Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

La classe, la classe... Arf. [PV l'Historien]

Invité
avatar
Invité
La classe, la classe... Arf. [PV l'Historien] - Sam 2 Juin 2012 - 22:26
    Après avoir visité l'extérieur de l'école, après m'être fait à l'idée que j'étais ici pour devenir un " Dieu ", il fallait bien que je visite l'intérieur des bâtiments, là où j'aurais cours, là où je verrais d'autres personnes comme moi. Je connaissais le fonctionnement d'une école dans le monde des vivants, dans le monde des êtres humains, seulement ici j'ignorais encore trop de choses et a commencer par ce qu'on allait m'enseigner. Car, devenir un Dieu est quelque chose de très alléchant, seulement pour y parvenir je me doutais très fortement que se serait assez difficile et que nos enseignants ne nous faciliterez aucunement la tâche.

    J'entrais donc dans le bâtiment où aurait lieux tous mes cours, de grands couloirs s'offraient à moi, de nombreuses portes laissaient comprendre la quantité d'élèves que pouvait accueillir l'établissement, c'était vraiment impressionnant. J'en emprunté un au hasard, je verrais bien où ça me mènerait, je faisais juste en sorte de pouvoir retrouver ma route afin de pouvoir ressortir tranquillement.

    Je regardais par les portes à moitié vitré l'intérieur des classes, elles étaient toutes relativement simples, ressemblant plus ou moins à celles chez les humains. Après quelques minutes de marche, je m'arrêta devant une classe, la curiosité m'envahissait de plus en plus et je dois bien avouer qu'aller y jeter un oeil de plus près, était très intéressant. D'abord un regard vers ma droite, puis vers ma gauche : personne, ce n'est pas si étonnant que ça. La poignet baissée, j'entrais donc dans la salle de classe vide : un grand tableau vert parcourait le mur, les tables et les chaises étaient toutes rangées soigneusement, les unes derrière les autres dans une symétrie presque effrayante. Je marchais au milieu d'une rangée, ma main touchant au passage le haut du dossier des chaises, les fenêtres donner une vue splendide sur l'extérieur. Arrivé au fond de la classe, je m'assis sur une des chaises, je visualisais déjà mon premier cours, le premier professeur que j'allais rencontrer, espérant au plus profond de mon être que ce serait complètement différent de tout ce que j'avais connu, de tout ce qu'on avait essayé de m'inculquer...

    Je soupirais déjà, ayant trop peur de revivre à nouveau le même calvaire. Je mis ma tête dans mes bras, comme pour dormir alors que je me contentais de rêvasser, j'avais presque oubliais l'endroit où j'étais et que, peut-être, je n'étais pas encore autorisé à me trouver là...
Invité
avatar
Invité
Re: La classe, la classe... Arf. [PV l'Historien] - Lun 4 Juin 2012 - 3:25
Quelques jours déjà étaient passés depuis mon arrivée, j'avais eu entre autre le temps de me familiariser avec les différents lieux bien que certaines soient encore inaccessibles. J’eus le plaisir de ronfler tout mon saoul dans ma chambre définitivement accueillante. J'avais croisé quelques élèves, souvent seuls, parfois en petits groupes. Mais je n’eus que rarement l'occasion d'aller leur parler, trop occupé à faire autre chose. J'avais toujours quelques mots à échanger avec les trois directeurs, une question par ci, une autre par là quand j'avais la chance de les croiser. Je passais aussi une grande partie de mon temps dans ma chambre, dans la salle des professeurs et dans la grande bibliothèque afin de préparer mes prochains cours. Je trouvais triste d'ailleurs à ce moment là de ne pas avoir put rencontrer plus souvent mes collègues. La plupart aussi très rapidement, après tout, cette Académie semblait comme un enfant qui vient de naître et tout un chacun s'évertuait à mettre en place ce qu'il pouvait. J'avais ouïe dire que certains cours avaient déjà commencés, mais je n'avais pas encore la tête à ça, il fallait me préparer plus amplement histoire d'être réellement prêt face à mes élèves.

