Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room]

Invité
avatar
Invité
Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Mar 13 Nov 2012 - 21:43
J’avais ouvert les yeux…Mais je n’étais pas à l’hôpital, j’étais dans un lieu rempli de bâtiments, et d’êtres humains ! Je pouvais les voir…Étais-ce ça, voir ? Je distinguais les formes, les distances, je pensais même pouvoir marcher sans assistance, la moindre pierre, j’en distinguais la forme basique ! Troublée, je me levais à tâtons, bouleversée par cette nouvelle vision de notre monde, ma tête tournait légèrement. Une odeur envahi mes narines, cigarette. Je n’avais même pas remarqué qu’une silhouette, que je pouvais pourtant distinguer, se dirigeait vers moi. A quoi ressemblait cet homme ? J’en avais une vague idée, mais les précisions ne se faisaient pas, tout restait très basique. Il me tend des feuilles avant que je ne puisse lui poser la moindre question, sans avoir besoin d’une quelconque aide pour les repérer, j’empoignais les papiers, et suivis l’homme, après tout, il me le demandait, et je n’avais aucune idée de ce qu’il se passait. Cependant, le fait de pouvoir marcher sans l’aide de qui-que-ce-soit me troublait tellement que j’en oubliais toutes les questions, j’en oubliais même de dire à l’homme mystérieux que je ne pouvais absolument pas lire ce qui se trouvait sur les papiers qu’il m’avait donné. Après tout, je distinguais les formes, mais les choses planes m’étaient imperceptibles, planes comme un dessin, ou une écriture. A vrai dire, tout semblait si flou, mais je me disais que c’était mieux qu’avant.
D’ailleurs, depuis que nous nous étions mis en marche, je me trimbalais des bagages, je ne savais même pas d’où elles venaient ou si elles étaient à moi…Mais je ne posais pas de questions, chose étrange d’ailleurs, car je ne me laisse pas avoir si facilement normalement… Mais j’avais une confiance inhabituelle en cet homme. Nous traversâmes des portes gigantesques que mes nouveaux sens me permettaient de distinguer, mon guide s’arrêta, là, je me rendis compte que mon ouïe s’était nettement améliorée, dans ma tête, je me demandais littéralement :
*C’est quoi ce bordel ?* Mais je n’en exprimais mot.
« Bienvenue dans la Deus Académie, à toi de poursuivre ta propre route, d'assurer les cours et de te surpasser ! »
Deus aca…demie ? J’allais poser une question à l’homme, mais il disparut dans un écran de fumée.

Les papiers mystères serrés nerveusement dans les mains, je "regardai" autour de moi, observant la moindre personne, la moindre forme vague que je pouvais distinguer…C’était donc ça la forme d’un être humain ? D’un bâtiment ? D’un arbre ? Mon cœur s’accélérait, serrant les papiers dans mes poings, des larmes montaient à mes yeux, je sentis une boule se former dans ma gorge.
Nervosité ? Joie ? Désarroi ? D’où venaient ces gouttes salées ? Surement des trois. Je n’avais aucune idée de l’endroit où j’étais, je n’avais jamais cru en aucun dieu contrairement à mon père, mais étais-je au paradis ? Ou dans ce lieu inconnu dans lequel nous nous trouvons après la mort ? Oui, je devais être morte, mon corps était certainement froid et sans vie, les paupières fermées dans un cercueil, Lou, Will, Shaun, ma mère et mon père pleurant sur mon corps…
Une seconde voix d’émotion fit surface, puis, je me rendis compte que je pouvais enfin être indépendante. Je m’étais souvent sentie comme un poids pour mes proches, je pouvais maintenant évoluer seule, aller où je voulais, marcher librement en évitant les objets, les obstacles…Je ne savais pas si je voyais vraiment, mais peu m’importait, je distinguais les formes ! Deux larmes glissèrent de mes yeux, débouchant la fiole contenant toute l’eau que j’avais conservé pour ne pas me mettre à pleurer ; mes bagages inconnues et si familières en même temps toujours accrochées à mon corps, je me mis à courir, évitant tous les obstacles possibles, toutes les personnes que je croisais, si heureuse de pouvoir me déplacer sans assistance. Puis, je m’arrêtais. Non habituée à faire du sport, je m’étais épuisée très rapidement. Replaçant une mèche de mes longs cheveux derrière mes oreilles, je me remis en marche quand, enfin, je me rendis compte que je n’étais plus dans une chemise d’hôpital, mais dans un de mes ensembles préférés. Un teeshirt vert sur lequel, d’après ma mère, était écrit « I wanna see you Naked on Webcam », c’est l’ironie de la chose qui m’avait fait l’acheter, et il s’agissait de mon seul teeshirt qui avait cette matière épaisse, cela accompagné d’un jean qu’on m’avait décrit comme noir, et des converses noires aussi, apparemment. Je m’étais souvent demandée pourquoi les gens essayaient tant de me décrire les objets, de toute façon, je ne savais pas du tout ce que ça représentait ! Enfin bon, j’avais fait en sorte de m’acheter uniquement des vêtements aux couleurs qui, d’après les autres, allaient avec : vert, jaune pâle, noir, Ainsi, aucun risque d’assemblages bizarres !
Mais la chose la plus bizarre, c’est que ces vêtements se trouvaient là. Je me demandais soudain si, dans ces bagages s’était caché le reste de mes bagages, avec empressement, j’ouvris mon sac à dos, et, sans trop fouiller, je sortis on mp3 et mon casque. Enfin je pouvais voir à quoi ça ressemblait ! Heureuse comme tout, je posais le casque sur mes oreilles, couvrant une partie de mes cheveux, et j’allumai l’objet. Le chapitre de Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban continua dans mes oreilles, mais je poussai un cri et mis pause instinctivement. Je n’avais jamais écouté mes livres aussi fort…Mon ouïe s’était décidément bien améliorée !

