Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

"En attendant Godot"

Invité
avatar
Invité
"En attendant Godot" - Jeu 8 Nov 2012 - 12:26
La mort se révélait bien ennuyeuse ce jour-là …
J'étais arrivée ici depuis un certain temps et, comme c'était déjà le cas de mon vivant, mes journées s'écoulaient lentement, monotones et solitaires. Je n'avais jamais recherché particulièrement le contact avec autrui, mais je devais bien avouer que l'idée de passer le reste de ma ''non-vie'' seule me semblait bien peu reluisante … Quand je voyais des groupes d'étudiants se balader dans l'enceinte de l'académie, badinant avec légèreté, je ressentais cette pointe d'envie au creux de l'estomac. Et un grand sentiment de vide dans le cœur …

Une fois n'est pas coutume, c'était seule que je tentais de passer le temps. Allongée sur un carré d'herbe fraîche, dans l'ombre d'un arbre aux racines noueuses, je contemplais l'empyrée à travers les trouées du feuillage qui dansait sous la légère brise. Les rayons du soleil, traversant la ramure, offraient un magnifique camaïeu de vert allant de la couleur d'une pomme pour les plus jeunes pousses au vert bouteille pour les plus anciennes. Au centre de cette vision, une tache de bleu -un bleu si pur, si serein- se découpait nettement. Ce que j'avais sous les yeux valait au moins tout autant qu'une toile de maître.

Mais après que mon intérêt pour cette vision se tarit -c'est-à-dire bien trop vite à mon goût-, je me retrouvai à nouveau sans occupation. Sans nouveau horizon vers lequel mon esprit aurait pu s'évader. Il restait toujours ancré dans la même idée : l'ennui. Non seulement je m'ennuyais, mais je me trouvais également lasse de tout. J'avais bien tenté de m'occuper par tous les moyens,, mais rien ne trouvait plus grâce à mes yeux en cet instant. C'était une journée magnifique, une de celle qui vous donne sourire et motivation. Et pourtant … La seule chose que je faisais depuis un certain moment -et j'étais totalement incapable de dire combien de temps ...- c'était rester là, amorphe, fumant cigarette sur cigarette. Je détestais cet état. M'allumant une énième clope, je soufflai, désabusée :

"Putain, qu'est-ce que je me fais chier …"

A ce rythme là, j'allais crever d'ennui. N'y avait-il donc rien pour me divertir et me sortir de cet aria ?
Invité
avatar
Invité
Re: "En attendant Godot" - Ven 16 Nov 2012 - 4:42
    C'était le genre de journée où il faisait bon de se prélasser au soleil, passer quelques heures couché tranquillement sur l'herbe encore fraîche, se laisser disparaître dans ses pensées. Oui, c'était ce genre de belles journées où on maudissait le ciel pour être enfermé dans un salle de classe à écouter des cours ennuyeux alors que visiblement certaines personnes préfèrent rester tranquillement allongés au soleil en fumant comme une vraie cheminée. Aedan avait aperçu cette petite forme ressemblant visiblement à un être humain alors qu'il avait le regarde perdu dans la fenêtre, trop occuper à compter le nuages plutôt que d'écouter ce cours merdique où rien de vraiment intéressant risquait de se passer. La pause vint enfin quelques minutes plus tard et notre jeune homme vit là une bonne occasion d'aller faire son travail de président et de remettre cette personne à sa place, aussi de prendre l'air... Mais ça il ne le dirait pas, fallait maintenir les apparences!

    Ainsi, notre jeune héros était passé au bureau de son professeur, expliquant que des besognes compliqués du Conseil le retiendraient quelques heures et qu'il reprendrait son retard durant ses temps libre. De toute façon, y avait-il vraiment un risque qu'il manque quoi que ce soit? La matière enseignée était tellement simple qu'il n'avait même pas à faire ses devoirs pour pouvoir avoir des 100%, faut croire que la difficulté de l'éducation est allé en descendant durant les années où il était dans le néant qu'est la mort. Il l'avait eu bien plus dur durant sa courte période sur terre, apprenant des choses bien plus complexes que ce qu'il voyait dans les cours d'un académie pour Dieux... Soit ils avaient abaissés le niveau de cours pour accommoder tout le monde, soit il était vraiment un niveau au dessus de tout le reste... Mais peu importe, il se dirigeât finalement en direction du parc aux abricots, un peu à coté de l'internât, là où cette fameuse personne séchait les cours sans se soucier des conséquences.

