui était jamais parvenue depuis son tout premier jour d'école, et encore, ce n'était pas elle qui avait fais le premier pas. Celui qui lui avait tendu la main, c'était Geoff, et les autres l'avaient tous acclamé et accepté. Elle les avait tous aimé, de plus en plus, mais elle ne les reverrait plus. Il fallait qu'elle aille de l'avant, sa rencontre aujourd'hui était sûrement une des meilleurs choses qu'elle avait accomplie de sa vie.

Soudainement, le garçon tomba sur le dos dans la neige, Reese face contre le sol. Elle échappa un petit cri de surprise et releva la tête, les yeux fermés, avant de secouer son visage pour le dégager de la neige, ayant les mains occupées. Ca devait être assez comique à regarder.
« Argh putain de neige ! »
Elle avait lâché ça en jurant, automatiquement. Elle insulte un peu tout ce qui bouge cette nana. Elle lâcha le garçon et s'assit en tailleur à côté de lui, en s'essuyant encore un peu le visage, puis se frottant les yeux.
« Fiou j'ai une de ces envies de pioncer moi … »
Elle enleva ses mitaines en soupirant et posa ses mains froides sur ses joues brûlantes, la neige lui avait rougit le visage. Les mains posées sur la tronche, elle orienta le regard vers l'inconnu quel venait d'enlacer et l'observa plus en détails. Il avait les cheveux tout en pétard, bel et bien blancs sous la couverture de neige et de givre. Il avait les yeux fermé, elle ne pouvait pas plonger son regard dans le sien, donc elle observa la partie inférieure de son visage. Il possédait de très discrètes taches de rousseur sur sa peau pâle presque blanche. Les lèvres fines, la mâchoire rectangulaire. Reese le trouvait plutôt bien foutu quand même, le chanceux. Son odeur de nuit enneigée lui parvenait encore, Elle mit ses mitaines dans sa poche et se rapprocha un peu de lui, le cul mouillé dans la neige, les mains gelées. Elle en avait un peu rien à battre, sa rencontre lui réchauffait le cœur, et c'est bien le seul endroit où la chaleur est nécessaire. Elle allait sûrement bien s'entendre avec lui, il avait l'air d'être quelqu'un de très timide, vraiment très timide, mais sans doute n'était-il pas aussi silencieux en présence de véritables amis. Aller, présente-toi sale boulette de nouilles.
Mais elle se sentait lente, son métabolisme se … mettait en veille pour ainsi dire. D'une voix un peu endormie, elle lui demanda.
« Bon, moi c'est Reese, elle bailla, de sorte qu'elle prononça son prénom Reset, toi ? »
Les yeux clos, elle lui souriait doucement.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Dim 25 Nov 2012 - 22:20
« Argh putain de neige ! »
Les yeux fermés, Ilden émit un petit rire qui secoua son torse. Un peu de neige atterrie sur le visage du garçon quand la fille avait secoué la tête. Mais de toute façon, de un, elle ne fondait pas, et de deux, il ne ressentait pas particulièrement le froid. Chose étrange : il savait et ressentait qu’il faisait froid, mais il n’avait pas froid…C’était étrange. Peut-être étais-ce parce qu’il avait l’habitude que la neige soit froide et que, malgré tout, sa respiration formait une légère buée devant son visage.
La jeune femme se dégagea péniblement du garçon étalé dans la neige, puis s’assit à côté de lui.
« Fiou j'ai une de ces envies de pioncer moi … »
Tu m’étonnes…Voila ce qu’il pensait. Disons qu’elle avait failli s’endormir sur lui, et ça, il l’avait bien ressentit quand elle était appuyée sur son corps. Mais lui, en ce moment même, il se sentait merveilleusement bien.