Enfin bref, j'étais là, dans un endroit que je ne connaissais pas, les personnes marchant, et j'avais aucune idée de ce que je devais faire...C'était certainement expliqué sur ce papier à la con mais l'autre crétin avait apparemment pas tilté qu'il avait affaire à une aveugle...J'te jure! Bon, du coup je suis allée vers la première personne que je voyais, enfin, que je distinguais, et je lui tâta l'épaule avec mon doigt, pour qu'elle me voit. La personne, la jeune femme, se retourna, j'entendis un petit cris de surprise discret, certainement à la vue de mes yeux, mais elle dit avec douceur:
« Oui? »
Après une seconde, je répondis enfin:
« Dites, je viens d'arriver, et un mec est apparu et m'a passé un papier, mais de une, je sais pas lire, et de deux, comme vous pouvez le constater, je peux pas lire...Vous pouvez m'expliquer ce qu'il s'passe? J'ai deviner que je suis morte, mais j'ai pas pigé le reste...J'ai les oreilles plus sensibles et j'arrive a distinguer les formes, je sais pas pourquoi...J'avais jamais rien vu de ma vie moi... »
« Oh, ok, je vais t'expliquer et t'aider! »
La nana m'expliqua que j'étais dans une académie de dieu...Comment diable est-ce que j'avais été choisi pour être un dieu? Moi la délinquante aveugle...Enfin bon, voilà quoi...Donc je développais des pouvoirs et tout? Intéressant! Bref, elle m'indiqua la direction à prendre pour accéder à ma chambre, je la remerciai et suivit ses indications, la feuille froissée à nouveau dans ma main droite.

Arrivée devant l'étage des chambres, j'ai trouvé mon numéro de chambre uniquement parce que ils étaient un peu en relief sur la porte et que la « vision » le détectait. J'attrapai la poignée de porte, la baissa, et ouvrit la porte vers mon nouveau lieu de vie. Quatre lits, aucun occupé...Je pouvais donc choisir, et je pris celui dans le coin le plus fermé, j'ai toujours aimé me coller aux murs en dormant... Je m'assis sur mon lit, tout en continuant mon chapitre de Harry Potter en attendant que quelque chose se passe. Après tout, j'étais dans une académie de dieux, y aurait-il un seul jour ennuyeux ici?
Invité
avatar
Invité
Re: Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Lun 19 Nov 2012 - 22:37
Cela devait bien faire une bonne semaine qu'Aoi était arrivée à Deus Académie. Pourtant, depuis son arrivée, elle n'avait pas reçut la moindre chambre. En fait, excepté les deux-trois premier jours, elle n'avait pas dormit. Lors des premiers jours, la jeune fille avait tout bonnement occupée un lit de l'infirmerie. Après tout, elle s'y était réveillée. Ensuite, elle avait été gardé sous observation. Finalement, lorsqu'on lui avait donné son congé, Aoi était partit dès que l'infirmière avait eut le dos tourné. Résultat, l'infirmière n'avait pas pu lui dire d'aller voir à un local précis pour prendre ses effets personnels et la clé de sa chambre.

