Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Retour à la place de l'horloge.

Invité
avatar
Invité
Retour à la place de l'horloge. - Mer 31 Oct 2012 - 18:04
Cela faisait plusieurs jours que l'académie était devenue une terre connue. Outre les problèmes relationnels entre Shaad & lui, outre les problèmes tendancieux quant à la répartition mixte des chambres - il refusait toujours de dormir seul dans une chambre pleine de fille, par exemple, même si de sombres affaires concernant sa vie sexuelle avaient pu exister (étayant le propos de Maya, la fille du directeur Isanagi.) -, il fallait au moins qu'il garde en tête la réalité des choses - ce qui était une formulation ironique pour un monde fantastique et onirique - : ils étaient là pour être formés, il étaient des apprentis-dieux. Et c'est tout ce qu'il savait. Ils attendaient le retour de Deus. Oui, l'entité - du moins, ils l'imaginait - anthropomorphique qui était le fondateur du lieu présent. Mais que pouvait-il bien faire d'une armée d'âme morte accédant au statut de divinité ? Sachant qu'il avait fait son enquête, une certaine disparité existait entre les dieux : certains étaient plus forts que d'autres. Les professeurs, quant à eux, étaient de véritables blagues : ils étaient à peine plus fort que leurs élèves ... Omettant les journées chargées - dont il était en train de sécher quelques activités -, il avançait difficilement dans cette nouvelle vie (ou existence, l'un étant plus correct que l'autre.) Pourquoi ? La réponse était plutôt simple : il manquait d'objectifs à long terme, ce qui le poussait à réfuter l'autorité de ceux la possédant.

Ainsi, cela avait commencé par une bataille dans le réfectoire, un combat épique, débuté par un lancer de plateau épinard dans le visage de l'infortuné Shaad Princeton, un magnifique garçon à la queue-de-cheval, possédant une arme scellant les dragons. L'hôte de celle-ci lui était inconnu, aussi, il s'était principalement occupé à déclencher une rixe généralisée. Un peu plus tôt, il avait aussi défoncé la porte du bureau d'un des directeurs pour forcer sa fille à se confronter à son géniteur, qui, maladroit, n'avait fait que décevoir cette dernière. Et depuis ? Rien du tout. Un drôle de rêve, des journées qui se répétait, une routine qui s'installait, des lieux qui commençaient à devenir des lieux fréquentés quotidiennement. Il ne connaissait pas encore beaucoup de gens, mais derrière lui, une rumeur d'un chevalier de la lumière un peu loufoque commençait à se répandre, puisqu'il n'avait d'autre meilleure activité que de mettre un peu de désordre (un désordre qui n'était pas, cependant, pernicieux ou même dangereux, juste bordélique) là où tout semblait extrêmement plat. Car oui, la Deus académia était ... Ennuyeuse au possible, passé la découverte des lieux. Il s'accrochait cependant à la possibilité qu'il n'avait pas encore TOUT découvert. Le conseil des élèves, très mystérieux (Ou simplement inactif?!), la directrice au nom d'oiseau (si elle était omnisciente, la foudre risquait de le frapper, ahaha), mais aussi les profs, des élèves eux aussi un peu foufous. Et les missions sur le terrain.

En effet, il était un homme de terrain et pas autre chose : il ne se sentait bien que lorsqu'il se battait pour quelque chose d'honorable, aussi, c'est pourquoi il était très souvent dans le centre d'entraînement ou dans la cour, une épée en bois, en train de s'entraîner pour perfectionner son maniement de l'épée, son arme de prédilection. Sa véritable identité était toujours aussi secrète et cela lui plaisait beaucoup. Isanagi n'avait pas fait le lien grâce à l'épée dorée, Maya ne semblait pas avoir tilté - peut-être qu'elle ne connaissait pas sa légende, ce qui, il devait l'avouer, l'arrangeait bien pour le coup - et Shaad n'en savait rien. Pour résumer, Atios était toujours aussi incognito qu'a son arrivée. Il était midi. Il était l'heure de prendre une pause et le réfectoire était littéralement pris d'assaut par les élèves. Atios, pour une fois, avait anticipé la veille et avait préparer de quoi manger au calme, loin de tous les risques de combat généralisé de purée de pomme de terre. Cela devait faire deux jours qu'il avait parlé à Maya et il lui restait deux jours pour savoir si oui, ou non, il désirait dormir dans la même pièce que cette dernière. Oui, rien que ça.

Et encore une fois, son indécision s'imposait, car sur son honneur chevaleresque, il ne pouvait décemment pas savoir ce qu'il désirait vraiment. Lui, ne se considérait pas comme un être humain, mais comme un outil, un outil qui répondait à sa propre volonté ; un outil là pour les autres, mais incapable de détenir des liens profonds avec son entourage. Il lui était impossible de choisir.

Maya, vraiment, tu me poses décidément une colle...