Les bras écartés, son bout de bois toujours dans la main droite, allongé dans la neige, le visage recevant délicatement les quelques flocons qui tombaient du ciel grisé par les nuages, la température était parfaite, il se sentait comme dans un nuage, un nuage de neige, avec un sol dur en-dessous. La neige s’était tassée sous son corps gelé, mais autour, elle était restée haute et fraiche, entourant le corps d’Ilden de dix centimètres de neige en hauteur, ce qui signifiait qu’il était presque complètement planqué. Sur ses pieds et jambes nues glissaient les flocons, il inspira profondément. Il aurait pu passer la journée ici. Ce froid réchauffait son cœur, ses soucis s’envolaient, du moins, s’atténuaient, à mesure que la neige s’accrochait à ses joues, sourcils, cheveux, paupières. Il se sentait un peu observé par contre...beaucoup même. Il y avait surement beaucoup de passants qui le regardait bizarrement, le garçon allongé pieds-nus dans la neige, avec son bâton dans on poing serré. Ce poing était certainement, avec les mouvements de son torse sous sa respiration, la seule preuve que son corps était encore animé d'une sorte de vie persistant même après la mort.
Après quelques secondes de silence, une voix endormie s’éleva tout près du garçon de la glace.
« Bon, moi c'est Reset, toi ? »
Les yeux toujours fermés, les bras toujours écartés, Ilden dit automatiquement son prénom. Puis, soudain, écarquilla les yeux. Il venait de parler à une presque-inconnue, sans aucune hésitation, pourquoi ? Comment ? Mais maintenant, il ne pouvait plus rien dire, maintenant qu’il l’avait remarqué. Le truc c’est que, vu qu’il était tellement à l’aise, il avait oublié qu’il était avec une inconnue et pas avec Pia, il avait donc parlé ouvertement, mais maintenant il savait qu’il était en compagnie de quelqu’un dont il venait juste de connaître l’identité. Ses joues étaient rosies à nouveau, par la gêne.
Il se redressa et s’assit en tailleurs, comme Reset…Reset…étrange nom d’ailleurs…Bon, il avait peut-être mal compris parce qu’elle avait baillé…Bon, peu importe, il l’appellerait Reset, c’était cool..Enfin bon, il l’appellerait quand il parviendrait à lui parler. Mais il était très faible, mentalement en tous cas, physiquement, il pétait la forme, mais mentalement, il était encore au bord des larmes, alors peut-être s’adapterait-il à cette fille plus rapidement qu’aux autres. Mais ça, dieu seul le savait…Hoho, que dis-je, les dieux, c’était eux maintenant ! hoho ! Bref…
Il se redressa donc, les yeux ouverts à présent, et regardant dans ceux de Reset, le sourire aux lèvres, il souriait à pleines dents. Peut-être ne l’exprimait-il pas, mais il s’amusait bien avec elle, et il l’aimait bien quand même. Il posa son bâton à côté de lui, en sécurité. Ce pauvre bout de bois qui était resté dans un coin de son appartement pendant toute une année était devenu l’objet le plus important à ses yeux…étais-ce stupide ? La simple idée de casser ce bâton le faisait frissonner…Et il fallait avouer que la forme était plutôt cool ! Droit avec un genre de croissant de lune au-dessus. Peu importe où il irait, Ilden avait décidé de le prendre avec lui. Il avait l’impression, le sentiment, que cette chose pourrait l’aider plus tard.