Quoiqu'il en soit, le manque de sommeil ne dérangeait nullement Aoi. En fait, la jeune fille demeurait pleine de vie malgré tout ce temps resté éveillée. Elle portait ses vêtements préférés. Soit un chandail blanc, pardessus une camisole noire. Ajoutons à cela une mini-jupe, un short dissimulé sous la jupe, ses longues chaussettes rayés et ses souliers simples. De plus, comme à son habitude, elle savourait le doux goût sucré d'une friandise. Pour le moment, il s'agissait d'une simple sucette à la fraise. Aoi marchait tranquillement dans les couloirs de l'académie, faisant rouler la sucrerie sur sa langue. Elle marchait, réfléchissant sur tout et rien lorsqu'elle fut interpellée par une voix masculine. Au tout début, la jeune fille aux cheveux mauves ne se retourna pas. Depuis son arrivée, quelques garçons avaient tenté de la draguer. D'autres, lui avaient carrément demandé si elle désirait faire un tour dans leur chambre. À chaque fois, ces dragueurs c'était pris un râteau retentissant. Certes, Aoi était une fille gentille, rieuse et enjouée, mais elle n'était pas une fille facile. D'autant qu'elle avait un certain mépris pour les pervers de ce genre. Elle demeura donc insensible aux appels de la voix masculine.

Cependant, lorsque le possesseur de la voix s'approcha, continuant d'appeler l'apprenti-déesse, cette dernière se rendit compte de son erreur. D'après le timbre et l'intensité de cette voix, elle appartenait clairement à un adulte. Il s'agissait donc probablement d'un professeur ou d'un autre membre du personnel. Aoi arrêta alors sa marche et se retourna. Elle avait eut raison, l'individu qui l'appelait était un homme qui devait avoir dans la quarantaine. D'après ses expressions faciales, il semblait quelque peu contrarié.


-Un problème, monsieur?

-Un problème! Cela fait quatre jours que tu aurais dû venir chercher tes effets personnels et la clé de ta chambre. Où est-ce que tu étais passé? Ou as-tu dormis? Dans la chambre d'un autre élève?

-Je n'ai pas dormi.

-Peu importe, ça ne me concerne pas.

L'homme lui remit simplement deux bouts de papier. Le premier indiquant l'endroit où elle devrait récupérer ses affaires et le numéro de sa chambre. Quelques minutes plus tard, Aoi avait récupéré sa valise. Elle contenait peu de choses. La jeune fille aurait espérée trouver quelque chose qui aurait éveillé sa mémoire déficiente. Cependant, aucun des objets à l'intérieur de la valise n'avait activé sa mémoire. Il y avait des vêtements et un collier très simpliste. Aoi prit le collier et le mis à son cou. S'il était à elle, l'apprenti-déesse n'avait aucune raison de ne pas le porter. Elle referma ensuite sa valise et se dirigea vers l'internat. Alors qu'Aoi se dirigeait vers la porte principale, un concierge vint lui interdire l'accès. Apparemment, une petite rénovation était en cours. Résultat, si elle désirait entrer à l'intérieur, elle devrait faire le tour du bâtiment et rentrer par l'autre porte.

C'était quelque chose dont la jeune fille n'avait nullement envie. Faire le tour du bâtiment, très peu pour elle. Au lieu de cela, elle demanda simplement au concierge quelle fenêtre correspondait à sa chambre. Une fois l'indication donnée, l'homme retourna travailler. Aoi se retrouva alors seule dans la cours. Elle jeta rapidement un regard autour d'elle afin d'être certaine que personne ne la verrait. Certes, tout le monde disposait de pouvoir dans cette académie, mais ce n'était pas une raison pour les montrer comme si de rien n'était. Une fois qu'Aoi fut certaine de ne pas être épiée, elle activa ses capacités. Disposant du pouvoir de la gravité, elle pouvait manipuler la puissance exercé par la gravité sur ce qu'elle touchait, du moins pour le moment. Ainsi, elle diminua fortement la gravité pour elle et sa valise. Puis, la jeune fille fit un grand bond, encore plus haut qu'un saut d'astronaute sur la lune. C'est grâce à cela qu'elle atterrit sur le rebord de la fenêtre de sa chambre, en un unique bond. La fenêtre étant ouverte, elle put rentrer dans la chambre sans problème. Elle aperçu alors une jeune fille dans l'un des quatre lits. La jeune fille portait un pantalon noir et un chandail vert avec la mention: I wanna see you Naked on Webcam.