Comme si j'avais besoin d'être prêt ? Je savais déjà tout, sur tout. Tout du moins j'étais capable de tout décrire, chaque minutes de l'histoire du monde m'était connue, chaque personne à travers le monde ne m'était pas inconnu. J'étais devenu totalement omniscient depuis mon arrivée à l'Académie. J'avais cependant des limites, je ne pouvais en aucun cas savoir ce qui se passait dans l'Académie, mon pouvoir ne semblait agir que sur terre. Et même là, si je pouvais voir chaque personne dans l'intimité, il m'était tout à fait impossible de lire dans les pensées. De façon très inconscient j'étais le spectateur d'absolument tout et ce à travers les millions d'années d'histoire. Au début, il me paraissait étrange d'avoir vu vraiment des dinosaures...je n'en avais bien sûr jamais vu, mais avec mon pouvoir c'était comme si j'avais marché à leurs cotés. Et je ne sauras dicter ici le nombre d'étrangetés que mon pouvoir a été susceptible de me faire voir. Quoiqu'il en soit, bien que je sois le témoin de l'ensemble, beaucoup de choses m'échappaient encore. Littéraire depuis longtemps, je ne comprenait fichtre rien au procédé des radiations, de fission nucléaire, d'appareils technologiques. Disons que je connaissais chaque invention, chaque procédé, chaque nouveauté de par leur noms et leur utilité. Mais pour ce qui était de savoir comment cela fonctionnait, c'était une autre paire de manche. Fort heureusement pour moi, la Grande Bibliothèque était une source inépuisable d'informations dans laquelle je complétais chaque jour mes connaissances.

Trêve de discussion sur mes aptitudes, ce jour là justement je prenais un peu de repos. C'est une cigarette au coin de la bouche que je me baladais dans les bâtiments des classes. L'endroit était plutôt vide et inanimé pour le coup. Logique étant donné que la machine des cours n'en était qu'au démarrage. Je ne savais pas encore quelle salle allait m'être attribué, mais je m'en moquais un peu...quoi qu'en tant qu'ancien professeur universitaire et maître de conférence, j'aurais aimé pouvoir les faire dans un amphithéâtre. Il y a bien entendu des amphithéâtre dans cette académie, mais alors que je marchais dans ce bâtiment je n'en avais pas encore croisé. Peu importe car je vis une porte entrouverte et jetais un coup d’œil curieux à l'intérieur. Rien de bien déroutant, des chaises, des tables, un tableau vert...j'en fut presque déçu, par rapport à la magie qui semblait opérer un peu partout, la banalité de cette classe était troublante. Ce qui était moins banal était le jeune homme assis au fond de la classe, couché sur la table face à lui, la tête posée sur ses bras.

Bien entendu...je savais déjà qui il était. Aujourd'hui je m'y suis habitué, à ce moment là, ça me dérangeait encore un peu. Je tapais à la porte histoire qu'il remarque ma présence et, la cigarette toujours au coin de la bouche, je vins m'asseoir tout au fond, juste à coté de lui. Prenant une attitude très négligé. Je faisais pencher ma chaise en arrière si bien qu'elle ne tenait plus que sur deux pied. Ma jambe gauche pendant négligemment contre l'un des pieds levés tandis que ma jambe droite, pliée, posait le pied sur la rebord de la table face à moi. Dans un grand soupir je pliait mes bras derrière ma tête et mes mains se joignirent sur ma nuque. Grâce à ma jambe plié je me faisais pencher d'avant en arrière. Drôle de manège me dirait vous...surtout pour le vieil homme que j'étais en réalité. Mais que voulez vous, retrouver le corps de mes 25 ans m'avait très vite redonné une attitude très jeune et insouciante. Seul mon esprit et mes paroles restaient en accord avec mon âge.

- Nouveau ici je suppose...Azilis Oden.

Si jusque là il n'avait peut-être pas forcément l'intention de faire attention à moi, ce qui, connaissant sa vie, était une possibilité, j'espérais qu'entendre un parfait inconnu l’appeler par son nom et prénom lui délierait la langue. Mais sur ça, je n'avais absolument aucun contrôle.
La classe, la classe... Arf. [PV l'Historien]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Haiti a la recherche de sa classe moyenne
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???
» Chaud Gun ou Gun chaud (ça fait plus classe)
» La décapitalisation de la classe moyenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page