Ses deux mains libres passèrent sur son visage, retirant la neige qui refusait de fondre, et couvrant toute sa tronche pendant quelques secondes. Puis, il secoua la tête, laissant tomber les plus gros flocons qui s’y trouvaient, puis, enfin, passa sa main gauche dans sa jungle de cheveux bru…blancs, épais et souples, laissant tomber une avalanche de givre et de neige sur le sol. Puis, il tourna son corps en face de Reset, et posa ses mains sur ses jambes nues en souriant. Il aurait vraiment aimé parler, mais il ne savait pas quoi lui dire, et il n’arrivait pas à dire ce qu’il lui passait par la tête. Mais pourtant, il voulait la connaître mieux car il avait le sentiment que lui et elle pourraient devenir de bons amis. Pour l’instant, il n’était pas forcé à lui parler, ce qui retenait sa nervosité. Il la regardait, c’est tout, attendant qu’elle dise quelque chose…Ou de trouver le courage de fuir pour ne plus avoir à lui parler et à subir sa timidité pour la millionième fois de sa vie…mort…je sais pas…
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Lun 26 Nov 2012 - 21:01
« Ilden. »
Reese sourit comme une imbécile, il avait parlé ! Ah, vu sa réaction, ce n'était pas vraiment volontaire. Mais qu'est-ce qu'elle s'en foutait ! Elle n'avait pas eu le temps de bien écouter sa voix, mais elle semblait douce et rassurante. Les joues roses, le garçon se releva et s'assit en tailleur après être resté un moment dans la neige. Reese ne disait rien, elle attendait un peu qu'il parle de lui-même. Il posa son bâton et lança un grand sourire à l'anglaise qui ne put s'empêcher de lui rendre. Il avait plongé son regard dans le sien. Ses yeux bleus, beaucoup plus clair que ceux de la jeune femme, attiraient cette dernière. Elle avait envie de les contempler longtemps, il lui rappelaient beaucoup de choses, et beaucoup de moments dans sa vie. Bleus comme le ciel au levé du soleil, bleus comme les grands glaciers, comme les plaques de verglas sur les lacs, comme la première lagune dans laquelle elle avait sauté, comme les yeux de bob l'éponge, comme ceux d'Alex. Une dernière larme involontaire glissa le long de sa joue, elle la laissa tracer sa route avant qu'elle ne s'écrase dans la neige. Puis elle sourit doucement, les yeux fixés sur … sur rien. Elle pensait tout simplement à la personne qu'elle avait aimé, non, qu'elle aimait.

Ilden aussi se « déneigea », même si les flocons ne fondaient pas au contact de sa peau gelée, ça devait être chiant. Reese regardait l'autre enlever le givre et la neige de sa tronche en souriant comme une abrutie, cette nouvelle rencontre l'enchantait plus que tout, elle sentait qu'elle et lui pourraient facilement devenir amis. Elle l’observait ainsi en silence, pendant … au moins cinq minutes. Cinq minutes pendant lesquelles elle put penser à pleins de choses, à toutes les choses qu'elles pourraient faire avec une personne comme lui. Le convertir à Harry Potter, faire la course dans la neige, s’entraîner à tous les sports du monde pendant une journée entière de séchage de cours, bref, lui transmettre ses passions et sa joie de vivre, comme elle l'avait toujours fais et comme elle se devait de continuer, pour vivre. Oui, elle était peut-être morte, mais bel et bien ici, en face de lui, mort aussi, mais ils respiraient, bougeaient et riaient, signes de vie ! Elle se sentait si heureuse d'être là finalement.
Bref, elle commençait vraiment à se les cailler, le cul dans la neige, complètement trempée, les cheveux couverts d'une multitude de flocons. Ils n'allaient sûrement pas poireauter là toute la journée ! Sans manger en plus … Reese se rendit compte à quel point elle avait la dalle. Non, décidément elle devait se bouger le popotin. La fatigue qui l'enveloppait ne semblait pas vouloir se dissiper non plus, son étrange pouvoir l’intriguait, elle allait essayer d'y réfléchir et de savoir à quoi pourrait-elle bien servir dans sa nouvelle incarnation.
Ces cinq petites minutes qui parurent des secondes à notre boulette avant qu'elle ne puisse enfin dise enfin quelque chose, faire bouger ses stupides lèvres qui devenaient bleues, la voix un peu plus dynamique qu'avant.
« Ilden donc, t'es pas très bavard, j'aimerai bien entendre ta voix, elle a l'air cool. » Elle se leva et s'essuya le cul frénétiquement de la main droite, lui tendant sa main gauche, avant de poursuivre.