**Webcam... C'est quoi ce machin?**

C'était une vérité, Aoi n'avait aucune connaissance de la nature de ce genre d'objet. En fait, les ordinateurs eux-mêmes étaient quelques choses de plutôt méconnus pour elle. Quoiqu'il en soit. Aoi posa simplement sa valise sur le sol. Sans dire un sol mot, elle ouvrit les tiroirs correspondant aux trois lits non-occupés. Grâce à cela, elle pourrait savoir si d'autres lits avaient été pris. Heureusement pour elle, un seul lit était pris pour le moment. Sans hésiter, Aoi choisit de prendre possession du lit à proximité de la fenêtre. La jeune fille rangea rapidement ses effets dans les tiroirs qui lui était attitrés. Puis, elle alla s'asseoir sur son lit. Il était désormais temps de faire les présentation.

-Désolé pour cette entrée soudaine. J'avais besoin de faire quelques petites vérifications. Je m'appelle Aoi Naymer.
Invité
avatar
Invité
Re: Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Jeu 22 Nov 2012 - 19:40
Un bruit feutré attira mon attention entre deux mots de Stephen Fry, je mis pause à mon lecteur et retira mon casque. Levant la tête, je ne vis rien du tout, quoique, de la fenêtre ouverte, aperçu une silhouette humaine se faufilant avec sa valise. Curieuse façon d’entrer dans un bâtiment…Enfin bon, chacun ses us et coutumes ! Fixant la fille rentrer et s’installer sans bouger de ma position confortable, allongée sur le lit au matelas super mou au point d’avoir l’impression d’être dans un nuage. Gardant les yeux fixant le mur devant moi comme si de rien n’était, mais pouvant, étrangement, observer la fille tout aussi bien.
Grande, surement plus âgée que moi, fine, bien formée, des longs cheveux, portant des vêtements amples et une jupe, elle avait choisi le lit le plus proche de la fenêtre qui, heureusement pour moi, était ouverte, sachant qu’une fois fermée, je ne pourrais certainement plus "voir" le monde extérieur. Il semblait en effet que ma vision consistait à la perception des reliefs plutôt que de la lumière et des couleurs comme les personnes voyant normalement.
Ma, apparemment et certainement colocataire finit de ranger ses affaires et s’assit sur son lit, deux lits nous séparaient ; une distance étrange pour moi je veux dire, j’étais habituée à toujours avoir quelqu’un près de moi, me tenant le bras ou quelque chose, et étrangement, je me sentis soudain seule et vulnérable. Je n’avais vraiment pas l’habitude d’être livrée à moi-même. Serrant les dents pour retenir les larmes de remonter dans ma gorge, je me penchai vers mon sac, chopant ma peluche, oui, j’avais une peluche que Lou m’avait offert peu de temps avant ma mort, un petit panda-roux qu’il m’avait dit. J’avais craint de ne pas l’avoir dans mes bagages, mais apparemment, elle était là, et j’étais rassurée. L’attrapant et roulant à nouveau vers la position que j’avais quitté, je répondis enfin à la présentation de Aoi Naymer. Caressant doucement cette peluche serrée contre moi.
« Je m’appelle Sen Choekyi, j'ai seize ans, enfin, je pense que je vais plus vraiment grandir maintenant...Enfin bref, enchantée, on est colocataires apparemment ! J’espère qu’on s’entendra ! J’ai jamais vraiment été amie avec des filles donc je sais pas ce que ça va donner, chui pas des masses féminine donc faudra m’excuser ! Tu sais qui sont nos autres colocataires ? T’es arrivée quand ? »