    Aedan prit une grande respiration, appréciant alors l'air frais et la belle température, oubliant quasiment son objectif. Faut dire que c'était une très belle journée et que le fait qu'il était débarrassé de ses cours pour le reste de la journée lui donnait une sincère envie d'aller se prélasser au soleil... Mais avant ça il devait renvoyer une certaine personne en cours puis ENSUITE prendre sa place au soleil. S'approchant, il put remarque que cette fameuse personne semblait être une fille, très fumeuse d'ailleurs à en croire le nuage de fumée qui quittait ses lèvres aux trois secondes. Il se positionnât juste au dessus d'elle, un air assez neutre au visage, comme s'il n'avait vraiment pas envie de faire quoi que ce soit en ce moment.

    «Bonjour... On sèche ses cours?»
Invité
avatar
Invité
Re: "En attendant Godot" - Ven 16 Nov 2012 - 17:37
Carré bleu sur fond vert. Carré bleu sur fond vert … L'ennui dans lequel j'étais plongée était tel que je continuais à fixer ce détail, encore et encore, malgré le peu d'intérêt qu'il m'inspirait. Un carré bleu … sur un fond vert … Je soufflai, désabusée. A bien y réfléchir, au lycée aussi je m'emmerdais. Assez régulièrement même. Il faut dire que je n'étais pas particulièrement populaire -je n'avais jamais chercher à l'être d'ailleurs-, que je n'aimais pas particulièrement traîner à la bibliothèque et que les divers clubs et cercles sportifs étaient fréquentés par des gens qui avaient le don de m'agacer au plus haut point. On m'avait bien malgré moi classé dans le groupe des associables. En vérité, je n'étais pas misanthrope, je ne voulais juste pas avoir affaire à des cons. Ni plus, ni moins. Et le meilleur moyen que j'avais trouvé pour y parvenir était de ne fréquenter quasiment personne. Mais j'entamais une nouvelle vie. Nouvelle, oui … Elle serait différente de celle que j'avais précédemment menée. Elle devait l'être. Mais pour ça, je devais me bouger au lieu de rester dans mon coin.

Alors que je m'apprêtais justement à me motiver à faire quelque chose de ma carcasse, une tête apparue dans mon champ de vision. Un garçon me fixait, l'air étrangement las. Ses yeux d'un brun chaud laissaient transparaître une pointe de sévérité sous ses sourcils légèrement froncés. Je ne l'avais jamais vu, ou du moins, son visage ne me rappelait rien : si je l'avais croisé, je n'en avais pas garder grand souvenir, comme pour la plupart des étudiants d'ailleurs … Mais cette soudaine apparition m'inquiéta : avais-je fait quelque chose de mal ? Et les paroles qu'il prononça n'arrangèrent rien …

Si je séchais ? Techniquement, oui. Mais les cours ne m'intéressaient pas. J'avais obtenue mon diplôme à la fin du lycée, c'était amplement suffisant. D'autant plus que, maintenant que j'étais morte, les études ne me servaient plus à grand chose. Alors oui, je m'étais autorisée une pause. Mais toujours est-il que son intérêt à ce propos m'interloquait. Et, à ce que je sache, lui aussi aurait dû être en cours. Et de ce que j'avais cru comprendre, seuls les membres du conseil étaient en droit de manquer des cours. Les membres du conseil … Oh merde, je comprenais enfin … J'espérais que je n'avais pas affaire à l'un d'eux (j'aurais dû me renseigner à leur sujet) ou bien je ne donnais pas cher de ma personne.