Cette phrase, pour lui-même, s'était échappée de ses lèvres roses, préoccupées, alors qu'il avalait son sandwich en silence. La place était vide et les bancs étaient secs. Malgré l'automne et ses habitudes climatiques, ici, il faisait bon, aussi, son manteau et son écharpe était légèrement de trop pour le soleil environnant. Mais il ne fallait pas se voiler la face : l'hiver approchait, les feuilles mortes jonchant le sol en étaient la preuve la plus concrète. Le vent était frais et semblait annoncer que cela allait empirer avec le temps. La valse de ces deux acteurs promettait un spectacle agréable de couleurs tantôt sombre, tantôt claires, mais aussi de ces sales petites poussières qui viennent saluer votre œil et vous forçant à le frotter jusqu'aux larmes. Quant à la tenue d'Atios, elle était halloweenesque. Il ne ressemblait pas à un monstre, comme beaucoup d'autres élèves, non lui, il ressemblait simplement à un gentleman anglais du XIX siècle. Un haut-de-forme, un costume typique et ses divers éléments (pantalon, cravate, chemise blanche, etc), une longue cape noire, faisaient le costume simple, mais dans le thème de la saison, du jeune garçon, en train de manger en silence. C'est dans cette ambiance de paix et de quiétude naturelle que quelqu'un monta sur scène, pour rejoindre le jeune homme lors de sa collation zénithale.


Dernière édition par Kurokami Atios le Sam 3 Nov 2012 - 16:14, édité 1 fois (Raison : Erreur dans le sujet.)
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Mer 31 Oct 2012 - 19:18



Maika Shuken

Deus Academia

16 ans ▬ Elève ▬ Palier : 1



La rencontre


▬ Hey ! Salut toi ! Pourquoi tu es tout seul ici ? C'est plutôt triste comme situation !


Flash Back :

La charmant jeune fille venait d'arriver à l'école, Maika ne savait même pas où elle se trouvait. Elle vit un Monsieur, qui ressemblait à un acteur de film burlesque, lui tendre des documents surement administratifs . La jeune femme regardait autour d'elle et se demandait où pouvait-elle bien se trouver. Après plusieurs minutes d'observation, l’adolescente regarda les papiers : Chambre 18, divination des natures et autres directives dans ce genre-là. La demoiselle prit ses bagages avec elle et entra dans le magnifique bâtiment, à l'intérieur, elle regarda les deux valises et elle se dit : *comment j'ai eu ses deux valises moi ?! Tout cela est bien étrange*. La jeune Shuken haussa les épaules et remarqua certaines indications et une en particulier attira son attention : Une pancarte en forme de flèche vers la droite avait était gravée des chiffres 1 et 20. Maika était déjà allé dans un hôtel alors, elle comprit que sa chambre se trouverait par là, elle marcha le long du couloir rempli de lumière, et arriva devant la porte de la chambre 18. La jeune femme poussa la poignée de la porte et entra dans une chambre géante vraiment luxueuse et spacieuse, la fille en avait les yeux qui brillaient. Elle parcourra là sale de fond en comble et découvrit un lit en bois couvert d'une couverture de couleur verte, l'on pouvait y voir des fleurs et des plantes de toutes les couleurs et de toutes les formes et sur laquelle était brodé : Maika Shuken. Juste à côté, se trouvait une grande armoire elle l'ouvrit et y rangea toutes ses affaires. Après cela fait, elle s'allongea dans le lit et fit une sieste.

Un bruit sourd retentit dans toute l'école se qui, par miracle, réveilla Maika de sa sieste, cette dernière qui était en pyjama et chausson ouvrit son placard et y choisit des affaires alléatoires comme à son habitude :

Spoiler:
 

Après avoir vite enfilé sa tenue, le jeune fille sortit de l'école pour aller gambader dans les nombreux jardins, elle alla faire un petit tour dans la foret. Ce moment fut été comme un révélation pour elle, l'adolescente se sentait comme en osmose avec la nature, cette dernière faisait comme murmurer des choses à Maika, quel pouvoir fascinant avait-elle là. Elle en sortie et continua sa petite balade, elle sautillait à droite à gauche et bien sur, Maika tombât sur la cafétéria, à, c'était la catastrophe. Le jeune Maika entrecroisa ses doigts et restât là, seule, à regarder la cafétéria, quand, tout à coup, elle courut à l'intérieure du restaurant. Au moment où elle avait repéré le comptoir, elle se précipita et alla demandé un sandwich au poulet à emporté ! Après quelques petites minutes, la jeune femme fut servit et repartit aussi tôt arrivée. Tout en mangeant son sandwich, elle fut attirée par une belle place dirigée par une énorme horloge et ses sujets horloge. Elle scruta du regarde toute la place et finit, et heureusement, par remarquer un jeune homme vêtu tel un sorcier d'histoire pour enfant. Elle put entendre une petite phrase lui échappée de la bouche :

▬ Maya, vraiment, tu me poses décidément une colle...

Maika eu de la peine pour lui, elle attendit un instant et elle marcha en sa direction, elle se stoppa net devant le jeune homme et lui afficha un sourire que seule elle maîtrise .

▬ Hey ! Salut toi ! Pourquoi tu es tout seul ici ? C'est plutôt triste comme situation !

HRP : je n'ai rien compris à ton rp .......