J’avais beaucoup de questions, honnêtement, mais je me retenais, je ne savais pas vraiment plus où j’étais ni ce qui m’arrivait. C’est bien beau de savoir qu’on est morte et qu’on a des pouvoirs mais c’est pas une raison. Mon envie de pleurer était passée, avoir ma peluche contre moi me faisait sentir la présence de mon petit-ami resté sur terre. Ca allait mieux. Même si je prenais doucement conscience de ma mort, que ma vie sur terre était terminée, que je ne verrai surement plus mon petit-ami, mes parents et mes amis, et que jamais je ne rencontrerai mon frère, que je ne pourrais plus évoluer alors que je n'étais qu'une ado. Mais c'était comme ça, je n'avais pas le choix.
Invité
avatar
Invité
Re: Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Dim 25 Nov 2012 - 1:44
Reese ouvrit les yeux. Hein ? Elle venait pas de passer plusieurs jours à errer, sans corps ni refuge dans les rues de sa ville natale ? Oula … Un mal de crâne d'incompréhension fit son apparition au centre de la tête de l'anglaise, la faisant grimacer. Bon, Reese, réfléchit maintenant, ah non, moins fort, tu te crames la cervelle, bon, lève-toi. Elle se leva, non sans mal, elle avait l'impression que ses jambes n'existaient plus, elle ne les sentait presque pas, pourtant elle se tenait parfaitement droite. Ses sensations revinrent violemment lorsque quelque chose tomba de sa poche. Le choc provoqué par la chute de l'objet avait tremblé dans tout son corps, jusqu'en haut de sa tête, lui ravivant sa migraine. Elle ne comprenait pas trop, mais se baissa pour ramasser avec douceur sa GBA collector Pokémon rubis qu'elle chérissait tant. Elle avait peur que ce ne soit la seule chose qui lui reste du monde d'où elle venait, car elle savait bien qu'elle était morte, et pour elle il était impossible qu'elle soit revenue sur terre.
Sa tête tournait un peu, elle n'a pas grand souvenir de ce qu'il se passa ensuite. En gros, un mec est apparu, lui a dit qu'elle était dans une sorte … d'académie chelou et lui a filé une feuille avant de disparaître dans un écran de fumée. Vous vous rendez compte à quel point c'est bizarre pour quelqu'un qui a la tête dans le gaz jusqu'au cul ? Elle a crut qu'elle était en plein délire psychotique ! Bon, bref, Reese avait plus ou moins compris qu'elle devait trouver la chambre qui lui avait été attribuée. Elle devait d'abord aller chercher ses valises, ce qu'elle fit, même si elle mit une bonne heure à trouver l'endroit où ses affaires se trouvaient. Mais elle fut tellement heureuse en les voyant là, devant elle, toutes réunies pour son plus grand plaisir ! Une valise, sa valise, sûrement pleine de ses vêtements, son ordi soigneusement entreposé dans sa sacoche, son ancien sac de cours, qu'elle avait laissé dans un coin de son salon pendant un an, il était un peu sale, mais le dessin de cactus mexicains qu'elle avait fait dessus restaient, la couleur orange originale du sac était un peu délavée, mais cela le rendait bien plus classe. Ajoutez à ceci son sac en bandoulière pokémon, assez volumineux puisque remplis de livres et de Cds. Et par-dessus le tout, ce qui faisait sa plus grande joie, son sac, que dis-je, son antre, rempli de crayons, de feuilles, de pochettes, de tubes de peintures, d'encres et bien plus encore. Elle devait l'utiliser pour travailler, au fond de cette antre se trouvait, quelque part, sa tablette graphique, mais bon, maintenan elle ne l'utiliserait plus que pour son passe-temps si elle devait se remettre à travailler, ralala elle allait se faire chier en cours. Bon, maintenant, elle s'est mise en route pour l'internat, toutes ses affaires sur son dos, commençant déjà à rager contre sa nouvelle vie trop dynamique, mais ça c'est l'habitude qui reprend le dessus.