Face à l'incertitude, il valait mieux que je la joue finement et que je fasse profil bas. Je me redressai lentement et affichai un pâle sourire à mes lèvres, espérant que cela donnerait du crédit à mon histoire.

« Salut … Je sèche pas … Pas vraiment en tout cas. C'est juste que je me sens pas très bien à cause de la chaleur. 'Fallait que je prenne l'air avant de tourner de l'œil ... »
Alors que je prononçais cette excuse totalement bidon, je jetai un regard au petit monticule de mégots à côté de moi. ''Prendre l'air'', hein … Il aurait été plus judicieux de trouver une autre justification. J'étais grillée. Complètement … J'espérais que cet inconnu, s'il faisait bien partie du conseil comme je le craignais, passerait outre mon mensonge minable et éhonté …
Invité
avatar
Invité
Re: "En attendant Godot" - Mar 20 Nov 2012 - 3:53
    Les bras croisés, un petit air sévère au visage grandement caché par la forte impression d'ennui qu'il dégageait, Aedan fixait cette jeune fumeuses aux habitudes visiblement pas très bonnes pour la santé. Un coup de chaleur disait-elle? Alors comme ça la cigarette et le prélassement au soleil aide contre le coups de chaleurs... Aod n'était pas médecin, mais il savait au moins que des coups de chaleurs on soigne ça en restant à l'ombre, dans une salle froide avec une compresse d'eau froide sur le front, pas au grand soleil avec le vent chaud qui vous frappe de plein fouet. Mais bon, d'un autre côté, grâce à tout cette histoire il pouvait lui aussi profiter du soleil et du bel air frais plutôt que d'écouter des cours ennuyants qui laissaient fortement à désirer niveau difficulté... Juste le cours de philosophie... Tellement facile que le garçon pouvait littéralement se permettre de dormir en classe et de quand même avoir des 100%.

    «Ha bon, tu serais pas mieux à l’infirmerie non? Pas que ça me concerne de toute façon, au final tu me fais manquer légalement des cours ennuyeux, donc je vais pas me plaindre.»

    Considérant qu'elle ne pleurait pas sur sa présence, autrement il la retournerait en cours direct, Aedan prit le temps de prendre une bonne respiration, se postant un peu plus à côté d'elle plutôt que de rester planté en arrière comme un poteau. Enfin, il disait ça, mais on sait presque tous qu'il allait probablement juste repartir l'air un peu triste si elle lui faisait signe qu'elle voulait être seule, mais malgré le fait qu'il trouvait que maintenir des relations était chiant, Aod aimait bien rencontrer de nouvelles personnes, alors autant lancer la discutions. Enfin, lancer la discutions... Il était un gars après tout, niveau papotage il n'était vraiment pas un pro, au contraire, il était un vrai pied. Mais bon, forces-toi Aedan... Forces-toi!

    «Au vue de ton excuse pour éviter les cours, j'imagine que tes nouvelles par ici?»

    Bravo! Bon début! Magnifique! Enfin, pas tant que ça quand on considère que pour le moment il a l'air d'un vrai pervers planté là comme un idiot, trop gêné pour tenter de s'asseoir. Pour le moment, autant essayer de briser la glace et de lancer la discutions... Il n'y avait pas vraiment a s'en faire, Aedan est un grand sociable et une personne généralement peu gênée, bien qu'il ne le laissait pas paraître pour le moment, dé que ça serait lancé il pourrait se relâcher, il n'étais pas un pingouin quand même!
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: "En attendant Godot" - Mar 12 Mar 2013 - 14:28
Rp clôturé avec la suppression du compte ci-dessus.

Aedan "Aod" Klyde : 145 xps

Xps attribués : Oui
"En attendant Godot"
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» En attendant Robin
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» En attendant la gendarmerie haitienne...
» EN ATTENDANT LE DEVEROUILLEMENT DE MON FORUM !
» Quoi écouter a 2h du Mat en attendant l'ouverture de LC!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page