Dernière édition par Maika Shuken le Ven 2 Nov 2012 - 13:22, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Mer 31 Oct 2012 - 21:52
Triste ? D'être seul ? Oh. Il ne savait pas réellement si ça l'était. Après tout, il avait tellement passé longtemps à être seul par le passé que s'isoler pour manger était tout à fait normal pour lui. Ce qui était plutôt étrange, c'est qu'on lui adresse si soudainement la parole. Quelqu'un qu'il avait croisé ? Atios venait de terminer sa collation et il se releva, pour mieux observer celle qui venait de lui parler. Petite. Une fille. Cette dernière avait bien une tête en moins ou deux que lui : c'était flagrant depuis qu'il s'était levé. Les cheveux de la demoiselle étaient blonds. Le blonds bien jaunes, celui-là même qui était appelé "poussin". Jaune poussin. Et des yeux verts. S'il avait un quelconque jugement à porter, ceux qu'il n'aime pas devoir énoncer, c'était que la jeune fille était trop commune pour lui. Certes, elle était jolie, mais ... Il avait la même sensation qu'il avait avec lui-même : il ne pouvait pas considérer cette demoiselle comme en étant une. Elle était trop parfaite d'ailleurs pour lui. Certes, quelques défauts qui prouvaient qu'elle ne s'était pas fait bottoxé étaient çà et là, mais pour le reste, il fallait avouer, cette jeune fille n'avait rien à envier aux autres. Mais Atios ressentit un profond vide quand il vit la jeune fille. Comme quand vous ouvrez un frigo neuf. Il est peut-être beau, propre, avec un design moderne, mais il est vide. Désespérément vide. Comme si le manque d'écueil, l'absence de la laitue près du fromage, créait cette sensation de vide. Oui ... La jeune fille était jolie, mais elle manquait de charme. Oh, loin de lui l'idée d'aller lui dire. Il n'était pas, de toute façon intéressé par les conflits inutiles qui découleraient de sa franchise qui serait sans tact. Et il doutait lui-même posséder un quelconque charme, ou même être beau. Mais il n'était pas là pour être beau après tout. Il était lui-même. Il était frêle comme un fétu de faille et personne ne pouvait vraiment soupçonner ses véritables capacités, qu'il devait toujours prouver.

Mais revenons-en à la question de la jeune demoiselle inconnue. Pourquoi était-il ici ? Même lui ne le savait pas, au final. Après tout, c'était devenu un réflexe, de s'isoler, de temps à autre.

Oh, je ne sais pas vraiment si c'est triste. Mais imagine cette scène sans moi ? Ce serait paisible pas vrai ?

Il ne se sentait pas prêt à expliquer le charme des lieux quand ils étaient exempts de toute activité humaine ou presque, il préférait laisser à la demoiselle faire la réflexion par elle-même, ce qui lui serait sûrement, plus enrichissant, du moins l'espérait-il. Il se saisit dans ses poches, d'une tablette en aluminium, possédant des gélules de couleurs ocre. Il était l'heure de se faire du dopage. Non, sans rire, chez lui, c'était un simple médicament. Grâce à celui-ci, il supportait presque son déficit permanent en énergie magique sans trop de problèmes. Après tout, il serait dommage qu'il tombe dans le coma sans crier gare en cours, n'est-ce pas ? C'est pourquoi l'infirmière lui avait formellement interdit d'oublier de prendre ses pilules et gélules. Des médicaments étranges qu'il était tenu de prendre après un examen médical peu poussé, du genre à vous faire vous demander si l'infirmière en question en était réellement une. Il se tapa lui-même le dos, pour faire passer plus facile à travers sa trachée et sa gorge, les objets de sa précédente concentration, avant de se reporter face au sourire de la jeune fille. Atios, impassible, ne comprenait pas. Il baissa la tête sur le côté, l'air intrigué. Cette jeune fille était-elle réellement quelqu'un d'innocent ? Tout dans son attitude, pourtant, était du genre à la faire passer pour quelqu'un de très sûr de lui-même, en plus d'être imbu de son propre physique. Cet état de fait, étrange, pourtant dénué de preuve, lui était parvenu comme le début d'un miracle. Atios s'avança de quelques pas, pour faire face au cadran de l'horloge avant de dire, sans se retourner vers son interlocutrice :

Tu es nouvelle, ici, non ? Je suis Atios. Et toi, qui es-tu ?

HRP : Désolé.
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Jeu 1 Nov 2012 - 11:15



Maika Shuken

Deus Academia

16 ans ▬ Elève ▬ Palier : 1



Mentor !



▬ Oh, je ne sais pas vraiment si c'est triste. Mais imagine cette scène sans moi ? Ce serait paisible pas vrai ?
▬ Si tu n'étais pas là, cette endroit serait triste, mélancolique et je dirais même décourageant.

Que ce jeune homme était étrange, il avait l'air si triste au point de dire que s'il ne serait pas là cet endroit serait beaucoup plus beau et paisible. Sottises pour Maika qui aime tout le monde et qui adore rester avec pleins de gens qui la chouchoutent. Au fond, elle avait de la peine pour lui qui venait de se prendre un "lapin", c'est comme ça qu'elle disait sur terre quand quelqu'un ne venait pas à un rendez-vous alors que l'autre l'attend. En voyant le désespoir de ce pauvre garçon, la jeune file ne pouvait pas rester là, comme ça, à ne rien faire, c'était pour elle impossible. Maika venait d'arriver à la Deus Academia et elle va déjà commencer à s'occuper des gens en détresse jusqu'à ce qu'ils aillent mieux ! Sur ce, le jeune homme qui n'avait rien dit ou presque jusqu'à présent commença à réfléchir et il dit :

▬ Tu es nouvelle, ici, non ? Je suis Atios. Et toi, qui es-tu ?
▬ Hum .... Je suis Maika Shuken ! J'ai 16 ans et je viens d'arriver ici ! Heureuse de rencontré ! Dit-elle en lui affichant un grand sourire.