Reese en avait ras-le-cul de tout ces gens qui lui donnaient des indications qu'elle ne comprenaient pas et finit par se perdre dans un couloir interminable. Quel idée de faire des travaux de rénovations dans un internat pour dieux aussi ! Nan mais merde ! Elle était là, au milieu d'un truc rectangle avec pleins de portes, une feuille dans la bouche avec le numéro de sa chambre (qui s'était effacé à cause de sa merveilleuse salive) et vas-y l'écharpe qui traîne par terre et qui se coince dans une porte, un livre qui tombe, son pantalon qui descend ... Au bord de la crise de nerfs et presque à bout de forces, Reese prit une grande respiration et se posa sur les marches d'un de ces maudits escaliers un instant. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il lui arrivait depuis tout à l'heure, lorsqu'elle avait ouvert les yeux. Son corps entier semblait plus sensible, elle ressentait chaque pas, les mouvements de l'air, les voix des gens lui semblaient vraiment uniques à chaque individu, le bruit de leurs pas, des battements de leur cœur. C'est comme si tout le monde entier était devenu son terrain de chasse, les autres êtres vivants devenant des proies à analyser. Mais elle ne faisait pas que ressentir, son odorat semblait lui aussi s'être développé. L'odeur des gens, de ce qui l'entoure, du vent et de la terre, tout lui parvenait sans problèmes. De plus un étrange tic s'était emparé d'elle, elle entrouvrait maintenant sa bouche lorsqu'une odeur lui parvenait plus difficilement que les autres, et la percevait aussitôt. Elle se sentait changée, sa peau plus douce, ses sensations plus fortes, et une grande fatigue. Elle avait envie de dormir pendant des jours sous sa couette, et avait du mal à résister à l'envie de lézarder dans l'herbe. Elle soupira, puis se leva à contre cœur, se collant une petite baffe d'encouragement pour trouver cette foutue chambre.
Au tiens, pendant qu'elle marche, je vais vous décrire ses fringues, comme ça ça sera fait, et je pourrais continuer. Son pantalon est un baggy très large, c'est son préféré, elle le met souvent lorsqu'elle a envie de glandouiller, de se promener dans l'herbe en marchant sur les mains ou juste pour traîner en ville. Il est en jean délavé, le genoux gauche déchiré, le droit fortement abîmé. Il descend au milieu de son derrière (magnifique au passage tiens … erm) ce dernier étant recouvert d'un calbart de mec blanc avec des cœurs rouge. Son débardeur est moulant, rouge foncé avec un poussin bleu entouré de bouteilles de vin vides. Oui, les vêtements de l'anglaise sont bizarre, mais c'est pour ça qu'on l'aime autant. Son cou est entouré d'une écharpe bleu clair rayé blanc, en laine, assez longue. Elle avait des chaussures mais elle les a foutues dans son sac, une belle paire de converses en jean qui commencent à se déglinguer.
Reese finit par (enfin) trouver sa chambre et ouvrit la porte en grand avec violence sans penser un seul instant si quelqu'un pouvait bien se trouver derrière.
« RAAAAH BORDEL C'EST PAS TROP TOT ! sur ces mots, son écharpe tomba à ses pieds, l'achevant, elle s'écroula à genoux sur le sol. Maiiis ... J'en ai marre de cette écharpe à la con ... »
Elle leva la tête et aperçut deux autres filles qui semblaient être en pleine discussion avant son arrivée. Prenant un air un peu plus sérieux, mais toujours au sol, le pantalon sous les fesses et le débardeur qui remonte, elle dit, changeant de ton de voix.
« Oh. Désolée pour cette entrée ... fracassante. Moi c'est Reese, et je viens de me taper un détour plus deux étages avec tout mon bordel sur le dos, et j'ai pas finit j'ai pas pu ramener mes affaires de travail qui sont encore en bas de l'escalier. J'ai 19 ans, chui pas du tout une pimbêche et j'espère que l'on va bien s'entendre. »
Elle se releva, essoufflée par toute son aventure pourrave, et s'écroula sur un matelas inoccupé, celui le plus près de la porte. Elle poussa un long gémissement de bonheur et de joie, étouffé par son matelas moelleux. Soudainement plus joyeuse, elle sautillait sur son lit.
« Eh c'est trop cool comme matelas ! Aller, je garde ce lit, comme ça je ferrai peur aux gens qui rentrent dans la chambre la nuit. Brrreeef. Elle souffla un grand coup avant de reprendre plus calmement, posant sa main froide sur sa joue gauche brûlante. Alors, vous, c'est comment ? »
Invité
avatar
Invité
Re: Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Mer 5 Déc 2012 - 16:54
La première rencontre d'Aoi avec ses compagnes de chambres promettait d'être particulière. À peine à jeune fille c'était-elle installée que la situation devenait particulière. Après s'être présentée à sa colocataire, cette dernière roula sur son lit et fouilla dans ses affaires, en sortant une peluche de panda roux. Elle serrait la peluche contre elle, la caressant, tout en retournant à sa place d'origine. Finalement, la jeune fille se décida enfin à se présenter. Ainsi, elle s'appelait Sen Choekyi et elle croyait avoir dans les seize ans. Puis, elle espéra qu'elles s'entendraient bien, lui avouant qu'elle avait peu d'amie et qu'elle était du genre peu féminine. Finalement, elle lui demanda si d'autres colocataires étaient arrivés et depuis quand elle était arrivée à Deus Académia. Par politesse, Aoi garda le silence pendant un moment, afin de s'assurer que Sen n'avait rien d'autre à ajouter.