« Enchantée donc. Bon, c'est pas tout, mais c'est que j'me les pelle dans la neige, en plus je crève la faim … Aller viens on va s'bouger un peu! »
Elle frissonna, mais tendait toujours sa main à la personne qu'elle estimait être son nouvel ami.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Lun 26 Nov 2012 - 21:42
Un silence gênant, aux yeux d’Ilden hein, beaucoup de choses sont gênantes pour Ilden , en particuliers en compagnie d’un inconnue ou, dans ce cas, d’une inconnue. Bref, un silence gênant s’installa, où Reset le regardait dans les yeux en souriant, et lui, il jouait avec ses doigts, regardant, pour la première fois, la jeune femme en détails. Il faut dire qu’il s’était mis à chialer presque directement après son arrivée, et qu’elle lui avait sauté de suis de sortes qu’il ne pouvait pas la voir. Bon, donc, elle n’avait pas l’air très grande par rapport à lui qui était une grande perche, peut-être pas très loin du mètre soixante-dix, sa poitrine était généreuse, elle portait, évidement, des vêtements d’hiver. Le garçon se sentit tout à fait anormal à cet instant, glissant les doigts de sa main gauche sur ses pieds-nus croisés, il ne pouvait même pas s’imaginer porter des chaussures tellement la température lui était idéale pour être pieds-nus. Les chaussures, rien que d’y penser, le faisait transpirer et crever de chauds, et il commençait à se demander quelles autres surprises lui réservaient ce pouvoir, parce qu’il ne voyait pas des masses en quoi être un apprenti-dieu du givre avait vraiment à voir avec le fait que son corps était si froid et supportait si bien les températures glaciales…Enfin si, ça avait un rapport, mais pas si direct ! C’était pas comme si…il pouvait former de la glace ou quoi-que-ce-soit…
Son esprit retourna vers la fille devant lui. Qui lui souriait à pleines dents, pleine de vie et de bonne humeur. Sa façon de parler et de se comporter le faisait penser à Pia, mon dieu comme elle lui manquait ! Mais cette fille deviendrait peut-être son amie ! C’était d’ailleurs ce qu’il espérait, et pour cela, il devrait faire des efforts et essayer de lui parler, malgré l’obstacle que cela signifiait au petit cerveau de t-Rex de Ilden. Depuis cinq minutes qu’elle l’observait, cinq minutes, et elle semblait s’être noyée dans le bleu de l’iris du dieu du givre, ce qui le faisait un peu rougir. Tout à coup, ses lèvres et sa voix s’activèrent, le garçon remarqua que ses lèvres étaient bleuies pas le froid. Combien de temps cela lui prendrait-il pour réaliser que la température n’était pas comme il la ressentait, c'est-à-dire carrément vivable en était à poils…Mais plutôt froide pour tout les autres. Il se sentit alors coupable de ne pas avoir proposé de rentrer plus tôt.
« Ilden donc, t'es pas très bavard, j'aimerai bien entendre ta voix, elle a l'air cool. »
« Huh ? » lança la petite voix timide du groenlandais.
On ne lui avait jamais dit, de sa vie comme de sa mort, quelque chose d’aussi tordu. Sa voix avait l’air cool ? Oulah, mais c’était quoi ça ? Un compliment ? Étrange nana quand même…Mais sympa, très sympa ! Il se promit intérieurement de faire des efforts de discussion.
Reset se leva, retira la neige de son pantalon dans sa…zone d’assise…Non vous moquez pas de moi, c’est même pas moi qui ait inventé cette expression mais Rupert Grint ! Je vous promets ! Il l’a dit ! Et c’est trop chou alors je la réutilise parce que j’imagine trop Ilden le dire ! Et, oui, je vous ratte des lignes parce que je veux faire plus long que ce que ça promet d’être ! Back to the point ! Elle fit donc cela et tendit sa main qu’Ilden regarda, la bouche entre-ouverte genre "hein ? Qu’est-ce qu’elle veut ?", et elle exprima son désir avec des mots :
« Enchantée donc. Bon, c'est pas tout, mais c'est que j'me les pelle dans la neige, en plus je crève la faim … Aller viens on va s'bouger un peu! »