Le jeune homme venait de lui tendre une perche qu'elle prit volontiers, en répondant à sa question, la jeune femme se rappela qu'elle venait d'arriver, et qu'elle n'avait pas finit de visiter le collège. Maika ne voulait pas le laisser là, comme ça, ici tout seul, non, ce serait une torture pour elle plus qu'autre chose. L'adolescente réfléchit un instant et elle se dit qu'il fallait que quelqu'un devienne son pseudo-mentor pour la journée, la jeune Shuken qui n'avait jusque là vu personne d'autre, la jeune fille prit son courage à deux mains et le prit par le bras avec les yeux qui brillent et son sourire habituel et lui demanda :

▬ Dis Ations, accepterais-tu de devenir mon mentor pour la journée ? Si tu es d'accord, alors, j'aimerai faire le tour complet de l'académie s'il te plaît !

Elle l'avait fait, Maika avait demandé à Atios de passer la journée avec elle. La jeune fille souriait en attendant la réponse qui, espérait-elle, sera positive. Elle imaginait déjà le moment où elle rencontrera les professeurs, les autres élèves, les surveillants, le jardinier et pleins d'autres gens encore ! La jeune fille encore peu mature sautait presque de joie alors qu'elle ne connaissait pas encore sa répons, voilà qui est Maika.

HRP : Ah bah tu vois que tu peux faire un rp compréhensif !


Dernière édition par Maika Shuken le Ven 2 Nov 2012 - 13:22, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Jeu 1 Nov 2012 - 14:26
Elle ne comprenait pas. Elle était ... Obtus. Elle ne dépassait pas ses propres ressentis pour voir ce que les autres voulaient lui montrer. Elle devait être assez jeune d'esprit, pour ne pas concevoir que la sérénité puisse être difficilement obtenue en présence de beaucoup d'autres. Après tout, lui, avait déjà connu tous les extrêmes. Un vaste champ de bataille où chacun de coups fauchait la vie de quelqu'un. Et un champ de bataille, vidé de sa substance, avec comme seul second observateur, le regard insensible de la mort, riant face à la folie des humains. Vous n'imaginez pas la différence qu'il peut y avoir entre la clameur des combats et ce qui précède cette clameur. Atios n'était pas malheureux, au contraire. Il était plutôt heureux de pouvoir apprécier cette sérénité temporaire, sans avoir à regretter quelque chose ou à s'inquiéter de quelque chose. Il n'avait plus de responsabilité, ici, ce qui était une bonne chance. Ou du moins, plus autant que par son vaste passé. Atios s'était retourné vers la jeune fille en l'écoutant se présenter. Il lui sourit. 16 ans ? Il avait eu cet âge-là, lors de son intronisation. C'était à lui de ne pas être obtus à son tour et d'accepter que les jeunes de 16 ans pussent être de véritables enfants. Elle était effectivement innocente. Tellement innocente, qu'il aurait presque eu envie de dire qu'elle était aussi un peu bête. Pas dans le sens où elle était idiote, mais plus dans un sens de naïveté profonde : Atios évoluait sur un canal d'onde encore inaccessible à la jeune demoiselle, ce qui avait le don de le perturber un minimum. C'est comme s'il affichait des choses qu'elle décodait mal. Son impassibilité et son calme étaient loin d'être du désespoir ou même des souffrances. Non, c'était plus simplement une saine inquiétude par rapport au choix qu'il allait devoir prendre. Après tout, il le savait. Si on ne se bat pas pour ce que l'on désire, on risque de laisser passer certaines occasions. Cependant, il fallait du courage pour prendre certains choix. Et Atios, était bien loin d'être dénué de toute forme de courage...

Mais pas le courage social. Lui, il n'avait pas peur de risquer sa vie, de se jeter au milieu d'une joute et de se battre jusqu'au bout pour obtenir ce qu'il voulait. Mais quand il s'agissait de choix qu'il devait considérer en tant qu'être humain, doué d'un cœur, d'une morale, d'un honneur et d'une raison, mais aussi de valeurs, cela lui était bien plus difficile. C'était peut-être lui, qui devenait aussi naïf et bête que la fameuse blondinette qu'il avait en face, quand il s'agissait des sentiments des autres. Il avait quatre jours pour choisir s'il voulait être dans une chambre avec Maya Tensho, la fille du directeur. Même s'il ne se considérait pas comme un "homme", du sexe masculin, mais plutôt comme un "chevalier", il ne pouvait pas oublier la forme originelle de son incarnation à la Deus Académia. Ainsi, même si sur le papier, il n'avait aucun problème à aller dans la chambre d'une demoiselle, surtout si c'était pour simplement dormir, il ne pouvait pas s'empêcher d'autres chemins nébuleux et qu'il considérait comme dangereux, voire effrayant. De par son expérience contemporaine, il savait que certains êtres humains préféraient se jeter dans les feux de la passion pour mieux les consumer jusqu'à leurs sources, multipliant les confrontations et les expériences pour continuellement satisfaire leurs besoins... Mais lui, il réprimait toutes formes d'instincts passionnées envers les autres et plus particulièrement les filles. Il avait eu ses propres expériences traumatisantes dans son passé le plus lointain et de toute évidence, même s'il avait eu le temps de relativiser, il pouvait difficilement ne plus craindre d'être proche d'une femme. Il lui restait encore un peu de temps pour choisir, ce qui lui était bien pratique, pour l'instant. Peut-être devait-il arrêter de réfléchir de son propre point de vue et tenter d'essayer de s'adapter à celui de Maya ? Mais peu importe, il n'avait pas le temps présentement. S'il devait s'occuper de quelque chose, pour le moment, c'était de Maïka Shuken. Une japonaise, de toute évidence. Mais une japonaise naturellement blonde ? Quelque part, elle devait avoir un ancêtre gaïjin ou s'être teinte les cheveux.