-Eh bien, enchantée de te connaitre Sen. Pour mon âge, je serai franche, je n'en ai pas la moindre idée. En fait, je n'ai aucune idée de qui j'étais ou ce que j'étais avant d'arriver dans cette endroit. D'après l'infirmière qui s'est occupée de moi, il s'agit d'un cas sévère d'amnésie. Sûrement dû à un choc physique important ou bien encore un traumatisme. Je ne saurais dire lequel des deux est responsable de ma perte de mémoire. En soit, cela n'a guère d'importance, je recherche ici et là afin de me rappeler de mon passé. Je le retrouverai bien un jour. Autrement, pour ce qui est de tes questions. Je n'ai pas de réponse à te donner quant à nos colocataires. Je suis certes dans cette académie depuis plusieurs jours, mais je n'avais pas encore mis les pieds ici. Je viens d'arriver dans cette chambre. Cependant, j'ai l'impression que nous sommes les premières. Tous les tiroirs sont vide. Pas de vêtements, pas d'effets de toilette. Absolument rien. Sinon, j'espère aussi que l'on s'entendra bien. Quant au fait que tu puisses être un peu garçon manqué, ça ne me dérange pas. Ça pourrait même rendre notre relation plus intéressante... D'ailleurs, à ton avis, qui risque t-on d'avoir comme coloca-

Aoi ne put terminer sa phrase, car la porte s'ouvrit dans un grand fracas, en frappant le mur. La nouvelle arrivante commençant à gueuler à balançant une écharpe sur le sol. La nouvelle arrivante était bizarrement vêtu, avec son débardeur rouge, son pantalon descendant très bas et son caleçons masculin que l'on pouvait voir à cause du pantalon un peu trop bas.

**Qui c'est cette ahurie?**

La jeune fille enchaîna en décrivant son épopée épique dans les couloirs de l'internat. Elle se présenta également, dévoilant ainsi qu'elle s'appelait Reese et qu'elle avait 19 ans. Puis, après sa petite présentation, elle alla s'installer dans l'un des deux lits encore libre en lançant des phrases sur le fait qu'elle pourrait faire peur aux gens. Finalement, elle se tourna vers Sen et Aoi en leur demandant qui elles étaient.

-Salut, moi c'est Aoi Naymer. J'espère aussi qu'on s'entendra bien. Je reviens dans une seconde.

Aoi quitta la chambre par la porte et se dirigea vers les escaliers. Elle n'eut aucun mal à trouver les affaires de Reese. L'amnésique les empila une par-dessus l'autre et souleva le tout d'une seule main grâce à ses pouvoirs. Puis, elle retourna à la chambre, tenant les objets d'une seule main, comme l'aurait fait une serveuse avec une assiette. Elle déposa le tout sur le lit vide, au cas où certains objets seraient fragile. Temps du trajet, deux minutes. Sûrement assez pour que Sen et Reese aient fait les présentations élémentaires.

-Voilà pour tes affaires. Sinon, comme je disais à Sen. Je crois avoir dans les 18 ans. Cependant, c'est surtout une estimation, car j'ai un problème d'amnésie totale. Mes souvenirs ne remontent pas plus loin que mon arrivée à Deus Académia. Je me souviens de mon nom et de quelques petits trucs, mais rien de liés à mon passé.


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room] - Mar 12 Mar 2013 - 14:41
Rp clôturé pour cause de non réponse et de la suppression du compte de l'un des participants.

Aoi Naymer : 170 xps
Reese Bowman : 90 xps

Xps attribués : Oui
Nouvelle "vie", enfin nouvelle mort plutot... [PV: colocataires de The Sleepy Room]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouvelle Journée, Nouvelle Personne
» Samantha Montoya ( une nouvelle pas si nouvelle) [VALIDEE]
» [Terminé] Nouvelle école, nouvelle coloc' [Kim]
» Une nouvelle amie de nouvelle aventure [Privé : Petit Emeraude :) ]
» Une nouvelle de chez nouvelle!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page