Ah…Elle voulait qu’il lui prenne la main…Pour l’aider à se relever…Parce qu’elle avait froid et faim…Cette remarque fit sourire Ilden un peu plus largement, il passa sa main dans ses cheveux épais, arrachant malencontreusement un cheveu blanc qu’il garda dans sa main…Pour aucune raison. Bah on fait tous des trucs pas logiques parfois hein ! Puis il regarda la main à nouveau, hésitant à la prendre, tentant de dire quelque chose, ouvrant la bouche pour dire quelque chose, la refermant, rougissant, il n’avait pas envie de lui prendre la main, entre-autre parce qu’elle affirmait avoir froid, et des mains glacées et gercurées ne l’aiderait pas en cela … malgré ses mitaines. Après une bonne grosse minute d’hésitation, il approcha ses longs doigts fins de la main de celle qui semblait l’avoir accepté comme un ami, mais, au dernier moment, les retira doucement, la regardant dans les yeux, il se leva par lui-même, retirant à son tour la neige de son pantalon, il ramassa le bâton. Il sourit, il n’avait pas envie que la neige présente sur les mains de sa nouvelle amie gèle à cause de lui…Après une longue, très longue, à ses yeux, hésitation, il dit, tout bas :
« Je…hmmm… »Il baissa les yeux, assumant que ça serait plus facile pour parler. Il parvint à former une phrase complète, même si c’était tout bas et avec des hésitations ! Level up ! « Veux pas que tu tombes malade…à cause de moi…Je viens d’arriver…et connais pas du tout l’endroit…mais je te suis, promis. »
La tête baissée, il leva les yeux, rougissant, et un petit sourire éclaira ses yeux de glace. Il se baissa, et prit ses bagages. Puis, il regarda à nouveau Reset, à nouveau incapable de lui parler. Quelle quiche celui-là, mais il restait hyper fier d’avoir pu s’exprimer ! Mais c’était certainement parce qu’il était dans un état mental faible, et qu’il avait besoin de quelqu’un, cela le faisait se sentie égoïstes au possible.


Dernière édition par Ilden Sørensen le Mar 27 Nov 2012 - 17:48, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Mar 27 Nov 2012 - 17:46
Rester pendant une minute le bras tendu, c'est pas super confortable. Mais Reese avait du endurer de nombreuses souffrances bien pires qu'une petite fatigue musculaire. Se manger la tête sur le macadam dans une pente du haut de son vélo par exemple. La tronche raclée sur dix mètres, ça fais tout suite plus mal, elle a encore une petite cicatrice sous l’œil gauche, pas très visible. Elle s'est aussi cassé un bon nombre de fois les jambes et bras, ou fêlé ses épaules, c'est un bout de ciment maintenant. Les chutes en ski ou snowboard, ça pardonne pas. Revenons au sujet voulez-vous ? Ilden, alala il était mignon. Il passa sa main dans ses cheveux encore une fois, ça serait pas une sorte de tic par hasard ? C'était pas dérangeant du tout, elle était plutôt heureuse d'avoir pu découvrir quelque chose de nouveau sur lui, même un truc aussi con. Voyant qu'il se relevait, après une petite hésitation de dernière minute, elle baissa son bras en soupirant de manière inaudible, les muscles de ses bras enfin détendus. Une fois qu'il fut levé -cette grande perche- Reese nota qu'il était super grand le machin. Au moins une dizaine de centimètres de plus qu'elle, elle devait lever le regard pour lui parler correctement, c'était bizarre. Le seul garçon avec lequel elle avait du lever les yeux également, c'était Ron, le frère d'Alex. Le brun, le charrié, mais tout le monde l'aimait tellement, le rebelle de la bande, celui qui passait le plus de temps en retenue qu'en cours, il était vachement cool. C'est incroyable comme Reese voyait des souvenirs de ses anciens amis absolument dans tout, avant elle n'y pensait pas, elle n'avait pas eu le temps d'y réfléchir après la mort de Geoff, non, c'était la première fois. Elle passait décidément une bonne journée, malgré les larmes qui avaient mouillé ses joues rougies par le froid. Soudainement, un mot, une phrase.
« Je…hmmm… » Ilden tentait de lui dire quelque chose, elle attendit qu'il ait fini. Il baissa les yeux et entama une phrase construite, youpie ! « Veux pas que tu tombes malade…à cause de moi…Je viens d’arriver…et connais pas du tout l’endroit…mais je te suis, promis. »
Après ça, la tête encore baissée, il leva les yeux vers elle d'une manière la plus mignonne qui soit et esquissa un petit sourire, les joues écarlates.