D'ailleurs, à la différence de Maya qui sous-entendait beaucoup de choses, ici, Maïka était beaucoup plus expressive dans ses gestes. Atios se tétanisa quelques instants quand elle se saisit de son bras. Ah. Cette sensation lui paraissait si lointaine. Ce n'était pas froid, bien au contraire. Ce ne devait pas, normalement, être désagréable... Mais après tout, il devait se l'avouer : il n'était pas un simple être humain, qui avait vécu une vie courante. Il réprima son réflexe de se dégager. Pour une japonaise, elle était plutôt... Démonstrative ; surtout dans un pays où se tenir la main est, sans trop vouloir en rajouter, considéré comme du sexe en public. Oui, la politesse et le respect japonais étaient tous deux des concepts très rigides. Mais il n'en était pas le dépositaire ni le défendeur, il se devait d'être agréable avec sa cadette scolaire.

Atios ; de même, enchanté de te rencontrer, corrigea-t-il avant d'ajouter, concernant l'éventualité de lui faire visiter les lieux : si tu veux, je connais à peu près les locaux, bien que je ne sois là que depuis une semaine, environ.

Il rit intérieurement. Le destin s'amusait bien, aujourd'hui. Le voilà a la place de Maya, devant s'occuper d'une demoiselle venant d'arriver. Les rôles s'étaient inversés, ce qui rendait cette situation tout à fait sublimement ironique
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Ven 2 Nov 2012 - 11:16



Maika Shuken

Deus Academia

16 ans ▬ Elève ▬ Palier : 1



La visite



▬ Atios ; de même, enchanté de te rencontrer. Si tu veux, je connais à peu près les locaux, bien que je ne sois là que depuis une semaine, environ.
▬ Génial allons, allons-y sans plus tarder Atios-sempai ! Dit -elle avec les yeux qui brillent.

Maika, dans sa vie terrestre, personne n'avais jamais était vraiment gentille avec elle, pourtant, cette jeune fille avait tout pour plaire mais ça ne suffisait pas surement pour son père et sa mère. Ici, c'était différent, toutes les personnes ici présentes sont vraiment toutes plus gentilles les unes que les autres et Maika adorait cela. Bref, elle se trouvait donc à la place de l'horloge, il restait encore beaucoup d'endroit à visité comme : La grande bibliothèque, La salle des machines, Le marché en pleine air, Le parc aux abricots et pleins d'autres encore. Elle hésitait quel endroit allait-elle prendre, peut-être, devait-elle demandé à Atios. Mais, non, Maika eut une "révélation", elle voulait bien lire un petit peu sur l'histoire de la Deus Academia, elle réfléchit non pas plus d'une seconde et se dit : La granbe bibliothèque !

▬ Atios-sempai l'on commence par quoi ? Je propose La grande bibliothèque.

Elle n'attendit même pas la réponse qu'elle était déjà partit vers là-bas, elle marchât plusieurs centaine de mètres et tombât sur une énorme bâtisse qui avait l'aire paisible, calme et silencieuse. Au contraire de la cafétéria qui elle est très bruyante, la jeune fille regarda bien le bâtiment puis elle se retourna pour sourire à Atios pour finir par entrer dans la grand bibliothèque. Maika était comment dire, non pas heureuse mais plutôt impressionnée par le nombre de live plus que démentiel, elle ne savais pas, mais il devait en avoir des millions de toutes les époques et pour tous les goûts, sur tout les sujets qu'il puisse exister. Maika marchait lentement jusqu'à la rubrique de l'école. Elle prit un livre qui paressait plutôt gros et long à lire, il devait être le plus intéressant. Elle s'avança vers la bibliothécaire et elle posa le livre sur le comptoir.

▬ J'aimerais emprunter ce livre si c'est possible.
▬ D'accord, à quel nom ? Je vous donne un délais de 2 semaine.
▬ Au nom de Maika s'il vous plait merci ! Au revoir !

Elle partit toute contente en sautillant et elle sentait quelque chose en moins, elle regarda tout autour d'elle.

▬ Atios ?!