Si elle s'était pas retenue, l'anglaise aurait de nouveau prit son nouvel ami dans ses bras. Sa manière d'agir était vraiment très mignonne aux yeux de la brunette, elle avait un peu du mal à rester plantée sur ses deux pieds, mais quand elle réfléchit, elle n'est plus impulsive, et alors là, elle reste bloquée. Pas de câlin. Au lieu de ça elle enleva sa mitaine gauche et … POUF ! Une boule de neige venant tout droit de la direction opposée fonça en plein dans la tronche de Reese et se planta sous son œil droit, avant de glisser pitoyablement et de se défragmenter pour tomber en moreaux sur le sol. La main encore en l'air, sa mitaine dans son autre main. Elle tourna la tête vers le sculpteur de boules, les sourcils froncés, et écouta ce qu'il avait à dire.
« Aller Alice ! Arrête de draguer les nouveaux et viens à la cafétéria avec moi et Jack ! »
Sans réfléchir elle lui lança, le poing lever en l'air.
« CHUI PAS ALICE ABRUTI, VIENS ICI QUE JE TE FASSE BOUFFER MON POING ! »
Le garçon, qui devait avoir lui aussi environ 18 ans, prit une tête choquée, manifestement, il s'était tromper de personne. Confus, il ne savait pas trop aller, Reese lui fonçait dessus, elle avait enlever sa veste, son écharpe et ses mitaines trempées avant de les balancer par terre et était partie en flèche, une boule de neige en préparation. Le mec courra pour sauver ses fesses, mais quand on fait du vol à l'étalage, on apprend à courir vite, la brune rattrapa sa proie sans peines et le cala entre sa poitrine et son bras gauche, lui étalant sa boule de neige et de glace en pleine tronche, prenant bien soin d'en foutre à l'intérieur du pull de sa victime. Moitié énervée, moitié morte de rire, elle lui frotta la tête de sa main mouillée et repartit en marchant vers Ilden, les yeux fermés, la poitrine gonflée, très fière de son coup. Elle voulait faire quoi déjà ? Ah oui. Avant de reprendre où elle en était, elle remit sa veste et son écharpe et fourra ses mitaines dans sa poches, ignorant totalement le jeune homme. Elle se retourna vers lui et fut contrainte à nouveau de lever les yeux, sans pour autant lever la tête, elle plongea son regard dans le sien.
Pat. Le bruit de la main mouillée de neige de Reese qui se pose sur la joue gelée d'Ilden. Sans aucune violence ni rien, juste posée. Le sourire au coin des lèvres, elle lui dit d'une voix calme.
« Si je te tend la main, c'est pour que tu l'attrapes, j'm'en fous de tomber malade, chui increvable, rien ne m’atteins – elle renifla – ouais enfin tu vois ce que je veux dire. Je sais pas où on se trouve, je sais juste comment retourner à l'internat … peut-être. Je suis arrivée hier, et je ne pense pas être plus avancée que toi. Aller embarque maintenant. »
Elle lui prit la main sans plus attendre et l'entraîna dans le grand bâtiment, à moitié entrain de glisser sur la neige, un grand sourire aux lèvres, le nez et les pommettes rouges à cause du froid, elle reniflait de temps à autres en jurant dans son écharpe, elle déteste avoir le nez qui coule.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Mar 27 Nov 2012 - 18:21
Doucement, Reset retira sa mitaine gauche, et Ilden se demandait ce qu’elle foutait, elle leva la main, et le garçon attendit la réception d’une gifle, les yeux fermés, ayant mal d’avance. Une brise et un petit –spotch- attira l’oreille pâle du jeune homme qui entrouvrit les yeux. A poudreuse avait un peu éclaboussé son visage d’homme, un peu d’eau aussi, qui se transforma en givre après quelques secondes de stagnation, mais Ilden se décida de l’ignorer, il suivit la descente du projectile givré des yeux jusqu’à son atterrissage, et releva les yeux vers la fille qui se tenait bêtement devant lui, de la neige sur la tronche, la main encore levée, tournant doucement la tête vers celle de son attaquant qui semblait s’être trompé de personne. Presque directement, la victime leva le poing en hurlant :
« CHUI PAS ALICE ABRUTI, VIENS ICI QUE JE TE FASSE BOUFFER MON POING ! »
Puis, elle se mit à courir, retirant sa veste, son écharpe, et ses mitaines, le garçon avait fui. Et Ilden était mort de rire. Il riait de bon cœur, et il ne pensait pas, depuis la mort de Pia, que cela arriverait. Des larmes montaient à ses yeux pour retomber sous forme de cristal, mais c’était des larmes de rire. Très vite, il dû s’appuyer à son bâton de marche pour ne pas tomber, la main gauche le tenant, la main droite sur son ventre comme pour maintenir les crampes qui étaient pourtant là.
De là où il se trouvait, les rires de Reset et les petits cris de peur étouffés par la neige qui, apparemment, se fourrait dans sa bouche, du pauvre mec, se faisaient entendre, ce qui ne faisait qu’accentuer son rire. Même sans voir la scène, il l’imaginait assez bien pour ne pas être capable de retenir son fou-rire. Beaucoup de personnes passaient à côté et, sans même s’étonner de la présence d’un garçon aux cheveux blancs et pieds-nus dans la neige, se mettaient à rire.
Puis tout s’arrêta, plus de petits cris, elle avait exécuté sa terrible vengeance et retournait vers lui. Il releva la tête, rouvrit les yeux, quelques petits éclats de rire traversaient son corps de temps en temps, mais c’était passé. Par automatisme, il passa son index droit sur son œil pour en retirer une larme qui n’existait pas et était restée collée à sa joue, il garda le sourire aux lèvres, en regardant la brunette remettre ses habits d’hiver, laissant pourtant ses mitaines dans sa poche, et elle leva les yeux vers lui.
Une main mouillée se posa sur la joue du groenlandais, ce n’était pas la gifle à laquelle il s’attendait stupidement, juste une main posée, d’ailleurs, elle avait réussi à l’atteindre sans peine, malgré leur différence de taille, mais ça n’avait pas beaucoup d’importance, parce que cette nouille avait posé une main gelée sur un corps froid, et elle était en train de se congeler ! Alors Ilden fit un petit mouvement pour s’en débarrasser avant qu’ils ne soient collés comme ça…Bon ça ne serait peut-être pas arrivé, affirmant la différence de température des deux corps…Et l’eau ça gèle pas si vite quand elle est qu’à 0°C…Enfin on sait jamais, donc il fit le mouvement de toute façon.
Il souriait pourtant encore, sa main gauche tenant son bâton, sa main droite dans sa poche de hoodie, il écouté Reset dire :
« Si je te tend la main, c'est pour que tu l'attrapes, j'm'en fous de tomber malade, chui increvable, rien ne m’atteins »
Elle renifla, Ilden garda son sourire mais haussa son sourcil droit en signe d’étonnement moqueur.
« ouais enfin tu vois ce que je veux dire. Je sais pas où on se trouve, je sais juste comment retourner à l'internat … peut-être. Je suis arrivée hier, et je ne pense pas être plus avancée que toi. Aller embarque maintenant. »
Sa main chaude se fourra dans la sienne, de main droite, et elle le tira vers le lieu vers lequel le garçon de la glace désirait se diriger au départ, lieu qui était certainement le bâtiment administratif, qui était aussi le lieu où cette nouvelle rencontre voulait aller au départ.
Ilden pensa un instant aux possibilités de leur rencontre au niveau des statistiques, étonnant quand même, il n’avait eu que peu de chance qu’ils se rencontrent, et pourtant, ça avait été le cas, et cela ne faisait même pas dix minutes qu’ils étaient ensemble, et ils se considéraient déjà comme des amis.
Invité
avatar
Invité
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Mer 5 Déc 2012 - 21:18
Suite du RP => Faim ... froid ... embarque, toi !
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé] - Sam 22 Déc 2012 - 19:49
Pour clôturer un rp, je vous invite à le dire par le lien suivant : ici

Sinon, le staff ne peut pas savoir où vous en êtes, heureusement que je vous ai vu sinon votre rp serait rester tel quel sans notation.

Ilden Sørensen : 360 xps
Reese Bowman : 300 xps
Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le jour où l'hiver s'abbattit sur l'académie [PV Reese] [Terminé]
» La Nuit me rappelle ce jour .... |Avec Constelation d'Hiver |
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page