Dernière édition par Maika Shuken le Ven 2 Nov 2012 - 13:22, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Ven 2 Nov 2012 - 12:40
Ouh. Ouah. C'était possible ! C'était possible donc. Incroyable... Des personnes aussi naïves et avec autant de candeur existaient donc réellement ? Atios ne put s'empêcher de regretter de n'avoir jamais été comme ça. Lui et cette demoiselle s'opposaient à bien des égards, notamment sur la perception de leur environnement. Il ne doutait plus du tout du fait que la demoiselle voyait son verre à moitié-plein tandis que lui, de prime abord, il le verrait à moitié vide. Un pessimisme a toute épreuve contre un optimisme qui lui mettrait sûrement ses nerfs à l'épreuve. Oh, il se promettait d'être gentil. Les gens comme ça sont rares et même si, en général, ils ne savent rien de ce que c'est, le véritable désespoir, il n'était pas de ceux qui aimaient briser les autres, au contraire. Elle semblait vraiment heureuse d'être ici, ce qui d'un autre côté, lui faisait pas mal regretter de ne pouvoir être comme ça. Depuis qu'il avait été ici, il avait passé son temps à se plaindre intérieurement de cette seconde chance. Lui qui avait aspiré au repos éternel, il se retrouvait piégé avec la totalité de la mémoire de ses dernières incarnations dans son corps le plus moderne, dans une académie où il avait été labellisé, surnommé "Dieu de la lumière" et on lui avait dit de suivre des cours. Ce manque de contrôle sur son existence le frustrait beaucoup dans le fond, à la différence de Maïka qui elle, semblait littéralement revivre ici. Un gros soleil. Du genre, celui de la série pour gosses... Les téléteubés... Non, ça c'était l'insulte. Les Télétubies. Voilà. Il avait en face de lui, le soleil dans les Télétubies. Bon, c'était assez insultant et pernicieux, mais pas faux. Et puis bon, entre une dépressive et une fille un peu trop optimiste, la majorité aura tendance à préférer les rayons du soleil au pessimisme aussi pénétrant que le froid de l'hiver du dépressif chronique. Lui n'en était pas. Ni l'un, ni l'autre. Il était juste ... Entre les deux. En même temps, il avait mené à bien plusieurs vies avant d'arriver ici. Roi de Bretagne. Adolescent contemporain. Deux vies. Un échec, un pseudo-réussite. Devait-il considérer que la suite de celle-ci se déroulait dès maintenant ? Il n'en savait foutrement rien et la bibliothèque de l'académie n'indiquait rien à ce sujet. Que veut Deus, cette entité ensommeillée, d'eux, jeunes âmes d'êtres humains ?

Lorsqu'il lui fut demandé son avis, il acquiesça en silence en la voyant partir dans la bonne direction. Elle commençait déjà... Pourquoi lui demandait-elle de visiter l'académie avec si elle connaissait la topographie des lieux, sérieux ? Bouarf. Il se dit qu'il allait éviter toute blague sur les blondes et la suivre en silence, forcé d'admettre que garder son calme allait être difficile s'il devait toujours lui courir après. Si seulement il avait ses pouvoirs ... Se déplacer aurait été beaucoup plus rapide. Mais il avait déjà essayé. Il ne tenait pas longtemps. Donc il était contraint pour le moment à marcher, comme tout le monde. Il se dépêcha de la suivre cependant. Peu de gens se rendaient compte de la taille exponentielle de la bâtisse. Sérieusement. 30 étages. Vous imaginez ? C'était plus une bibliothèque à ce niveau-là, mais un building ! Bon, un petit building, mais un building. Atios rentra dans la bâtisse géante à la poursuite de sa cadette, décidément bien aventureuse ? Où était-elle partie ? Le jeune homme s'aventura en marchant dans les rayonnages. Interdit de courir dans cet endroit. Gauche ? Droite ? Il ne savait pas où il devait se rendre. Mais finalement, il finit par trouver le bon rayonnage en très peu de temps, débouchant sur les talons de la jeune fille qui avait pris un livre. Sur quoi, il ne le vit pas, elle revint directement à l'accueil. Décidément, le sens de l'orientation de la jeune fille était réellement largement plus développé que le sien. Elle avait déjà emprunté son livre et s'apprêtait à partir dans la suite de son exploration de l'académie avant de remarquer qu'il n'était pas avec elle ... Il fut profondément lassé par cette étourderie qui semblait naturelle, mais encore une fois, il fit appel à sa tolérance et alla voir la réceptionniste, un peu déboussolée.

Bonjour. Son nom est Shuken. Maika Shuken. Excusez-nous du dérangement... Bonne journée.

Oui, encore une fois, il passait derrière la jeune fille pour la corriger; en effet, c'est bien beau de lui donner son prénom, mais il était presque certain que Maika était le prénom de la demoiselle et non son nom de famille.. Finalement, il sortit à l'extérieur et posa doucement sa main sur son épaule avant d'ajouter :

Tu n'as pas l'air d'avoir réellement besoin d'un guide, tu sais... Dit-il en premier lieu, faisant état de l'autonomie de la demoiselle en matière de repérage des lieux. Il se se sentait en effet quelque peu inutiles, aussi, décida-t-il de lui expliquer rapidement le déroulement des cours et la topographie des lieux : Pour ce qu'il te reste à voir, il y a le parc, même si c'est peu utile. Le marché ... Vends de tout. Je n'y suis jamais allé, donc je ne fais que rapporter les rumeurs. Tu ne peux pas le louper. Le réfectoire, c'est le grand bâtiment rond qu'on voit au loin. Il reste trois lieux importants : le bâtiment des classes, le bâtiment administratif et le centre d'entraînement. Pour faire court, ces trois bâtiments sont assez proches les uns des autres et de l'internat. L'internat est l'endroit où tu passes la nuit, le réfectoire là où tu prends tes repas. Les premiers cours ont lieu en classe. Ensuite, selon ou non que tu possèdes une arme, tu peux suivre le cours de maniement des armes dans le centre sportif. Le cours suivant, après une pause de 15 minutes, a lieu au même endroit : c'est un cours de sport. L'après-midi, il y a cours de magie et des "arts divinatoires" en classe. Ensuite, cours d'entraînement au combat, dans les bâtiments sportifs. 16H30, la journée se termine et tu as jusqu'à 22H pour être rentrée dans ta chambre, jusqu'à 6H30. Voilà, tu sais à peu près tout ce qu'il y a d'important à savoir. Il prit une pause de quelques secondes après cette tirade, avant de rajouter, après y avoir pensé : Ah, j'ai oublié : sortir de l'académie est dangereux. C'est interdit, sauf autorisation d'un directeur ou d'un professeur. Ne t'y rends jamais seul, surtout si tu ne sais pas te défendre toi-même.

Oh, il allait vite se rendre compte que l'extérieur pouvait être dangereux. En fait, son ordre de mission lui demandant d'aller nettoyer l'observatoire, il le recevrait en rentrant, ce soir. Et il allait vite pouvoir confirmer la théorie de la dangerosité de l'extérieur de l'académie.
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Ven 2 Nov 2012 - 14:18



Maika Shuken

Deus Academia

16 ans ▬ Elève ▬ Palier : 1



L'abandon



▬ Ah te voilà Atios ! Dit-elle sans qu'il entende.
▬ Tu n'as pas l'air d'avoir réellement besoin d'un guide, tu sais... Quoi ? Maika n'est pas très autonome, sans son sens de l'orientation aigu, elle ne serait qu'une simple fille incapable de vivre seule puis, Atios repris la parole. Pour ce qu'il te reste à voir, il y a le parc, même si c'est peu utile. Le marché ... Vends de tout. Je n'y suis jamais allé, donc je ne fais que rapporter les rumeurs. Tu ne peux pas le louper. Le réfectoire, c'est le grand bâtiment rond qu'on voit au loin. Il reste trois lieux importants : le bâtiment des classes, le bâtiment administratif et le centre d'entraînement. Pour faire court, ces trois bâtiments sont assez proches les uns des autres et de l'internat. L'internat est l'endroit où tu passes la nuit, le réfectoire là où tu prends tes repas. Les premiers cours ont lieu en classe. Ensuite, selon ou non que tu possèdes une arme, tu peux suivre le cours de maniement des armes dans le centre sportif. Le cours suivant, après une pause de 15 minutes, a lieu au même endroit : c'est un cours de sport. L'après-midi, il y a cours de magie et des "arts divinatoires" en classe. Ensuite, cours d'entraînement au combat, dans les bâtiments sportifs. 16H30, la journée se termine et tu as jusqu'à 22H pour être rentrée dans ta chambre, jusqu'à 6H30. Voilà, tu sais à peu près tout ce qu'il y a d'important à savoir. Ah, j'ai oublié : sortir de l'académie est dangereux. C'est interdit, sauf autorisation d'un directeur ou d'un professeur. Ne t'y rends jamais seul, surtout si tu ne sais pas te défendre toi-même.

La jeune fille changea d'aire instantanément et la larme à l'oeil elle partit en courant dans la foret en essuyant ses yeux avec ses bras. Pauvre Maika, elle qui croyait les gens gentille ici, elle s'était trompée ironie du sort pour cette pauvre jeune fille. Arrivée à la foret elle se posa sur un troc d'arbre trancher en deux comme le coeur de Maika à ce moment. Elle pensait à sa vie sur terre et elle se souvenait de la seule chanson qu'elle connaissait Blackbird des Beatles, c'était sa mère qui lui avait apprit. Grâce à sa magie, elle créa une guitare à partir des feuilles des arbres voisins. Elle commença à jouer puis à chanter :



C'était vraiment beau mais surtout triste, elle transmettait cette émotion, vous savez cette chose qui vous rend si triste sans que vous sachiez vraiment pourquoi. Elle continua à chanter, il y avait de quoi avoir de la peine pour elle, sa première rencontre était certes échouée mais, elle ne devait pas s'effondrée comme ça pour une pauvre personne comme cet affreux personnage aussi froid que la banquise d'hiver en antarctique, incassable et toujours aussi froid malgré le réchauffement climatique. Quand la chanson fut finit, elle lâcha une petite larme et elle se lamenta sur son sort, pourquoi avait-elle été si bête et pourquoi avait-elle autant envie de cuisiner ce jour là ?! L’adolescente sortit de la foret et elle alla dans ce fameux parc et elle alla s'installer sur la balançoire, elle se balança et ça lui redonna le sourire. Maika est un soleil, un nuage peut très bien venir la caché mais ce dernier finira toujours par partir mais cette jeune fille avait comme la capacité de les faire partir plus vite que la norme et finalement, elle continua à se balancer en souriant et en rigolant.

▬ Demain sera un nouveau jour et je rencontrerai pleins d'autres personnes !

HRO : on peut considéré ça comme la clôture ? Si tu trouves que oui alors poste dans correction de rps et si non, répond à se rp ! Signé Maika-chan !
Invité
avatar
Invité
Re: Retour à la place de l'horloge. - Sam 3 Nov 2012 - 16:04
Sérieusement ? Oh ... Et puis, je ne cours plus après la logique de cet univers.

Même Deus n'avait pas pu parfaire ses créations... Remettant en cause sa propre perfection. Il ne restait rien de tous des rêves de perfection de cet univers. Rien n'avait de sens. Rien n'avait de but. Pas même la bêtise de la demoiselle. Il n'y avait ni explication, ni raison. Il n'y avait rien. Sauf le puéril d'une demoiselle. Sauf le ridicule et l'incroyable vérité. Atios soupira. Profondément. Comme si soupir allait effacer la réalité qui s'affichait sous ses yeux. Elle... Elle s'était enfuie. La prochaine étape fut de se tenir le visage. On n'est pas tout les jours confrontés à ce genre de situation aussi ... Farfelue ? Stupide ? Aberrante ? Voir même avilissante, pour le peu qu'on y attachait une quelconque importance à la signification de cet étrange résultat ? Peu importe. Il n'était pas à ça prêt. Il s'en fichait. Elle trouverait un autre pigeon pour s'occuper d'elle, prions que celui-ci soit assez docile et rusé pour lui élargir l'esprit ; - à coup de pelleteuse et de truelle, cela semblait nécessaire d'en arriver à de tels extrémismes... - en tout cas, lui, avait assez donné de son temps pour cette petite tête blonde décidément étrangement remplie (dans le sens où Atios s'étonnait de voir à 16 ans un comportement infantile d'un enfant de trois ans, mais ceci n'était pas réellement explicable de toute façon). Oh, assez. Les cours allaient commencer et cette idiote allait les rater. Mais après la scène qu'il venait de voir, devait-il réellement la chercher ? Honnêtement, il se doutait qu'elle ne le suivrait pas. Alors il abandonna rapidement l'idée. Si elle était intelligente, elle se débrouillerait pour aller en cours. Quant à lui ... Il valait mieux arrêter de se poser des questions. Parce que parfois, il y a des questions sans réponses concrète. Que pouvait-il ajouter à ça, honnêtement ? Il ne savait vraiment pas. Il était assez sur le popotin quoi. Et dans ces moments-là, il vaut mieux passer à autre chose. Parce que s'attarder sur ce qui n'a qu'un intérêt limité peut être facilement considéré comme une perte de temps, ce qui était exactement le cas dans la présente situation.

Il réfléchit quelques secondes... Elle avait dû s'être dirigée vers le parc. Elle semblait trop gourde et pas assez stupide (cela restait à confirmer, cependant) pour escalader les grilles autour de l'académie, manquer de s'empaler dessus, passer par-dessus et se rendre à l'extérieur. Peu importe où elle était, elle n'aurait pas de problème. Atios soupira... Il ne pouvait pas faire de chichi entre deux personne, même s'il n'aimait décidément pas la réaction un peu .. Sotte de la demoiselle. Il posa ses deux doigts sur ses lèvres, avant de souffler dessus. Une sphère dorée partit dans la direction de la demoiselle. Atios venait de prier pour que rien ne lui arrive. Même s'il n'aimait décidément pas qu'on le laisse ainsi en plan, question d'égo, il n'était pas assez méchant pour vouloir qu'il arrive quoi que ce soit à la demoiselle un tantinet jeune d'esprit. Le jeune plaça ses mains dans ses poches après avoir tourné les talons et s'être avancé vers les bâtiments d'études. La journée n'était pas terminée, du moins pour lui. Il avait des tas de choses à faire et il voulait rapidement renforcer ses pouvoirs. Cela ne pouvait être qu'utile. Et puis, il fallait qu'il avoue qu'il n'aimait pas l'idée d'être aussi faible. Même s'il restait plus dangereux qu'un humain normal, son lui passé était largement plus dangereux malgré sa condition humaine. Il ne pourrait pas se regarder dans un miroir s'il ne trouvait pas le moyen de rapidement de récupérer ses pouvoirs. Après tout, cela coïncidait avec la volonté de Deus. Et s'il voulait un jour pouvoir défendre qui que ce soit face aux dangers surnaturels qu'il allait potentiellement affronter dans le futur, le roi Arthur, Atios, allait devoir décidément se considérer à nouveau comme un novice et augmenter le champ de ses horizons à travers d'entraînements longs, difficile, risqué peut-être aussi, mais ce n'était que comme ça qu'il se sentait en vie... Sur le fil du front, dans un combat où son âme pouvait friser l'hystérie dans un combat honorable. Il se retourna, cependant et dit, légèrement en retard :

Bienvenu à la Deus Académia, Maika Shuken.
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retour à la place de l'horloge. - Sam 3 Nov 2012 - 18:22
Très bon rp, d'un niveau tellement rare que j'ai envie de vous féliciter, bravo.
Ps : Je croyais être la seule à souhaiter la bienvenue dans l'académie tien. ~

Kurokami Atios : 320 xps
Maika Shuken : 250 xps
Cette différence s'explique par la longueur des postes de Kurokami qui sont très conséquent, mais ne te décourage pas Maika !


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Retour à la place de l'horloge.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouvelle place de capitaine pirate disponible (le retour)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page